Ligne du temps : 2012

22 novembre – 30 novembre

22 novembre – 30 novembre

C’est arrivé au Québec du 22 novembre jusqu’au 30 novembre 2012

Voir aussi : semaine précédente du 15 novembre jusqu’au 21 novembre 2012

22 novembre 2012 : La ligne de tramway René-Lévesque sera en service en 2017, a assuré le candidat à la mairie Projet Montréal, Richard Bergeron. Le chef de la deuxième opposition à l’Hôtel de ville de Montréal a présenté les grandes lignes de son projet à des étudiants de l’École de technologie supérieure. Six lignes de tramway seraient construites dans la métropole, d’après le projet. Le tramway circulerait sur le chemin de la Côte-des-Neiges, l’avenue du Mont-Royal, les boulevards René-Lévesque, ainsi que dans le Vieux-Montréal et jusqu’à Point-Saint-Charles. Le réseau serait complété vers 2919 ou 2020.

22 novembre 2012 : Un des policiers les plus connus du Canada, le Montréalais Albert Lisacek, s’est éteint à 79 ans des suites d’un cancer. Les criminels le craignaient, le grand public suivait ses aventures comme une série policière. Le sergent-détective Albert Lisacek a été à l’avant-scène des affaires policières à Montréal entre 1956 et 1981. Surnommé le Kojak québécois, il avait la réputation d’être parmi les plus durs policiers au pays. Ses 25 ans de carrière à la Sûreté du Québec, dont 12 à l’escouade des vols à main armée, ont été jalonnés de descentes musclées et d’arrestations spectaculaires. «À l’époque, il y avait des vols de banque tous les jours. Les mesures de sécurité n’étaient pas les mêmes, les caissiers gardaient l’argent au comptoir, dans les tiroirs», racontait M.Lisacek au Journal de Montréal à l’occasion de son 75e anniversaire, en 2008. Albert Lisacek a été un acteur marquant de la Crise d’octobre. Il a été le premier à entrer dans la maison de la rue Armstrong, à Saint-Hubert, où Pierre Laporte a été séquestré avant d’être assassiné par des membres de la cellule de financement Chénier du Front de libération du Québec (FLQ). C’est aussi lui qui a arrêté les felquistes Jacques Rose et Francis Simard à Saint-Luc. Albert Lisacek a consacré une bonne partie de sa carrière à traquer le criminel Richard Blass. Le «Chat», comme on le surnommait, est à l’origine d’un des plus sanglants règlements de compte de l’histoire de Montréal : le meurtre de 13 personnes dans l’incendie du bar Gargantua, en janvier 1975.

22 novembre 2012 : Le nombre des homicides intrafamiliaux a diminué du tiers depuis 30 ans, peut-on lire dans le rapport rendu public par le ministre de la Santé, Réjean Hébert. On en compte encore en moyenne entre 30 et 35 annuellement. En 2011 ce type de crime représentait un peu plus du tiers (35 %) des homicides dans la province. Pendant un an, un comité d’experts réunis au sein du Groupe de travail sur les homicides intrafamiliaux s’est donc penché sur le phénomène dans le but de trouver des pistes de solutions. Il a officiellement déposé son rapport ce matin. Parmi les 38 recommandations proposées dans ce rapport, on demande d’ailleurs d’augmenter les ressources disponibles pour les hommes en difficulté. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, en a profité pour annoncer une aide supplémentaire de 1,16 million $ pour aider ce type d’organisme. Pour l’organisme AutonHommie qui vient en aide aux hommes en détresse psychologique, le rapport est un pas dans la bonne direction.

