Ligne du temps : 2015

8 février – 14 février 2015

8 février – 14 février 2015

C’est arrivé au Québec entre le 8 février et le 14 février 2015

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu entre le 1er février et le 7 février 2015

8 février 2015 : Un motoneigiste européen de 71 ans en visite au Canada est mort à la suite d’une violente collision contre un arbre, dimanche matin, à Saint-Jean-de-Matha, dans Lanaudière. L’homme circulait sur le sentier balisé 349, en direction de Saint-Côme, vers 10 h. Lorsqu’il a tenté de descendre une pente abrupte, son véhicule a dévié du sentier pour finalement emboutir le tronc d’arbre. «Il pourrait s’agir d’une erreur d’inexpérience», a indiqué la sergente Audrey-Ann Bilodeau de la Sûreté du Québec (SQ). L’homme a été éjecté de sa motoneige. À l’arrivée des ambulanciers, il présentait des blessures sérieuses. «Son décès a été constaté dans les heures qui ont suivi son arrivée au centre hospitalier», a expliqué le sergent Claude Denis de la SQ. Des enquêteurs ont été dépêchés sur place afin de faire la lumière sur les circonstances exactes de cet accident mortel. D’autres motoneigistes ont été témoins de la violente embardée et seront interrogés.

8 février 2015 : Xavier Dolan, dont le film Mommy n’a pas été retenu dans la course aux Oscars, s’est ouvert pour la première fois sur le sujet, s’interrogeant sur les raisons pour lesquelles son œuvre a été boudée en vue de la prestigieuse remise de prix qui aura lieu le 22 février prochain. Mommy, qui a remporté le Prix du jury à Cannes – ex aequo avec Adieu au langage de Jean-Luc Godard –, avait pourtant toutes les chances de se retrouver parmi les longs métrages en compétition dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère aux Oscars. «C’est comment dire… spécial», a fait savoir Xavier Dolan en entrevue à TVA Nouvelles. «J’ai été vraiment surpris. Je ne peux pas croire que par hasard le film ne s’est pas retrouvé là, je crois que c’est une décision. C’est un film qui est conçu selon le paradigme scénaristique américain typique: acte 1, acte 2, acte 3, acte 4, résolution du conflit. C’est un film américain», a-t-il dit. L’aurait-on snobé en raison de son âge? Tout ce que dit Xavier Dolan, 25 ans, c’est qu’il n’a pas été retenu pour une raison éditoriale. Il se dit très déçu, et surtout, il se questionne beaucoup depuis. Xavier Dolan tournera dans les prochains mois son sixième film, The Death and Life of John F. Donovan, son premier en anglais. Sur le plateau, il dirigera de gros noms d’Hollywood comme Kathy Bates et Susan Sarandon, deux actrices oscarisées, ainsi que Jessica Chastain et Kit Harington.

9 février 2015 : Une femme de 71 ans a perdu la vie à la suite d’une collision frontale, lundi, en début d’après-midi, à Deschaillons-sur-Saint-Laurent, une municipalité située entre Trois-Rivières et Québec, dans le Centre-du-Québec. Le violent accident impliquant deux véhicules est survenu vers 13 h, sur la route 265. Selon les autorités, l’un des deux conducteurs aurait soudainement perdu la maîtrise de sa voiture, qui s’est ensuite retrouvée dans la voie inverse. Le conducteur du véhicule qui s’amenait en direction opposée n’a pas été en mesure d’éviter l’impact, qui aurait été extrêmement brutal. Les pinces de désincarcération ont été nécessaires afin d’évacuer les deux conducteurs de leur amas de ferraille, mais une seule personne a été blessée. La Sûreté du Québec a confirmé son décès peu après 16 h. Les mauvaises conditions routières pourraient être à l’origine de l’accident, mais les enquêteurs étaient toujours sur les lieux en fin d’après-midi afin de déterminer les circonstances exactes de cet accident. La route 265 a été complètement fermée dans le secteur pour la durée de l’enquête policière.

