Ligne du temps : 2013

1er octobre – 7 octobre

1er octobre – 7 octobre

C’est arrivé au Québec au cours de la semaine du 1er octobre jusqu’au 7 septembre 2013

Voir aussi : la période précédente du 22 septembre jusqu’au 30 septembre 2013

1er octobre 2013 : Un commerce de traiteur de l’arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal, a été la cible d’un cocktail Molotov. Le feu s’est déclaré vers 2 h, dans un édifice de la rue de Miniac. Selon Laurent Dyke, porte-parole de la police de Montréal, personne n’était à l’intérieur de l’immeuble lorsque l’incident s’est produit. Il n’y a donc eu aucun blessé. «Les dommages ont été restreints à l’intérieur du commerce», a indiqué M. Dyke. À la suite de cet événement, une enquête a été ouverte par la Section des incendies criminels du Service de police de la Ville de Montréal afin de retrouver le ou les malfaiteurs.

1er octobre 2013 : Incapables de s’entendre sur la garde de leur chatte Miley au terme de leur relation, deux ex-conjoints se disputent devant les tribunaux pour obtenir gain de cause. Et l’animal semble si cher à leurs yeux qu’ils sont prêts à aller jusqu’au bout, peu importe ce qu’il en coûtera. Si la petite chatte noire n’a pas une grande valeur en argent, sa valeur sentimentale est si grande que sa garde est devenue le principal objet de litige entre une femme de 23 ans, et son ex-conjoint de 28 ans, rapporte le Journal de Montréal.

1er octobre 2013 : Trois féministes radicales ont interrompu les débats à l’Assemblée nationale aujourd’hui en hurlant «crucifix, décalisse!» torse nu. Les militantes Femen, seins dénudés, ont scandé leur slogan à quelques reprises au moment où Pauline Marois a pris la parole. Les constables de l’Assemblée ont ensuite rapidement mis fin à l’esclandre. L’une des femmes arrêtées, Xenia Chernyshova, d’origine ukrainienne, est porte-parole de la section montréalaise de Femen. En juin, Mme Chernyshova avait fait les manchettes après avoir réalisé un geste d’éclat similaire durant une conférence du secrétaire général du Parti islamiste tunisien à Montréal. Mme Chernyshova protestait contre l’arrestation d’une militante Femen en Tunisie. Rappelons que Femen est un groupe contestataire féministe d’origine ukrainienne fondé à Kiev en 2008. Le ministre responsable de la Charte des valeurs, Bernard Drainville, a rétorqué que la sortie du groupe Femen était décidément, sur la forme, «très ostentatoire». Il n’a pas voulu commenter davantage. Sur Facebook, l’organisation se décrit comme pratiquant le «sextrémisme», un «pacifisme agressif.» Malgré l’esclandre, les travaux de l’Assemblée nationale ont rapidement repris. Les trois femmes ont été libérées en milieu d’après-midi.

2 octobre 2013 : Le gouvernement Marois a tenu à minimiser l’impact de la sortie publique de Jacques Parizeau sur la charte des valeurs. Le ministre Bernard Drainville a tout de même ouvert la porte pour la première fois à la disparition du crucifix de l’Assemblée nationale, comme le suggère notamment l’ancien premier ministre. L’ex-chef du Parti québécois estime que le gouvernement Marois va trop loin en voulant interdire le port de signes religieux visibles à l’ensemble de la fonction publique. Il plaide en faveur d’une solution s’inspirant du rapport Bouchard-Taylor et suggère qu’on décroche le crucifix installé au-dessus du siège du président de l’Assemblée nationale.

