Ligne du temps : 2012

1er mars – 7 mars

1er mars – 7 mars

C’est arrivé au Québec du 1er mars au 7 mars 2012

Voir aussi : semaine précédente du 22 février au 29 février 2012

1er mars 2012 : Les troubles psychiatriques aigus connaissent une hausse sans précédent à Québec et, phénomène particulièrement inquiétant, les psychoses toxiques associées à la consommation de substances montent en flèche. Le Québec compterait jusqu’à 8 000 trafiquants d’ecstasy ou de méthamphétamine et environ 100 000 consommateurs de ces drogues de «party» bon marché, décriées par les policiers et le milieu de la santé. C’est le portrait alarmant tiré par les auteurs d’une étude produite ce mois-ci, à la demande du ministère canadien de la Sécurité publique.

1er mars 2012 : Officiellement, l’intégration des immigrants est un succès. Mais sur le terrain, des enseignants qui travaillent auprès des néo-québécois tiennent un autre discours. C’est le cas de Tania Longpré, qui est ­professeur depuis cinq ans dans différents centres de francisation de Montréal. Dans son livre-choc Devenir Québécois: c’est compliqué… mais pas tant que ça (qui paraîtra bientôt chez Stanké), cette enseignante dénonce une situation qu’elle considère alarmante. Même si plusieurs de ses étudiants motivés réussissent à apprendre le français et à adopter les valeurs québécoises, de trop nombreux récalcitrants semblent ne pas vouloir s’intégrer.

1er mars 2012 : Après s’être déroulées sans problème, les choses ont dégénéré cet après midi, devant l’Assemblée nationale, à Québec, où plus de 2000 personnes, selon les organisateurs, manifestaient contre la hausse des frais de scolarité. Quelques centaines de manifestants ont franchi les barrières de sécurité, ce qui a provoqué l’entrée en scène des policiers de l’escouade antiémeute de la Sûreté du Québec, qui ont utilisé les gaz lacrymogènes. L’escouade antiémeute de la Ville de Québec était également sur le qui-vive. Plus tôt, les manifestants se sont regroupés dans le secteur du parc des Braves, le long du chemin Sainte-Foy. Après avoir fait mine de se diriger vers l’est, ils sont revenus sur place, où ils sont demeurés de longues minutes. Puis, empruntant une rue perpendiculaire, ils se sont dirigés vers le boulevard René-Lévesque, qu’ils ont emprunté jusqu’à la rue Cartier et, de là, ils ont pris la Grande-Allée vers l’Assemblée nationale. La Coalition large de l’Association pour une Solidarité syndicale étudiante (CLASSE) parlait mercredi d’environ 10 000 étudiants de toute la province. Mais le chiffre a dû être revu à la baisse. Des représentants de groupes communautaires et de syndicats devaient également aussi être sur place. Des policiers se sont adressés aux participants pour leur dire qu’ils avaient le droit de manifester, mais qu’ils devaient le faire dans le respect de la loi.

2 mars 2012 : Pendant que la piètre qualité de la nourriture servie dans plusieurs centres pour personnes âgées soulève l’indignation, le gouvernement du Québec va dépenser des dizaines de milliers de dollars en sous-traitance pour fournir des repas halals et casher aux prisonniers issus de communautés culturelles. Le ministère de la Sécurité publique a lancé, dans les derniers jours, trois appels d’offres pour obtenir des services alimentaires spécialisés, réclamés par les détenus pour des motifs religieux.

2 mars 2012 : Avant de participer au Rendez-vous des maîtres en soirée, au Centre Bell, Andre Agassi, Michael Chang, Ivan Lendl et Pat Cash ont rencontré la presse, dans un hôtel du centre-ville de Montréal. Autour d’Agassi, une certaine aura. Au moment des entrevues, de nombreux micros et caméras font réaliser que le «Kid de Las Vegas» demeure encore un peu plus populaire que les autres légendes du tennis.

2 mars 2012 : Un voyage sous le chaud soleil des Antilles a fini par donner des sueurs froides à un résidant de Québec. Quelques semaines après son retour, Jean-François Prémont a reçu un compte de 16 357 $ de Virgin Mobile, son fournisseur de service, parce qu’il avait surfé sur Internet avec son téléphone cellulaire durant ses vacances. Pourtant, M. Prémont avait pris la peine de louer une connexion Wi-Fi à son hôtel, au coût de 65 $ par semaine. Mais voilà qu’il avait oublié de débrancher son téléphone du réseau 3G. «La règle d’or, dès qu’on s’assoit dans l’avion, avant d’attacher notre ceinture de sécurité, c’est de désactiver les données, à l’étranger, sur notre cellulaire. Comme ça, c’est impossible de recevoir une facture», a expliqué le chroniqueur François Charron. Après négociations, Virgin Mobile a accepté de réduire sa facture à 1550 $, un montant que Jean-François Prémont a accepté de payer.

