Ligne du temps : 2012

22 décembre – 31 décembre

22 décembre – 31 décembre

C’est arrivé au Québec du 22 décembre jusqu’au 31 décembre 2012

Chroniques de la fin du monde annoncée

 Voir aussi : semaine antérieure du 15 décembre jusqu’au 21 décembre 2012

22 décembre 2012 : Un garçon de 13 ans a fait un plongeon de 50 mètres à Wendake, près de la chute Kabir Kouba, alors qu’il s’amusait dans la neige avec son frère. Il était en haut de la falaise lorsqu’il a glissé et fait une chute qui aurait pu être mortelle. C’est son petit frère de 12 ans qui est allé demander de l’aide après la violente chute. La jeune victime a eu beaucoup de chance, car il est tombé d’une très haute distance. Très rapidement, les pompiers ont été appelés sur les lieux afin d’effectuer un sauvetage, car le jeune se trouvait dans une mauvaise posture tout près de la rivière. En à peine six minutes, le jeune homme a été retiré de sa fâcheuse position. L’adolescent avait des douleurs au bassin et une jambe très mal en point, lors de son transport à l’hôpital. Il serait hors de danger. «Le jeune était conscient à l’arrivée des paramédicaux. Il a été transporté à l’Enfant-Jésus étant donné la hauteur de la chute», a commenté Dominic Hamel, le superviseur ambulancier. L’évacuation, avec les pompiers, a très bien été.

22 décembre 2012 : Les deux hommes atteints par balle dans un café italien de Saint-Léonard, ce vendredi après-midi, n’avaient pas de liens connus avec le crime. Domenico Facchini, l’homme de 37 ans tué par balle, n’était pas connu des policiers, et ce, malgré quelques antécédents judiciaires, notamment une affaire de drogue, en 2002. Les raisons pour lesquelles les deux hommes ont été atteints par balle demeuraient nébuleuses et toutes les hypothèses étaient étudiées. «Les enquêteurs des crimes majeurs sont toujours sur place pour tenter d’en savoir plus. La victime de 38 ans n’a aucun antécédent criminel», a indiqué Simon Delorme, porte-parole du SPVM. «Il collabore à l’enquête», a-t-il ajouté. Rappelons que peu avant 14 h 30, vendredi, un suspect masqué a pénétré à l’intérieur d’un café de la rue Provencher, à Saint-Léonard, avant de faire feu sur les deux clients, les atteignant au haut du corps. Il a ensuite pris la fuite à pied. Le décès de l’homme de 37 ans été constaté à l’hôpital tandis que l’homme de 38 ans a souffert de blessures sérieuses qui ne mettent toutefois pas sa vie en danger. Il s’agit du 35e homicide à survenir sur l’île de Montréal en 2012. L’immeuble appartient à Adèle Sorella, accusée du meurtre de ses deux filles en 2009.

22 décembre 2012 : L`Équipe de récupération sous-marine de la GRC a retrouvé samedi après-midi les corps des quatre jeunes portés disparus et dont la voiture a fait une sortie de route vers 1 h du matin pour terminer sa course dans une rivière de Tracadie-Sheila, au Nouveau-Brunswick. Les quatre jeunes circulaient sur la route 370 lorsque, pour une raison encore inconnue, le conducteur aurait perdu la maîtrise de son véhicule en montant une côte. Le véhicule a quitté la route et a plongé dans la rivière près du pont vert. Trois jeunes hommes de 18, 19 et 20 ans et une adolescente de 17 ans se trouvaient dans le véhicule. Tous les quatre étaient originaires de la région Tracadie-Sheila et de Lameque.

