Ligne du temps : 2015

1er février – 7 février

1er février – 7 février

C’est arrivé au Québec entre le 1er février et le 7 février 2015

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu entre le 29 janvier et le 31 janvier 2015

1er février 2015 : Un homme qui aurait tenté d’intoxiquer un garçon au monoxyde de carbone, à Saint-Eustache, dans les Laurentides, sera accusé de tentative de meurtre. Les policiers ont été avisés par un témoin du comportement étrange d’un véhicule, vers 2h30. Lorsqu’ils ont intercepté la voiture, un homme et un garçon étaient à bord. Les deux passagers étaient fortement affectés par les émanations du gaz toxique et ils ont été transportés d’urgence vers un centre hospitalier, a indiqué la police. Dimanche soir, ils étaient tous les deux hors de danger. Le jeune a même reçu son congé de l’hôpital. Les circonstances entourant l’événement demeurent nébuleuses. L’homme «aurait tenté de mettre fin à ses jours après avoir tenté d’enlever la vie d’un jeune garçon mineur», a affirmé la police de Saint-Eustache par communiqué. Le conducteur devra également répondre à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies.

1er février 2015 : La Sûreté du Québec a lancé une opération d’envergure samedi soir afin de tenter de localiser une personne perdue dans le parc régional de la Forêt Ouareau au nord de Chertsey, dans la région de Lanaudière. Selon le sergent Claude Denis, de la SQ, une personne a appelé les services d’urgence vers 18h et a tout juste eu le temps de dire qu’elle s’était égarée dans le secteur Grande-Vallée de la Forêt Ouareau avant que la communication ne soit interrompue. La personne pourrait être un ou une motoneigiste. La Sûreté du Québec a dépêché dans le secteur des équipes à VTT et à motoneige, ainsi qu’un hélicoptère afin de mener des recherches.

1er février 2015 : Une surchauffe d’équipement électronique a déclenché un violent incendie dans un commerce informatique, à Sainte-Adèle, dans les Laurentides. «Les flammes ont pris naissance dans la salle des serveurs installée au premier étage et se sont propagées jusqu’au troisième», a indiqué le directeur du Service de sécurité incendie de Sainte-Adèle, Jean Lacroix. Personne n’était à l’intérieur lorsque le feu a éclaté. Les pompiers de la ville ont dû faire appel aux casernes de Saint-Sauveur et de Val-Morin afin de combattre le brasier. Il aura fallu environ trois heures à la trentaine de sapeurs pour le maîtriser. Le commerce, qui offre de l’équipement et des fournitures pour la production de cartes d’identité québécoise, a été lourdement endommagé par les flammes. Puisque la cause de l’incendie est considérée comme accidentelle par les pompiers de Sainte-Adèle, aucune enquête ne sera effectuée.

2 février 2015 : Une femme de 59 ans est morte cet après-midi après une collision entre sa voiture et un poids lourd à Saint-Odilon-de-Cranbourne, dans la région de Chaudière-Appalaches. Elle était originaire de la région de Bellechasse, selon les autorités. L’accident s’est produit vers 13 h à l’intersection de la route 275 et du 10e rang. La victime est la conductrice de l’automobile. Le chauffeur du camion a été quant à lui très légèrement blessé. Des reconstitutionnistes en enquête collision étaient sur place en milieu d’après-midi pour tenter d’éclaircir les circonstances de cet accident, a fait savoir la sergente Ann Mathieu, de la Sûreté du Québec. Les enquêteurs vérifieront notamment si les conditions de circulation pourraient être en cause. La chaussée était en effet partiellement enneigée dans ce secteur. Une portion de la route 275 a été fermée à la circulation pour la durée de l’enquête.

2 février 2015 : Deux individus, Kevin Racine et Dylan McEnroe, ont été accusés de proxénétisme et traite de personnes, au palais de justice de Laval, à la suite de la dénonciation d’une jeune femme de 19 ans. Il y a quelques jours, les deux hommes étaient allés chercher la jeune femme à Belleville en Ontario; cette dernière avait accepté de venir pratiquer des activités sexuelles monnayées à Laval. Mais une fois rendue dans un condo de Laval, la jeune femme de Belleville a changé d’idée, et ne voulait plus pratiquer la prostitution. Racine et McEnroe l’auraient forcée, disant qu’elle avait une dette envers eux. Au bout de quatre jours, elle leur a fait croire qu’elle connaissait une autre jeune femme, à Maniwaki, qui accepterait de se joindre à eux. Une fois rendue à Maniwaki elle s’est sauvée, et est allée porter plainte à la police. La Sûreté du Québec a rapidement localisé les deux hommes et le condo de Laval où des femmes étaient contraintes à se prostituer, vendredi dernier. Une jeune fille de 16 ans a été trouvée sur les lieux.

