Ligne du temps : 2011

8 décembre – 15 décembre

8 décembre – 15 décembre

Actualités : décembre 2011

du 8 décembre au 14 décembre 2011

Voir la semaine précédente : du 1er décembre 2011 au 7 décembre 2011

8 décembre 2011 : Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Jason Kenney, annonce que le gouvernement révoquera la citoyenneté de 2100 Canadiens qui aurait été obtenue de manière frauduleuse. Des lettres ont déjà été envoyées à plusieurs de ces personnes pour les informer que le gouvernement a l’intention de révoquer leur citoyenneté. Les Canadiens concernés ont 60 jours pour répondre et ils peuvent contester la décision du gouvernement, mais «la plupart ne vont pas devant les tribunaux», a indiqué une source à l’Agence QMI. Les fonctionnaires de l’immigration bloqueront également les demandes de citoyenneté de 4 400 fraudeurs présumés, a-t-on appris. Plusieurs d’entre eux ont déjà commencé à recevoir des lettres les informant que leur demande sera rejetée sur des soupçons de fraude. Le ministre Kenney avait pris la décision l’été dernier de révoquer la citoyenneté de 1800 Canadiens. Le phénomène est plutôt rare puisque depuis 1967, seulement 67 personnes ont ainsi perdu leur citoyenneté. Le gouvernement devait aussi aller de l’avant concernant les cas de fraudes potentiels en matière de citoyenneté et d'immigration, qui ont été signalés par les Canadiens par l’entremise d’une ligne de surveillance frontalière mise en place en septembre.

8 décembre 2011 :
Rarement a-t-on vu un déploiement policier aussi important que celui de jeudi soir, dans l'arrondissement de Lachine, à Montréal, à la suite de la découverte d’un semi-remorque transportant une «matière douteuse». L’opération s’est mise en branle en début d’après-midi, après que le poids lourd eut été remorqué dans une fourrière située sur le boulevard Montréal-Toronto. En ouvrant la remorque, les employés ont remarqué la présence d’une cargaison assez suspecte pour qu'ils contactent les autorités. Dès lors, plusieurs services d’urgence ont été monopolisés. Il était notamment question de dizaines de policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), des unités de décontamination du Service de sécurité incendie de Montréal, de plusieurs équipes d’Urgences-santé, d’un poste de commandement de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), de membres des Forces canadiennes et de véhicules spécialisés de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) équipés d’appareils rayons X. Au cours de la soirée, un premier balayage («scan») de la remorque a été effectué. L’exercice n'a toutefois pas permis de déceler quoi que ce soit de dangereux. En fin de soirée, les nombreux services d'urgence se trouvaient toujours sur place et tentaient toujours d’identifier la «matière douteuse» contenue dans la remorque.

8 décembre 2011 :
L’Escouade régionale mixte (ERM) gang de rue Laval/Rive-Nord a mené une série de perquisitions dès 7 h 30. Quatre résidences ont été ciblées. Dans l’un des lieux, sur l’avenue Shorecrest dans le secteur Chomedey, soit à quelques centaines de mètres de la Récréathèque, les policiers ont mis la main sur une petite quantité de cannabis, un ordinateur, une veste pare-balles, une pièce d’arme à feu ainsi que près de 2000 $ en argent comptant. Les autres adresses perquisitionnées se trouvaient sur les rues Hennessy, de Horta, Courchesne et Ribeira-Grande. Ce serait sur cette dernière rue que le réseau faisait l’ensachage de sa drogue, puisqu’on y a une bonne quantité de sacs de différents formats, la plus importante quantité de cannabis, soit une livre, et une ensacheuse. Au cours de l’opération, six personnes ayant toutes des antécédents en semblable matière ont été arrêtées.

