Ligne du temps : 2012

15 décembre – 21 décembre

15 décembre – 21 décembre

C’est arrivé au Québec du 15 décembre jusqu’au 21 décembre 2012

Voir aussi : semaine antérieure du 8 décembre jusqu’au 14 décembre 2012

15 décembre 2012 : Sans contrat de travail depuis plus d’un an, les quelque 450 employés de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) ont déclenché une grève générale. En avant-midi, ce samedi, ils étaient plusieurs dizaines à tenir un piquet de grève devant la Grande Bibliothèque de Montréal pour exprimer leur mécontentement à leur employeur. Le débrayage du personnel de BAnQ, représenté par le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, touchait deux établissements, soit la bibliothèque de l’Université Laval à Québec et la Grande Bibliothèque de Montréal. En matinée, le syndicat promettait, dans un communiqué, que «malgré la tenue de piquets de grève», le personnel n’entraverait pas l’accès aux deux établissements touchés. Bibliothèque et Archives nationales du Québec a toutefois indiqué, samedi après-midi, dans un communiqué, qu’elle se voyait dans l’obligation «d’interrompre momentanément certains de ses services». La Grande Bibliothèque est demeurée ouverte, mais seuls les services en mode libre-service étaient accessibles et les retours de documents ne pouvaient être enregistrés. Les centres d’archives de Québec et de Montréal étaient fermés au public. Au cours des dernières semaines, le personnel de BAnQ est sorti à deux reprises dans la rue pour exprimer son mécontentement. Les points en litige sont les offres salariales de BAnQ et les conditions de travail des employés surnuméraires.

15 décembre 2012 : Un accident de motoneige a fait un mort sur le rang Saint-Philippe entre Sainte-Claire et Saint-Anselme, en Beauce. Le drame est survenu autour de 15h20. Le conducteur de la motoneige, un homme de 65 ans aurait vraisemblablement passé tout droit dans une courbe. Le petit-fils de la victime prenait également place sur la motoneige. Celui-ci s’en est tiré sans aucune blessure. L’évènement est survenu dans un sentier près du Chemin de la rivière Etchemin à Sainte-Claire, en direction de Saint-Anselme. L’homme a perdu le contrôle de sa motoneige qui s’est retrouvée dans un fossé. Celui-ci aurait été éjecté quelques pieds plus loin. Il était en arrêt cardio-respiratoire à la suite de l’impact. Il a été transporté au centre hospitalier où son décès a été constaté. «La vitesse serait en cause dans cet accident», a confirmé Gregory Gomez, porte-parole de la Sûreté du Québec. Selon le site web de l’Institut national de santé publique, depuis 10 ans, au Québec, le nombre moyen de décès liés à la motoneige s’établit à 29 par année. Les régions où surviennent le plus de décès à motoneige sont : le Saguenay-Lac-Saint-Jean (14 %), Chaudière-Appalaches (12 %), la Mauricie-Centre-du-Québec (10 %), l’Abitibi-Témiscamingue (10 %) et la Côte-Nord (9 %). Depuis 10 ans, on observe une moyenne annuelle de 306 hospitalisations au Québec, attribuées à la pratique de la motoneige. TORONTO – Le NPD part en croisade contre les frais imposés par de grandes entreprises à leurs clients pour envoyer un relevé écrit de leur facture mensuelle.

16 décembre 2012 : Le NPD a déposé une motion aux Communes et a lancé une pétition afin d’inciter le fédéral à adopter des mesures pour interdire totalement ces frais surnommés «payer pour payer». Des entreprises de télécommunications et des institutions financières exigent souvent des frais de deux dollars aux clients qui n’ont pas choisi la facturation en ligne. «Les fournisseurs devraient plutôt offrir des réductions à ceux qui choisissent la facturation électronique. On ne peut pas tolérer que les grosses compagnies se servent dans les poches des Canadiens les plus vulnérables», a dit Andrew Cash, un député du NPD.

