Ligne du temps-2016

1er septembre – 7 septembre 2016

1er septembre – 7 septembre 2016

C’est arrivé au Québec entre le 1er septembre et le 7 septembre 2016

Voir aussi : Les événements qui ont eu lieu entre le 28 août et le 31 août 2016

1er septembre 2016 : Un spécialiste des reptiles affirme que la cavale du python à Verdun, toujours activement recherché, le rend vulnérable. Il pourrait faire les frais de prédateurs urbains, tels un chat, un chien ou même un raton laveur. «Les chats et chiens peuvent être ses prédateurs, car ce n’est pas un gros python», reconnaît Sébastien Rouleau, herpétologiste au Zoo Ecomuseum. «S’il se sent menacé et riposte, ça peut décourager le chat ou le chien. Et vu que l’animal est stressé, il n’aura peut-être pas un réflexe de prédation.» Le python royal de 1,22 m perdu le 25 août est beaucoup plus vulnérable dans un environnement urbain, étant donné une perte de repères. «C’est une expérience stressante de se retrouver dans un nouvel environnement non familier. Son adaptation est une question de court terme, car l’hiver s’en vient et il ne pourrait pas survivre au gel.» Adaptées au climat, même les couleuvres se battent pour survivre en milieu urbain. «Les milieux résidentiels ne sont pas adaptés à nos couleuvres indigènes. Il n’y a pas d’alimentation ni de cachette.» Recherchant la chaleur, chère au bon fonctionnement de son métabolisme, le froid automnal serait hostile à la prénommée Lady. La rigueur de l’hiver lui serait cependant fatale. «À moins d’avoir un endroit à l’intérieur d’une maison ou un accès à un garage chauffé, il pourrait passer l’hiver, ajoute le biologiste de formation. Mais pas à l’extérieur, comme dans un terrier, il ne pourrait pas survivre.» Ève Surprenant Desjardins, spécialiste des animaux exotiques qui participe aux recherches depuis huit jours avec la firme Animex, renchérit quant aux possibles cachettes. «Il pourrait survivre dans une entrée de sécheuse, car il fait chaud, ou entre deux murs. » Rappelons que le serpent constricteur provenant d’Afrique a été vu la dernière fois lundi près d’un duplex de la rue Willibrord. L’arrondissement permet les serpents non venimeux de moins de trois mètres, mais le maire Jean-François Parenteau veut revoir la réglementation pour que les bêtes exotiques comme celle-ci soient enregistrées. La propriétaire pourra donc le récupérer, à moins d’un malencontreux événement. Elle s’expose à une contravention pour animal errant de 150 $, en plus des frais de cour.

1er septembre 2016 : Les policiers de Québec enquêtent sur deux cas de morts inexpliqués survenus à quelques heures d’intervalles mercredi soir et tôt jeudi. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes, l’une âgée de 25 ans et la seconde, de 41 ans. Suite à un appel au 911 fait par un ami de l’une des victimes, la femme âgée de 41 ans, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) est intervenu dans un immeuble désaffecté au coin de la rue Marie-de-L’Incarnation et du boulevard Charest à Québec jeudi matin vers 5h30. Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, ils ont trouvé une femme en détresse. Rapidement, elle a été transportée à l’hôpital où son décès a été constaté. «Toutes les causes sont envisagées, c’est-à-dire que ça peut aussi bien être suspect, accidentel, un geste volontaire ou une raison de santé», a expliqué la porte-parole du SPVQ, Nancy Roussel. Le Service de protection contre les incendies de la Ville de Québec (SPIQ) a été appelé sur les lieux dans cette histoire puisque l’immeuble où a été trouvée la femme est jugé insalubre. Des constats d’infraction pourraient être donnés envers le propriétaire des lieux. Cette histoire survient quelques heures après que des passants eurent signalé la présence d’une jeune femme de 25 ans inconsciente dans son automobile près de l’hôpital l’Enfant-Jésus sur le chemin de la Carnardière, mercredi soir peu avant 23h. Après l’arrivée des policiers, la femme a été transportée à l’hôpital où son décès a été constaté. Selon Nancy Roussel, il est toutefois peu probable que les deux affaires soient liées. «Aucun lien à faire pour le moment, a-t-elle confié. Je ne crois pas que les deux enquêtes en viennent à démontrer que les deux cas sont liés.» À cet effet, Nancy Roussel note la différence d’âge des deux victimes ainsi que l’endroit où les corps ont été retrouvés. Elle convient tout de même qu’il est assez rare de voir deux cas de morts inexpliqués survenir dans un laps de temps aussi court. Des enquêtes ont été amorcées pour faire toute la lumière sur ces deux histoires.

