Ligne du temps : 2013

8 août – 14 août

8 août – 14 août

C’est arrivé au Québec entre le 8 août et le 14 août 2013

Voir aussi : la semaine précédente du 1er août jusqu’au 7 août 2013

8 août 2013 : Un début d’affaissement a provoqué ce matin la fermeture du viaduc du boulevard Hamel, au-dessus de la voie ferrée du CP, à L’Ancienne-Lorette. Le viaduc, situé entre les rues Jules-Verne et Notre-Dame et destiné à la circulation en direction ouest, vient tout juste d’être reconstruit et on procède présentement à la reconstruction d’un autre viaduc en direction est. Pour une raison qu’on ignore, une structure d’acier du chantier semble s’être déformée aux approches de l’extrémité est du viaduc. Des poutrelles d’acier ont tordu et se sont partiellement détachées. Par mesure de précaution, on a détourné la circulation automobile, ce qui provoque un sérieux bouchon de circulation sur le boulevard Hamel. Les piétons et cyclistes peuvent toutefois circuler. Des experts du ministère des Transports doivent venir examiner la situation.

8 août 2013 : C’est un fort coup de vent qui a fait tomber le mur d’un garage en construction qui a écrasé mortellement un petit garçon de sept ans, sur la terre de ses grands-parents, à Saint-Isidore-de-Clifton, en Estrie, près des frontières américaines. Vers 15 heures, le grand-père travaillait sur le garage situé sur sa terre de la route 253. Ses trois petits-fils jouaient à proximité, dont le petit Joël Roy. À la suite d’une forte rafale, un mur en planche de bois d’une hauteur de près de quatre mètres s’est effondré. Deux des garçons se trouvaient près de la structure. Le grand-père a crié. Celui de 13 ans s’est enfui, son petit frère, lui, est demeuré figé. Le mur était retenu par des fixations temporaires, des étais, en attendant qu’on termine de monter la charpente. Le grand-père a tenté de soulever le mur avec ses deux petits-fils, en vain. À l’aide de sa pelle mécanique, il a réussi à dégager le mur, mais il était trop tard, le petit garçon était décédé. La famille de Coaticook, qui comptait quatre enfants, est démolie. Le grand-père a subi un choc nerveux. La petite communauté de Saint-Isidore-de-Clifton, qui compte 700 habitants, est ébranlée. La Sûreté du Québec a ouvert une enquête pour tenter d’éclaircir les circonstances du drame.

9 août 2013 : Le Québec vient de vivre un mois de juillet difficile sur le plan de l’emploi: un total de 30 400 emplois ont été perdus, dont 22 500 à temps plein, a rapporté Statistique Canada. Il s’agit des pires pertes d’emplois au pays. Le taux de chômage a aussi grimpé, passant de 7,9% en juin à 8,2% en juillet, selon Statistique Canada. La région métropolitaine de recensement de Montréal s’est délestée de 1000 emplois. Le taux de chômage est passé de 8,2% à 8,3%. La région de Québec a perdu 4000 emplois, par rapport à juin. La région de la capitale a tout de même continué de connaître l’un des taux de chômage les plus faibles au pays, à 4,8%. Pour plusieurs régions du Québec, le marché de l’emploi est au ralenti, a expliqué l’économiste Matthieu Arseneau de la Banque Nationale. La ministre du Développement économique, Élaine Zakaïb, estime que de façon générale, l’économie du Québec se comporte bien, même si elle note que les derniers chiffres sont inquiétants. «L’économie, c’est complexe, il ne faut pas des solutions simples. Nous avons déployé de nombreuses stratégies qui ont porté fruit, a affirmé Mme Zakaïb. Il y a eu des investissements de plus de 400 millions $ qui ont généré des projets de plusieurs milliards de dollars pour le Québec.»  Au Canada, l’économie a détruit 39 400 emplois (18 300 à temps plein et 21 200 à temps partiel) et le taux de chômage a augmenté d’un dixième de point de pourcentage, à 7,2%. Les chiffres étonnent, puisque les économistes sondés par l’agence Bloomberg attendaient plutôt une création de 10 000 emplois et un taux de chômage stable.