16 décembre 2012 : Environ 550 000 $ ont été récoltés à l’occasion de la 10e Guignolée du Dr Julien qui s’est déroulé dans Hochelaga-Maisonneuve. Il s’agit de près de 50 000 $ de plus que ce qui avait été amassé l’an dernier. Des dons matériels comme des livres, des jouets ou de l’équipement sportif ont aussi été récoltés. « C’est une grande réussite de voir la population encore au rendez-vous, année après année, pour aider les enfants de nos communautés. Cet appui populaire nous pousse à continuer et confirme l’importance de notre mission auprès des enfants vulnérables du Québec. Il faut poursuivre nos efforts, car les besoins sont toujours criants », a dit Gilles Julien, fondateur et président de la Fondation du Dr Julien. L’argent servira à la Fondation du Dr Julien qui vient en aide chaque année à plus de 2000 enfants et leurs familles. Elle gère deux centres de pédiatrie sociale à Montréal : l’Assistance d’enfants en difficulté à Hochelaga-Maisonneuve et le Centre de services préventifs à l’enfance (CSPE) de Côte-des-Neiges.

tall painting on wall

« Les couleurs politiques sont comme les couleurs du peintre, elles n’ont qu’une surface mince et cachent toutes la même toile. » ( Alphonse Karr, écrivain français du XIXe siècle). Photo : © GrandQuebec

17 décembre 2012 : Les deux tiers des contrats de construction de la Ville de Longueuil auraient été partagés entre cinq entreprises au cours des dix dernières années, dont Construction Frank Catania et Construction DJL, compagnies maintes fois évoquées lors des audiences de la commission Charbonneau. Selon le quotidien montréalais La Presse, chacune de ces cinq compagnies aurait obtenu plus de 6 millions $ par année. Ainsi, 306 des 467 millions $ investis par la Ville dans des travaux d’infrastructures auraient été confiés aux entreprises de Frank Catania et DJL, ainsi qu’à Construction Benvas, Constructions Bricon et aux Entreprises C&R Ménard. En comparaison, une trentaine d’entreprises, se partageant le tiers restant des contrats, ont obtenu environ 500 000 $ par année. Plusieurs témoins de la commission Charbonneau ont affirmé, au cours des dernières semaines, que Construction Frank Catania et Construction DJL étaient impliquées dans un stratagème de collusion. Les deux entreprises auraient fait partie d’un cercle de compagnies qui se partageaient les contrats d’infrastructures de Montréal, tout en versant d’importants pots-de-vin à des fonctionnaires et des politiciens de la métropole. Au début décembre, l’Unité permanente anticorruption (UPAC) a d’ailleurs visité la municipalité de Longueuil. Le directeur général de la municipalité, Renald Gravel, avait pour sa part affirmé que les demandes de l’UPAC touchaient les administrations précédentes à celle de Caroline St-Hilaire.

17 décembre 2012 : Sans contrat de travail depuis avril 2010, les paramédics ont manifesté dans plusieurs grandes villes du Québec. Ils souhaitent faire pression sur le ministère de la Santé et les associations patronales en vue de débloquer les négociations sur le renouvellement de leur convention collective, qui avaient débuté en avril 2011. Entre 180 et 200 membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) se sont rassemblés en milieu d’après-midi aux abords du pont Jacques-Cartier, à Montréal, selon le porte-parole de la FSSS-CSN, François Forget. Depuis le 26 novembre, les ambulanciers refusent d’encadrer des stagiaires et de raccompagner le personnel d’escorte médicale. D’autres moyens de pression pourront venir s’ajouter d’ici Noël. Le syndicat promet toutefois de ne pas perturber les services à la population avant le déclenchement de la grève. Jugée insatisfaisante par les paramédics, la dernière entente de principe avait été rejetée à 71 % cet automne.

