Ligne du temps : 2015

22 août – 28 août 2015

22 août – 28 août 2015

 C’est arrivé au Québec entre le 22 août et le 28 août 2015

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 14 août jusqu’au 21 août 2015

22 août 2015 : Heurté par une voiture, un cycliste âgé d’une vingtaine d’années a rendu l’âme, dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, à Montréal. Peu après 21 h, l’homme circulait dans la voie de droite de la rue Saint-Denis, au sud de la rue Jean-Talon Est. À un certain moment, il aurait perdu le contrôle de son vélo et aurait été projeté au sol. La chute fut si soudaine qu’une voiture qui le suivait de quelques mètres n’aurait pas été en mesure de l’éviter. Selon nos informations, la victime se serait fait rouler dessus par le véhicule. À l’arrivée des services d’urgence, l’homme souffrait d’un important traumatisme crânien. Il était inconscient et des manœuvres de réanimation ont été tentées par les ambulanciers. « Il a été amené d’urgence dans un centre hospitalier, où il est décédé », a confirmé l’agent André Leclerc, porte-parole de la police de Montréal. La rue Saint-Denis a été fermée à la circulation.

22 août 2015 : Quelques dizaines de personnes ont manifesté à Mirabel alors que la pétrolière Enbridge effectuait sur son oléoduc des tests que les manifestants ont qualifié de pas assez exigeants. Afin de s’assurer que la structure puisse supporter l’inversion du flux de pétrole, Enbridge a rempli son oléoduc d’eau. Les militants qui ont manifesté à Mirabel samedi ont déploré que les tests ne soient effectués que sur 10 % de la structure. Ils ont de plus affirmé que l’entreprise a obtenu du gouvernement fédéral un assouplissement dans la rigueur des tests. Le responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace, Patrick Bonin, a demandé au gouvernement fédéral de «cesser d’être complice avec les entreprises pétrolières et d’exiger de vrais tests» pour que les citoyens soient réellement protégés. « Il faut que les tests soient effectués sur l’ensemble de la canalisation pour s’assurer de l’intégrité du pipeline », a dit M. Bonin. Ce dernier a affirmé que, par exemple, s’il y a un déversement dans la rivière des Outaouais, 26 stations d’eau potable seront touchées dans la région de Montréal. « À Terrebonne, où le pipeline passe dans la cour des citoyens, en cas de déversement, il faudra procéder à des évacuations sur 1,5 km de chaque côté du pipeline! » a-t-il ajouté. Le chef adjoint du Parti vert du Canada et candidat dans Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Sœurs, Daniel Green, a aussi estimé qu’il faut des tests plus rigoureux sur « ce vieux pipeline de 38 ans ». Le chef de Forces et Démocratie, Jean-François Fortin, a estimé pour sa part que le combat est inégal entre le lobbying agressif des entreprises sur le gouvernement et les revendications des citoyens. « Depuis le début du projet d’Enbridge, les habitants des municipalités traversées par le pipeline 9b doivent se battre à armes inégales. Ils n’ont aucune idée de l’état du tuyau qui passe sous leur terrain! », a-t-il déclaré.

22 août 2015 : Un homme de 33 ans s’est noyé, cet après-midi dans la rivière Malbaie, à Clermont, dans Charlevoix. Ce sont les pompiers qui ont extrait la victime de l’eau, vers 12 h 30, à la hauteur d’un cap appelé Cran à Martel. Celle-ci avait été emportée par le courant. L’homme a été rapidement transporté à l’hôpital, où il a succombé à ses blessures, a indiqué la sergente Audrey-Anne Bilodeau, porte-parole de la Sûreté du Québec. Une enquête a été ouverte afin de déterminer ce qui s’est produit exactement.

