Ligne du temps : 2013

1er janvier – 7 janvier

1er janvier – 7 janvier

C’est arrivé au Québec du 1er janvier jusqu’au 7 janvier 2013

Voir aussi : semaine antérieure du 22 décembre – 31 décembre 2012

1er janvier 2012 : Les Montréalais pourront rentrer au travail en toute quiétude la semaine prochaine, car le déneigement des rues devrait être complété d’ici là. «La tempête historique ne sera plus qu’un mauvais souvenir dimanche», a assuré Jacques-Alain Lavallée, conseiller en planification à la Ville de Montréal. Celui-ci a annoncé mercredi que 53 % du déneigement avait été effectué et que les équipes de la Ville progressaient rapidement. Se voulant rassurant, le porte-parole de la Ville a aussi souligné que le deux tiers des rues du centre-ville de Montréal était déjà libre de toute neige. Malgré tout, certains arrondissements tels que Rosemont-La-Petite-Patrie ainsi que Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce restent encore figés dans un linceul blanc, tandis que le déneigement va bon train à Ville-Marie. M. Lavallée n’a pu donner de raison claire qui expliquerait pourquoi certains arrondissements semblent être déneigés plus rapidement que d’autres. Rappelant que la tempête qui s’est abattue sur Montréal jeudi dernier était exceptionnelle, le porte-parole de la Ville se dit satisfait en général du travail des déneigeurs. La Ville de Montréal dispose d’un budget de 150 millions $ en déneigement que se séparent 19 arrondissements.

1er janvier 2013 : Parmi les 35 meurtres commis à Montréal, en 2012, 18 sont liés au crime organisé, soit une proportion plus élevée que dans les quatre dernières années, selon les autorités. Les règlements de compte entre différents groupes liés au crime organisé ont fait sept victimes, alors que six personnes sont mortes dans le milieu des gangs de rue. Par ailleurs, cinq autres meurtres seraient liés spécifiquement au crime organisé italien, comparativement à deux en 2011. Le total des homicides liés de près ou de loin au crime organisé et aux gangs de rue s’établit donc à 18, soit le nombre le plus élevé depuis 2008, a souligné le commandant Ian Lafrenière, du SPVM. À ce jour, seulement deux de ces dossiers de meurtre ont été résolus par les enquêteurs. «Ça demande beaucoup plus d’énergie, beaucoup plus de temps», a noté M. Lafrenière, précisant que dans ces cas-ci, les enquêteurs ont souvent affaire à des professionnels. Bien que plusieurs des meurtres liés au crime organisé n’ont toujours pas été résolus, le commandant Lafrenière a indiqué que le retour en ville de Vito Rizzuto ainsi que la lutte de territoire dans le monde des stupéfiants font partie des motifs étudiés par les enquêteurs. D’après le bilan 2012 du SPVM, qui demeure stable par rapport à l’année précédente où 35 meurtres avaient également eu lieu, dix drames familiaux sont survenus. Jusqu’à présent, parmi l’ensemble des meurtres commis en 2012, 17 meurtres ont été résolus par les enquêteurs et 18 font toujours l’objet d’une enquête. Finalement, si le bilan des homicides en 2012 est semblable à la moyenne enregistrée au cours des quatre dernières années, soit 36 meurtres, le SPVM remarque une baisse par rapport à la moyenne des dix dernières années qui est de 40 meurtres. À l’échelle de la province, 106 personnes ont été assassinées en 2012.

