Ligne du temps : 2013

15 juin – 21 juin

15 juin – 21 juin

C’est arrivé au Québec du 15 juin jusqu’au 21 juin 2013

Voir aussi : la semaine du 8 juin jusqu’au 24 juin 2013

15 juin 2013 : Une quarantaine de personnes ont été tenues éveillées pendant une grande partie de cette nuit  sur la rue Coleraine, à Montréal, à cause d’une alerte au colis suspect qui les a obligées à évacuer leur domicile. Vers 20 h, les policiers ont reçu des informations qui les ont menés à faire des vérifications dans une ancienne école de l’arrondissement du Sud-Ouest, situé près de la rue d’Hibernia. Un colis suspect, qui s’est avéré être un objet explosif, a été découvert à l’intérieur du bâtiment, qui abrite aujourd’hui 24 logements sociaux et des locaux pour des organismes communautaires du quartier Pointe-Saint-Charles. À la suite d’une analyse du risque effectuée par le commandant de scène, les artificiers du Groupe tactique d’intervention (GTI) ont été dépêchés sur les lieux, afin de neutraliser le colis. Dès leur arrivée, vers 21 h 30, ils ont commencé à travailler sur le colis, afin de s’assurer que les citoyens de la Pointe-Saint-Charles soient en sécurité. En tentant de le neutraliser, l’objet a explosé. Il est toutefois impossible dimanche matin de déterminer la nature de cet objet. Les personnes évacuées ont été encadrées par les pompiers. Des ressources leur étaient offertes aux personnes évacuées, dont un autobus de la Société de transport de Montréal, où ils pouvaient se réfugier le temps de l’opération. Une portion de la rue de Coleraine a été fermée à la circulation pendant l’opération policière.

15 juin 2013 : Alors qu’il souffle ses 150 bougies, le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) a tenu à souligner toutes ces années de services avec la population. Pour l’occasion, une parade de véhicules de pompiers a été organisée, dans les rues du Plateau-Mont-Royal. Dès 10 h, les participants ont pu admirer les 66 camions de pompiers provenant non seulement de différentes villes québécoises, canadiennes et américaines, mais aussi de différentes époques, dont l’ancienne pompe à vapeur datant de 1895 tirée par des chevaux. Les festivités se sont poursuivies au parc La Fontaine où plusieurs activités attendaient les quelque 400 participants et bénévoles. Afin de souligner le dévouement et le travail des pompiers décédés dans l’exercice de leurs fonctions, une messe commémorative se tiendra dimanche, à 11 h, à l’Oratoire Saint-Joseph-du-Mont-Royal. Une cérémonie suivra aux cimetières Notre-Dame-des-Neiges et Mont-Royal.

15 juin 2013 : Le cycliste blessé lors d’une chute survenue à la fin d’une étape du Grand défi Pierre Lavoie serait un journaliste sportif de Radio-Canada. Selon ce que rapporte la chaîne, il s’agit de Richard L’Heureux, un journaliste de la Mauricie, qui prenait part au défi cette année. Toujours selon Radio-Canada, le blessé a été transporté à L’Hôpital Sainte-Marie, à Trois-Rivières, où il se trouvait aux soins intensifs, samedi matin. Il était conscient et dans un état stable. On ne craint pas pour sa vie. Il s’est brisé la clavicule et a subi une commotion cérébrale à la suite d’une collision survenue avec deux autres cyclistes, en fin de peloton. Les deux autres cyclistes ont souffert de blessures mineures et devaient être en mesure de remonter sur leurs vélos. Les trois cyclistes sont entrés en collision sur la route 155.

16 juin 2013 : Un automobiliste a embouti cinq véhicules stationnés dans un sens inverse dimanche matin dans l’arrondissement de Verdun, à Montréal. L’homme a été blessé, mais sa vie n’était pas en danger. Trois véhicules, dont celui de la victime ont été lourdement endommagés. L’accident serait survenu à l’intersection des avenues Godin et Monteith.