10 février 2015 : Une partie de l’une des passerelles piétonnes enjambant la route 132 à Longueuil s’est effondrée vers 20h, mardi, a confirmé Transport Québec (MTQ). Il s’agit d’une passerelle située à proximité du boulevard Roland-Thérien. C’est la section traversant la 132 ouest, menant au pont Jacques-Cartier, qui est tombée sur les voies de circulation. Mardi soir, d’importants bouchons de circulation étaient constatés dans le secteur. «La route 132 est fermée dans les deux sens», a indiqué un porte-parole du MTQ, en soulignant qu’il avait très peu d’informations. La 132 pourrait rester couper pendant plusieurs heures. Selon le sergent Claude Denis, de la Sûreté du Québec, deux personnes auraient été blessées légèrement. «Un camionneur et une automobiliste qui a été légèrement accidentée ont fait un choc nerveux», a-t-il dit en précisant que dans les circonstances, «c’est une chance». Le trou béant causé par l’effondrement laisse effectivement penser que le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd. Les circonstances de l’effondrement sont encore floues. Un camion-benne pourrait avoir percuté l’infrastructure, mais l’information n’était pas confirmée vers 21h. De nombreux véhicules de secours sont sur place. Entre novembre et avril, les passerelles piétonnières sont fermées sur le territoire de Longueuil, peut-on lire sur le site de la Ville.

10 février 2015 : Les policiers impliqués dans l’arrestation musclée de la sœur de Pierre Karl Péladeau, Anne-Marie Péladeau, en octobre 2005, ont finalement écopé de suspensions de deux à quatre jours. «L’usage abusif de la force par un policier démontre un manque de professionnalisme, de jugement et de contrôle de soi inadmissible», a tranché le Comité de déontologie policière dans sa décision de suspendre les agents Alessandro Lo Dico, Mike Mezzacappa et Roberto Sforza. Près de 10 ans après les faits, les trois policiers ont été sanctionnés pour leur conduite dérogatoire lors de l’arrestation d’Anne-Marie Péladeau et Éric Kennedy. Ce jour-là, la police était à la recherche de suspects dans une affaire de vol de cigarettes dans un dépanneur. Une poursuite policière s’en était suivie et avait mené à l’arrestation de Mme Péladeau et M. Kennedy. «Au moment de faire entrer Mme Péladeau dans le véhicule de patrouille, l’agent Sforza lui donne une poussée vigoureuse dans le dos qui fait en sorte que sa tête frappe le cadre de la porte», a relevé le Comité. Fait à noter, toute la scène avait été filmée par l’hélicoptère de TVA, et les bandes vidéo avaient été déposées en preuve lors des audiences. Pour le commissaire du Comité, le geste du policier Sforza était «tout à fait gratuit et constituait une vengeance envers Mme Péladeau» et méritait une sanction de deux jours. L’avocat du policier ne s’est pas opposé à cette suggestion. Une autre suspension de deux jours pour inconduite s’est ajoutée. Les deux autres policiers impliqués dans cette affaire ont pour leur part écopé de deux jours de suspension pour inconduite. Les trois agents n’avaient pas d’antécédents déontologiques avant cet incident.

11 février 2015 : Un agresseur sexuel multirécidiviste récemment sorti de prison a été criblé de balles en pleine rue, dans le quartier Saint-Michel, à Montréal. L’affaire a toutes les apparences d’un règlement de comptes. Le corps de Mario Bourgeois, 53 ans, a été retrouvé un peu avant 7 h, à proximité de sa voiture garée directement en face de la maison de transition où il séjournait, sur la 15e avenue, tout près de l’intersection de la rue Bélanger. La portière du véhicule était toujours ouverte, ce qui laisse croire aux policiers que la victime descendait de sa voiture ou s’apprêtait à y entrer lorsqu’il a été surpris par son assassin. Atteint de plusieurs projectiles au haut du corps, Bourgeois n’a eu aucune chance. Son décès a été constaté sur place et aucune manœuvre de réanimation n’a été pratiquée. Selon nos informations, une arme semi-automatique munie d’un silencieux a été découverte à proximité de la scène de crime. Un large périmètre de sécurité a été établi dans le secteur afin de préserver tous les indices et les éléments de preuves qui pourraient s’y trouver.