3 mars 2012 : Une femme de 43 ans a été poignardée à mort dans ce qui a toutes les allures d’un drame conjugal, à Montréal. Vers 7h15, les policiers ont été appelés à un immeuble à logements de la rue Arthur-Chevrier, dans l’arrondissement de Montréal-Nord. C’est un voisin qui a contacté le 911, après avoir entendu des cris provenant d’un appartement. À l’arrivée des policiers dans l’appartement, la femme gisait au sol et le suspect, un homme de 45 ans, tentait de prendre la fuite. Il a été rattrapé et arrêté sur les lieux. La police de Montréal a indiqué qu’un enfant de trois ans était dans l’appartement lorsque l’agression a été commise, sans toutefois confirmer que la victime était sa mère. «La relation entre les deux personnes impliquées n’est toujours pas établie, par contre on parlerait ici d’un contexte de violence conjugale, a expliqué le porte-parole de la police de Montréal, Yannick Ouimet. Est-ce qu’ils étaient toujours conjoint-conjointe, ou ex-conjoint-conjointe, le tout demeure à confirmer.» Il s’agit du cinquième homicide à survenir sur le territoire de la police de Montréal depuis le début de l’année.

3 mars 2012 : Une centaine de personnes ont participé à la manifestation contre le gouvernement Harper organisée par la Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) devant l’hôtel Delta au centre-ville de Montréal, où se tient durant toute la fin de semaine la Conférence des jeunes conservateurs 2012. La CLAC entendait ainsi dénoncer les politiques mises de l’avant par les conservateurs depuis leur accession au pouvoir, et qui vont, selon elle, à l’encontre des valeurs de bien des citoyens et groupes sociaux du Québec. La conférence des jeunes conservateurs réunit des jeunes de tout le pays venus écouter et rencontrer des ministres du cabinet Harper, des membres seniors du caucus et des dirigeants du parti.

4 mars 2012 : Le gouvernement fédéral resserre les règles entourant le parrainage d’un conjoint vivant à l’étranger par un citoyen canadien afin de contrer les mariages frauduleux pour immigrer au Canada. La nouvelle loi proposée par le ministre de l’Immigration Jason Kenney exigera des conjoints parrainés qu’ils attendent cinq ans avant de pouvoir eux-mêmes parrainer un nouveau conjoint. Lorsqu’un étranger obtient sa citoyenneté canadienne en se mariant avec un Canadien, il peut en effet, s’il met fin à la relation, parrainer quelqu’un à son tour sans délai, et ce, même si son premier conjoint doit toujours répondre financièrement de lui. Les répondants s’engagent pour leur part à se porter garants financièrement de l’époux ou du conjoint de fait qu’il parraine pendant trois ans. Selon Jason Kenney, il y aurait même eu des cas où les époux parrainés faisaient de la publicité dans leur pays d’origine offrant de parrainer une nouvelle personne pour de l’argent et ainsi de suite. «Il y aura toujours des gens assez rusés pour contourner les lois d’Immigration Canada, mais cette nouvelle législation rendra la tâche beaucoup plus difficile», a affirmé M. Kenney.

4 mars 2012 : Des regroupements de citoyens s’opposent à l’exploration et l’exploitation de l’uranium au Québec et l’ont fait savoir à l’ouverture de la Conférence de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (PDAC) qui se tient jusqu’à mercredi, à Toronto. Sept-Îles sans uranium et Minganie sans uranium ont souligné dans un communiqué qu’autant la Côte-Nord du Québec que plusieurs municipalités à l’échelle de la province ont voté des résolutions contre l’uranium. Les regroupements veulent profiter du PDAC pour sensibiliser les investisseurs miniers à la réalité de la province. «Partout au Québec où un projet uranifère est annoncé la population proteste, il n’y a aucune acceptabilité sociale, peut-on lire dans un communiqué. Des groupes de citoyens se forment partout sur le territoire et travaillent ensemble pour demander un moratoire sur l’uranium au Québec.» Les regroupements soutiennent qu’il y a plusieurs autres ressources que les minerais radioactifs au Québec. «Nous vous remercions de choisir vos investissements dans le respect des Québécois», ont-ils ajouté.

5 mars 2012 : On apprend qu’alors que le gouvernement québécois recrute à grands frais des infirmières étrangères, au sein même de nos établissements, plus de quatre infirmières québécoises sur dix travaillent à temps partiel. Au cours des deux dernières années, le ministère de la Santé a dépensé plus de 1,1 million de dollars afin d’attirer en sol québécois 570 infirmières diplômées hors Québec qui ont signé un contrat d’embauche avec un établissement de santé d’ici.