17 décembre 2012 : Les ministres des Finances du pays, qui se rencontraient au Lac Meech, près de Chelsea, en Outaouais n’ont pas réussi à s’entendre sur la question du régime des pensions de retraite. La population vieillit et les statistiques sont inquiétantes. Les ministres ont donc débattu d’une possible hausse des contributions des employeurs et des travailleurs aux régimes de pensions publics du pays. «Beaucoup de Canadiens n’épargnent pas assez en prévision de la retraite», a dit le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty. Les provinces semblent d’accord avec l’idée d’une hausse des cotisations, mais le Québec refuse de faire cavalier seul. Pour modifier le régime de pension du Canada, une majorité de provinces représentant les deux tiers de la population doivent être d’accord.

17 décembre 2012 : Un homme connu des milieux policiers pour ses liens avec la mafia italienne a été criblé de balles en pleine rue, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, à Montréal. Un peu après 10 h, Giuseppe Fetta, âgé de 33 ans, se trouvait à côté de sa voiture, garée en bordure du boulevard Saint-Laurent, près de l’intersection de la rue Fleury, lorsqu’un individu s’est approché de lui avant d’ouvrir le feu à plusieurs reprises en sa direction. Fetta, identifié dans le cadre de l’opération antimafia Colisée, en 2008, comme étant l’un des gardes du corps du mafieux Francesco Arcadi, a été atteint à plusieurs reprises aux jambes et au thorax. Il était toutefois conscient à l’arrivée des secours, ainsi que durant son transport en ambulance jusqu’à l’hôpital. En soirée, Giuseppe Fetta se trouvait dans un état grave, mais stable, et les médecins ne craignaient pas pour sa vie. Le tireur a pris la fuite avant l’arrivée des policiers et n’a pas encore été retrouvé.

18 décembre 2012 : Une tempête de neige lourde et humide s’est abattue comme prévu dans tout le sud et le centre du Québec, entraînant des centaines d’accrochages et sorties de route et des nombreuses pannes d’électricité. Vers 22 h 15, 32 500 foyers étaient privés de courant d’après Hydro-Québec dans les régions des Laurentides, de Lanaudière, de la Montérégie, de la Mauricie et de la Capitale-Nationale et de la Mauricie. La compagnie n’était pas en mesure de préciser les délais de rétablissement de l’électricité à Québec, en Mauricie, dans le Centre-du-Québec et dans la région de Saguenay parce que la tempête continuait de sévir en milieu de soirée. Selon la SQ, des centaines d’accidents sans gravité ont été répertoriés dans chacune des régions touchées par les chutes de neige. Toutefois, il s’est produit une collision mortelle à Saint-Germain-de-Grantham, près de Drummondville. Une personne âgée de 88 ans a perdu la vie. Par ailleurs, à la suite d’un accident de poids lourd qui s’est retrouvé en portefeuille, l’autoroute 50 a été coupée à la circulation mardi après-midi dans les deux sens pendant près de deux heures dans le secteur de Mirabel, à hauteur du kilomètre 279. Elle a été rouverte par Transports Québec vers 17 h. À Montréal, 10 cm de neige, mêlée à de la pluie, s’étaient accumulés mardi midi. Les averses ont cessé dans le courant de l’après-midi, laissant d’importantes quantités de «slush» sur les trottoirs et aux intersections. Par ailleurs, compte tenu de la tempête, toutes les écoles ont été fermées par mesure préventive à Québec, ce qui a permis aux enfants de profiter de la «neige à bonhomme» qui tombait lentement. À l’aéroport Jean-Lepage, des retards et des annulations étaient observés sur les vols en provenance et à destination de Montréal et Toronto. La compagnie d’autobus Orléans Express, qui effectue entre autres des navettes entre Québec et la région métropolitaine, a fait savoir mardi après-midi que son service était assuré normalement, malgré la tempête sur tout son réseau, mais qu’elle s’attendait à des retards.