8 décembre 2011 : Le taux de récupération stagne à Montréal, alors qu’un peu plus qu’un déchet sur deux termine dans le bac à recyclage. Il s’agit de l’une des conclusions tirées du portrait 2010 de la gestion des matières résiduelles dans l’agglomération, rendu public par la Ville de Montréal. En 2010, tout comme en 2009, ce taux se situait à 53 %, une stagnation que l’administration de la Ville attribue à la hausse du total des déchets produits par la population. Un total de déchets qui pesait plus d’un million de tonnes en 2010. L’administration espère que le déploiement récent de quelque 250 000 bacs pour le recyclage fera grimper ce taux. Les résidents des arrondissements de Verdun (66 %), Outremont (64 %), et Ville-Marie (64 %) possèdent le plus haut taux de recyclage de la ville, franchissant la barre du 60 %. Du côté des villes reconstituées, les habitants de Westmount (68 %), Pointe-Claire (67 %) et de la Baie d’Urfé (64 %) remportent la palme. Au contraire, les arrondissements de Saint-Léonard (40 %), Montréal-Nord (42 %) et Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension (45%) recyclent le moins.

8 décembre 2011 : Annik Lagacé, une mère de famille de Granby qui a été attaquée et dévisagée par son chat le 26 novembre dernier, devra subir une opération esthétique au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS). Son chat, Willy, habituellement affectueux et calme, avait depuis quelques mois des comportements étranges. Le 26 novembre, son comportement nerveux s’est transformé en violente attaque. Au centre hospitalier, on croyait que la dame avait été victime d’une attaque d'un gros félin tellement ses blessures étaient sérieuses. Annik Lagacé a fait examiner le chat par un vétérinaire qui lui a proposé de changer son alimentation. Les résultats ont quelque peu aidé, sans plus. Ainsi, les membres de la petite famille ont pris l’habitude de l’enfermer dans un réduit lorsque ses crises de nervosité apparaissaient. Mme Lagacé croit comprendre que son chat, qui a été euthanasié après l’attaque, ait pu développer des symptômes s'apparentant à de la schizophrénie féline. La dame souhaite sensibiliser les gens à l’importance de faire dégriffer leurs chats, si elle l’avait fait, ses blessures auraient été moins sérieuses. Lors de l'attaque, les griffes de Willy sont restées enfoncées dans son cuir chevelu. Peu de temps après le drame, la dame a choisi d’adopter un autre chat.

8 décembre 2011 : Le projet de loi 48 n’a pas fini de soulever la controverse dans la population québécoise. Un jeune conducteur a décidé d’utiliser YouTube pour exprimer sa colère face au projet déposé et qui va obliger les propriétaires de véhicules de huit ans et plus à passer une inspection environnementale. Matthieu Bonin a mis sa vidéo en ligne mercredi soir (7 décembre) et déjà plus de 20 000 personnes l’ont visionnée. Le conducteur révolté estime que cette loi fera en sorte que les moins nantis – ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter une nouvelle voiture – devront encore payer. Dans le milieu de la vidéo, le citoyen s'en prend aux grandes compagnies à travers le Québec qui émettent des gaz à effet de serre. « Ne venez pas me dire que toutes les compagnies multimillionnaires qui sont au Québec présentement ce sont toutes des compagnies vertes. Là on est déjà rendu à s’en prendre au petit contribuable qui est déjà surtaxé. »

9 décembre 2011 : Une dame de 72 ans a connu une fin atroce, alors qu’elle s’est retrouvée sous les roues d’un véhicule, au centre-ville de Montréal. La dame traversait la rue Plessis à l’intersection de la rue Ontario, vers 17h, lorsqu’elle a effectué une chute pour des raisons indéterminées. La circulation a repris face à un feu vert et le conducteur d’un véhicule n’a pas vu la femme. Le véhicule a roulé sur la victime. La septuagénaire a subi de graves blessures. Elle a été transportée à l’hôpital, où son décès a été constaté. «Il ne devrait pas y avoir d’accusations contre le conducteur puisqu’il s’agit d’un pur accident.

