Ligne du temps : 2013

22 janvier – 28 janvier

22 janvier – 28 janvier

C’est arrivé au Québec du 22 janvier jusqu’au 28 janvier 2013

Voir aussi : semaine antérieure du 15 janvier au 21 janvier 2013

22 janvier 2013 : Un partenaire d’affaires et ami de longue date du caïd Raynald Desjardins a été assassiné en pleine rue, à Montréal. Le meurtre de Gaétan Gosselin, 69 ans, serait une nouvelle attaque contre le clan de Raynald Desjardins, qui est présentement en attente de son procès pour le meurtre de l’aspirant parrain Salvatore Montagna, abattu en 2011 à Charlemagne. Gaétan Gosselin a été tué de plusieurs projectiles d’arme à feu devant sa résidence située sur la rue Jean Tavernier, non loin de l’intersection du boulevard Langelier. Alertée par les détonations provenant de l’extérieur, c’est sa femme qui l’a découvert gisant sur le trottoir. La victime a été transportée d’urgence à l’hôpital, où les médecins n’ont pu que constater son décès. Un immense périmètre de sécurité a été érigé autour de la scène de crime et les enquêteurs des crimes majeurs se sont rendus sur place au cours de la soirée pour entamer leur travail d’investigation. Quelques heures après l’attentat contre l’acolyte de Raynald Desjardins, deux individus ont été épinglés par les policiers tout près d’un immeuble à logements de l’avenue Brunet, dans l’arrondissement de Montréal-Nord. Les deux individus devaient être interrogés par les enquêteurs en fin de soir.

22 janvier 2013 : Un réseau de vol de voitures de la grande région métropolitaine, qui exportait les véhicules vers l’Afrique, était visé par les policiers, ce matin. «On parle d’un réseau structuré», a dit la sergente Joyce Kemp, de la Sûreté du Québec (SQ). Les voleurs s’intéressaient particulièrement à des voitures de luxe et des véhicules utilitaires sport de marque Toyota, qu’ils trouvaient dans des stationnements d’hôtels à proximité de l’aéroport Pierre-Elliott Trudeau, à Montréal. Une fois volés, les véhicules étaient entreposés dans une grange située à Saint-Isidore. Ils étaient ensuite placés dans des conteneurs, transportés vers le port de Montréal et expédiés vers l’Afrique. «Une dizaine de perquisitions et autant d’arrestations sont prévues», a indiqué Mme Kemp. Les opérations ont débuté vers 6 h et se déroulaient surtout dans la municipalité de Saint-Isidore, mais aussi à l’Épiphanie et sur l’île de Montréal. «Notre but avec cette opération, c’est de mettre fin aux activités de ce réseau», a affirmé la sergente, avant d’ajouter que l’enquête de la SQ avait été menée en collaboration avec la police de Châteauguay et l’Équipe nationale des enquêtes portuaires de la Gendarmerie royale du Canada.

22 janvier 2013 : Ce qui devait être un vol à main armée dans une bijouterie s’est transformé en agression sanglante, cet après-midi, à Montréal. Au final, trois employés ont été blessés lors des événements et deux suspects ont été épinglés quelques heures plus tard. Vers 13h30, deux individus armés ont fait irruption à l’intérieur de la Bijouterie Prince, situé à l’angle des avenues Querbes et Saint-Roch, dans le but d’y commettre un braquage. Les malfaiteurs se sont toutefois butés à quatre employés qui n’avaient pas l’intention de se laisser faire. Une altercation impliquant les six hommes a alors éclaté, puis a dégénéré en bagarre au cours de laquelle trois des quatre employés ont été blessés par l’arme de l’un des suspects. L’arme utilisée serait possiblement un sabre. Devant l’opposition inattendue à laquelle ils faisaient face, les deux suspects ont pris la fuite avant l’arrivée des policiers. Les trois victimes, deux hommes dans la cinquantaine et un autre dans la soixantaine, ont pris le chemin de l’hôpital pour soigner leurs blessures. À la suite d’une courte enquête, les policiers ont été en mesure de retracer et de passer les menottes aux deux présumés suspects, âgés de 28 et 32 ans. «Les deux individus ont eux aussi été blessés lors de l’altercation avec les employés de la bijouterie», a indiqué en soirée l’agent Daniel Lacoursière, de la police de Montréal.