23 août 2015 : Les chauffeurs de taxi menacent de bloquer des ponts et de déposer un recours collectif contre le gouvernement si le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, ne ferme pas la porte à UberX. Les cortèges de taxis manifesteront à Montréal et dans plusieurs autres villes du Québec, pour faire pression contre les libéraux qui seront réunis en conseil des ministres. « Les prochaines étapes vont être pires. Si le premier ministre ne nous écoute pas et ne réagit pas, l’automne sera chaud », a affirmé dimanche Benoit Jugaud, porte-parole du Regroupement des travailleurs autonomes métallos, qui co-organise la manifestation. Celui-ci intervenait devant une centaine de membres du Collectif des propriétaires et des chauffeurs de taxis de Montréal (CPCTM), qui s’étaient réunis pour parler d’actions à venir. Des chauffeurs et propriétaires présents avaient visiblement envie d’en découdre rapidement avec UberX et le gouvernement. « On paralyse la ville, on bloque les routes », ont scandé quelques participants du rassemblement. Des représentants ont toutefois appelé à une approche par étapes avant d’en arriver aux actions plus musclées. « Mardi à 9 h 30 on vous attend avec vos amis, nous avons une lettre à remettre au premier ministre. S’il ne répond pas, il y a les ponts, les routes, et je n’ai pas besoin d’en dire plus que ça », a affirmé Wilson Jean Paul, représentant des propriétaires de taxis au CPCTM. Mais certains estiment qu’il ne sert plus à rien de discuter avec les politiciens. Un certain nombre de chauffeurs souhaitent déposer « le plus rapidement possible » un recours collectif contre le ministère des Transports du Québec.

24 août 2015 : Même s’il devrait y avoir encore plusieurs belles journées, la plupart des piscines et pataugeoires publiques ont fermé leurs portes ou les fermeront au courant de la semaine. Malgré la chaleur, ces fermetures coïncident avec la rentrée scolaire. Plusieurs utilisateurs des piscines se disent déçus d’une fermeture aussi hâtive. La plupart des citoyens auraient aimé que les heures et les jours d’ouverture soient prolongés, afin de leur permettre de se rafraîchir pendant les quelques semaines de septembre où il y a souvent encore des journées chaudes.

24 août 2015 : Un incendie a complètement détruit le deuxième étage d’un immeuble à logements de Charlesbourg, à Québec, où une résidente a même dû sauter du deuxième étage pour fuir les flammes. Heureusement, la jeune femme dans la vingtaine qui a fait un saut d’une quinzaine de pieds avant l’arrivée des pompiers n’a pas été blessée. « Elle a inhalé un peu de fumée, mais elle a été évaluée par les ambulanciers et son état n’a pas nécessité de transport à l’hôpital », a expliqué Jean-François Daigle, porte-parole du service de protection contre l’incendie de la ville de Québec. L’incendie a éclaté au deuxième étage de l’immeuble, vers 8 h 30 ce matin. Une quarantaine de pompiers ont été appelés sur place, afin de contrôler les flammes. Vers 10 h, le feu n’était pas encore maîtrisé. La Croix-Rouge a été demandée sur les lieux pour prendre en charge les sinistrés.

24 août 2015 : La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé qu’il n’y a pas de survivants dans l’écrasement d’un hydravion survenu sur la Côte-Nord. « Compte tenu de l’état de l’appareil, on ne s’attend pas à trouver des survivants », a mentionné le porte-parole de la SQ, Jean Tremblay. Tous les corps des victimes sont toujours sur les lieux de l’écrasement, même si quatre décès ont été confirmés il y a plusieurs heures. L’identité judiciaire n’est pas encore arrivée sur la place à cause des piètres conditions météo. Malgré la pluie et le brouillard, les autorités sont retournées en forêt dans l’espoir de retrouver deux des personnes qui manquent toujours à l’appel. Dimanche, quatre décès ont été confirmés après une première journée de recherche dans ce boisé dense et escarpé de la Côte-Nord. En plus du pilote, cinq touristes se trouvaient dans l’habitacle. L’une des victimes serait Émilie Delaitre, une Française originaire de la Côte d’Azur. L’avion de type Beaver a décollé du Lac Long à Tadoussac, pour le Tour du Fjord Safari Brousse, proposant une vue panoramique de la région. La durée des vols est normalement de 20 minutes. L’écrasement a eu lieu sur une montagne, à environ 25 kilomètres au nord de son point de départ, non loin du Lac Gobeil. Les agents de la Sûreté du Québec ont coupé des arbres sur le terrain afin de permettre à l’hélicoptère d’atterrir sur les lieux de l’accident. Toutefois, la pluie risque de rendre le travail difficile, a mentionné le porte-parole de la SQ, Jean Tremblay, qui ne pouvait pas encore expliquer les circonstances du drame. Le Bureau de sécurité des transports, l’agence fédérale responsable des enquêtes après les accidents impliquant des avions et des trains, a envoyé deux enquêteurs de son bureau de Dorval. Ils sont arrivés dans la région en fin de journée, mais n’ont toujours pas commencé leur enquête sur le terrain. La porte-parole Julie Leroux a confirmé le type d’appareil, le nombre de passagers et le lieu de l’écrasement, à savoir un flanc de montagne près de Tadoussac. Les enquêteurs ne sont toujours pas parvenus à l’endroit où l’appareil s’est écrasé. Les premiers agents de la Sûreté du Québec ont mis environ cinq heures pour s’y rendre. Les boîtes noires ne sont pas obligatoires sur ces appareils, mais Mme Leroux a indiqué que certaines compagnies en installent tout de même.

