Ligne du temps : 2013

8 octobre – 14 octobre

8 octobre – 14 octobre

C’est arrivé au Québec au cours de la semaine du 8 octobre jusqu’au 14 octobre 2013

Voir aussi : la période précédente du 1er octobre jusqu’au 14 octobre 2013

8 octobre 2013 : Deux personnes ont été tuées par balle, dans un immeuble à logements de l’arrondissement de LaSalle, à Montréal. Vers 22 h 15, les policiers ont reçu un appel, car un conflit venait d’éclater dans un appartement de la rue des Oblats, près de la rue Bergevin. À leur arrivée, ils y ont découvert un homme et une femme atteints par balle, selon l’agent Daniel Lacoursière, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Le décès de la une femme a été constaté sur place, alors que l’homme, qui était dans un état critique, a succombé à ses blessures à l’hôpital. L’identité des deux victimes n’a toutefois pas été dévoilée. «Pour l’instant, les circonstances sont encore très nébuleuses», a indiqué M. Lacoursière.

8 octobre 2013 : Alors que la saison de moto tire à sa fin, le nombre d’accidents mortels impliquant des motocyclistes a atteint un creux historique, cette année, soit près de deux fois moins de décès qu’en 2007. Avec 37 décès de motocyclistes recensés sur l’ensemble du territoire québécois depuis le mois de mars, le bilan est en voie de devenir l’un des meilleurs jamais enregistré, selon le Journal de Québec.

8 octobre 2013 : Un réseau de trafiquants qui visait à approvisionner des détenus à la prison de Sorel-Tracy et à celle de Bordeaux à Montréal a été démantelé ce matin. Dix personnes ont été arrêtées au cours de la journée et font face à plusieurs chefs d’accusation. L’avocat criminaliste Luc Vaillancourt, 44 ans, a été arrêté au cours de l’opération. Il est notamment connu pour défendre des causes à caractère sexuel. Ce dernier a plaidé non coupable devant le juge aux six chefs d’accusation de trafic de drogue et de complot auxquels il fait face. L’avocate de la Couronne, Me Caroline Fontaine, s’est opposée à la remise en liberté de l’accusé. Elle a également demandé une peine minimale s’il est déclaré coupable. Au total, trois perquisitions ont été effectuées au cours de la journée; deux à Sorel et une au domicile de Luc Vaillancourt, où une voiture a été saisie. Les perquisitions menées à Sorel ont permis aux policiers de saisir différentes quantités de cannabis, de cigarettes de contrebande, de médicaments vendus sous ordonnance et des comprimés de méthamphétamine. Une arme prohibée et un véhicule ont également été confisqués.

chameaux

Un chameaux du Jardin de la Chine dans le Jardin botanique de Montréal. Photo : GrandQuebec.com

8 octobre : L’homme de 30 ans abattu hier derrière chez lui est Mathieu Vallée, un joueur important dans le milieu de la drogue à Montréal. Vallée agirait en tant que «fournisseur indépendant» auprès de la mafia italienne et des Hells Angels, notamment. Propriétaire du Café St-Mat, sur le Plateau, l’homme au physique très imposant a été tué de plusieurs projectiles d’arme à feu au moment où il descendait de son véhicule derrière son logement de la rue St-André. Son assassin, qui a pris la fuite après le crime, n’a pas été retrouvé. Malgré le fait qu’il frayait avec des gens influents au sein du crime organisé montréalais, Mathieu Vallée était, selon nos sources, quelqu’un de «low profile» et qui «faisait sa petite affaire». L’homme au lourd passé judiciaire faisait notamment partie, tout comme son fils, Ali Awada, des 11 personnes accusées dans l’affaire de l’enlèvement en juin 2008 de Nino de Bartolomeis, un proche du lieutenant de la mafia de l’époque, Francesco Arcadi. Mohamed Awada avait finalement été libéré dans cette affaire de kidnapping. Awada avait également fait face à la justice à de nombreuses reprises, principalement pour des affaires de drogue, de port d’arme ou encore de voies de fait. Il aurait notamment plaidé coupable à des accusations de complot en 1995, ce qui lui a valu une sentence de neuf ans d’emprisonnement.