2 janvier 2013 : Le décès d’un homme de 41 ans a été constaté à l’hôpital peu de temps après une opération policière impliquant la Sûreté du Québec (SQ), qui s’est déroulée mardi après-midi, à New Richmond, en Gaspésie. L’enquête a donc été transférée à la police de Québec. Peu avant 14 h, la SQ a été appelée à se rendre à un domicile de la rue Leblanc, au sujet d’un homme en détresse. «Ce sont des gens de la famille immédiate de l’individu qui étaient inquiets et qui ont contacté les policiers», a précisé l’agent aux communications du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Pierre Poirier. À l’arrivée des policiers, l’homme s’était barricadé seul à l’intérieur de sa résidence. La SQ a alors érigé un périmètre de sécurité, ne sachant pas à ce moment si l’homme était armé.Au cours de l’opération, les policiers ont constaté que l’homme était blessé. Le quadragénaire a donc été transporté à l’hôpital, où il a finalement rendu l’âme quelques heures plus tard. En fin d’après-midi mercredi, l’agent Poirier a précisé que l’homme avait été blessé par arme à feu. La police ne détenait aucun autre détail sur les circonstances de l’événement. Les enquêteurs du SPVQ se sont rendus sur place dans le but de rencontrer des témoins et de faire des prélèvements.

hiver ste anne de la pérade

Sainte-Anne-de-la-Pérade, capitale du poulamon, en hiver. Photo : © YaniQc

2 janvier 2013 : Les Canadiens semblent de plus en plus préoccupés par leur niveau d’endettement, si on se fie à un sondage de la Banque CIBC concernant les résolutions financières de 2013. Le sondage révèle que pour la troisième année consécutive, le remboursement des dettes domine la liste des priorités financières au pays. Ainsi, à l’échelle nationale, 17% des répondants ont indiqué vouloir rembourser leur dette d’ici la fin de l’année. Cette proportion est de 14% au Québec. «Ces résultats soulignent que les Canadiens sont conscients de l’importance d’une bonne gestion des dettes, et qu’ils continuent de se concentrer sur la réduction de leurs dettes pour l’année qui vient», a précisé Christina Kramer, vice-présidente à la direction de la Banque CIBC, dans son communiqué de presse. Au Québec, 46% des répondants ont affirmé avoir rencontré un conseiller financier l’an dernier pour discuter de leurs dettes. Cependant, seulement 6% des personnes interrogées ont dit qu’elles ont songé à discuter de cet enjeu avec un conseiller. Au cours des derniers mois, la Banque du Canada a lancé plusieurs avertissements concernant l’endettement des Canadiens qui a atteint un niveau record en 2012 à 164% du revenu disponible. Le sondage révèle également que la planification de la retraite ne compte plus parmi les trois principales priorités à l’échelle nationale, alors que les groupes d’âge traditionnellement axés sur la planification de la retraite se concentrent désormais sur le remboursement des dettes et sur d’autres priorités pour 2013. Les autres résolutions financières des Canadiens sont la constitution d’épargne et l’établissement d’un budget.

2 janvier 2013 : Une violente collision entre une voiture et une camionnette a fait quatre morts, sur la route 117 à l’entrée de la réserve faunique La Vérendrye, en Outaouais. L’accident s’est produit vers 13 h 10 au moment où le conducteur de la voiture qui circulait en direction sud a perdu la maîtrise et est allé percuter de plein fouet une camionnette qui roulait en sens inverse, a indiqué le porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Marc Tessier. La scène de l’accident était des plus macabres, comme a pu le constater un journaliste de l’Agence QMI qui était sur place. Sous la force de l’impact, la voiture s’est scindée en deux. Plusieurs effets personnels dont des jouets étaient éparpillés sur la chaussée. Une dizaine de bons samaritains étaient sur les lieux à faire la circulation en attendant les services d’urgence. Ils avaient recouvert les victimes de couvertures. Quatre personnes, soit deux adultes et deux enfants qui se trouvaient à bord de la voiture, ont perdu la vie. L’un des décès a été constaté sur les lieux et les trois autres à l’hôpital. «La vitesse pourrait aussi être en cause, ou tout simplement les gens n’ont pas adapté leur conduite aux conditions météo», a ajouté l’agent Tessier. La route 117 a dû être fermée dans les deux directions à la suite de la collision. Peu avant 15 h 30 mercredi, l’une des deux voies a été rouverte.

3 janvier 2012 : Un centre de conditionnement physique a été la cible d’un incendie criminel jeudi matin dans l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal. Le système d’alarme du centre de conditionnement physique Citalfort, situé dans un petit centre commercial de la rue Jarry Est, s’est déclenché peu après minuit. Arrivés sur les lieux, les policiers de la ville de Montréal ont constaté qu’une vitrine de l’établissement avait été fracassée et qu’un début d’incendie sévissait à l’intérieur. Les pompiers ont été appelés pour procéder à l’extinction du feu. Lorsque les policiers ont pu pénétrer dans le bâtiment, ils ont découvert des traces d’accélérant. L’incendie est considéré comme étant d’origine criminelle, a déclaré Daniel Lacoursière, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Des enquêteurs du SPVM se rendront sur place au cours de la journée de jeudi afin de procéder à l’analyse de la scène.

3 janvier 2012 : Le Québec connaît une vague de froid et la température a atteint -17° C à Québec, mais à cause du facteur éolien, en milieu d’après-midi jeudi, c’est plutôt -28° C que ressentaient les braves qui s’aventuraient dehors, selon les données enregistrées par Environnement Canada à l’aéroport Jean-Lesage. Pire, jeudi matin vers 9 h, la température ressentie était de -35° C, alors que la température réelle était de -22° C. En Estrie, le mercure a même atteint – 28 degrés Celsius tôt en matinée. Qui dit temps froid, dit problèmes de démarrage. Vers 10 h, à lui seul, le CAA-Québec avait reçu 2000 appels à l’aide de ses membres de tout le Québec, dont les trois quarts pour des survoltages. En milieu d’après-midi, on parlait de 5800 appels. Porte-parole de l’organisme, Philippe Saint-Pierre a rappelé que, par temps froid, le bon vieux chauffe-moteur demeure le meilleur moyen d’éviter les problèmes. Reste que ce temps froid ne durera pas éternellement. Environnement Canada prévoit que le temps va s’adoucir graduellement au cours des prochaines heures et que la température va atteindre – 6° C vendredi. Le tout, agrémenté de 2 à 4 cm de neige.

4 janvier 2013 : La grippe frappe fort au Québec, particulièrement depuis les Fêtes, alors qu’embrassades et poignées de main ont contribué à disséminer le virus de l’influenza. On pourrait même atteindre un sommet ce week-end. Selon le Dr Richard Marchand, microbiologiste à l’Institut de cardiologie de Montréal, la saison de la grippe s’est déclarée de façon hâtive cette année. Cette éclosion précoce a favorisé la transmission du virus. «En arrivant juste avant que la période des Fêtes ne commence, cela a permis une plus grande transmission de la grippe à l’intérieur des populations. Pendant les Fêtes, les gens se déplacent davantage. Donc le timing est responsable d’une grande dissémination de la grippe.» Le Dr Marchand anticipe d’ailleurs un pic d’influenza pour la fin de semaine. «Les gens se sont rencontrés à nouveau le 31 et le 1er, et là, nous attendons un gros pic samedi et dimanche, a-t-il dit. On va briser des records depuis le temps qu’on surveille la grippe dans les années 60». La vague de grippe qui touche l’ensemble de la province est causée par «une variante d’une souche plus virulente de la grippe, la H3N2», a expliqué la porte-parole de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, Lise Chabot. La H3N2 est toutefois comprise dans le vaccin contre la grippe proposé cette année, «donc il est encore temps de se faire vacciner pour s’en protéger», a souligné Mme Chabot qui a rappelé que le virus est actif jusqu’à la fin du mois de mars. Le Dr Marchand se dit aussi préoccupé par la pénurie de trousses permettant de déceler les différentes souches d’influenza.

4 janvier 2013 : Un début d’incendie a forcé l’évacuation d’urgence des 36 occupants d’un appareil d’Air Canada Jazz, à l’aéroport Jean-Lesage de Québec. Le Dash-8, un bimoteur turbopropulsé à hélices construit par Bombardier, devait se rendre de Gaspé à Montréal avec escale à Québec. Vers 16 h 20, à l’approche de la piste d’atterrissage de Québec, le pilote et le copilote de l’appareil ont toutefois constaté la présence de fumée dans le cockpit. On a donc déclenché la procédure d’urgence et, aussitôt l’appareil atterrit, ses 33 passagers et trois membres d’équipage l’ont évacué prestement. Personne n’a été blessé et l’incendie a été rapidement maîtrisé. Les passagers ont été pris en charge par les autorités de l’aéroport. Quant à l’appareil, il a été remorqué et stationné à l’écart pour être inspecté.

4 janvier 2013 : Un peu plus d’une semaine après la tempête qui s’est abattue sur Montréal, les opérations de déneigement continuent de progresser et, vendredi matin, 82 % de la métropole était dégagée. La Ville compte bien respecter son objectif et terminer l’opération d’ici à lundi. «Dans le cas de l’arrondissement de Ville-Marie, c’est 92 % du territoire qui est complètement dégagé», a indiqué lors d’un point de presse Jacques-Alain Lavallée, porte-parole à la Ville de Montréal. S’il comprend que les gens soient «tannés» puisque la tempête a eu lieu le 27 décembre, il rappelle que les 3000 employés municipaux travaillent d’arrache-pied pour compléter l’opération le plus rapidement possible. Si le centre-ville est presque complètement déneigé, la situation est toutefois loin d’être la même dans tous les arrondissements. Jeudi, les arrondissements de Verdun, de Pierrefonds-Roxboro, de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et d’Ahuntsic-Cartierville tiraient de la patte. Habituellement, une tempête de 20 centimètres coûte environ 17 millions $ et nécessite quatre jours pour compléter les opérations de déneigement. Le budget annuel de la Ville pour le déneigement est de 150 millions $.

5 janvier 2013 : Des ambulanciers qui manifestaient ce soir dans l’arrondissement Ville-Marie à Montréal ont eu la surprise de voir un homme tenter de subtiliser un véhicule d’urgence. Selon Simon Delorme, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), les ambulanciers étaient en train de manifester près de l’avenue Papineau et de la rue Ontario Est vers 23h lorsqu’un homme très intoxiqué a tenté de frapper l’un des ambulanciers. Un homme intoxiqué s’est emparé alors d’une ambulance.  Il a voulu prendre la fuite au volant de cette voiture. Il s’est lancé en marche arrière sur l’avenue Papineau en direction nord, soit en sens inverse de la circulation. Sa balade a été de courte durée. «Il a fait 50 pieds et a fini sa course dans un véhicule stationné», a indiqué Simon Delorme. Le suspect de 19 ans a été arrêté et transporté dans un centre hospitalier pour des blessures mineures. Des accusations de voie de fait, de vol de plus de 5000 $ et de conduite avec facultés affaiblies pourraient être déposées contre lui. D’autres accusations pourraient s’ajouter. Le véhicule dérobé ne faisait pas partie de la flotte d’Urgences-santé, a tenu à préciser le porte-parole de l’organisation. «Ce n’était pas un véhicule actif sur les routes», a affirmé Bob Lamle. Selon lui, il s’agirait probablement d’une ambulance louée par les ambulanciers dans le cadre de leurs moyens de pression. Les 2500 ambulanciers paramédicaux syndiqués auprès de la CSN ont déclenché une grève générale illimitée le 24 décembre dernier.

5 janvier 2013 : Un incendie a pris naissance, à la Rôtisserie Romados, un restaurant portugais bien connu des résidents de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à Montréal. Peu avant 19 h 30, le feu a débuté au sous-sol du commerce situé dans un bâtiment de trois étages, à l’angle des rues Rachel et De Bullion. Les pompiers ont rapidement été dépêchés sur les lieux. À leur arrivée «une épaisse fumée sortait de la fenêtre du sous-sol», a indiqué le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), Martin Farmer. Les huit locataires des appartements situés au deuxième et troisième étage de l’édifice avaient déjà évacué les lieux. Pendant ce temps, le feu s’est légèrement propagé au premier étage, où se trouve la rôtisserie. Les résidents de l’endroit devaient regagner leur logement au courant de la soirée samedi. L’incendie n’a fait aucun blessé et les flammes ont rapidement été maîtrisées par les pompiers. Le feu a débuté en raison d’une surcharge du panneau électrique au sous-sol, a confirmé le SIM en fin de soirée.

6 janvier 2013 : Vingt-quatre personnes ont été évacuées lorsqu’un incendie s’est déclaré dans un immeuble à logements de la rue des Franciscains, à Québec, tôt matin. Les flammes ont pris naissance à l’arrière d’un bâtiment de huit logements, vers 1 h. À l’arrivée des pompiers, une importante colonne de fumée se dégageait de l’immeuble et des flammes étaient présentes sur les quatre étages. «Sous l’effet de la chaleur dégagée par l’incendie, des fenêtres des bâtiments voisins ont éclatées et le feu s’est propagé aux fils électriques qui étaient dans la ruelle», a précisé Simon Bolduc, porte-parole du Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec. Personne n’a été blessé et l’incendie, dont les dommages sont évalués à plus de 500 000 $, a été maîtrisé environ deux heures après l’apparition des flammes. La Croix-Rouge a été appelée sur les lieux et a pris en charge douze sinistrés.

6 janvier 2013 : Les changements controversés apportés à l’assurance-emploi par le gouvernement conservateur cet été sont entrés en vigueur. À l’occasion, Ottawa a lancé le service Alerte-Emploi, qui fait partie de la réforme. Avec ce nouveau service, deux fois par jour, les prestataires recevront par courriel des avis d’offres d’emplois qui correspondent à leurs compétences. «Le nouveau service Alerte-Emploi est une composante importante du plan de notre gouvernement visant à aider les Canadiens et les Canadiennes à trouver un emploi dans leur région, a indiqué la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, Diane Finley. Selon les consignes du gouvernement, une «recherche d’emploi raisonnable» doit aussi miser sur le réseautage et la préparation de bons curriculum vitae et lettres de présentations. Les prestataires de l’assurance-emploi pourraient perdre leur cotisation s’ils ne sont pas en mesure de démontrer qu’ils font une recherche d’emploi raisonnable. Le nouveau système établit des mesures particulièrement sévères pour les chômeurs qui ont reçu des prestations à trois reprises, pour un total de 60 semaines, sur une période de cinq ans. Ces utilisateurs fréquents auront désormais six semaines pour se trouver du travail dans leur domaine. Au-delà de cette période, ils devront accepter un emploi, même si la rémunération ne correspond qu’à 70 % de leur salaire précédent. Le gouvernement fédéral estime qu’avec ces nouvelles mesures, les contribuables canadiens économiseront 33 millions par an. Les nouvelles mesures, qui font partie de la loi omnibus C-38, ont suscité la controverse depuis leur adoption en juin. La CSN avait déclaré qu’en obligeant les chômeurs à accepter un emploi moins bien rémunéré, la nouvelle loi était «un déni de démocratie». Les opposants à la réforme de l’assurance-emploi ont aussi dénoncé la non-reconduction, en septembre 2012, du projet-pilote des cinq semaines supplémentaires, qui permettaient d’éviter aux travailleurs saisonniers une période creuse sans revenu.

