Ligne du temps : 2012

1er novembre – 7 novembre

1er novembre – 7 novembre

C’est arrivé au Québec du 1er novembre jusqu’au 7 novembre 2012

Voir aussi : semaine précédente du 29 octobre jusqu’au 31 octobre 2012

1er novembre 2012 : Gabriel Nadeau-Dubois a été reconnu coupable d’outrage au tribunal pour des propos tenus pendant la grève étudiante du printemps dernier. L’ancien leader étudiant était poursuivi par Jean-François Morasse, cet étudiant de l’Université Laval qui a obtenu une injonction du juge Jean-François Émond au printemps pour assister à ses cours en arts plastiques. Le juge Denis Jacques a donné raison à ce dernier en soutenant que Nadeau-Dubois a incité, dans une entrevue diffusée à RDI, les étudiants en grève à ne pas respecter les injonctions du tribunal, incluant celle de Morasse. Le magistrat a été cinglant à l’endroit du populaire Nadeau-Dubois, notant qu’en ce faisant, il prône «l’anarchie et la désobéissance civile». Il a ajouté que l’ex-leader étudiant a profité de sa tribune à RDI pour «sciemment inciter les auditeurs à contrevenir aux ordonnances de la Cour». «Gabriel Nadeau-Dubois a choisi la voie de l’affront et de l’incitation au non-respect des injonctions», a écrit le magistrat dans son jugement de 20 pages, ajoutant qu’il s’agit là d’une «atteinte grave à l’autorité des tribunaux». Le juge n’a pas retenu les arguments de l’avocat de Nadeau-Dubois, Me Giuseppe Sciortino, qui a plaidé lors du procès qu’il n’y avait pas de preuve hors de tout doute raisonnable que son client avait connaissance de l’injonction avant de faire sa déclaration. Le juge a donné raison sur toute la ligne à l’avocat de Morasse, Me Maxime Roy, qui l’a convaincu que Nadeau-Dubois avait bel et bien connaissance de la teneur de l’injonction du juge Émond et des autres injonctions rendues durant le conflit étudiant, car il y fait référence dans sa déclaration. Il a ajouté également que ce dernier a le droit d’être en désaccord avec les injonctions et de les critiquer, mais qu’il ne peut inciter à y contrevenir.

1er novembre 2012 : À peine trois jours après le dépôt du budget contenant une hausse de taxe de 3,3%, qualifiée par plusieurs de «taxe de la corruption», l’administration Tremblay fait volte-face. La crise se poursuit à l’hôtel de ville et les revirements se multiplient au gré des allégations entendues à la commission Charbonneau. Le bras droit du maire  a surpris tout le monde en annonçant qu’il allait «revoir» le budget présenté mardi. Cette seconde analyse s’intéressera particulièrement à la hausse de la taxe foncière et le Fonds de l’eau. Le numéro deux de la Ville s’est dit sensible au mécontentement des Montréalais qui ont les yeux rivés sur leur téléviseur depuis un mois et demi. Les deux partis d’opposition à l’hôtel de ville ont appris avec grand étonnement que l’administration Tremblay s’apprêtait à revoir la hausse de taxe. «On est dans l’improvisation totale, a vertement condamné Louise Harel, du parti Vision Montréal. C’est d’un amateurisme incroyable. Ce matin, la direction générale faisait l’éloge du budget, et cet après-midi, elle annonce qu’elle va le modifier. Je n’ai jamais vu ça en 28 ans de vie politique.» Pour le chef du second parti d’opposition, Richard Bergeron, cette révision de la hausse de taxe était la moindre des choses. «La volte-face sur ce budget est la bienvenue, car c’était indécent de demander une hausse de 3,3% aux contribuables. Ça va les soulager de l’étranglement fiscal», a soutenu le chef de Projet Montréal. Il a aussi soutenu que 1,1% de baisse, l’équivalent du Fonds de l’eau, est envisageable puisque la ville a cessé presque toutes attributions de contrats d’égout.