23 décembre 2012 : L’autoroute 40 a été brièvement fermée, dans l’Est de Montréal, cet après-midi, en raison d’un début d’incendie qui aurait été provoqué par une fuite de gazole à l’intérieur d’un imposant réservoir d’essence de l’entreprise Suncor Énergie, située sur l’avenue Marien. Un premier incendie mineur aurait débuté vers 6 h 30 dimanche matin. C’est la brigade d’incendie de la raffinerie qui a pris les choses en main avant d’alerter les pompiers de Montréal, par mesure préventive, aux environs de 10 h 15, selon ce qu’a expliqué le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), Francis Leduc. Une cinquantaine de pompiers ainsi que la police de Montréal et la Sûreté du Québec ont été dépêchés sur les lieux. Le début d’incendie a pu être maîtrisé vers 16 h 00. Une équipe de pompiers est tout de même demeurée sur place, par précaution. L’autoroute est demeurée fermée durant à peine une demi-heure, mais la voie de desserte était toujours inaccessible, en début de soirée dimanche, à la hauteur de l’avenue Marien.

23 décembre 2012 : La fluctuation des températures et l’alternance neige, pluie et grésil, ont rendu difficile le déneigement des rues et des trottoirs de la métropole. «Tout le monde était en fonction 24 heures sur 24 depuis mardi et nous étions bien positionnés», a expliqué Philippe Sabourin, chargé de communication pour la Ville de Montréal. En plein cœur des averses, 3000 employés et 2200 appareils (souffleuses, niveleuses, chenillettes de trottoirs, tracteurs-chargeurs, camionnettes, camions de transport de la neige) étaient en action. Dix mille kilomètres (soit 18 fois la distance Montréal-Québec) de rues et de trottoirs ont été déblayées à plusieurs reprises. Le chargement de la neige a commencé mercredi de la semaine dernière. Dans certains arrondissements, comme Côte-des-Neiges, il n’est pas complété. La priorité a été mise sur les trottoirs, les artères commerciales et les chaussées avec un épandage d’abrasifs, selon Philippe Sabourin. Pour les trottoirs, l’épandage est constitué de 90 % de pierres concassées et de 10 % de sel. Pour les chaussées, seul le sel est utilisé. En moyenne 137 000 tonnes de fondants et d’abrasifs sont répandues chaque hiver, selon la Ville de Montréal. Au total, 172 appareils sont utilisés pour la chaussée 188 pour les trottoirs. Quarante-trois nouveaux équipements ont été achetés par la Ville de Montréal pour 6,5 millions $ sur un budget annuel de 150 millions $.

oratoire

La nef de l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal. Photo : © V. Petrovskiy

24 décembre 2012 : William Kokesch, un diacre de Beaconsfield qui fait face à accusations de production et distribution de pornographie juvénile, passera finalement Noël derrière les barreaux. La comparution pour la remise en liberté de l’homme de 65 ans qui devait avoir lieu lundi a été reportée au 27 décembre en raison d’un changement d’avocats à défense. M. Kokesch a brièvement comparu au palais de justice de Montréal par vidéoconférence. L’homme de 65 ans a été arrêté vendredi à la suite d’une perquisition menée par la Section exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Plus de 2000 images de pornographie juvénile ainsi que du matériel informatique ont été saisis lors de cette opération. Des informations obtenues par des citoyens ont mené les policiers vers une adresse située sur le boulevard Beaconsfield. Une deuxième perquisition a eu lieu au domicile de l’individu qui œuvrait auprès de l’Église St-Edmund of Canterbury situé sur l’avenue d’Embleton Crescent, à Pointe-Claire. Les évènements se seraient produits entre le 10 septembre 2011 et le 6 novembre 2012. Le diacre de Beaconsfield pourrait être passible d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 10 ans en raison de la gravité des chefs d’accusation auxquels il fait face. La peine minimale pour ce type d’offense est d’un an.