9 décembre 2011 : Quelques dizaines de ressortissants congolais ont manifesté à Montréal, causant de considérables problèmes de circulation au centre-ville. Le groupe de manifestants, qui désirait attirer l’attention sur la situation politique au Congo, s’est rendu sur le pont Jacques-Cartier vers 14 h 30 et leur mouvement a forcé la fermeture temporaire du pont, pendant environ 45 minutes, alors que l’heure de pointe s’amorçait. La congestion routière dans les environs du pont, autant à Montréal que sur la Rive-Sud, a été immédiate et importante. Les manifestants ont alors été repoussés vers la rue Sainte-Catherine par les policiers. Ils se sont ensuite retrouvés, vers 17 h, au coin du boulevard René-Lévesque et de la rue Saint-Alexandre, près du consulat américain. Ils y sont restés quelques minutes, bloquant de nouveau la circulation. «Il faut que les médias connaissent l’injustice qui a été commise au Congo», a raconté une femme rencontrée à cet endroit. Selon les manifestants, celui qui a été donné vainqueur de l’élection congolaise du 28 novembre, Joseph Kabila, ne l’est pas réellement, mais est supporté par les puissances occidentales. «C’est Étienne Tshisekedi qui a remporté l’élection, toujours, selon les manifestants. Si nous devons bloquer le pont Jacques-Cartier pour que les gens le sachent, on va le faire. On va bloquer Champlain aussi s’il le faut. ». Une trentaine de manifestants a de nouveau bloqué la circulation sur la rue Sainte-Catherine, au coin de la rue Aylmer. C’est à ce moment que les policiers ont entrepris de disperser la foule. Il y a eu deux arrestations pour refus d’obtempérer à un ordre d’un agent de la paix.

9 décembre 2011 :
Un soleil artificiel et une chambre environnementale capable de reproduire les températures de toutes les régions du globe, une première mondiale, ont été installés entre les murs de l’Université Concordia à Montréal au coût de 4,5 millions $. Il est ainsi possible de reconstituer à l’intérieur de l’enceinte de Concordia le climat de la Mauritanie et du Nunavut. D’une dimension de 9 m sur 4,65 m et d’une hauteur de 7,25 m, la pièce permet même la construction d’une petite maison. L’objectif du nouveau laboratoire est de tester l’efficacité calorifique de plaques photovoltaïques et thermiques qui pourraient éventuellement équiper les chaumières québécoises. «Pour le climat québécois, il faut tester les plaques à -20 degrés Celsius avec un beau gros soleil. Avec ce laboratoire, on peut recréer des conditions difficiles à atteindre 24 heures sur 24, à l’année», a expliqué Diane Bastien, étudiante au doctorat en génie du bâtiment à l’Université Concordia. À terme, l’équipe de chercheurs de Concordia souhaite trouver les meilleurs moyens pour réduire la consommation énergétique moyenne. Présentement, la technologie la plus accessible, c’est le solaire thermique. Le coût d’un mur avec un collecteur thermique est comparable à la brique. La majorité des bâtiments du Québec ne sont pas encore prêts à recevoir des panneaux photovoltaïques, qui transforment l’énergie solaire en électricité.

10 décembre 2011 : L’homme fort Roger Bouchard, âgé de 72 ans, a encore une fois repoussé ses limites. Le 30 novembre, il soulevé du sol une charge de 1716 livres (778 kilos), son ancien record, établi en 2009, était de 1703 livres (772 kilos). Le résidant de Chambly, en Montérégie, a tenté pendant plus de 20 ans de faire homologuer ses records dans le livre Guinness, mais s’est toujours buté à un refus. Atteint de problèmes chroniques au dos dans sa jeunesse, c’est en soulevant des poids qu’il a pu en guérir. Les médecins lui ont toujours déconseillé de soulever des charges, d’où le refus de Guinness de donner foi à ses exploits. Louis Cyr soulevait du sol un peu moins de 1900 livres (862 kilos). Il avait alors moins de 37 ans et pesait 355 livres (161 kilos). Le septuagénaire Roger Bouchard n’est pas bien loin du compte alors qu’il ne pèse que 200 livres (91 kilos).

