Ligne du temps-2016

22 janvier – 28 janvier

22 janvier – 28 janvier

C’est arrivé au Québec entre le 22 janvier et le 28 janvier 2016

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 15 janvier jusqu’au 21 janvier 2016

22 janvier 2016 : Un motoneigiste dans la cinquantaine a perdu la vie, vendredi, après avoir percuté un poteau lors d’une randonnée près de Pierreville, une municipalité située le long du fleuve Saint-Laurent entre Sorel-Tracy et Nicolet. La collision a eu lieu vers 18 h sur le rang du Petit-Bois, près de l’intersection avec le rang Saint-Louis. Les autorités ont peu d’informations sur les circonstances dans lesquelles la collision a eu lieu. La personne qui se trouvait sur la motoneige a été conduite à un centre hospitalier dans un état «extrêmement critique», a indiqué le porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Claude Denis. Son décès a été constaté à l’établissement de santé. Un reconstitutionniste de scène d’accident de la SQ s’est rendu sur place en soirée afin d’éclaircir les circonstances dans lesquelles a eu lieu le violent accident. Les enquêteurs doivent rencontrer un témoin en lien avec cet événement.

22 janvier 2016 : Le porte-conteneurs qui s’est échoué sur le fleuve Saint-Laurent non loin de Deschaillons-sur-Saint-Laurent, à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Bécancour, a été sorti de sa fâcheuse position samedi soir. Le navire a été renfloué vers 19 h 30, a confirmé à l’Agence QMI le porte-parole de la Garde côtière, Michel Plamondon. Trois remorqueurs ont aidé à sortir le bâtiment de l’endroit où il était resté coincé. Une opération de déballastage, pendant laquelle l’équipage vide certains compartiments du navire remplis d’eau, a aussi été effectuée. Il s’est ensuite rendu sans aide jusqu’à l’ancrage de Deschambault-Grondines, plus loin sur le fleuve en direction de Québec. Une inspection devait y être effectuée par Transports Canada avant qu’il puisse continuer son périple vers l’océan. Rappelons que le MSC Monica, battant pavillon panaméen, a quitté Montréal à l’aube pour se diriger vers l’océan. Vers 8 h, le navire a eu un problème de gouvernail et s’est échoué près de la rive, au sud du chenal. Aucune fuite d’hydrocarbure n’avait été détectée.

23 janvier 2016 : Une mère et ses deux enfants se retrouvent dans la rue à la suite d’un incendie, dans la nuit de vendredi à samedi, sur le chemin Westover, dans la municipalité Côte-Saint-Luc, à Montréal. Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) a été appelé sur les lieux vers 4 h 45. L’incendie s’est déclaré dans un appartement du sous-sol d’un immeuble résidentiel de trois étages situé sur le chemin Westover, près de l’avenue Hudson. « L’incendie a été causé par des aliments oubliés sur le feu», a indiqué Éric Dahmen, chef aux opérations du SIM. L’incendie ne s’est pas propagé dans les autres appartements. Une mère de 40 ans et ses deux enfants de 20 et huit ans ont été pris en charge par la Croix-Rouge et ont été relogés temporairement dans un hôtel.

24 janvier 2016 : Une famille de Brossard, endeuillée, a reçu les cendres de son père étiquetées au nom d’un autre homme décédé. Malgré ses démarches, la famille n’a toujours pas la certitude qu’il s’agit bien des cendres de son proche, Robert Sharpe. M. Sharpe est décédé de manière naturelle, il y a quelques jours, à l’âge de 73 ans. La famille a récupéré ses cendres et c’est en ouvrant l’urne qu’ils se sont rendu compte de l’erreur. L’étiquette du sac contenant les cendres indiquait le nom d’un autre défunt, Gérald Brault, lui aussi décédé il y a quelques jours. La famille a quand même organisé les funérailles, mais elle refuse d’aller plus loin, tant et aussi longtemps que les cendres de son défunt ne soient officiellement identifiées. Kathleen Sharpe, la fille du défunt, n’en revient pas. «On me dit de poursuivre les cérémonies et de ne pas m’en faire, que les centres sont bel et bien celles de mon père, mais le doute persiste, il va toujours persister.» Steven Sharpe, le fils du défunt, est lui aussi ébranlé. «C’est pas fini, c’est pas clos, c’est pas clair. Non c’est pas comme ça que ça devrait se passer.» La famille a fait affaire avec le complexe LeSieur & Frère, présidé par Marc Légaré. Le Groupe a promis une rencontre avec la famille dès lundi pour que toute la lumière soit faite sur cette triste histoire.