16 juin 2013 :- Un jeune homme a été porté disparu dans une sablière privée de Saint-Lin-Laurentides, dans Lanaudière. Vers 2 h du matin, les policiers de la Sûreté du Québec ont été appelés à se rendre dans une carrière de sable, situé sur la route 335, où des amis s’étaient regroupés pour faire la fête. Un homme dans la jeune vingtaine se serait baigné à quelques reprises dans un plan d’eau qui s’y trouvait. Ses amis l’auraient sorti de l’eau à quelques reprises, mais l’ont malheureusement perdu de vu lors de sa dernière baignade. La sablière appartient à une compagnie privée, où il est interdit de se baigner. L’entrée était cadenassée à l’arrivée des policiers. Par contre, la Sûreté du Québec précise qu’il s’agit d’un vaste territoire et que les fêtards auraient pu entrer ailleurs. Les pompiers effectuaient des recherches en bateau, ce matin.

16 juin 2013 : Pour souligner le 150e anniversaire du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), une messe solennelle a été célébrée dimanche à l’Oratoire Saint-Joseph, en l’honneur des pompiers décédés en service. À 11 h, des dizaines de pompiers, tous vêtus de leur uniforme noir et rouge, ont transporté des couronnes de fleurs jusqu’à l’autel sous le son des cornemuses. Depuis la fondation du SIM, 129 hommes ont perdu la vie en service. Pour le recteur de l’Oratoire Saint-Joseph, le père Claude Groulx, cette cérémonie de commémoration était très importante en raison du lien étroit entre son église et les pompiers. En effet, le frère André, gardien de l’Oratoire, aurait été un grand ami d’un directeur du SIM, Raoul Gauthier. «Même après la mort du frère André, les pompiers ont continué à aider l’Oratoire, en s’occupant des malades et des personnes à mobilité réduite, a expliqué le père Groulx. On n’avait pas les équipements pour monter les gens jusqu’à la basilique, alors souvent, ils faisaient ça à bout de bras.» Le président de l’Association des pompiers retraités de Montréal, Gérald Laplante, conserve dans la poche de son veston une photo de la béatification du frère André par le pape Jean-Paul II, en mai 1982. Il s’agit pour lui de la preuve que les pompiers de Montréal ont toujours été très proches de l’Oratoire.

16 juin 2013 : Lè Unité permanente anticorruption (UPAC) annonce l’arrestation de l’actuel maire de Montréal, Michael Applebaum. Il a été arrêté à son domicile de Montréal, puis il a été transporté au quartier général de la Sûreté du Québec. Deux autres individus auraient également été arrêtés. L’UPAC devait donner plus d’informations sur cette arrestation lors d’une conférence de presse prévue à 10 h du matin, le lundi 17 juin. En février et en mai dernier, l’UPAC avait mené deux perquisitions dans les bureaux de l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, longtemps dirigé par Michael Applebaum. Selon des informations obtenues, les policiers cherchaient notamment des documents en lien avec des projets dans lesquels M. Applebaum aurait été impliqué dans le passé. M. Applebaum avait alors estimé que l’intervention de l’UPAC était «normale» et que son objectif était de faire toute la lumière sur la corruption à la Ville de Montréal. Le maire n’avait toutefois pas voulu entrer dans les détails des discussions qu’il avait eues avec les enquêteurs pour ne pas nuire à leur enquête. Il avait réitéré qu’il n’avait, à titre personnel, «rien à se reprocher», insistant sur le fait que sa campagne électorale (dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce) était propre et qu’il avait amassé des fonds légalement.

17 juin 2013 : L`Alliance syndicale a annoncé qu’une grève générale illimitée serait déclenchée dans l’industrie de la construction à compter de minuit, et que les effets s’en feraient sentir sur tous les chantiers du Québec. «Aucun travailleur ne voulait en arriver à ce moyen ultime. La partie patronale ne nous laisse pas le choix», a affirmé le porte-parole de l’Alliance syndicale, Yves Ouellet, lors d’un point de presse à Montréal. Le syndicat a estimé que la dernière proposition de nouvelle convention collective était un «manque de respect» envers les travailleurs qui ne reflétait pas la «qualité de l’industrie». Les demandes «rétrogrades et appauvrissantes» de l’Association de la construction du Québec (ACQ) «sont inacceptables et mènent 175 000 travailleurs vers une grève illimitée», a-t-il déploré. Yves Ouellet a précisé que les hausses salariales proposées par la partie patronale (1 %) sont sous la cible de l’indice des prix à la consommation. «Nous sommes conscients que cette grève aura des conséquences, mais nos travailleurs doivent protéger leurs conditions de travail et le bien-être de leurs familles, a ajouté le porte-parole de l’Alliance syndicale. Nous espérons que ce conflit pourra se régler rapidement.» L’Alliance syndicale souhaite des piquets de grève sur les chantiers majeurs. L’ACQ a répondu aux syndicats «que ses représentants n’ont pas ménagé les efforts pour arriver à un règlement» et «déplore que dans un contexte aussi difficile pour notre industrie, les représentants syndicaux continuent leur exercice de désinformation auprès des travailleurs.