bassin vieux port

Le bassin du Vieux-Port de Montréal. Photo : © Megan Jorgensen

9 août 2013 : L’homme de 32 ans arrêté par la police de Montréal, en lien avec la double tentative de meurtre survenue quelques heures plus tôt à Saint-Léonard, avait déjà attaqué la femme de 25 ans avec un couteau, il y a un an et demi. Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), l’homme est bien connu des policiers et a des antécédents judiciaires pour des crimes à caractère violent. L’homme a été rencontré par les enquêteurs et sera accusé de tentative de meurtre, d’introduction par effraction et de possession d’arme dans un dessein dangereux. Vers 4 h 30, cette nuit, le suspect a pénétré dans un logement de la rue de Chailly, près de Saint-Zotique et a attaqué à l’arme blanche un homme dans la trentaine et une femme d’environ 25 ans. L’homme, qui a subi des lacérations importantes au haut du corps, a réussi à fuir les lieux pour contacter les policiers. Il les a guidés vers l’appartement où ils ont découvert la femme blessée grièvement. Elle était dans un état critique. «Les 72 prochaines heures seront déterminantes», a indiqué Simon Delorme, porte-parole du SPVM. Le SPVM croit qu’un triangle amoureux serait possiblement à l’origine de cette double agression. Les deux victimes ne formeraient toutefois pas un couple.

10 août 2013 : Un balcon situé au deuxième étage d’un immeuble a cédé sous le poids des six personnes qui s’y trouvaient, dans l’arrondissement Saint-Laurent, à Montréal. Une femme se tenait sur celui de l’étage inférieur.  Les policiers ont reçu un appel concernant l’effondrement survenu au 245, carré Benoît. Six personnes entre 25 et 30 ans étaient sur le balcon du deuxième étage lorsqu’il est tombé sur celui de l’étage inférieur. Une femme s’y trouvait, selon Urgences Santé. Elle est restée coincée environ quinze minutes sous une rampe du deuxième étage, avant que les paramédics et les pompiers dépêchés sur les lieux soient en mesure de la retirer. Malgré des traumatismes mineurs au niveau des jambes et des hanches, la vie d’aucune des victimes n’était en danger, a confirmé Stéphane Smith, chef aux opérations chez Urgences Santé. La cause de l’accident était toujours inconnue des autorités en matinée. «Le balcon était surchargé, c’est certain, mais est-ce que son état était en cause? Pour le moment, on ne peut pas le savoir», affirme Benoît Brouillard, porte-parole du Service de sécurité incendie de Montréal.

10 août 2013 : L’organisme Enfant-Retour a fait face à un nombre record de disparitions cet été, alors que les fugues d’enfants et d’adolescents se sont multipliées au cours des dernières semaines. On recense 5545 signalements de jeunes disparus au Québec en 2012; 86% des cas de fugue sont résolus en une semaine. La grande majorité des fugueurs sont des adolescentes vulnérables, selon Enfant-Retour. Malheureusement, on a tendance à banaliser les fugues, puisqu’il y en a tellement. Mais il ne faut jamais oublier qu’un enfant fugueur est une cible pour les prédateurs. À ces cas recensés s’ajoutent ceux qui restent dans l’ombre et qui ne sont jamais comptabilisés. Les endroits où les enfants sont susceptibles de se faire approcher par un prédateur : Internet : «Il est facile pour une personne malveillante d’entrer en contact avec un jeune afin de profiter de sa détresse.» À proximité des centres jeunesse : «On peut y cibler des jeunes pour qui vivre au centre jeunesse est un défi et qui souhaitent en sortir.» Les cours d’école et les centres commerciaux : «Un prédateur va forcément se tenir là où sont les jeunes pour pouvoir les approcher.» À Montréal, c’est encore le square Viger (Berri-UQAM) : «En raison du métro et de la gare d’autobus, c’est un lieu de transit pour les jeunes fugueurs.»

10 août 2013 : La présence d’un objet suspect a engendré une importante opération policière, près du centre d’échange des autobus de Repentigny. L’engin, qui a été neutralisé par les policiers vers 16 h, avait été laissé sur le gazon près de la rue De Lafayette, juste en face du centre commercial Place Leclerc, peu avant midi. «Il s’agissait d’un bidon d’essence et de fils électriques reliés à une boîte rouge placée sur le dessus de l’objet», a expliqué l’inspecteur-chef Serge Adam, du Service de police de Repentigny. Selon des commerçants, le bidon d’essence n’était pas présent vers 9 h samedi matin. Un périmètre de sécurité d’une centaine de mètres autour de l’objet a été mis en place pour permettre l’intervention des services d’urgences. De nombreux commerces de la Place Leclerc ont été évacués de façon préventive et les rues De Lafayette ainsi que Leclerc étaient fermées à toute circulation. Les artificiers de la Sûreté du Québec ont été dépêchés sur les lieux afin de neutraliser l’objet.