10 décembre 2011 : L’Association des infirmières du Canada (AIIC) s’inquiète de l’importation au pays de l’examen américain d’autorisation pour infirmières et infirmiers. Selon l’AIIC, l’objectif de ce nouvel examen est d’attirer le personnel infirmier canadien aux États-Unis. L’examen canadien actuel, l’Examen d’autorisation d’infirmière auxiliaire au Canada (EAIAC), sera remplacé par celui de la National Council of State Boards of Nursing (NCSBN), offert dans 10 pays. Selon l’AIIC qui regroupe 11 associations et ordres provinciaux et territoriaux au pays, l’adoption de cet examen pourrait se traduire par une mobilité accrue des infirmières autorisées d’un côté à l'autre de la frontière. L’association canadienne déplore notamment que les nouveaux membres de la profession infirmière pourraient subir, au plus tôt dès 2015, un examen sans aucun contenu canadien. «Ça ne s’applique pas au Québec puisque la province a son propre examen», administré par l’Ordre des infirmières du Québec, a toutefois précisé Kate Headley, coordonnatrice des communications externes de l’AIIC.

10 décembre 2011 : Deux banques situées sur l’île de Montréal, l’une à LaSalle et l’autre à Mont-Royal, ont reçu la visite de malfaiteurs, dans la nuit de vendredi à samedi. Dans les deux cas, il y aurait eu introduction par effraction, mais aucun vol n’a été commis. À première vue, rien ne laisse croire aux policiers que les deux méfaits sont reliés. Une des deux introductions par effraction s’est produite à une succursale de la Banque Royale, située sur l’avenue Royalmount, à Mont-Royal. L’autre a eu lieu à la Banque de Montréal, sur le boulevard Newman, dans le secteur de LaSalle. La Section des crimes majeurs de la police de Montréal fait enquête sur les deux incidents.

11 décembre 2011 : L’ancien député du Bloc québécois et ex-ministre péquiste, Daniel Paillé, a été élu chef du Bloc québécois. M. Paillé l’a emporté au 2e tour avec 61,28% des votes devant la député Maria Mourani qui a récolté 38,72% des voix. Le troisième candidat, le député Jean-François Fortin, a été éliminé à l’issu du premier tour. Un deuxième a été nécessaire parce que M. Paillé n’avait pas réussi à récolter la majorité des voix au premier tour. Le taux de participation au vote par les membres du Parti a été de 38,7%. Dans son discours tout juste après l’annonce des résultats, M. Paillé a souligné le travail de Maria Mourani et de Jean-François Fortin. L'ex-chef du parti, Gilles Duceppe — qui a démissionné à la suite de l’important revers du Bloc lors des dernières élections fédérales — a livré un court discours avant la présentation des résultats. Il a souligné que la nouvelle cible du Bloc québécois est le NPD. «Le prochain chef doit démontrer que l’option du NPD ne répond pas aux besoins des Québécois», a-t-il dit. Gilles Duceppe a souligné que le Bloc peut y arriver, car ce parti a déjà vaincu les libéraux et les conservateurs par le passé.

11 décembre 2011 : Souvent critiqué, le métro de Montréal a aujourd’hui de quoi être fier. La station Champ-de-Mars se trouve en tête de liste des 15 plus belles stations de métro du monde. Le guide de voyage Bootsnall a dressé la liste des 15 plus belles stations de métro de la planète. En premier figure la station de métro montréalaise, suivie par celle du boulevard Formosa, à Kaohsiung, Taïwan, et la T-Centralen station, à Stockhölm, en Suède. On souligne l’aspect spectaculaire de la station Champ-de-Mars lors des jours ensoleillés, où la lumière pénètre à travers les vitraux de l’artiste automatiste Marcelle Ferron, une des signataires du Refus global.