17 juin 2013 : L’ex-représentante en assurance Carole Morinville a été condamnée à verser une somme de 1,65 million $ à l’Autorité des marchés financiers (AMF), dans l’affaire d’une présumée fraude de 3,5 millions $. L’AMF avait intenté deux recours en Cour supérieure contre Mme Morinville et sa compagnie à numéro incorporée au Québec. Le jugement rendu le 28 mai dernier condamne aussi solidairement la compagnie à numéro pour une somme de plus de 1,4 million $. La somme vise à renflouer le Fonds d’indemnisation des services financiers de l’AMF pour les montants versés à 32 des victimes dans cette affaire. Le jugement a été rendu par défaut, puisque ni Mme Morinville, ni sa compagnie à numéro n’ont comparu. Mme Morinville a fait faillite, mais le jugement permet maintenant à l’AMF de saisir les futurs revenus ou rentrées d’argent que pourra toucher Mme Morinville et de les affecter au Fonds. «À partir de maintenant, elle se voit dans l’obligation par la Cour de rembourser l’autorité, a expliqué Sylvain Théberge. Et ce jugement va la suivre aussi longtemps qu’elle n’aura pas répondu à cette demande là. Quand elle aura un revenu d’emploi, il devra y avoir une entente de remboursement.» Mme Morinville doit subir son enquête préliminaire en cour criminelle au printemps 2014, soit plus de trois ans après son arrestation. Sa cause a été remise en mai dernier en raison d’un changement d’avocat de l’accusée.

18 juin 2013 : Au lendemain de son arrestation pour corruption, Michael Applebaum a annoncé sa décision de démissionner de son poste de maire par intérim de Montréal. «Je vous annonce que je démissionne à titre de maire de Montréal, a-t-il affirmé. C’est le geste responsable à faire.»  «Prendre des décisions, c’est aussi prendre des décisions difficiles, qui ne feront pas l’unanimité, mais c’est surtout dans le meilleur intérêt de tous», a-t-il ajouté. Dans sa courte déclaration aux médias, M. Applebaum a également fait savoir que les accusations contre lui «ne sont pas fondées». «Je maintiens mon innocence, a-t-il précisé. J’ai l’intention de me battre. Je n’ai jamais pris un sou de personne.» Michael Applebaum a également envoyé un message aux Montréalais. «Je comprends votre déception, a-t-il dit. J’ai toujours travaillé pour vous. Arrêté par l’Unité permanente anticorruption, Michael Applebaum est accusé de complot, fraude envers le gouvernement, abus de confiance ainsi que d’actes de corruption dans les affaires municipales. Après l’annonce de son arrestation, la quasi-totalité des intervenants politiques avait réclamé sa démission. Aussi bien Louise Harel de Vision Montréal, Richard Bergeron de Projet Montréal que le candidat à mairie, Denis Coderre avaient demandé la démission de Michael Applebaum. Proches de l’ancien maire intérimaire, Marvin Rotrand et Lionel Peretz ont accueilli la nouvelle avec tristesse, tout en soulignant que la décision était inévitable.