2 novembre 2012 : La vaste frappe policière qui a mené au démantèlement d’un important réseau criminel de trafiquants de drogue, a permis d’arrêter 111 individus jusqu’à présent, alors que 26 suspects, dont les têtes dirigeantes, sont toujours en fuite. L’Opération Loquace, dirigée par une vingtaine de corps policiers du Québec et de l’Ontario, visait un consortium impliqué dans l’importation, le transport et le trafic de drogue partout au Québec, ainsi que dans d’autres provinces canadiennes. La Sûreté du Québec (SQ) a révélé que le chiffre d’affaires du réseau de stupéfiants aurait atteint jusqu’à 50 millions $ en six mois. Toujours selon la police, la violence était au cœur des opérations criminelles du réseau. Des membres du groupe seraient issus de groupes criminels, dont les Hells Angels et la mafia italienne. Deux des six têtes dirigeantes de l’important réseau de trafiquants ont été appréhendées. Larry Amero et Shane Maloney, de Verdun, sont maintenant derrière les barreaux, alors que Rabih Alkalil, Frédéric Lavoie et Mihale Leventis, de Montréal, et Timoléon Psiharis, de Laval sont toujours activement recherchés par les autorités. Le blanchiment de l’argent était sous la responsabilité de Steven Amgar, lui aussi recherché dans le cadre de l’Opération Loquace. Au cours de l’enquête et lors des perquisitions de jeudi, le Service des enquêtes sur le crime organisé la SQ a saisi 1,5 million $ en argent comptant, 53 véhicules, 189 armes à feu, de même que deux pistolets électriques. De plus, près de 73 000 comprimés de stupéfiants, 227 kg de cocaïne, 80 kg de cannabis et 160 gallons de GBL/GHB ont été perquisitionnés. Un laboratoire de fabrication de comprimés, deux presses à comprimés, et une serre de culture de cannabis ont également été dans la mire des enquêteurs.

ligne 7 autobus québec

Place Jacques-Cartier à Québec, arrêt de la ligne 7. Photo : © GrandQuebec

2 novembre 2012 : Une soixantaine de monteurs de ligne d’Hydro-Québec ont été déployés dans l’État de New York, suivant ainsi leurs 200 collègues partis mardi dernier soutenir l’effort de rétablissement de service électrique dans l’Est des États-Unis, après le passage de Sandy. Les monteurs ont quitté ce matin, à destination du secteur de Long Island, à environ 60 km à l’est de la ville de New York. «Ce sont les compagnies d’électricité locales qui nous font la demande, et nos équipes d’Hydro-Québec se font assigner à des tâches selon les besoins manifestés, a indiqué Yvan Cliche, porte-parole d’Hydro-Québec. «Les 200 travailleurs qui avaient quitté mardi à destination du Vermont, puis du New Hampshire, sont toujours aux États-Unis, ils se sont déplacés au Connecticut», a ajouté M. Cliche. Impossible de préciser combien de temps tous ces travailleurs seront sur place, ni si d’autres équipes partiront en renfort, mais la situation est réévaluée chaque jour, selon le porte-parole.

2 novembre 2012 :  La Cour suprême du Canada a statué qu’il est bel et bien constitutionnel de contraindre les personnes accusées de conduite avec facultés affaiblies de prouver que l’ivressomètre est défectueux. En effet, le plus haut tribunal au pays a jugé que ces dispositions de la loi violent le droit constitutionnel du citoyen d’être présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, mais que cette violation est justifiée en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés. La Cour suprême a par ailleurs diminué le fardeau de la preuve que doit présenter une personne accusée de conduite en état d’ébriété : ainsi, elle n’aura plus à tenter de prouver que le mauvais fonctionnement de l’ivressomètre a causé une lecture de son taux d’alcool dans le sang supérieure à 0,08.

3 novembre 2012 : Demain, comme chaque premier dimanche de novembre, il faudra reculer les montres pour passer à l’heure d’hiver. En 1976, trois ans après le premier choc pétrolier, ce système de double horaire été-hiver est censé permettre des économies d’énergie. Le principe : faire correspondre les horaires d’activité avec les horaires d’ensoleillement, afin de limiter l’utilisation de l’éclairage électrique. L’impact réel de la mesure est difficile à évaluer. En 2006, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie chiffrait les économies d’électricité réalisées à 1,3 milliard de kWh. Cela correspond à la consommation annuelle d’électricité d’une ville de 200 000 habitants. Le service de protection des incendies en profite pour rappeler que le changement d’heure est le moment idéal pour changer les piles de vos détecteurs de fumée.

