Ligne du temps-2016

15 août – 21 août 2016

15 août – 21 août 2016

C’est arrivé au Québec entre le 15 août et le 21 août 2016

Voir aussi : Les  événements qui ont eu lieu entre le 8 août et le 14 août 2016

15 août 2016 : Un homme dans la quarantaine ou début de la cinquantaine est mort lundi soir dans un accident de la route à Yamaska, en Montérégie. L’homme était le passager d’une fourgonnette qui a été emboutie sur le côté du passager par un camion pompe à béton. L’accident est survenu sur la route 132 vers 19 h 45. Selon les informations recueillies par la Sûreté du Québec, le camion suivait la fourgonnette en direction est lorsque le conducteur de la fourgonnette a entamé un virage à gauche avant de revenir subitement dans sa voie. C’est à ce moment que le camion pompe a heurté le côté droit du plus petit véhicule, blessant ainsi grièvement le passager. Ce dernier a succombé à ses blessures à l’hôpital. Le conducteur de la fourgonnette n’a subi que de légères blessures. La police soupçonne que l’alcool a pu jouer un rôle dans cet accident et soumettra le conducteur de la fourgonnette à une prise de sang. Il pourrait faire face à une accusation d’avoir conduit un véhicule avec les capacités affaiblies par l’alcool en causant la mort. Après l’impact, le camion pompe s’est renversé sur son côté droit et a poursuivi sa course dans cette position sur la chaussée sur plusieurs mètres. Le conducteur n’a été blessé que légèrement.

15 août 2016 : Les propriétaires du perroquet Paco, dérobé samedi de leur animalerie de Saint-Placide, dans la région des Laurentides, sont toujours inquiets quant au sort de leur animal, mais veulent d’abord donner une chance à celui qui l’a volé de le ramener. Une caméra de surveillance a filmé le vol. On y voit un homme saisir le perroquet très docile et s’en aller avec lui. Melie Breton, propriétaire de Paco, lance un cri du coeur. «Pour l’instant, on lui donne le temps de venir nous porter l’oiseau, parce que ce qui est vraiment important pour nous, en fait, c’est juste de retrouver Paco. C’est sûr que sur le coup, on était un petit peu en colère, évidemment, mais avec le temps qui a passé, on est surtout très inquiets pour lui et on a de la peine de ne plus l’avoir avec nous. Donc, ce qu’on veut principalement, c’est que si les gens reconnaissent l’oiseau, de nous l’apporter ou de nous prévenir, soit nous ou les autorités de leur ville.» Le larcin a été commis samedi après-midi. L’homme que l’on voit sur les images était accompagné d’une femme et de deux enfants. Pendant que la femme parlait avec les propriétaires, il en a profité pour prendre l’oiseau. C’est la deuxième fois que Paco se fait subtiliser. «Il est tellement gentil, tellement sociable; il va voir les gens. C’est pour ça qu’on l’aime, d’ailleurs. Il a tellement un grand coeur. Il lui a même donné un bisou tout de suite alors qu’il ne le connaissait même pas. Donc, c’est pour ça qu’il a été facile à prendre. C’est tellement un bel oiseau aussi!», a raconté Melie Breton.

15 août 2015 : Un homme a été retrouvé sans vie dans le parc Marie-Victorin, à Longueuil, tard dimanche soir. Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) a précisé qu’un appel a été logé vers 23 h 30 auprès du 911 pour rapporter la découverte du corps de l’homme. «Les enquêteurs tentent de déterminer les causes exactes de l’événement», a indiqué Mélanie Mercille, porte-parole du SPAL. Sur place, les enquêteurs ont terminé leur travail et il n’y a plus de scène sur les lieux. Les premières constatations laissent entendre qu’il ne s’agirait pas d’un acte criminel. La police invite toute personne qui a de l’information sur cet événement à contacter les services d’urgence via le 9-1-1 ou le 450 463-7211.

16 août 2016 : Pas moins de 13 bris d’aqueduc sont survenus au cours de la journée de mardi à Montréal. La situation exceptionnelle a causé des inondations et d’importants ralentissements sur le réseau routier. Les fuites d’eau ont eu lieu dans les arrondissements de Rivières-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles (4), de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (2), de Ville-Marie (3), du Sud-Ouest (3) et de Verdun (1). La série de fuites d’eau a débuté au cours de la nuit et elle s’est poursuivie pendant une bonne partie de la journée.