2 septembre 2016 : Après plusieurs heures de recherches, le Service de police de la Ville de Montréal a mis fin à la vaste opération qui avait été déclenchée en milieu de journée vendredi dans le quartier Mile End, à Montréal, dans le but de retrouver l’auteur d’un vol de banque. Les policiers ont décidé de suspendre leurs recherches, même si le suspect n’a pas été arrêté et demeure au large. Selon les autorités, deux suspects ont commis un braquage dans une institution financière de l’avenue Bernard vers 11 h 30 et ont ensuite pris la fuite à bord d’un véhicule. À l’intersection des rues Saint-Viateur et Clark, la voiture des suspects est entrée en collision avec un autre véhicule. «Sur place, une femme a été arrêtée, tandis qu’un autre suspect a pris la fuite», a indiqué l’agent Jean-Pierre Brabant, porte-parole de la police de Montréal. Selon certaines informations, l’individu, qui est toujours au large, pourrait être armé. Plusieurs rues ont été fermées pendant l’opération à laquelle ont participé le groupe tactique d’intervention (GTI) et l’escouade canine. Le SPVM a indiqué en fin d’après-midi qu’il avait mis fin à l’opération de recherche intensive dans le secteur, mais que l’enquête se poursuivait.

2 septembre 2016 : Les employés d’emballages Bettez vivent des moments angoissants depuis l’arrestation hautement médiatisée de leur ex-directeur général Jonathan Bettez. Depuis lundi, plusieurs fournisseurs ont tour à tour rompu leur lien d’affaires avec la compagnie, tellement qu’on craint maintenant pour l’avenir de l’entreprise et la quinzaine d’emplois qui s’y rattachent. Il y a d’abord eu la multinationale Kruger qui a annoncé qu’elle ne fournirait plus ses différents types de papiers à l’entreprise familiale. Ont suivi BOD produits chimiques, Dustbane et de nombreux autres fournisseurs. Même le conseil municipal de Trois-Rivières pourrait se pencher sur la question. «Ça vient heurter mes valeurs personnelles, a affirmé le conseiller François Bélisle. Je vais demander quel genre d’entente nous avons avec cette compagnie, voir avec mes collègues si la Ville de Trois-Rivières continue de l’honorer ou si on peut mettre fin à celle-ci.» M. Bélisle présentera la suggestion à ses collègues, mais il trouvera sur son chemin de l’opposition, dont le maire de Trois-Rivières qui ne souhaite pas couler le navire qui amène du pain sur la table d’une quinzaine de familles de la région. Selon ce qu’on a pu apprendre, certains fournisseurs qui ont déchiré leur contrat accepteraient de revenir si le propriétaire de l’entreprise, le père de Jonathan Bettez, acceptait de vendre ses parts.

3 septembre 2016 : Un véhicule a pris feu dans le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine samedi après-midi, causant la fermeture de l’autoroute 25 Nord, sur la Rive-Sud. L’incendie est survenu vers 16 h, sur la 25 Nord, dans le tunnel. Selon la Sûreté du Québec, la conductrice du véhicule en question, une Honda Accord, s’est rendu compte qu’il y avait une «odeur de brûlé», dans sa voiture. L’habitacle du véhicule s’est ensuite rempli de fumée et des flammes ont surgi du capot. La femme a alors abandonné son véhicule et a quitté les lieux. L’événement a causé un important bouchon de circulation. L’autoroute 25 Nord, sur la Rive-Sud, en direction du tunnel, a été fermée complètement pendant une trentaine de minutes. La voie de gauche a ensuite été rouverte. Les autorités attendaient que la voie de droite soit examinée par des spécialistes avant de la rendre accessible aux automobilistes.