2 octobre 2013 : La ligne verte du métro de Montréal a été de nouveau hors service pendant une vingtaine de minutes en début d’après-midi, entre les stations Viau et Honoré-Beaugrand à cause d’un train en panne à hauteur de la station Assomption. «Il s’agit d’un bris de train, a indiqué Isabelle Tremblay, la porte-parole de la Société de transport de Montréal. Le train doit être réparé puis emmené au garage.» Le trafic a repris normalement vers 14 h 15. Le service avait déjà été interrompu pendant une trentaine de minutes sur l’ensemble du réseau en pleine heure de pointe en matinée à cause d’un «problème du système de ventilation».

entrée au jardin chinois

L’entrée au Jardin chinois du Jardin botanique de Montréal. Photo : © GrandQuebec.com

2 octobre 2013 : Le ministre de l’Environnement Yves-François Blanchet vient d’enterrer le projet de terminal méthanier Rabaska à Lévis. «Rabaska c’est fini, il n’y aura pas de reconduction du bail», a statué M. Blanchet jeudi matin à l’occasion d’une mêlée de presse à l’Assemblée nationale. La Société en commandite Rabaska, promoteur du projet, a négligé de réclamer, dans les délais prescrits, la reconduction de son bail de quatre ans qui était échu depuis décembre 2012 et il est désormais trop tard pour le faire, a signifié le ministre. «Ils n’ont pas profité de ce que le bail leur offrait comme démarche pour une reconduction. Je n’ai aucun appétit pour une reconduction du bail», a terminé M. Blanchet.

3 octobre 2013 : Enlevée sur son lieu de travail, séquestrée, sauvagement battue et vraisemblablement violée, une femme de 21 ans a vécu un véritable cauchemar, dans le secteur La Plaine, à Terrebonne. Un suspect a été arrêté en fin de journée. La victime, V. Jackson, se trouvait au salon de bronzage Blu Sky Tan, sur le boulevard Laurier, lorsqu’elle aurait été kidnappée par un suspect mercredi soir. Elle était seule dans le commerce au moment des faits. Selon les éléments de preuve recueillis sur la scène de crime, le suspect aurait possiblement placé l’employée du commerce dans le coffre de sa voiture avant de quitter les lieux. Vers midi, sur la rue Rodrigue, la victime de 21 ans est sortie d’un boisé, ensanglantée, avant d’interpeller un policier qui se trouvait par hasard dans ce secteur. Elle présentait alors de graves blessures à la tête et au visage, notamment. La victime a été transportée à l’hôpital, où elle se trouve dans un état stable. On ne craindrait pas pour sa vie. À proximité de l’endroit où la jeune femme est sortie des bois, un véhicule suspect a rapidement été localisé par les policiers. La voiture, une Pontiac Grand Prix grise, a été inspectée pendant de longues heures par les techniciens en identité judiciaire, à la recherche d’empreintes et d’éléments de preuve. Des maîtres-chiens et des policiers du groupe tactique d’intervention ont effectué des recherches dans le boisé, afin de localiser le suspect dans cette affaire. L’hélicoptère de la SQ a également survolé le secteur dans le but de le retrouver. Après des heures de recherche dans les environs, les forces de l’ordre ont finalement réussi à épingler en début de soirée l’auteur présumé de cette agression sauvage. L’arrestation a eu lieu sur la rue Armand, à environ un kilomètre de l’endroit où la victime a été trouvée.

3 octobre 2013 : Le Montréalais Alexandre Paul, âgé de 35 ans, a été formellement accusé de piraterie par les autorités russes, pour avoir participé à une manifestation de Greenpeace sur une plateforme de forage dans l’Arctique russe. Un deuxième Canadien faisant partie du groupe de 30 militants du groupe environnementaliste, Paul Ruzycki de Port Colborne, en Ontario, a aussi été accusé de piraterie. Comme ses compagnons, Alexandre Paul risque jusqu’à 15 ans derrière les barreaux pour piraterie. Il a été arrêté le 19 septembre en pleine mer lors d’une action contre une plateforme pétrolière du géant Gazprom en Arctique. Selon Greenpeace, les autorités russes ont pris d’assaut son navire l’Artic Sunrise. Des commandos cagoulés sont descendus d’un hélicoptère à bord du brise-glace fusil d’assaut au poing et ont enfermé tout l’équipage. Les 30 militants sont issus de 18 pays, dont les États-Unis, la France, la Suisse, la Finlande, la Grande-Bretagne, la Pologne et la Russie. Leur objectif était de faire l’ascension de la plateforme pétrolière de Gazprom, le Prirazlomnaïa, et de s’y attacher en signe de protestation. Le bateau, quant à lui, bat pavillon néerlandais. Les écologistes dénoncent le risque de pollution en mer de Pechora, dans une zone proche de trois réserves naturelles protégées par des lois russes.