25 août 2015 : Un cocher pour le moins orgueilleux a pris de court une trentaine de manifestants anti-calèches réunis dans le Vieux-Montréal, lorsqu’il a décidé de prendre la place de son cheval et de traîner lui-même des passagers. Pierre Lauzier s’est arrêté devant un groupe qui protestait contre son métier, sur la place Jacques-Cartier, vers 12 h 30. Un débat enflammé a immédiatement éclaté entre le cocher, qui compte une vingtaine d’années d’expérience, et les manifestants. « C’est aberrant ce que vous faites monsieur, j’espère que vous le savez! », a lancé une jeune femme. M. Lauzier s’est immédiatement défendu en soutenant que son cheval n’a jamais été blessé ni malade et que plusieurs mensonges sont colportés par les organismes de défense des animaux. Dans l’espoir ultime de convaincre les manifestants que «ce n’est pas si lourd que ça » tirer une calèche, M. Lauzier a offert une petite pause à son cheval Knockout et a trimbalé lui-même quatre contestataires sur une distance d’un peu plus de 100 mètres. À son retour, la stupéfaction se lisait sur les visages des protestataires. « Il est quand même bon, faut lui donner », a lâché Michel Desjardins. En août, le maire Denis Coderre a dévoilé les résultats d’un rapport du Centre hospitalier universitaire vétérinaire de Montréal qui démontrait que plus de la moitié des 56 chevaux de calèche de la métropole présentaient des problèmes de santé. Huit d’entre eux ont dû être mis au repos forcé depuis le début de l’été parce qu’ils étaient trop mal en point. Ces huit chevaux appartiennent à Luc Desparois, le propriétaire de l’écurie Lucky Luc, une entreprise qui est dans la mire de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) depuis bon nombre d’années. L’insalubrité des stalles et la maltraitance envers les bêtes lui sont fréquemment reprochées. Malgré sa démonstration de force, Pierre Lauzier, lui-même employé de Luc Desparois, n’est pas parvenu à contenir les ardeurs des manifestants et certains d’entre eux ont fait allusion au rapport commandé par la Ville. « Un cheval ne peut pas porter plus que son poids et souvent dans les calèches, on voit six ou sept personnes, a déploré Patricia Tulasne, une ancienne candidate à la mairie de Montréal rencontrée sur les lieux. Ils ne devraient pas travailler plus que huit heures par jour et parfois ils font 16 heures ». Le cocher a pris la défense de son patron à plusieurs reprises, en expliquant notamment que « les mêmes plaies et les mêmes problèmes mineurs peuvent être rencontrés par tous les chevaux qui font un travail ». Selon M. Lauzier, il est fréquent que les chevaux se blessent entre eux dans l’écurie.

silo 5

L’ancien silo 5

L’ancien silo #5 à Montréal. Photo : Grandquebec.com

25 août 2015 : Un homme intoxiqué et ayant visiblement une dent contre les policiers a décidé de vandaliser une autopatrouille. Seul problème, le véhicule était situé devant un poste de la police de Montréal. Vers 4 h 10, le suspect de 20 ans s’est attaqué à la voiture stationnée sur la rue Guy, près du boulevard René-Lévesque. Avec une roche, il a fracassé deux vitres et endommagé l’ordinateur à l’intérieur du véhicule. L’homme a finalement été arrêté sur place. Pendant son interpellation, il était intoxiqué et agressif envers les agents, a indiqué le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, André Leclerc. Il rencontrera les enquêteurs plus tard dans la journée et devrait faire face à des accusations de méfait.

