Ligne du temps : 2015

15 août – 21 août 2015

15 août – 21 août 2015

C’est arrivé au Québec entre le 15 août et le 21 août 2015

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 8 août jusqu’au 14 août 2015

15 août 2015 : Un homme a perdu la vie dans ce qui semble être un accident de travail, tôt samedi matin à l’usine Alcoa de Deschambault-Grondines, dans la région de la Capitale-Nationale. L’accident est survenu lors d’une manœuvre de recul d’un chariot élévateur, a indiqué Nathalie Girard, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). «Un homme de 54 ans a été heurté et gravement blessé», a-t-elle ajouté. Le quinquagénaire a été conduit d’urgence à l’hôpital, où son décès a été constaté. La SQ enquêtera sur les circonstances de la mort de l’homme conjointement avec la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST). Les autres travailleurs qui étaient sur place seront interrogés au courant de la journée. L’usine Alcoa produit des lingots, des plaques, des billets et des tiges d’aluminium. Elle emploie près de 2700 employés au Québec.

16 août 2015 : Au lendemain de l’effondrement d’un balcon qui a fait plusieurs blessés lors d’une fête entre amis au Lac-Etchemin, dans Chaudière-Appalaches, plusieurs convives étaient toujours à l’hôpital dimanche pour traiter d’importantes brûlures. Ce qui devait être une inoffensive épluchette de maïs a pris une tournure dramatique, samedi vers 18 h 30, lorsqu’une des poutres de la terrasse sur laquelle se trouvait une vingtaine de personnes s’est affaissée. La plupart des victimes souffraient de sérieuses brûlures causées par l’eau bouillante contenue dans une marmite, qui s’est répandue au sol au moment de l’affaissement. Deux jeunes enfants ont été particulièrement atteints par l’eau et ont subi des brûlures au deuxième degré. Ils ont dû être transférés vers l’hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, dimanche matin, afin de recevoir des soins plus spécifiques. Une autre personne a souffert de multiples fractures au moment de la chute. Selon l’une des résidentes du domicile, l’accident pourrait être attribuable à la vieillesse des structures de bois qui soutiennent le balcon. Comme la famille a emménagé dans la maison il n’y a que trois ans, les propriétaires devront vérifier si d’autres anomalies du genre sont présentes, a indiqué cette même résidente.

Pont Jacques-Cartier

Pont Jacques-Cartier

Le pont Jacques-Cartier vu depuis la quai du Vieux-Port de Montréal. Photographie : Megan Jorgensen

17 août 2015 : En raison de la canicule, le maire de Montréal, Denis Coderre, a ordonné, que toutes les calèches de Montréal soient retirées de la circulation pour la journée et la Ville de Québec a fait de même. Le règlement municipal stipule que les chevaux ne peuvent pas travailler lorsque le thermomètre indique une température supérieure à 30 degrés Celsius à l’aéroport Montréal-Trudeau. «Chaleur accablante – Les calèches ne sont plus en opération depuis ce midi en conformité avec le règlement», a pour sa part publié la Ville de Québec sur son compte Twitter. Au cours des dernières semaines, le traitement des chevaux qui tirent des calèches dans le Vieux-Montréal a soulevé plusieurs questions chez la population et les élus montréalais. La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) avait notamment mis sur pied une pétition qui dénonçait l’industrie à Montréal. Le maire avait toutefois indiqué que les calèches faisaient partie de la «signature de Montréal» et qu’elles étaient donc là pour rester.

17 août 2015 : Des locataires d’un immeuble à logements de l’île des Sœurs, à Montréal, vivent un véritable cauchemar depuis que des rats se sont introduits dans des tuyaux de ventilation de leur appartement. Ils demandent au propriétaire de régler le problème, mais l’exterminateur se fait toujours attendre. Michelle Bouchard habite cet immeuble de la rue Berlioz, à l’île des Sœurs, depuis plus de 40 ans. Elle entend continuellement les rats qui se sont logés dans sa hotte de cuisine, au premier étage. Samedi, un employé de l’immeuble est venu sur place et a retiré trois bêtes. Il a alors posé un filet métallique pour empêcher les autres vermines de sortir. Mme Bouchard ne peut plus utiliser sa cuisinière, sur laquelle les excréments s’accumulent. Même chose pour un voisin qui habite au troisième étage. Un des responsables de Structures métropolitaines, qui est propriétaire de l’édifice, devait nous rappeler, mais il ne l’a pas encore fait. Au téléphone, une préposée nous a dit qu’elle était au courant de la situation, et qu’il s’agit simplement d’un problème d’écureuils. Il y a effectivement des écureuils, mais beaucoup de rats, dit l’exterminateur Harold Leavy. Selon lui, «il y a une espèce de cohabitation dans ce tuyau-là». Un exterminateur devra passer de nombreuses heures pour résoudre le problème, qui risque de prendre de l’ampleur. Les rats peuvent mordre les jeunes enfants, mais cela se produit rarement.

