Ligne du temps : 2013

22 juillet – 28 juillet

22 juillet – 28 juillet

C’est arrivé au Québec du 22 juillet jusqu’au 28 juillet 2013

Voir aussi : la semaine du 15 juillet jusqu’au 21 juillet 2013

22 juillet 2013 : Le gouvernement du Québec a accordé une aide financière aux sinistrés du tremblement de terre du 17 mai dernier à Chelsea et Val-des-Monts, en Outaouais, et aux victimes des pluies torrentielles du 26 juin à Tingwick et Warwick, dans le Centre-du-Québec. La municipalité de Thorne, qui avait elle aussi été touchée par le séisme, avait déjà reçu l’aide gouvernementale en juin dernier. «Ma priorité en tant que ministre de la Sécurité publique est de fournir tous les efforts nécessaires pour que ces personnes retrouvent la quiétude et retournent à leur vie normale», a indiqué Stéphane Bergeron. Le Programme général d’aide financière lors des sinistres réels ou imminents permet de compenser une partie des frais de réparations des dommages des résidences principales ou des infrastructures qui ne sont pas couverts par les assurances.

22 juillet 2013 : La Ronde a fait savoir que seuls les visiteurs ayant des besoins diététiques spéciaux liés à une condition médicale pourront se voir accorder la permission d’apporter de la nourriture à l’intérieur du parc. «En permettant à certains invités d’apporter de la nourriture à l’intérieur du parc, La Ronde souhaite venir en aide aux visiteurs ayant des besoins diététiques spéciaux», a indiqué Catherine Tremblay, Chef de division, Communications à La Ronde. La semaine dernière, une journaliste du Journal de Montréal avait réussi à entrer sur le site de La Ronde en prétendant être musulmane et avoir des restrictions alimentaires liées à sa religion. Sans peine, elle a reçu l’approbation pour entrer avec sa boîte à lunch sur laquelle un employé de La Ronde avait apposé un collant sur lequel était écrit «approbation médicale». Le reportage avait provoqué l’indignation de raisonnables sur les médias sociaux et dans les médias en général. Plusieurs ont dit qu’ils trouvaient injuste que certains pouvaient entrer avec de la nourriture alors qu’ils ne pouvaient pique-niquer qu’à l’extérieur du site. Mme Tremblay précise que seules des considérations d’ordre médical permettront à des clients d’apporter de la nourriture à La Ronde. «Après avoir pris connaissance des commentaires émis par notre clientèle, nous désirons spécifier que seuls les visiteurs ayant des besoins diététiques spéciaux liés à une condition médicale pourront se voir accorder la permission d’apporter de la nourriture à l’intérieur du parc», a-t-elle spécifié. La Ronde estime qu’elle offre une variété satisfaisante de nourriture sur son site, et qu’avec l’aménagement des aires de pique-nique l’extérieur de ses portes, elle donne la possibilité aux clients d’apporter leur repas, s’ils le désirent.

22 juillet 2013 : Près de 5,7 millions de litres de pétrole brut se sont déversés dans la nature à la suite du déraillement du train qui a ravagé la ville de Lac-Mégantic, a annoncé le ministère québécois de l’Environnement. «La grande majorité du pétrole a brûlé et est partie en fumée», a expliqué le porte-parole du ministère Éric Cardinal. Selon lui, c’est la quantité d’hydrocarbure dans le sol qui est le plus difficile à évaluer, alors qu’il est facile d’observer à l’œil nu la pollution dans la rivière Chaudière et le lac Mégantic. D’après les évaluations gouvernementales, 457 500 litres de pétrole ont été récupérés dans les 9 millions de litres d’eau huileuse traités depuis le début de la catastrophe en date du 19 juillet. Les opérations de récupération et de nettoyage se poursuivent. Concernant la pollution de la rivière Chaudière, le ministère de l’Environnement estime qu’environ 51 200 litres d’eau huileuse ont pu être pompés.