3 octobre 2013 : Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ), assistée de l’Autorité des marchés financiers (AMF), ont arrêté six personnes impliquées dans une fraude à la Ponzi totalisant plus de 19 millions $, jeudi matin. Environ 240 investisseurs ont été touchés par cette vaste escroquerie. Un total de 35 policiers ont participé à cette opération a commencé à 6 h du matin à Longueuil, Mont-Saint-Hilaire et Sherbrooke. Une ordonnance de blocage a également été émise sur une résidence valant 400 000 $ qui devait être saisie. La police a refusé de préciser où se trouve cette demeure. En tout, quatre femmes et deux hommes âgés de 35 à 60 ans ont été arrêtés.  Ils pourraient faire face à des accusations de fraude, de recyclage des produits de la criminalité et de gangstérisme Un septième suspect était recherché par les autorités. Il est âgé de 65 ans et vit à La Prairie en Montérégie.

4 octobre 2013 : Le gouvernement Marois annonce qu’il va miser sur les surplus d’électricité d’Hydro-Québec pour créer des milliers d’emplois et relancer l’économie de la province. Québec en fera l’annonce lundi lors du dévoilement de sa politique économique, intitulée Priorité emploi. C’est ce qui ressort des informations obtenues en exclusivité par TVA Nouvelles. Les renseignements montrent que le commerce des surplus d’électricité est une mesure clef de la politique économique du gouvernement péquiste. Hydro-Québec accumule des surplus d’électricité en raison de la construction de la Romaine et du développement de l’énergie éolienne. D’ici 2020, le gouvernement va utiliser les surplus afin d’attirer des investissements de 1,6 milliard $ et créer plus de 10 000 emplois avec son offre tarifaire investissements-emplois. Des surplus totalisant 50 TWH seront vendus à un tarif réduit aux entreprises qui vont réaliser de nouveaux investissements au Québec. Le gouvernement va cibler les investissements dans quatre secteurs identifiés comme prioritaires.

4 octobre 2013 : La FTQ s’oppose à ce que des extraits d’une preuve d’écoute électronique obtenue dans le cadre du projet Diligence et impliquant entre autres son président Michel Arsenault soient entendus devant la commission Charbonneau. Après que sa requête eut été rejetée par la Commission, Me Jean-Claude Hébert a décidé de s’adresser à la Cour supérieure dans l’espoir d’obtenir gain de cause dans cette affaire. Me Hébert, qui représente le Fonds de solidarité FTQ, Michel Arsenault et l’ex-PDG de la SOLIM Guy Gionet, a plaidé sa cause vendredi devant la juge Geneviève Marcotte. La FTQ espère à tout le moins obtenir un sursis pour empêcher la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction (CEIC) d’utiliser les extraits avant que le dossier puisse être entendu sur le fond. De son côté, la commission prétend qu’elle n’a pas les moyens de se passer d’une preuve si importante pour mener à bien ses travaux. Lors de l’audition de la requête le 19 septembre, France Charbonneau s’était montrée peu impressionnée par les arguments de Me Hébert et ce dernier avait d’ailleurs avoué qu’il ne croyait pas que la commission accéderait à sa demande. Pour se défendre, la commission jure qu’elle utilisera la preuve d’écoute électronique avec diligence. La décision de la Cour supérieure devrait être rendue la semaine prochaine.

