Ligne du temps : 2012

15 janvier – 21 janvier

15 janvier – 21 janvier

Actualités : 15 janvier 2012 – 21 janvier 2012

Voir aussi : la semaine précédente du 8 janvier au 14 janvier 2012

15 janvier 2012 : L’expression « froid de canard » était tout indiquée aujourd’hui alors que quiconque mettait le nez dehors avait intérêt à être bien habillé. Il a fait froid sur l’ensemble du Québec, mais notamment du côté de la vielle-capitale où, en après-midi, la température ressentie avec le facteur vent était de moins 30 à moins 32 degrés. Le matin, avec le facteur éolien, la température ressentie était de moins 35 degrés. À Montréal, il a fait moins 27 avec le facteur éolien en après-midi et moins 30, le matin. À Roberval, la température ressentie était de moins 40 degrés, dimanche matin. À Sept-Îles, avec le facteur éolien, la température ressentie était de moins 37 degrés, le matin. D’ailleurs, le sud de la province vient de recevoir sa première vraie bordée de neige et cinq personnes se sont déjà tuées en motoneige et une autre est portée disparue depuis le début de l’hiver. C’est presque le double de l’an dernier à pareille date. Ce bilan provisoire survient au moment où commence la Semaine internationale de sécurité à motoneige. Le président de l’Association des motoneigistes du Québec (ADMDQ), Patrick Boucher, rappelle l’importance de circuler sur les sentiers balisés lorsque cela est possible. L’hiver dernier, 22 personnes ont perdu la vie en motoneige au Québec.

15 janvier 2012 : Au fédéral, Mike Crawley a été élu comme nouveau président du Parti libéral du Canada. Il est actif au sein du PLC depuis 1985. Il a battu ainsi l’ex-députée d’Hamilton, Sheila Copps, qui était la candidate favorite pour gagner la présidence du parti. M. Crawley est l’ancien président des libéraux ontariens. Il a promis des changements importants pour le fonctionnement du PLC. Lui et son équipe auront notamment le pouvoir de définir les règles pour la prochaine course à la direction du parti prévue en 2013. Le PLC est dirigé temporairement par Bob Rae depuis la démission de Michael Ignatieff à la suite des dernières élections fédérales.

15 janvier 2012 : L’athlète canadien, originaire des Territoires du Nord-Ouest, Brendan Green s’est accroché à la dernière place au top-20 dans une épreuve de poursuite masculine, en coupe du Monde de Biathlon à Nove Mesto, République Tchèque. Quittant la ligne de départ en fonction de son retard sur les meneurs au sprint de samedi, Green a gagné neuf rangs pour se classer 20e de la course de 12,5 kilomètres. Le biathlonien québécois Jean-Philippe Le Guellec n’a malheureusement pas été en mesure de compléter l’épreuve. « J’ai préféré miser sur la récupération, arrêter et être prêt pour la semaine prochaine, a-t-il expliqué. C’est le décalage horaire. » Le Russe Anton Shipulin a remporté la médaille d’or, l’Allemand Arnd Peiffer s’est classé deuxième, et le Français Martin Fourcade est monté sur la troisième marche du podium. Scott Perras, le seul autre Canadien à quitter la ligne de départ dans la poursuite masculine, a fini au 43e rang.

15 janvier 2012 : Un jeune imbécile de 19 ans, qui conduisait sous l’influence de l’alcool, a tenté de fuir les policiers qui voulaient l’intercepter, mais sa manœuvre s’est terminée par une sortie de route, ce matin, à Gatineau, en Outaouais. Les policiers ont tout d’abord voulu l’intercepter pour une infraction au code de la route, sur la montée Paiement, dans le secteur de Perkins, à Val-des-Monts. Le jeune homme a refusé de s’immobiliser. Il a immédiatement été pris en chasse par les policiers qui ont rapidement choisi d’abandonner la poursuite puisque l’automobiliste circulait à près de 100 km/h sur une route sinueuse et très glacée, selon le sergent Dominic Gallant, de la police de la MRC des Collines-de-l’Outaouais. D’autres policiers attendaient cependant le fuyard sur la montée Paiement, près du chemin de Bellechasse, à Gatineau. Lorsque le coureur fou a aperçu les policiers au loin, il a voulu effecteur un demi-tour, et c’est à ce moment qu’il a perdu le contrôle de son véhicule, effectuant une sortie de route. Les policiers l’ont appréhendé et ont constaté qu’il avait les capacités affaiblies par l’alcool. Il a été soumis à l’alcootest. Son taux était près du double de la limite permise. Le jeune homme n’a pas été blessé et il devait comparaître ce soir, pour faire face à des accusations de conduite avec les capacités affaiblies, fuite et conduite dangereuse. Il a aussi reçu plusieurs constats d’infraction. Il ne détenait qu’un permis de conduire d’apprenti conducteur.