3 novembre 2012 : Un planchiste a perdu la vie à la suite d’un malheureux accident, à Alma, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’homme de 21 ans dévalait une portion abrupte du rang Saint-Michel lorsqu’une dénivellation dans la route l’a fait tomber de sa planche de «longboard». L’accident s’est produit aux alentours de 15h30. La victime, originaire de la ville de Québec, a subi de graves blessures à la tête. «Le jeune homme ne portait pas de casque», a fait savoir le sergent Bruno Beaulieu, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). Son décès a été constaté au centre hospitalier. Le «longboard» est une planche à roulettes plus longue que la normale, en plus de posséder des essieux plus larges que la planche traditionnelle.

3 novembre 2012 : L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) avise la population de ne pas consommer les croustilles aux carottes (carottes tranchées) de marque Bolthouse Farms, parce que ce produit pourrait être contaminé par la bactérie Salmonella. Le produit visé, qui provient des États-Unis, se vend en sacs de 16 oz (1 lb) 454 g. Les renseignements suivants figurent dans le coin avant droit du sac: BEST IF USED BY NOV 12 2012 04 T XXXX BF 212 J11 UPC 71464 17209. BEST IF USED BY NOV 13 2012 04 T XXXX BF 212 J 12 UPC 71464 17209 Ce produit pourrait avoir été distribué à l’échelle nationale, au Canada. Aucun cas de maladie associé à la consommation de ces carottes tranchées n’a été signalé. Pour de plus amples renseignements, les consommateurs et les gens de l’industrie peuvent appeler l’ACIA au 1-800-442-2342/ATS 1-800-465-7735 (du lundi au vendredi de 8h à 20h, heure de l’Est).

4 novembre 2012 : Tous les Québécois auront un médecin de famille dans quatre ans, a assuré le ministre de la Santé, le Dr Réjean Hébert, en conférence de presse. Selon le ministre Hébert, cet objectif est réaliste grâce à la mise en place de plusieurs solutions permettant aux médecins de famille d’accorder plus de temps à leurs patients. «Les sommes sont au rendez-vous et on va améliorer également l’efficacité des médecins de famille par le dossier médical électronique et par l’ajout de nouveaux professionnels de la santé», a-t-il déclaré. Le nombre de Groupes de médecine familiale (GMF) sera augmenté, passant de 250 à 300, notamment dans les régions où le manque est plus important soit, à Montréal, Laval, en Montérégie et en Outaouais. Le ministre de la Santé prévoit également l’embauche de plusieurs professionnels de la santé, tels des infirmières, des travailleurs sociaux ou des nutritionnistes, afin d’alléger la tâche des médecins. Le président des Médecins québécois pour un régime public, le Dr Alain Vadeboncoeur, accueille favorablement les annonces faites dimanche par le ministre de la Santé. La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) s’est également dite satisfaite de la mise en place de ces solutions.

4 novembre 2012 : Joe Di Maulo, de 79 ans, jads proche de Vito Rizzuto, a été assassiné devant sa résidence de Blanvlle. C’est sa femme Huguette qui a fait la macabre découverte. Joe Di Maulo est en fait la 14e victime de cette lutte sanglante qui perdure depuis quelques années. Joseph «Joe» Di Maulo était vu par plusieurs comme un acteur important et influent dans la mafia montréalaise

