Ligne du temps-2016

22 mars – 28 mars 2016

22 mars – 28 mars 2016

C’est arrivé au Québec entre le 22 mars et le 28 mars 2016

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 15 mars jusqu’au 21 mars 2016

22 mars 2016 : Deux incendies d’importance ont éclaté en l’espace de quelques heures, mardi matin, à Montréal. Fort heureusement, on ne déplore aucune victime. Un peu avant 9 h, près de 90 pompiers ont été dépêchés sur la 28e avenue, à l’angle de la rue Bélanger, dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, pour un feu ayant pris naissance dans un immeuble à logements. «J’ai dû sortir par une fenêtre avec mon bébé de deux mois», a raconté l’une des résidentes de l’immeuble, qui n’a pas été blessée. L’intervention a donné lieu à une scène poignante, lorsque des pompiers sont sortis du bâtiment en flammes avec Jaina et Kelly, une chienne et une chatte appartenant à l’un des locataires. Le jeune homme pleurait à chaudes larmes en retrouvant ses bêtes, mais un autre de ses chats manquait toujours à l’appel en milieu d’avant-midi. «Mon ordinateur, ma télévision, je m’en fous tellement! Mes animaux sont les plus importants pour moi», a dit Jonathan, qui venait de quitter son appartement pour aller travailler lorsque l’incendie s’est déclaré. À l’instar de plusieurs autres locataires, Jonathan n’était pas assuré pour ses biens. La cause du brasier n’avait pas encore été déterminée en fin de matinée. Quelques heures plus tôt, vers 5 h 30, un premier incendie avait éclaté dans un bâtiment résidentiel de trois étages de l’arrondissement de Montréal-Nord. Selon le Service des incendies de Montréal, le feu aurait pris naissance au deuxième étage, avant de se propager au niveau supérieur et à la toiture. Plus de 80 pompiers ont combattu le brasier pendant plus de deux heures avant de réussir à le maîtriser, vers 8 h. L’immeuble a subi d’importants dégâts et une trentaine de personnes ont dû être évacuées. Là encore, la cause du sinistre n’était inconnue peu avant midi.

22 mars 2016 : Les policiers ont mené une importante opération visant des compagnies d’agences de placement de personnel qui auraient fraudé le gouvernement d’au moins 1,6 million $ au cours des dernières années. Sept personnes devaient être appréhendées dans la région de Montréal et en Ontario dans le cadre de cette enquête baptisée «Projet Malveillant». Celle-ci est menée en collaboration avec la Sûreté du Québec (SQ), Revenu Québec et le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Les suspects ont été arrêtés à Montréal, Laval, ainsi qu’à Cornwall, en Ontario. Selon la Sûreté du Québec (SQ), les dirigeants des agences de placement faisaient affaire avec des entreprises œuvrant dans le domaine de l’alimentation. Lorsque des compagnies en alimentation leur en faisaient la demande, les agences de placement leur fournissaient des employés pour combler les postes. «L’entreprise d’alimentation ne payait pas directement les employés, mais faisait plutôt un chèque à l’agence de placement, a expliqué Joyce Kemp, porte-parole de la SQ. L’agence allait ensuite dans un bureau d’encaissement pour obtenir de l’argent comptant en échange du chèque; une partie de l’argent allait aux employés et l’agence se mettait le reste dans les poches.» Ce stratagème faisait donc en sorte que les employés de l’agence étaient payés au noir. Qui plus est, plusieurs d’entre eux étaient bénéficiaires de l’aide sociale. Selon les autorités, cette arnaque aurait permis aux agences de placement de frauder l’État en ne payant pas les sommes dues concernant l’impôt sur le revenu et les taxes de vente. La fraude estimée à 1,6 million $ serait survenue entre novembre 2013 et mars 2015. Les suspects épinglés dans le cadre de cette frappe font face à des accusations de fraude, de fabrication de faux, d’emploi d’un document contrefait ainsi que de complot. L’enquête se poursuit et d’autres arrestations pourraient survenir, a indiqué la SQ.