23 novembre 2012 : Les cinq élus de l’arrondissement de L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève ont quitté à leur tour Union Montréal, pour devenir indépendants. Le conseiller de ville Richard Bélanger et les conseillers d’arrondissement Éric Dugas, Diane Gibb, Christopher Little ainsi que François Robert ont choisi de déserter en bloc l’ancien parti de Gérald Tremblay. De plus en plus d’indépendants se joignent au nouveau maire Michael Applebaum qui a lui-même quitté son parti le 9 novembre dernier. «Ce qui nous motive à démissionner, c’est qu’avec toutes les allégations qu’on entend à la commission Charbonneau depuis des semaines, nous on se sentait très mal à l’aise de continuer de siéger avec Union Montréal. Ce n’est que des allégations, mais on ne se sent pas à l’aise», a dit l’élu démissionnaire d’Union Montréal, Richard Bélanger. Ces nouveaux départs portent à 23 le nombre de conseillers de ville au sein d’Union Montréal et à 24 le nombre de conseillers d’arrondissement.

23 novembre 2012 : Au moins deux provinces canadiennes saluent l’initiative Québec-Alberta d’examiner la possibilité le transporter le pétrole albertain vers Montréal. La Nouvelle-Écosse et le Manitoba y voient une occasion de renforcer la «sécurité énergétique» du pays. «Inverser le flux du pétrole dans le pipeline (Sarnia Montréal) ouvre la possibilité de le transporter jusque dans les provinces de l’Atlantique […] C’est une chance réelle de renforcer la sécurité énergétique du pays», estime le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger. «Les infrastructures énergétiques sont importantes pour soutenir notre développement économique», a pour sa part indiqué le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Darrel Dexter, hôte de la rencontre du Conseil de la fédération qui a réuni, à Halifax, les premiers ministres des 10 provinces, dont Pauline Marois, et des trois territoires canadiens. Le premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall a choisi de rester à Regina et de participer à la rencontre par conférence téléphonique. Pauline Marois et son homologue albertaine Alison Redford ont convenu de créer un groupe de travail devant examiner la faisabilité de transporter le pétrole provenant des sables bitumineux de l’Alberta vers le Québec où il serait raffiné.

24 novembre 2012 : Un incendie criminel est survenu, dans le quartier Rivière-des-Prairies, à Montréal, à la résidence de l’avocat criminaliste Joseph La Leggia, victime d’une agression sauvage en 2010. L’incendie de nature criminelle était survenu vers 3 h du matin dans un abri tempo situé devant une demeure de la rue où réside Me La Leggia. Un suspect aurait mis le feu à des objets, a raconté le porte-parole du SPVM Simon Delorme, précisant que l’incendie ne s’est pas propagé. Un témoin a aperçu de la fumée et a contacté les services d’urgence. La demeure n’a subi aucun dommage. La police n’est pas en mesure de confirmer, pour le moment, les motifs de cet acte criminel. Une enquête a été ouverte afin de faire la lumière sur cet événement et le suspect, un homme à la peau noire, est recherché. Me Joseph La Leggia a représenté, au cours de sa carrière, divers membres de gangs de rues et du crime organisé. Le 14 décembre 2010, l’avocat avait été battu avec un objet contondant devant sa résidence. Il avait dû être hospitalisé durant un long moment pour des blessures au crâne et aux jambes.

24 novembre 2012 : Alors que le gouvernement demande aux médecins de reporter leur hausse de salaire, les dernières statistiques montrent que la masse salariale des spécialistes a augmenté de 52 % en cinq ans seulement, pour atteindre 3,2 milliards $.

25 novembre 2012 : Les autorités suisses enquêtent sur des transferts irréguliers totalisant 139 millions $ impliquant la firme d’ingénierie canadienne SNC-Lavalin. Selon des informations obtenues par RTS Info et Radio-Canada, ces «transferts suspects» seraient passés par la Banque privée suisse EFG dans des comptes liés à des compagnies incorporées établies aux Îles Vierges britanniques, un paradis fiscal. Il s’agirait de montants impayés par le régime de l’ex-président libyen Mouammar Kadhafi, dus à SNC-Lavalin en lien avec le projet de Grande rivière artificielle. Les enquêteurs cherchent à savoir où sont allés ces paiements. Ils pourraient avoir transité par des comptes reliés à deux sociétés, Duvel Securities et Dinova. Un avocat de Genève, qui aurait participé au montage, est également dans la mire des autorités suisses. La moitié des sommes serait allée à SNC-Lavalin, tandis que les montants restants auraient été versés à des intermédiaires proches du régime de Kadhafi par l’ancien vice-président de SNC-Lavalin, Riadh Ben Aïssa, pour faire avancer la situation concernant ces sommes impayées, selon des sources de RTS Info. M. Ben Aïssa, un Canado-Tunisien, est détenu en Suisse, où il a été arrêté en avril dernier dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption.