2 février 2015 : Un incendie faisait rage, cet après-midi, dans une ancienne usine à Daveluyville, dans le Centre-du-Québec. Les flammes se sont déclarées vers 11 h 30 dans la toiture d’une section inoccupée de la bâtisse. Un témoin a vu deux personnes évacuer le bâtiment, elles supportaient un homme qui avait le visage noirci, visiblement blessé dans l’incendie. Une quarantaine de pompiers des municipalités avoisinantes sont arrivés en après-midi pour combattre le sinistre, mais leur travail était entravé par les vents qui balaient le secteur et favorisent la propagation de l’incendie. Un bélier mécanique a été transporté sur les lieux pour tenter de limiter la progression des flammes vers d’autres sections de la bâtisse.

3 février 2015 : Un chauffeur de taxi a été victime d’une agression armée à Longueuil, mais sa vie n’est pas en danger. L’attaque est survenue vers 4 h 30 derrière un immeuble de la rue de Bruges, près du boulevard Roland-Therrien. En début de journée mercredi, on ignorait si c’est un client qui a agressé le chauffeur. Le conducteur a été blessé au haut du corps et transporté à l’hôpital, mais les policiers n’ont pas voulu préciser la nature de ses blessures. On ne craint pas pour sa vie, a souligné le porte-parole de la police de Longueuil, Tommy Lacroix. Près du véhicule du chauffeur, les policiers ont retrouvé une arme de poings , a mentionné M. Lacroix. Toutefois, il reste à établir s’il s’agit d’une vraie arme ou d’une imitation et si elle a servi dans l’agression. Un individu a été interpellé par les policiers non loin de la scène, mais il reste encore aux enquêteurs à déterminer s’il est impliqué ou non dans l’attaque. Les enquêteurs et le service de l’identité judiciaire ont été appelés sur les lieux afin d’établir les circonstances de l’attaque et d’amasser des indices permettant d’arrêter son auteur.

3 février 2015 : Une rencontre entre trois jeunes hommes dans un studio d’enregistrement s’est terminée dans un véritable bain de sang, mardi avant-midi, à Laval. Les trois hommes âgés dans la mi-vingtaine ont été gravement blessés par arme blanche. Ils se seraient mutuellement poignardés lors d’une altercation dont les motifs n’avaient toujours pas été établis en début de soirée. Les faits se seraient déroulés vers 10 h 30, au 13, rue Jubinville, où est situé le Black Box Studio, mais la police n’a été prévenue que 20 minutes plus tard, a fait savoir l’agente Jolyane Ledoux, porte-parole de la police de Laval. À l’arrivée des policiers, deux des trois victimes avaient réussi à quitter le logement converti en studio d’enregistrement, mais gisaient au sol, ensanglantées, juste en face de la scène de crime. La troisième victime se trouvait toujours dans le studio, gravement blessée elle aussi. Si les médecins ont d’abord craint pour la vie de l’un des trois hommes, il semble que son état de santé se soit amélioré au cours de la journée. En début de soirée, les trois victimes se trouvaient dans un état grave, mais stable. En raison de la gravité de leurs blessures, les trois individus n’ont pas encore été rencontrés par les enquêteurs. Par conséquent, on ignorait toujours en soirée les motifs entourant cette altercation qui a dégénéré. Selon les informations, la confrontation a été «extrêmement brutale et sauvage» entre les trois hommes, qui présentaient des blessures à la tête, au cou, au thorax et aux bras, notamment. «On pense qu’il y a deux victimes et un suspect dans cette affaire, mais tout le monde a été blessé, alors il va falloir démêler tout ça», a indiqué Jolyane Ledoux. Pendant la majeure partie de la journée, la rue Jubinville a été bouclée entre la rue Grenon Est et le boulevard Lévesque Est afin de permettre aux enquêteurs de tenter de comprendre le fil des événements. Aucune arrestation n’avait encore été effectuée en début de soirée.

