Ligne du temps : 2013

1er septembre – 7 septembre

1er septembre – 7 septembre

C’est arrivé au Québec au cours de la semaine du 1er septembre jusqu’au 7 septembre 2013

Voir aussi : la période précédente du 29 août jusqu’au 31 août 2013

1er septembre 2013 : Un Québécois de 44 ans qui a épousé une Africaine en 2011 a mis sa maison en vente pour aller vivre au Maroc, puisque le gouvernement canadien refuse l’entrée au pays de sa femme qui vient d’accoucher de leur premier enfant. D’après le Journal de Québec, à la suite d’une entrevue, un fonctionnaire a jugé que leur relation n’était pas authentique et visait principalement l’acquisition d’un statut ou d’un privilège en vertu de la loi.

1er septembre 2013 : Rajendra Pachauri, le président du groupe d’experts de référence sur le changement climatique (Giec), estime qu’il est «minuit moins cinq» pour trouver une issue au réchauffement climatique. «Il est minuit moins cinq», a déclaré M. Pachauri, lors de la cérémonie d’ouverture célébrant les 20 ans de l’ONG écologiste Green Cross (Croix-Verte) fondée par le dernier dirigeant de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev en 1993. «L’univers n’est qu’une seule famille. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous isoler de tout ce qui se passe autre part sur la planète» car cela affecte forcément le reste du monde, directement ou indirectement, a-t-il souligné. Il faut inventer de nouvelles façons de définir et mesurer le progrès humain et moins se focaliser sur les statistiques habituelles comme le Produit intérieur brut (PIB), a-t-il recommandé. Cet appel intervient alors que les experts du climat doivent livrer courant septembre un nouveau diagnostic très attendu, tandis que la lutte contre le réchauffement patine depuis 2009. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), avec son cinquième rapport qui sera publié en quatre temps jusqu’en octobre 2014, va livrer l’état des lieux le plus complet et le plus actualisé sur l’ampleur et les impacts attendus du réchauffement. D’après le dernier rapport du Giec publié en 2007, 20 à 30% des espèces végétales et animales étudiées jusqu’ici connaîtront un risque d’extinction si l’augmentation de la température moyenne mondiale dépasse 1,5-2,5°C.

2 septembre 2013 : Les étudiants québécois du primaire au cégep recevront des cours d’histoire nationale dès septembre 2014, ont annoncé la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Marie Malavoy, et le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, Pierre Duchesne. Pour les élèves du secondaire et du primaire, seulement quelques écoles, celles qui participeront à un projet-pilote, utiliseront le nouveau programme dès 2014. Au niveau collégial, le ministre Duchesne souhaite que les cohortes qui feront leur rentrée à l’automne 2014 suivent ce nouveau cours qui sera obligatoire, puisqu’il sera implanté au sein de la formation commune. La ministre Malavoy a indiqué qu’elle souhaitait réformer le cours d’histoire et d’éducation à la citoyenneté offert au primaire et au secondaire. Cette décision a été prise, selon elle, en raison d’un constat fait par les professionnels du milieu et par la population que les jeunes ne connaissent pas leur histoire. Une pétition réclamant plus de cours d’histoire avait d’ailleurs été déposée devant l’Assemblée nationale il y a environ un an et demi. Plusieurs organisations ont appuyé l’annonce du nouveau cours d’histoire. La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) a salué «l’initiative du MESRST de vouloir augmenter les connaissances générales des étudiants via l’implantation d’un nouveau cours d’histoire au collégial, sans toutefois penser que celui-ci devrait être obligatoire pour tous les étudiants.» La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ – CSN), ainsi que la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), se sont également dits favorables.

2 septembre 2013 : La tentative de meurtre survenue tôt ce matin à Côte-St-Luc, sur l’île de Montréal, prend les allures d’un drame familial. Les policiers ont confirmé, en soirée, que le suspect est le fils de la victime qui se trouvait toujours dans un état critique. L’attaque s’est produite dans un appartement du chemin Kingsley vers 10h15. À leur arrivée, les policiers ont trouvé une femme de 67 ans blessée à l’arme blanche. Elle a été transportée dans un centre hospitalier où on craignait pour sa vie. Le porte-parole de la police de Montréal a indiqué qu’un ami de la famille était présent lors de l’agression. Il a été rencontré par les policiers. Le suspect, un homme de 37 ans, a été arrêté par les policiers à l’angle du chemin Baily et de l’avenue Ashdale, à quelques rues du lieu du drame. Il est toujours détenu et sera rencontré par les enquêteurs qui détermineront si des accusations seront portées contre lui.