25 novembre 2012 : Une tragédie a été évitée de justesse, ce soir à Lévis, alors qu’un conducteur d’autobus a été foudroyé par une crise cardiaque alors qu’il avait le pied sur l’accélérateur. L’autobus transportait des jeunes hockeyeurs âgés de 9 à 10 ans accompagnés de quelques parents. Ils étaient sur la route Lagueux dans le secteur de Saint-Étienne-de-Lauzon à Lévis, en direction de Charlevoix, après une victoire de hockey. Les Rorquals de Charlevoix ont eu toute une frousse lorsque l’autobus s’est mis à dévier de sa trajectoire et à accélérer. L’autobus a carrément embarqué sur la chaîne de rue, sur le gazon, il a pogné deux véhicules, ensuite il a sauté sur un talus de gazon, encore une fois pogné un autre véhicule de type pick-up; je me suis dit ça y est, il s’en va direct dans la résidence, a expliqué un père qui suivait l’autobus juste derrière. Au passage, l’autobus a heurté quatre véhicules qui étaient stationnés. C’est le père d’un des enfants, Nicolas Laflamme, qui a réussi à maîtriser le véhicule quand il s’est aperçu que le conducteur ne répondait plus.  À ce moment, un autre père de famille s’est occupé de déplacer le chauffeur en crise alors que Nicolas Laflamme tentait d’appuyer le plus fort possible sur les freins.  Le conducteur, un homme de 55 ans, a été placé dans un coma artificiel, puis elle en a été sortie. Le conducteur se porte très bien et on ne craindrait plus pour sa vie.

26 novembre 2012 : La saison grippale est en avance. La semaine dernière, les laboratoires sentinelles ont détecté 33 cas d’influenza de type A et un de type B, selon les plus récentes données fournies par le ministère de la Santé. En comparaison, la saison 2011-2012 s’était amorcée à la fin de janvier 2012. Le pic d’influenza était survenu à la mi-mars. L’indice grippal est encore faible, mais en légère hausse. Des cas de grippe ont jusqu’ici été décelés à Québec et à Montréal, ainsi qu’en Mauricie/Centre-du-Québec, dans la région de Chaudière-Appalaches et en Montérégie. Depuis la fin octobre, il y a eu quatre éclosions dans des centres d’hébergement de Montréal, de Chaudière-Appalaches et de la Mauricie/Centre-du-Québec. Selon le ministère, ces éclosions hâtives rappellent l’importance de protéger rapidement les personnes les plus vulnérables contre les complications de la grippe. Il est toujours temps de recevoir le vaccin. Dans la région de Québec, 10 300 personnes ont reçu le vaccin antigrippal lors des cliniques de vaccination massive qui se sont déroulées au cours de la première semaine de novembre.

26 novembre 2012 : Près de 150 cm de neige tomberont sur Montréal durant les trois prochains mois, selon MétéoMédia. Les flocons et le froid seront donc au rendez-vous, contrairement à l’hiver dernier, qui était «une exception», d’après Bertin Ossonon, météorologue chez MétéoMédia. «On a prévu que ce serait un vrai hiver pour Montréal, a-t-il ajouté. On revient à nos hivers normaux.» Bien qu’il y aura des «poussées d’air doux», les températures avoisineront les normales de saison, avec des maximums de -4 degrés Celsius, et des minimums de -13 degrés Celsius. Les précipitations moyennes seront d’environ 144 cm au cours de trois prochains mois, et d’environ 217 cm d’ici à mai. Les températures seront probablement même plus élevées au Yukon qu’à Montréal. Si les conditions météorologiques seront normales dans la plupart des régions du Québec, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine devraient bénéficier de températures plus douces et de précipitations plus importantes que les normales saisonnières.