5 mars 2012 : Un groupe d’Innus d’Uashat-Maliotenam ont bloqué la route 138 afin d’empêcher les camions de se rendre au chantier de la Romaine, sur la Côte-Nord. Un point de contrôle a été érigé avec des barricades en bois sur la réserve de Maliotenam (Mani-Utenam), située à une quinzaine de kilomètres à l’est de Sept-Îles. Quelques dizaines de personnes y participent. Des représentants du groupe Alliance Romaine sont aussi sur place pour soutenir le mouvement de protestation. Ce groupe dit en avoir assez de l’attitude d’Hydro-Québec qui poursuit les travaux de ce projet hydroélectrique sur leur territoire « sans leur consentement » puisqu’aucune entente n’a encore été ratifiée avec le Conseil de bande d’Uashat-Maliotenam. Le leader du mouvement, Norbert Fontaine, exige de rencontrer le premier ministre Charest, le ministre des Ressources naturelles Clément Gignac et le ministre des Affaires autochtones Geoffrey Kelley. C’est la médiatisation de l’installation des premiers pylônes électriques reliant le barrage Romaine-2 au Poste Arnaud qui a été la goutte qui a fait déborder le vase. Toutefois, cette action n’a pas été officiellement approuvée par le Conseil de bande, dont les discussions se poursuivent toujours avec Hydro-Québec, a-t-on fait savoir la semaine dernière. Les Innus entendent bloquer l’accès aux camions 24 heures sur 24 au point de contrôle qu’ils ont mis en place, sans toutefois pénaliser les résidents des communautés voisines qui peuvent circuler sans problème. Jusqu’à maintenant, les policiers autochtones surveillent les faits et gestes des Innus à distance. Quelques véhicules de la SQ ont aussi circulé dans le secteur sans intervenir.

5 mars 2012 : Deux suspects ont été arrêtés et plus de 9000 DVD piratés ont été saisis lors de trois perquisitions effectuées la semaine dernière dans des commerces montréalais, a annoncé la GRC, cet après-midi. Soupçonnés de piratage de films, les individus appréhendés s’exposent à des accusations en vertu de la Loi sur le droit d’auteur. Selon la GRC, les suspects seraient impliqués dans la reproduction illégale et la vente de films populaires. Leur identité n’a pas été dévoilée. L’enquête dans ce dossier a été menée par les policiers de la Section des enquêtes fédérales de la GRC, en collaboration avec l’Association cinématographique du Canada.

5 mars 2012 : Le site Internet McGillLeaks a mis en ligne une centaine de documents confidentiels portant sur les sommes versées par les anciens de McGill. Les fichiers, provenant du département du développement et des relations avec les diplômés de l’université, concernent les dirigeants à la tête d’entreprises telles que Bombardier, SNC-Lavalin, 3M, VIA Rail et Quebecor. Les documents révèlent les montants offerts par chacun des ex-étudiants, ainsi que de courtes biographies et d’autres informations qui pourraient s’avérer utiles quant au financement de l’université. Un groupe anonyme soutient avoir en sa possession des centaines de documents concernant les efforts de collecte de fonds auprès d’entreprises privées.

6 mars 2012 : Les pompiers de Mercier qui sont sans convention collective depuis le 31 décembre 2006, s’insurgent contre la dégradation de leurs conditions de travail. La douche de la caserne est hors service, certains meubles sont brisés, et le plafond, les murs et les armoires sont infestés de souris. La Ville de Mercier, en Montérégie, assure qu’elle fait le nécessaire, et déplore que certains pompiers colportent de fausses informations pour la discréditer, sur fond de négociations d’un nouveau contrat de travail. Les pompiers ont placé des pièges avec du beurre d’arachides partout pour coincer les bestioles, et des employés de la Ville seraient venus mettre du poison à rat, mais en vain. D’après le directeur général de Mercier, Marc Rouleau, un exterminateur était sur place lundi et un contrat de six mois a même été signé avec ce dernier.

6 mars 2012 : La Ville de Montréal devra payer la somme de 4500$ à une femme qui s’est fracturé la cheville après être tombée sur un trottoir de la métropole qui n’avait pas été déneigé adéquatement, a tranché la Cour du Québec. En quittant une entrevue d’embauche à la fin janvier 2009, Edith Virginie Njipang a glissé sur un trottoir à l’angle de la rue Guy et du boulevard de Maisonneuve, près du métro Guy-Concordia. Après avoir été transportée à l’hôpital, elle a subi une opération. Elle aurait ensuite suivi des traitements de physiothérapie pendant les trois mois suivants et aurait dû prendre des médicaments pour contrer la douleur occasionnée par sa fracture à la cheville. À sa défense, la Ville stipulait qu’elle n’était en aucun cas responsable de la blessure qu’a subie Mme Njipang. Le juge Alain Breault a statué qu’«il y a eu des lacunes importantes dans l’entretien des rues et trottoirs dans le secteur du métro Guy-Concordia» et que «les opérations de déneigement ou de chargement ont été inexistantes, au mieux clairement insuffisantes». Le juge a partiellement acquiescé à la requête de Mme Njipang et tranché qu’elle devait être indemnisée pour la période d’incapacité dont elle a souffert.