16 août 2016 : Un Rimouskois de 27 ans a perdu la vie mardi sur le chantier hydroélectrique de la rivière Romaine, sur la Côte-Nord. L’homme était un employé de Projexco-Séma, une entreprise de Sainte-Flavie spécialisée dans la conception et la fabrication de ponts. L’accident s’est produit vers 9 h 40 à la hauteur de Romaine-4, environ 150 km au nord d’Havre-Saint-Pierre. Le travailleur oeuvrait à la construction d’un pont et l’accident se serait produit lors de la manipulation de poutres. La Sûreté du Québec (SQ) évoque qu’il pourrait y avoir eu une chute. La SQ et deux inspecteurs de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail enquêtent sur place. Il s’agit du troisième accident mortel à survenir depuis le début des travaux au chantier du complexe hydroélectrique de 1550 MW. En février 2010, l’opérateur Gaétan Saucier s’est noyé après que le débardeur à câble qu’il opérait se soit enfoncé dans un étang. En mars 2015, dans des circonstances similaires l’opérateur de pelle hydraulique Steeve Barriault s’est noyé, alors que son engin a basculé dans une fosse d’eau. Hydro-Québec, maître d’œuvre du chantier, n’a pas encore retourné nos appels.

16 août 2016 : Plusieurs Québécois ont été privés de courant durant une bonne partie de la nuit de mardi à mercredi en raison des fortes pluies survenues dans le sud du Québec. Vers 7 h mercredi matin, il restait encore près de 20 000 clients d’Hydro-Québec sans électricité. En tout 19 993 foyers étaient plongés dans le noir dans tout le Québec. La majorité des pannes affectaient Montréal (15 218), l’Outaouais (1071) et la Montérégie (2698). Au plus fort de la tempête, vers minuit, plus de 100 000 foyers étaient privés de courant. La société d’État avait fait savoir en soirée que les conditions météorologiques étaient en cause dans ces interruptions de service. Selon Environnement Canada, environ 67 millimètres de pluie sont tombés au cours de la nuit sur Montréal, un peu plus de 40 mm en Beauce et 25 mm à Mont-Tremblant. Cette situation a causé quelques désagréments aux automobilistes de la région métropolitaine. Entre autres, la bretelle de l’autoroute 40 ouest en direction de l’autoroute 13 nord a dû être fermée durant quelques heures mardi soir en raison d’une grande quantité d’eau sur les voies, a indiqué le ministère des Transports du Québec (MTQ) sur Twitter. D’ailleurs, une voiture a dû être remorquée, car elle s’est retrouvée coincée dans une importante accumulation d’eau sur une voie de desserte de l’autoroute 40. À Boucherville, la route 132 ouest à la sortie du boulevard de Montarville était aussi inaccessible aux automobilistes à cause de la quantité d’eau importante sur la chaussée, a tweeté le MTQ. Également une partie du boulevard Laurentien, près du boulevard Henri-Bourassa Ouest, ainsi que la chaussée du viaduc Salaberry, dans l’arrondissement de Ahunstic-Cartierville, ont été inondées au cours de la soirée. Les conditions devaient s’améliorer et du soleil était prévu un peu plus tard dans la journée de mercredi. Environnement Canada a d’ailleurs levé mercredi matin ses avertissements de fortes pluies pour toute la province, sauf pour la Beauce qui devait recevoir encore d’importantes averses jusqu’au lever du jour.

17 août 2016 : Paco, le célèbre perroquet Grand Alexandrine de la volière «Perroquets en folie», qui avait été dérobé pour la deuxième fois en cinq ans en fin de semaine dernière, a été retrouvé par des policiers de la Sûreté du Québec. C’est à la suite d’une information du public que les agents se sont présenté à une résidence de Sainte-Sophie, dans les Laurentides, lundi en fin de journée. Sur place, les policiers ont découvert l’oiseau dans une boîte. L’occupant de la maison, l’homme qu’on apercevait sur la vidéo de surveillance qui avait capté le vol, se cachait à proximité durant la visite des agents. La police a réussi communiquer avec lui plus tard et il pourrait être accusé à la suite du vol de l’oiseau. Paco a été rendu à sa propriétaire, Melie Breton.