26 novembre 2012 : Enchantés par les gains de partis indépendantistes aux élections catalanes, des organismes souverainistes québécois estiment désormais que les Québécois devraient s’inspirer du peuple de cette région espagnole. En guise de solidarité aux Catalans, la Société Saint-Jean-Baptiste a même hissé leur drapeau rouge et jaune au centre-ville de Montréal. «Le combat du Québec pour son autodétermination c’est le combat de tous les peuples minoritaires à travers le monde», a soutenu Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, lors d’un point de presse lundi matin. Selon les dires de ce dernier, les Catalans se seraient d’ailleurs inspirés à plusieurs reprises de la loi 101. Même si le président catalan n’a pas atteint les objectifs qu’il s’était fixés lorsqu’il a déclenché ses élections et qu’il devra encore patienter avant de pouvoir déclencher un référendum, le projet est dans la bonne voie, soutiennent divers organismes, qui espèrent éventuellement voir des répercussions jusqu’au Québec.

27 novembre 2012 : Le Parti libéral se porte à la défense d’un projet de route nordique dont les coûts ont bondi de 200 millions $ et dénonce la «nouvelle entente» annoncée récemment par le gouvernement Marois. Le PQ a récemment renégocié l’entente qui liait Québec à Stornoway Diamonds. Les deux derniers segments du prolongement de la route 167 au nord de Chibougamau, dans le Nord-du-Québec, sont maintenant à la charge de l’entreprise, qui construira un chemin minier d’une seule voie. Selon le ministre des Finances, Nicolas Marceau, les contribuables économiseront ainsi 124 millions $. Cette nouvelle entente est taillée en pièce par Jean D’Amour, porte-parole libéral en matière de mines. Il accuse le gouvernement Marois de «ratatiner» le Plan Nord et de dénaturer le legs de Jean Charest. Malgré les dépassements de coûts, les Québécois en auraient eu pour leur argent avec ce «projet de société», croit M. D’Amour. Un taux d’intérêt «réduit» sur un prêt de 77 millions $ est aussi associé à un «cadeau» fait à la minière par les péquistes. Le projet initial «était d’ouvrir le Nord» et de désenclaver «les communautés nordiques», a critiqué M. D’Amour, qui n’a toutefois pas été en mesure de nommer une seule communauté désavantagée par la transformation des 100 derniers kilomètres de route en chemin minier. Le projet, initialement estimé à 260 millions $, a été réévalué à près de 472 millions $, faisant dire au ministre des Finances, Nicolas Marceau, qu’il n’était pas question de payer pour une «route dorée».

27 novembre 2012 : Le bilinguisme est de plus en plus présent dans les milieux de travail au Québec, et principalement à Montréal, selon la plus récente étude de l’Office québécois de la langue française (OQLF), publiée mardi. Le document recense différentes études menées de 1971 à 2010 et portant sur l’emploi du français au Québec. Entre 1971 et 2010, la proportion de travailleurs utilisant principalement le français a globalement progressé, passant de 69 % à 80 %. Par contre, après avoir atteint un sommet de 85 % en 1989, un léger déclin a été constaté. La proportion a perdu cinq points dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, passant de 85 %, en 1989, à 80 % en 2010. Des enquêtes réalisées en 2010 par Léger Marketing pour le Conseil supérieur de la langue française, dont les données colligées ont été utilisées dans le présent bilan, ont révélé qu’une minorité de Québécois travaille exclusivement en français. Situation très répandue sur l’île de Montréal, 63 % des travailleurs ont recours à l’anglais à divers degrés dans le cadre de leurs fonctions.