15 janvier 2012 : Un homme a été blessé par balle dans le secteur Ville-Marie à Montréal. Une bagarre entre deux groupes d’individus au coin des rues Amherst et Sainte-Catherine a dégénéré vers 3 h 50 dimanche matin quand un homme âgé entre vingt et trente ans a tiré sur un homme dans la vingtaine. Le suspect, un homme d’origine arabe a fui la scène du crime en voiture. Les policiers sont toujours à sa recherche. La victime a été atteinte à plusieurs reprises au bas du corps, notamment à la jambe. Il a été conduit à l’hôpital où les médecins estiment que son état est stable, malgré ses blessures.

16 janvier 2012 : Les premiers ministres du Canada passeront les deux prochains jours à tenter de trouver une solution commune à présenter à Ottawa dans le dossier des soins de santé. Les dirigeants provinciaux et territoriaux seront à Victoria, en Colombie-Britannique, pour élaborer une stratégie à la suite de la décision unilatérale d’Ottawa de dicter le cadre financier des soins de santé. Les premiers ministres sont cependant divisés quant à savoir si cette entente est acceptable. Une ligne de fracture oppose les provinces de l’Ouest et de l’Est. L’Ontario fait partie des provinces qui ont fait part de leur mécontentement envers le plan fédéral. Ottawa a choisi de court-circuiter ce qui s’annonçait comme de longues négociations sur les transferts en santé aux provinces, en dictant ses conditions. Les transferts continueront de croître de 6% par année jusqu’en 2017, mais par la suite, la croissance des transferts sera liée à la croissance économique, incluant l’inflation, ce qui donnerait une croissance avoisinant les 4% par année. Le président de l’Association médicale canadienne, John Haggie, maintient qu’avec « une certaine vision de la direction et de la collaboration », les premiers ministres pourraient jeter les bases d’un système de soins de santé revitalisé. La ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, sillonnera le pays au cours des prochains mois pour rencontrer en tête-à-tête ses homologues provinciaux, dans le but de discuter des soins de santé.

16 janvier 2012 : Près d’un Québécois sur deux souhaite aller aux urnes en 2012, révèle un sondage de l’Agence QMI réalisé par la firme Léger Marketing. Jean Charest entame la quatrième année de son troisième mandat comme premier ministre. L’échiquier politique québécois connaît des bouleversements, notamment avec l’arrivée d’un tout nouveau joueur : la Coalition Avenir Québec (CAQ) de François Legault. Ces changements tentent les Québécois, qui semblent prêts pour des élections générales cette année : 24% souhaitent que ce soit dès ce printemps, 22% aimeraient mieux à l’automne. M. Legault demeure toujours celui qui ferait le meilleur premier ministre aux yeux des électeurs à l’heure actuelle, suivi par Jean Charest et Pauline Marois. En matière d’intégrité, c’est la chef du PQ qui remporte la palme et 40% des Québécois la voient comme une personne intègre. Le coup de sonde a été réalisé auprès de 1001 personnes du 11 au 12 janvier, avec une marge d’erreur de plus ou moins 3,1 % dans 19 cas sur 20.

16 janvier 2012 :  L’année 2012 n’est vieille que de deux semaines et, déjà, les employés de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ont effectué deux importantes saisies de cocaïne à l’aéroport Montréal-Trudeau. Au total, 7,5 kg de cette drogue ont été interceptés, pour une valeur de 340 000 $. La première saisie a eu lieu aux aurores, au jour de l’An, alors que cinq kilos de cocaïne ont été découverts dans les valises d’un voyageur arrivant de la République dominicaine. Une semaine plus tard, les agents de l’AFSC ont intercepté 2,5 kg de cocaïne dissimulés dans les valises d’un passager en provenance du même pays. « Les deux voyageurs ont déclaré qu’ils revenaient de voyages d’agrément, cependant des examens minutieux à l’aide de l’appareil à rayons X ont révélé la présence de masses dissimulées dans le double fond de leurs valises », a indiqué lundi l’Agence des services frontaliers, par voie de communiqué. À l’aide de perceuses, les agents ont pu extraire des valises une poudre blanche, qui s’est avérée être de la cocaïne. Par ailleurs, les agents de l’AFSC ont effectué 10 307 saisies de drogue au Québec, en 2011, pour une valeur de près de 1,7 milliard $.