3 septembre 2013 : On apprend que les 30 voitures électriques i-MiEV utilisées dans le cadre d’un projet-pilote d’Hydro-Québec ont cessé de sillonner les rues de Boucherville. Après deux ans et demi, la société d’État a mis fin au projet et analyse maintenant les données. Hydro-Québec voulait tester des véhicules électriques dans les conditions climatiques du Québec, surtout hivernales, ainsi que le réseau de bornes de recharge. «Nous voulions recueillir des données pour connaître l’intérêt écologique et économique. C’est précieux d’avoir les données pour appuyer certains dires», a expliqué Nathalie Vachon, porte-parole d’Hydro-Québec. «Notre premier constat est que le véhicule est fiable même en conditions hivernales. Aucune voiture n’a eu de bris. Il faut savoir qu’une voiture électrique nécessite moins d’entretien qu’une voiture à essence. Aucune voiture n’a refusé de démarrer l’hiver ou n’est tombée en panne», a indiqué la porte-parole. Le projet, qui devait se terminer à la fin de l’année 2013, a été écourté puisque 20 voitures sur les 30 utilisées provenaient d’Europe et devaient être retournées. «Après deux ans et demi d’essai, nous avions pu obtenir tous les renseignements dont nous avions besoin pour tirer nos conclusions», a ajouté Mme Vachon. Hydro-Québec avait sélectionné Boucherville pour mener son projet-pilote notamment parce que l’administration municipale démontrait une ouverture envers l’électrification du transport. La proximité de l’Institut de recherche d’Hydro-Québec, la diversité du parc industriel de la municipalité, la présence d’un concessionnaire Mitsubishi dans la ville, ont également pesé dans la balance.

3 septembre 2013 : De fortes pluies ont causé d’importantes inondations à Magog, en Estrie, forçant l’évacuation d’environ 250 résidents. Entre 18 h et 22 h 30, environ 120 millimètres de pluie sont tombés au sol inondant des résidences de la rue Sherbrooke, du nord-est d’Omerville ainsi que des secteurs Venise et Ruisseau-Rouge, selon un communiqué émis tôt mardi par la Ville de Magog. En tout, 21 familles (31 adultes et 11 enfants) ont été prises en charge par les bénévoles de l’organisme. «Ces familles seront hébergées dans des hôtels de la région pendant au moins trois jours», a spécifié le porte-parole de la Croix-Rouge, Carl Boisvert.

3 septembre 2013 : Les autorités ont procédé à l’évacuation de la station de métro Lionel-Groulx, à Montréal, car un colis suspect y a été trouvé. Vers 10h40, près d’une heure après le début de l’évacuation, la police de Montréal a affirmé qu’il s’agissait d’une fausse alerte. «Il semblerait que ce soit une valise oubliée dans la station, a expliqué François Collard, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal. Il faut maintenant vérifier s’il s’agissait d’un acte intentionnel ou fait par inadvertance.» L’opération avait débuté vers 9h30. Le service avait d’abord été interrompu sur la ligne orange entre les stations Berri-UQAM et Snowdon, ainsi que sur la ligne verte entre les stations Angrignon et Berri-UQAM. Le transport par métro avait ensuite recommencé, mais le train ne s’arrêtait pas à la station Lionel-Groulx. Le service normal a repris vers 10h40.