17 août 2016 : Des dizaines de personnes ont été évacuées mercredi matin alors qu’un immeuble à logements était la proie des flammes dans le quartier Villeray, à Montréal. Le feu s’est déclaré vers 4 h dans le bâtiment de quatre étages de la rue Boyer, près de la rue Leman, dans lequel vivent des personnes âgées. Les pompiers se sont rendus sur place et ont procédé à des sauvetages à l’intérieur des appartements à l’aide de grandes échelles. Durant l’opération, d’imposantes flammes étaient visibles par une fenêtre de l’un des logements du dernier étage.

17 août 2016 : L’homme de 80 ans qui aurait aspergé sa femme d’essence avant d’y mettre le feu, le mois dernier, à Côte-Saint-Luc a été accusé de meurtre prémédité mercredi après-midi, à Montréal. Salomon Abeassis fait désormais face à l’accusation la plus grave du code criminel. L’octogénaire était considéré jusqu’à tout récemment comme un «témoin important» dans le dossier du meurtre de sa conjointe de 75 ans. L’enquête a toutefois permis de le relier directement au crime. Le meurtre a eu lieu le 10 juillet dans le logement que le couple partageait sur le chemin Guelph, à Côte-Saint-Luc. Pour une raison inconnue, Abeassis aurait aspergé sa femme d’essence avant d’y mettre le feu, la transformant du même coup en torche humaine. La septuagénaire a succombé à ses blessures peu de temps après à l’hôpital. Son mari avait quant à lui été légèrement blessé lors de l’incendie. Il s’agissait du neuvième meurtre à être commis à Montréal depuis le début de l’année.

17 août 2016 : La police de Montréal a confirmé mercredi matin qu’elle traitait le dossier du corps découvert dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville mardi après-midi comme un meurtre. C’est à la suite d’un appel vers 14 h aux services d’urgence que le corps de l’homme de 55 ans a été retrouvé sans vie dans un appartement de la rue Ranger dans le secteur Cartierville. Mardi soir, l’agent Jean-Pierre Brabant du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) indiquait que «certains éléments sur la scène laissent croire à une mort suspecte». Désormais, le dossier est considéré comme le 10e homicide à survenir sur le territoire cette année. Une autopsie sera pratiquée dans les prochains jours sur le corps de la victime. Le SPVM n’a procédé à aucune arrestation dans ce dossier. 18 août 2016 : Parce qu’un chien se trouvait sur son terrain, un résident de Val-des-Monts, en Outaouais, a tout simplement décidé d’abattre l’animal en déchargeant son arme à feu sur lui. Pour son geste, l’individu de 55 ans a été arrêté et s’expose désormais à de graves accusations criminelles. Selon les autorités, le résident du chemin Saint-Antoine pourrait être accusé d’avoir tué un animal, d’avoir déchargé une arme à feu avec insouciance, d’usage négligent d’une arme à feu et d’entreposage négligent de deux armes à feu. L’homme a été libéré et devra respecter plusieurs conditions d’ici sa comparution devant le juge, prévue le 6 octobre. La Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais a indiqué que l’enquête dans ce dossier était toujours en cours et que d’autres accusations pourraient s’ajouter. Le chien abattu est un dogue argentin mâle de un an et demi.

18 août 2016 : À peine deux semaines après avoir emménagé dans son nouveau logement, un homme de 45 ans a été assassiné à deux pas de chez lui, jeudi avant-midi, dans le secteur de Cartierville, à Montréal. «Il était étendu dans la voiture, plein de sang. Il était tellement pâle. C’était traumatisant à voir.» Nina se souviendra longtemps de la vision d’horreur qu’elle a eue: à quelques mètres d’elle, Joseph Sarikakis a été tué en pleine rue. Le crime a été commis un peu avant l’heure du dîner sur une petite rue qui longe le boulevard de l’Acadie, fort achalandé à ce moment de la journée. La femme, qui a préféré taire son nom de famille par crainte de représailles, affirme avoir entendu quatre coups de feu, aux environs de 11 h 30. Les détonations ont attiré son attention. Elle s’est approchée et a aperçu la victime, étendue sur le siège du passager d’une Mazda 3. «Ce n’était pas beau à voir», a raconté la témoin, encore sous le choc. Joseph Sarikakis ne respirait plus et des manœuvres de réanimation ont été tentées pour la ramener à la vie. Mais sans succès. Son décès a été constaté par un médecin un peu plus tard à l’hôpital. Il s’agit du 11e meurtre à survenir à Montréal depuis le début de l’année. En soirée, la police de Montréal a annoncé l’arrestation de deux hommes de 27 et 25 ans en lien avec ce meurtre. La victime était bien connue des milieux policiers. Bien que le crime a toutes les apparences d’un règlement de comptes, la police n’a pas voulu s’avancer quant au motif possible de cette attaque. Chose certaine, quelqu’un était au courant de la nouvelle adresse de Joseph Sarikakis et savait où le trouver. La victime a été tuée à une trentaine de mètres de son nouveau domicile. Au cours des 10 dernières années, Joseph Sarikakis a eu de nombreux démêlés avec la justice qui lui ont valu quelques séjours en prison. Il était d’ailleurs en attente de son procès dans une affaire d’agression armée.