28 novembre 2012 : Le ministre de l’Environnement, Daniel Breton, traîne un passé de mauvais payeur. Il a été expulsé à deux reprises d’immeubles à logement parce qu’il ne payait pas son loyer, selon des documents administratifs consultés par TVA Nouvelles et le Journal de Montréal. En juin 2005, la Régie du logement a ordonné une première fois l’expulsion de M. Breton d’un logement de la 4e Avenue, à Montréal, parce qu’il n’avait pas payé son loyer mensuel de 425 $ au mois de mai. Son chèque « a retourné pour le motif qu’il n’avait pas suffisamment de fonds dans son compte», peut-on lire dans le jugement de la Régie du logement. Le propriétaire, William Eagan, a demandé la résiliation du bail parce que M. Breton contrevenait ainsi à une première ordonnance émise par le tribunal le 26 novembre 2004. Six mois après la signature du bail, le tribunal administratif avait ordonné à Daniel Breton de payer son loyer le 1er jour de chaque mois. En plus de l’expulsion du mauvais payeur et de la résiliation du bail, la Régie a condamné M. Breton à payer à M. Eagan la somme de 425 $, plus les intérêts. M. Eagan attend toujours de voir la couleur de cet argent. À ce moment, M. Breton était déjà directeur de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) de même que leader et porte-parole de la coalition Québec-Kyoto. En décembre 2009, Daniel Breton est condamné par la Régie du logement parce qu’il a omis de payer pendant 13 mois le loyer de son logement de la rue Adam à Montréal. Il devait la somme de 6320 $, peut-on lire dans le jugement rendu par la régisseuse Louise Fortin. La régie a donc ordonné «l’exécution provisoire, malgré l’appel, de l’ordonnance d’expulsion.» M. Breton a aussi été condamné à payer la somme de 6320 $ au propriétaire, Berthier Dubé. Le ministre de l’Environnement n’a toujours pas remboursé M. Dubé. La somme due atteint maintenant près de 8000 $. Daniel Breton, 40 ans, n’a pas eu des problèmes qu’avec la Régie du logement. Il a perdu son permis de conduire pour de multiples contraventions, notamment plusieurs excès de vitesse. La Société de l’assurance automobile du Québec s’est toutefois pliée à une ordonnance de la Cour du Québec qui, à l’été 2011, a permis à M. Breton de conduire entre 7 h et 21h. Il a invoqué le fait qu’il était chroniqueur automobile pour conserver le droit de conduire. Il collaborait alors l’Annuel de l’automobile, à Radio-Canada et au Devoir à propos des véhicules verts.

28 novembre 2012 : L’ex-grand patron de SNC-Lavalin, Pierre Duhaime, a été arrêté par l’Unité permanente anticorruption (UPAC), ce matin, sous des accusations de complot de fraude, fraude et usage de faux. «Je peux vous confirmer l’arrestation de M. Duhaime, a indiqué Anne-Frédérique Laurence, porte-parole de l’UPAC. L’intervention policière a été faite à son domicile ce matin. Il sera libéré avec promesse de comparaître, mais nous n’avons pas encore la date.» Un autre ex-dirigeant de SNC-Lavalin, Riadh Ben Aissa, est dans la mire des enquêteurs de l’UPAC. M. Riadh Ben Aïssa, ancien vice-président Construction de SNC-Lavalin, fait face aux mêmes chefs d’accusation et une procédure internationale est en cours contre lui. Les deux premiers chefs couvrent la période du 30 avril 2009 au 31 août 2011, pour fraude et supercherie, mensonge ou autre tromperie contre le CUSM. Le troisième chef touche la même période, pour un faux document dans le cadre d’un contrat avec Sierra Asset Management. Ben Aïssa, est détenu en Suisse depuis avril 2012 dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption. Pierre Duhaime a quitté SNC-Lavalin lorsque l’entreprise a levé le voile sur deux contrats obtenus de façon douteuse. Les contrats «A et B» ont été gagnés grâce à des versements inhabituels respectifs de 33,5 millions $ et de 22,5 millions $.