17 janvier 2012 : Cartes clonées, cartes prépayées et billets de loterie ont mené trois jeunes hommes de Montréal devant les tribunaux, à Québec. El Sayed Ghassan, Riad Lamouri et Ben Abda Wassin avaient développé un stratagème bien particulier pour engranger des gains, alliant fraude et chance. «Ils achetaient des cartes prépayées avec des cartes volées ou clonées et misaient ensuite sur des billets de loterie mise-O-jeu», a expliqué Patrice Gagnon, de la police de Lévis. Les jeunes hommes ne misaient jamais sur des gains supérieurs à 600$ pour ne pas être obligés d’aller chercher leurs lots dans les bureaux de Loto-Québec. Au cours des six derniers mois, les trois individus ont «dépensé» pour plus de 40 000$, mais on ignore encore le total des gains réalisés par cette fraude. «La ville de Lévis a été fortement touchée par cette fraude, mais nous savons qu’ils ont commis le même type d’infractions dans plusieurs villes entre Québec et Montréal», a précisé le policier, ajoutant que des fraudes du genre avaient également été répertoriées à Montmagny et Trois-Rivières.Le procureur de la Couronne au dossier s’est opposé à leur remise en liberté, affirmant qu’une «multitude de chefs d’accusation» devraient être déposés contre eux au cours des prochains jours, en lien avec des infractions commises dans plusieurs villes.

18 janvier 2012 : Ian Davidson, ancien policier de l’unité des renseignements du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui cumulait 33 ans d’expérience et qui avait été accusé d’être la taupe de la mafia dans la police, s’est suicidé à Laval. Prudent, le Service de police de la Ville de Montréal a refusé de confirmer que l’homme s’est bel et bien suicidé. «Compte tenu de la clientèle avec laquelle ce présumé suspect faisait affaire, on ne peut pas prendre de chance, a expliqué en entrevue le sergent Ian Lafrenière, du SPVM. Ce policier expérimenté issu de l’unité des renseignements du SPVM, qui avait récemment pris sa retraite, faisait l’objet d’une enquête depuis l’automne dernier pour avoir tenté de vendre des informations hautement confidentielles au Calabrais Tony Mucci, un membre influent de la mafia montréalaise. L’enquête était toujours en cours et aucune accusation criminelle n’avait été déposée contre Davidson. L’ancien policier aurait eu accès, alors qu’il était encore à l’emploi du SPVM, à une base de données contenant plus de 2000 noms d’individus qui fournissent de l’information aux policiers lors d’enquêtes, notamment sur le crime organisé. Toutefois, quand il aurait tenté de fournir les informations aux criminels, il avait déjà pris sa retraite.

18 janvier 2012 : Malgré les hausses de tarifs successives, la dernière datant du 1er janvier 2012, Montréal reste une des grandes villes occidentales où il est le moins dispendieux de se déplacer en transport en commun. Parmi les huit métropoles retenues aux fins de comparaison, toutes dotées d’un réseau de métro, Montréal se classe bonne troisième, alors qu’il en coûte 75,50 $ par mois aux usagers pour utiliser les transports collectifs. Les villes de Bruxelles (58,73 $) et Madrid (61,44 $) occupent les positions de tête de ce palmarès en raison des bas prix de leurs titres mensuels, devant la métropole québécoise. Les derniers en lice sont Toronto (126 $) et Londres (174,55 $). Le prix du laissez-passer mensuel de la capitale britannique est plus de deux fois plus élevé que celui en vigueur dans la métropole québécoise. À Vancouver, on paie 81,00 $, à Paris – 81,19 $ et à New York – 105,37 $. Le prix du titre unitaire dans ces villes est comme suit : Bruxelles: 2,07 $, Madrid: 2,58 $, Montréal: 3,00 $, Vancouver: 2,50 $, Paris: 2,19 $, New York: 2,53 $, Toronto: 3,00 $, Londres: 6,69 $.