24 décembre 2012 : Les 2500 ambulanciers paramédicaux syndiqués auprès de la CSN ont déclenché une grève générale illimitée à 18 h. Disant être sans nouvelle de la partie patronale depuis dimanche après-midi, après une fin de semaine de négociations, les ambulanciers ont décidé de mettre leur menace de débrayage à exécution. Depuis dimanche après-midi, le syndicat se disait disponible pour reprendre les négociations avant l’heure butoir de 18 h lundi qu’il avait fixée pour le déclenchement d’une grève. En matinée, le ministère de la Santé et des Services sociaux avait aussi montré un certain optimisme, disant, dans un communiqué de presse, que les parties restaient en contact. «Les dernières discussions amènent toutefois chacune des parties à prendre un temps d’arrêt pour valider certains éléments», avait indiqué le ministère, niant qu’il y ait eu une rupture des échanges. Le ministère ajoutait toutefois dans son communiqué qu’«une entente formelle n’ayant pas encore été conclue, le syndicat est en position légale de déclencher une grève», soulignant que «l’ensemble des moyens de pression administratifs et de visibilité ne devraient pas affecter les services ambulanciers sur le territoire». Rappelons que le gouvernement n’a pas donné suite à la dernière offre faite par le comité de négociation du syndicat affilié à la CSN. Québec veut faire respecter l’entente de principe survenue l’été dernier avec l’ancien gouvernement libéral, entente que les ambulanciers avaient rejetée. Les 2500 ambulanciers paramédicaux syndiqués auprès de la FSSS-CSN constituent environ 60 % des paramédicaux au Québec. Les autres sont représentés, entre autres, par la Fraternité des travailleurs et travailleuses du préhospitalier du Québec, affiliée à la FTQ.

arbre de noêl

Arbre de Noël

Arbre de Noël. Photo : © GrandQuebec

25 décembre 2012 : Deux véhicules de déneigement de l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal, ont été la proie de flammes dont l’origine semblait suspecte. L’incendie a débuté aux alentours de 4h, dans les camions stationnés sur la rue Albanel, non loin de la rue Belherbe. Le feu a été maîtrisé environ une heure plus tard. Selon Simon Delorme, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), cet incendie semblait suspect aux yeux des enquêteurs. «On n’exclut pas, pour l’instant, que ce soit l’œuvre d’une main criminelle», a-t-il dit. Les deux camions étaient stationnés face à la résidence du propriétaire de l’entreprise de déneigement. L’homme est connu des policiers, a indiqué M. Delorme. «Est-ce pour ça qu’il a été ciblé? Ça reste à être déterminé par l’enquête», a-t-il ajouté. Les véhicules ont été transportés au centre d’expertise, où ils devraient être examinés afin d’en apprendre plus sur les causes de l’incendie.

25 décembre 2012 : Un pauvre plaisantin ignorant a rebaptisé la place Émilie-Gamelin du nom de place Gabriel Nadeau-Dubois. Une bande collante avec le logo de la Ville de Montréal et un lettrage similaire à celui utilisé sur ce type de colonne a été apposée pour y changer le nom. On ne sait pas à quand remonte ce geste, manifestement posé par un sympathisant de l’ancien porte-parole étudiant de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), condamné pour outrage au tribunal. La place Émilie-Gamelin était le point de rassemblement pour les manifestations étudiantes du printemps et de l’été dernier. Cette place a été nommée ainsi en l’honneur de la bienheureuse Émilie Gamelin, une religieuse québécoise qui a fondé les Sœurs de la Providence et qui a vraiment aidé des milliers des femmes nécessitées.

26 décembre 2012 :  Un homme de 30 ans a été blessé par balle à l’intérieur d’un bar de l’arrondissement de Hochelaga-Maisonneuve.L’agression s’est produite vers 2h30 au Bar Davidson situé à l’intersection des rues Davidson et Ontario. C’est un proche de la victime qui a conduit l’homme de 30 ans à l’hôpital où il repose dans un état stable. Il a subi des blessures au haut du corps. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a été alerté quelques heures après l’évènement. Des recherches ont permis de retrouver la victime dans un hôpital à proximité de l’établissement licencié où l’homme a été blessé par balle. Le SPVM n’avait procédé à aucune arrestation mercredi matin. Aucun suspect n’était recherché pour le moment.
26 décembre 2012 : Un avion ultra léger s’est écrasé cet après-midi à Sainte-Thècle, en Mauricie, à 60 kilomètres au nord de Trois-Rivières. L’accident s’est produit vers 15 h 30 à proximité du lac des Chicots. Un pilote de 33 ans et deux adolescents de 13 et 14 ans se trouvaient à bord de l’avion lorsque ce dernier s’est écrasé. Heureusement, aucun des occupants n’a été blessé gravement. Ils ont été transportés à l’hôpital par mesure préventive. Une enquête de la Sûreté du Québec a été ouverte afin d’en apprendre davantage sur la cause de l’écrasement.