29 novembre 2012 : Un jeune homme lutte pour sa vie, après avoir eu la gorge tranchée au cours d’un violent conflit qui a eu lieu dans l’arrondissement de Saint-Laurent, à Montréal. L’homme de 22 ans se trouvait alors dans un appartement du carré Benoît, près de la rue Hodge. Une «dispute verbale qui a mal viré» aurait eu lieu, a indiqué Yannick Ouimet, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Trois autres personnes se trouvaient dans le logement à l’arrivée des policiers. L’homme et les deux femmes, âgés entre 25 et 30 ans, ont tous été mis en état d’arrestation. Quant à la victime, elle a été rapidement transportée à l’hôpital, où l’on craignait pour sa vie. Les policiers ne connaissaient toujours par le motif de cette violente dispute. Il semblerait que les quatre personnes se connaissaient. Les enquêteurs du SPVM étudiaient la scène et devaient rencontrer les suspects afin de mieux comprendre les causes et les circonstances de cette agression.

29 novembre 2012 : Au centre d’une controverse sur son lourd passé de mauvais payeur, le ministre de l’Environnement Daniel Breton a donné sa démission, à la première ministre Pauline Marois. «J’ai offert ma démission ce matin à la première ministre du Québec. J’ai posé ce geste, car je ne voulais pas nuire à son travail», a dit M. Breton dans une brève déclaration. Le ministre démissionnaire demeure député péquiste de Sainte-Marie-Saint-Jacques, à Montréal, la circonscription la plus pauvre au Québec, a-t-il souligné la voix éteinte, tout juste avant de se rendre au Salon bleu de l’Assemblée nationale sans répondre aux questions des journalistes. L’ex-ministre quitte sa fonction dans la controverse, deux mois après avoir accédé au conseil des ministres à la suite de révélations sur son passé trouble marqué notamment par des démêlés avec l’assurance-emploi, ses anciens locateurs et par ses interventions intempestives dans les bureaux du BAPE, un organisme de consultation publique censé demeurer éloigné de l’influence politique. Pauline Marois a accepté la démission de son ministre et déclaré que sa décision était «judicieuse». La première ministre a précisé qu’elle n’avait pas été informée des loyers impayés par M. Breton et qu’elle avait été mise au fait, au moment de former son conseil des ministres, des autres infractions qui furent reprochées à M. Breton avant son entrée en politique. «Tout le monde a droit à l’erreur et au pardon», a plaidé Mme Marois. Les libéraux ont fait savoir que la commission parlementaire qui devait se tenir le 7 décembre pour faire la lumière sur la visite de M. Breton au bureau du BAPE, le 24 octobre, sera annulée. Suivant des informations obtenues de sources confidentielles, M. Breton avait alors porté atteinte à l’indépendance des commissaires du BAPE en les rencontrant en privé et en obtenant leurs numéros de téléphone cellulaire.

29 novembre 2012 :
Quatre contrevenants de la Capitale nationale ont été arrêtés et condamnés à payer des amendes totalisant 2 400 000 $ en lien avec la contrebande de tabac. Daniel Kapel, Mario Langevin et Roland Turcotte, de Québec, ainsi qu’Yves Lapensée, de Stoneham-et-Tewkesbury, ont été reconnus coupables de contrebande de tabac dans le cadre d’une vaste enquête baptisée opération Château. L’opération menée par la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Québec, le Service de police de la Ville de Lévis et les policiers de Wendake a été coordonnée par la Gendarmerie royale du Canada. Les quatre individus effectuaient principalement le transport entre le fournisseur et les vendeurs. Vingt-trois individus ont été arrêtés dans le cadre de l’opération Château menée depuis 2007. Le réseau de contrebande lié au groupe criminalisé des Hells Angels était coordonné par Gérald Gagnon, qui a déjà plaidé coupable dans cette affaire. L’essentiel de la preuve contre les accusés constituait de l’écoute électronique. Selon une étude menée en 2008, on évalue à environ 300 millions $ les pertes fiscales en raison de la contrebande de tabac.

30 novembre 2012 : La mise en quarantaine de produits sanguins a entraîné le report d’une vingtaine de chirurgies non urgentes, surtout cardiaques, à Montréal. En fait, six des huit chirurgies cardiaques prévues ont été reportées à l’Institut de cardiologie de Montréal.