18 août 2016 : Les circonstances de la mort d’un bambin survenue à Saint-Jérôme, mercredi, étaient toujours nébuleuses jeudi. En journée, la police de Saint-Jérôme a été appelée à intervenir concernant le décès d’un enfant de moins d’un an sur la rue des Prés. Selon TVA Nouvelles, le bambin a été retrouvé inanimé dans son banc d’auto dans une voiture. Il a été transporté vers un centre hospitalier où son décès a été constaté. Une des hypothèses envisagées est que l’enfant pourrait avoir passé un certain temps seul dans l’auto. L’événement est survenu en face d’un centre de la petite enfance. Tôt jeudi matin, la directrice de l’établissement, visiblement encore bouleversée, a confié à TVA Nouvelles vouloir mettre tous les efforts pour rassurer les autres enfants. Le dossier a été remis par la police de Saint-Jérôme au Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec, «ce qui est la procédure lors des décès d’enfants de moins de six ans», a indiqué la porte-parole de la SQ Hélène Nepton. La SQ n’a pas révélé les causes et circonstances du décès, indiquant que toutes les hypothèses sont envisagées. Aucune autre information n’a été dévoilée puisque «l’enquête vient de débuter», a précisé Mme Nepton. Une autopsie sera pratiquée sur le corps du bambin au cours des prochains jours afin de déterminer la cause du décès.

19 août 2016 : L’homme accusé d’avoir poignardé un agent de sécurité après avoir commis un vol à l’étalage il y a deux semaines a été trahi par sa carte OPUS, qu’il a utilisée juste après le crime qui lui est reproché. Hicham Chaouby, 42 ans, pensait avoir réussi à échapper à la police après son crime allégué, le 6 août dernier. Ce jour-là, il se serait présenté dans une pharmacie Jean Coutu du centre-ville et aurait volé un article, possiblement des haut-parleurs. L’alarme aurait toutefois été déclenchée à la sortie, et Chaouby se serait enfui. Un agent de sécurité de 19 ans a alors couru à sa poursuite, mais quelques rues plus loin, Chaouby se serait arrêté pour attendre­­ l’agent avec un couteau. Dès que l’agent a tourné le coin de rue, Chaouby lui aurait sauté dessus. «La victime a été poignardée deux fois au niveau du cœur», a indiqué une source bien au fait du dossier. L’agent de sécurité a subi de graves blessures, qui ont nécessité une opération à cœur ouvert. Il a toutefois survécu, mais il devra maintenant passer au travers d’une longue convalescence qui pourrait durer six mois. Mais pendant que les ambulanciers s’occupaient de la victime, les enquêteurs de la police­­ de Montréal n’ont pas attendu avant de démarrer leur enquête. En examinant des bandes de vidéosurveillance, ils auraient vu l’agresseur s’enfoncer dans le métro. L’accusé­­ a alors utilisé sa carte OPUS enregistrée à son nom. Cela a permis aux enquêteurs d’avoir son nom. Une information du public, après la médiatisation de l’affaire, a ensuite permis­­ d’arrêter Chaouby, à son domicile de Saint-Léonard. L’accusé tentera d’obtenir sa libération sous caution vendredi, au palais de justice de Montréal.