dragon

Le dragon gardien du Jardin botanique. Photo : © GrandQuebec.com

5 octobre 2013 : Un corps à l’état de squelette a été retrouvé cet après-midi au beau milieu de la forêt dans le secteur de Notre-Dame-de-Lorette, près de Dolbeau-Mistassini, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une citoyenne qui effectuait une randonnée a fait cette découverte vers 15 h. Elle a immédiatement contacté les policiers. La Sûreté du Québec (SQ) a ouvert une enquête pour élucider les circonstances de cette mort et surtout, identifier la personne. Les ossements ont été envoyés au laboratoire de science judiciaire et de médecine légale à Montréal. Fait inusité, le cadavre portait toujours des vêtements, ce qui pourrait donner des indices supplémentaires aux enquêteurs. La SQ affirme qu’il est trop tôt pour déterminer depuis combien de temps le corps se trouvait à cet endroit et pour savoir si ces ossements appartenaient à une personne portée disparue au cours des dernières années. Impossible non plus de savoir s’il s’agit d’un homme ou d’une femme ou l’âge approximatif du défunt.

5 octobre 2013 : Craignant d’être forcés de quitter leur maison pour permettre la reconstruction de Lac-Mégantic, des dizaines de résidents du secteur Fatima ont signé une pétition réclamant l’abolition de la loi 57. Adressée à la première ministre du Québec et à la mairesse Colette Roy-Laroche, la missive met en garde contre la loi 57, qui octroie notamment un pouvoir d’expropriation à la municipalité pour mener à terme le projet de reconstruction du centre-ville. Depuis l’adoption de la loi, à la mi-septembre, plusieurs citoyens ont été approchés par des promoteurs pour procéder au rachat de leur maison. Les gros joueurs, comme Jean Coutu et Métro, par exemple, leur offriraient la valeur de l’évaluation municipale de leur propriété, en plus d’un certain pourcentage qui se situerait aux alentours de 15%. Les propriétaires ont par la suite une certaine période de temps pour accepter ou refuser l’offre. «Mais quand les promoteurs vont voir les propriétaires, ils disent que si l’offre est refusée, c’est la Ville qui va en prendre possession avec la loi 57 et que le seul montant qu’ils auront, c’est celui de l’évaluation, point, estime Mme Turcotte. Et ils devront quitter tout de même. Tout ça se fait un peu sous pression.» Joint par téléphone, l’attaché de presse de la mairesse de Lac-Mégantic semblait plutôt surpris de ces allégations, l’expropriation constituant le «dernier recours» dans cette affaire.

6 octobre 2013 : Un incendie a complètement détruit une dizaine de commerces et plusieurs logements du centre-ville de Saint-Donat, dans Lanaudière. L’incendie s’est déclaré vers 15 h 15, dans un des commerces de la rue Principale, qui étaient fermés. Les pompiers de Saint-Donat se sont rapidement aperçus qu’ils allaient avoir besoin d’assistance. Leurs collègues des cinq villes, dont Mont-Tremblant, Chertsey et Sainte-Agathe, ont été appelés en renfort. «Il y a environ 90 pompiers à pied d’oeuvre», a affirmé le sergent Benoit Richard, porte-parole de la Sûreté du Québec. Vers 19 h, les pompiers étaient en contrôle de la situation, mais on prévoyait qu’ils allaient devoir combattre encore plusieurs heures avant d’éteindre complètement le brasier. Trois ou quatre autres bâtiments qui abritent à la fois des commerces et des logements ont aussi été lourdement endommagés par les flammes. La majorité des résidents qui se retrouvent à la rue ont pu trouver refuge chez des proches. On ne rapportait aucun blessé.