23 janvier 2013 : Plusieurs dizaines de professeurs et de chargés de cours de l’Université McGill ont bravé le froid glacial, pour protester contre un «protocole-bâillon» que la direction compte adopter dans les prochains mois. Devant le pavillon d’administration, le syndicat d’enseignement de McGill a lancé un cri de cœur : l’Université doit cesser de tenter de restreindre la liberté d’expression de ses employés.  En février 2012, l’Université McGill a voulu adopter un protocole intitulé Protocole concernant les démonstrations, les protestations et les occupations sur le campus. Ce protocole a semé tout un émoi au sein du corps professoral. Devant les nombreuses critiques, il a été retiré et remplacé par une version «provisoire», entrée en vigueur immédiatement. Dans ce protocole, l’institution se dit être un lieu de dialogue «franc et ouvert», mais certaines restrictions s’appliquent. Par exemple, les manifestations qui compromettent l’environnement sécuritaire de l’établissement, qui entravent l’enseignement, qui présentent un risque pour les installations et qui se poursuivent au-delà des heures d’ouverture de l’université ne sont pas tolérées. La direction mentionne qu’elle pourrait «faire appel aux autorités civiles» au besoin. Présente à la manifestation, la vice-présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, Caroline Quesnel, accuse McGill de vouloir «contrôler tout ce qui se passe sur son campus». Appelée à commenter, Julie Fortier, porte-parole de l’Université McGill, a expliqué qu’il ne s’agirait plus d’un protocole, mais bien d’un «énoncé de valeurs». «On ne peut pas savoir ce qui va être prévu tant que la période de consultation ne va pas être terminée», a-t-elle ajouté, tout simplement.

23 janvier 2013 : Le record de consommation d’électricité dans la province a été battu mercredi matin et pourrait être de nouveau battu ce jeudi, a rapporté Hydro-Québec. Vers 7h, mercredi matin, la pointe historique de 37 500 mégawatts, établie le 24 janvier 2011, a été pulvérisée, avec une consommation évaluée à 38 910 MW, a fait savoir la société d’État, qui a tenu à préciser que «le réseau s’était bien comporté» et qu’aucune panne majeure n’avait été observée en lien direct avec le froid. Toutefois, tout au long de la journée, Hydro-Québec a relevé plusieurs pannes de courant, notamment dans les Laurentides et à Montréal. «En période de grand froid, le réseau est très sollicité, il y a une grande consommation d’électricité et il peut arriver que les disjoncteurs se déclenchent», a expliqué le porte-parole d’Hydro Louis-Olivier Batty, qui assure qu’il s’agit de coupures de courtes durées. «On s’attend à ce que la consommation atteigne 39 500 MW demain (jeudi)», a prévenu Isabelle Thellem, une autre porte-parole d’Hydro-Québec. Les températures glaciales devraient perdurer jusqu’à la fin de la semaine, selon Environnement Canada, qui a prolongé son avertissement de refroidissement éolien extrême sur une partie du sud du Québec ainsi que l’ouest, le centre et une partie de l’est québécois. La température ressentie à Montréal mercredi après-midi est descendue jusqu’à -38 degrés Celsius, -40 degrés à Sherbrooke et Québec. Le froid a des conséquences sur les automobilistes. CAA-Québec s’attendait à battre un record d’appels reçus (12 600, le 24 janvier 2011).

24 janvier 2013 : Les gouvernements du Québec et de l’Écosse s’acheminent vers un accord bilatéral. Les premiers ministres Pauline Marois et Alex Salmond pourraient signer un premier accord de principe à l’occasion de leur rencontre à Édimbourg, le 29 janvier. On travaille pour qu’il y ait un accord bilatéral entre nos deux gouvernements qui toucherait plusieurs secteurs, a confié le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, de la Francophonie et de la Gouvernance souverainiste Alexandre Cloutier, qui ira rejoindre la première ministre pour sa visite au Royaume-Uni à partir de vendredi. L’entente de coopération à venir s’inspirera de celles déjà signées entre le Québec et la Catalogne (en Espagne), la Bavière (en Allemagne) et la Flandre (en Belgique). Le gouvernement péquiste s’est défendu, hier, d’engager des fonds publics pour faire la promotion de la souveraineté, réfutant les accusations de l’opposition libérale et caquiste.