25 août 2015 : Un quinquagénaire a été victime d’un meurtre dans un logement de Terrebonne, dans Lanaudière, selon la police. Son corps portant des marques de violence a été trouvé ce soir dans un logement de la rue Toulon. Au départ, la police considérait cette mort comme suspecte, mais les premiers éléments de l’enquête portent à croire qu’il s’agit d’un homicide. L’homme retrouvé mort serait Alain Nadeau et le meurtre daterait déjà de quelques jours. Des policiers de Terrebonne se sont rendus dans le logement vers 21h, après que des proches se soient inquiétés de ne pas avoir de nouvelles d’un homme de 55 ans. Sur place, les agents ont trouvé un corps qui portait des traces de violence, a relaté la porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Christine Coulombe. L’enquête sera menée conjointement par la SQ et la police de Terrebonne.

26 août 2015 : Un nouveau débat vient de s’ouvrir dans la saga judiciaire entre la bâtonnière suspendue, Lu Chan Khuong, et le Barreau du Québec. Les représentants du Barreau se sont présentés devant la Cour supérieure ce matin, pour obtenir les vidéos et les documents d’enquête de la Maison Simons au sujet d’incidents impliquant Me Khuong. On sait que, fraîchement élue, l’avocate de Québec a été suspendue de son poste à la suite de révélations concernant une présumée affaire de vol à l’étalage, par la suite déjudiciarisée, dans le magasin Simons de Laval. L’avocat du Barreau, Me Raymond Doray, laissait entendre la semaine dernière que Mme Khuong aurait été impliquée dans un autre incident, au magasin Simons de Sainte-Foy. Ce sont les documents et vidéos concernant ces deux incidents que le Barreau cherche à obtenir. Le débat sur la mise en disponibilité de ces documents par Simons a été reporté à une date qui reste à déterminer, mais on a quand même pu apprendre que c’est de la bouche même d’un avocat de chez Simons, que Me Doray aurait appris l’existence d’un deuxième incident. L’avocat de Me Khuong, Jean-François Bertrand, s’apprête déjà à réclamer que le débat sur cette requête se déroule à huis clos, pour éviter que les documents soient rendus publics, alors que le Barreau réclame le contraire. Un avocat représentant un groupe de médias doit aussi plaider en faveur de la diffusion des documents et vidéos. Les membres du Barreau réunis en assemblée générale ont voté lundi soir à 68,5 % en faveur de la réintégration de Me Khuong à son poste de bâtonnière.

27 août 2015 : Deux enfants en bas âge ont subi d’importantes blessures après avoir été happés par un véhicule à l’angle des boulevards René-Laennec et Ivan-Pavlov, à Laval. Les ambulanciers ont reçu l’appel peu avant 16 h. Lorsque les services d’urgence sont arrivés sur place, les enfants, dont l’âge exact est encore inconnu, étaient toujours coincés sous le véhicule. Le garçon a subi des blessures graves à la tête et était inconscient au moment de son transport à l’hôpital a indiqué Bob Lamley, porte-parole d’Urgences-Santé. Pour sa part, sa sœur aurait subi une fracture au bras, mais était consciente au moment de son transport à l’hôpital. Les deux enfants sont dans un état stable et on ne craint pas pour leur vie, a précisé vers 18 h 30 Giovanni Porfido, responsable des opérations pour la police de Laval. Ils subissent actuellement une série de tests à l’hôpital pour mieux connaître l’étendue des blessures. La mère des deux enfants a été évaluée sur place pour un possible choc nerveux. Selon les explications du lieutenant Porfido, une voiture qui circulait en direction sud sur le boulevard René-Laennec a tenté un virage vers l’est sur le boulevard Ivan-Pavlov. Le conducteur de l’autre véhicule, qui roulait en direction opposée, a alors percuté la première voiture, laquelle a terminé sa course sur le trottoir. «Est-ce que le conducteur a mal évalué le temps et la distance qu’il avait pour effectuer son virage? C’est le genre d’hypothèse qu’on émet pour l’instant», a précisé le lieutenant Porfido.

