Ligne du temps : 2015

1er octobre – 7 octobre

1er octobre – 7 octobre

C’est arrivé au Québec entre le 1er octobre et le 7 octobre 2015

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 22 septembre jusqu’au 30 septembre 2015

1er octobre 2015 : La veille du dernier débat en français de la campagne électorale fédérale, Face à Face 2015, sur les ondes de LCN, TVA et la chaîne Argent, le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, ne s’est pas fait d’amis auprès de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Le président de l’organisation qui se porte à la défense de la langue française, Maxime Laporte, a constaté la présence d’affiches électorales unilingues anglophones dans la circonscription de Justin Trudeau à Montréal, celle de Papineau. Il y est écrit : «Follow team Trudeau». On en retrouve notamment rue Jean-Talon, près de la rue Saint-Denis. «Le Parti libéral du Canada a affirmé que ses affiches électorales seraient majoritairement en français au Québec ainsi que bilingues. Mais on constate une contradiction d’une part. D’autre part, si ces affiches sont destinées au Québec, il faut savoir que la langue commune et officielle au Québec, c’est la langue française. C’est la langue qui permet l’intégration des nouveaux arrivants», a déclaré M. Laporte. Joint par TVA Nouvelles, un membre du service des communications de Justin Trudeau a admis qu’il s’agissait d’une erreur qui serait corrigée rapidement.

1er octobre 2015 : Un homme a été atteint par balle à Laval, mais les circonstances de son attaque sont toujours inconnues. L’homme s’est rendu par lui-même à l’hôpital de la Cité-de-la-Santé, a expliqué dans la nuit le lieutenant Patrick Boucher, de la police de Laval. Il n’a donc pas recouru aux services ambulanciers. L’état de la victime, âgée de 25 ans, était qualifié d’«instable» par les médecins à son arrivée. Peu de temps après, il subissait une opération. En fin de nuit, il était considéré comme hors de danger. Vu la nature de ses blessures, l’homme devrait être rencontré par des enquêteurs une fois qu’il aura pris du mieux. Un homme a été arrêté par les policiers sur l’avenue Walkley, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal. Il est considéré comme un témoin important dans cette histoire, et non comme un suspect. Les enquêteurs le rencontreront aussi afin d’en apprendre plus sur les circonstances entourant les blessures subies par l’autre homme.

2 octobre 2015 : L’ex-lieutenante-gouverneure du Québec, Lise Thibault, devra passer le week-end en prison en attendant qu’un juge de la Cour d’appel se penche mardi sur sa demande d’en appeler de sa peine de 18 mois de prison. Son avocat, Me Marc Labelle, a plaidé devant le juge Jacques J. Levesque de la Cour d’appel «l’urgence» au nom de sa cliente, évoquant son âge avancé, son handicap et ses problèmes de santé. De façon générale, la règle prévoit que deux jours «juridiques francs» doivent être donnés aux parties lorsqu’une demande pour autorisation d’aller en appel est présentée à la Cour. L’avocat de Lise Thibault a tout de même tenté de réduire ce délai, sans succès, alors que la Couronne a demandé du temps pour se préparer. Le juge a estimé que sa cliente ne subira «aucune perte de droit» en raison du délai. «J’ai présenté la requête pour le bien-être de ma cliente mais, avoir été à la place de la Couronne, j’aurais aussi demandé l’obtention de mes deux journées pour me préparer», a avoué Me Marc Labelle. La Cour d’appel devra décider, mardi, si elle accorde une permission d’en appeler. Elle devra ensuite décider si elle libère Mme Thibault en attendant les conclusions de l’appel. La criminaliste Danielle Roy a expliqué à l’émission Mario Dumont sur les ondes de LCN que la Cour d’appel devra se demander si le juge de première instance, comme le prétend Me Marc Labelle, a donné trop de poids à l’exemplarité de la peine, sans tenir suffisamment compte des critères individuels, comme la santé, l’âge et le handicap. Lise Thibault avait plaidé coupable en décembre dernier aux accusations d’avoir abusé de la confiance des deux ordres gouvernementaux et d’avoir fraudé les Québécois et les Canadiens de centaines de milliers de dollars lorsqu’elle était en poste. Le juge Carol St-Cyr a condamné Mme Thibault à 18 mois de prison ferme et au remboursement de 300 000 $ aux gouvernements fédéral et provincial.