3 septembre 2016 : Plus de 24 heures après le braquage d’une banque dans l’arrondissement d’Outremont, à Montréal, un des deux suspects court toujours, tandis que l’autre a comparu samedi. Geneviève Dallaire, la femme de 35 ans qui a été arrêtée en lien avec cet événement vendredi, a comparu samedi après-midi et fait face notamment à une accusation de vol qualifié. Vers 11 h 30 vendredi, un homme et sa complice ont cambriolé une institution financière de l’avenue Bernard Ouest, près de la rue Hutchison, dans l’arrondissement d’Outremont. Ils ont ensuite pris la fuite à bord d’un véhicule avant d’en percuter un autre près de l’intersection des rues Saint-Viateur Ouest et Saint-Urbain dans le Mile End. L’homme a alors pris ses jambes à son cou, laissant derrière lui son acolyte. Des dizaines de policiers ont alors convergé vers le secteur. Le groupe d’intervention tactique a été déployé, tout comme un maître-chien. Sa présumée complice a été arrêtée et interrogée par les policiers. Elle n’est pas connue de la police de Montréal, mais pourrait l’être d’autres corps policiers. «Ses informations vont aider dans l’avancement de notre enquête», a mentionné André Leclerc le porte

4 septembre 2016 : Un café a été la cible d’un incendie volontaire tôt matin, dans l’arrondissement de Rivières-des-Prairies – Pointes-aux-Trembles. Vers 5 h 30, un début d’incendie a été signalé au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans un café, au croisement de la 6e Avenue et du boulevard Maurice-Duplessis. «Un objet incendiaire aurait été lancé par la fenêtre d’un commerce», a détaillé André Leclerc, porte-parole du SPVM. Le départ de feu a été rapidement maîtrisé et les dommages semblent limités. Un suspect aurait possiblement pris la fuite en direction nord. L’enquête a été confiée à la section incendies criminels du SPVM qui cherche actuellement d’éventuels témoins ou des images pour tenter d’expliquer les circonstances du drame.

4 septembre 2016 : Des riverains de Saint-Charles-sur-Richelieu, en Montérégie, doivent subir le comportement bruyant et irrespectueux de nombreux plaisanciers, et ce, tous les week-ends de l’été. Jean Lessard habite un endroit de la rivière particulièrement prisé par les embarcations et les motomarines. Il réside dans le même secteur depuis maintenant 16 ans. Tous les samedis et dimanches après-midi, les plaisanciers envahissent le plan d’eau et dérangent la quiétude des propriétaires riverains comme M. Lessard. «Ils font beaucoup de bruit, ils sont peu respectueux et posent des gestes indécents. Plus la journée avance et plus ils sont bruyants», avoue-t-il. «Des gens qui fêtent, hurlent et chantent jusqu’aux petites heures du matin, ce n’est pas rare.» Certains plaisanciers sont même récemment allés jusqu’à allumer des feux d’artifice de leur bateau. Malgré la présence de policiers de la Sûreté du Québec (SQ) qui patrouillent dans le secteur, le volume de plaisanciers semble avoir pris de l’ampleur depuis quatre ou cinq ans. «Il existe une réglementation sur les embarcations et la nuisance publique, mais son application n’est pas évidente. La municipalité est un peu désemparée et la SQ a ses limites. C’est le jeu du chat et de la souris», conclut Jean Lessard.