4 septembre 2013 : Le Parti québécois célèbre le premier anniversaire de son accession au pouvoir. Si Pauline Marois affirme que le Québec «va mieux» et que son équipe est parvenue à «faire le ménage dans le désordre libéral», les partis d’opposition, en revanche, font valoir que les «nombreux reculs» et le manque de «leadership» de son gouvernement ont nui aux intérêts de la province. Le 4 septembre 2012, Pauline Marois devient la première femme à être élue au poste de première ministre du Québec. Deux semaines plus tard, la chef du Parti québécois présente son Conseil des ministres. À sa première rencontre, ce dernier annule la hausse des droits de scolarité, abroge les dispositions de la loi 78 limitant le droit de manifester et annonce la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2. Un manque à gagner de 1,6 milliard $ dans les finances publiques force toutefois l’abandon de plusieurs promesses électorales, dont l’annulation de la taxe santé et le gel des tarifs d’électricité. Devant les cas de corruption et de collusion qui sont révélés chaque jour à la commission Charbonneau, la première ministre s’engage, lors de son discours d’ouverture, à placer l’intégrité au cœur de ses priorités. Le projet de loi no 1 sur l’intégrité en matière de contrats publics est adopté à l’unanimité le 7 décembre. Souhaitant rassurer les milieux financiers, le gouvernement devance de six mois le dépôt de son premier budget. Le 20 novembre, le ministre des Finances, Nicolas Marceau, donne le ton à l’orientation économique du Parti québécois en proposant un budget ayant pour cible l’atteinte du déficit zéro dès 2013-2014. Les efforts pour assainir les finances publiques ne se font toutefois pas sans heurts. Les compressions dans les universités (140 millions $), la recherche (38 millions $), l’aide sociale (20 millions $) et les CPE (56 millions $) notamment provoquent une levée de boucliers. Toutefois, libéraux et caquistes pointent tour à tour les pertes d’emplois, la diminution des investissements privés et la faible croissance comme autant d’indicateurs illustrant «le manque de vision économique» du PQ. Quant aux initiatives du gouvernement sur les questions identitaires, elles sont loin de faire l’unanimité. Le projet de loi 14, qui vise à renforcer la Charte de la langue française, se bute à l’opposition catégorique des libéraux, tandis que la CAQ exige des amendements importants. Même chose pour le projet de charte des valeurs québécoises.

4 septembre 2013 : La division Structal-ponts de Groupe Canam a décroché cinq contrats d’une valeur totale de 33 millions $ au Canada et aux États-Unis, dont l’un pour l’échangeur Turcot à Montréal. Pour cet important échangeur en reconstruction, Structal-ponts va livrer plus de 760 tonnes de composantes d’acier. Cet acier servira à la construction de la bretelle reliant l’autoroute 15 et l’autoroute 20 Ouest au-dessus de futures voies ferrées. La compagnie va aussi fournir pont d’étagement sur l’autoroute 15. Les composantes seront fabriquées à l’usine de Québec. Structal-ponts va aussi fabriquer 2300 tonnes de composantes d’acier du pont temporaire inclus dans le projet de remplacement du pont de l’Île-des-Sœurs, la porte d’entrée au pont Champlain, à Montréal. En Ontario, la filiale de Canam va fournir 2000 tonnes d’acier pour le tout premier pont haubané de la province. Ce pont enjambant la rivière Nipigon longera le corridor de l’autoroute 11/17 à Thunder Bay. Aux États-Unis, Structal-ponts a été choisie pour livrer 5400 tonnes de composantes d’acier pour divers projets au New Jersey. Pour les projets américains, l’usine de Point of Rocks du Maryland de Structal sera mise à contribution.

4 septembre 2013 : Même si la rumeur l’impute à une erreur humaine, on n’a pas encore déterminé la cause du déversement de 450 000 litres de mazout dans la baie de Sept-Îles, à la hauteur des installations de Cliffs Natural Resources à Pointe-Noire. L’incident s’est produit lors du transfert de pétrole lourd d’un réservoir à un autre: une opération régulière, a indiqué Arlène Beaudin, du Service des affaires publiques de la minière. Les réservoirs sont situés près de l’usine de bouletage, qu’ils alimentaient jusqu’à sa mise en veilleuse, début juillet. Ils alimentent aussi le concentrateur à la mine Scully de Wabush, au Labrador, toujours en opération.

4 septembre 2013 : Des manifestants munis de casseroles ont marché dans les rues de Montréal, afin de «protester contre les trahisons d’une année de gouvernement péquiste». Environ 150 personnes ont répondu à l’appel lancé par les Indignés du Québec. La manifestation a débuté vers 19 h et s’est déroulée dans plusieurs quartiers, a indiqué Anie Lemieux, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Les protestataires ont toutefois été escortés par les policiers et la manifestation s’est terminée avant 21 h sans qu’aucun incident n’ait été rapportés.