2 octobre 2015 : Un individu qui aurait menacé et agressé une femme sur un sentier pédestre à proximité du Pont-Scott, dans le quartier Vanier, à Québec, a été arrêté par les policiers après une chasse à l’homme qui aura duré une heure dans les rues du secteur. Les événements se sont produits vers 9 h 30, alors qu’une femme, vraisemblablement une joggeuse, circulait sur le sentier pédestre du parc linéaire de la rivière Saint-Charles, tout juste à l’ouest du pont Scott. Selon le Service de police de la ville de Québec (SPVQ), «la dame aurait été interpellée et menacée par un individu». Quant au suspect, une vaste opération de recherches s’est entamée dans le secteur pour le retracer. C’est finalement vers 10 h 30 que l’homme a été arrêté par les policiers, non loin de l’endroit où l’agression s’est produite, comme en témoignent les clichés des nombreux médias qui ont assisté à son interpellation. «Le suspect a subi quelques blessures lors de l’arrestation», a indiqué la policière. Il aurait été mordu par le chien pisteur. Il a été transporté à l’hôpital pour soigner des blessures mineures avant d’être interrogé. Un vaste périmètre de sécurité a été érigé autour de la portion du sentier pédestre où l’agression a eu lieu.

2 octobre 2015 : Deux hommes ont été poignardés à l’arme blanche, dans le quartier de La Petite-Patrie, à Montréal. Vers 20 h 30, les policiers ont été appelés à se rendre à l’angle des rues Beaubien Est et Saint-Hubert au sujet d’une altercation entre plusieurs personnes qui aurait pris une tournure démesurée. À leur arrivée, la plupart d’entre eux avaient déjà pris la fuite. Les deux victimes dans la vingtaine s’étaient réfugiées à l’intérieur d’un restaurant McDonald’s pour obtenir de l’aide. Elles ont rapidement été prises en charge par les ambulanciers afin de soigner des blessures au haut et au bas du corps, puis transportées à l’hôpital. «On ne craint pas pour leur vie», a indiqué l’agent Louis Héroux, porte-parole de la police de Montréal. Deux suspects ont été arrêtés, soit une femme de 20 ans et un homme de 23 ans, selon les autorités. Ils ont été transportés au poste de police, où ils devaient livrer leur témoignage. Les enquêteurs ont été dépêchés sur place afin de recueillir toutes les informations nécessaires pour comprendre cette agression armée. Une scène de crime a également été érigée. La circulation automobile a été paralysée pendant un bon moment dans le secteur.

3 octobre 2015 : Un incendie a complètement ravagé deux logements jumelés dans la nuit de vendredi à samedi, à Saint-Basile-le-Grand, en Montérégie. Les pompiers ont répondu à un appel placé aux urgences peu avant 4 h. Quelque 50 pompiers des services de sécurité incendie de Saint-Basile, McMasterville et Beloeil ont été dépêchés sur place pour contenir le brasier et éviter la propagation. Les pompiers sont parvenus à maîtriser les flammes. Deux logements d’un immeuble de quatre jumelés sont complètement détruits, tandis qu’un troisième logement a subi des dommages. «L’enquête est toujours en cours pour déterminer les causes de l’incendie, a expliqué Alexandre Tremblay, directeur du Service de sécurité incendie de Saint-Basile-le-Grand. Pour l’instant, l’hypothèse d’un incendie accidentel est privilégiée.» Le feu n’a pas fait de blessés. Une dizaine de résidents ont été évacués, mais ont pu regagner leur domicile ce matin.