12 décembre 2011 : Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Jason Kenney, a confirmé que toute candidate à la citoyenneté devra dorénavant découvrir son visage lors de la cérémonie de serment, afin de respecter les valeurs canadiennes. La mesure visant à s'assurer que chaque personne qui veut devenir citoyen canadien le fasse ouvertement provient du plan d’action lancé par le ministre Kenney, qui mise sur des tests renforcés sur l’histoire du Canada et une meilleure connaissance de base d’une des deux langues officielles. Le ministre a dit qu’il a pris cette décision à la suite de plusieurs cas où des femmes voilées, portant le niqab ou la burqa, prêtaient le serment lors des cérémonies officielles et publiques, sans que les juges de la citoyenneté ne puissent confirmer qu’elles récitaient ce serment, et encore moins s'assurer de leur identité véritable. L’obligation d'avoir le visage découvert s'appliquera seulement dans le cas des démarches entourant l'attribution de la citoyenneté canadienne. Les femmes peuvent toujours voter voilées lors d’élections fédérales, même si un projet de loi privé émanant du ministre des Anciens Combattants, Steven Blaney, est toujours à l’étude.

12 décembre 2011 : Personne ne semble savoir d’où émanent les propos voulant que le mot Noël soit banni de l’école secondaire Saint-Martin, à Laval, mais la rumeur s’est vite répandue et commence à attiser la colère chez des élèves et parents. Il suffit de marcher aux abords de l’école du boulevard Saint-Martin pour se rendre compte que le sujet est sur toutes les lèvres. Plusieurs élèves affirment que la demande avait bel et bien été formulée. Par contre, plusieurs ne s’entendent pas sur l’origine de la demande. Bien que cela ne semble pas être une demande de l’école, le mot s’est rapidement répandu chez les élèves et a fait boule de neige. Certains tiennent même des propos durs envers leurs collègues de classe d’origines diverses alors que ces derniers ne semblent aucunement être à la source de la problématique. «Dans ma classe, on est quatre Québécois et 28 Arabes, a fait savoir une élève de secondaire 2. S’ils ne veulent pas qu’on parle de Noël, ils ont juste à venir à l’école pendant notre congé de Noël et venir travailler à l’école.» «On est chez nous et on a droit à nos traditions, a laissé entendre un garçon de première secondaire. Ce n’est même plus religieux Noël. Ils n’ont qu’à rester chez eux, s’ils ne sont pas contents.» Cet évènement pourrait ne pas être étranger au phénomène des différentes vidéos qui gagnent les réseaux sociaux et qui s’attaquent aux différents accommodements raisonnables qui ont eu lieu au cours des dernières années dans la période des Fêtes.

13 décembre 2011 : Un homme de 48 ans a été blessé par balle au restaurant portugais Imperio, situé la rue Jarry Est, coin de la rue Chambord, dans le quartier Villeray, à Montréal, ce soir. Il a été transporté à l’hôpital et il était dans un état critique, mais stable, selon la police de Montréal. Le ou les suspects ont pris la fuite.

13 décembre 2011 : Près d’un tiers des demandes d’inscription à l’Ordre des ingénieurs du Québec ont été adressées par des ingénieurs formés à l’étranger, soit plus de 1000 en 2010-2011. Cette nouvelle réalité a poussé le ministère de l’Immigration du Québec et l’Ordre à signer une entente qui vise à faciliter l’intégration des diplômés en génie d’origine étrangère. Le processus de reconnaissance des compétences des ingénieurs issus de lMimmigration sera amélioré par un outil en ligne d’autoappréciation. En remplissant ce questionnaire, les diplômés pourront savoir s’ils répondent aux exigences à satisfaire pour être admis à l’Ordre des ingénieurs. L’objectif est d'évaluer la durée et les coûts de leur démarche avant leur arrivée au Québec. De plus, l’Ordre des ingénieurs créera un dossier personnel sur Internet qui permettra aux futurs travailleurs de suivre l’état d’avancement du traitement de leur demande et d’être informés des échéances afin d’éviter les délais.