25 janvier 2016 : Une femme d’une quarantaine d’années qui a été chargée par un orignal samedi à La Malbaie, dans Charlevoix, a eu toute une frousse avant d’être sauvée par son cousin et l’aide d’un jeune homme de 19 ans. La femme marchait avec ses deux chiens dans le secteur du chemin des Loisirs, près du mont Grand-Fonds, lorsqu’elle a aperçu l’orignal. Elle se serait approchée de la bête afin de la prendre en photo. L’animal, qui s’est possiblement senti menacé par la présence des chiens, a alors foncé sur elle pour l’attaquer, selon le cousin de la femme, Gary Harvey. La femme a bien cru qu’elle allait y rester. Alors qu’elle tentait de fuir, elle a fait une chute sur le sol. L’orignal lui a infligé de nombreux coups avec ses pattes. Elle a subi plusieurs blessures à la tête, au bras et au cou. Heureusement, un jeune homme de 19 ans, qui est un ami de la famille, a pu capter l’attention de l’orignal. La bête s’est alors mise à la poursuite de ce dernier ce qui a permis au cousin de la femme de la secourir. Le jeune homme lui a probablement sauvé la vie. La femme, qui a perdu connaissance à quelques reprises à la suite de l’attaque, a été transportée à l’hôpital. Elle a obtenu son congé quelques heures plus tard. L’orignal aurait pu avoir été pourchassé par des motoneigistes, ce qui pourrait expliquer son comportement agressif.

25 janvier 2016 : «Give me 5000 $. I have a gun.» («Donnez-moi 5000 $. J’ai un revolver») Avec cette simple note écrite sur un bout de papier, un braqueur de banques fait la pluie et le beau temps à Montréal depuis quelques semaines. Depuis le mois de novembre, le suspect a commis sept vols dans des institutions financières. Le dernier de la série a eu lieu le 29 décembre dernier, dans une banque de l’avenue Monkland, dans le secteur de Notre-Dame-de-Grâce. Selon la police, le suspect procède toujours de la même façon lors de ses braquages: il fait la file et attend son tour comme tous les autres clients. Puis, une fois au comptoir, il glisse sa note écrite en anglais à la caissière. Une fois qu’il obtient l’argent, le suspect prend alors la fuite. L’individu recherché a commis ses vols dans les secteurs de Kirkland, Westmount, Pointe-Claire, Dorval, Ahuntsic et Notre-Dame-de-Grâce. Le voleur, qui serait âgé entre 30 et 35 ans, mesure 1,80 m (5 pi 11 po) et pèse environ 80 kg (175 lb). Il a les cheveux foncés possiblement longs et attachés, ainsi qu’une barbe plutôt longue et grisonnante (qui pourrait être fausse). Lors de plusieurs braquages, il portait une casquette, dont celle du Canadien de Montréal à au moins une occasion. Toute information pouvant permettre de retrouver le suspect ou de faire avancer l’enquête peut être transmise à Info-Crime, au 514 393-1133.

26 janvier 2016 : Une jeune femme de 22 ans, qui a fait la fête durant la nuit vendredi dernier, a été retrouvée morte par son frère le lendemain dans l’appartement d’une amie, à Lévis. Evelyn Paradis, 22 ans, a été retrouvée morte dans le salon d’une collègue de travail et amie. La police de Lévis a reçu un appel samedi à 10 h 57 provenant du frère de la victime, qui s’inquiétait pour sa sœur, dont il n’avait aucune nouvelle. Cette dernière devait s’envoler pour la Thaïlande l’après-midi même. «Il a retrouvé sa sœur sans vie couchée sur un futon dans le salon de l’appartement d’une amie, sur la côte du Passage», a expliqué le porte-parole de la police de Lévis, Christian Cantin, qui spécifie que le décès ne serait pas lié à un acte criminel. La jeune fille était une employée du Centre de congrès et d’exposition de Lévis. Vendredi soir, elle participait au party de Noël des employés du Centre, et s’occupait du service derrière le bar. La direction du Centre de congrès a expliqué au Journal de Québec que la soirée, lors de laquelle tous les employés ont reçu des coupons pour quatre consommations, s’est terminée à 1 h du matin. Le taxi était payé par l’employeur à tous les participants pour retourner à leur résidence. La jeune femme et son frère, qui travaillaient au même endroit, ont donc pris un taxi pour faire le trajet du retour à la maison. Pour une raison inconnue de la direction du Centre de congrès, la jeune femme ne serait pas rentrée à son domicile comme prévu. Elle a plutôt terminé la fête chez une amie.