4 février 2015 : La somptueuse résidence de Céline Dion, située dans l’île Gagnon, à Laval, est touchée par une inondation, a rapporté TVA Nouvelles. Plsieurs camions d’une entreprise de nettoyage sont toujours sur place. Le domaine du couple Dion-Angélil est à vendre pour un montant de 25,5 millions de dollars depuis mai 2012. Sa superficie est de 24 000 pieds carrés et l’île au complet fait 830 000 pieds carrés. Des gens qui habitent dans les environs ont écrit à TVA Nouvelles pour signaler un important va-et-vient de véhicules autour de la célèbre résidence.

4 février 2015 : Deux fugitifs d’un institut psychiatrique de North Bay, en Ontario, ont été victimes d’un grave accident, sur la route 132, à Saint-Simon, dans le Bas-Saint-Laurent. Ce sont les policiers de la Sûreté du Québec qui ont fait le lien avec les deux individus en cavale. La police de North Bay avait en effet émis deux mandats d’arrestation contre Cara Duval, 37 ans, et Joseph Pepin, 39 ans, après qu’ils se furent enfuis à bord d’une voiture Volkswagen Jetta à la fin du mois de janvier. L’homme et la femme avaient quitté ensemble le programme La santé mentale et la loi du centre de santé régional de North Bay et n’étaient pas revenus comme prévu à la fin de leur permission. Leur disparition avait été signalée le 22 janvier. Dans leurs appels à témoins, la police ontarienne et la Gendarmerie royale du Canada précisaient que les deux individus en cavale pouvaient être dangereux. Le 27 janvier, ils avaient été vus à Hanwell, puis ce mardi, à Doaktown, au Nouveau-Brunswick. Mercredi après-midi, alors que Pepin était volant sur la route 132 en direction ouest, il a soudainement dévié de sa trajectoire et s’est retrouvé sur la voie opposée, heurtant de plein fouet une voiture qui arrivait en face, a indiqué la sergente Audrey-Anne Bilodeau, de la Sûreté du Québec. Le conducteur a été gravement blessé, mais sa vie ne serait pas en danger. Duval et Pepin ont été transportés dans un hôpital de la région. Selon nos informations, la femme pourrait rester détenue le temps que son compagnon soit opéré. Ils devraient ensuite être remis à la police de North Bay. Les deux fugitifs auraient tous les deux commis un crime pour lequel ils ont été jugés non criminellement responsables.

4 février 2015 : Un individu originaire de Jonquière est porté disparu au large de la Floride, et les espoirs de le retrouver diminuent d’heure en heure. Carol Tremblay, 66 ans, serait tombé d’un bateau de croisière. M. Tremblay était passager à bord du navire de croisière Celebrity Constellation. Le bateau effectuait un périple de quatre jours entre la Floride, les Bahamas et les Îles Keys. La disparition est survenue vers 3 h dans la nuit de samedi à dimanche au large de Key West en Floride, selon le lieutenant Peter Bermont de la garde côtière américaine. Des recherches ont été lancées dans le secteur. « L’individu serait tombé du 11e étage du bateau, ce qui équivaut à une chute d’environ 110 pieds (34 mètres). C’est une chute significative », a indiqué le lieutenant Bermont. C’est la conjointe du disparu, qui l’accompagnait à bord, qui a signalé la disparition. Immédiatement le capitaine a ordonné une fouille du navire, mais l’individu était toujours introuvable. On a donc fait appel à la garde côtière américaine qui a ratissé le secteur sur plus de 1300 km2, mais en vain. La garde côtière a suspendu les recherches. «Considérant la distance couverte et le nombre d’appareils et d’embarcations impliqués, le fait qu’il ne portait pas de veste de sauvetage, qu’il n’était pas un bon nageur, nous avons décidé d’interrompre les recherches», a souligné Peter Bermont. Les caméras de surveillance du navire ont capté Carol Tremblay peu avant sa disparition, mais ces images ne fourniraient pas d’indications claires sur les circonstances de l’événement. Selon le journal local Key West Citizen, le FBI a aussi été contacté par la compagnie, mais tout indique qu’aucun acte criminel n’a été commis. La thèse de l’accident ou d’un geste volontaire est envisagée. «Au moment de la disparition, les vagues étaient significatives dans le secteur», a fait savoir le lieutenant Peter Bermont. Carol Tremblay était un nouveau retraité. Il venait de s’acheter une roulotte en Floride pour passer une partie de l’année sur place.