18 août 2015 : Les policiers de Montréal ont participé à la capture d’un fugitif peu conventionnel, dans l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve: un jeune alligator. Des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont été demandés sur la rue Ontario, dans le quartier Tétreaultville. Sur place, un citoyen disait avoir vu un gros reptile dans la ruelle. À leur arrivée, l’animal était toujours sur les lieux. Les policiers ont donc utilisé des bacs à ordures pour l’empêcher de se sauver, le temps que les experts arrivent. Les employés du Berger blanc, organisme qui s’occupe de récupérer les animaux errants, ont réussi à mettre l’animal dans une cage, avec l’aide des policiers. La bête fait environ un mètre de long et pèse environ 13 kilos (30 lb). Elle est arrivée au refuge pour animaux, se porte bien et baigne dans l’eau, a indiqué la préposée aux communications pour le Berger blanc, Josianne Tremblay. La propriétaire de l’animal s’est manifestée. Émilie Gaudry est propriétaire de l’entreprise Repti-Zone. Sa compagnie met de l’avant des animaux exotiques lors d’animations, dont cet alligator. Une de ses employés avait montré l’animal, nommé Ali, pendant une fête d’enfant et l’a rapporté en fin de soirée à Mme Gaudry. Cette dernière devait aller le porter dans les locaux de son entreprise, où elle garde ses bêtes. « Le bac était mal fermé, a-t-elle expliqué en début de journée aux médias présents devant le refuge pour animaux. J’habite au premier étage, l’alligator a réussi à se sauver pendant qu’on ne regardait pas.» Il a finalement été retrouvé près de chez elle. Mme Gaudry a précisé qu’Ali est socialisé, donc il est habitué d’être près d’êtres humains. La possession de ce type d’animal est illégale, sauf pour les entreprises qui obtiennent un permis auprès du gouvernement. Le Berger blanc est habituellement appelé pour des chats et des chiens perdus, mais il leur arrive parfois de s’occuper d’animaux plus exotiques. Dernièrement, l’organisme a capturé un python. « On est appelé pour toutes sortes d’animaux, mais un alligator, je crois que c’est la première fois », estime Mme Tremblay. Si l’animal n’avait pas été réclamé ou s’il avait été impossible de le remettre à son propriétaire, il aurait pu être envoyé dans un zoo ou un refuge spécialisé dans les reptiles.

19 août 2015 : La vague de surdoses au Fentanyl, un médicament sur ordonnance transformé dans les laboratoires clandestins et revendu sur le marché noir, frappe aussi le Québec, selon les autorités. La Direction régionale de santé publique (DRSP) de la Capitale-Nationale a indiqué que chaque cas de surdose survenu dans la région depuis le mois de juillet a été analysé. Onze sont attribuables au Fentanyl, incluant trois décès. Il s’agirait d’adultes âgés de 29 à 42 ans, selon la Dre Nathanaëlle Thériault, médecin-conseil à la DRSP du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSS). On ne sait pas si ces comprimés circulent aussi dans d’autres régions du Québec. Un premier appel à la vigilance a été transmis en juillet par la DRSP de la Capitale-Nationale aux cliniciens et aux organismes communautaires en contact avec les consommateurs de drogue afin de les informer des dangers du Fentanyl. La Direction travaille aussi en partenariat avec les ambulanciers et les policiers afin d’endiguer ce fléau. En juin dernier, le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) avait déjà averti la population que des comprimés contrefaits vendus sur son territoire comme étant de la morphine seraient plutôt du Fentanyl. Ce comprimé est de couleur bleue et porte l’inscription A 215. Il ressemble à de l’Oxycodone 30 mg, surnommé «la petite bleue» dans la rue. « Il y a des enquêtes en cours plus précisément sur ce médicament, et sur les réseaux de trafiquants, ceci fait partie de nos préoccupations », a indiqué Marie-Ève Painchaud, agente aux communications du SPVQ, à l’Agence QMI. Le Fentanyl est un analgésique qui a un effet de 50 à 100 fois supérieur à la morphine et de 40 fois à l’héroïne. «Dans un contexte non médical, le Fentanyl a un effet toxique et est très dangereux», prévient la Dre Thériault. Il peut provoquer une détresse respiratoire et entraîner la mort. « Le consommateur qui fait une surdose a une respiration de plus en plus lente qui s’apparente à un ronflement, il a la peau froide et les lèvres bleues et doit être pris en charge très rapidement », ajoute-t-elle. La région de Vancouver est aussi aux prises avec une vague de surdoses au Fentanyl alors qu’on en a dénombré 16 au cours des deux dernières semaines, dont six en seulement une heure. La police de Toronto a également mis en garde la population, indiquant que des comprimés contenant du Fentanyl pourraient circuler sur son territoire.