23 mars 2016 : Une résidence secondaire située sur la route 263, à la hauteur de Saint-Romain, en Estrie, a été complètement ravagée par les flammes mardi soir. Les autorités ont été appelées vers 20 h 45 pour un incendie dans cette résidence. Durant l’opération, une épaisse fumée se dégageait de la bâtisse, dont plusieurs sections se sont effondrées en raison du feu. Le bâtiment est une perte totale, a confirmé mercredi matin Claude Denis de la Sûreté du Québec. La valeur de la maison est évaluée à près de 300 000 $. Tôt mercredi, les pompiers se trouvaient toujours sur place pour tenter de déterminer la cause exacte de l’incendie, a spécifié M. Denis. Personne ne se trouvait à l’intérieur de la résidence.

24 mars 2016 : Un homme de 26 ans, considéré comme témoin important, devait être interrogé jeudi soir en lien avec le chauffeur de taxi gravement blessé par balle pendant la nuit dans l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal. Vers 2 h 15, les policiers ont reçu un appel signalant des bruits qui ressemblaient à des coups de feu entendus dans le secteur des rues de Domrémy et du Laus. À leur arrivée, les agents ont localisé l’homme de 36 ans, à bord d’un taxi, atteint d’au moins un projectile au haut du corps. Il se trouvait à la position du conducteur, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SVPM). En fin de soirée, la victime reposait toujours dans un état critique à l’hôpital. L’hypothèse du vol qualifié, d’abord privilégié, a finalement été écartée, a fait savoir Jean-Pierre Brabant, porte-parole du SPVM. Ce dernier a également indiqué qu’un homme de 26 ans a été conduit au centre opérationnel et devait être interrogé par les policiers.

24 mars 2016 : Un jeune homme a été victime d’une agression armée mercredi soir au parc Sainte-Marie, à Brossard. L’événement s’est produit un peu après 22 h. L’homme a été poignardé avec une arme blanche, a indiqué Tommy Lacroix, porte-parole du Service de police de l’agglomération de Longueuil. La victime, qui n’est pas connue des services policiers, a été transportée à l’hôpital, mais on ne craindrait pas pour sa vie. «Les circonstances restent nébuleuses», a spécifié M. Lacroix. Un périmètre de sécurité a été établi. Les techniciens en scène de crime étaient attendus au cours de la nuit.

25 mars 2016 : Le chauffeur de taxi atteint par balle tôt jeudi dans l’arrondissement montréalais de Saint-Léonard a succombé à ses blessures vendredi soir, ce qui en fait la première victime d’homicide à survenir dans la métropole cette année. L’an dernier, on comptait à pareille date huit homicides sur le territoire desservi par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Plus tôt dans la journée vendredi, les policiers ont relâché les deux suspects arrêtés en lien avec ce crime. Les deux hommes de 25 et 26 ans ne font face à aucune accusation pour l’instant. L’enquête du SPVM se poursuit et les «enquêteurs tentent d’obtenir plus d’information sur les causes et les circonstances qui ont mené à ce premier homicide», a expliqué le porte-parole du SPVM, Jean-Pierre Brabant. Vers 2 h 15 jeudi, les policiers ont reçu un appel signalant des bruits qui ressemblaient à des coups de feu près des rues de Domrémy et du Laus. Sur place, ils ont retrouvé la victime, un homme de 36 ans à bord d’un véhicule de taxi, à la position du conducteur. Il a été atteint par au moins un projectile au haut du corps. La victime a été transportée à l’hôpital, où son état était jugé critique. Le SPVM a rejeté l’hypothèse du vol qualifié, qui avait d’abord été privilégiée.

26 mars 2016 : Un homme qui a sollicité la générosité de sa victime pour ensuite la voler est recherché par la police de Longueuil qui demande l’aide du public pour le retrouver. Le 1er mars, le suspect aurait abordé la victime dans un bar en lui demandant d’aller le conduire au poste de police de Longueuil, parce que son véhicule s’était fait remorquer. Il savait à ce moment que sa victime avait en sa possession une certaine somme d’argent. Une fois à bord du véhicule, l’attitude de l’homme a drastiquement changé : il est devenu agressif verbalement et physiquement. Après s’être bagarré avec la victime, il lui a volé son argent et a pris la fuite à pied. Le suspect en question a environ 25 ans et est d’origine sud-américaine. Il mesure 1,78 m (5 pi 10 po) et est de corpulence moyenne. Il a des cheveux bruns frisés, une barbe de quelques jours et parle français avec un léger accent. Au moment du crime, il portait un chandail à manches longues, un jean bleu et un manteau beige avec un capuchon. Il est possible pour un citoyen de transmettre de l’information anonyme sur cet homme au 1-800-711-1800 ou en ligne. Fait à noter, un montant pouvant atteindre 2000 $ pourrait être remis à la personne qui a fourni permettant l’arrestation du suspect ou la saisie de biens criminellement obtenus.