5 février 2015 : Marc Johnson Delice, 30 ans, a été accusé de tentative de meurtre en lien avec l’altercation entre trois hommes qui avait fini dans un bain de sang, dans un studio d’enregistrement improvisé à Laval. Il a comparu par téléphone parce qu’il est gravement blessé et qu’il est donc toujours hospitalisé, a indiqué la porte-parole du Service de police de Laval, Jolyane Ledoux. Pendant quelques heures, les médecins avaient même craint pour sa vie. Les deux autres personnes impliquées dans cette affaire, âgées d’une vingtaine d’années, sont considérées comme des victimes. Elles sont elles aussi toujours à l’hôpital. Ce qui a été présenté comme une altercation a dégénéré mardi, dans un logement de la rue Jubinville converti en studio. Les trois hommes se sont échangés des coups de couteau et ont été retrouvés par les policiers gisant au sol, ensanglantés. « On ne connaît pas encore le mobile du crime », a fait savoir Mme Ledoux, soulignant toutefois que les victimes présumées se montraient très coopératives.

5 février 2015 : Un homme de 48 ans a été victime d’une agression sauvage lorsque plusieurs individus sont entrés par effraction dans son domicile, vendredi, en début d’après-midi, dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, à Montréal. Les nombreux suspects auraient poignardé l’homme avec un objet tranchant et contondant, en plus de l’asperger de poivre de Cayenne, vers 13 h, à son appartement de la 1ere avenue. « La victime a été transportée vers un centre hospitalier, mais on ne craint pas pour sa vie », a indiqué l’agent Danny Richer du Service de police de la Ville de Montréal. À l’arrivée des policiers, les agresseurs avaient déjà pris la fuite. Des enquêteurs se sont rendus sur place afin de comprendre les circonstances de cet événement.

6 février 2015 : Les personnes souffrantes pourront mettre fin à leur jour avec l’aide d’un médecin, a tranché la Cour suprême du Canada, dans un jugement historique. Le plus haut tribunal du pays a ainsi déterminé que l’interdiction de «l’aide d’un médecin à mourir» était inconstitutionnelle. La décision de la cour ne prendra cependant effet que dans un an, le temps de donner au gouvernement fédéral et aux provinces l’occasion de légiférer sur cette question délicate. Les magistrats ont toutefois établi les paramètres selon lesquels certaines personnes pourront avoir accès à l’aide médicale à mourir. Ce sont des adultes capables, qui consentent clairement à mettre fin à leur vie et qui ont des problèmes de santé graves et irrémédiables. Leurs souffrances physiques ou psychologiques doivent être persistantes et doivent leur être intolérables. Il s’agit d’un jugement unanime des neuf magistrats du plus haut tribunal du pays, et exceptionnellement signé par la cour elle-même afin de donner un poids institutionnel à sa décision. La Cour suprême annule ainsi, pour ces cas précis, l’article 241 du Code criminel selon lequel une personne peut être condamnée à 14 ans de prison si elle aide ou incite une personne à mettre fin à ses jours. Le tribunal est d’avis que cette décision contrevient à l’article 7 de la Charte canadienne des droits et libertés sur le droit à la vie, à la liberté et à la sécurité. Le tribunal a aussi déterminé que la question de l’aide médicale à mourir peut être légiférée par le fédéral et les provinces selon les critères établis, rejetant ainsi les arguments du Québec sur la compétence exclusive des provinces. La cause devant les tribunaux porte sur deux femmes de la Colombie-Britannique aujourd’hui décédées qui souffraient de maladies intraitables et progressives. Leurs descendants ont depuis continué de porter l’affaire jusqu’en Cour suprême contre le procureur général du Canada.