5 septembre 2013 : Un cycliste a perdu la vie après avoir été happé par un taxi, sur le boulevard René-Lévesque, au centre-ville de Montréal. L’accident est survenu près de l’intersection de la rue Peel. Le véhicule, qui circulait en direction ouest sur le boulevard René-Lévesque, est entré en collision avec le cycliste qui circulait en direction est. La collision semble avoir été frontale. Le décès de l’homme de 31 ans, qui ne portait pas de casque, a été constaté sur place. Quant au conducteur du taxi, un homme dans la soixantaine, il a été transporté à l’hôpital pour y traiter un choc nerveux. À la suite de l’accident, l’intersection de la rue Peel et du boulevard René-Lévesque a été temporairement fermée à la circulation afin de permettre aux enquêteurs en collision du SPVM d’effectuer leur travail.

5 septembre 2013 : Deux personnes ont été gravement blessées dans un accident sur la route 329 Nord, tout près du Domaine Châtelaine à Saint-Adolphe-d’Howard, dans les Laurentides. Selon les premières informations obtenues, une conductrice aurait percuté l’arrière d’une remorque qui était en panne le long de la route 329 Nord. Une autre automobiliste, qui passait par là, s’est immobilisée pour porter assistance à la conductrice et la sortir de son véhicule. «Alors qu’elles étaient toutes deux à l’extérieur, sur le bord de la route, elles ont été heurtées par une autre voiture, a indiqué la sergente Christine Coulombe, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). Les deux femmes ont subi des blessures sérieuses et ont été transportées à l’hôpital de Sainte-Agathe-des-Monts. La conductrice de la voiture qui a heurté les deux femmes a dû être traitée pour un choc nerveux. Le soleil, en cette fin de journée, pourrait expliquer cette deuxième collision, selon la Sûreté du Québec.

5 septembre 2013 : La situation des finances publiques et de l’économie du Québec ne serait pas catastrophique, même si la consommation plus faible surprend l’État. Nicolas Marceau, ministre des Finances du Québec, s’est voulu rassurant sur les questions et critiques entourant l’atteinte du déficit zéro, prévu pour l’exercice 2013-14.  «Je vous dis qu’avec la croissance économique et de l’emploi [à l’heure actuelle], nous sommes en voie d’atteindre l’équilibre budgétaire, a assuré Nicolas Marceau.  La croissance économique est au radar, a indiqué le ministre. «C’est le cas en Europe et aux États-Unis. Tous ces éléments vont contribuer à renforcer l’économie du Québec. Nous avions prévu 1,3 % de croissance et les chiffres disponibles pour juin dernier montrent 1,4 %. Pour l’emploi, nous sommes rendus à 70 000 personnes de plus au travail si l’on compare la période de janvier-juillet 2013 à celle de 2012.» Le ministre des Finances a souligné que les salaires gagnés augmentaient et que les revenus tirés de la masse salariale suivaient ses prévisions.

6 septembre 2013 : Le taux de chômage a régressé au Québec par rapport à juillet, passant de 8,2% à 7,9%, selon les données que Statistique Canada vient de publier.Cette diminution provient notamment d’une baisse du nombre de personnes à la recherche d’un emploi. Toutefois, la province a perdu 26 000 emplois à temps partiel en août et en a créé 21 200 à temps plein, accusant donc une perte d’environ 5000 emplois. Sur trois mois, l’économie a détruit 43 800 emplois au Québec, alors que la population active au travail est passée de 60,3% à 59,7%. Depuis le début de l’année, la perte d’emplois s’élève à 45 400. Le taux de chômage est demeuré à 4,8% dans la région métropolitaine de recensement de Québec, alors qu’il a grimpé de deux dixièmes de point de pourcentage à Montréal, à 8,4%. Au Canada, l’emploi a progressé de 59 200 le mois dernier, et la grande majorité d’entre eux (41 800) sont à temps partiel. Le taux de chômage y a diminué de 0,1% pour se fixer à 7,1%. La création d’emplois au Canada est beaucoup plus forte que prévu: les économistes sondés par l’agence Bloomberg prévoyaient une création de 20 000 emplois et un taux de chômage stable, à 7,2%. L’emploi s’est accru dans le secteur de soins de santé et de l’assistance sociale, ainsi que dans les domaines de l’information, de la culture et des loisirs, dans les services d’hébergement et de restauration ainsi que dans le secteur de la construction. Par ailleurs, le nombre d’emplois a diminué dans les services d’enseignement, dans le secteur de la finance, des assurances, de l’immobilier et de la location ainsi que dans l’agriculture.