10 août 2013 : Pour la première fois un navire marchand chinois est en route vers l’Europe par un raccourci polaire, grâce à la fonte des glaces dans l’Arctique, a rapporté samedi la presse à Pékin. Ce navire appartenant au géant chinois du fret maritime Cosco a quitté jeudi son port de Dalian et devrait atteindre l’Europe en 33 jours en empruntant le passage du Nord-Est, qui longe les côtes septentrionales de la Sibérie, a précisé le quotidien China Daily. Ce cargo polyvalent doit franchir le détroit de Béring le 25 août, avant de commencer sa traversée de l’océan Arctique, cette route maritime du Nord-Est n’étant praticable que l’été, a précisé le journal. La Chine, premier exportateur mondial, porte un grand intérêt à cette nouvelle route maritime, qui lui permet d’éviter les délais du canal de Suez et de réduire de plusieurs milliers de kilomètres ses trajets vers l’Europe, son premier partenaire commercial. Environ 90% des échanges commerciaux de la Chine passent par la mer. Pékin espère que le raccourci polaire sera également bénéfique au développement de ses ports dans le nord-est du pays. La route maritime du Nord-Est, sur laquelle la Russie facilite la navigation en imposant la location de ses brise-glaces, devrait jouer un rôle croissant dans les échanges internationaux. Également conséquence du réchauffement climatique qui accélère la débâcle de la banquise, un passage du Nord-Ouest s’est ouvert de l’autre côté du pôle Nord, côté canadien. Plus tortueux, il est très mal équipé en infrastructures. Le trafic dans ces eaux arctiques reste toutefois encore embryonnaire au regard des routes traditionnelles via le canal de Panama (15.000 transits par an) ou de Suez (19 000). Mais le volume de marchandises transportées par la route du Nord-Est devrait se multiplier dans les années à venir: de 1,26 million de tonnes l’an dernier, le trafic passera à 50 millions de tonnes en 2020, selon la Fédération des armateurs norvégiens.

tour du souvenir

Tour du Souvenir au Vieux-Port de Montréal, vue depuis le faubourg Québec. Photo : © Megan Jorgensen

11 août 2013 : L`International de montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie, a perdu l’un de ses pilotes lors d’un tragique accident. Maxime Trépanier, 26 ans, originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, participait à l’habituelle envolée matinale lorsque l’accident s’est produit, sur le rang Double, à Mont-Saint-Grégoire, à une quinzaine de kilomètres à l’est du site du festival. Selon un témoin, vers 7 h 30, alors qu’il venait d’atterrir avec la montgolfière qu’il pilotait, Maxime Trépanier aurait voulu aider un autre pilote à se poser. La Sûreté du Québec (SQ) affirme qu’il aurait alors agrippé un câble servant aux atterrissages et l’a enroulé autour de son bras pour tenter de déplacer la montgolfière qui était déjà au sol. Le ballon s’est alors soudainement soulevé, entraînant Maxime Trépanier dans les airs. «On ne sait pas pourquoi la victime n’a pas lâché le câble. Notre enquête tend à démontrer qu’il n’y a rien de criminel et qu’il n’est pas question de négligence», a indiqué Christine Coulombe, porte-parole de la SQ. Selon nos informations, il serait tombé alors qu’il était à environ 75 pieds du sol, une chute qui aura été fatale au pilote qui détenait plusieurs centaines d’heures de vol à son actif. Le Bureau de la sécurité des transports a aussi dépêché des enquêteurs sur les lieux de l’accident. Selon l’organisation du festival, qui célèbre cette année sa 30e édition, Maxime Trépanier, fils d’un pilote, a toujours gravité dans l’univers de la montgolfière.

11 août 2013 : Une autre tuile s’est abattue sur l’International de montgolfières,ce soir, alors qu’un début d’incendie, possiblement causé par des feux d’artifice, a éclaté sur la scène principale où l’humoriste Stéphane Rousseau devait se donner en spectacle. L’incident s’est déclaré après les Nuits Magiques. Des feux d’artifice étaient utilisés à la fin du spectacle. Un problème pyrotechnique serait survenu après le spectacle. D’autres feux d’artifice auraient été déclenchés, du côté gauche de la scène. L’un d’eux aurait mal éclaté, causant un incendie mineur qui a été rapidement maîtrisé. Le porte-parole de l’International, Guillaume Poirier, a indiqué qu’une pièce pyrotechnique ne s’est pas déclenchée, et c’est ce qui a provoqué l’incendie. Il a réfuté que l’incendie ait commencé dans la nacelle de la montgolfière utilisée lors du spectacle. Les pompiers ont été déployés après le spectacle pour sécuriser les lieux. Les pompiers étaient sur place parce qu’ils sont toujours sur place lors des Nuits Magiques et des décollages, pour la prévention.