3 octobre 2015 : Une pétition signée par 45 000 personnes en moins de 72 heures demande que la Ville de Montréal suspende sa décision de déverser 8 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent du 18 au 25 octobre prochain. Intitulée «Le Saint-Laurent n’est pas une poubelle», la pétition sur le site web change.org s’adresse au maire de Montréal Denis Coderre, au maire de Sorel-Tracy Serge Péloquin ainsi qu’au chef de l’opposition officielle à Montréal Luc Ferrandez. La semaine dernière, on apprenait que des eaux usées équivalant à 2600 piscines olympiques seront déversées dans le fleuve sans qu’elles soient traitées par l’usine d’épuration. La chute d’un énorme égout doit être déplacée afin de construire une nouvelle chute à neige dans le cadre des travaux de l’autoroute Bonaventure, ce qui rendrait le déversement «inévitable», selon le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Pierre Desrochers. Les signataires de la pétition demandent notamment que des études sur les impacts environnementaux soient effectuées. L’instigateur de la pétition, Xavier Nonnenmacher, ira la déposer au cabinet du maire Coderre lorsqu’elle dépassera les 50 000 noms.

4 octobre 2014 : Un camion blindé destiné au transport de dignitaires européens a été volé, dimanche à Montréal, et un véritable branle-bas de combat s’est enclenché dans la métropole, puis à Boucherville, afin de mettre la main au collet du suspect. L’imposant véhicule, valant plusieurs centaines de milliers de dollars et s’apparentant à un Knight XV, avait été fabriqué en Ontario à la demande d’un client étranger, selon des informations obtenues par l’Agence QMI. Il se trouvait en transit au Québec puisqu’il devait être envoyé sous peu vers un pays européen à bord d’un conteneur, possiblement en partance du port de Montréal. Vers 13 h, les autorités de Montréal ont d’abord intercepté le camion à l’angle de la rue Crescent et du boulevard René-Lévesque Ouest. Puisque le véhicule avait été rapporté volé quelques minutes plus tôt, les agents ont entamé une poursuite policière. Celle-ci fut toutefois de courte durée, puisque le conducteur a refusé de s’immobiliser. «Afin de ne pas mettre en péril la sécurité des nombreuses personnes présentes au centre-ville, les agents ont abandonné la poursuite», a indiqué Manuel Couture, porte-parole de la police de Montréal. Aux alentours de 15 h, le camion a été aperçu à nouveau sur l’autoroute 25 en direction sud. La Sûreté du Québec et la police de Longueuil ont immédiatement été mises au courant de la situation. Peu de temps après, le conducteur a abandonné le véhicule dans un champ, situé près de la rue du Montbrun et du chemin de la Touraine, à Boucherville. Un voisin a ensuite contacté le 911 au sujet d’un homme qui avait pris la fuite dans le secteur boisé situé à proximité. De nombreux policiers ont été dépêchés sur place afin de retrouver le suspect le plus rapidement possible. Au terme d’une chasse à l’homme d’environ une heure, le fugitif, âgé de 26 ans, a été arrêté, puis transporté au poste. Les autorités tenteront, notamment, d’éclaircir les circonstances du vol et des fuites. Le camion avait une plaque d’immatriculation de l’Ontario. Il a été remorqué en fin de journée.