lotus

Sept constructions de style classique, inspirées de l’époque Ming, s’intègrent au jardin, notamment la Cour d’entrée, le Pavillon de l’amitié, la Cour du printemps, le Kiosque de l’ombre verte, le Pavillon où se figent les nuages empourprés, le Kiosque de la douceur infinie et le Bateau de pierre. Photo : © GrandQuebec.com

9 octobre 2013 : Quatre mois après avoir été arrêtés, interrogés et accusés, l’ex-maire par intérim de Montréal Michael Applebaum et deux complices allégués, Saul Zadjel et Jean-Yves Bisson, ont comparu pour répondre entre autres à des accusations de fraude envers le gouvernement, de corruption dans les affaires municipales et d’abus de confiance. Michael Applebaum, Saul Zadjel et Jean-Yves Bisson n’étaient pas présents au palais de justice de Montréal. Leurs avocats n’ont toutefois pas enregistré de plaidoyer, comme c’est l’usage lors d’une première comparution, parce que la preuve n’a pas été entièrement divulguée à la défense. Michael Applebaum, 50 ans, fait face à 14 chefs d’accusations pour des faits entre 2006 et 2011, à l’époque où il était maire de l’arrondissement de Côte-des-Neiges. Me Jeffrey Boro, qui défend Saul Zadjel, y est allé d’une charge contre les médias. «Je trouve que les médias essayent de salir la réputation de mon client sans avoir les faits, je trouve ça irresponsable, que vous ne méritez pas la vérité», a-t-il dit. Zadjel, un ex-conseiller municipal, fait face à cinq accusations, notamment d’abus de confiance et de corruption. Les parties reviendront en cour le 11 décembre. D’ici là, la Couronne tentera d’obtenir une ordonnance de non-publication concernant les mandats de perquisition dans ce dossier, que les médias veulent diffuser.

9 octobre 2013 : Le corps de Jérémi Falardeau, 21 ans, porté disparu depuis le week-end dernier, a été retrouvé au Snack Bar, de la rue Saint-Jean, à Québec, où il avait été vu pour la dernière fois dans la nuit de samedi à dimanche. La police de Québec a découvert la dépouille du jeune homme derrière le casse-croûte situé au 780, rue Saint-Jean. Le corps a été aperçu dans un espace d’à peine un mètre de large, entre un muret de la terrasse arrière de l’établissement et un cabanon situé dans une cour résidentielle de la rue voisine. Des premières fouilles, vaines, avaient été faites dimanche soir, sous la pluie et dans le noir. De nouveaux «éléments» ont toutefois ramené les autorités sur le site mercredi matin. «On a retrouvé le corps dans un endroit restreint, clos et difficile d’accès. Il faut s’approcher très près pour voir la personne. Ce n’est pas quelque chose qu’on aurait pu voir du premier coup d’œil», a commenté Pierre Poirier, porte-parole de la police de Québec. Une enquête est toujours en cours pour déterminer les circonstances exactes du décès. Pour une raison encore inconnue, Jérémie Falardeau pourrait être monté sur le muret avant de faire une chute accidentelle d’environ deux étages de l’autre côté, puisque le sol est en pente à cet endroit. Il était étudiant et dessinateur industriel de formation.