26 décembre 2012 : La guerre entre différents clans de la mafia qui fait rage au Québec ne risque pas de cesser de sitôt, puisque l’argent servant à l’alimenter coule à flot de l’Ontario. Tandis que les fonds mafieux se trouvent en Ontario, c’est au Québec que sont survenus la plupart des actes de violence provenant de ces organisations criminelles. Les exactions se sont multipliées avec la sortie de prison du chef de la mafia, Vito Rizzuto, au début d’octobre. Antonio Nicaso, expert de la mafia et auteur prolifique, abonde dans le même sens. Il a aussi indiqué que les fonds des groupes criminels basés au Canada servent à financer leurs opérations européennes. «L’importance du Québec s’explique principalement par l’existence du port de Montréal», a dit l’auteur, selon qui l’Ontario est plutôt vue comme un bon endroit pour investir. Le port de Montréal serait l’endroit rêvé pour faire transiter de la drogue destinée au marché américain, selon M. Nicaso. «Ils (les mafieux) doivent s’assurer que l’Ontario demeure un endroit calme et paisible», a-t-il ajouté. Si la commission Charbonneau a mis en lumière des pratiques liées à la corruption qui ont soulevé de nombreuses questions, il n’y a aucune répercussion du côté de l’Ontario. Un des enquêteurs interrogés a d’ailleurs exprimé des inquiétudes quant au fait qu’il n’y a eu aucune arrestation en Ontario. Il a aussi relevé le fait que des membres de la grande famille du crime organisé se sont intégrés à la société ontarienne, faisant du bénévolat, donnant à des organismes et créant de nombreux liens avec le monde politique. La pagaille actuelle dans le monde interlope a commencé en 2009 alors que Vito Rizzuto était emprisonné dans un pénitencier fédéral américain au Colorado pour son rôle dans le meurtre de trois membres du clan Bonanno en 1981. Alors qu’il purgeait sa peine, le parrain a perdu son fils Nicolo et son père Nicolo senior, tués à Montréal par des prétendants à la direction de la mafia. Un des dirigeants du clan Bonanno de New York, le Montréalais d’origine Sal «Bambino Boss» Montagna, a d’ailleurs tenté de prendre le contrôle du marché montréalais, sans succès puisqu’il a été tué en 2011. Depuis le retour au Québec de Vito Rizzuto en novembre dernier, de nombreux actes de violence ont été perpétrés dans le cadre de cette lutte intestine pour la direction de la mafia, dont le meurtre de l’ancien allié du parrain, Joe Di Maulo, 72 ans. Mohammed Awada, 47 ans, qui a déjà été accusé d’avoir enlevé un des bras de droits de Rizzuto, a aussi été assassiné novembre. Emilio Cordileone, un allié de Rizzuto, a été tué en décembre. Toujours en décembre, le chauffeur et garde du corps de Rizzuto, Giuseppe Fetta, a été blessé par balle.

27 décembre 2012 : Les policiers canadiens commettent des erreurs de débutants lorsqu’ils interrogent des suspects, selon une nouvelle étude du Dr Brent Snook, psychologue à l’Université Memorial, à St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador. Il a tiré cette conclusion après avoir analysé les transcriptions de quelque 80 interrogatoires d’un service de police canadien. Une des erreurs les plus fréquentes des policiers est d’interrompre le suspect lorsqu’il donne une réponse à une question. « C’est quelque chose qui peut briser le fil des idées, et ainsi empêcher de bonnes informations d’être refilées», a expliqué le Dr Snook. «En outre, ils parlent plus que l’autre personne et n’offrent pas une oreille attentive», a ajouté le psychologue. Le Dr Snook voit son travail de chercheur comme étant utile pour les policiers, et non une critique de leur travail. «Il faut être habile pour mener un interrogatoire, et les policiers ne pourront pas s’améliorer s’ils ne sont pas bien formés, a-t-il dit. Cette recherche nous donne une idée de ce qui se passe dans une salle d’interrogatoire au Canada avec comme objectif de perfectionner leur travail.» L’étude est publiée dans le journal Criminal Justice and Behavior.

