Ligne du temps : 2012

22 août – 28 août

22 août – 28 août

C'est arrivé au Québec du 22 août au 28 août 2012

Voir aussi : semaine précédente du 15 août au 21 août 2012

22 août 2012 : Le nombre de crimes commis par les gangs de rue a augmenté de 69 % en l'espace de trois ans, au Québec. C'est le constat qui émane d'un document statistique que le ministère de la Sécurité publique (MSP) vient de rendre public. En 2011, un total de 1 247 infractions criminelles ayant fait l'objet d'une enquête ont été perpétrées par des membres de gangs de rue, selon le rapport La criminalité au Québec. Il s'agit d'une hausse de 10,8 % par rapport à l'année précédente, mais aussi d’un bond considérable de 69 % en comparaison avec 2009. Le taux de criminalité (4 376 infractions par 100 000 habitants) dans la population québécoise suit le chemin inverse, ayant atteint, en 2011, son plus bas niveau jamais enregistré. Voies de fait, menaces, vols qualifiés, vente de stupéfiants, possession d’armes et non-respect de l’administration de la justice (liberté illégale, bris de probation, manquement à une condition du tribunal) constituent les crimes les plus souvent associés aux gangs de rue. Les crimes avec violence y sont deux fois plus nombreux que dans l’ensemble de la population. De plus, « alors que les armes à feu et armes blanches sont utilisées dans à peine 10 % des infractions de violence au Québec, l’un ou l’autre de ces (types d’) armes était présent pour le tiers des infractions de violence liées aux gangs de rue », soulignait le MSP dans l’édition 2009 de cette publication, la première année où les policiers québécois ont commencé à colliger des données spécifiques sur la criminalité attribuable aux gangs de rue. Ces statistiques tombent au moment où la tension est vive chez les gangs de rue de Montréal, à la suite des récents meurtres de deux vétérans influents des Rouges.

22 août 2012 : Pendant près de trois ans, les employés d’une lunetterie au Faubourg ont dû côtoyer les cafards provenant des restaurants adjacents. La situation a empiré au point où le commerce a fermé ses portes en 2010, et le centre commercial devra maintenant verser près de 336 000 $ au magasin. « Combien faut-il de cafards pour que les lieux deviennent inhabitables ? Là est la question ! », a lancé d’emblée la juge de la Cour supérieure ­saisie de l’affaire, Dionysia Zerbisias. En novembre 2006, les lunetteries Newlook avaient signé un bail d’une durée de 10 ans avec le Faubourg, situé sur la rue Sainte-Catherine à l’intersection Guy. Mais rapidement, des employés ont commencé à se plaindre des cafards. Les cancrelats « tombent du plafond, rampent à terre et sur les bureaux », s’étaient plaints les employés. Le Faubourg avait engagé des exterminateurs, mais le problème avait persisté, au point que la lunetterie a finalement fermé ses portes en 2010 avant de demander au tribunal de casser le bail. Sauf qu’en attendant le jugement finalement rendu la semaine dernière, Newlook a dû continuer à payer le loyer, même si elle n’occupait plus les lieux. Lors du procès, les exterminateurs embauchés par le Faubourg ont mis la faute sur le piteux état des restaurants adjacents de la lunetterie. Les exterminateurs ont tous témoigné qu’un grand nombre de restaurants étaient sales, graisseux et insalubres.

23 août 2012 : Des travaux de construction et de rénovation à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal ont provoqué une fuite de gaz sur le boulevard L’Assomption. Un peu plus de 150 employés qui travaillaient dans les laboratoires au sous-sol du Pavillon Marcel-Lamoreux ont été évacués. Heureusement, les patients d’urgence n’ont pas dû évacuer les lieux. Personne n’a été incommodé par la fuite de gaz qui a été colmatée plus tard.

23 août 2012 : Un homme violent et suicidaire s’est barricadé chez lui, dans l’arrondissement de Verdun, à Montréal. Les policiers ont négocié avec lui pendant de longues heures. Finalement, ne prenant aucune chance, le Groupe tactique d’intervention du SPVM dépêché sur les lieux, est rapidement entré dans la demeure de l’homme qui a été maîtrisé sans être blessé et pris en charge par les ambulanciers présents. Il a été transféré au centre hospitalier pour subir une évaluation psychiatrique.