10 octobre 2013 : Un bris d’aqueduc dans le quartier Côte-des-Neiges, à Montréal, a forcé l’évacuation d’au moins quatre immeubles et a privé d’eau potable de nombreux résidents du secteur. Neuf personnes logeant dans deux appartements qui ont été lourdement endommagés ne pourront réintégrer immédiatement leur logis et ont été prises en charge par la Croix-Rouge, a indiqué le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), Jean Leblanc. Environ 1000 résidents du secteur étaient privés d’eau potable, peu avant 7 h, a précisé le maire de l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Lionel Perez. Les robinets pourraient rester fermés jusqu’à 16 h, selon le chef aux opérations du SIM, pour les bâtiments situés dans le quadrilatère formé des avenues Barclay, de Westbury, Victoria et de la rue Vézina. Une conduite d’eau d’un diamètre de 20 cm, qui a cédé vers 4 h 20, a causé les inondations dans le secteur situé à l’intersection des avenues de Westbury et Barclay. Les cols bleus dépêchés sur les lieux ont réussi à colmater la fuite d’eau en fermant les valves menant à la conduite. Une quarantaine de pompiers ont travaillé sur la scène pour vider l’eau des sous-sols des édifices touchés.

 

pavilion de la chine

Ces structures ont la finesse de l’architecture traditionnelle chinoise de grâce et d’élégance. Photo : © GrandQuebec.com

10 octobre 2013 : La commission Charbonneau pourra finalement se servir des écoutes électroniques impliquant des dirigeants ou anciens dirigeants du Fonds de solidarité de la FTQ. La juge Geneviève Marcotte, de la Cour supérieure du Québec, a tranché vendredi matin dans le litige qui oppose la commission Charbonneau et le Fonds de solidarité de la FTQ. Elle a rejeté la demande de sursis du Fonds, de son président Michel Arsenault et de l’ex-président du bras immobilier du Fonds, Guy Gionet, visant à empêcher la commission Charbonneau d’utiliser des écoutes électroniques recueillies par l’enquête policière Diligence. Ces écoutes impliquent des dirigeants et anciens dirigeants du Fonds de solidarité de la FTQ.

11 octobre 2013 : La ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Marie Malavoy, a annoncé un investissement de 46 millions$ visant à assainir 19 écoles québécoises dont 16 se trouvent à Montréal. Ce montant fait partie de l’enveloppe de 401 millions$ annoncée plus tôt cette semaine par le gouvernement de Pauline Marois en vue de rénover plusieurs écoles mal en point du Québec, le plan Priorité emploi. Les écoles visées souffrent notamment de problème de moisissure, ce qui entraîne depuis des années des troubles de santé chez les enfants et le personnel des établissements. Un montant de 74 millions$ sera également alloué pour d’autres réparations, comme la fenestration, la réfection de toits et le changement de la plomberie. Les travaux touchent environ 10 000 enfants et quelques 600 professionnels du milieu scolaire.

11 octobre 2013 :
Le candidat à la mairie de Montréal, Denis Coderre, a admis avoir payé pour faire des appels automatisés dans le but de sonder les électeurs montréalais. La différence avec le candidat Marcel Côté, a-t-il pris le soin de préciser, c’est que cela s’est fait dans la transparence. «On a fait plus de 449 289 appels. Plus de 37 pour cent ont répondu aux appels automatisés mais ces appels n’étaient pas anonymes, a indiqué M. Coderre lors d’un point de presse. On disait que c’était pour l’Équipe Coderre. On disait aussi qu’il y avait deux questions.» M. Coderre a expliqué qu’il avait déboursé 10 000$ pour le logiciel de pointage de la Ligue d’action civique, qu’il a qualifié de «force citoyenne qui combat la corruption». Il a ajouté que c’était la Ligue qui avait fait les appels téléphoniques et que cela avait coûté 4500$. Une firme de sondage embauchée par la Coalition Montréal – Marcel Côté a effectué 980 appels automatisés anonymes dans des résidences montréalaises. Marcel Côté a fait son mea culpa en lien avec cette situation, jeudi, soulignant toutefois qu’il ne s’agissait que d’un sondage interne destiné à des fins personnelles lui permettant de tester des arguments auprès de la population.