7 mars 2012 : Le gouvernement du Québec a débloqué une enveloppe de 30 millions $ pour fabriquer deux autobus urbains électriques en aluminium d’ici deux ans. Le projet, estimé à 73 millions $, a été lancé mercredi dans les locaux de l’entreprise Nova Bus à Saint-Eustache. Il consiste à concevoir et à produire deux modèles d’autobus de différentes longueurs, mais tous deux capables d’intéresser les marchés mondiaux. La réalisation de l’autobus électrique sera menée par six entreprises: Nova Bus, Bathium Canada, TM4, Giro, René Matériaux Composites et Précicad. Le microbus électrique sera mis au point de son côté par Indodev, Style et Tech et Structures CPI. Les alumineries du Québec seront partenaires de ce projet chapeauté par le Consortium Bus Électrique, l’organisme à but non lucratif créé spécialement pour ce projet. Elles investiront 1,5 million $ sur 4 ans dans la recherche et le développement. «On veut que 95 % du transport soit électrifié d’ici 2030. Le développement de la filière des véhicules électriques représente une priorité pour le gouvernement du Québec, a déclaré le premier ministre Jean Charest… Le projet annoncé aujourd’hui représente une occasion unique pour le Québec de devenir un chef de file mondial dans ce secteur d’avenir.»

7 mars 2012 : Le secteur du 500 rue Sherbrooke Ouest à Montréal a été le théâtre d’affrontements violents entre policiers et étudiants, à l’occasion d’une autre journée de manifestation organisée dans la métropole pour protester contre la hausse des frais de scolarité. La manifestation, organisée par l’Association facultaire étudiante de science politique et droit de l’UQÀM, a débuté au Square Victoria, mais les esprits se sont échauffés à l’occasion d’un autre rassemblement tenu devant l’édifice du 500 Sherbrooke Ouest. Celui-ci abrite le siège social de Loto-Québec et les bureaux de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec. Des manifestants, certains cagoulés ou masqués, ont bloqué les entrées de l’immeuble et une cinquantaine d’entre eux ont réussi à pénétrer à l’intérieur pour y chanter des slogans. La situation a dégénéré lorsque plusieurs dizaines de policiers ont tenté de disperser les étudiants qui avaient commencé à ériger une clôture pour tenter de fermer la rue Sherbrooke. Des projectiles et balles de neige ont été lancés aux policiers qui ont répliqué en utilisant des gaz lacrymogènes. Au moins trois manifestants ont été arrêtés. Les quelque 300 manifestants –ils étaient un peu plus nombreux devant le 500 Sherbrooke Ouest– se sont rendus devant les bureaux du ministère de l’Éducation à l’intersection des rues Fullum et Sainte-Catherine.

7 mars 2012 : Un homme a fait irruption dans une succursale de la Banque de Montréal, située sur le boulevard Samson, dans le secteur Sainte-Dorothée à Laval, exigeant d’une caissière qu’elle lui remette de l’argent. L’individu aurait réussi à s’emparer de quelques milliers de dollars, selon la porte-parole de la police de Laval, Nathalie Lorrain. Le suspect était un homme noir, portant un manteau de fourrure et un chapeau de cuir. Il aurait simulé une arme dans une de ses poches.

7 mars 2012 : Deux organismes communautaires, qui militent notamment pour l’augmentation du nombre de logements sociaux, reprochent à la Ville de Montréal de fermer les yeux sur un important projet immobilier de 326 condos répartis sur deux tours de 20 et 23 étages sur la rue Drummond, entre le boulevard René-Lévesque et la rue Sainte-Catherine, qui a été adopté par le Conseil d’arrondissement de Ville-Marie. Selon Habiter Ville-Marie et Interaction Peter McGill, la stratégie d’inclusions de logements abordables dans les nouveaux projets résidentiels de la Ville de Montréal prévoit d’inclure dans tous les projets de plus de 200 unités au moins 30 % de logements abordables, dont 15 % de logements sociaux. Or, le projet de la rue Drummond n’en contiendrait aucun. Le Conseil d’arrondissement a adopté le projet «en échange d’une compensation financière permettant le développement hors site d’une quinzaine de logements sociaux et communautaires, soit moins de 5 % de l’ensemble des unités de logements développées par le promoteur », peut-on lire sur le communiqué des organismes de quartier.

Voir aussi la semaine du 8 mars au 14 mars 2012

st patrick

Le printemps irlandais

Le printemps irlandais au Québec. Défile de la St. Patrice. Photo : GrandQuebec.com

Voici nos sources d’infos pour cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>