30 novembre 2012 : Le premier budget Marceau a été adopté. Minoritaire, le gouvernement Marois a survécu par une voix au vote de confiance grâce à l’absence en Chambre de plusieurs députés libéraux. Les péquistes n’ont obtenu qu’une seule voix de majorité: 49 pour et 48 contre. Tous les partis d’opposition ont voté contre le budget du PQ, les élus libéraux se sont toutefois présentés au Salon bleu en nombre restreint. À cause de la décision de fermer la centrale nucléaire Gentilly-2, le Québec fera «le déficit le plus élevé depuis 1995», a déploré le député libéral Raymond Bachand, qui a dénoncé également les augmentations d’impôt prévues dans le budget Marceau. En pleine course à la direction, les libéraux ont cependant décidé de ne pas plonger le Québec en élections : « Des élections anticipées la veille du jour de l’An puis un débat des chefs la veille de Noël, je n’en veux pas, les Québécois n’en veulent pas ». François Legault a accusé tout de même les libéraux d’avoir renié leurs convictions. «Sur 50 députés, il y en a 22 qui sont restés aux toilettes ou dans leurs bureaux!» s’est-il moqué, signalant que les 19 députés caquistes étaient en Chambre pour s’opposer au premier budget péquiste.

30 novembre 2012 : Douze personnes ont été arrêtées en vertu du Code criminel, lors d’une opération policière visant à démanteler un réseau de contrebande de tabac dans la région de Joliette. Une trentaine de lieux résidentiels et commerciaux ainsi que des véhicules ont été perquisitionnés au cours de cette opération à laquelle ont pris part pas moins de 140 policiers. Du tabac de contrebande, du cannabis, des stupéfiants, des véhicules, des armes à feu ainsi que de l’argent ont été saisis. Une vingtaine de personnes devaient également être rencontrées par les enquêteurs et pourraient se voir imposer des amendes en vertu du Code pénal, a indiqué le sergent Gino Paré de la Sûreté du Québec (SQ). Le réseau de contrebande ciblé était principalement actif dans la région de Joliette et pouvait écouler jusqu’à 300 caisses de cigarettes par mois, soit l’équivalent de 3 millions de cigarettes.

30 novembre 2012 : Deux hommes ont perdu la vie après avoir été happés de plein fouet par un train de passagers de l’Agence métropolitaine de transport (AMT), à Sainte-Thérèse, sur la couronne nord de Montréal. Le tragique accident s’est produit vers 15h à la sortie sud du tunnel situé sous l’autoroute 640, dans un quartier résidentiel. À leur arrivée, les services d’urgence n’ont pu que constater le décès des victimes, deux résidents de Laval. Une douzaine de passagers se trouvaient à l’intérieur du train au moment de la collision et personne n’a été blessé. Les enquêteurs de la Régie intermunicipale de police Thérèse-De-Blainville se sont rendus sur les lieux afin d’en apprendre davantage sur les circonstances exactes de l’accident. Le train de passagers impliqué dans l’accident fait la liaison entre Blainville et Saint-Jérôme. Le service a été interrompu sur cette ligne durant quelques heures avant d’être rétabli en soirée.

30 novembre 2012 : Un incendie d’une extrême violence a créé un immense panache de fumée noire visible à plusieurs kilomètres à la ronde et a détruit un commerce de livraison d’huile de l’est de Montréal. Le feu a pris naissance vers 16h dans les locaux de la compagnie Bouthillier & Rioux inc., rue Bossuet, entre les rues Ontario et Notre-Dame. Près de 150 pompiers ont été dépêchés sur les lieux afin de maîtriser l’incendie puisque le risque de propagation était élevé. Plusieurs résidences ont dû être évacuées et l’électricité a été coupée dans le secteur, par mesure de sécurité. Des contenants de mazout et de diesel étaient notamment entreposés à l’intérieur du bâtiment. Il est encore trop tôt pour émettre quelconque hypothèse quant à l’origine du brasier.

Pour compléter la lecture : la période du 1er décembre jusqu’au 7 décembre 2012.

jouets

Jouets de Noël

Parade de Noël à Montréal. Photo : GrandQuebec.com

Nos sources :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>