27 janvier 2016 : Une femme de 27 ans reposait dans un état critique, mais stable, à la suite d’une agression armée survenue dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal. Un peu avant 1 h, la victime aurait été agressée alors qu’elle marchait sur l’avenue de Monkland, près de l’avenue Girouard, par un homme de 25 ans. Selon Benoît Boisselle, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, le suspect l’aurait gravement blessé au haut du corps avec une arme blanche. La dame a été transportée à l’hôpital où les autorités disaient craindre pour sa vie. Son état de santé s’est toutefois stabilisé au cours de la nuit, tout en étant toujours considéré comme critique. L’homme s’est enfui avant l’arrivée des policiers, mais a été retrouvé non loin des lieux de l’agression avec l’aide du maître-chien. Il a été arrêté et devrait être rencontré par les enquêteurs au cours de la journée. Un périmètre de sécurité a été mis en place. Les enquêteurs devaient tenter de comprendre les circonstances de l’événement. Le motif de l’agression ainsi que le lien qui unit la victime et son agresseur sont inconnus.

27 janvier 2016 : Yves Martin, un chauffard accusé d’avoir causé la mort d’une petite famille dans le rang Saint-Paul à Laterrière en août dernier, pourra essayer d’obtenir une liberté provisoire pour une deuxième fois, comme la Cour supérieure l’a décidé en octobre dernier. C’est ce qu’a tranché, la Cour d’appel du Québec, qui avait à se pencher sur la question après que l’avocat de Martin, Me Jean-Marc Fradette, eut demandé que son client soit remis en liberté à la suite de ce que le criminaliste a qualifié « d’une série d’erreurs ». Le 1er août 2015, Matthieu Perron, Vanessa Viger – qui était enceinte – et leur enfant de quatre ans ont perdu la vie après avoir croisé la route d’Yves Martin. Selon des témoins de l’accident, Martin filait à vive allure lorsqu’il aurait effectué un dépassement illégal pour ensuite heurter de plein fouet la voiture des victimes. Arrêté, l’homme de 35 ans s’est soumis à une première enquête sur cautionnement en septembre, et le juge Michel Boudreault avait décidé de ne pas le remettre en liberté. Toutefois, avant de rendre sa décision, le magistrat aurait demandé à un policier, à l’extérieur de la Cour, si la ligne tracée sur la route dans le rang Saint-Paul était double ou pointillée, un détail qui n’était pas ressorti lors de l’enquête sur remise en liberté.

27 janvier 2016 : Un voleur de voiture a eu toute une surprise lorsqu’il s’est aperçu qu’un enfant de 5 ans se trouvait sur la banquette arrière du véhicule qu’il venait de s’emparer, mardi matin, à Longueuil. Il était environ 7 h 35 lorsqu’une mère de famille s’est arrêtée à la station-service Esso, à l’angle du boulevard Cousineau et de la route 116, dans le secteur de Saint-Hubert, pour aller faire un achat rapide. À sa sortie, elle a vu sa voiture quitter en direction de l’autoroute 30. Un individu venait de la lui voler, avec son enfant à bord. Lorsque le voleur s’en est aperçu, il est revenu sur ses pas et a laissé le véhicule à l’arrière de la station-service. «Grâce à la description physique du suspect et des vêtements qu’il portait fournie par l’enfant, l’individu a été localisé un peu plus loin quelques minutes plus tard», a indiqué l’agent Tommy Lacroix, porte-parole de la police de Longueuil. L’enfant a été un peu secoué, mais il n’a pas été blessé. L’homme devrait être accusé de vol de véhicule, mais pas d’enlèvement d’enfant, ont fait savoir les autorités.

27 janvier 2016 : Des policiers de la région de Toronto mettent en garde les internautes contre les risques grandissants de «sextorsion» sur le web. Ce sont les enquêteurs de la police régionale de York, qui ont sonné l’alerte après avoir reçu plusieurs plaintes d’hommes de la région de Toronto qui ont été victimes de ce genre de chantage sur l’internet. Le phénomène est grandissant à travers le pays et le monde. Le modus operandi des criminels est presque toujours le même. Se faisant passer pour des femmes sur les médias sociaux, ils prennent contact avec des hommes et les encouragent à se dévêtir et à faire des actes sexuels devant une caméra. Les malfaiteurs ne les informent toutefois pas qu’ils sont alors enregistrés. Les vidéos compromettantes en main, les cybercriminels font chanter leurs victimes en les menaçant de les partager avec leurs proches ou amis s’ils ne leur transfèrent pas des sommes d’argent. «Ces arnaques en ligne sont souvent insuffisamment signalées en raison du niveau de la gêne ressentie par les victimes», a affirmé la police régionale de York dans un communiqué. La police soupçonne qu’il s’agit là d’une entreprise internationale d’extorsion. Selon les policiers, les victimes ne semblent pas avoir de lien entre elles. Il est toujours conseillé de se méfier de messages sur les réseaux sociaux ou de courriels provenant d’étrangers et de ne jamais cliquer sur les hyperliens pouvant s’y trouver. La police recommande aussi aux internautes de recouvrir la caméra de leur ordinateur lorsqu’ils ne l’utilisent pas.