27 décembre 2012 : La famille mexicaine Reyes-Méndez devra plier bagage et retourner au Mexique le 19 janvier prochain. Le verdict est tombé ce matin, après une courte parution de la famille devant les tribunaux d’Immigration Canada. Une dizaine de personnes s’étaient rassemblées devant les bureaux du gouvernement, en guise de soutien envers les Reyes-Méndez, malgré le froid et la neige. Selon Marisol Reyes, la mère de la famille, le système canadien fait preuve d’inégalité et d’injustice. «Nous sommes de bonnes personnes, a-t-elle mentionné. Nous avons toujours eu à cœur de nous impliquer dans la société, de travailler et d’apprendre la langue de notre pays d’adoption. Nous sommes terriblement déçus de cette décision.» La famille avait demandé aux autorités de repousser la date de l’expulsion, pour que les enfants aient le temps de terminer leur année scolaire avant de partir. La famille avait fui le Mexique en 2008, après que le père eut été enlevé à trois reprises, selon ses dires. À leur arrivée au Québec, ils ont demandé l’asile. Cette demande leur a été refusée en mai 2012. Une demande d’appel a aussi été rejetée en août. Les Reyes-Méndez sont appuyés par l’organisme Mexicains unis pour la régularisation (MUR), qui demande un moratoire sur les expulsions de Mexicains installés au Québec. Selon les membres du MUR, le Mexique est aux prises avec une guerre sanglante dans laquelle la population est prise en otage.

28 décembre 2012 : Deux hommes de 31 et 37 ans seront accusés de vol qualifié après avoir été arrêtés peu après avoir commis leur larcin dans un «peep-show» (cinéma pour adultes) de la rue Sainte-Catherine Est, à Montréal. Les deux suspects se sont présentés au commerce situé à l’intersection de la rue Saint-Timothée, dans l’espoir de mettre la main sur de l’argent, peu après 19h30. Ils ont d’abord rué un employé de coups au visage avant de prendre la fuite à pied. Les policiers sont arrivés rapidement et ont pu procéder à l’arrestation des deux hommes qui devront faire face à la justice pour répondre à des accusations de vol qualifié. La victime a subi d’importantes blessures au visage et a été transportée dans un centre hospitalier. On ne craint toutefois pas pour sa vie. Des policiers de la Section d’identification judiciaire ont passé toute la soirée sur les lieux pour tenter de faire toute la lumière sur cette histoire.

28 décembre 2012 : Vingt-neuf années d’histoire prennent fin, à Bécancour. La centrale Gentilly-2 stoppe sa production d’électricité, alors que son permis d’exploitation vient à échéance. «Oui, je suis à l’aise, parce que c’est une décision responsable, a expliqué Noëlla Champagne, députée de Champlain pour le Parti québécois. » La première phase de démantèlement de la seule centrale nucléaire du Québec s’amorcera au cours des prochaines semaines et s’échelonnera sur 18 mois. Elle consistera à retirer les barres de combustible du réacteur, à traiter l’eau lourde et à désactiver plusieurs systèmes. «Pour moi, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre», affirme plutôt Christien Simard de Nature Québec. Du côté des défenseurs de la centrale, on ne se s’avoue pas vaincu pour autant. Cet arrêt n’a rien d’irréversible. «Il n’y a aucune activité de déclassement qui se fait tant que le permis n’a pas été donné à Hydro», croit Jean-Denis Girard, de la Chambre de commerce de Bécancour. Durant cette phase, le nombre d’employés en poste à Gentilly-2 passera de 736 à 485. La deuxième phase consistera à laisser la centrale en dormance pendant 40 ans, pour ensuite retirer le combustible usé et démanteler le site. Hydro-Québec estime que le site sera entièrement restauré en 2062. Le gouvernement du Parti québécois a annoncé qu’il dépenserait 1,8 milliard $ au cours des 50 prochaines années pour fermer le réacteur pour de bon. Un fonds de diversification de 200 millions $ est prévu pour aider l’économie locale en Mauricie et au Centre-du-Québec à s’en remettre. Une commission parlementaire sur les impacts du déclassement de Gentilly-2 et du plan de diversification économique aura lieu les 29 et 30 janvier 2013.