fete des enfants

La Fête des Enfants, l’espace des jeux. Photo : © GrandQuebec.com

23 juillet 2013 : Un incendie de forte intensité a ravagé le chalet du Club de golf Le Cardinal, dans la nuit de lundi à mardi, à Laval. Peu avant 23 h, les pompiers ont été appelés à combattre ce brasier qui s’est déclaré à l’intérieur du bâtiment situé sur l’avenue des Bois, dans le secteur de Sainte-Dorothée.  «À l’arrivée des premières unités, les flammes avaient envahi l’ensemble du bâtiment principal», a relaté Louis Boucher, chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Laval. Heureusement, aucun employé ne se trouvait à l’intérieur du chalet lorsque l’incendie a éclaté. On ne rapportait aucun blessé. Il a fallu plusieurs heures aux dizaines de pompiers appelés sur les lieux afin de maîtriser les flammes. Selon M. Boucher, l’incendie pourrait être d’origine criminelle. «À l’arrivée des premiers intervenants, on a eu des fortes odeurs d’essence qui étaient perçues à l’entour du bâtiment», a-t-il expliqué. Le dossier a été transféré aux enquêteurs du Service de police de Laval.

23 juillet 2013 : Une femme de Québec est décédée après avoir été heurtée par un camion de livraison dans le stationnement d’un restaurant de La Malbaie. L’accident s’est produit vers 11 h 15 lundi près du boulevard de Comporté à La Malbaie, dans Charlevoix. La dame de 77 ans s’est retrouvée dans l’angle mort du conducteur au moment où ce dernier reculait avec son véhicule. La femme originaire de Québec a d’abord été percutée par le côté du camion et est tombée au sol. Le conducteur, qui n’a pas senti l’impact initial, a poursuivi sa manœuvre et écrasé la victime. Gravement blessée, celle-ci a été transportée à Québec où son décès a été constaté. De son côté, le conducteur a été ébranlé par l’accident.

23 juillet 2013 : Les orages qui ont frappé les Laurentides et Lanaudière en début de soirée, mardi, ont entraîné d’importantes pannes d’électricité. Près de 38 000 foyers étaient privés de courant dans ces secteurs vers 20 h, selon Hydro-Québec. La situation s’est rapidement améliorée. Vers 21 h, il restait environ 8 000 foyers privés d’électricité dans les Laurentides. En fin de soirée, toutefois, 11 400 foyers étaient dépourvus de courant dans les Laurentides, et 2 600 dans Lanaudière. À l’échelle de la province, Hydro-Québec rapportait 17 700 pannes vers 23 h. En Outaouais, 1900 abonnés étaient toujours dans le noir, contre 1 200 en Mauricie, quelques dizaines à Montréal et une centaine à Laval. Les techniciens d’Hydro-Québec travaillent d’arrache-pied depuis les orages de vendredi dernier qui avaient plongé dans le noir environ 560 000 abonnés. En fin d’après-midi, mardi, il ne restait plus que 7000 pannes à régler, avant ces nouvelles intempéries.

24 juillet 2013 : Pour la deuxième fois en deux semaines, un marché d’alimentation de la bannière Euro Marché a été la cible d’un incendie d’origine suspecte, tôt mercredi, à Montréal. Vers 3 h 30, les pompiers ont été appelés à se rendre dans le commerce situé sur boulevard Saint-Michel, au coin de la rue Fleury, dans le quartier Saint-Michel. Un autre incendie suspect dans un Euro Marché. «Arrivés sur les lieux, ils constatent qu’une fenêtre est fracassée et ils constatent aussi que le système de gicleurs a vite fait de maîtriser l’incendie», a expliqué Simon Delorme, porte-parole de la police de Montréal. Les dégâts à l’intérieur de l’épicerie ont donc été limités et on ne rapportait aucun blessé. Le propriétaire du commerce a été rencontré par les policiers et leur a mentionné ne pas avoir été victime de menaces par le passé.