27 mars 2016 : Le Théâtre Snowdon, un bâtiment emblématique du boulevard Décarie, à Montréal, a été la proie des flammes samedi en fin d’après-midi, déclenchant un déploiement de près d’une centaine de pompiers. L’incendie a pris naissance au deuxième étage vers 16 h 35 dans l’immeuble vacant situé près du chemin Queen-Mary. Ce sont des citoyens qui ont aperçu une fumée noire s’échappant du théâtre qui ont lancé l’alerte. «Le feu était déjà d’une bonne intensité à notre arrivée», a mentionné Christian Legault, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Montréal. Rapidement, les pompiers ont mobilisé des équipes supplémentaires pour combattre le brasier. Près de 35 véhicules et 90 pompiers se trouvaient sur les lieux au plus fort de l’événement. Le Théâtre Snowdon, facilement reconnaissable grâce à son enseigne à la verticale et aux lignes arrondies de sa marquise, a été construit au milieu des années 1930. Depuis 2004, la bâtisse de style Art déco appartient à la municipalité de Montréal. L’endroit était inoccupé au moment de l’incendie. Le feu semble avoir pris au-dessus de ce qui était autrefois la scène, et s’est propagé au toit. Les pompiers ont commencé à l’attaquer de l’extérieur, avant de pouvoir pénétrer dans le bâtiment. Les dommages sont relativement importants. «La structure est encore bonne, les dommages sont surtout au toit», a expliqué M. Legault. La cause de l’incendie est inconnue. En soirée, des enquêteurs du Service de sécurité incendie se sont rendus sur les lieux pour tenter de trouver des indices dans les décombres. La dizaine de logements qui se trouvent dans le bâtiment se trouvant à droite du Théâtre Snowdon ont été évacués par mesure préventive, a mentionné M. Legault. On ne déplore aucun dommage à cet édifice. Personne n’a été blessé. En raison du travail des pompiers, la circulation a été perturbée dans le quartier. La circulation a aussi ralenti considérablement sur l’autoroute Décarie dans les deux directions en raison du panache de fumée important qui se dégageait de l’immeuble. Plusieurs automobilistes curieux réduisaient ainsi leur vitesse pour tenter de voir ce qui se passait.

28 mars 2016 : Un conducteur de 18 ans a perdu la vie dimanche dans une sortie de route sur l’autoroute 40 à Louiseville en Mauricie. Vers 15h20, le conducteur sortait de la bretelle 174 pour accéder à la voie de gauche de l’autoroute 40 en direction ouest, lorsqu’il a perdu le contrôle de sa voiture et percuté un arbre du terre-plein central, a indiqué Marie-Josée Ouellet, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). Un passager de 22 ans se trouvant à ses côtés a été grièvement blessé. Les deux jeunes hommes ont été transportés vers un centre hospitalier. «Le conducteur de 18 ans a malheureusement succombé à ses blessures», a dit Mme Ouellet qui a précisé que la vie du passager n’était pas en danger. Une mauvaise manœuvre et la vitesse pourraient être en cause dans cet accident, selon la SQ. L’autoroute a été fermée en direction ouest à la suite de cet accident. Elle a été rouverte vers 19 h.

28 mars 2016 : Un homme de 44 ans lié à la mafia montréalaise a été victime d’une tentative de meurtre dans sa résidence de Rivière-des-Prairies, à Montréal, lundi après-midi. Selon nos sources, il s’agirait de Nino de Bartolomeis, qui est actif dans le monde du crime organisé. L’homme a été retrouvé en détresse par les autorités policières dans sa demeure de l’avenue Paul-Émile Lamarche à la suite d’un appel logé au 911 vers 16 h 45. La porte d’entrée était grande ouverte, lorsque les agents sont arrivés sur les lieux. La victime, qui a été atteinte au haut du corps par au moins un projectile, survivra cette agression, a indiqué l’agent Abdullah Emran, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). L’hypothèse privilégiée par les autorités est que cette tentative de meurtre serait liée à un conflit dans le monde organisé. Aucune arrestation n’a été effectuée et la police ne détient aucune description de suspects. Nino de Bartolomeis a longtemps été associé à la famille Rizzutto. Il a connu plusieurs démêlés judiciaires notamment pour possession illégale d’arme à feu. Il se serait fait plusieurs ennemis en raison de dettes impayées et a été enlevé par le passé pour cette raison. Il aurait déjà échappé à des tentatives de meurtre. Un périmètre de sécurité a été établi près de la demeure et des enquêteurs ont été appelés en renfort. En soirée, les enquêteurs étaient toujours sur place pour tenter d’éclaircir le déroulement des événements. Le SPVM traite cette affaire comme un acte criminel.