12 août 2013 : La lune de miel québécoise d’un couple de Texans s’est transformée en véritable cauchemar, dimanche, lorsque le nouveau marié a été arrêté à l’aéroport Jean-Lesage, à Québec, avec, dans ses bagages, un semi-automatique de calibre 40… chargé! Joshua Seth Walker a été formellement accusé d’avoir introduit illégalement un pistolet de marque Springfield Armory et d’avoir transmis une fausse information en déclarant qu’il ne «rapportait pas, au Canada des armes, alors qu’il avait dans ses bagages une arme dont l’importation est prohibée». Âgé de 22 ans, ne parlant pas un mot de français, le jeune homme barbu est arrivé à la barre des accusés et il a regardé dans la salle où la jeune fille qui lui a dit «oui», samedi, pour le meilleur et pour le pire, se trouvait. Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, l’ancien gardien de prison aurait mis l’arme chargée dans sa valise, qui a été transportée dans la soute de l’appareil. Toutefois, on ignore les raisons qui ont poussé le jeune homme à agir de la sorte. Le couple venait à Québec pour y passer sa lune de miel, mais les douaniers canadiens ont eu tôt fait de mettre fin à leur voyage romantique.

12 août 2013 : Un homme de 82 ans de Châteauguay a été trouvé sans vie, à Châteauguay. La police considère la mort suspecte. Le fils de l’octogénaire a été arrêté. Le corps d’Henri Lefebvre a été retrouvé par la police vers 18 h 30, dans sa demeure de la rue Kateri-Tekakwitha. Sur place, un homme de 53 ans et une femme de 46 ans, les enfants de la victime, ont été arrêtés et interrogés. Dimanche matin, la femme n’était plus en cause et a été relâchée, selon Joyce Kemp, porte-parole de la Sûreté du Québec. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont repris l’enquête, avec la collaboration du service de police de Châteauguay, et ont bouclé le secteur plusieurs heures. Des enquêteurs poursuivaient leurs recherches d’indices dimanche.

13 août 2013 : Des travaux de modernisation d’un boulevard de Laval laissent perplexe : on a laissé des poteaux d’électricité en pleine rue et on a même asphalté la chaussée en les contournant. Il s’agit du boulevard Saint-Elzéar. On va devoir repayer pour refaire l’asphalte.»

13 août 2013 : L’Office des transports du Canada suspend, à compter du 20 août 2013, le certificat d’aptitude des deux compagnies ferroviaires impliquées dans la tragédie de Lac-Mégantic, ce qui signifie que les deux firmes devront cesser leurs activités dans une semaine. Selon les autorités fédérales canadiennes, les compagnies Chemin de fer Montréal, Maine & Atlantique (MMA) et sa filiale en propriété exclusive Montréal, Maine & Atlantique Canada Cie (MMAC), «n’ont pas démontré que leur assurance responsabilité civile est suffisante pour leurs activités ferroviaires continues».  «L’arrêté # 2013-R-266 suspend le certificat d’aptitude # 02004-3 à compter du 20 août 2013, accordant ainsi à MMA et MMAC le temps nécessaire pour prendre les arrangements en vue de la cessation ordonnée de leurs activités au Canada», a indiqué l’Office des transports du Canada. L’Office a examiné la couverture d’assurance des compagnies de chemin de fer et les renseignements supplémentaires qu’elles ont fournis et a conclu que MMA et MMAC n’ont pas restauré de façon adéquate «leur couverture d’assurance responsabilité suffisante, soit au même niveau que celui qui existait avant le déraillement survenu à Lac-Mégantic». L’Office des transports du Canada est un tribunal quasi judiciaire et un organisme de réglementation économique indépendant. Il prend des décisions sur des questions de transport aérien, ferroviaire et maritime relevant de l’autorité du parlement canadien, comme le prévoit la Loi sur les transports au Canada et d’autres textes législatifs.Les articles 90 à 94 de la Loi exigent que la personne qui propose de construire ou d’exploiter un chemin de fer de marchandises ou de passagers relevant de la compétence fédérale dépose une demande auprès de l’Office en vue de l’obtention d’un certificat d’aptitude.

13 août 2013 : Le tueur en série américain Israel Keyes, à qui l’on attribue une dizaine de meurtres aux États-Unis, pourrait également avoir fait de nombreuses victimes à Montréal, entre 2001 et 2012. Lors d’un interrogatoire mené par le FBI en lien avec le meurtre de Samantha Koenig, 18 ans, tuée en Alaska en février 2012, Israel Keyes a avoué être l’auteur de deux autres meurtres. Mais il a aussi fait allusion aux meurtres de 11 personnes un peu partout sur le territoire américain. «Il a dit également, en plaisantant, que les Canadiens ne comptaient pas dans tout ça, a indiqué le porte-parole de la police fédérale américaine, Eric Gonzalez à l’Agence QMI. C’est difficile de savoir s’il blaguait ou non.» Toujours durant cet interrogatoire, dont la chronologie des meurtres a été rendue publique lundi par le FBI, Keyes a avoué avoir fait plusieurs voyages à Montréal dans les dernières années pour coucher avec des prostituées. L’assistant au procureur américain Kevin Feldis, présent lui aussi à l’interrogatoire, a indiqué ne pas connaître les dates exactes du passage à Montréal du tueur en série américain. Le FBI croit par contre que des meurtres pourraient y avoir eu lieu entre 2001 et mars 2012. La police de Montréal n’a pu confirmer si elle avait eu des contacts avec le FBI concernant le tueur en série américain Israel Keyes.

13 août 2013 : Une collision frontale entre deux camionnettes a fait deux morts et trois blessés, sur la route 185 à Saint-Honoré-de-Témiscouata. L’accident est survenu à une quarantaine de kilomètres de Rivière-du-Loup. L’identité des victimes n’a pas été divulguée. Il s’agit d’un homme de 45 ans de Rimouski et d’un homme de 59 ans de Rivière-du-Loup. La vie des trois autres passagers n’est pas en danger. Selon la Sûreté du Québec, un premier véhicule, qui circulait vers le sud, a dévié de sa trajectoire pour se retrouver sur la voie inverse. Le conducteur du second véhicule impliqué dans la collision mortelle est demeuré incarcéré.

14 août 2013 : Deux véhicules ont été incendiés, à Saint-Denis-sur-Richelieu, en Montérégie. La présence d’accélérant sur place confirme que l’acte était de nature criminelle. Vers 1 h 45, les deux véhicules ont été incendiés dans le stationnement devant la coopérative de santé, près de l’église. Le ou les coupables ont laissé leur bidon d’essence sur les lieux du crime. Ironie du sort, les voitures se sont embrasées non loin de la résidence du chef du service de sécurité incendie du village, qui a entendu les pneus éclater à cause de la chaleur. C’est lui qui a alerté la Sûreté du Québec et a appelé sa brigade pour intervenir. Mercredi matin, les enquêteurs de la SQ ont entrepris leur travail, assisté d’un technicien spécialisé en incendie criminel. Les voitures appartenaient à deux jeunes de Saint-Denis-sur-Richelieu.

14 août 2013 : La ministre Agnès Maltais reconnaît que des choix douloureux devront être faits pour assurer la pérennité des régimes de retraite. «C’est le constat sur lequel tout le monde est d’accord», a admis mercredi la ministre de l’Emploi, à l’entrée de la commission parlementaire chargée d’étudier le rapport du comité présidé par Alban D’Amours. Mme Maltais s’est dite à la fois «très sensible à la capacité de payer des gens», mais également à l’importance d’«assurer les vieux jours des personnes». «La sécurité financière, c’est important», a-t-elle insisté. La création d’une rente de longévité pour les personnes de 75 ans et plus, principale proposition contenue dans le rapport D’Amours, est vivement critiquée par le patronat, mais également par les syndicats. La ministre Maltais n’a pas voulu se mouiller au sujet de la rente de longévité à l’aube des consultations qui se poursuivront jusqu’à la fin de la semaine prochaine en commission parlementaire. La péquiste a tout de même tenu à signaler que le rapport D’Amour est la position d’un groupe d’experts, «ce n’est pas la position gouvernementale». Son vis-à-vis libéral, le député et ex-ministre des Finances Raymond Bachand, s’est dit pour sa part plutôt favorable à la rente de longévité proposée par Alban D’Amours. «C’est comme une Régie des rentes améliorée à partir de l’âge de 75 ans, c’est une bonne idée», a-t-il déclaré à l’entrée de la commission parlementaire. Selon lui, le Québec devrait toutefois prendre le temps de convaincre les autres provinces de participer afin que cette rente soit déployée dans un contexte canadien.

Voir aussi la semaine suivante du 15 août jusqu’au 21 août 2013.

Nos sources d’infos pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>