Ligne du temps : 2015

Ligne du temps : 2115

Année internationale de la lumière et des techniques utilisant la lumière (AYL 2015)
Année internationale des sols

Année internationale de la lumière et des techniques utilisant la lumière

L’année internationale de la lumière et des techniques utilisant la lumière a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations unies le 20 décembre 2013 qui a souligné à l’occasion que 2015 coïncide avec les anniversaires d’une série d’événements importants dans l’histoire des sciences de la lumière, notamment les travaux sur l’optique d’Ibn Al-Haytham en 1015, la théorie ondulatoire de la lumière avancée par Fresnel en 1815, la théorie électromagnétique de la propagation de la lumière avancée par Maxwell en 1865, les théories d’Einstein sur l’effet photoélectrique en 1905 et sur les liens entre lumière et cosmologie mis en évidence par la relativité générale en 1915, et la découverte du fond diffus cosmologique par Penzias et Wilson de même que les travaux de Kao sur la transmission de la lumière dans les fibres pour la communication optique en 1965.

Cet hommage rappelle plusieurs grands événements scientifiques du domaine de l’optique. Les sponsors qui ont aidé à composer le dossier et proposer le thème de l’année 2015 sont de grandes organisations scientifiques et technologiques de l’optique : l’Optical Society, la SPIE, la IEEE Photonics Society, la Société américaine de physique et la Société européenne de physique, entre autres.

Année internationale des sols

Le sol est le support de la vie terrestre. Il résulte de la transformation de la couche superficielle de la roche mère, la croûte terrestre, dégradée et enrichie en apports organiques par les processus vivants. Hors des milieux marins et aquatiques d’eau douce, il est ainsi à la fois le support et le produit du vivant. Le sol est une interface entre biosphère et lithosphère.
On différencie le sol de la croûte terrestre par la présence significative de vie. Le sol est aussi un des puits de carbone planétaires. Il peut contenir et conserver des fossiles, vestiges historiques, et les traces d’anciennes activités humaines (voir archéologie) ou d’évènements géoclimatique. Ces éléments influent à leur tour la composition floristique. Le sol est nécessaire à la fonge, à la flore dont la forêt, et à la faune.

Les agronomes nomment parfois « sol » la partie arable (pellicule superficielle) homogénéisée par les labours et explorée par les racines des plantes. On considère qu’un bon sol agricole est constitué de 25 % d’eau, 25 % d’air, 45 % de matière minérale et de 5 % de matière organique. Le tassement et la semelle de labour peuvent induire une perte de rendement de 10 à 30 %.

Année internationale des sols

Année internationale des sols. Photo : Megan Jorgensen

Année internationale des sols.  Illustration : © Megan Jorgensen

Les pédologues estiment que la partie arable ne constitue que la partie superficielle du sol. Le pédologue Albert Demolon a défini le sol comme étant « la formation naturelle de surface, à structure meuble et d’épaisseur variable, résultant de la transformation de la roche mère sous-jacente sous l’influence de divers processus, physiques, chimiques et biologiques, au contact de l’atmosphère et des êtres vivants ». Ainsi, les définitions du sol sont liées à son utilisation.

La science qui étudie les sols, leur formation, leur constitution et leur évolution, est la pédologie. Plus généralement, aujourd’hui, on parle de science du sol, englobant ainsi toutes les disciplines (biologie, chimie, physique) qui s’intéressent pro parte au sol.

Lumière

Lumière

Année internationale de la lumière et des techniques utilisant la lumière. Image : © Megan Jorgensen

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *