Ligne du temps : 2012

8 octobre – 14 octobre

8 octobre – 14 octobre

C'est arrivé au Québec du 8 octobre jusqu'au 14 octobre 2012

Voir aussi : semaine précédente du 1er octobre jusqu'au 7 octobre 2012

8 octobre 2012 : Le maire de Saint-Constant, Gilles Pepin, a fait une sortie en règle contre l'Unité permanente anticorruption (UPAC). Dans une entrevue accordée à TVA Nouvelles, il a qualifié de «cavalière» l'intervention de l'UPAC au domicile du maire de Laval, Gilles Vaillancourt, jeudi dernier. Le maire de Saint-Constant a lui aussi fait l'objet de perquisitions de la part de l'UPAC en février dernier. Tout comme chez le maire de Laval, les agents de l'escouade Marteau ont fouillé sa résidence privée et son lieu de travail, l'hôtel de ville de Saint-Constant. Ce sont des allégations de financement électoral illégal qui aurait attiré l'équipe de l'UPAC chez lui. Neuf mois plus tard, M. Pepin continue de clamer son innocence, en plus de dénoncer les méthodes utilisées par l'UPAC. L'UPAC n'a pas voulu réagir à cette sortie du maire Pepin, l'enquête le concernant étant toujours en cours.

8 octobre 2012 : Un incendie majeur a fait rage, dans l'ancienne usine du fabricant de papier monnaie Spexel située sur la rue Mill, à Beauharnois, en Montérégie. Les flammes ont pris naissance aux environs de 21h, dans l'une des ailes du bâtiment désaffecté, a indiqué Jean-Maurice Marleau, directeur du Service de sécurité incendie de Beauharnois. À l'arrivée des pompiers, les flammes sortaient déjà du toit et des fenêtres des étages supérieurs. «Le feu serait d'origine criminelle vu qu'il n'y avait pas d'électricité dans le bâtiment», a mentionné M. Marleau, ajoutant qu'il s'agissait du deuxième incendie en deux mois dans cet immeuble. L'édifice incendié, d'une grande superficie, appartenait jusqu'en 2004 à la papetière Spexel, qui a imprimé pendant des décennies des billets de banque canadiens. L'usine avait fermé ses portes au printemps 2004, provoquant la perte de 110 emplois.

8 octobre 2012 : Une femme dans la quarantaine est décédée après avoir été retrouvée inanimée dans une résidence en flamme sur la rue Monseigneur-Bégin dans l'arrondissement Jonquière, à Saguenay. Les pompiers ont été appelés à répondre à une alerte concernant un début d'incendie au 3893, Monseigneur-Bégin. En arrivant sur les lieux, les pompiers ont découvert la présence d'une personne de sexe féminin. La dame n'a pu échapper à la mort, malgré les manœuvres de réanimation qui ont été entreprises sur place par les secours. Une enquête a été ouverte afin de trouver la cause de l'incendie et du décès de la femme. Le coroner Sylvain Truchon a été mandaté au dossier.

9 octobre 2012 : Un résidant de Québec se retrouve en prison pour avoir battu son chat. Les faits se sont déroulés dimanche soir, rue Sainte-Ursule, dans le Vieux-Québec. Des témoins ont appelé les policiers pour leur dire qu'un homme battait son chat à coups de pied. Voyant arriver les policiers, Louis Bourque, 41 ans, s'est empressé de rentrer dans son logement, où les policiers l'ont rejoint. Il a résisté à son arrestation, mais les policiers l'ont maîtrisé et conduit à la centrale de police du parc Victoria. Quant à l'animal, il était tellement mal en point qu'on a dû l'euthanasier. Bourque a donc comparu sous une accusation de cruauté envers un animal. Mais, puisque qu'il était tenu de garder la paix à la suite d'une affaire de voies de fait qui remonte au mois dernier, le juge a refusé de le remettre en liberté.

9 octobre 2012 : Un homme de 23 ans lutte pour sa vie, quelques heures après avoir été atteint de deux projectiles d'arme à feu en pleine rue, dans l'est de Montréal. La tentative de meurtre est survenue un peu avant 16 h, à l'intersection de la 57e avenue et de la 4e rue, au beau milieu d'une zone scolaire, dans l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. La victime se trouvait à ce moment à bord d'un véhicule, une Toyota Corolla, lorsqu'une seconde voiture s'est approchée. L'un des occupants aurait alors ouvert le feu en direction de la Toyota. La victime ciblée par le ou les tireurs a été atteinte à deux reprises au dos. Le jeune homme a tout de même réussi à prendre la fuite en voiture pour se rendre dans une station-service située un kilomètre plus loin, sur le boulevard Maurice-Duplessis. C'est de là que les secours ont été contactés et la victime transportée d'urgence à l'hôpital. Les autorités ont fait savoir que l'homme ciblé par cette tentative de meurtre est connu des milieux policiers, notamment en matière de crimes violents. Les premiers éléments d'enquête recueillis laissent croire aux policiers que le crime serait relié au monde des gangs de rue.

9 octobre 2012 : Les policiers ont réalisé un beau coup de file, à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, en arrêtant cinq individus soupçonnés de faire partie d'une organisation criminelle spécialisée dans le trafic de produits illégaux du tabac. La frappe, à laquelle participaient des policiers de la Gendarmerie royale du Canada et de la Sûreté du Québec, a permis la saisie de 734 caisses de cigarettes de contrebande, 150 000$ en argent comptant, cinq armes à feu, de même que plusieurs véhicules. Ces saisies s'ajoutent aux 667 caisses de cigarettes illégales, aux véhicules, aux bateaux et aux véhicules tout-terrain confisqués en cours d'enquête. Ce sont des informations du public qui ont mis les policiers sur la piste de cette organisation criminelle. Les suspects appréhendés pourraient être accusés en vertu de la Loi de 2001 sur l'accise en plus de faire face à des accusations notamment de complot, de gangstérisme ainsi que de possession de produits de la criminalité.

9 octobre 2012 : Le gouvernement péquiste a confirmé ce matin, lors du Sommet international des coopératives, qu'il allait de l'avant dans l'étude de préfaisabilité d'une usine d'engrais azotés à Bécancour, évaluée à 20 millions $. C'est ce qu'a annoncé le whip en chef du gouvernement, responsable de la région de la Mauricie et responsable de la région du Centre-du-Québec, Yves-François Blanchet. Le projet sera dirigé par La Coop fédérée et Indian Farmers Fertiliser Cooperative (IFFCO) en collaboration avec Investissement Québec. Le projet, qui dépend de l'obtention des permis environnementaux, permettra de compenser en partie pour les pertes d'emplois occasionnées par la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2. La construction de l'usine est prévue pour 2014, alors que la production de fertilisants devrait débuter en 2017. Près de 500 emplois seraient créés pendant la phase de construction de l'usine. Une fois en exploitation, l'usine devrait employer plus de 200 personnes. La production d'engrais de l'usine de Bécancour sera destinée au marché nord-américain où la demande est en forte croissance. La Coop fédérée distribuera le produit dans son réseau de 175 magasins dans plusieurs régions du Canada.

10 octobre 2012 : Un séisme de 4,5 sur l’échelle de Richter, dont l’épicentre se situerait à Saint-Marc-sur-Richelieu, en Montérégie, a été ressenti dans la nuit de mardi à mercredi, à 00 h 19, dans toute la région de Montréal et à Ottawa. La secousse a duré une vingtaine de secondes et aucun blessé ni dommage majeur n’avait été signalé. Une sismologue de Séismes Canada a précisé que l’épicentre se trouvait à 21 km de Saint-Hyacinthe et à 37 km de Montréal. Un institut de géophysique américain, l’U.S. Geological Survey, a pour sa part enregistré des données différentes indiquant que le séisme était de 3,9 sur l’échelle de Richter et que l’épicentre était à 9,9 km de profondeur. Selon la sismologue de Séismes Canada, la plus récente secousse ayant touché la région s’était produite en juin 2010. Elle était de magnitude 5 et son épicentre se trouvait entre Ottawa et Montréal. Selon le site internet de la Ville de Montréal,  Montréal est considérée «comme la deuxième ville canadienne après Vancouver en termes de vulnérabilité sismique en raison de sa forte densité de population et du type de sol que l’on y retrouve».

10 octobre 2012 : Québec a annoncé qu'il remplacera la taxe santé de 200 $ à compter de 2013 par une nouvelle contribution santé «équitable et progressive», qui tiendra compte de la capacité de payer des contribuables. Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, a affirmé en conférence de presse que cette mesure «permettra de soulager 3,1 millions de Québécois de la classe moyenne», soit la moitié des contribuables. L'objectif, a-t-il insisté, est de «redonner de l'oxygène aux moins nantis», tout en demandant un effort supplémentaire aux gens ayant un revenu plus élevé. Selon Québec, près de 900 000 personnes de plus qu'actuellement seront pleinement exemptées du paiement de la taxe santé, et 2,2 millions de personnes additionnelles verront leur contribution réduite. Les contribuables gagnant 18 000 $ ou moins par année, soit le salaire minimum, n'auront plus à contribuer. Les individus qui gagnent entre 20 000 $ et 40 000 $ verront leur contribution passer de 200 $ à 100$ et, enfin, les contribuables gagnant 130 000 $ et plus conserveront une contribution à hauteur de 200 $ pour commencer, contribution qui augmentera graduellement pour atteindre un maximum de 1000 $.

11 octobre 2012 : Avec sa structure très fenestrée faite d'acier et en bois tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, le concept du nouvel amphithéâtre de Québec vient d'être dévoilé, à l'hôtel de ville de Québec. Le nouvel amphithéâtre de 18 000 places sera de forme ovale, avec une façade très vitrée et une partie en bois rectangulaire. On le décrit comme un monument inspiré de l'hiver, festif et sensationnel. La neige a en effet orienté le concept architectural, a expliqué François Moreau, architecte principal du projet. L'amphithéâtre est sculpté à l'image des congères ou bancs de neige. La façade du hall d'accueil reprend cette image, peut-on lire dans les documents remis jeudi matin. Le bâtiment sera divisé en trois volumes distincts : l'amphithéâtre, le hall d'accueil et l'administration et le restaurant sportif. Deux bandeaux irréguliers de fenêtres offriront une des plus belles vues sur la ville de Québec, à partir du hall et du restaurant. De nuit, ces bandeaux illuminés mettront en relief les congères.

11 octobre 2012 : Le Service de police de Sherbrooke a ouvert une enquête interne pour faire la lumière sur une affaire surprenante : Un policier de Sherbrooke a eu la très mauvaise surprise, la semaine dernière, de trouver des excréments dans sa boîte à lunch, alors qu'il était à la cafétéria du poste de police. En conséquence, la division des normes professionnelles a décidé de faire enquête. La direction de la police de Sherbrooke n'a donné que très peu de détails sur cette affaire nauséabonde. Le policier visé est un patrouilleur au sein de l'organisation policière. «Il s'agit d'un geste unique. C'est du jamais vu au SPS.

11 octobre 2012 : Un chargement contenant de la marchandise radioactive dort dans le Port de Montréal depuis le printemps dernier, a révélé la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN), ce matin. La CCSN a dit avoir délivré un ordre à Hanjin Shipping Canada, une entreprise qui offre des services de transport de marchandises par fret, afin qu'elle retire «les marchandises contaminées qu'elle a apportées au Canada d'ici le 26 octobre 2012». «Un chargement a déclenché l'alarme du système de détection des radiations de l'Agence des services frontaliers du Canada à son arrivée au Port de Montréal», a précisé la CCSN, jeudi, ajoutant que «l'ordre a été délivré le 5 octobre à la suite d'une inspection qui a permis de confirmer que des articles de cuisine dans un conteneur étaient contaminés au cobalt-60». La Commission a toutefois souligné que les marchandises contaminées, «là où ils sont entreposées actuellement, ne posent pas de risque immédiat pour la santé et la sécurité des travailleurs et de la population ou pour l'environnement». Dans son ordre remis à Hanjin, la CCSN soutient quand même que «la substance nucléaire introduite au Canada par Hanjin pose un risque déraisonnable pour l'environnement et pour la santé et la sécurité des personnes si elle demeure au Canada pendant une période de temps prolongée». Le conteneur contaminé est entré dans le Port de Montréal «en mai 2012 ou autour de mai 2012», a précisé la Commission sans indiquer, toutefois, de quel pays il provenait.

11 octobre 2012 : Kellogg a rappelé quelques saveurs de sa populaire céréale Mini-Wheats, de crainte que la céréale contienne des fragments métalliques provenant d'une pièce défectueuse de la chaîne de production. La compagnie a volontairement rappelé environ 3 millions de boîtes de céréales grand format de Mini-Wheats, givrés ou non givrés, vendues au Canada, aux États-Unis et au Mexique. Les céréales qui font l'objet d'un rappel au Canada sont les Mini-Wheats givrage original et les Mini-Wheats saveur de cassonade, dont les dates de péremption sont le 1er avril et le 29 juillet 2013. La liste des produits Kellogg Canada qui sont rappelés est disponible sur le site de L'Agence canadienne d'inspection des aliments, à l'adresse : active.inspection.gc.ca Les Canadiens qui ont des questions peuvent également appeler Kellogg Canada au 1-888-876-3750.