6 janvier 2013 : Il n’y a pas que les partisans qui se réjouissent de la fin du lock-out de la Ligue nationale de hockey, mais également tous les commerçants, restaurants et hôtels. Pour eux, 2012 n’a pas été facile, toutefois l’année 2013 s’annonce plus fleurissante. Au centre-ville de Montréal, où se trouve le Centre Bell, ce sont environ 3500 commerces qui se réjouissent de cette nouvelle. Pour Peter Sergakis, président de l’Union des tenanciers de bars du Québec, il s’agit d’une nouvelle exceptionnelle. «On est content pour nos employés parce qu’on avait dû couper les heures et qu’on avait dû faire des mises à pied et là, on va les rappeler», explique M. Sergakis, visiblement heureux du règlement du conflit. Au cours des derniers mois, il y aurait eu une baisse d’achalandage de près de 40% dans les établissements licenciés, aux dires du président de l’UTBQ. Depuis l’annonce du lock-out, il aurait également été obligé de mettre à pied 15% de son personnel estimé à près de 1600 employés. Du côté de l’hôtel Marriott situé tout près du Centre Bell, on avait remarqué une importante baisse du nombre de réservations que l’on évalue à environ 15%.

7 janvier 2013 : La firme comptable Deloitte mandatée par le gouvernement fédéral pour passer au peigne fin les finances de la réserve d’Attawapiskat, en Ontario, affirme que des millions de dollars de fonds publics auraient été utilisés par le conseil de bande sans qu’il y ait de pièces justificatives pour appuyer ces dépenses. L’entourage de la Chef d’Attawapiskat, Theresa Spence, qui a entamé une grève de la faim le 11 décembre sur l’île de Victoria à Ottawa, a affirmé que la diffusion soudaine de ce rapport n’était rien de plus qu’une «diversion», une campagne «pour discréditer Chef Spence». Selon le rapport, l’utilisation de près de 104 millions $ versés à Attawapiskat par le gouvernement entre avril 2005 et novembre 2011 n’a pas été adéquatement appuyée par des documents appropriés. Il s’agirait, selon la firme indépendante, de 400 à 505 transactions. «En moyenne, 81 % des dossiers n’ont pas de pièces justificatives adéquates, et dans plus de 60 % des cas, il n’y avait pas de document pour expliquer les raisons des paiements», a écrit Serge Desroches, un partenaire chez Deloitte. «La sortie de cet audit controversé n’est rien d’autre qu’une diversion des vrais enjeux. Elle a pour objectif de discréditer Mme Spence qui se bat pour une cause plus large, au péril de sa vie», a déclaré l’équipe de la chef en grève de la faim. Mme Spence est à la tête de la communauté d’Attawapiskat depuis 2010. Elle a été sous-chef de 2007 à 2010. Le mouvement «Idle No More», qui multiplie les manifestations au pays se rallie à la cause de la chef crie qui veut également discuter avec Stephen Harper des traités historiques signés entre les Premières Nations et la Couronne qui, selon elle, sont bafoués par Ottawa. Elle s’oppose aux dispositions de la nouvelle loi C-45 qui redéfinissent la notion des eaux navigables et changent aussi le mode de consultation des communautés quand des terres de réserves sont vendues ou louées.

7 janvier 2013 : Le juge Michel Girouard de la Cour supérieure a été suspendu temporairement de ses fonctions, selon ce qu’a affirmé lundi le conseil canadien de la magistrature. Le juge en chef de la Cour supérieure a porté plainte officiellement contre le juge Girouard, ce qui a mené à sa suspension temporaire. Selon un délateur, le juge aurait déjà acheté de la cocaïne à un fournisseur touché par l’Opération Écrevisse de la Sûreté du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Malgré sa suspension, le juge Girouard continuera de gérer ses dossiers. Un autre juge, Marc Grimard de la Cour du Québec, est aussi visé par les allégations du délateur. Pour le moment, ce dernier est toujours sous enquête, mais ne fait l’objet d’aucune plainte. Dans un communiqué, la Cour du Québec a dit prendre très au sérieux les allégations contre le juge Grimard, mais s’est refusée à tout commentaire sur ce dossier. La nomination de Michel Girouard a eu lieu en 2010, alors que M. Grimard a été nommé juge en 2004. L’opération Écrevisse de la SQ avait abouti en 2010 à la saisie de différentes drogues et d’armes à feu ainsi qu’à l’arrestation d’une cinquantaine de personnes. Celles-ci, possiblement liées au crime organisé, auraient fait partie d’un important réseau de trafic de drogue.