4 octobre 2015 : Dix policiers de Rivière-du-Loup et des Basques, qui ont participé à l’évacuation de personnes âgées lors du terrible incendie à la Résidence du Havre de L’Isle-Verte, ont reçu une médaille de la bravoure. Le gouverneur général du Canada, David Johnston, a présidé en avant-midi la cérémonie de remise de distinctions honorifiques à la Citadelle de Québec. Les sergents Sébastien Briand et Steve Duguay ainsi que les agents Pascal-Éric D’Amours, Simon Dufour, Mathieu Fournier, Steve Guy, Francis Marquis, Dominic Pellerin, Jean-François Pépin et Myriam St-Onge ont été honorés. Le 23 janvier 2014, ces 10 policiers de la Sûreté du Québec ont risqué leur vie pour secourir des personnes âgées qui étaient prisonnières des flammes lors de l’incendie de la résidence pour aînés. Sans aucun équipement, les agents ont courageusement affronté le froid extrême qui sévissait à l’extérieur ainsi que la chaleur et la fumée toxique qui envahissaient les couloirs de l’immeuble de trois étages. Ils ont agi rapidement, en dépit des flammes qui se propageaient et qui emprisonnaient les victimes dans leurs chambres ou sur leurs balcons. Malheureusement, malgré les efforts des sauveteurs, 32 personnes ont perdu la vie dans l’incendie. En mai, la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, leur avait également remis la Croix de bravoure, soit la plus haute distinction décernée à un policier. Des pompiers de Baie-Saint-Paul et un citoyen ont reçu également une médaille de la bravoure. Rémy Bouchard ainsi que les pompiers Alain Gravel et Mathieu Gravel ont fait preuve de courage lors d’un incendie le 21 juin 2011. Rémy Bouchard, avec l’aide des deux pompiers, a porté secours à sa fille lors de l’incendie de leur résidence. Alors qu’une épaisse fumée envahissait la maison, Rémy Bouchard est parvenu à ouvrir la porte verrouillée de la chambre de sa fille d’un coup de pied. Il a traîné la victime inconsciente vers l’escalier, où il s’est écroulé. Sans aucun équipement de protection ni masque, les deux pompiers se sont précipités à l’intérieur de la maison pour atteindre les victimes. Ils ont transporté la jeune fille et conduit le père de famille en lieu sûr à l’extérieur. Malheureusement, la jeune victime a ultérieurement succombé à ses blessures.

5 octobre 2015 : Une femme a perdu la vie dans un accident de la route ce matin à Saint-Alexandre-de-Kamouraska. Le véhicule utilitaire sport de la victime est entré en collision avec un camion sur la route 289. La conductrice a été éjectée de l’habitacle de son véhicule sous la force de l’impact. Son décès a été constaté sur place. Un enquêteur en scène de collision a été dépêché sur les lieux pour tenter de comprendre les circonstances de l’accident. Le camionneur a subi un choc nerveux et a été transporté à l’hôpital. L’accident est survenu vers 9 h 30 près de l’ancienne usine Agropur. La route 289 est fermée entre le rang St-Charles et la quincaillerie Marcel Thériault.

6 octobre 2015 : Québec a promis une nouvelle réglementation afin de faciliter la certification des résidences privées pour les aînés. «Les ajustements proposés poursuivent l’objectif principal du règlement, soit d’assurer aux aînés des conditions de vie sécuritaires et des services de qualité, mais ils tiennent également compte de la réalité des exploitants des résidences privées pour aînés en leur accordant une certaine flexibilité quant aux moyens pour atteindre les objectifs de sécurité», a déclaré mardi matin le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Adoptée en 2013, la réglementation actuelle est à ce point exigeante que 114 résidences ont demandé à être décertifiées par le gouvernement au cours des dernières années, s’estimant incapables d’atteindre les objectifs. «Les gens qui se décertifiaient le faisaient pour des raisons économiques», a précisé le ministre Barrette, en conférence de presse. Le prochain règlement créera quatre catégories de résidences, allant de celle où les pensionnaires seront autonomes et n’auront besoin de services que pour la préparation des repas, l’aide domestique et l’organisation des loisirs. Les résidences qui seront dans les trois autres catégories offriront une gradation de soins ajoutés aux services de base, allant de la distribution de médicaments (catégorie 2), à l’administration de médicaments (catégorie 3) et aux soins infirmiers. Le Réseau québécois des OSBL d’habitation (RQOH) a salué l’intention du gouvernement. L’obligation d’avoir du personnel de surveillance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, «sans égard à la dimension de la résidence», plaçait la barre trop haute.