11 octobre 2013 : Régis Labeaume veut repousser l’âge de la retraite des employés municipaux à 65 ans ou à 35 ans de service. «Les employés de la ville prennent en moyenne leur retraite à 59 ans», a indiqué le maire sortant en conférence de presse vendredi matin en présentant le quatrième volet de son thème de campagne sur les relations de travail et le déficit des régimes de retraite. «Reporter ce moment de cinq ans aurait des répercussions immédiates et positives sur le déficit des fonds de pension». Plus tôt cette semaine, il a affirmé vouloir sabrer 17 millions $ par année dans la rémunération globale des employés municipaux, ce qui représente une réduction de 6 % de leurs conditions salariales actuelles. Il s’insurge contre le fait que les employés municipaux au Québec gagnent en moyenne 33,6 % de plus que les fonctionnaires provinciaux.

11 octobre 2013 : Le taux de diplomation au secondaire a légèrement reculé au Québec en 2012 pour atteindre 63,3 % d’élèves diplômés ou «qualifiés» au terme d’un parcours de cinq ans. En 2011, le taux de diplomation au secondaire avait atteint 63,8 %. Le réseau des commissions scolaires accuse un retard de plus 30 points de pourcentage derrière les écoles privées où le taux de diplomation est à 87 %. De même, les commissions scolaires francophones affichent un taux de diplomation de 62,1 %, 13 points derrière les commissions scolaires anglophones qui sont à 75,8 %. C’est ce que révèle le plus récent relevé du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) au sujet de la diplomation et de la qualification au secondaire. Les chiffres sont plutôt alarmants sur l’île de Montréal où les commissions scolaires de la Pointe-de-l’Île et de Montréal affichent des taux de diplomation de 46,2 % et de 46,4 % respectivement. Les commissions scolaires des Découvreurs, à Québec et Lester-B-Pearson à Montréal trônent au sommet avec des taux de diplomation respectifs de 79,9 % et 79,7 %. Dans le nord du Québec, les commissions scolaires Crie et Kativik affichent des taux de diplomation anémiques de 15,2 % et 7,5 % respectivement. Dans le réseau public, à peine la moitié des garçons sont diplômés contre 65 % des filles.

peijing

La collection de penjing du Jardin botanique comprend une majorité d’arbres miniaturisés donnés par la ville de Shanghai lors des Floralies internationales de Montréal en 1980. Photo : © GrandQuebec.com

12 octobre 2013 : Plus d’une centaine de personnes ont appelé au boycottage de l’entreprise multinationale américaine Monsanto en plus de manifester pour l’étiquetage des OGM, à Montréal. Partis du square Dorchester vers 14 h 30, les manifestants gonflés à bloc criaient haut et fort des slogans, attiraient l’attention de très nombreux passants au beau milieu du centre-ville. «Monsanto! Pas dans mon frigo!» et «Non aux OGM!» faisaient partis des slogans qu’on pouvait entendre pendant que la foule marchait vers l’est sur la rue Sainte-Catherine, avant d’emprunter le boulevard Saint-Laurent. Ils ont ainsi marché, encadrés par les policiers, jusqu’à l’avenue du Mont-Royal pour terminer la manifestation au parc Jeanne-Mance. L’initiatrice du rassemblement, Lila Ary, déplore le manque d’information sur la provenance de trop nombreux produits qu’on retrouve dans les épiceries. «Puisque l’étiquetage n’est pas obligatoire, ça veut dire que même si on n’indique pas que c’est sans organismes génétiquement modifiés (OGM), ça peut en contenir», dit-elle. Le gouvernement libéral a dit non à l’étiquetage des OGM en mars 2012. L’ex-ministre de l’Agriculture, Pierre Corbeil, prétextait que rendre cet étiquetage obligatoire s’avérait une opération compliquée.