24 août 2012 : Des centaines d’armes à feu ont été jetées dans le fleuve Saint-Laurent, souvent sous le pont Jacques-Cartier, après avoir été achetées sur un marché noir et utilisées durant la guerre des motards. C’est ce que révèle une étude réalisée pour le compte du ministère fédéral de la Sécurité publique, dont le Journal de Montréal a obtenu copie, et à laquelle trois motards criminalisés ont accepté de collaborer. Selon un membre affilié aux Hells Angels, ceux-ci achetaient « toutes les armes à feu qui (leur) tombaient sous la main » pendant la guerre qu’ils ont livrée aux Rock Machine, marquée par 165 homicides et 181 tentatives de meurtre entre 1994 et 2002. Un autre motard a ajouté que « chaque fois qu’il y avait une fusillade, quand nous tirions sur un bar, un magasin, une voiture ou quoi que ce soit d’autre, nous nous débarrassions de toutes les armes qui avaient été utilisées, même si nous n’avions touché personne ». Les motards ont situé leurs fournisseurs sur les réserves autochtones de Kanesatake, Akwesasne et Kahnawake. Un collectionneur d’armes y a déniché sa première arme en devenant « un visage familier » des vendeurs de tabac de contrebande.

24 août 2012 : Un père de famille de l'Ouest de Montréal regrette d'avoir conduit jusqu'au Connecticut pour des rendez-vous intimes avec une adolescente rencontrée sur Internet. Arrêté par la police locale puis accusé d'agression sexuelle sur une mineure, il a été condamné à 10 ans de prison et autant d'années en probation. Philippe Gosselin a beau eu juré qu’il ignorait que la jeune fille avait le tiers de son âge, cela n’a pas empêché un juge américain de le condamner à une lourde peine d’emprisonnement. Visiblement adepte du net, l’homme d’affaires de 46 ans avait rencontré sa victime vers la fin de 2010 via une application iPod, utilisant l’alias « Buzzgo ». Après quelques discussions, entre autres sur la différence d’âge entre les deux personnes, les échanges ont alors migré sur Skype. L’accusé a alors convaincu l’adolescente de se dévêtir sur caméra pendant qu’il commentait ses performances. Il brisera finalement la barrière numérique quelques mois plus tard, désireux de rencontrer la jeune fille au Connecticut. Gosselin a eu plusieurs relations sexuelles avec l’adolescente, poussant la perversion jusqu’à introduire des menottes et de la cire chaude dans la chambre à coucher, malgré les réticences de la jeune fille. Philippe Gosselin aura finalement été arrêté en octobre 2011, après que les parents de la jeune fille aient découvert le pot aux roses en consultant l’historique de conversations de leur fille sur son ordinateur.

24 août 2012 : De nouveaux bulletins de vote, cette fois avec la photo des candidats, deviendront la nouvelle norme. Les électeurs recevront un nouveau bulletin de vote lors des élections qui auront lieu le 4 septembre prochain. Selon Brigitte Labbée, conseillère en stratégie de communication et responsable des besoins particuliers pour le Directeur général des élections du Québec (DGE), le nouveau bulletin sera disponible dans les 125 circonscriptions du Québec. Plus grand que son ancienne version et rédigé avec de plus gros caractères, il comprendra donc, aussi, les photos des candidats. Il s'agit d'une mesure destinée à favoriser les personnes éprouvant des difficultés à lire, des problèmes de vision, de même que les électeurs analphabètes à exercer leur droit de vote. Selon le DGE, si tout se passe bien le 4 septembre, le bulletin sera adopté de manière définitive.

25 août 2012 : La marina Fortin à Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix en Montérégie est en deuil à la suite de la mort d’un garçon de huit ans, un amateur de bateau qui s’est fait happer mortellement par un camion. Alors que Ludovic Breton voulait traverser en vélo la route 223, à la hauteur de la marina Fortin où il passait ses journées durant l’été, il s’est fait frapper par un véhicule qui tirait une pelle mécanique. Les témoins assurent que la vitesse ne peut pas être en cause.

25 août 2012 : Un cycliste de 24 ans lutte pour sa vie à l'hôpital après avoir été happé par un automobiliste, dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal. L'accident est survenu peu après 3 h 30, à l'intersection de la rue Marie-Anne et de l'avenue Laval. L'automobiliste roulait vers le nord sur Laval et n'aurait pu éviter la collision avec le cycliste qui roulait vers l'est, sur Marie-Anne. Le cycliste a été transporté à l'hôpital, où l'on craint pour sa vie. Quant à l'automobiliste, même s'il a heurté d'autres véhicules stationnés après être entré en collision avec le cycliste, il n'a pas été sérieusement blessé et sera rencontré par les enquêteurs.

