Ligne du temps : 2011

22 novembre – 30 novembre

22 novembre – 30 novembre

Actualités : novembre 2011

du 22 novembre jusqu'au 30 novembre 2011

Voir la semaine précédente : du 15 novembre 2011 au 21 novembre 2011

22 novembre 2011 : Les indignés de Québec ont été expulsés du Jardin Saint-Roch à Québec, dès 6h ce matin. Plusieurs dizaines de policiers assistés d’employés de la ville ont démantelé les installations d’Occupons Québec, place de l’Université-du-Québec après un mois de mobilisation. En soirée, une trentaine d’entre eux étaient réunis au même endroit pour trouver une suite cohérente à leur mouvement. Ceux-ci hésitaient entre rester sur les lieux, occuper l’École nationale d’administration publique (ENAP), ou se déplacer dans un bar, comme Le Nostradamus. Seulement six à huit manifestants étaient couchés dans les tentes lorsque les policiers ont expulsé les campeurs du parc. Les occupants ont tous quitté les lieux pacifiquement et aucune arrestation n’a été effectuée.

22 novembre 2011 : L’existence de milliers d’entreprises fictives pourrit les chantiers de construction du Québec, favorisant la culture des «extras», le travail au noir et les risques d’erreurs graves. La Fédération québécoise des associations d’entrepreneurs spécialisés en construction a révélé en commission parlementaire le stratagème utilisé par des entrepreneurs afin de rafler des contrats pour lesquels ils n’ont aucune compétence. Par exemple, en maçonnerie, il existe 2200 licences d’entrepreneurs, mais pourtant seulement 1300 compagnies ont déclaré l’an dernier des heures travaillées. La plupart des autres sont des compagnies bidons. Denis Brisebois de la FQAES dit avoir averti la Régie du bâtiment «à plusieurs reprises», après avoir incité ses membres à lui rapporter des cas précis d’entreprises ayant raflé des contrats grâce à des soumissions anormalement basses. Le président de la Fédération soutient qu’il peut se permettre de dévoiler publiquement cette «recette» utilisée par les entrepreneurs uniquement parce qu’il n’est plus en affaires dans une industrie où règne encore l’Omerta, la loi du silence.

22 novembre 2011 : Le système d’octroi de visas au Canada présente d’importantes lacunes et pourrait être risqué pour la santé et la sécurité des Canadiens. C’est le constat alarmant qu’a fait le vérificateur général du Canada par intérim, John Wiersema. Dans son rapport, il affirme que le gouvernement doit «mieux gérer les risques pour la santé, la sécurité publique et la sûreté» qui sont liés à l’octroi des visas. En matière de sécurité nationale, il souligne que 97 % des agents responsables d’accorder ou de refuser des visas d’entrée au Canada se basent sur des guides de renseignement désuets, alors qu’ils doivent en principe leur permettre de repérer les demandeurs à risque. M. Wiersema ajoute que les analystes de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) qui fournissent des conseils en matière de sécurité aux agents des visas n’ont pas reçu la formation nécessaire et leur travail est rarement évalué.

22 novembre 2011 : Occupons Montréal s’est fait voler un montant de 10 000 $, selon des gestionnaires du mouvement. La somme a été prélevée sur les 25 000 $ provenant des dons du public. L’argent a été volé dans une yourte installée sur le site et les organisateurs affirment avoir une bonne idée de la personne coupable, qui serait l’un des leurs. Ce vol, survenu au cours des deux derniers jours au square Victoria, est un autre signe de la fin de l’occupation.