28 mars 2016 : Le pont menant sur les Îles-Laval a été rouvert à la circulation routière lundi matin, tandis que l’avis d’ébullition demeure en vigueur malgré le rétablissement de l’approvisionnement en eau. Un bris d’aqueduc avait provoqué un effondrement de la chaussée à l’entrée du pont de l’île Bigras dimanche soir, forçant sa fermeture aux automobilistes. Les travaux d’urgence effectués par le Service des travaux publics de la Ville de Laval ont également privé d’eau près de 400 résidences. Le pont de l’île Bigras est le seul menant aux Îles-Laval, d’où l’importance de sa réouverture. Seuls les piétons étaient autorisés à le traverser dimanche soir. Bien que l’approvisionnement en eau a été rétabli, l’avis d’ébullition émis par la Ville demeure en vigueur jusqu’à nouvel ordre, a indiqué la porte-parole du Service de police de Laval, Évelyne Boudreau.

28 mars 2016 : Incapable de retrouver les suspects d’un vol de 10 000 $ en argent comptant survenu en mai de l’année dernière dans une voiture garée devant le Bingo des Galeries Laval, la police de Laval demande l’aide de la population pour les identifier. Pour faire débloquer l’enquête qui en est à son dixième mois, la police a diffusé lundi une photo prise dans l’institution bancaire où toute cette affaire a commencé, le 26 mai 2015. «Les enquêteurs au dossier nous ont demandé de sortir l’information à ce stade-ci, car tous les éléments ont été analysés et nous sommes rendus à essayer de voir si quelqu’un pourrait reconnaître l’un des suspects», a dit la porte-parole du Service de police de Laval, Évelyne Boudreau. Les forces de l’ordre ne disposent que de la photo d’un des deux individus impliqués. Il s’agit d’un homme blanc, âgé de plus ou moins 25 ans. Tout ce que la police sait de son présumé complice, c’est qu’il est aussi blanc. Le 26 mai dernier, les deux suspects ont suivi les victimes qui venaient d’effectuer un retrait de 10 000 $ comptant dans une succursale de la Banque Royale. Le couple de quinquagénaires, qui devait payer l’entrepreneur chargé des travaux de terrassement à sa résidence, a toutefois décidé d’arrêter au bingo avant de rentrer à la maison. Ils ont caché l’argent dans leur véhicule en croyant que tout serait correct. Mal leur en pris. Une fois au Bingo des Galeries Laval, les voleurs ont dérobé le sac à main de la femme à l’intérieur, en croyant que l’argent s’y trouvait. En constatant que ce n’était pas le cas, ils sont alors allés au véhicule des victimes, où ils sont tombés sur les 10 000 $ après avoir fracassé la fenêtre d’une portière. Le couple a permis de jeter un éclairage sur ce qui s’est passé. À leur avis, le peu de discrétion entourant la transaction dans l’institution financière pourrait être à l’origine de toute cette histoire, la machine servant à compter l’argent ayant été placée sur le comptoir à la vue de tous. «Ils ont pris la machine qui compte les (billets), là ça comptait. C’était tellement long que je me tournais et c’est là que j’ai vu qu’il y avait deux jeunes hommes. Il y en avait même un qui était dans la file, il est sorti de la file et il s’est assis.» Les deux suspects n’auraient vraisemblablement eu qu’à suivre le couple par la suite, puis à le voler. Le public peut transmettre toute information de façon confidentielle par l’entremise de la ligne info (450-662-4636) ou au 911, en mentionnant le dossier LVL-150526-060.

poissons_jardin_japonais

Poissons dans le lac du jardin japonais de Montréal. Crédit photo : Megan Jorgensen

Voici les sources que nous avons consultées pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>