7 janvier 2013 : Un ancien membre du groupe de motards criminalisés des Rockers, le club-école des Hells Angels, a été atteint de deux balles en pleine tête, lundi matin, à l’intérieur d’un commerce de plomberie de l’arrondissement d’Outremont, à Montréal. Le crime a été perpétré vers 8 h 30, au moment où Bruno Lefebvre, 43 ans, venait d’arriver sur son lieu de travail, chez Plomberie Galarneau & Frère, situé au 1184, avenue Van Horne, entre les avenues Bloomfield et de l’Épée. À ce moment, un suspect cagoulé a fait irruption à l’intérieur du commerce avant d’ouvrir le feu en direction de l’ancien motard, l’atteignant deux fois à la tête. Le tireur a pris la fuite avant l’arrivée des policiers et n’avait toujours pas été retrouvé en soirée. Le crime, bien planifié, visait spécifiquement Bruno Lefebvre. Les autres personnes qui se trouvaient dans le commerce lors des événements n’ont pas été blessées. L’une des employées, qui a assisté à la scène, a dû être transportée à l’hôpital pour traiter un violent choc nerveux. Bien connu des milieux policiers, Bruno Lefebvre avait principalement défrayé les manchettes au début des années 2000. À l’automne 2000, il aurait fait partie de ceux qui ont battu trois spectateurs lors d’un spectacle du chanteur Éric Lapointe, à l’ancien Spectrum de Montréal. L’ancien aspirant membre des Nomads était en libération conditionnelle.

7 janvier 2013 : Les taux d’occupation des civières des hôpitaux de Montréal sont toujours très élevés, selon le relevé quotidien de l’Agence de la Santé et des Services sociaux de Montréal publié lundi. Les salles d’urgences des hôpitaux de LaSalle et Saint-Luc, pour leur part, affichaient respectivement des taux d’occupation de 133 et de 100%, tandis que dimanche, elles étaient à 93 et 74%. Selon Lise Chabot, porte-parole à l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal, il y a eu une légère augmentation d’occupation dans les salles d’urgence de la métropole, lundi matin. «Mais on a vu une diminution en fin de semaine. Ça n’a rien à voir avec ce que c’était la semaine dernière.» Le taux d’occupation au Centre hospitalier de St. Mary était évalué à 193%, un chiffre un peu moins élevé que dimanche. Personne à l’hôpital de St. Mary n’a été en mesure de répondre aux questions du 24h, par manque de temps. Les hôpitaux de Verdun, du Sacré-Cœur de Montréal, Fleury, l’Hôtel-Dieu, Maisonneuve-Rosemont, l’Hôpital général du Lakeshore, et l’Hôpital général de Montréal affichaient toujours des taux en haut de 150%. Dû à un pic de grippe et de gastro-entérite, les salles d’urgence de la province débordent depuis plusieurs jours. La situation devrait se rétablir peu à peu, le nombre des inscriptions aux urgences pour le syndrome d’allure grippale étant en baisse, selon ce que le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé dimanche. Dans les centres hospitaliers de la région de Lanaudière, le taux d’occupation des civières était à 164%. Dans les Laurentides, la moyenne d’occupation était fixée à 171%. L’urgence de Mont-Laurier, qui affichait un taux de 280%, était particulièrement critique. Du côté de la région de Québec, vers midi lundi, la situation était semblable à dimanche, et les taux variaient entre 117 et 148% dans les salles d’urgence du CHU de Québec. Pour ce qui est des CSSS et de l’hôpital Jeffery Hale, l’occupation était de moins de 100%.

Pour compléter la lecture : 8 janvier – 14 janvier 2013.

Nos sources :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>