19 juin 2013 : Le cadavre d’un homme cagoulé avec les mains attachées derrière le dos a été découvert, mercredi avant-midi, dans un secteur isolé et boisé de Pointe-Fortune, en Montérégie. C’est un passant qui a fait la troublante découverte vers 11 h 40, en bordure de la montée Janssen, un petit chemin très peu passant qui longe l’autoroute 40 à moins de trois kilomètres de la frontière de l’Ontario. La victime, cagoulée, gisait au sol face contre terre. L’affaire a toutes les apparences d’un règlement de comptes, selon nos informations. À l’arrivée des premiers policiers sur les lieux, un très large périmètre de sécurité a été établi pour protéger la scène de crime. Les enquêteurs des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec (SQ), assistés des techniciens en identité judiciaire et du service de la criminalistique, sont rapidement arrivés sur les lieux pour entamer leur travail d’investigation. Ce n’est qu’en milieu de soirée que les forces de l’ordre ont confirmé que l’homme retrouvé sans vie avait été victime d’un meurtre. L’âge et l’identité de la victime n’ont pas été révélés par les autorités, tout comme la façon avec laquelle l’homme a été assassiné.

19 juin 2013 : Le Canada déploiera à Haïti un peloton de 34 membres des Forces canadiennes de Valcartier dans le cadre d’une mission de maintien de la paix. Le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, et la ministre d’État responsable des Amériques au ministère des Affaires étrangères, Diane Ablonczy, en ont fait l’annonce à Ottawa en compagnie du général Tom Lawson, chef d’état-major de la Défense. L’opération de six mois se déroulera sous le commandement des forces armées brésiliennes jusqu’en décembre 2013. Les militaires proviennent du 5e Groupe-brigade mécanisé de Valcartier, près de Québec. Ils seront intégrés au bataillon brésilien du Décret sur la médaille de la Mission de la stabilisation des Nations unies en Haïti (Minustah) et mèneront ainsi des opérations de soutien de la paix sur l’île. Le ministre de la Défense nationale fait valoir que ces efforts déployés par ces militaires aideront les Forces à contribuer à la paix et à la sécurité sur la scène internationale et à favoriser la stabilité sur le continent américain. Le Canada participe à la Minustah depuis son lancement en 2004. Ces 34 militaires s’ajoutent aux cinq officiers d’État-major actuellement déployés en Haïti dans le cadre de l’opération Hamlet. Par ailleurs, environ 90 policiers canadiens servent dans le cadre de la mission des Nations Unies en Haïti. La Minustah a été mise sur pied en vertu du chapitre sept de la Charte des Nations unies par la résolution 1542 du 30 avril 2004 du Conseil de sécurité de l’ONU avec le mandat de maintenir un environnement sécuritaire et stable, de soutenir le processus constitutionnel et politique d’Haïti et de protéger les droits de la personne. Son mandat initial de six mois a été prolongé à plusieurs reprises.

20 juin 2013 : Des employés municipaux de l’usine d’épuration des eaux de Saint-Lin-Laurentides trouvé ce qui semble être un foetus humain dans un bac de décantation. Les trois travailleurs ont immédiatement contacté les policiers de la Sûreté du Québec (SQ). Les enquêteurs qui se sont rendus sur les lieux n’ont pas été en mesure de déterminer s’il s’agissait bel et bien d’un foetus humain. Pour le savoir, une autopsie devra être pratiquée sur la minuscule dépouille, a indiqué le sergent Gino Paré, porte-parole de la SQ. Certains médias ont avancé que le foetus était âgé d’environ 20 semaines, mais selon la police, même les enquêteurs qui ont vu la scène ignorent son âge. Selon toute vraisemblance, le foetus aurait été jeté dans les toilettes avant de terminer dans le bac de décantation. S’il s’agit réellement d’un foetus humain et que celui-ci était «viable», des accusations de meurtre pourraient être portées contre la femme qui s’en est débarrassé.