24 janvier 2013 : Une puissante explosion suivie d’un violent incendie ont complètement rasé une résidence cossue appartenant à un col bleu de la Ville de Montréal, jeudi avant-midi, dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies. Certains témoins ont raconté aux policiers avoir aperçu trois individus pénétrer à l’intérieur de la maison et en ressortir quelques instants plus tard, juste avant la déflagration. D’ailleurs, les véhicules à bord desquels les suspects ont pris la fuite auraient été endommagés lorsque la résidence a été soufflée. Les individus n’avaient toujours pas été retracés en milieu de soirée. L’explosion a eu lieu vers 11h15 sur la rue Marie-Anne-Tison, au beau milieu d’un nouveau quartier résidentiel se trouvant non loin de l’intersection des boulevards Perras et Saint-Jean-Baptiste. La résidence visée par ce qui a toutes les apparences d’un acte criminel appartient à Alex François, un plombier à l’emploi de la Ville de Montréal, selon des documents légaux datés du mois de mai. «Le propriétaire n’est pas connu de nos services, a indiqué l’agente Anie Lemieux, porte-parole de la police de Montréal. L’enquête a été transférée à notre section des incendies criminels, qui tentera d’établir la cause et les circonstances de cet événement.» À l’arrivée des premiers pompiers, le feu s’était déjà propagé à l’ensemble de la résidence évaluée à près d’un demi-million de dollars et ils n’ont rien pu faire pour la sauver.

25 janvier 2013 : L’entreprise OVH vient d’ouvrir le plus gros datacenter du monde à Beaharnois, en Montérégie. Ce datacenter devrait pouvoir contenir plus de 360.000 serveurs. Selon le Journal du Net, O. Klaba, le PDG d’OVH, a proposé à Wikipédia, qui envisage de changer de place leurs serveurs, d’héberger gratuitement leurs 100 serveurs dans ce nouveau centre.

25 janvier 2013 : Un homme de 25 ans, qui s’est retrouvé au beau milieu d’un braquage à domicile, a été atteint par balle au bas du corps, tard jeudi, dans un logement de l’arrondissement Ville-Marie, à Montréal. Peu avant 23 h 30, trois suspects ont pénétré de force à l’intérieur d’un des appartements du 1077 de la rue Saint-Mathieu, près du boulevard René-Lévesque. Ils étaient en train de s’en prendre au locataire des lieux, un homme de 35 ans, lorsqu’un autre homme est arrivé, surprenant ainsi le trio de malfaiteurs. L’un des suspects, muni d’une arme à feu, a tiré en direction du jeune homme, l’atteignant au bas du corps. Ce dernier, ainsi que l’homme de 35 ans, ont été transportés dans un centre hospitalier pour soigner des blessures qui ne mettent pas leurs vies en danger. Les deux victimes, dont l’une est connue du milieu policier, collaborent avec les enquêteurs dans le but de faire avancer le dossier et d’identifier des suspects potentiels. En matinée, aucune arrestation n’avait eu lieu en lien avec cette histoire et aucune description précise des suspects n’était disponible.

25 janvier 2013 : Un adolescent de 14 ans, qui a été roué de coups de poing à l’école secondaire L`Horizon de Repentigny dans Lanaudière, a été hospitalisé pour une fracture de la mâchoire, en plus d’avoir quatre dents très endommagées. Facebook serait à l’origine de la bagarre. Colin aurait colporté les propos d’une autre personne sur le réseau social, ce qui lui a valu d’être poussé au sol avant d’être frappé au visage par un autre élève de troisième secondaire. «Une fille aurait volé le chum d’un autre. Mon fils aurait répété des injures écrites par les autres et le frère aîné de cette fille-là s’en est pris à mon fils […] dans un corridor de la polyvalente durant la pause du matin», a expliqué le père du garçon dans le cadre de l’émission Le Négociateur, à LCN. Selon son père, la mâchoire fracturée a nécessité une plaque de métal, et il doit pour le moment se nourrir de liquide. Quant à la Commission scolaire des Affluents (CSA), elle soutient que ce n’est pas son rôle d’appeler la police lors d’événements semblables, mais que c’est plutôt aux parents de le faire. L’adolescent soupçonné d’avoir agressé Colin, a été suspendu sur-le-champ. Un comité doit se pencher sur son sort, à savoir s’il sera expulsé de l’école secondaire L`Horizon.