13 décembre 2011 : La ministre du Tourisme, Nicole Ménard, a annoncé l’octroi d’une subvention de 130 000$ pour appuyer l’organisation de la Coupe Memorial à Shawinigan. Il s’agit d’un montant supérieur de 30 000$ à ce qui est généralement versé lorsqu’une équipe accueille le tournoi printanier. «En Mauricie, le tourisme prend énormément d’ampleur. C’est une belle vitrine pour cette région quand on pense que des milliers de téléspectateurs pourront suivre ce tournoi important. Voilà une raison de plus pour en donner un peu plus.» Le président du comité organisateur de la Coupe Memorial 2012, André Buisson, a expliqué ce que l’organisation entendait faire avec ce montant. «On va s’en servir à bon escient. Cette somme servira notamment à l’organisation du « Fan-Fest » et des spectacles d’après-match. Ces activités vont nous aider à améliorer l’expérience en dehors du tournoi de hockey proprement dit», explique-t-il.

14 décembre 2011 : Une quinzaine de familles de Saint-Amable, en Montérégie, ont retrouvé leurs décorations extérieures de Noël. Les policiers ont mis la main sur plusieurs éléments de décoration qui avaient été rapportés volés, mardi, lors d’une perquisition. Deux suspects, un homme de 40 ans et un adolescent de 17 ans, ont été arrêtés, à Saint-Amable, relativement à des vols de structures gonflables. «Depuis quelques semaines, on assistait à une recrudescence de vols de décorations de Noël. À tel point que cela est venu aux oreilles du comité de sécurité publique de la municipalité, qui nous en a fait part. À la suite de notre enquête, nous avons pu régler une quinzaine de vols, à la plus grande joie des enfants», a expliqué le porte-parole de la police, Pierre Tremblay.

14 décembre 2011 :
Internet Saco ferme ses portes après avoir perdu une poursuite judiciaire initiée par Les Aménagements de Chute-aux-Outardes. Le fournisseur de services Internet doit cesser ses activités le 16 décembre. Il en a avisé sa clientèle par lettre, la semaine dernière. Un bref de saisie a été émis. La valeur totale de la créance à l’égard des Aménagements de Chute-aux-Outardes frise le demi-million de dollars. Ce sont les citoyens de la petite municipalité qui en supportent le poids, par le biais des taxes. Les clients d’Internet Saco s’inquiètent, particulièrement ceux qui habitent des municipalités non desservies en haute vitesse par les autres fournisseurs. Les citoyens de Chute-aux-Outardes ne sont pas trop touchés en raison d'un poste de relais de Telus. Les clients d’Internet Saco pourront changer de fournisseur. La mairesse Chute-aux-Outardes Arlette Girard s’attend à l’arrivée prochaine de la haute vitesse partout dans la MRC, que ce soit avec Vidéotron ou encore Xplorenet.

14 décembre 2011 : Huit jeunes qui consommaient des stupéfiants aux abords de l’école secondaire du Mont-Bruno, à Saint-Bruno-de-Montarville, ont été arrêtés par les policiers. Selon les autorités, l’intervention policière a été faite à la demande de la direction de l’établissement. Entre 10 h et 13 h, huit adolescents, possiblement des étudiants de l’école, ont été pris en flagrant délit. Ils ont été appréhendés sur-le-champ. Les membres de la direction de l’établissement devaient fouiller les casiers des étudiants au cours de l'après-midi. « Si des stupéfiants sont trouvés, ils feront appel à nous », a laissé savoir l’agent Simard. L’école secondaire du Mont-Bruno, situé sur le boulevard Clairevue Est, compte plus de 2000 étudiants de la première à la cinquième secondaire.

Semaine suivante : 15 décembre 2011 – 22 décembre 2011

Sources utilisées :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>