4 septembre 2016 : Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) a dévoilé dimanche matin un portrait-robot de l’homme qui s’en serait violemment pris à une joggeuse dans le parc national du mont Saint-Bruno, plus tôt cette semaine. Selon la police, l’homme aurait entre 45 et 52 ans, mesurerait entre 1,77 et 1,8 mètre (5 pieds 10 – 5 pieds 11) et pèserait entre 77 et 82 kilos (170 – 180 lb). Au moment des faits, l’homme portait un chandail à manches courtes bleu, un pantalon de sport bleu foncé, des espadrilles et un sac noir à la taille. Le suspect, recherché pour tentative de meurtre, s’en serait pris à une joggeuse d’une cinquantaine d’années en plein jour, vendredi, dans le sentier du lac des Bouleaux. La femme a subi d’importantes blessures, mais s’en tire somme toute bien.

5 septembre 2016 : QUÉBEC – Un jeune conducteur adepte de vitesse se souviendra longtemps d’avoir roulé à plus de 190 km/h sur l’autoroute Laurentienne, dimanche soir, à Québec. L’homme de 20 ans a écopé d’une amende de 1669 $. Vers 21 h 30 dimanche, ce conducteur roulait à plus de 90 km au-dessus dans la limite quand il s’est fait intercepter par les patrouilleurs de la Sûreté du Québec (SQ), sur l’autoroute Laurentienne, près de la sortie 158. Le conducteur, de Québec, s’est vu remettre un constat d’infraction de 1669 $, en plus de l’ajout de 18 points d’inaptitude à son dossier. Les agents du poste autoroutier de Québec effectuaient une opération radar quand ils ont capté le véhicule en grand excès de vitesse. Le corps policier a ajouté que le jeune n’était pas tout seul dans son véhicule puisque «deux jeunes femmes dans la vingtaine l’accompagnaient».

6 septembre 2016 : Le deuxième suspect lié au vol de banque survenu dans l’arrondissement d’Outremont, à Montréal, a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi. Alain Ste-Marie, 45 ans, a été arrêté en début de nuit par des patrouilleurs de Longueuil, a indiqué Benoît Boisselle, porte-parole de la police de Montréal. Les circonstances concernant son arrestation ne sont pas encore connues, a spécifié l’agent. L’homme a été conduit dans un centre opérationnel de Montréal où il devait être rencontré par des enquêteurs de la section des crimes majeurs. Le suspect devrait comparaître mardi au palais de justice de Montréal. Les chefs d’accusation qui pourraient être portés contre lui n’ont pas été précisés. Alain Ste-Marie est connu des services policiers. Rappelons qu’une institution financière de l’avenue Bernard Ouest a été la cible d’un cambriolage vendredi. Les deux suspects ont ensuite pris la fuite à bord d’un véhicule, mais ont eu un accident peu après. L’homme avait déguerpi à pied, mais sa présumée complice, une femme de 35 ans, a été arrêtée et interrogée par les policiers. Geneviève Dallaire a comparu samedi après-midi et fait face notamment à une accusation de vol qualifié.

6 septembre 2016 : Un motocycliste est décédé à la suite d’une collision avec une fourgonnette survenue lundi sur la montée Saint-Vincent, à Saint-Placide, dans les Laurentides. L’accident s’est produit vers 13 h 10 près de la route 344. Au départ, les autorités indiquaient avoir des raisons de craindre pour la vie du motocycliste de 56 ans. Son décès a par la suite été confirmé en fin de soirée. Le conducteur de véhicule, un homme de 52 ans de Terrebonne, n’a subi aucune blessure. L’alcool ou la drogue ne serait pas en cause.