20 juin 2013 : Les corps de deux femmes ont été retrouvés à la suite d’un incendie majeur, à l’usine de feux d’artifice B.E.M. de Coteau-du-Lac, en Montérégie. «Au cours des recherches, malheureusement, deux corps ont été retrouvés dans les décombres», a fait savoir Joyce Kemp, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), lors d’un point de presse. Une enquête a été ouverte aussi bien du côté de la SQ que du côté du service d’incendie. «Les victimes sont deux femmes», a indiqué la SQ. Réagissant à la tragédie, la première ministre Pauline Marois a offert son soutien à la communauté. «Je voudrais offrir mes sincères condoléances aux familles des deux personnes qui sont décédées», a-t-elle dit. L’incendie, qui a nécessité la contribution de 14 services de sécurité incendie et d’environ 150 pompiers, était contrôlé en après-midi. L’entrepôt n’était pas alimenté en eau, ce qui a compliqué le travail des pompiers, a souligné Stéphane Massicotte, directeur du Service de sécurité incendie de Coteau-du-Lac. Au plus fort de la tragédie, des feux d’artifice explosaient dans les airs, au-dessus du principal brasier. Des remorques stationnées sur le terrain de l’usine étaient complètement calcinées et beaucoup de débris jonchaient le sol autour de la bâtisse en feu. Un large périmètre de sécurité a été établi autour de l’entreprise. Par mesure préventive, une quarantaine de résidences ont été évacuées, ainsi qu’une portion du terrain de camping et une école primaire. Le maire de Coteau-du-Lac, Robert Sauvé, a indiqué qu’il s’agit de la période de l’année la plus occupée pour cette usine qui produisait des feux d’artifice en grande quantité en prévision de la fête du Canada et de la Saint-Jean-Baptiste. Urgence-Environnement a été prévenu et des intervenants ont été envoyés sur place. Le laboratoire mobile TAGA, analyseur de gaz atmosphériques à l’état de traces, du ministère a également été dépêché sur les lieux. B.E.M. est une entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et la réalisation de spectacles pyrotechniques. Les équipes de B.E.M. étaient également des habitués de l’International des Feux Loto-Québec qui se déroule chaque année à La Ronde.

21 juin 2013 : Un ambulancier d’Urgences-santé et sa conjointe, qui font face à de multiples chefs d’accusation relatifs à de la pornographie juvénile, auraient poussé l’horreur jusqu’à filmer leurs ébats avec des enfants. Arrêtés lors d’une perquisition relative à une affaire de pornographie, Francis Lecourt, 44 ans, et Julie Maheu, 30 ans, de Saint-Amable, font face à une quinzaine d’accusations d’agression sexuelle, incitation à des contacts sexuels, contacts sexuels, distribution, production et possession de pornographie juvénile. Le couple est accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec au moins deux mineurs, un enfant de 5 ans et un bébé de 6 mois. Les policiers ont découvert dans leur résidence de Saint-Amable des vidéos comportant des scènes de sadomasochisme avec des enfants. C’est en saisissant le matériel informatique du couple que les policiers ont mis la main sur ces vidéos horrifiantes. «Madame offrait même ses services sur Kikiji pour garder les enfants», a indiqué la procureure de la Couronne, Me Geneviève Beaudin. Lecourt, qui fait face à 15 accusations, demeurera incarcéré jusqu’à la tenue de son enquête sous caution prévue le 27 juin. Même chose pour Julie Maheu, sur qui pèsent 19 chefs d’accusation, dont les plus importants sont agressions sexuelles, attouchements sexuels et incitation à des contacts sexuels sur des enfants de moins de 16 ans.

21 juin 2013 : Le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, a précisé  les dispositions de la loi 1, au lendemain du refus de l’Autorité des marchés financiers (AMF) d’accorder la possibilité à Dessau et sa filiale Verreault de soumissionner sur des contrats publics jusqu’en 2018. Il a notamment réitéré la pertinence de la loi, qui vient selon lui démontrer «l’inefficacité des lois antérieures» et «la volonté de son gouvernement de prioriser l’intégrité». M. Bédard a confirmé aussi que les entreprises qui se sont vu refuser l’attestation d’intégrité de l’AMF pourront terminer leurs contrats en cours. Toutefois, elles devront se plier à des balises strictes et une surveillance accrue de la part du gouvernement. La possibilité d’imposer aux entreprises un vérificateur externe à même leurs frais n’est pas écartée. L’objectif de la loi 1, a dit M. Bédard, n’est pas de pénaliser les honnêtes travailleurs qui œuvrent pour ces entreprises. Les entreprises fautives seront appelées à réaliser et compléter des démarches réelles de réhabilitation menant à des changements de culture et de pratiques, pour éventuellement soumettre une nouvelle demande d’autorisation à l’AMF.

Voir aussi la semaine prochaine du 22 juin jusqu’au 30 juin 2013.

prairies

Rivière des Prairies

Vue sur la rivière des Prairies. Photo : © GrandQuebec.com

Nos sources pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>