25 janvier 2013 : Le ministère fédéral de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme a refusé la demande de l’acteur américain Randy Quaid, qui souhaitait obtenir le statut de résident permanent au Canada. Randy Quaid pourra néanmoins faire appel de la décision devant une cour fédérale. Les autorités américaines ont refusé de d’exiger l’extradition de l’acteur et de sa femme, qui font face à des accusations criminelles de vandalisme à Santa-Barbara, en Californie. Les autorités de Santa-Barbara affirment que le couple sera arrêté dès qu’il remet les pieds aux États-Unis. Quaid a entamé des démarchés pour demeurer au Canada, se disant persécuté par des tueurs de stars de Hollywood, qui, selon lui, ont assassiné ses amis David Carradine et Heath Ledger.

25 janvier 2013 : Lola a perdu sa cause contre Éric, puisque la Cour suprême du Canada a tranché, en ne remettant pas en cause les différences entre les conjoints de fait séparés et ceux divorcés à la suite d’un mariage. Rien ne changera, donc, pour les conjoints de fait, par rapport à la situation actuelle. Ils n’auront pas le droit de réclamer une pension alimentaire pour eux-mêmes en cas de séparation, ni de demander le partage du patrimoine familial. Au cœur du débat devant les tribunaux s’opposait la liberté de choix de vivre en union libre, position défendue par Éric et le gouvernement du Québec, à celle du droit à un traitement non discriminatoire des conjoints de fait séparés, comparativement aux conjoints mariés divorcés, argument soutenu par Lola. Lola et Éric (noms fictifs) ont eu trois enfants. Les noms de l’homme et de la femme font l’objet d’une ordonnance de non-publication. Le couple a cohabité pendant sept ans. Lola voulait se marier, mais Éric non. Ils se sont séparés en 2002. L’ex-conjointe réclamait un montant forfaitaire de 50 millions $, une pension alimentaire de 56 000 $ par mois, pour elle-même, somme qui serait venue s’ajouter à la pension alimentaire mensuelle indexée de 34 260 $ qu’elle reçoit pour les trois enfants qu’elle a eus avec Éric. Dans une décision serrée à cinq contre quatre rendue vendredi, le plus haut tribunal du pays a confirmé que les dispositions portant sur le patrimoine familial et le versement des pensions alimentaires en vertu du Code civil du Québec ne s’appliquent qu’aux personnes mariées ou unies civilement. Bien qu’une majorité de juges de la Cour suprême a déterminé que plusieurs articles du Code civil contreviennent au principe d’égalité (article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés), le tribunal a reconnu la clause de la limite raisonnable dans le cadre d’une société libre et démocratique, tel que décrit dans l’article 1 de la Charte. Environ 35 % des couples au Québec vivent en union de fait.

26 janvier 2013 : Un avion canadien avec trois personnes s’est écrasé en Antarctique. «L’épave de l’avion se trouve sur une pente très forte, près du sommet du Mont Elizabeth. Il semble avoir frappé directement (la montagne) et il n’y a pas de chances qu’il y ait des survivants», a indiqué le Centre de coordination des secours de Nouvelle-Zélande. Des hélicoptères sont parvenus sur le site à 3 900 mètres d’altitude sur la chaîne montagneuse de la reine Alexandra. Le coordonnateur du centre de secours, Tracy Brickles, a déclaré qu’il s’agissait d’une fin tragique pour les efforts de secours. «Cela a été une opération difficile dans des conditions de challenge mais nous avions espéré encore une issue heureuse. Nos pensées vont maintenant vers les familles des membres d’équipage». L’avion, un Twin Otter, assurait une mission de soutien logistique entre la station Amundsen-Scott de l’agence américaine National Science Foundation, au Pôle Sud, et la station Mario Zuchelli, en baie de Terra Nova, quand il a activé sa balise de détresse mercredi vers 22 h, heure locale. L’avion appartient à Kenn Borek Air, une compagnie canadienne basée à Calgary, qui loue des avions pour le programme antarctique américain.