25 août 2012 : Une nouvelle mariée de 30 ans est morte noyée dans la rivière Ouareau, près des chutes Dorwin, à Rawdon. Maria Pantazopoulos, agente immobilière originaire de Laval participait à une séance de photo durant laquelle elle portait sa robe nuptiale. Le malheureux incident est survenu alors que la jeune mariée et son photographe, Louis Pagakis, se trouvaient dans l'eau afin de prendre des clichés de la femme vêtue de sa longue robe blanche, qu'elle était volontairement en train de ruiner, une nouvelle tendance. La jeune mariée avait pour objectif d'être immortalisée dans sa robe blanche dans un décor peu conventionnel pour ne plus jamais la revêtir par la suite. Après quelque temps, la robe s'est retrouvée de plus en plus mouillée et est devenue très lourde pour la mariée qui se trouvait dans un endroit rocailleux, d'une profondeur d'environ 30 pieds. Finalement, la jeune femme a été emportée par le courant de l'eau», a indiqué Ronald McInnis, porte-parole de la Sûreté du Québec. Le photographe et un citoyen ont tenté de porter secours à la dame, en vain, la robe étant trop imbibée d'eau. Deux policiers appelés sur les lieux se sont déshabillés et ont nagé pendant plus d'une heure et demie afin de sauver la femme. Son corps a finalement été retrouvé dans un bassin au pied des chutes Dorwin, soit à environ 50 pieds de l'endroit où la femme se faisait photographier. La baignade dans ce secteur des chutes Dorwin est interdite. Par contre, cette réglementation n'empêche pas plusieurs baigneurs et fêtards de profiter de l'endroit lorsqu'il n'est pas surveillé. Il s'agit de la 54e noyade à survenir sur le territoire de province depuis le début de l'année. Trois personnes ont perdu la vie en deux ans dans le secteur du Parc des chutes Dorwin. Depuis quelques années, les séances «Détruire la robe» («Trash the dress»), une tendance provenant de Las Vegas, sont devenues très populaires auprès des jeunes mariées qui souhaitent garder un autre souvenir de leur robe au lieu de la laisser traîner dans leur garde-robe. Les femmes sont appelées à se faire photographier vêtue de leur robe dans la boue, dans le sable, dans l'eau, ou en pleine action dans des lieux peu ordinaires. Il s'agit d'une opportunité pour les mariées de montrer un côté plus rebelle que celui du jour du mariage, en plus de conserver un souvenir différent de leur précieuse robe.

26 août 2012 : La dépouille d'une femme de 32 ans atteinte par plusieurs projectiles d'arme à feu a été retrouvée dans le garage d'une résidence du secteur Chomedey, à Laval. Les services d'urgences ont été appelés à se rendre au 1031, rue Brunel. C'est le conjoint de la victime qui a découvert le corps de la femme d'origine asiatique assise dans sa voiture, stationnée dans le garage de la résidence. La femme rentrait chez elle lorsque le tireur, qui l'attendait à l'extérieur de la résidence, a fait feu en sa direction. La victime et sa voiture ont été atteintes de plusieurs coups de feu. Des projectiles étaient également visibles sur les murs du garage. «Son décès a été constaté sur place. La dame était morte depuis plusieurs heures», a fait savoir Stéphane Smith, porte-parole d'Urgences-Santé. Le seul enfant du couple ne se trouvait pas à la maison lors de l'homicide, selon Nathalie Laurin de la police de Laval. Personne d'autre ne se trouvait également à l'intérieur lorsque les coups de feu ont été tirés. Aucun témoin ou voisin n'aurait entendu les projectiles.  Un large périmètre a été érigé pendant la journée de dimanche autour de la maison où le corps de la femme a été retrouvé. Il s'agit du 2e homicide à survenir sur le territoire lavallois depuis le début de l'année.