6 février 2015 : Un incendie suspect dans un restaurant syrien situé sur l’avenue du Parc a forcé l’évacuation d’une vingtaine de résidents, en plus de bloquer une partie de cet axe très passant de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. «L’incendie s’est déclaré vers 5h20 et a pris naissance au rez-de-chaussée, dans le restaurant», a indiqué le chef des opérations du Service de sécurité incendie de Montréal, Yan Richie. Les deux logements situés juste au-dessus ont été évacués tout comme les logements adjacents. «En tout, ce sont une vingtaine de résidents qui ont été évacués par mesure préventive.» L’incendie a nécessité la collaboration d’une quarantaine de pompiers et a été maitrisé vers 6h30. L’enquête a été confiée au Service de police de la Ville de Montréal puisque certains éléments laissaient croire à la thèse d’un acte criminel. L’avenue du Parc était fermée à la circulation vendredi matin entre la rue Saint-Viateur Ouest et l’avenue Fairmount.

7 février 2015 : Une usine de fabrication de matelas a été la proie des flammes, en début de soirée, dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies, à Montréal. Vers 19 h, près d’une centaine de pompiers combattaient le violent brasier, qui se serait rapidement propagé partout à l’intérieur de l’édifice de l’avenue Marco-Polo. « À un moment donné, on a été obligé de retirer nos équipes parce qu’on avait peur que le bâtiment s’effondre », a indiqué Luc Galarneau, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal. Les sapeurs tentaient également d’empêcher l’incendie de toucher le bâtiment voisin. «Pour le moment, on ne pense pas qu’il y avait personne à l’intérieur, c’était fermé depuis plusieurs heures», a ajouté M. Galarneau. Le bâtiment a été lourdement endommagé par le feu.

7 février 2015 : Un homme qui souffrait d’hypothermie et qui présentait des fractures ouvertes à la suite d’un accident de motoneige a dû attendre plus de cinq heures dans les bois avant d’être finalement transporté vers un centre hospitalier, à La Malbaie, dans Charlevoix. Les autorités ont été informées de la situation vers 15 h 30 lorsque l’homme les a contactées. Grâce à l’abonnement de l’homme à l’ambulance aérienne Air Médic, l’hélicoptère est d’abord arrivé au parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, vers 17 h. «Comme le veut la procédure, le personnel médical devait stabiliser le patient avant de décoller pour le transporter vers un centre hospitalier», a indiqué le sergent Ronald McInnis de la Sûreté du Québec (SQ). L’engin n’a finalement pas été en mesure de quitter la forêt puisque le soleil s’était déjà couché et que l’appareil n’était pas équipé pour voler de nuit. Puisque l’état de santé de la victime était jugé sérieux, les employés d’Air Médic ont fait appel à la SQ afin qu’ils viennent secourir l’homme. Par contre, l’hélicoptère disponible était beaucoup trop loin de l’accident pour arriver rapidement. C’est finalement l’intervention aérienne des Forces canadiennes qui aura permis à l’homme d’être transporté à l’hôpital de Chicoutimi, vers 20 h 30. L’un de leurs hélicoptères était beaucoup moins éloigné des lieux. L’état de santé de l’homme n’était toujours pas connu des autorités, samedi vers 23 h.

7 février 2015 : Un homme de 25 ans a été poignardé à plusieurs reprises, samedi en début de soirée, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, à Montréal. La victime, qui est connue des policiers, s’est elle-même présentée à l’hôpital Sacré-Coeur, vers 19 h. Selon les médecins, le patient avait été atteint au haut du corps. «Il présentait des blessures qui ne mettent pas sa vie en danger», a indiqué l’agent Danny Richer du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). D’après le témoignage du jeune homme, la sauvage agression serait survenue sur la rue Grenet, près de la rue Ranger, peu de temps avant qu’il se présente à l’hôpital. Un témoin a également été interpellé près du centre hospitalier afin d’être rencontré par les enquêteurs du SPVM. Samedi vers 21 h, les autorités n’avaient identifié aucun suspect.

Février au Québec

Février au Québec

Voir aussi les événements les plus importants qui ont eu lieu entre le 8 février et le 14 février 2015

Voir aussi les événements les plus importants qui ont eu lieu entre le 1er février et le 7 février 2015. – See more at: http://grandquebec.com/ligne-du-temps-2015/29-janvier/#sthash.IYrw14gx.dpufNos sources pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>