26 janvier 2013 : Les grandes entreprises sont toujours intéressées à investir au Québec, a soupiré Pauline Marois lorsqu’elle est débarquée à Londres, de retour de Davos où des chefs d’entreprises se sont montrés rassurants. «Nous avions des inquiétudes à l’égard de certaines entreprises quant à la fragilité de leurs investissements et quant à leur volonté de continuer à travailler avec le Québec», a confié la première ministre du Québec à son arrivée dans la capitale du Royaume-Uni. Mme Marois dit avoir discuté avec des dirigeants d’Alcoa, Tata Sun et ArcelorMittal, qui possède un important gisement de fer à Fermont. «Dans tous les cas, les entreprises sont intéressées à continuer à investir au Québec, a rapporté Mme Marois. Il y a de très beaux espoirs dans la conjoncture actuelle, c’est très prometteur.» La première ministre dit avoir fait la promotion des avantages comparatifs du Québec: abondance d’énergie à bon marché, crédits d’impôt majorés pour la recherche et le développement, congés de taxes pour les investissements de 300 millions de dollars et plus. D’autres projets d’investissements sont en gestation, a dit Mme Marois. Pauline Marois dit avoir convenu une entente de principe la firme RSW RER, une entreprise québécoise dont le siège social est situé à Dollard-des-Ormeaux. L’entreprise produit des turbines de récupération de l’énergie cinétique (TRÉC) contenue dans les courants fluviaux. L’avionneur américain Boeing s’est montré intéressé à la turbine TRÉC et est devenu partenaire de RSW RER dans un projet à réaliser au Québec.  Lundi, la première ministre annoncera la conclusion d’une entente avec la société Framestore, spécialisée dans la production d’effets spéciaux au cinéma. Mme Marois visitera les studios de l’entreprise londonienne et tiendra une conférence de presse en compagnie avec le président-directeur-général et fondateur de Framestore, Sir William Sargent. Framestore a contribué à la production de nombreux films, dont la série Harry Potter. La première ministre profitera de son passage à Londres pour s’adresser aux gens d’affaires britanniques via la tribune de la Chambre de commerce Canada-Royaume-Uni où elle prononcera un discours.

27 janvier 2013 : Plusieurs incendies, dont un mortel, ont eu lieu dans diverses régions du Québec durant dans la nuit de samedi à dimanche. À Lac-Mégantic, en Estrie, un feu s’est déclenché dans un immeuble résidentiel, samedi soir, et a coûté la vie à Audette Roberge, 74 ans. L’incendie a pris naissance vers 21h30 au rez-de-chaussée d’un duplex de la rue Milette. En pénétrant à l’intérieur, les sapeurs ont fait la découverte du corps de la dame et ont immédiatement contacté la Sûreté du Québec . Selon l’enquête, c’est un article de fumeur qui serait resté allumé au salon qui aurait causé les flammes. Un autre incendie a éclaté vers 23h15 samedi soir dans un appartement de Longueuil, en Montérégie. Un homme de 29 ans a été conduit à l’hôpital après avoir été incommodé par la fumée, mais on ne craindrait pas pour sa vie, selon les policiers. Tout porte à croire que c’est un feu de cuisson qui serait à l’origine de l’incendie. Vers 4h, tôt dimanche, un deuxième incendie a eu lieu en Estrie, plus précisément dans un bâtiment résidentiel de six logements, à Sherbrooke. Trois personnes, notamment un enfant en bas âge, ont inhalé de la fumée et ont dû être transportées à l’hôpital. La cause de cet incendie demeurait inconnue. La région de Québec n’a pas été épargnée par les incendies. Une deuxième alarme s’est d’ailleurs fait entendre durant la nuit au 305, rue Dorchester. C’est à 1 h du matin, dimanche, que la centrale a reçu l’appel d’un homme qui a signalé que le feu était pris dans son logement. «Ils entendaient un homme tousser et quand les gars sont arrivés sur les lieux, la porte était bien chaude», a expliqué Pierre Verreault, chef de peloton du Service des incendies de la Ville de Québec. Le locataire a été évacué du logement, car beaucoup de fumée s’était accumulée à l’intérieur. Les sapeurs ont réussi à contrôler le brasier rapidement. Un autre foyer d’incendie a fait rage dans un immeuble du secteur Vanier dans l’arrondissement de Limoilou. Le 502 de l’avenue Glazier a été la proie des flammes. Selon les sapeurs, il y avait des gens qui criaient lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux.