19 août 2015 : Un enfant de 4 ans qui a échappé à l’attention de ses parents pendant quelques minutes s’est noyé dans la piscine familiale, à Laval. Un policier dépêché sur place a sauté dans la piscine pour sauver l’enfant, mais il était trop tard. Le drame s’est produit sur l’heure du dîner, à l’arrière d’une résidence privée de la rue Trépanier, dans le quartier Chomedey. Les policiers ont d’abord reçu un appel d’urgence au sujet d’un garçon de 4 ans qui manquait à l’appel. À ce moment, personne ne savait où se trouvait l’enfant. Les patrouilleurs se sont rapidement présentés sur les lieux et ont immédiatement entamé des recherches dans la cour arrière. « L’eau de la piscine était très embrouillée, si bien qu’il était impossible de voir dans le fond », a indiqué le lieutenant Daniel Guérin, porte-parole de la police de Laval. Soupçonnant que l’enfant s’y trouvait, l’un des policiers qui participaient aux recherches a retiré son uniforme et s’est lancé à l’eau pour scruter le fond de la piscine. Ce qu’il redoutait s’est concrétisé quelques instants plus tard, lorsqu’il est remonté à la surface avec le petit corps inanimé. Des manœuvres de réanimation ont été tentées, mais sans succès. Le décès du garçon a été constaté à l’hôpital par un médecin. Une enquête a été ouverte pour tenter de comprendre les circonstances du drame.

20 août 2015 : Une piétonne de 37 ans a perdu la vie après avoir été percutée par deux voitures différentes sur la rue Saint-Denis, à Montréal. La femme a traversé la rue Saint-Denis vers 1 h 45, entre la rue de Bienville et l’avenue du Mont-Royal. Un premier véhicule l’a évitée, mais elle a été happée par un véhicule qui circulait en direction sud. La victime a été projetée et a été percutée par un autre véhicule qui allait vers le nord. Après l’impact, elle est demeurée coincée sous le véhicule. Les premiers répondants ont dû soulever le véhicule pour permettre son évacuation. La femme a été transportée d’urgence vers un centre hospitalier, mais son décès a été constaté peu de temps après son arrivée, a expliqué la porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Anie Lemieux. Dans la nuit, la rue Saint-Denis a été fermée entre l’avenue du Mont-Royal et la rue Gilford, pendant l’enquête du SPVM. L’artère a été rouverte vers 4 h 30.

20 août 2015 : Un homme dans la fin vingtaine a été attaqué à la sortie d’une banque de l’arrondissement d’Outremont et est toujours inconscient en raison des blessures subies. Vers 19 h 15, la victime est sortie d’une institution bancaire située à l’intersection des avenues Van Horne et McEachran. Il s’est alors fait attaquer par un autre homme et a reçu au moins un coup, a indiqué le porte-parole du service de police de la Ville de Montréal (SPVM), André Leclerc. Il serait «tombé lourdement au sol», a relaté M. Leclerc. Son agresseur l’a ensuite aspergé d’un liquide dont on ignore la nature. L’assaillant a pris la fuite à pied sur Van Horne en direction ouest. À l’arrivée des policiers, l’homme était conscient, mais son état s’est dégradé pendant la soirée. Selon les premières constatations, la victime ne se serait rien fait voler. Le motif de l’attaque est donc toujours inconnu. Des policiers, aidés par un maître-chien, ont ratissé le secteur pour tenter de retrouver l’homme et la bouteille de liquide, sans succès. Des enquêteurs du SPVM tenteront de faire la lumière sur cette agression aux motifs encore vagues. Des échantillons du liquide seront analysés afin d’en identifier la teneur. Le suspect est un homme blanc dans la vingtaine et aux cheveux bruns courts. Au moment de l’agression, il portait un chandail bleu pâle et des pantalons courts noirs, selon la description donnée par le SPVM.

21 août 2015 : Un objet en feu qui a toutes les apparences d’un cocktail Molotov a été lancé tôt ce matin en direction d’un bar de la rue Saint-Vallier, dans le quartier Saint-Sauveur, à Québec. Vers 5 h 50, les policiers et les pompiers de Québec ont reçu plusieurs appels pour un «objet en feu lancé sur ou en direction du bâtiment», le bar Red Lounge situé 450 rue Saint-Vallier ouest, a indiqué la porte-parole Marie-Ève Painchaud, du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). Les dommages semblent limités, même si une vitrine a été fracassée. Les pompiers ont éteint les flammes très rapidement. Fait troublant, ils ont aussi trouvé à l’intérieur une bouteille de propane bossée. Selon RDI, cette bouteille émettait un sifflement à l’arrivée des pompiers. Le commissaire aux incendies et les enquêteurs du SPVQ sont sur les lieux. Une caméra de surveillance fixée sur l’édifice pourra peut-être aider les policiers dans leur enquête.