18 décembre 2012 : L’ancien maire de Montréal, Gérald Tremblay, qui a démissionné dans la tourmente le 5 novembre dernier, doit apporter son témoignage à la commission Charbonneau en matière d’adjudication des contrats publics dans la métropole, selon Richard Deschamps. Le conseiller municipal et ancien vice-président du comité exécutif sous l’administration Tremblay a réagi à la petite bombe qu’a lancée le nouveau maire de Montréal, Micheal Applebaum, lundi. M. Applebaum a déclaré que l’ancien bras droit du maire Tremblay, Frank Zampino, et l’ex-directeur général de la Ville, Robert Abdallah, avaient tous les deux pris connaissance d’un rapport de 2004 confirmant la collusion et l’explosion des coûts des travaux sur l’île de Montréal. Gérald Tremblay a sans cesse soutenu ne pas avoir été informé de ce fameux rapport. «J’ai toujours cru la parole du maire, a dit M. Deschamps en entrevue avec Mario Dumont, mardi matin. Il va falloir qu’il puisse expliquer sa version des faits. Il a toujours demandé d’aller devant la commission Charbonneau. Là, c’est à la Commission de gérer ça.» Pour sa part, la chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville, Louise Harel, soutient que le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, devrait ouvrir une enquête sur ce rapport qui soulève plusieurs questionnements.

19 décembre 2012 : L’astronaute canadien Chris Hadfield a réussi son décollage vers la Station spatiale internationale (ISS), où il séjournera cinq mois et deviendra le premier Canadien à commander l’ISS. Le décollage a eu lieu de la toundra du Kazakhstan, au cosmodrome de Baïknonour, à 7 h 12, heure du Québec. Avec à son bord trois astronautes, le Russe Roman Romanenko, l’Américain Tom Marshburn et le Canadien Chris Hadfield, la fusée russe Soyouz devrait arriver à l’ISS dans deux jours. M. Hadfield est le copilote de ce voyage, une tâche pour laquelle il s’est préparé depuis dix ans, selon l’Agence spatiale canadienne. Le trio sera accueilli à la station par le commandant de la mission Expedition 34, Kevin Ford, de la NASA. Chris Hadfield y agira comme ingénieur de bord jusqu’au départ de l’équipage de Ford en mars 2013. C’est à ce moment qu’un changement de garde aura lieu, marquant ainsi le début de la mission Expedition 35. C’est aussi à ce moment que Chris Hadfield prendra le relais du commandant Fort, devenant ainsi le premier Canadien à commander l’ISS. L’astronaute ontarien âgé de 53 ans en est à son troisième voyage dans l’espace. Durant ses moments libres dans l’espace, Hadfield, guitariste et chanteur accompli, grattera sa guitare.

19 décembre 2012 : L’Unité permanente anticorruption mène présentement 22 enquêtes dans la province après avoir reçu un déluge de signalements du public au cours des derniers mois. C’est ce que le commissaire Robert Lafrenière, patron de l’UPAC, a fait savoir lors d’un point de presse à Montréal, mercredi matin. Ces 22 enquêtes «actives» de l’UPAC laissent présager que l’année 2013 risque elle aussi de lever le voile sur un lot de scandales et de magouilles dans l’attribution de généreux contrats publics. Le nombre de signalements, de plaintes et de renseignements communiqués à l’UPAC par la population a explosé au cours de l’année 2012. On en comptait 146, au 31 mars dernier, selon le rapport annuel de gestion 2011-2012 du commissaire à la lutte contre la corruption, d’après Le Journal de Montréal. Or, en date de mercredi, ce nombre s’élève à 836 signalements. Cette année, les enquêteurs de l’escouade Marteau ont appréhendé 43 personnes qui ont été accusées de fraude, d’abus de confiance, de corruption de fonctionnaire, de complot ou de production de documents contrefaits. C’est sept fois plus que durant la première année d’existence de l’UPAC, créée le 18 février 2011 par le gouvernement Charest dans la foulée des nombreuses révélations de corruption et de collusion rapportées dans les médias. Treize entreprises ont également été accusées au criminel, en plus de se retrouver dans le collimateur de Revenu Québec.