5 novembre 2012 : Une cinquante de souverainistes et de fédéralistes se sont affrontés verbalement sur la question du retrait du drapeau canadien à l’Assemblée nationale, dimanche après-midi, à la Place du Canada, à Montréal. Les premiers ont dit appuyer la décision du gouvernement Marois de retirer le drapeau canadien de l’Assemblée nationale tandis que les fédéralistes ont dénoncé le geste. Les défenseurs des deux clans se sont affrontés lors d’échanges verbaux agrémentés de légères bousculades. Les policiers, environ une dizaine, sont alors intervenus pour ramener le calme. Mike King, l’organisateur principal de la rencontre, a affirmé d’emblée ne pas être d’accord avec les visées indépendantistes du Parti québécois. Plusieurs anglophones étaient présents pour faire valoir leur mécontentement, notamment sur la question de la langue.  Au départ, l’idée était de rassembler uniquement ceux qui ne sont pas d’accord avec le retrait du drapeau canadien. Une page a été créée sur Facebook et presque 1000 personnes ont adhéré à l’idée. Par la suite, une deuxième page a été mise en ligne, cette fois-ci rassemblant les souverainistes qui appuient le gouvernement. Ceux-ci ont décidé de se joindre à la manifestation. Des deux côtés, on souhaitait réunir le plus de manifestants possible, question de prouver qui a le plus de poids.

6 novembre 2012 : Un tremblement de terre d’une magnitude de 4,2, dont l’épicentre était situé près de Gatineau, en Outaouais, a réveillé plusieurs citoyens du Québec. La terre a tremblé à 4 h 05 exactement. L’épicentre du séisme était situé à 31 km à l’est du secteur de Buckingham, a indiqué Allison Bent, sismologue à Séismes Canada. Même si le tremblement était relativement faible, plusieurs personnes l’ont fortement ressenti. Sur les médias sociaux, des gens d’Ottawa, de Montréal, des Laurentides, et des Rive-Nord et Rive-Sud de Montréal ont dit avoir été réveillés par le séisme. «On ne s’attend pas à ce qu’il y ait de dommages, mais presque toute la région entre Gatineau et Montréal a été secouée», a précisé Mme Bent. Des systèmes d’alarme de voitures s’étaient déclenchés, alors que les réseaux de télécommunication semblaient affectés. «Normalement, le problème vient de la surcharge de l’utilisation», a avancé la sismologue pour expliquer les problèmes au niveau des systèmes de communication. Il s’agit du deuxième séisme qui réveillait les citoyens, en moins d’un mois. Le 10 octobre, un tremblement de terre d’une magnitude de 4,5 s’était produit dans la même zone sismique, même si son épicentre se situait à Saint-Marc-sur-Richelieu, au Québec. La secousse avait été ressentie peu après minuit et avait duré une vingtaine de secondes.

6 novembre 2012 : Dans le budget qu’il déposera à l’Assemblée nationale, le gouvernement Marois prolongera le gel des droits de scolarité pour au moins une autre année. Contrairement à ce qui était prévu par le ministre de l’Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, la décision sur la tarification sera prise avant la tenue du sommet sur l’éducation postsecondaire, promis par le PQ en campagne électorale. Le gouvernement Marois choisirait ainsi de prolonger le gel des droits de scolarité, comme le souhaitait la Fédération étudiante universitaire du Québec. L’indexation est le scénario favorisé par la première ministre Pauline Marois, et ce sera la position défendue par le gouvernement lors du sommet que prépare M. Duchesne.

7 novembre 2012 : L’avocate Marie-Hélène Giroux, qui a défendu des membres du crime organisé et dont le conjoint a représenté le parrain Vito Rizzuto, a été engagée par la Couronne pour piloter des dossiers de corruption liés à la mafia.

7 novembre 2012 : Le restaurant Akropolis Souvlaki, situé à Laval, a été la cible d’un incendiaire, tôt mercredi. Vers 2 h 45, les pompiers ont été alertés par une alarme de ce restaurant du boulevard Curé-Labelle. Sur les lieux, ils sont parvenus à maîtriser le feu en près d’une heure, a indiqué le lieutenant Patrick Boucher, de la police de Laval. Une fois l’incendie éteint, les pompiers ont constaté une odeur d’essence à l’intérieur du bâtiment. Ils en ont immédiatement avisé les policiers. Le bâtiment était vide lorsque les flammes ont pris naissance et personne n’a été blessé.

Pour compléter la lecture : la période du 8 novembre jusqu’au 14 novembre 2012.

Nos sources :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>