28 janvier 2016 : Une femme d’une cinquantaine d’années qui se déplaçait en fauteuil roulant électrique a subi de graves blessures quand elle a été heurtée par un véhicule, mercredi après-midi, dans le Vieux-Longueuil. La victime traversait pourtant la rue à une traverse piétonnière lorsqu’elle a été happée par le véhicule utilitaire sport (VUS), vers 15 h 40, tout près de l’intersection des rues Saint-Charles et Guilbault. «Normalement, elle avait la priorité pour traverser», a indiqué Mélanie Mercille, porte-parole de la police de Longueuil. Les autorités ignorent pour le moment pourquoi le conducteur du VUS ne s’est pas immobilisé. La vitesse et l’alcool ne seraient toutefois pas en cause dans le drame. Souffrant de graves blessures au haut du corps, la victime a été transportée d’urgence à l’hôpital. La rue Saint-Charles a été fermée à la circulation entre les rues Labonté et Saint-Sylvestre pour la durée de l’enquête.

28 janvier 2016 : Un jeune Albertain a été gravement blessé après que sa cigarette électronique lui eut explosé en plein visage. Ty Greer, 16 ans, fumait sa cigarette électronique lorsque celle-ci lui a explosé dans la bouche, a rapporté Global News. Il souffrirait d’importantes brûlures au premier et au second degré. «C’était horrible», a déclaré Perry Greer, le père de Ty. «Aucun père ne devrait être témoin d’une chose pareille», a-t-il ajouté. Des photos du jeune homme montrent des brûlures importantes sur le visage et dans la bouche, ainsi que des dents brisées. «L’explosion a créé une grosse boule de feu qui a même brûlé son sac de sport», a raconté Perry Greer. Une fois à l’hôpital, le personnel soignant a dû administrer de la morphine au jeune homme tant la douleur était forte. Selon son père, Ty est un joueur de hockey prometteur.

28 janvier 2016 : Une opération de remorquage a eu lieu jeudi avant-midi afin de retirer des eaux du fleuve Saint-Laurent deux véhicules partiellement submergés après que la glace eut cédé sous leur poids, mercredi soir. L’incident est survenu peu après 18 h à la mise à l’eau à la hauteur de la 33e avenue, dans le secteur de Pointe-aux-Trembles. Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, quatre hommes étaient en train de manger dans une roulotte près de la rive lorsqu’ils ont vu l’eau monter sur la glace. Deux d’entre eux ont réussi à partir à temps avec leur voiture, mais deux autres véhicules se sont retrouvés dans l’eau. Une remorqueuse a été appelée, mais elle s’est elle aussi enlisée dans l’eau. Deux autres remorqueuses sont arrivées en renfort pour retirer la première, mais en raison de l’heure avancée il a fallu poursuivre l’opération jeudi matin. Le premier des deux véhicules enlisés a finalement été retiré vers 10 h, jeudi. Le deuxième véhicule a finalement pu être sorti de l’eau peu avant midi, une opération «complexe» selon Serge Mirault, responsable de l’opération de remorquage. Les spécialistes ont dû être attachés avec des harnais pour s’aventurer sur la glace et aller accrocher un câble au véhicule immergé. Heureusement, personne n’a été blessé, autant lors de l’incident de mercredi soir que lors de l’opération de remorquage.

28 janvier 2016 : Une maison a été lourdement endommagée lors d’un incendie considéré comme suspect survenu ce soir à Varennes, en Montérégie. Le feu aurait éclaté vers 21 h 30 à l’extérieur d’un jumelé situé sur la rue Théodore-Robitaille. Les flammes se seraient ensuite propagées à la résidence, a expliqué le capitaine Michel Lefebvre de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent. «L’incendie a causé des dommages considérables» à la maison, a-t-il dit. L’autre maison rattachée n’a pas été endommagée. Le dossier a été transféré à la Régie pour enquête. «Des enquêteurs devraient se rendre sur place demain (jeudi) matin pour analyser le tout», a indiqué le capitaine. Selon lui, il n’y a pas eu de blessé, mais les occupants de la résidence ont dû être évacués au cours de l’opération.

Février au Québec

Janvier au Québec

Sources des nouvelles parues cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>