12 octobre 2013 : La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a annoncé que la grève déclenchée plus tôt dans la journée dans les parcs nationaux par le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) est terminée. «Tous les employés des parcs nationaux sont maintenant de retour au travail et les établissements ont repris leur rythme habituel», peut-on lire dans un communiqué émis par la Sépaq. Le président régional de la SFPQ pour les régions de Québec et Chaudière-Appalaches, Steve Dorval, a confirmé que le retour au travail se fera dès dimanche. Il a mentionné qu’une journée de négociations est prévue «en milieu de semaine prochaine». La présidente du SFPQ, Lucie Martineau, avait expliqué que «nous, à la Sépaq, ce sont des emplois saisonniers, des gens qui gagnent en moyenne 14 $ de l’heure. On demande 2 % de hausse salariale par année, 2 % comme ça a été octroyé aux employés de la SAQ ou à Hydro-Québec. C’est une société d’État et 2 %, ce n’est pas beaucoup.» Le gouvernement offre plutôt aux employés des parcs nationaux une hausse salariale de 4 % sur quatre ans, alors qu’ils demandent 2 % d’augmentation par année pour un total de 8 %. La convention collective des employés de la Sépaq est échue depuis le 31 décembre 2012. Il y a deux semaines, des travailleurs de la Sépaq avaient bloqué l’entrée du parc national de la Jacques-Cartier, à Stoneham, en Estrie, en guise de moyen de pression.

12 octobre 2013 : La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet a annoncé, à Baie-Comeau, des investissements totalisant plus de 150 millions$ pour cinq projets de développement du Nord québécois, dont un investissement de 100 millions$ pour la route de la Baie-James. Mme Ouellet était accompagnée des membres du Comité des parlementaires du développement nordique, soit la ministre déléguée aux Affaires autochtones, Élizabeth Larouche et trois députés de la région: Luc Ferland (Ungava), Marjolain Dufour (René-Lévesque) et Lorraine Richard (Duplessis). Le projet le plus important consiste en la réalisation de travaux de réfection de la route de la Baie-James, un investissement de 100 millions$ du gouvernement et d’Hydro-Québec. La société d’État financera 15% du coût des travaux. Un montant de 19,3 millions$ sera consacré à la formation de la main-d’œuvre dans le Nord québécois, ce qui permettra notamment la construction d’une usine-école de métallurgie mobile à Chibougamau et d’un centre multifonctionnel à Sept-Îles. Le potentiel touristique de la région n’est pas oublié et un montant de 7,6 millions$ permettra d’assurer le développement du tourisme autochtone et culturel ainsi que l’écotourisme d’aventure.

chutes

Les pierres grises qui se retrouvent un peu partout dans le Jardin proviennent du lac Tai, en Chine : 500 tonnes ont été expédiées pour l’aménagement. Photo : © GrandQuebec.com

12 octobre 2013 : La 23e édition de la Régate du potirothon s’est déroulée à Bécancour. À bord de sa citrouille géante, Réjean Parenteau a remporté cette course des plus originales pour la deuxième année consécutive. À l’heure du départ, 18 participants se sont lancés à bord de leur citrouille géante à l’assaut de la rivière Bécancour. Treize minutes et 50 secondes plus tard, le champion défendant franchissait le fil d’arrivée devant les autres. Les embarcations, qui peuvent peser plus de 1300 lb, ont été vidées et transformées en navires d’un jour pour cette course devenue une tradition à Bécancour. Sur la ligne de départ, Réjean Parenteau a dit souhaiter avoir «un départ rapide pour s’éloigner des autres concurrents». Celui qui s’est fait appeler «Rambo» depuis sa première victoire a également souligné que les participants devaient faire preuve d’agilité afin de naviguer à travers les hauts fonds de la rivière.