18 janvier 2012 : Le service de police de Laval ne prend pas à la légère le comportement du jeune conducteur qui a diffusé ses «exploits» sur internet, commettant, devant la caméra, des infractions au Code de la sécurité routière. Les patrouilleurs du Service de protection des citoyens de Laval rendront visite chez cet homme pour lui remettre des contraventions pour les gestes qu’il a commis. Dans la vidéo, qui a fait le tour des réseaux sociaux, on observe le jeune conducteur qui commet des infractions au Code de la sécurité routière, alors qu’il se filme. Le jeune a placé cette vidéo sur YouTube pour ensuite la retirer, mais d’autres l’ont copié et relayé. Le jeune commet au moins trois infractions : il n’est pas attaché, il utilise son cellulaire en conduisant et il grille un feu rouge. En plus de commettre des infractions devant la caméra, le jeune se vante fièrement de s’être fait retirer son permis de conduire «au moins trois, quatre fois». Le délinquant de la route, début vingtaine, explique au moment des faits se rendre aux bureaux de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ). En apercevant les policiers, il hurle, en sacrant et en pointant sa caméra sur le véhicule des forces de l’ordre. Pour donner la contravention, les policiers doivent détenir certaines informations : la date du délit, l’endroit et l’heure où il s’est produit. Les policiers de Laval ont identifié les lieux. Il ne leur reste plus qu’à prouver certains éléments dont l’heure à laquelle le jeune a commis les infractions. Les patrouilleurs mandatés mercredi se rendront notamment aux bureaux de la SAAQ où le jeune s’est rendu afin de déterminer l’heure de sa présence sur les lieux.
18 janvier 2012 : Un cas de rage au volant a pris des proportions inimaginables, au point où il a fallu 25 policiers pour ramener l’ordre mercredi matin aux abords du palais de justice de Gatineau. Un homme de 50 ans avec des antécédents de rage au volant, prétendait avoir été coupé par un agent des services correctionnels qui conduisait un fourgon cellulaire. Selon la police, l’homme a suivi le fourgon jusqu’à un stationnement et est ensuite sorti de son véhicule pour attaquer le chauffeur en le poussant à deux reprises. L’agent des services correctionnels a appelé à l’aide et d’autres agents ont procédé à l’arrestation de l’homme, qui a résisté avant de se faire passer les menottes. Il est accusé d’agression et d’entrave à un agent de la paix. Les policiers de Gatineau ont placé le suspect en détention.

19 janvier 2012 : On a appris que trois perroquets de grande valeur ont été volés cet automne au centre Perroquets en Folie, à Saint-Placide, dans les Laurentides. Les propriétaires demandent l’aide du public puisqu’ils croient que la jasette de l’un d’eux, nommé Paco, pourrait trahir les voleurs. Le vol inusité a eu lieu dans la nuit du 13 novembre 2011 chez Robert Papineau et Linda Hervieux, les deux propriétaires qui sont également collectionneurs de perroquets. Au Québec, y a un marché pour les perroquets exotiques. Certains peuvent valoir jusqu’à 15 000 $. Peu de temps après l’arrestation, l’organisme Perroquet Secours a contacté les propriétaires pour leur dire qu’il avait retrouvé deux des trois oiseaux. Le perroquet qui manque à l’appel est un mâle nommé Paco. Il est vert et on peut le reconnaître en raison de son collier rose, mais surtout de sa jasette. Il dit “Allo Paco. Coucou” et il fait tut tut. Les gens détenant des informations peuvent contacter Robert Papineau au 450 258-4713, ou l’organisme Perroquets secours au 450 567-8765.

19 janvier 2012 : Un traversier effectuant la liaison entre Québec et Lévis qui était à la dérive a finalement réussi à accoster. Un important couvert de glace a bloqué le navire, l’emportant à la dérive. Le Lomer-Gouin avait une soixantaine de personnes à son bord lorsque s’est produite la mésaventure. Il s’est ensuite mis à dériver. Il s’est trouvé à l’embouchure de la rivière Saint-Charles. Selon Maryse Brodeur, porte-parole de la Société des traversiers du Québec, des facteurs de navigation défavorables sont à l’origine du problème. La neige abondante des derniers jours et la marée abaissante ont provoqué beaucoup de glace dure sur l’eau et les courants marins n’aidaient pas la situation. Un brise-glace de la Garde côtière lui est venu en aide et le navire a finalement pu accoster. Il n’y a pas eu de panique à bord. Tout était sous contrôle, le capitaine informait bien les passagers. Contrairement à une fausse information qui a circulé, le second traversier, le Alphonse-Desjardins, n’a jamais été pris dans les glaces. La Société des traversiers a plutôt choisi de le laisser à quai en raison des conditions difficiles sur le fleuve.