6 octobre 2015 : Une Québécoise originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu a été assassinée à San Francisco, en Californie. Selon les policiers, Audrey Carey, âgée de 23 ans, aurait subi des blessures à la tête causées par un objet contondant, a rapporté le San Francisco Examiner, mardi. Un ami de la jeune femme, Benoit Huot, qui a communiqué avec le journal local par courriel, a mentionné que la Québécoise effectuait un voyage de deux semaines sur la côte ouest avec son sac à dos. Son corps a été trouvé dans le Golden Gate Park, où un festival de musique bluegrass se déroulait pendant la fin de semaine. M. Huot a dit au journal californien qu’il s’agissait d’un «meurtre horrible» et qu’Audrey était une femme pleine de vie, un peu hippie. Les policiers ont trouvé un téléphone cellulaire et ses papiers d’identification sur la victime. Ils ont toutefois dû utiliser des empreintes dentaires pour l’identifier formellement. Le corps de la jeune femme a été trouvé par un passant vers 9 h 15 samedi matin, deux heures avant les premières prestations du festival Hardly Strictly. Elle aurait assisté au festival dans le parc. La famille d’Audrey Carey a indiqué dans un communiqué mardi qu’elle ne donnerait pas d’entrevue et a demandé aux médias de respecter sa volonté. Après avoir remercié toutes les personnes qui leur ont donné leur appui dans cette épreuve, les proches ont affirmé qu’ils voulaient vivre ce deuil dans l’intimité, en privé.

7 octobre 2015 : Un jeune homme de 20 ans qui avait installé une caméra numérique dans la salle de bain des employés du Burger King de Charny, à Lévis, a plaidé coupable, à une accusation de voyeurisme. Marc-Antoine D’Astous semblait plutôt mal à l’aise, lorsque la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Rachel Gagnon, a rappelé les faits entourant cette affaire. Entre le 1er et le 13 février dernier, D’Astous a admis avoir tenté de voir ses collègues de travail en petite tenue ou carrément dénudés. Pour y parvenir, il avait installé une caméra numérique dans le plafond de la salle de bain qui sert autant aux employés masculins que féminins. Sans pouvoir expliquer pourquoi, il s’est toutefois «vendu» à une autre employée, lorsqu’il a attiré son attention sur des trous qui se trouvaient dans la salle de bain. «Lorsque l’employée est allée voir ce qui s’était passé dans la salle de toilette, son regard a été attiré par une tuile au plafond qui avait été déplacée», a expliqué Me Gagnon. C’est à cet endroit que l’employée a trouvé la caméra qui appartenait à D’Astous. «Avec l’aide d’une autre employée, la dame a regardé les images qui avaient été captées et c’est là qu’elle a vu l’accusé se faire filmer en train de manipuler la caméra», a précisé la procureure. Selon l’avocate de l’accusé, aucune vidéo n’aurait été conservée par son client. Cependant, aucune perquisition n’a été effectuée dans l’ordinateur du jeune homme qui a sévi durant deux semaines. D’Astous devra effectuer 75 heures de travaux communautaires pour payer sa dette à la société. Il sera également sous probation pour une période de deux ans et il devra se plier à un suivi probatoire de douze mois. Devant le juge Jean-Louis Lemay, le jeune homme s’est également engagé à suivre une thérapie. Il lui a également été interdit de se trouver au Burger King de la rue Taniata à Charny et il ne pourra pas communiquer avec quatre jeunes femmes.

7 octobre 2015 : Un motocycliste a perdu la vie après avoir percuté un train de marchandises en fin de soiré à Aston-Jonction, non loin de Daveluyville, dans le Centre-du-Québec. Vers 22 h 30, l’homme de 36 ans circulait sur le 11e rang avec un ami, chacun sur leur moto. À un passage à niveau où passait un train, un des deux ne s’est pas arrêté. Il a percuté le convoi ferroviaire. Selon les premiers éléments de l’enquête, les lumières clignotantes étaient en fonction et une barrière était abaissée, a expliqué la porte-parole de la Sûreté du Québec, Mélanie Dumaresq. Les deux hommes ont été transportés à un centre hospitalier, où le décès de l’homme originaire de Sainte-Eulalie a été constaté. Son compagnon n’a pas subi de blessures physiques, mais a éprouvé un choc nerveux. Un enquêteur spécialisé en scène de collision de la SQ a été envoyé sur les lieux pendant la nuit pour identifier les causes de l’accident. La vitesse ou une conduite téméraire font partie des premières hypothèses soulevées.

Bassin du Vieux-Port

Bassin du Vieux-Port

Vieux-Port de Montréal. Photo : GrandQuebec.com

Nos sources de nouvelles pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>