19 août 2016 : Un homme a été assassiné par balle et un autre grièvement blessé par le même tireur, dans un appartement du centre-ville de Montréal, vendredi soir. Plusieurs appels ont été faits vers 20 h 30 au 911 concernant des coups de feu dans un immeuble du boulevard de Maisonneuve Ouest, entre les rues Saint-Marc et Saint-Mathieu. Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), une personne a tiré sur les deux hommes, dans un appartement. L’un d’entre eux est mort sur place, l’autre a été transporté vers un centre hospitalier. Peu avant minuit, les médecins estimaient qu’il était finalement hors de danger. Les enquêteurs du SPVM se sont rendus sur place pour analyser la scène et tenter de faire la lumière sur l’événement. Le boulevard de Maisonneuve était fermé à hauteur de la rue Saint-Mathieu tard dans la nuit. Très tôt dans la matinée, ils ont réussi à arrêter un suspect sur la rive sud de Montréal. D’après les premiers éléments, un conflit aurait éclaté entre les trois protagonistes qui a priori se connaissaient. Les enquêteurs n’ont pas encore pu déterminer la nature du conflit.

20 août 2016 : Les funérailles du camionneur Gilbert Prince, décédé tragiquement lors de l’explosion de son camion-remorque la semaine dernière sur l’autoroute 40, ont eu lieu samedi, à Sainte-Anne-des-Plaines, dans les Laurentides. Les proches et la famille de l’homme étaient sur place à l’église de Sainte-Anne-des-Plaines, de même que plusieurs citoyens. «Gilbert était un homme très présent dans la communauté. C’était un homme de cœur», a souligné le célébrant de la messe d’adieu. De nombreux camionneurs qui se sont sentis interpellés par l’événement ont aussi répondu présents. Avant l’événement, un cortège de camions qui faisaient résonner leurs klaxons a d’ailleurs défilé devant l’église. Des membres de la famille précédaient la colonne de véhicules. Tous les employés de l’entreprise EGGR, pour laquelle travaillait Gilbert Prince, ont eu congé pour pouvoir assister à la cérémonie. «Tout le monde est là pour rendre hommage à Gilbert et soutenir la famille, a déclaré un camionneur présent. On est là pour les aider. On a découvert en Mme Prince quelqu’un d’extrêmement courageux, c’est incroyable.» «On vient pour saluer, pour rendre un dernier hommage à notre collègue. C’était vraiment un bon gars. Ce qu’il a vécu, c’est complètement atroce.» De nombreux citoyens tenaient rendre hommage au père de famille de quatre enfants et grand-père plusieurs fois. Le maire de Montréal a tenu à être présent. «Beaucoup d’amour, beaucoup de simplicité, beaucoup de solidarité, beaucoup de dignité», a dit Denis Coderre. Fraîchement arrivé en poste au ministère des Transports, Laurent Lessard a dit qu’une annonce concernant le transport des matières dangereuses se ferait sous peu. «Dans tout ça, il y a une question beaucoup d’information, qui fait quoi et le transmettre à la population. Dans les prochaines semaines, je vais avoir l’occasion avec vous d’élaborer et de présenter quel sera ce plan-là», a dit le nouveau ministre. À la sortie de la cérémonie, sa famille a quitté sous les applaudissements des collègues de Gilbert Prince. Le camionneur Gilbert Prince, 59 ans, est mort prisonnier dans la cabine de son poids lourd, dans un spectaculaire accident suivi d’un incendie qui a entraîné la fermeture d’une portion de l’autoroute 40 à Montréal, il y a 10 jours. M. Prince laisse dans le deuil sa femme, ses quatre enfants et plusieurs petits-enfants.

20 août 2016 : Un jeune homme d’une vingtaine d’années s’est noyé dans le lac Saint-Pierre. Le drame s’est déroulé devant plusieurs amis qui s’étaient réunis à l’occasion d’une soirée. « Le jeune homme a effectué un saut périlleux dans le lac vers minuit et n’a pas pu rejoindre les berges. Ses amis n’ont pas été en mesure de lui porter secours », a expliqué Dominic Gallant, sergent de la MRC Collines-de-l’Outaouais en charge de l’enquête. Les services d’urgence ont été appelés et une équipe de plongeurs de la Sûreté du Québec était en route samedi matin pour tenter de retrouver le corps.