11 février 2015 : Un entrepreneur en construction de la couronne nord de Montréal, déjà soupçonné par la police d’avoir fait partie du réseau de l’ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, fait face à de nouvelles accusations dans une affaire de fraude fiscale. Guy Desjardins et sa firme, Les Entreprises Guy Desjardins inc, ainsi que le fournisseur de fausses factures Jules César Badra, font l’objet d’une dizaine d’accusations de fraude fiscale, a annoncé l’Unité permanente anticorruption (UPAC) mardi. Ils s’exposent à des amendes totalisant 273 962 $. Les fraudeurs allégués auraient utilisé un stratagème bien connu de fausses factures, semblable à certains qui ont été démantelés par Revenu Québec dans les dernières années. «Ils sont accusés d’avoir participé à un stratagème de fausse facturation en produisant des déclarations trompeuses et en réclamant indûment des crédits et des remboursements de taxes sur les intrants», selon l’UPAC. La firme de Guy Desjardins, dans laquelle le Fonds de solidarité FTQ a déjà investi 1,5 million $ de l’argent de ses déposants, s’est placée sous la protection de la Loi sur la faillite en 2013, avait révélé notre Bureau d’enquête. L’entreprise basée à Saint-Jérôme devait alors 7,5 millions $ à 152 créanciers différents. Quelques semaines auparavant, Guy Desjardins a été arrêté par l’UPAC pour fraude avec 36 présumés complices, dont l’ex-maire Vaillancourt. Quant à Jules César Badra, il est reconnu comme un expert de la fausse facturation. L’an dernier, Revenu Québec a saisi plusieurs de ses biens pour récupérer plus de 6 millions $, dont une luxueuse résidence de 1,5 million $ à Pierrefonds, le contenu de sa cave à vins ainsi que des voitures de luxe.

12 février 2015 : La piétonne qui a été renversée jeudi après-midi par un autobus de la Société de transport de Montréal (STM) a succombé à ses blessures, a confirmé le Service de police de la Ville de Montréal, jeudi soir. La victime est une femme de 55 ans. L’accident s’est produit un peu après 13 h, à l’intersection des rues de Bellechasse et Saint-Denis. Selon nos informations, l’autobus était conduit par un mécanicien de la STM et n’était pas en service au moment des faits. «J’ai vu l’autobus faire tranquillement son virage à gauche pour prendre Saint-Denis et il s’est ensuite arrêté», a raconté un témoin, qui se trouvait dans la salle d’attente d’une clinique dentaire située juste en face du lieu de l’accident. «Clairement, le chauffeur n’a pas été aveuglé par le soleil, alors je ne comprends pas ce qui a bien pu se passer», a ajouté l’homme. La victime avait pratiquement franchi l’intersection à pied lorsque la collision a eu lieu. Il est possible que le chauffeur n’ait tout simplement pas aperçu la piétonne durant sa manoeuvre. À l’arrivée des services d’urgence, la femme se trouvait sous l’autobus, gravement blessée. La tuque de la victime se trouvait toujours sous le gros véhicule lorsque les enquêteurs en collision ont entamé leur travail pour tenter de reconstituer la séquence des événements. La piétonne a été transportée d’urgence à l’hôpital dans un état critique. Il n’a pas été possible de la sauver. Quant à l’employé de la STM qui se dirigeait vraisemblablement à l’atelier mécanique situé à proximité du lieu du drame, il a été traité pour un choc nerveux. L’intersection a été fermée à la circulation pour la durée de l’enquête policière.

12 février 2015 : Un accident de travail mortel est survenu, à l’aluminerie Alcoa de Baie-Comeau, sur la Côte-Nord. Un homme de 49 ans, de Baie-Comeau, a été retrouvé inconscient vers 9 h 30 dans le secteur du brasquage. Il a été transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté, a indiqué la sergente Nathalie Girard, porte-parole de la Sûreté du Québec. «C’est une porte de grande dimension qui a frappé le travailleur», a précisé Louise Bertrand, de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), ajoutant qu’elle n’en savait pas plus. Des enquêteurs de la SQ et de la CSST étaient sur les lieux jeudi après-midi afin de déterminer s’il s’agit d’un accident du travail ou d’un acte criminel. Vers 14 h, aucune hypothèse n’était privilégiée.