13 octobre 2013 : Une pétition contre l’imposition d’un péage sur le nouveau pont Champlain a été lancée par la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS). La Chambre invite «tous les entrepreneurs ainsi que la population» à signer la pétition, dont le titre est «Pour un pont oui, mais pas à n’importe quel prix». Il est possible de signer la pétition au ccirs.qc.ca. Au début d’octobre, le ministre fédéral de l’Infrastructure, Denis Lebel, a réitéré l’intention du gouvernement de mettre en place un système de péage sur la nouvelle structure. M. Lebel a clairement indiqué qu’il n’avait pas l’intention de revenir sur sa décision. Un péage à 7 $ par circulation sur le pont Champlain est envisagé par les décideurs, ce qui, selon des experts, pourrait engendrer le déplacement d’environ 30 000 véhicules vers d’autres ponts. La CCIRS estime également que les citoyens qui seraient touchés par cette mesure vivent déjà sous un fardeau fiscal imposant. Elle joint sa voix au gouvernement provincial ainsi qu’au conseil de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui a récemment adopté une résolution contre l’imposition d’un péage sur le futur pont.

13 octobre 2013 : Un homme dans la vingtaine se trouve dans un état sérieux à l’hôpital après avoir été victime d’une attaque brutale, à son domicile de l’est de Montréal. Deux assaillants ont enfoncé la porte d’une résidence de la rue Paul-Paul, dans l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Ils ont tabassé l’homme qui s’y trouvait. Après avoir fouillé l’intérieur du domicile, les suspects ont pris la fuite. Les policiers n’avaient pas d’indice sur les motifs ni sur l’identité des personnes recherchées tôt lundi, mais ont indiqué qu’aucun objet ne semble avoir été dérobé. «Est-ce que cet événement est en lien avec le trafic de stupéfiants, est-ce que ce sont des gens du milieu interlope, est-ce que c’est une maison qui a été ciblée? Ce sont des questions auxquelles les enquêteurs vont tenter de répondre», a affirmé le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Simon Delorme.

14 octobre 2013 : Des coups de feu à Laval ont semé l’émoi et causé un casse-tête pour les agents du Service de police de Laval qui ont par la suite pu déterminer qu’un homme avait été légèrement atteint à une jambe. Vers 23h, dimanche, le centre d’appel du 911 a reçu des appels signalant de quatre à cinq détonations qui auraient retenti près de l’intersection du boulevard Le Corbusier et de l’avenue Albert-Duquesne, à Laval. Après plus d’une heure de fouille, à la recherche de douilles ou d’impacts de balle, les policiers lavallois n’ont trouvé aucune indication que des coups de feu avaient été tirés. Plus tard dans la nuit, le SPL a reçu un appel du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) les informant qu’un homme de 21 ans souffrant d’une blessure par balle à la jambe droite s’est présenté dans un hôpital de Montréal. La victime, qui affirme s’être rendue par ses propres moyens à l’hôpital, a offert peu de collaboration aux officiers du SPL. Il a affirmé avoir été atteint par balle alors qu’il quittait la résidence de sa mère, qui se trouve dans un immeuble à logements du secteur où les détonations ont été entendues. Il a pu obtenir son congé de l’hôpital, puisque sa blessure était superficielle. Un dossier pour tentative de meurtre a tout de même été ouvert.

14 octobre 2013 : Une violente collision frontale survenue à Varennes, en Montérégie, a fait un mort et deux blessés. L’accident s’est produit peu avant 19 h 30, sur la rue Michael Faraday. «Des traces de freinage sont visibles sur la chaussée, mais on ignore les circonstances de cette collision et si la vitesse pourrait être en cause», a indiqué le capitaine Philippe Brosseau, de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent. Deux septuagénaires, un homme et une femme, se trouvaient dans l’un des véhicules. L’homme, qui était au volant, a été transporté à l’hôpital où son décès a été constaté. Sa passagère, tout comme l’homme qui conduisait l’autre véhicule impliqué, a subi des blessures mineures. Les services d’urgences ont dû avoir recours aux pinces de désincarcération pour sortir le premier conducteur de son habitacle.

La semaine du 15 octobre jusqu’au 21 octobre 2013.

Nos sources d’infos pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>