6 septembre 2013 : Les automobilistes qui circulaient sur l’autoroute 20 dans le secteur de Beloeil, ont eu toute une surprise lorsqu’un poids lourd transportant de la peinture a perdu entre 4000 et 6000 litres de son chargement, créant une immense flaque de peinture jaune au beau milieu de l’autoroute. Le camion circulait en direction est lorsque la peinture s’est déversée, vers 18 h 45. Moins de 45 minutes plus tard, un important bouchon de circulation s’étendant sur 10 kilomètres s’est formé dans le secteur. Des experts du ministère de l’Environnement se sont rendus sur place pour analyser la situation et déterminer les actions à poser pour récupérer la substance. Selon Christian Blanchette, coordonnateur régional d’Urgence-Environnement, aucun fossé ou cours d’eau n’a été touché. Les experts pourraient mettre certainement quelques heures avant de pouvoir récupérer toute la peinture déversée.

7 septembre 2013 : Jacqueline-Ariadne Desmarais est désormais une princesse. La petite-fille de l’homme d’affaires multimillionnaire Paul Desmarais et de l’ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien, Jacqueline-Ariadne Desmarais est sortie main dans la main avec son époux le prince belge, Hadrien de Croÿ-Roeulx. Arrivés séparément à la cérémonie dans deux rutilantes Rolls-Royce Phantom des années 1940, les mariés sont repartis ensemble dans une Porsche vert lime des années 1980, décorée pour l’occasion. Les invités se sont ensuite dirigés vers l’île Sainte-Hélène pour poursuivre les festivités entourant l’union de la jeune femme de 23 ans et de ce prince belge de 32 ans, financier dans une banque de Londres. Pour l’occasion, la famille a loué la moitié de l’île Sainte-Hélène afin d’y ériger un chapiteau de 40 000 pieds carrés qui leur permettait d’accueillir plus de 750 convives. Plusieurs centaines de serveurs, cuisiniers, musiciens et agents de sécurité y attendaient les invités après la cérémonie. L’ancien président français Nicolas Sarkozy, un proche de la famille Desmarais était présent à la cathédrale, tout comme l’ex-premier ministre Jean Charest, plusieurs personnalités politiques, des anciens ministres et conseillers libéraux. Les gens d’affaires et du monde de la finance étaient surreprésentés, avec les Laurent et Pierre Beaudoin, Steven et Charles Bronfman, Jacques Ménard, notamment. Parmi les autres invités à ce mariage princier, on retrouvait des figures marquantes du monde artistique québécois comme Garou, Guy Laliberté et Gilbert Rozon.

7 septembre 2013 : Depuis plusieurs mois, des individus peu scrupuleux se font passer pour des employés de la Fondation Mira et récupèrent des cartouches d’encre vides auprès d’entreprises de partout au Québec. La Fondation récupère les cartouches d’encre vides auprès de près de 7000 entreprises depuis 1994. Cette activité rapporte actuellement 75 % des revenus du bureau de Québec, par exemple. Mais depuis quelques mois, les employés responsables de la collecte reviennent bredouilles. «Ça a commencé petit, mais là, ça devient plus important. On n’a pas d’idée combien on en a perdu depuis», a expliqué la directrice générale de la Fondation Mira de Québec, Rachel Lunardi. Certains fraudeurs poussent l’audace jusqu’à se présenter dans les commerces où l’on récupère les cartouches, repartant avec des sacs complets. La Fondation Mira a communiqué avec ses partenaires pour les informer de cette fraude. Les dirigeants souhaitent que les entreprises qui cèdent gratuitement leurs vieilles cartouches s’assurent qu’elles sont bien en présence d’un employé de Mira. Ces derniers sont clairement identifiables par leurs vêtements et leurs véhicules. Mira récupère plus de 200 000 cartouches par année, ce qui représente seulement 3 % de ce qui se retrouve dans le marché. La revente de ces cartouches permet à l’organisme d’entraîner une soixantaine de chiens-guides aux non-voyants.

Voir aussi la semaine du 8 septembre jusqu’au 14 septembre 2013.

rentrée

Rentrée scolaire

La rentrée scolaire, une fête ou une calvaire ? Photo : GrandQuebec.com

Nos sources d’infos pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>