6 septembre 2016 : Des parents de Laval ont eu la peur de leur vie la semaine dernière lorsque leur fils de cinq ans a été déposé à plusieurs kilomètres de chez eux par l’autobus scolaire. Raphaël revenait de son premier jour en maternelle à l’École de l’Avenir, située sur le chemin du Souvenir à Laval lorsque l’incident est survenu. Vers 14 h 50, il a grimpé dans un autobus scolaire qui devait le déposer devant sa maison, très proche de l’école. Mais au bout de quelques minutes, le jeune garçon s’est rendu compte qu’il n’était pas au bon endroit. Il a donc décidé de descendre du véhicule en même temps que plusieurs autres écoliers, dans un endroit qu’il ne connaissait pas. C’est une passante qui a retrouvé le petit Raphaël vers 15 h 15 et qui a contacté son école pour signaler l’évènement. Outre leur peur, les parents du garçon dénoncent les manquements du chauffeur et l’absence mesures d’urgence dans ce genre de situation. Raphaël portait sur sa main un collant correspondant à l’autobus qui devait le déposer devant chez lui et le conducteur aurait dû s’assurer qu’il montait dans le bon bus.

7 septembre 2016 : Un homme de 80 ans est mort noyé mercredi après-midi près du chemin de l’Anse à Lac-Beauport. Une enquête a été ouverte pour faire toute la lumière sur cette histoire. Selon Daniel Thibodeau, porte-parole pour la Sûreté du Québec (SQ), l’homme aurait décidé d’aller nager seul dans le Lac Tourbillon, qui se trouve dans la localité de Lac-Beauport, près de Québec. Voyant qu’il ne revenait pas, un ami de la victime a décidé d’appeler les secours vers 14 h 00 pour tenter de localiser l’homme. Quand les premiers répondants sont arrivés à la résidence, située sur le chemin de l’Anse, ils ont retrouvé des vêtements près du lac. Une patrouille nautique a alors été envoyée à sa recherche. «Ils ont retrouvé le corps inanimé de l’homme, a expliqué le sergent Thibodeau. Malgré les manoeuvres de réanimation, son décès a été constaté sur place.» La SQ n’a pas confirmé l’identité de la victime, mais a indiqué qu’il s’agissait d’un homme de 80 ans, originaire de Québec.

7 septembre 2016 : Une dizaine de personnes ont été blessées le 7 septembre 2016, lors de l’effondrement d’une passerelle de la rampe d’embarquement d’un bateau-mouche, le Fjord Saguenay II à Sainte-Rose-du-Nord au Saguenay.L’incident a eu lieu vers 11h30. Les événements se sont produits alors que Fjord Saguenay II, un bateau-mouche qui sillonne le fjord, était accosté au quai. Camil Simard faisait partie des malchanceux qui ont chuté de quelques mètres avec la passerelle.«On était dans les derniers à embarquer, on s’est écrasé», a expliqué M. Simard. «Après c’est le mode survie, il y a des plaintes, des pleurs, des cris. Il y en avait un qui se noyait devant moi. Je l’ai retourné parce qu’il avait perdu conscience et il était sous l’eau. Je l’ai tourné pour qu’il puisse respirer et je pense que ça l’a sûrement aidé», a-t-il ajouté. M. Simard s’en tire sans grandes blessures, mais sa femme a toutefois été moins chanceuse, elle a été transportée d’urgence à l’hôpital pour traiter des blessures au bas du dos. Le couple était également avec des amis, des Ontariens. «Ils étaient en visite chez nous. On les avait invités à venir faire une croisière sur le fjord. Son mari Romain, il était en bas, il a probablement les deux chevilles éclatées parce qu’on était dans les derniers.» Malgré tout ce qu’il a vécu, M. Simard se trouve chanceux. «On est éclopé, mais on va passer au travers», dit-il calmement. Au total, une dizaine de personnes ont été blessées, dont certaines ont subi des fractures. L’opération de sauvetage était compliquée par la distance qui sépare les blessés de la terre ferme, soit environ 9 mètres. Les autorités ont demandé le maximum d’ambulances et de policiers sur place. La Garde côtière du Canada était en direction ainsi qu’un hélicoptère de la base de Bagotville. Surnommée la «perle du fjord», Sainte-Rose-du-Nord, petite municipalité de Bas-Saguenay, compte environ 400 habitants.

1er septembre 2016 Barbie

Expo Barbie à Montréal. Photographie : GrandQuebec.com

Voici les sources que nous avons consultées pour ajouter ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>