12 octobre 2012 : Le gouvernement Marois, « sensible à la détresse des femmes et des enfants » en Afrique, distribuera une aide totalisant 300 000 $ à des organisations humanitaires œuvrant en République démocratique du Congo. La première ministre du Québec a souligné l’engagement d’Oxfam-Québec, dont les intervenants sont implantés depuis 1984 dans ce pays d’Afrique centrale, autrefois appelé le Zaïre. Pauline Marois, la seule femme chef de gouvernement au Sommet de la Francophonie à Kinshasa, a également indiqué qu’une partie de cette aide sera consacrée à une maison d’accueil pour les femmes violentées, à Beni dans la province du Nord-Kivu, une zone de conflit. Le Québec va verser une partie de cette somme à l’organisme Développement et Paix en RDC, afin d’améliorer les conditions de vie de 425 familles déplacées au Nord-Kivu.

12 octobre 2012 : Le gouvernement du Québec a annoncé la création d'un fonds de diversification économique de 200 millions $ sur cinq ans pour les régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie. «Par ce fonds, le gouvernement tient son engagement de soutenir l'économie de ces régions dans la transition qui suivra le déclassement de la centrale nucléaire de Gentilly-2», a déclaré Élaine Zakaïb, la ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec. La mise en place d'une table régionale de diversification économique rassemblant des experts permettra, selon la ministre, d'identifier les créneaux porteurs et de susciter des projets d'investissement.

12 octobre 2012 : Une opération menée par l'Escouade régionale mixte Gangs de rue Montérégie, dirigée par le Service de police de Longueuil, a mené à l'arrestation de 14 personnes et à la saisie de drogue et de matériel d'une valeur d'environ 1,3 million $. Les perquisitions ont eu lieu simultanément dans trois résidences situées à Marieville, Chambly et Saint-Basile-le-Grand. L'opération a été réalisée en partenariat avec la Sûreté du Québec (SQ), le Service de police de Longueuil et la Régie intermunicipale de Richelieu-Saint-Laurent. La frappe a de plus permis l'arrestation de la tête dirigeante du réseau. Au total, plus de 40 000 comprimés de méthamphétamines, ainsi que 75 kg de cannabis ont été saisis. Un véhicule a également été saisi en tant que bien infractionnel, de même que 40 000 $ en argent canadien, ainsi qu'une arme à feu prohibée. Un laboratoire de stupéfiants a aussi été démantelé.

13 octobre 2012 : Pauline Marois a dit être satisfaite de son premier contact avec Stephen Harper. Le ton de leurs échanges était «même presque chaleureux», a-t-elle confié, à l'issue d'un entretien qui a eu lieu en sol étranger. «Ça a été une excellente rencontre. J'ai offert à M. Harper toute la collaboration du Québec pour que les Québécois soient bien servis», a indiqué la première ministre du Québec. «Nous avons convenu ensemble que lui, étant fédéraliste, et moi, étant souverainiste, il était possible cependant pour l'intérêt des Québécois d'arriver à des ententes pour le respect de nos compétences».  Elle dit avoir senti que son homologue canadien «était prêt à entendre le point de vue du Québec» au cours de cet entretien privé d'environ 25 minutes, qui s'est déroulé au luxueux hôtel Fleuve Congo à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), pays hôte du Sommet de la Francophonie. Mme Marois n'a pas manqué de rappeler au premier ministre du Canada qu'elle était à la tête d'un gouvernement souverainiste et qu'elle travaillerait au respect des champs de compétence du Québec, se gardant toutefois de préciser ses futures demandes. Il n'a donc pas été question de culture ni de rapatriement de l'assurance-emploi. «Il (M. Harper) a répété qu'il souhaitait aussi que les compétences québécoises soient respectées, et nous nous en sommes arrêtés là». Parmi les rares dossiers dont il a été question, Mme Marois a évoqué l'Accord Canada-Europe, le gisement pétrolier Old Harry et le dossier de l'amiante. «J'ai offert que nous travaillions ensemble à la diversification économique de la région de Thetford Mines et d'Asbestos». À l'instar du président de la France et d'autres chefs d'État, M. Harper et Mme Marois ont tour à tour dénoncé publiquement les violations des droits de la personne en Afrique, visant clairement la RDC, qui a un sombre bilan à ce chapitre.