13 février 2015 : La mère de famille qui aurait assassiné sa propre fille de sept ans, à Vaudreuil-Dorion, en Montérégie, a été formellement accusée de meurtre au premier degré. Claudia Beatriz Florez Jimenez, 34 ans, a comparu par vidéo-conférence à Valleyfield vendredi après-midi. Elle restera détenue en attendant son procès. La femme aurait agressé la petite Daniela Cea-Campo avec une arme blanche et se serait ensuite infligé des blessures, dont la nature n’a pas été dévoilée. Chose certaine, les évènements ont lourdement perturbé le petit secteur résidentiel. La famille était bien connue des résidents du quartier. «On la voyait souvent, elle avait beaucoup d’entrain, elle jouait souvent dehors l’été, a expliqué une voisine à TVA Nouvelles. C’est très touchant, [jeudi] soir je l’ai ai vu en train d’essayer de la réanimer.» «Tout semblait correct, ils avaient l’air vraiment normal, a également spécifié une résidente du quartier. Une belle famille, quand ils jouaient dehors, tout le monde souriait. Ça avait vraiment l’air correct, mais on ne sait pas ce qui se passe quand la porte est fermée non plus.» De nombreux psychologues et travailleurs sociaux se sont déplacés à l’école primaire de la petite Daniela, qui était en deuxième année, afin de répondre aux nombreuses questions des élèves et de leur apporter le support nécessaire. L’événement est survenu vers 21 h 30 sur la rue Léo-Gravelle, dans un duplex d’un quartier résidentiel. En fin de soirée, trois ambulances ont été demandées sur les lieux, a mentionné le porte-parole de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM), Luc Latreille. Deux personnes, la mère et la fille ont été transportées dans un état critique, et un troisième patient, le père, a été conduit dans un centre hospitalier pour une évaluation. Les enquêteurs des crimes contre la personne de la SQ ont été appelés sur les lieux dans la nuit afin d’amasser tout indice qui permettrait d’établir le fil des événements. En début de journée, ils ont obtenu les mandats nécessaires pour pénétrer dans la résidence et commencer l’enquête. Comme son état le permettait, le père avait été interrogé en matinée par les enquêteurs. La mère ne pourra être rencontrée dans l’immédiat en raison de son état de santé. Le poste de commandement mobile de la Sûreté du Québec a été déployé sur place.

14 février 2015 : Une cinquantaine de pompiers ont combattu un incendie ce matin dans un immeuble résidentiel de la Basse-Ville de Québec, dans le quartier Saint-Sauveur. Le brasier aurait pris naissance au troisième étage du bâtiment situé à l’angle des rues Bayard et Bagot, vers 6 h 45. À l’arrivée des pompiers, des flammes étaient apparentes au niveau de la toiture et les services d’urgence ont rapidement déclenché une 4e alarme. À leur arrivée, les pompiers ont dû procéder à l’évacuation de cinq logements alors que le feu s’était propagé au bâtiment adjacent, également résidentiel. «Nous avons rappelé des pompiers qui étaient en congé, car on devait s’assurer d’avoir du monde en caserne, a indiqué Jean-François Daigle, porte-parole du Service de la protection contre l’incendie de la Ville de Québec. Le froid a aussi compliqué les opérations, on a dû adapter nos techniques en conséquence.» Il aura fallu environ cinq heures aux pompiers pour maitriser le brasier. Selon les services d’intervention, personne n’a été blessé ni incommodé par la fumée. La Croix-Rouge a également été demandée sur les lieux afin de venir en aide à huit sinistrés. L’origine du feu n’était toujours pas déterminée par le service incendie en début d’après-midi. Une enquête a été ouverte afin déterminer les causes exactes. Le bâtiment a été lourdement endommagé.

Île-des-Soeurs en hiver

Île-des-Soeurs en hiver

Voir aussi les événements les plus importants qui ont eu lieu entre le 15 février et le 21 février 2015

Nos sources pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>