21 août 2015 : Un homme dans la vingtaine a été victime d’une tentative de meurtre, dans l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, à Montréal, lorsqu’un suspect à bord d’une voiture a ouvert le feu sur lui. Les coups de feu ont été tirés alors que la victime se trouvait à l’extérieur, à l’angle de la 25e Avenue et de la rue Jean-Rivard. Le véhicule a ensuite pris la fuite. Plusieurs voisins ont entendu les coups de feu et de nombreux appels ont été faits au 911. À l’arrivée des services d’urgence, l’homme se trouvait toujours au sol, ensanglanté. Il a été conduit d’urgence vers un centre hospitalier, où son état est jugé critique, a indiqué l’agent Jean-Pierre Brabant, porte-parole de la police de Montréal. L’homme aurait été touché au haut du corps. Un périmètre de sécurité a été érigé sur les lieux afin de conserver la scène de crime intacte. Des enquêteurs et des spécialistes en identité judiciaire ont été dépêchés sur les lieux dans l’espoir de retracer le fil des événements et déterminer avec exactitude ce qui s’est produit.

21 août 2015 : Un homme a été arrêté à l’issue d’une poursuite automobile à Saint-Germain-de-Grantham, près de Drummondville, dans le Centre-du-Québec. Les policiers ont tenté d’intercepter une voiture sur le boulevard Jean-De Brébeuf pour une infraction au Code de la route, mais le conducteur a refusé de s’immobiliser, a indiqué Christine Coulombe, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). Le suspect de 19 ans a été arrêté quelques kilomètres plus loin, grâce à un tapis de clous installé par la SQ. Un jeune homme de 20 ans était aussi dans le véhicule au moment de l’arrestation. Le conducteur pourrait faire face à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies et de fuite.

21 août 2015 : Une première rencontre publique organisée par les trois partis indépendantistes au Québec s’est tenue dans la circonscription de Laurier-Dorion à Montréal, dans le but de voir ce qui les unit, plutôt que ce qui les divise. Ce rapprochement orchestré par le Nouveau mouvement pour le Québec a permis l’organisation conjointe d’un Forum d’échange citoyen, durant lequel les indépendantistes du Parti québécois, de Québec solidaire et d’Option nationale de cette circonscription ont discuté notamment de diversité culturelle et d’environnement. Le président de Québec solidaire et ex-candidat dans Laurier-Dorion, Andrés Fontecilla, l’ex-candidat d’Option nationale dans cette circonscription, Miguel Tremblay, et l’ex-députée du Bloc québécois de la circonscription fédérale de Papineau Vivian Barbot, celle-ci au nom du Parti québécois, ont agi comme conférenciers. «Pour la première fois, les trois partis indépendantistes ont mobilisé leurs membres pour une activité commune. C’est déjà bien. C’est le début, la prémisse d’un dialogue entre les trois partis», a déclaré à l’Agence QMI le président du Nouveau mouvement pour le Québec, Pierre Curzi, qui a joué le rôle de «facilitateur» dans l’organisation de cette rencontre. Il ne faut pas y voir une activité partisane ou électoraliste, a-t-il précisé, mais plutôt une occasion de mieux mesurer ce qui sépare les trois formations politiques et de voir sur quoi elles peuvent s’entendre, par exemple en environnement : «Voyons voir quels sont les points de rapprochement entre les membres des trois partis», a résumé M. Curzi.

21 août 2015 : Jocelyne Ouellette, ancienne députée du Parti Québécois dans la circonscription de Hull et ministre au sein du premier cabinet de René Lévesque, est décédée aujord’hui, à l’âge de 71 ans des suites d’un cancer. Née à Hull le 6 avril 1944, Jocelyne Ouellette fut l’une des premières femmes à faire son entrée à l’Assemblée nationale. Elle a occupé le poste de ministre des Travaux publics et de l’Approvisionnement dans le cabinet de René Lévesque, et fut aussi ministre responsable de l’Outaouais. Défaite en 1981, elle occupa ensuite diverses fonctions au niveau fédéral, notamment à la tête du Bureau du Québec à Ottawa, à la Société immobilière du Canada et à l’Agence spatiale canadienne. Le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, a adressé par voie de communiqué ses condoléances à la famille et à ses proches. «Son rôle au sein de notre grand parti fut déterminant; en plus de participer à sa fondation, elle a travaillé très fort pour en faire connaître le programme aux femmes et aux hommes de la région de l’Outaouais», a-t-il déclaré.

Rue de la Commune

Rue de la Commune

La rue de la Commune au Vieux-Montréal. Photo : GrandQuebec.com

Nos sources pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>