6 octobre 2013 : L’un des spécialistes de la police de Montréal dans la lutte aux motards criminalisés se trouvait en tête-à-tête avec un proche des Hells Angels lorsqu’il a été arrêté par la Sûreté du Québec (SQ), pour avoir vendu des informations aux motards qu’il a traqués une grande partie de sa carrière. Les informations coulées aux motards criminalisés auraient affecté ou compromis des enquêtes en cours, ces derniers mois et possiblement depuis une longue période, selon ce que «Le Journal de Montréal» a pu apprendre. Retraité du SPVM, Benoit Roberge a notamment collaboré à l’escouade Carcajou durant la guerre des motards qui a fait plus de 165 morts au Québec, entre 1994 et 2002. Il a ensuite été un membre important de l’Escouade régionale mixte de lutte au crime organisé de Montréal et a notamment été impliqué dans la super opération SharQc, qui a mené à la mise en accusation de 156 membres et associés des Hells en 2009. Il travaillait à l’Agence du revenu du Québec (ARQ) depuis mars comme chef du Service du renseignement. Il a d’ailleurs été provisoirement relevé de ses fonctions par l’Agence. Cette histoire n’est pas sans rappeler l’affaire Ian Davidson, ce policier retraité du SPVM, lui aussi issu de la division du renseignement criminel. Ian Davidson s’était emparé de la liste des informateurs de police. Il avait ensuite tenté de la vendre au crime organisé italien.

tigre de chine

Un tigre chinois. Photo : © GrandQuebec.com

7 octobre 2013 : Le gouvernement Marois a révélé son «plan de match» de 2 milliards $ pour l’emploi. Il espère relancer l’économie chancelante de la province alors que les rumeurs d’élections sont de plus en plus pressantes. «C’est la vision qu’on a pour le Québec, a indiqué le ministre des Finances Nicolas Marceau en entrevue. Notre recette pour se donner des jobs et attirer des investissements. C’est notre plan de match, comme gouvernement, pour le Québec.» Ce plan «Priorité Emploi» est la réponse du gouvernement aux attaques de l’opposition, qui le rend responsable du ralentissement économique qui frappe le Québec. La première ministre est elle-même responsable de la stratégie de l’électrification des transports, un programme de 516 millions $. «C’est son bébé, son projet», a expliqué Nicolas Marceau. À court terme, le gouvernement mise sur les crédits d’impôt à la rénovation pour les ménages québécois ainsi que l’utilisation des surplus d’électricité pour attirer des investissements de 1,6 milliard $. Le ministère des Finances estime d’ailleurs que 23 000 ménages vont bénéficier du crédit d’impôt réno-vert de 20 %. Toutefois, le programme n’a qu’une durée de vie d’un an. «On veut que les gens investissent tout de suite, pas l’an prochain», a souligné Nicolas Marceau. Québec lance aussi un important programme de mise à niveau des écoles primaires et secondaires ainsi que des infrastructures sportives d’une valeur de 565 millions $. Il met 100 millions $ sur la table pour rénover la route de la Baie-James, dans le nord québécois et augmente de 10 points le crédit d’impôt aux investissements d’entreprises privées. D’ici 2017, le gouvernement Marois prévoit grâce à son plan la création de 43 000 emplois permanents et une hausse du PIB de la province de 3 milliards $.

7 octobre 2013 : Près de 40 000 foyers étaient privés d’électricité en milieu de cet après-midi à cause des vents violents qui ont sévi dans l’ensemble du Québec. «Il y a beaucoup de petites pannes un peu partout», a résumé la porte-parole d’Hydro-Québec, Marie-Élaine Deveault. Les équipements de protection se déclenchent à cause des branches qui sont emportées par le vent.» Hydro Québec a enregistré les premières interruptions de service vers 13 h en Montérégie, la région la plus touchée avec plus de 12 500 foyers privés de courant au plus fort des intempéries. Peu avant 20 h, il restait encore près de 9000 pannes répertoriées dans l’ensemble de la province (2500 dans le Centre-du-Québec, 1800 dans les Laurentides, 1200 à Montréal et dans Chaudière-Appalaches).

pavilion

Le lac des Rêves dans le Jardin de la Chine. Photo : © GrandQuebec.com

La semaine du 8 octobre jusqu’au 14 octobre 2013.

Nos sources d’infos pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>