22 novembre 2011 : Jeanine Poloni, une Québécoise d’origine française, âgée de 66 ans, pourrait être expulsée du Canada en raison d’un vol à l’étalage commis en 2009. Au cours de son audience devant la Commission de l’Immigration et du statut de réfugié, la commissaire Marisa Mutso a émis une mesure de renvoi à l’encontre de Mme Poloni. Son avocat, Stéphane Handfield, a signifié son intention d’interjeter appel. À la suite d'une peine de neuf mois d’emprisonnement avec sursis en lien avec un vol d’une valeur de 85 $ dans un supermarché IGA, en 2009, l’Agence des services frontaliers du Canada souhaite expulser Mme Poloni du pays pour cause de «grande criminalité». La dame a déjà été reconnue coupable de vols à l’étalage. Son avocat a affirmé qu’elle est cleptomane, mais qu’elle suit une thérapie pour éviter de voler de nouveau.

23 novembre 2011 : Malgré des coûts de transport exorbitants vers le Nord québécois, le premier ministre Jean Charest est convaincu d’y développer l’industrie touristique à l’intérieur d’un plan de développement de 70 millions $ pour dix ans, dont 32 millions $ proviennent des fonds publics. Par contre, impossible de connaître avec précision pour l’instant comment sera dépensée cette enveloppe budgétaire. Le gouvernement travaillera avec les communautés au nord du 49e parallèle pour étudier tous les projets qui seront soumis. Le premier ministre souhaite imiter les pays scandinaves qui sont parvenus à augmenter la valeur de leur industrie touristique en vendant le froid. «Les gens qui voyagent cherchent des destinations exotiques. La preuve de cela est la Norvège, la Suède, la Finlande et l’Islande qui ont reçu 14,6 millions de visiteurs en 2010, c’est une hausse de 42 % en 10 ans», a dit Jean Charest. Au Québec, il croit que c’est aussi possible. Actuellement un simple vol de 4 heures aller-retour d’Air Inuit entre Québec et Kuujjuaq, coûte 1592 $. «On est très au courant de cette situation. Quand on préparé la stratégie, ça fait partie des enjeux et c’est un volet que l’on va travailler très fort», a indiqué la ministre Nicole Ménard, responsable du Tourisme. Des 70 millions $ de la stratégie touristique, les trois quarts iront aux infrastructures d’accueil tant du côté privé que public avec 49 millions $. «Il faut penser aux routes, aux aéroports, aux parcs qui vont être développés», a mentionné la ministre.

23 novembre 2011 : Les futurs ponts Jacques-Cartier et Champlain comporteront des péages. C’est déjà le cas pour l’autoroute 25 entre Montréal et Laval.

24 novembre 2011 : L’un des aspirants au titre de parrain de la mafia italienne de Montréal a été abattu ce matin sur l’île Vaudry, à Charlemagne, au nord-est de Montréal. Salvatore Montagna, 40 ans, était l’une des figures dominantes du crime organisé italien. Il était de plus en plus présent dans le portrait montréalais et plusieurs sources le pointaient comme étant l'un des successeurs possibles de Nicolo Rizzuto à la tête de l’organisation. Des sources avancent que son assassinat pourrait être relié à la tentative de meurtre dont a été victime l’homme d’affaires Raynald Desjardins en septembre dernier à Laval. L’homme a été atteint par un ou deux projectiles, selon la police de Repentigny. Il a été aperçu prenant la fuite en direction de la rivière L’Assomption avant de plonger dans celle-ci. Les policiers ont repêché son corps inerte quelques minutes plus tard derrière un édifice à logement de la place Plourde.  Les policiers ont établi un large périmètre de sécurité. Né à Montréal, Salvatore Montagna a grandi en Sicile, d’où proviennent plusieurs chefs de la mafia américaine. Montagna est devenu chef suppléant du clan Bonanno, à l’âge de 36 ans. Il a été expulsé des États-Unis au début 2009 et a trouvé refuge au Canada.