biosphere et parc jean drapeau

La Biosphère et le parc Jean-Drapeau en octobre. Photo : © GrandQuebec

13 octobre 2012 : Les quelque 8000 personnes qui ont participé à la course Color Run à Montréal, en sont ressorties complètement multicolores. La course de 5 kilomètres a eu lieu sur le circuit Gilles-Villeneuve au parc Jean-Drapeau dans une atmosphère survoltée et très salissante. En effet, lorsque les coureurs, habillés d'un chandail blanc, arrivent à quatre points différents sur le parcours, ils sont aspergés de fécule de maïs colorée. Le but? Terminer la course en étant couvert de multiples couleurs. Les organisateurs donnent même un sachet de fécule de maïs colorée à chaque participant. Celui-ci doit être lancé à la fin, pour terminer la course dans un grand nuage de couleur. «C'est pour la folie qui règne dans des événements comme ça. C'est un nuage de folie qui se passe ici. Je n'ai jamais ri autant pendant une course. Je n'ai jamais pris autant de temps pour courir une course. Je n'avais pas le goût d'arriver», a raconté un coureur, complètement couvert de fécule de maïs. Le Color Run est un événement qui se déroule dans différentes grandes villes à travers le monde, dont San Diego, Hawaï et Washington. À chaque arrêt, la course s'associe avec une cause locale pour amasser des fonds. À Montréal, les dons recueillis iront à la Fondation des Canadiens pour l'enfance. L'instigateur de l'événement, un Américain, a organisé cette course ludique dans le but de faire bouger les familles.

14 octobre 2012 : Montréal compte maintenant une section officielle du parti Aube Dorée grec. Aube dorée a fait campagne avec une plateforme électorale anti-immigration et selon l'agence Reuters, le parti «veut vider la Grèce de tous les étrangers, incluant les immigrants qui "puent"». Reuters rapportait en avril qu'Aube dorée niait être un parti nazi, «mais son chef, Nikolaos Mihaloliakos, s'était présenté au conseil municipal d'Athènes (en 2011) en faisant le salut nazi». Nous ne sommes pas contre l'immigration légale, dit-il. Ce qui se produit actuellement, c'est que des criminels de pays du Moyen-Orient et d'Afrique s'évadent en Grèce et commettent des crimes. Qu'est-ce que nous devons faire avec ces personnes? Dire merci? Nous n'en voulons plus. Nous voulons qu'ils retournent tous d'où ils viennent.» Neuf immigrants illégaux sur 10 qui sont entrés dans l'Union européenne en 2010 sont débarqués en Grèce et ils arrivaient surtout de la Turquie, par terre ou par mer, selon Reuters. Des militants montréalais des droits de la personne et d'autres organisations communautaires ont dénoncé l'Aube dorée. Le président de la communauté hellénique du Grand Montréal, Nicholas Pagonis, n'hésite pas à dire haut et fort ce qu'il pense de tout cela : «Aube dorée est un parti néo-nazi, a déclaré samedi M. Pagonis lors d'une entrevue avec l'Agence QMI. C'est un parti raciste. Il est contre l'immigration et (le parti en Grèce) a opté pour la violence dans le cadre de ses activités.» Il ajoute que son organisation, qui administre des établissements éducatifs et religieux de même que des organismes de charité partout à Montréal, va consacrer une partie de sa prochaine réunion, qui aura lieu la semaine prochaine, pour discuter de l'antenne montréalaise d'Aube dorée.

14 octobre 2012 : Plus de 500 personnes sont attendues à partir de lundi au Square Victoria en souvenir du mouvement Occupons Montréal, qui avait débuté il y a un an. Des militants ont planifié une journée dont le programme reste secret. Ils veulent «retourner travailler contre le 1%», d'après le porte-parole Éric Bouthillette. «C'est de la désobéissance civile qu'on fait», a-t-il dit pour justifier le mystère qui plane autour de cette journée Place du peuple.

14 octobre 2012 : Après avoir refusé de rencontrer le président contesté de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila, Pauline Marois a accepté l'invitation de son premier ministre et lui a offert le soutien du DGE du Québec. La première ministre du Québec, qui voulait envoyer un signal clair en refusant de s'entretenir en privé avec le président de la RDC – dont la réélection entachée d'irrégularités a provoqué des violences, et dans un État où les violations des droits de la personne sont légion – a cru bon de livrer son message en personne à un représentant officiel du pays hôte du Sommet de la Francophonie. Le premier ministre Augustin Matata Ponyo, issu du parti présidentiel et ancien ministre des Finances, a été nommé en avril dernier.  Pauline Marois aura eu l'occasion, pendant le Sommet de la Francophonie qui s'est conclu dimanche, de s'entretenir avec de nombreux chefs d'État. Outre ses échanges avec le président de la France, François Hollande qu'elle reverra de façon plus officielle à l'Élysée, elle a notamment rencontré les chefs de gouvernement d'Haïti, de la Tunisie et du Sénégal. Dans la Déclaration finale de Kinshasa, les pays de la Francophonie se sont entendus pour prôner une réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies qui permettrait «une représentation permanente et équitable» de l'Afrique dans les organes de décision sans toutefois réclamer directement un siège permanent.

Voir aussi : la période du 15 octobre jusqu'au 21 octobre 2012.

Les sources d'infos pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>