24 juillet 2013 : Bombardier a décidé de repousser une nouvelle fois le vol inaugural de son nouvel appareil CSeries, qui était prévu avant la fin du mois. Bombardier a indiqué que les dernières étapes d’intégration des systèmes prenaient plus de temps que prévu, tandis que l’intégration du groupe auxiliaire de bord et des moteurs de Pratt & Whitney se déroulait bien, de même que l’exécution des dernières mises à niveau logicielles. Mike Arcamone, président de Bombardier Avions commerciaux a dit qu’il était très à l’aise «de prendre plus de temps pour veiller à ce que l’intégration nécessaire soit menée à terme et que l’avion soit autorisé à effectuer son vol inaugural». Bombardier dit aussi poursuivre ses activités avec Transport Canada pour obtenir l’autorisation du vol d’essai. Selon l’analyste Philippe Cauchi d’InfoAéro, Bombardier a probablement des problèmes d’intégration des différents systèmes informatiques qui gèrent les composantes qui, elles, sont fonctionnelles. M. Cauchi s’attend à ce que l’avion puisse voler d’ici la fin du mois d’août. L’annonce a eu dans un premier temps un impact négatif sur le titre de l’avionneur, qui a perdu plus de 2 % à l’ouverture à la Bourse de Toronto. Mais à la mi-séance, il se transigeait en recul de 0,4 % ou 0,02 $, à 5,05 $. Bombardier a reçu des commandes et des engagements pour 388 avions CSeries, dont 177 commandes fermes.

24 juillet 2013 : Alors que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) a rencontré Daniel Mayrand, directeur général de la ville de Maniwaki concernant «l’affaire du Château Logue», le maire, Robert Coulombe, a voulu prévenir de nouvelles polémiques. La ligne de défense de Robert Coulombe n’a pas bougé depuis que le ministère des Affaires municipales (MAMROT) a déclenché des vérifications administratives, en janvier dernier. Selon lui, par intérêt personnel ou politique, des personnes tentent de salir sa réputation, alors que les élections municipales approchent. Par ailleurs, Robert Coulombe aurait «eu ouï-dire» que des accusations de conflit d’intérêts allaient sortir contre lui, concernant du gravier issu de la rue des Oblats et déposé sur ce qui pourrait devenir l’éventuelle rue Théophile Houle. Le maire de Maniwaki a dit accueillir l’enquête de l’UPAC avec sérénité. Le déclenchement de ce qui est devenue « l’affaire du Château Logue » est survenu le 22 janvier dernier, lorsque «Le Droit» a révélé que l’hôtel devait à la Ville de Maniwaki un montant de près de 700 000 $ en taxes et intérêts impayés, mais aussi des frais de près de 380 000$ pour la location de terrains municipaux. Robert Coulombe, maire de Maniwaki, a confirmé en mars dernier que la Ville a radié un montant de 192 000 $ de la dette du Château Logue, dont le président et actionnaire, Michel Lacroix, est aussi l’associé directeur du cabinet comptable qui vérifie les états financiers de la Ville. Près de sept mois se sont écoulés, sans que le ministère livre de conclusions. Le Commissaire au Lobbyisme du Québec et le syndic adjoint de l’Ordre des Comptables Professionnels Agréés du Québec ont déclenché des enquêtes de leur côté.

25 juillet 2013 : Une minifourgonnette à bord de laquelle se trouvaient un couple et leurs quatre jeunes enfants a heurté un orignal dans la réserve faunique des Laurentides, la nuit dernière. Le petit élan a été happé au kilomètre 84 de la route 175 vers 0 h 15, à quelques kilomètres de l’Étape. Six ambulances ont été appelées sur place pour traiter des blessures mineures. Les membres de la famille ont tous été transportés à l’hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, par mesure préventive. Le choc de l’impact a tué l’animal sur le coup. Chaque année, une dizaine d’accidents impliquant des cervidés surviennent dans la réserve faunique des Laurentides. Depuis 1991, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a établi une moyenne de 45 incidents par année. Dans les dernières années, des clôtures anti-cervidés ont été installées sur 65 kilomètres de la route 175. Selon le MTQ, cet ajout a permis de diminuer considérablement le taux d’accident de ce genre. D’autres clôtures seront érigées entre le kilomètre 42 et le kilomètre 52 dans les prochaines années.