27 janvier 2013 : Plusieurs drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel flottaient, dimanche, devant le consulat de France à Montréal, lors d’une manifestation de solidarité avec la communauté homosexuelle de France, qui milite pour le droit de se marier. Deux semaines après les manifestations contre le mariage pour tous, c’était au tour des partisans du projet de loi du président français François Hollande de se faire entendre. Plusieurs dizaines de personnes ont répondu au rendez-vous. «C’est plus grand qu’un simple enjeu sur le mariage et l’adoption. Il s’agit d’une question de droits de l’homme, a commenté Steve Foster, le président et directeur général du Conseil québécois LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels). Si une société accepte qu’une partie de sa population soit privée des mêmes droits que les autres, il y a de quoi s’inquiéter.»

28 janvier 2013 : Un Sherbrookois disparu depuis le 7 janvier a été retrouvé sain et sauf à Washington, la capitale américaine.L’homme de 24 ans serait schizophrène. Il a quitté la région de Sherbrooke avec son véhicule il y a trois semaines. Les circonstances de sa découverte sont pour le moins inusitées. Ce sont des agents des services secrets qui l’ont intercepté. Le jeune homme, qui se prétendait prophète, voulait avoir accès à la Maison Blanche. Quand les services secrets ont découvert son identité et été informés qu’il faisait l’objet d’un avis de recherche, ils ont contacté le Service de police de Sherbrooke. Le Sherbrookois a été conduit dans un hôpital de Washington, en attendant que ses proches se rendent là-bas pour s’en occuper.

28 janvier 2013 :
Une partie du centre-ville de Montréal s’est retrouvée dans l’eau lundi en fin d’après-midi, après une fuite majeure survenue près de l’intersection de l’avenue du Docteur-Penfield et de la rue McTavish. La circulation des piétons et des automobiles dans les rues du centre-ville, dont le secteur des magasins de la rue Sainte-Catherine, a été grandement perturbée. Les autorités municipales ont invité les citoyens à éviter complètement le secteur pendant plusieurs heures. La fuite a été causée par un bris de conduite principale centenaire de 48 pouces de diamètre (122 centimètres), près du réservoir McTavish, situé juste au sud de l’Hôpital Royal Victoria. La fuite a finalement été colmatée en début de soirée, alors que les trois vannes qui devaient être fermées graduellement l’ont été. Le quadrilatère formé par la rue Sherbrooke, le boulevard René-Lévesque, la rue Peel et l’avenue Union a été fermé à toute circulation. Des employés des travaux publics, du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) et du SPVM ont coordonné leurs efforts pour rétablir la situation dans les plus brefs délais. Urgences-santé a confirmé, pour sa part, que deux personnes ont été transportées à l’hôpital pour des blessures mineures, après avoir glissé sur la glace, les rues étant passablement glacées en raison de la présence d’eau et du temps froid. Plusieurs lignes d’autobus ont été affectées par cet événement et ont dû changer de trajet, mais le métro n’a pas été pas touché. Le service d’autobus normal a pu reprendre vers 21h30. De son côté, l’Agence métropolitaine de transport (AMT) a été forcée d’interrompre momentanément le service de son train de banlieue sur la ligne Montréal – Deux-Montagnes. Le service a pu reprendre progressivement peu avant 21h. En plus de faire rager de nombreux automobilistes et piétons, la fuite d’eau majeure survenue au beau milieu du centre-ville de Montréal à l’heure de pointe, lundi, a causé des dommages aux locaux de l’Université McGill situés directement sur le trajet emprunté par l’eau. Les pavillons Wong et une partie du pavillon James ont été touchés. Du côté des entreprises spécialisées en nettoyage après sinistre, peu d’appels ont été reçus au courant de la soirée.

La période suivante : 29 janvier – 31 janvier 2013.

fête familiale

fête familiale

Une petite fête familiale. Photo : © Grandquebec.com

Les sources pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>