19 décembre 2012 : Le vol historique de sirop d’érable survenu à Saint-Louis-de-Blandford, dans le Centre-du-Québec, est sur le point d’être résolu. Au moins 14 personnes ont été arrêtées mercredi, alors que trois autres suspects avaient été appréhendés mardi. L’un des accusés, Stéphane Darveau, a brièvement comparu mercredi après-midi au palais de justice de Trois-Rivières. Il doit revenir en cour le 26 février prochain. Les autres suspects arrêtés mercredi ont été libérés sans avoir à comparaître devant un juge. Par ailleurs, Robert Mclean, Sébastien Jutras, Line Pépin et Gaétan Jutras de Saint-Louis-de-Blandford étaient toujours recherchés par les policiers. Il semble que certains seraient en vacances en Floride. Les suspects font face à de nombreuses accusations : complot pour vol, vol, fraude et recel. Les prévenus proviennent d’un peu partout, notamment de Terrebonne, Sainte-Anne-du-Sault et même Kedgwick au Nouveau-Brunswick où une importante perquisition a eu lieu cet automne à l’entrepôt de S.K. Export. Les policiers ont retracé les deux tiers du sirop d’érable, mais n’ont toujours pas pu le saisir. La Fédération des producteurs acéricoles demande aux instances gouvernementales d’agir pour récupérer le produit. Les policiers ont effectué des perquisitions dans quatre provinces dont le Nouveau-Brunswick et l’Ontario ainsi qu’aux États-Unis. Lors de ce vol de sirop d’érable, commis en 2011 ou 2012, une quantité équivalent à 10 000 barils ont été subtilisés, pour une valeur estimée à 20 millions de dollars.

19 décembre 2012 : Une opération policière visant le crime organisé italien a mené à trois arrestations, mercredi, dans la grande région de Montréal. À l’origine, la police enquêtait sur plusieurs incendies criminels survenus au cours des derniers mois dans la métropole. Il semble que ces enquêtes portaient sur la série d’incendies ayant été allumés à la fin de l’été et au début de l’automne dans des immeubles liés aux frères Domenico et Antonino Arcuri. Le mafioso et entrepreneur en construction Domenico Arcuri ne serait pas dans les bonnes grâces de Vito Rizzuto, notamment parce qu’il aurait appuyé Salvatore Montagna lorsque celui-ci était pressenti pour devenir le nouveau parrain de la mafia montréalaise avant d’être assassiné à Charlemagne, en novembre 2011. Au total, quatre perquisitions ont été menées dans des résidences – deux à Montréal et deux à Laval – au cours de la journée. L’une d’elles a d’ailleurs eu lieu sur la rue de l’Adjudant, dans le quartier Duvernay, à Laval, dans une luxueuse demeure appartenant à Adèle Sorella, cette mère de famille accusée du meurtre de ses deux filles en mars 2009. La femme de 46 ans est présentement en liberté, en attente de son procès qui doit débuter au printemps 2013. Adèle Sorella est l’ex-conjointe de Giuseppe «Pony tail» De Vito, un caïd de la mafia italienne condamné quant à lui à 15 ans d’emprisonnement après avoir été reconnu coupable en février de gangstérisme et de complot pour importation de cocaïne. Les autres perquisitions ont eu lieu dans une résidence cossue de l’avenue des Ambassadeurs, à Laval, ainsi que dans deux logements situés respectivement sur le boulevard Robert et sur la rue Barbeau, dans l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal. Lors de ces perquisitions, les policiers ont saisi une arme à feu, plus de 10 000 $ en argent, ainsi que de petites quantités de cocaïne et de cannabis.