26 août 2012 : Une violente collision frontale impliquant six personnes, dont une passagère qui a été blessée grièvement, est survenue dans la soirée sur la rue Louis-XIV, dans le secteur de Beauport. La vitesse serait en cause dans ce face-à-face, selon Véronique Huot, qui a été témoin de la scène. «J'ai vu une voiture Jetta de couleur grise qui roulait à pleine vitesse, et la Ford Mustang rouge qui la suivait en arrière et roulait tout autant. La Ford a voulu doubler la Jetta, toutefois la route tombait à une voie à cet endroit et le conducteur de la Mustang n'a pas vu le véhicule utilitaire sport qui s'en venait en sens inverse et l'a percuté de plein fouet.» Après l'impact, la Ford a tout de suite pris feu, selon Mme Huot. Les pinces de désincarcération ont été utilisées pour sortir les passagers d'au moins un véhicule. La porte-parole de la Sûreté du Québec, Sandra Dion, a souligné que la passagère avant de la Mustang est dans un état critique, mais on ne craint pas pour sa vie. Pour ce qui est du chauffeur de la Mustang, le jeune homme de 21 ans sera accusé de conduite dangereuse. Selon Mme Dion, les passagers du véhicule utilitaire sport qui se sont fait percuter par la Mustang ont été chanceux d'avoir une voiture imposante, sans quoi cette collision aurait pu être fatale. Plusieurs voyages en ambulance ont été nécessaires pour amener les individus impliqués dans l'accident vers un centre hospitalier.

27 août 2012 : Treize membres en règle des Hells Angels et leurs relations, accusés dans les mégaprocès SharQc, ont décidé de couper court aux procédures entamées contre eux et de plaider coupables à une accusation de complot pour meurtre, au Centre de services judiciaires Gouin. Depuis juin, ce sont donc 19 accusés du projet SharQc qui ont choisi d'admettre leur culpabilité et d'autres devraient également suivre cette voie avant que le premier méga-procès, celui visant les membres du chapitre de Sherbrooke, débute cet automne. D'ailleurs, dix des 13 accusés qui ont plaidé coupables lundi matin sont des membres en règle ou des relations du chapitre de Sherbrooke. Il s'agit de Jacques Émond, Georges Beaulieu, Pierre Ouellette, Pierre Rodrigue, Yvon Rodrigue, Normand Théorêt, Guy Auclair, Yves Forest, Roch Côté et Guy Lemoyne. Les trois autres qui ont décidé de reconnaître leur culpabilité sont les membres en règle Benoit Frenette et Marc Readman du chapitre de Montréal, et Roberto Campagna, du chapitre South. La plupart étaient accusés de 22 chefs de meurtre et de complot pour meurtre. Mais la Couronne a consenti à ne conserver que l'accusation de complot et à décréter un arrêt des procédures sur les 22 chefs de meurtre en échange de leur culpabilité. Pour leur implication, Beaulieu, Campagna, Frenette, Ouellette, Readman, les deux Rodrigue, Théorêt et Auclair seraient condamnés à 15 ans de prison. En soustrayant la détention préventive de trois ans et quatre mois qui compte en double, Campagna, Frenette, Ouellette et Readman seraient condamnés à huit ans et trois mois d'emprisonnement à compter de ce jour. Pour sa part, Jacques Émond, qui a été longuement emprisonné en Colombie-Britannique durant la guerre des motards, serait condamné à 13 ans de prison. Il lui resterait donc six ans et trois mois de prison à purger. Roch Côté serait condamné à huit ans de prison alors que les représentations sur peine auront lieu le 26 octobre pour Forest et Lemoyne. Tous les condamnés devront purger au moins la moitié de leur peine avant d'être admissibles à la libération conditionnelle.

27 août 2012 : La police a procédé à 20 arrestations en vertu de la loi 12 et du Code criminel, à Montréal, alors que des manifestants ont perturbé la rentrée scolaire à l'Université de Montréal et à l'UQAM. Bien que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) était présent aux abords de l'ensemble des universités où la rentrée avait lieu, l'intervention des forces de l'ordre a été nécessaire à l'UdeM seulement. Des membres de plusieurs associations étudiantes de l'UQAM et de l'UdeM avaient annoncé une levée de cours jusqu'au jour du scrutin, le 4 septembre. À l'UdeM, au moins trois cours ont été perturbés dans le pavillon Jean-Brillant, par des groupes de manifestants. Sept personnes se seraient barricadées dans l'une des classes et la direction de l'établissement a fait appel aux policiers, a indiqué le porte-parole de l'Université de Montréal, Mathieu Fillion. Ce dernier a précisé que l'université avait embauché des agents de sécurité supplémentaires pour la rentrée. Les sept personnes barricadées ont été détenues de façon provisoire. Par la suite, 12 autres manifestants ont subi le même sort.