21 août 2016 : Les policiers de Québec en ont eu plein les bras samedi soir, alors que 12 cas de conduites avec les facultés affaiblies ont été rapportés sur le territoire, dont 11 avaient plus du double de la limite permise par la loi. Selon le lieutenant Jean-Pierre Côté, du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), plusieurs raisons peuvent expliquer le nombre anormalement élevé de cas de conduite avec les facultés affaiblies. «C’était très festif hier en ville, les terrasses étaient pleines. C’est une des grosses, sinon la plus grosse soirée que l’on a eue en ville.» En effet, avec le spectacle de Céline Dion, le Festival celtique et le Festibière, les policiers de Québec ont été très actifs. Jean-Pierre Côté qualifie toutefois cette situation «d’inhabituelle.» «Hier, c’était vraiment particulier et tangible […] Ce n’est pas juste des ballounes que, peut-être, ils [ces personnes] avaient juste un peu consommé, ils l’ont vraiment échappé», précise-t-il.¸ Dans l’un des cas, le conducteur en état d’ébriété a même causé un léger accident, mais seul ce dernier a subi des blessures mineures, rapporte le lieutenant Côté. «On a été chanceux», note-t-il à ce sujet. Dans un autre cas, un conducteur est entré à sens inverse dans une rue. Encore là, les policiers ont pu l’intercepter avant qu’il ne soit trop tard, indique le lieutenant Côté. Jean-Pierre Côté explique qu’en raison du nombre élevé d’événements qui se tenait samedi soir, le SPVQ avait un plus grand nombre d’effectifs policiers qu’à l’habitude, ce qui pourrait aussi expliquer pourquoi plus de conducteurs se sont fait prendre la main dans le sac. Dans tous les cas, le lieutenant Côté souligne qu’il s’agit de l’une des pires soirées de l’été pour l’alcool au volant. À 15 h, par voie de communiqué, la Ville de Montréal a affirmé que la situation était désormais «sous contrôle» et qu’elle devait être «complètement maîtrisée au cours des prochaines heures». Diverses inspections auraient permis d’identifier l’origine du problème. «Dans le cadre d’opérations courantes sur le réseau principal, des manipulations de vannes sur une conduite d’aqueduc de 48 pouces de diamètre ont entraîné une hausse de pression. Les conduites les plus vulnérables auraient cédé suivant cette variation de pression», a fait savoir la Ville dans son communiqué. Cette variation de pression dans les conduites aurait ainsi provoqué une réaction en chaîne. Selon les autorités municipales, sept bris de conduite faisaient l’objet de travaux de réparation d’urgence en fin d’après-midi, tandis que les autres conduites devaient être réparées en cours de soirée. Les autorités rapportent qu’un seul secteur a été touché par des inondations, près de l’intersection des rues Hochelaga et des Ormeaux, dans l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Par ailleurs, un avis d’ébullition préventif a été distribué à toutes les portes dans le secteur de la 6e avenue, à Rivières-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

21 août 2016 : La psychiatre de Richard Henry Bain s’est fait arrêter pour avoir eu par mégarde une balle de gros calibre dans son sac à main lors d’une fouille au palais de justice de Montréal le mois dernier. «Quand c’est arrivé, j’ai été ébranlée», explique la psychiatre judiciaire Marie-Frédérique Allard, qui fait partie des 87 personnes arrêtées depuis l’implantation des arches de sécurité au palais de justice à la fin juin. Il s’agit d’une hausse importante par rapport aux 96 arrestations de janvier à juin 2016. La psychiatre, qui estime que Bain ne devrait pas être tenu criminellement responsable du meurtre de Denis Blanchette, s’était présentée au palais afin d’assister au témoignage de l’accusé. Elle avait toutefois dû se soumettre à une fouille qui a permis l’étonnante découverte. La Dre Allard a brièvement été détenue avant d’être libérée. Elle est arrivée en pleurs à la cour. «C’était la première fois que je me faisais arrêter, j’étais inquiète, je me posais des questions sur les conséquences que cela pouvait avoir dans le procès», explique la psychiatre. Selon elle, la balle s’est retrouvée dans son sac par mégarde. Un policier lui aurait montré le fonctionnement d’une arme lors de la préparation d’un dossier et c’est ainsi que la munition se serait retrouvée dans son sac. «Elle ne savait même pas qu’il y avait une balle [dans son sac]», soutient l’avocat de Bain, Alan Guttman. Un mois après l’incident, aucune accusation n’a été déposée contre Marie-Frédérique Allard. Mais les enquêteurs des constables spéciaux, qui sont basés à Québec, sont débordés. Depuis la fin juin, le nombre d’arrestations au palais de justice de la métropole a grimpé en flèche, augmentant considérablement le nombre d’enquêtes.

séminaire de québec 15 août 2016

Grand séminaire de Québec. Photographie : GrandQuebec.com

Voici les sources que nous avons consultées pour ajouter ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>