20 décembre 2012 : Les experts se succèdent dans les médias afin d’expliquer que la fin du monde n’arrivera pas, que le mythe est faux et qu’aucun astéroïde ne se dirige vers la Terre. Qu’à cela ne tienne, Montréal se prépare quand même pour la fin du monde. Des entreprises et des bars profitent de tout l’intérêt que l’événement suscite pour organiser des soirées thématiques. Un toast à la fin du monde. C’est ce que propose la brasserie Unibroue. Créateur de la bière «La fin du monde», l’entreprise a profité des rumeurs d’apocalypse pour jouer le jeu. L’heure précise à laquelle la fin du monde doit arriver porte à confusion. De nombreux événements festifs ont été organisés, vendredi soir, sur la thématique de la fin du monde. Une immense soirée étudiante doit avoir lieu à l’Olympia, des fêtes dans des bunkers sont planifiées et plusieurs bars de la métropole ont invité les gens à passer leurs dernières heures chez eux. Si vous lisez ceci, c’est signe que quelqu’un s’est peut-être trompé quelque part.

20 décembre 2012 : La consigne des canettes de bière et de boissons gazeuses ainsi que des contenants de plastique demeure à 5 cents, au moins pour quelques mois encore. Québec maintient le statu quo malgré la promesse de l’ancien ministre libéral Pierre Arcand, qui avait annoncé en juin dernier son intention de la doubler d’ici la fin de l’année pour encourager les citoyens à recycler davantage. Le gouvernement Marois préfère attendre les résultats d’une étude qu’il vient tout juste de commander avant de trancher sur une éventuelle hausse à 10 cents. Le nouveau ministre de l’Environnement, Yves-François Blanchet, en a fait l’annonce jeudi dernier. En collaboration avec Recyc-Québec, le ministère a commandé une «étude comparative sur les systèmes de collecte sélective et de consignation». Le gouvernement n’a pas d’échéancier précis mais l’attachée de presse du ministre a précisé qu’une décision sera prise en 2013. Quant à la date de livraison de l’étude, on parle «en termes de mois». Rappelons que le prix de la consigne publique n’a pas augmenté depuis trente ans. Si l’annonce risque de décevoir le lobby pro-consigne, elle réjouit l’Association des embouteilleurs de boissons gazeuses du Québec (AEBGQ) et l’Association des détaillants en alimentation du Québec (ADA) qui félicitent le gouvernement. Cette décision est empreinte de «sagesse» a indiqué l’ADA. Ces deux associations avaient justement demandé au gouvernement d’évaluer toutes les options et de mesurer la performance des deux systèmes concurrents avant d’augmenter la consigne.

20 décembre 2012 : Les agents de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ont saisi 64 kilos de khat à l’aéroport Montréal-Mirabel dans deux colis en provenance de Londres. Le khat est une drogue dont les effets s’apparentent à ceux des amphétamines. La drogue, d’une valeur de 32 000 $, était cachée dans deux boîtiers d’ordinateur et destinée à une entreprise de Montréal. C’est une entreprise londonienne qui les avait envoyés par messagerie postale. Les feuilles de khat ont été remises à la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui continue son enquête. Les agents de l’ASCF ont effectué aux aéroports de Montréal 457 saisies depuis le début de l’année, d’une valeur de plus de 13,5 millions $.

21 décembre 2012 : La Cour suprême du Canada a rejeté les appels d’individus reconnus coupables de meurtres commis en Ontario qui contestaient l’intégrité du processus de sélection des jurés à leurs procès. Dans l’une des causes, les appelants se plaignaient que l’examen des jurés potentiels par la police s’était déroulé de manière abusive, et que l’information avait été transmise à la Couronne sans que la défense en soit avertie durant le processus. La police cherchait à savoir si les jurés potentiels avaient des antécédents judiciaires ou s’il s’agissait de «personnes peu recommandables». Les accusés alléguaient qu’il y avait eu atteinte à leur droit d’avoir une défense pleine et entière. «Les appelants ont bénéficié d’un procès équitable, et je ne suis pas convaincu que le processus constituait une erreur judiciaire», a conclu le juge Moldaver dans la cause contre Ibrahim Yumnu, Vinicio Cardoso et Tung Chi Duong, trois hommes reconnus coupables en décembre 2005 de deux meurtres prémédités. La Cour suprême concède toutefois que l’évaluation des candidats par la Couronne et la police suscite certaines préoccupations, notamment concernant la perception qu’il y a un effort pour «obtenir un jury favorable à leur cause». «Si la Couronne sollicite l’opinion d’un policier, elle doit communiquer tout renseignement pertinent dans le cadre du processus de sélection», souligne le tribunal.