27 août 2015 : Un juge de la Cour supérieure de l’Ontario a donné le feu vert à un recours collectif de 1 milliard $ impliquant 8800 personnes ayant une déficience intellectuelle, qui ont été logées pendant des décennies dans 12 établissements provinciaux jusqu’à leur fermeture. Il s’agit du plus important recours collectif contre le gouvernement de l’Ontario concernant la violence physique et la négligence généralisée qui ont été vécues par les anciens résidents des établissements concernés, a rapporté le Toronto Star. Les plaignants allèguent que le gouvernement a été négligent pour prévenir les abus, en dépit du fait que plusieurs études gouvernementales avaient soulevé leurs conditions déplorables. La poursuite concerne ceux et celles qui ont été remis aux bons soins de l’État par leurs familles ou par un ordre de la cour et qui se sont retrouvés dans des hôpitaux résidentiels entre le début des années 1960 et leur fermeture dans les années 1980 et 1990. « Nous espérons que cette poursuite va apporter une reconnaissance des expériences des anciens résidents et, ultimement, une compensation pour ce qu’ils ont dû endurer », a déclaré l’avocat David Rosenfeld, qui a déposé la poursuite. Près de 1705 survivants du Centre régional Huronia, situé à Orillia, avaient réglé avec le gouvernement en 2013 pour 35 millions $ et ils recevront leur chèque au cours des prochaines semaines. Un autre groupe de 1728 résidents des centres régionaux Rideau et Southwestern avaient ensuite réglé pour une somme de 32,7 millions $.

28 août 2015 : La police militaire a ouvert une enquête sur la participation de membres des Forces armées à l’organisation Table Rase, un groupe d’extrême droite. Une porte-parole des Forces armées précise que cette enquête « concernant des allégations d’actes racistes et la participation possible de ces militaires à une organisation de propagande haineuse » a été ouverte « à la suite d’une plainte déposée par un tiers ». Un quotidien de Montréal a révélé l’existence de Table Rase, un groupe d’extrême droite formé de militaires et d’ex-militaires. On a appris aussi que des membres du groupe s’entraînaient à une forme de combat dans des locaux de la base de Valcartier. La page Facebook de Table Rase, qui se décrit comme un « média alternatif et anticonformiste québécois qui s’intéresse à l’histoire à la santé et à l’actualité », a été bloquée cet après-midi. On y diffusait notamment des propos antisémites et racistes et on laissait une bonne place aux citations de tenants de la théorie du complot et de militants fascistes ou nazis, comme le Québécois Adrien Arcand. Des militaires rencontrés dans les environs de la base disent ne pas connaître l’existence du groupe ou minimisent son importance. Pour sa part, la porte-parole des Forces armées expliquait vendredi matin que les militaires « sont tenus de respecter les normes les plus élevées sur le plan de la conduite personnelle et professionnelle, et les militaires des FAC en position de leadership doivent donner l’exemple en ce qui a trait à ces normes ». La porte-parole ajoutait que les Forces armées encouragent l’utilisation appropriée des médias sociaux par les militaires» et qu’elles ne tolèrent pas la discrimination.

28 août 2015 : Un employé d’un bar a été atteint par au moins un projectile d’arme à feu dans un établissement de l’arrondissement montréalais de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce. Une vingtaine de minutes après minuit, un homme est entré dans un bar de la rue Sherbrooke Ouest, près de l’intersection avec l’avenue Grey. L’établissement était auparavant connu sous le nom de Liquid Lounge, mais pourrait avoir changé de nom dernièrement. Dans le commerce, le suspect s’est dirigé vers le bar et a ouvert le feu à au moins une reprise sur l’employé qui s’y trouvait, a expliqué Jean-Pierre Brabant, porte-parole du service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Après avoir fait feu, le suspect a pris la fuite à pied dans une direction encore inconnue. Aucune description du tireur n’était disponible. La victime, un homme dans la vingtaine, a été atteinte à une jambe. Il a été transporté dans un centre hospitalier, mais on ne craint pas pour sa vie. Un périmètre de sécurité a été mis en place. Des enquêteurs du SPVM étaient sur les lieux pour interroger les témoins et analyser les images des caméras de surveillance. Le maître-chien a aussi été mobilisé pour tenter de retrouver le suspect. À la mi-mars, un homme de 24 ans avait été atteint par balle devant cet établissement. Il avait survécu à ses blessures. En mai 2014, un incendie criminel s’était déclaré dans le commerce.

pigeon

Pigeon

Un pigeon dans le Vieux-Port de Montréal. Photo : GrandQuebec.com

Nos sources pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>