Danse celtique, interprétée par un groupe de reconstructeurs militaires qui conservent les valeurs du 78e régiment Fraser Highlanders. Vidéo : GrandQuebec.com

25 juillet 2013 : La Sûreté du Québec a effectué une perquisition dans les bureaux de la Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA), à Farnham, en Montérégie. Les enquêteurs de la SQ sont arrivés à 10 h 30 jeudi au petit bureau délabré de la compagnie, situé sur la rue Victoria, où 19 des 80 employés de MMA ont été congédiés le 16 juillet dernier. «Il s’agit d’une opération en cours d’enquête, a précisé l’agente Aurélie Guindon, porte-parole de la SQ, présente sur les lieux. Je peux confirmer qu’il se passe quelque chose, mais je ne peux vous en dire plus.» Un peu plus tard, en point de presse, à 16 h, à Lac-Mégantic, l’inspecteur Michel Forget de la SQ a confirmé que les enquêteurs avaient obtenu un mandat pour effectuer une perquisition : «Nous recherchons des éléments de preuves pouvant supporter des accusations criminelles.»

26 juillet 2013 : Les francophones de Colombie-Britannique ont perdu leur cause contre la province en matière de droits linguistiques, dans un jugement rendu vendredi matin par la Cour suprême du Canada. Dans une décision serrée à quatre juges contre trois, le plus haut tribunal du pays a accepté l’application d’une loi britannique vieille de près de 300 ans, derrière laquelle s’était réfugiée Victoria. Cette loi permet d’obliger le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique et la Fédération des parents francophones de la C.-B., à traduire leurs documents en anglais. Ce débat intervient dans le cadre d’un litige opposant la Colombie-Britannique et les francophones, qui veulent que la province paye les coûts de rénovation et de construction d’écoles dans la province afin de faire face à la croissance du nombre d’élèves francophones dans la province. La Cour d’appel de la Colombie-Britannique avait donné raison à la province, mentionnant que la loi de 1731, qui a été abrogée en Angleterre, demeurait malgré tout en vigueur en Colombie-Britannique. Cette loi prévoit que l’anglais est la langue des tribunaux dans la province, et interdit l’admission de documents dans une langue autre que l’anglais sans traduction certifiée. Les groupes francophones alléguaient qu’il s’agit d’une violation des obligations constitutionnelles de la province en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. «La Charte n’oblige aucune province, sauf le Nouveau-Brunswick, à assurer le déroulement des instances judiciaires dans les deux langues officielles, a cependant indiqué la Cour suprême du Canada dans sa décision. Il n’est donc pas contraire aux valeurs de la Charte que la législature de la Colombie-Britannique décide que les instances judiciaires se déroulent uniquement en langue anglaise dans cette province». Les organisations francophones devront donc défrayer les coûts de traduction de milliers de documents lors des procédures qui doivent avoir lieu cet automne, à Vancouver. Leur avocat, Mark Power, du cabinet Heenan Blaikie, à Ottawa, aurait souhaité que la Cour suprême accepte cette invitation à accorder un peu plus de place au français dans la province. La Cour suprême du Canada dans sa décision ordonne cependant à la Colombie-Britannique de rembourser les coûts des frais juridiques aux appelants.