21 décembre 2012 : Dans le cadre de l’édition 2011-2013 du programme d’incitatifs au recyclage de vieux véhicules Faites de l’air!, l’Agence métropolitaine de transport (AMT) a remis une 5000e récompense à une Montréalaise. L’AMT réalise ainsi son vœu d’atteindre ce nombre avant Noël. Mis sur pied en 2003, le programme Faites de l’air! permet au gens de recycler écologiquement leurs voitures, en recevant en échange des récompenses, par exemple des titres de transport en commun. «Ce programme permet d’atteindre deux objectifs : diminuer le nombre de voitures sur les routes et augmenter le nombre d’utilisateurs du transport collectif», a souligné Nicolas Girard, président-directeur général de l’AMT. Depuis 2009, les gens qui remettent leurs véhicules à l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) peuvent recevoir 12 mois de titres de transport en commun.

21 décembre 2012 : La tempête de neige qui a balayé le Québec a laissé plus de 50 cm de neige dans les Laurentides depuis jeudi soir et privé de courant plus de 100 000 foyers dans la province. La Mauricie, Québec et l’Outaouais, où on attendait des précipitations de 30 cm. Des précipitations de 55 cm à Sainte-Adèle et de 35 cm à Prévost ont sans doute réjoui les amateurs de ski des Laurentides, mais la région détenait le triste record de pannes d’électricité vendredi, soit 57 000 au plus fort de la journée, sur un total de 116 000 pour toute la province. Beaucoup d’arbres et de branches sont tombés sur les fils. Le mauvais temps a d’ailleurs forcé Transports Québec à fermer l’autoroute 15 Nord à hauteur de Sainte-Adèle durant quelques heures en fin de matinée, en raison de plusieurs sorties de route, un minicarambolage. La région métropolitaine a été relativement épargnée, avec des accumulations de neige de 5 cm et de pluie. L’heure de pointe du matin s’est mieux déroulée que prévu et la circulation est demeurée relativement fluide. Environnement-Canada prévoyait pour samedi de la neige intermittente et des accumulations de 2 cm. En Mauricie, des rafales de 40 à 70 km/h ont soufflé durant la journée, et l’autoroute 40 a été fermée entre Trois-Rivières et Maskinongé. La visibilité était réduite sur plusieurs routes. Les autorités surveillaient le niveau de la rivière Saint-Maurice, qui a monté dangereusement, notamment à cause des fortes précipitations qui se sont déjà abattues sur la région cette semaine. La région de Québec a reçu environ 15 cm de neige vendredi et 5 autres étaient attendus d’ici samedi avant-midi. L’Estrie a reçu des précipitations sous forme de pluie qui devaient se transformer en neige intermittente dans la journée de samedi. Le Bas-du-Fleuve et la péninsule gaspésienne devaient recevoir d’ici samedi avant-midi de 5 à 10 cm de neige selon les régions, mêlée de grésil. Au Saguenay et au Lac-Saint-Jean, un avertissement de tempête hivernale était en vigueur en soirée et pour la nuit de samedi, avec des accumulations prévues de près de 25 cm. Plusieurs commissions scolaires aux quatre coins de la province ont choisi d’annuler la dernière journée de cours avant les congés des Fêtes, notamment à Laval, dans les Laurentides, Lanaudière, Chaudière-Appalaches, la Mauricie, le Centre du Québec et la Capitale-Nationale.

Pour compléter la lecture : la période du 22 décembre jusqu’au 31 décembre 2012.

Nos sources :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>