28 décembre 2012 : L’opération de chargement de la neige dans les rues de Montréal, dont le coût total est estimé entre 20 et 25 millions $, a débuté à 7h du matin. Le chargement devrait durer six jours auquel s’ajoute un jour de repos pour les employés, a expliqué l’ingénieur responsable du déneigement à la Ville de Montréal, Michel Frenette.  Aucune estimation de l’avancement du chargement n’a été donnée, au lendemain de la tempête hivernale record qui a recouvert de 45 centimètres de neige les rues de la métropole. Trois mille employés et 2200 appareils sont mis à contribution. Le coût total du déneigement est estimé entre 20 et 25 millions $. Pendant le temps de l’opération chargement, Montréal met à la disposition des citoyens environ 5700 espaces de stationnement gratuit, durant la nuit. La situation est revenue tranquillement à la normale à l’aéroport Montréal-Trudeau. Alors que 280 vols ont été annulés jeudi, seulement 48 ont connu le même sort vendredi. La ville de Québec a reçu de 20 à 25 centimètres de neige alors que le Beauce a eu droit à une cinquantaine de centimètres. L’Estrie est loin d’avoir été épargnée. Pas moins de 60 centimètres de neige sont tombés sur Thetford Mines, s’ajoutant aux 40 de la semaine précédente, ce qui équivaut au double de la quantité normalement tombée à cette période de l’année. Dans l’Est-du-Québec, les restes de la tempête sont arrivés en cours d’avant-midi. La région de Gaspé a reçu une vingtaine de centimètres.

29 décembre 2012 : L’année qui s’achève a été très meurtrière au Québec. En tout, 106 personnes ont été assassinées en 2012, ce qui constitue une année record, selon la Sûreté du Québec. C’est une augmentation de 26 % par rapport à il y a deux ans. En 2010, le bilan faisait état de 84 meurtres dans la province. Étrangement, ces statistiques suivent une courbe inversement proportionnelle à celle du taux de criminalité enregistré au Canada. En ce qui concerne Montréal, la métropole québécois, toutefois, le bilan est relativement stable depuis quelques années. De nombreux meurtres familiaux perpétrés cette année viennent gonfler ces tristes données. En effet, plus du tiers des meurtres commis cette année l’ont été entre des membres d’une même famille. Un total de 34 personnes, dont plusieurs enfants, ont perdu la vie de cette façon. Cette année, les victimes comptent 13 enfants principalement tués par un parent en situation de rupture conjugale, de détresse psychologique ou encore par vengeance. La série de règlements de compte qui a eu lieu ces derniers mois dans le milieu du crime organisé aurait également contribué à hausser les statistiques et pourrait donc expliquer ce si grand écart avec les années précédentes. Près du tiers des victimes assassinées cette année, soit 29, étaient en effet liées au monde interlope. Cette année a aussi été marquée par un meurtre crapuleux qui a fait la manchette à travers le monde, celui de Jun Lin, l’étudiant chinois qui aurait été tué et démembré par Luka Rocco Magnotta.