26 juillet 2013 : À Baie-Comeau, un corps étranger ayant la forme d’un morceau de caoutchouc a été découvert dans un jus Oasis. Cet incident fait suite à celui de la semaine dernière, alors qu’on a retrouvé une gélule dans un contenant de jus de fruits à La Pocatière. «C’était très visible, c’était un bout de gant en caoutchouc. Tu voyais encore la trace de l’ongle à travers le gant en caoutchouc», a expliqué Martine Salomond, qui a trouvé l’objet. Elle a d’ailleurs bien failli l’avaler : «L’objet je l’ai carrément eu dans la bouche. C’est quand je prenais une gorgée et je ne m’étais pas rendu compte qu’il y avait un objet qui était tombé dans le verre». Martine Salomon avait alors envoyé la pièce indésirable chez Lassonde et demandé des explications. La compagnie a conclu qu’il s’agissait de moisissure et lui a offert un dédommagement de 50 $. Elle n’en croit pas un mot. «On se comprend qu’on est capable de faire la différence entre une moisissure qui est un peu visqueuse, elle a passé date un peu, et un objet qui est solide que tu as dans la bouche comme un gant de caoutchouc», a-t-elle dit. La femme de Baie-Comeau regrette aujourd’hui de ne pas avoir eu la même réaction que la famille Bouchard, qui la semaine dernière a contacté directement le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Les résultats de l’analyse de la gélule trouvée dans le jus seront connus d’ici une semaine.

27 juillet 2013 : Les policiers de Gatineau enquêtent sur la mort d’un individu retrouvé à l’intérieur d’une résidence qui a été la cible d’un incendie suspect, samedi matin, à Gatineau. Peu après 9 h, le brasier a éclaté au 14, rue de Gaspé. Les résidences voisines ont été évacuées alors que les pompiers tentaient de maîtriser l’incendie. Une fois les flammes éteintes, un corps inanimé a été retrouvé à l’intérieur de la maison. «Nous ne savons pas encore si le décès a été causé par l’incendie. Nous devons procéder à plusieurs expertises afin d’en savoir plus», a indiqué Pierre Lanthier, porte-parole du Service de police de Gatineau. Il a également rapporté qu’une déflagration a été entendue par des témoins. Il était impossible de savoir, en milieu d’après-midi, si la victime était un homme ou une femme ou si elle habitait bel et bien à cet endroit. Les spécialistes en identité judiciaire se sont rendus sur les lieux en après-midi pour étudier la scène de crime.

27 juillet 2013 : Les policiers ont retrouvé le corps d’un homme sans vie dans une voiture, samedi après-midi, à Montréal. Il a été découvert vers 15 h, dans un véhicule de marque Honda Accord, sur la rue Saint-Denis, tout près de la rue Bélanger. Une enquête a été ouverte pour comprendre ce qui a pu se produire, mais selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), rien n’indique qu’il ait été victime d’un acte criminel. «Le corps ne portait aucune marque de violence. Nous étudions plusieurs hypothèses pouvant expliquer son décès», a indiqué Raphaël Bergeron, porte-parole du SPVM.

28 juillet 2013 : Un cycliste dans la quarantaine a subi un traumatisme crânien, après avoir été heurté par une automobiliste, qui l’a ensuite traîné sur quelques mètres avant de s’arrêter, à Montréal. L’accident est survenu vers 10 h sur l’avenue Bellevois, à l’intersection du boulevard Henri-Bourassa, dans l’arrondissement de Montréal-Nord. Selon Raphaël Bergeron, porte-parole de la police de Montréal, l’automobiliste qui circulait vers le nord n’aurait pas vu le cycliste qui traversait l’avenue Bellevois d’ouest en est. La dame âgée entre 45 et 50 ans qui conduisait le véhicule n’a pu éviter le cycliste.

28 juillet 2013 : Une église montréalaise a octroyé des bénédictions à tous, sans discrimination à l’égard du sexe, de l’âge et même de l’espèce. Pour la première année, lapins, chats et chiens ont reçu l’onction de Mme Rosemary Lambie, à l’église Westmount Park United Church. La cérémonie qui se déroulait à l’extérieur du lieu de culte a rassemblé plus de 50 bêtes qui se sont fait asperger d’eau bénite. «C’est une tradition qui remonte à Saint-François-d’Assise, a expliqué Mme Lambie. J’utilise une branche de cèdre, symbole du Seigneur, pour bénir les animaux. Tous les êtres vivants, même les animaux de compagnie, font partie de la création et méritent d’être auprès de notre Seigneur. »

Voir aussi la fin du juillet : du 28 juillet jusqu’au 31 juillet 2013.

Nos sources pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>