20 janvier 2012 : Quatre membres de l’ambassade de Russie, à Ottawa, auraient été expulsés du Canada dans la foulée de l’arrestation d’un officier de la marine canadienne accusé d’avoir transmis des secrets militaires à des étrangers. L’expulsion du personnel russe, qui aurait été impliqué dans le stratagème, aurait eu lieu quatre jours après l’arrestation du sous-lieutenant Jeffrey Paul Delisle accusé plus tôt cette semaine. L’officier Delisle est emprisonné à Halifax, en attendant son enquête sur cautionnement la semaine prochaine. Il est accusé en vertu de la Loi sur la protection de l’information. Ottawa et Moscou restent peu loquaces relativement à ce dossier.

20 janvier 2012 : Un semi-remorque a percuté de plein fouet la façade du magasin Club Piscine de Granby, en Montérégie, ce matin. Le camion a traversé quatre voies et un stationnement, avant de terminer sa course dans le commerce. Le chauffeur aurait été victime d’un malaise. Une enquête policière a tout de même été ouverte afin d’éclaircir les circonstances de cet accident. Par miracle, l’employée responsable de la caisse qui a été catapultée par le camion occupait exceptionnellement la caisse d’à côté au moment de l’accident.

21 janvier 2012 : La saga entourant la découverte d’une taupe au sein du Service de police de la ville de Montréal, ayant subtilisé une précieuse liste de 2000 informateurs de police, a plongé le public dans cet univers policier tant fascinant que mystérieux qu’est celui des enquêtes sur le crime organisé, aux moyens d’infiltrations. On s’en doute bien, les détectives n’ont pas de boule de cristal et ne peuvent tout deviner sur ce qui se trame. Il y a certainement les écoutes électroniques, la filature et d’autres techniques sophistiquées, mais encore faut-il savoir qui suivre, où le trouver, quel est son numéro de téléphone, etc. Dans les enquêtes criminelles, particulièrement sur le crime organisé, l’implication d’informateurs actifs au sein des groupes criminels est un incontournable. Inutile d’insister sur la discrétion qu’exigent de telles informations : si la police veut continuer de faire affaire avec des informateurs, ils doivent pouvoir assurer leur sécurité et leur anonymat.

21 janvier 2012 : Sept magasins sur douze ont laissé filer un mineur avec de la bière et des cigarettes. Quatre «six pack de bière», trois paquets de cigarette, c’est la récolte qu’a obtenue l’hebdomadaire Le Reflet lors d’une récente enquête qui témoigne de la facilité d’avoir accès à ces produits et d’un laisser-aller généralisé dans plusieurs magasins. En visitant une douzaine de commerces (indépendants et grandes chaînes) de La Prairie, Saint-Constant, Candiac, Sainte-Catherine et Delson, Benjamin (nom fictif), le cobaye qui faisait bien ses 17 ans, n’a eu aucune difficulté à tromper la vigilance de certains commis. Alors qu’à certains endroits, les caissiers n’ont pas demandé à voir sa carte d’identité, c’est dans une station-service de Sainte-Catherine que l’expérience a été la plus significative. Lorsque Benjamin a voulu se procurer un paquet de cigarettes, l’employée lui a demandé son âge sans pour autant le vérifier pour en avoir le cœur net. Bien que l’exercice ait fonctionné plus souvent dans des dépanneurs indépendants, certaines grandes chaînes se sont également fait prendre au jeu. Sur les sept magasins fautifs, deux font partie de grandes compagnies québécoises. Pour les autres, ce sont des endroits ciblés par les jeunes puisqu’ils ne sont pas très rigoureux, rapporte le cobaye du « Reflet » habitué à la situation.

La semaine suivante : 22 janvier – 28 janvier 2012.

neige

Rue enneigée à Laval en janvier

Une rue enneigée à Laval en plein hiver. Photo : GrandQuebec.com

Nos sources :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>