29 décembre 2012 : Une voiture de patrouille de la Sûreté du Québec a été volée lors d’une intervention policière, à L’Épiphanie, dans la région de Lanaudière. Un homme dans la trentaine aurait pris le volant du véhicule Dodge Charger identifié par le numéro 6290 vers 5 h, alors que les policiers présents questionnaient des témoins au sujet d’une dispute. La voiture a été retrouvée vers 8 h du matin. Le véhicule a été localisé près de quatre heures après le début des recherches, abandonné dans le secteur où il avait été volé. Une accusation de vol de véhicule pourrait être portée contre le voleur.

29 décembre 2012 : Les services de police du Québec ont saisi plus de 33 000 armes à feu, lors des cinq dernières années, dans la province. C’est ce qu’a rapporté La Presse, samedi, en se basant sur des données obtenues en vertu de la Loi sur L’accès à l’information. Au cours de la période visée, de janvier 2008 à octobre dernier, la Sûreté du Québec a, à elle seule, saisi près de 20 000 armes. Quelque 4700 fusils, carabines, pistolets ou revolvers ont été saisis à Montréal, selon le quotidien montréalais, et 1400 l’ont été à Québec. La proportion de ces armes qui vient du crime organisé n’est pas aussi importante qu’on pourrait le croire, cependant. C’est à Montréal qu’elle est le plus élevée, à un peu plus de 5 %. Ainsi, sur les 4700 armes saisies, moins de 250 ont été associées au milieu des gangs. Le 6 décembre, alors qu’on soulignait le 23e anniversaire de la tragédie de l’École Polytechnique, le gouvernement péquiste avait confirmé son intention de déposer un projet de loi pour qu’un registre québécois des armes à feu soit créé. Les données du registre fédéral des armes d’épaule, qui comptait plus de 7 millions d’armes inscrites, sont en voie d’être détruites depuis l’adoption du projet de loi C-19 du gouvernement de Stephen Harper.

30 décembre 2012 : Les parents d’enfants assassinés ou disparus pourront dorénavant compter sur un appui financier de la part du gouvernement fédéral, puisque la subvention de soutien du revenu entrera en vigueur dès le 1er janvier 2013. Ainsi, les parents des victimes qui répondent aux critères d’admissibilité pourront recevoir un montant de 350 $ par semaine, et ce, durant un maximum de 35 semaines. Cette mesure vise entre autres à assurer un revenu aux parents qui s’absentent du travail à la suite de la mort ou de la disparition de leur enfant, causée par une infraction présumée au Code criminel. Une modification a également été apportée au Code canadien du travail dans le but d’assurer une sécurité d’emploi aux parents qui prendraient un congé sans solde à la suite du tragique événement. Selon le gouvernement Harper, cette mesure pourrait venir en aide à environ 1000 familles par année.

30 décembre 2012 : Le service de train de passagers et de marchandises a été interrompu durant quelques heures, sur la voie ferrée du CN, reliant Montréal à Toronto, en raison d’une manifestation autochtone. Une vingtaine de manifestants ont entravé la voie à proximité de Belleville, puis ont finalement quitté les lieux aux environs de 19h30. Les employés du CN se sont ensuite affairés à inspecter la voie ferrée et vers 21h30, le directeur des affaires publiques du CN, Jim Feeny, a indiqué que le service devait reprendre sous peu. Selon Via Rail, environ 2500 passagers ont été immobilisés à bord des trains, et ce, durant près de quatre heures en raison de ce blocus qui se déroulait depuis 16 h 30 à Marysville, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Belleville. Les lignes Montréal-Toronto et Ottawa-Toronto étaient affectées. Vers 22h30, le service était revenu à la normale. Belleville est située à environ 200 km à l’est de Toronto. La manifestation visait à appuyer la chef de la réserve d’Attawapiskat, Theresa Spence, qui jeûne depuis maintenant 20 jours dans l’espoir de s’entretenir avec le premier ministre Stephen Harper. Cette action s’inscrit dans le mouvement «Idle no more» qui vise à dénoncer les conditions de vie des autochtones et l’inaction du gouvernement fédéral.