27 août 2012 : La Cour supérieure a rejeté  la requête de Mme Lise Thibaut dans laquelle elle invoquait l'immunité royale pour ne pas subir de procès. Le juge Richard Grenier estime qu'il ne revient pas à la Cour supérieure de déterminer si Mme Thibault bénéficie de l'immunité royale, mais bien au juge qui sera chargé d'instruire son procès. Mme Thibault est accusée de fraude à l'endroit des gouvernements canadien et québécois, d'abus de confiance et d'avoir fabriqué et utilisé de faux documents. Essentiellement, on lui reproche de s'être fait rembourser plus de 700 000 $ de dépenses injustifiées alors qu'elle occupait le poste de lieutenant-gouverneur du Québec. Pour lui éviter un procès, l'avocat de Lise Thibault a invoqué le vieux principe voulant que The Queen can do no wrong (La Reine ne peut mal agir), qui est présent dans le Common Law britannique, sur lequel sont fondées les lois canadiennes. Lise Thibault reviendra devant la Cour le 10 septembre prochain pour connaître la date de son procès.

28 août 2012 : Un cocktail Molotov a été lancé contre un bâtiment abritant des commerces du 7272, boulevard Maurice-Duplessis à Montréal-Nord. L'immeuble de Rivière-des-Prairies visé par le ou les incendiaires appartient par le biais d'une compagnie à numéro à Domenico Arcuri, un proche du clan mafieux Rizzuto. Des bidons contenants de l'accélérant ont été découvert sur les lieux. Les dommages étaient limités, mais le sol d'une partie de l'immeuble était recouvert d'eau. Personne n'a été blessé dans l'incendie. La même bâtisse avait été visée, le 22 août dernier. Les pompiers s'étaient rendus au restaurant Shekz, où ils avaient rapidement maîtrisé l'incendie criminel déjà affaibli par les gicleurs du commerce. Le bâtiment était alors vide et personne n'avait été blessé.

28 août 2012 : On a entrepris, à Québec, d'inspecter à nouveau une trentaine de tours d'eau de systèmes de climatisation situés dans le périmètre de contamination de la bactérie legionella, responsable de nombreux cas de maladie du légionnaire. On veut s'assurer que les propriétaires de ces tours ont procédé, comme demandé, à une désinfection poussée de ces tours, qu'on croit être à l'origine de la propagation de la maladie. Ceux qui n'en auront pas fourni la preuve, mercredi, devraient se voir ordonner, jeudi, de les arrêter, voire d'évacuer leurs immeubles. Depuis la mi-juillet, on compte 126 cas de la maladie du légionnaire à Québec, dont huit décès. À la direction de la santé publique, on s'attend cependant à confirmer demain une quinzaine d'autres cas. On sait toutefois que les cinq premières personnes qui ont été atteintes, en juillet, ont été infectées par la même souche de la bactérie legionella. «Ça nous amène à penser à l'hypothèse d'une même tour de refroidissement ou d'un même lieu commun (comme origine de la contamination)», a expliqué le Dr François Desbiens, directeur de la santé publique de la Capitale-Nationale. Interrogé sur cet épisode de légionellose qui frappe Québec, le premier ministre Charest a promis de tout faire pour régler le problème et éviter que semblable situation se reproduise. L'éclosion de légionellose a par ailleurs donné lieu à un échange qui a tourné aux insultes entre le maire Régis Labeaume et le conseiller Jean Guilbault, à la réunion du conseil municipal de Québec. Le conseiller Guilbault a accusé le maire Labeaune d'être partiellement responsable de la contamination parce qu'il est parti en vacances alors que la nouvelle de l'éclosion venait tout juste d'être rendue publique.

28 août 2012 : Israël pourrait devenir un partenaire de choix pour Montréal après l'Europe et les États-Unis. Le maire de la métropole Gérald Tremblay partira tisser des liens dans la jeune nation du Moyen-Orient au début septembre à la tête d'une importante délégation. «C'est une culture très semblable à la nôtre, a expliqué le maire en conférence de presse. Ce sont des créateurs d'affaires, et Montréal est une ville de créateurs. Ça fait partie de notre ADN. Ils ont exactement cette même volonté de capital de risque, d'innovation et de savoir.» Le maire de Montréal ne sera pas seul. Une quarantaine de délégués participeront à cette première. Une visite et des échanges avec des officiels de Cisjordanie figurent aussi à l'agenda. La délégation compte des représentants de secteurs comme le commerce, l'aérospatial, la santé mentale, l'immobilier et la finance.  «On a beaucoup à apprendre d'eux, a dit Didier Leconte, directeur de MSBi Valorisation. On veut aller faire un partage de savoir-faire avec ces gens-là, et ultimement, partir ensemble des entreprises ici.» La délégation partira du 7 au 14 septembre.

Voir aussi : la période du 28 août jusqu'au 31 août 2012.

Les sources d'infos pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>