30 décembre 2012 : Un juge de la Cour du Québec a déclaré un homme qui se faisait passer pour un consultant en immigration coupable de 54 chefs d’accusation. Tarek Harhira faisait dire à des ressortissants tunisiens qu’il était leur ami ou un proche pour faciliter leur entrée au Canada, selon des documents de la cour. On peut lire dans les documents de la cour qu’un enquêteur d’Immigration Québec a montré à l’accusé 21 photos de demandeurs tunisiens qu’il était censé connaître, et il n’a pu en identifier aucun. Harhira a dit à la cour qu’il vivait au Québec et en Tunisie la plupart du temps et a ajouté que si des erreurs s’étaient glissées dans les demandes d’immigration, c’était involontaire. Il a rejeté la faute sur son bureau en Tunisie. Le juge Lavergne n’a pas cru le témoignage de l’homme. Les documents de la cour ne spécifient pas si les demandeurs ont payé Harhira pour utiliser son nom dans les formulaires d’immigration.

30 décembre 2012 : Le blogue Canada Real Time du site internet du Wall Street Journal a fait du Québec son «Newsmaker of the Year», soit sa «personnalité médiatique» de l’année. Parmi les événements qui ont guidé le choix des rédacteurs du blogue, on compte les manifestations étudiantes, l’élection de Pauline Marois à titre de première femme au poste de premier ministre de la province et l’attentat du Métropolis survenu le soir de son élection, les révélations entendues lors des audiences de la commission Charbonneau de même que la démission des maires de Montréal et Laval, Gérald Tremblay et Gilles Vaillancourt. Le meurtre de l’étudiant chinois Jun Lin, qui a été suivi d’une chasse à l’homme internationale pour retrouver et accuser l’ancien acteur porno Luka Rocco Magnotta, ainsi que le vol record de sirop d’érable et l’arrestation de trois de ses présumés auteurs ont également pesé dans la balance.

31 décembre 2012 : Un incendie a ravagé un restaurant de sushis de Bois-des-Filion, dans les Laurentides. À partir d’environ 2 h, le Sushi-Do situé au 438, boulevard Adolphe-Chapleau, a été la proie de flammes violentes. Comme le bâtiment commercial n’a aucun voisin immédiat, le feu ne présentait toutefois pas de risque de propagation. Les pompiers du Service de sécurité incendie de Bois-des-Filion sont rapidement intervenus pour maîtriser l’incendie, y parvenant peu après 4 h. Ils leur restaient cependant beaucoup de travail avant de déclarer le feu complètement éteint.

31 décembre 2012 :
Six personnes ont perdu la vie sur les routes du Québec lundi, dernière journée de 2012. Le premier accident mortel de la journée est survenu à Coteau-du-Lac, en Montérégie, tôt en matinée. La victime est une femme de 26 ans qui était passagère dans un véhicule. Elle a été éjectée du véhicule dans lequel elle était lorsque le conducteur en a perdu la maîtrise. L’embardée s’est produite sur l’autoroute 20, en direction est. À 11 h 30, trois membres d’une même famille, soit un homme de 46 ans, sa fille de 17 ans et la demi-sœur de cette dernière, âgée de 6 ans, ont péri sur la route 101, à Notre-Dame-du-Nord, au Témiscamingue. Le véhicule dans lequel ils étaient s’est retrouvé sur la voie inverse et a été happé par un autre véhicule qui venait. Encore là, il s’agit d’une perte de maîtrise. Un autre accident du même genre est survenu vers 16 h 40, cette fois, dans les Laurentides, à l’entrée du village de Mont-Saint-Michel. Cet accident a fait un mort, soit un homme de 28 ans, résident de la région. Quelques minutes plus tôt, à Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent, c’est une femme de 22 ans qui a perdu la vie dans une violente collision entre deux voitures sur le pont de l’autoroute 20 qui enjambe la rivière Rimouski. Dans tous les cas, d’autres personnes ont été blessées, mais on ne craint pas pour leurs vies.

Pour compléter la lecture : 1er janvier – 7 janvier 2013.

cadaux de Noël

Cadeaux de Noël

Cadeaux de Noël. Photo : GrandQuebec.com

Nos sources :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>