24 novembre 2011 : Une vague d’agressions frappe les commerçants et résidants du Village gai, au point où certains songeraient à fermer boutique. Rémi Prévost, copropriétaire du Sauna Oasis, situé sur la rue Sainte-Catherine Est, a été attaqué par un toxicomane. Il est rapidement transporté à l’hôpital, victime de coupures au nez et à la bouche ainsi qu’une contusion à la tête. Le 9 septembre, Luc Généreux s’est fait agresser devant le bar Cocktail, dont il est le propriétaire. Avec un trauma facial et une cheville fracturée, il commence tout juste à marcher de nouveau. Le 13 octobre, un commerçant, qui désire conserver l’anonymat, a tenté de porter assistance à un individu qui semblait avoir un malaise près de la vitrine de son commerce. L’homme était plutôt en train d’uriner. Après une violente altercation verbale où les injures homophobes fusent, le boutiquier tente en vain de s’enfermer dans sa boutique. Le toxicomane enfonce sa porte, le projette au sol, le traîne jusqu’au fond de sa boutique et le rue de coups. Selon Ghislain Rousseau, propriétaire du Fétiche Armada et instigateur d’une pétition qui demande plus de sécurité dans le Village – il a recueilli plus de 2600 signatures en deux mois –, ces agressions ne sont que la pointe de l’iceberg.

24 novembre 2011 : Même si une dizaine de centimètres de neige tombés n’a rien d'exceptionnel, la première bordée en surprend toujours plusieurs. Circulation ralentie, congestion, sorties de route et accrochages ont compliqué l’heure de pointe. Plusieurs automobilistes ont visiblement sous-estimé l’accumulation de neige au sol. «Ce n’est pas tous les gens qui ont installé leurs pneus d’hiver. De plus, plusieurs conducteurs sont plus craintifs lors des premières neiges», explique Hugo Fournier, de la Sûreté du Québec. La SQ rapporte plusieurs dizaines de sorties de route et d’accrochages sans gravité un peu partout sur le réseau routier.  Il est pourtant tout à fait normal que le Québec reçoive une dizaine de centimètres à cette période de l’année. La moyenne pour tout le mois de novembre est de 20 centimètres et avec le redoux des prochains jours, la neige au sol ne devrait pas rester. Pour une accumulation record un 23 novembre, il faut remonter jusqu’en 1978, alors que 15 centimètres étaient tombés.

25 novembre 2011 : Dans la foulée des nouvelles normes imposées par Québec, dorénavant, aucune construction ne sera permise à moins de 30 mètres des berges, dans la zone à risque de grandes marées située entre Sainte-Luce et Métis-sur-Mer, dans le Bas-Saint-Laurent. Interdites donc les constructions neuves au nord de la 132 et de l’ancienne 132 jusqu’à concurrence de 30 mètres, de même que sur des terrains libérés à la suite de la démolition ou d’une relocalisation d’un bâtiment à risque imminent. En revanche, les maires de Sainte-Luce et de Sainte-Flavie ont réussi à obtenir des assouplissements pour les habitations existantes. Le règlement de la MRC fixe ainsi à 15 mètres la marge de recul pour les agrandissements et les déplacements des bâtiments déjà sur place. Ces derniers pourront aussi être agrandis en hauteur en autant qu’ils ne sont pas ciblés en imminence. La règle du 15 mètres s’applique aussi aux bâtiments accessoires comme les remises par exemple. Le règlement adopté entrera en vigueur dans 60 jours mais il devra, au préalable, obtenir l’aval de Québec.

26 novembre 2011 : Vingt-et-un Québécois ont été honorés pour leur bravoure par Ambulance Saint-Jean, à la cathédrale Christ Church de Montréal. Jean-Paul Muir n’a pas hésité à intervenir le 18 juillet 2011, lorsqu’un hydravion avec cinq personnes à son bord s’est écrasé dans la rivière Bostonnais, en Mauricie. En novembre 2010, Laurier Henri a été victime d’une explosion sur une ferme. Son fils Daniel, qui avait entendu la détonation, a volé à son secours… Une cérémonie spéciale a donc été organisée, à laquelle assistait, entre autres, le lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne.

26 novembre 2011 : Un petit avion s’est écrasé sur une terre agricole de Shefford, en Montérégie. Le pilote aurait tenté en vain de poser l’appareil dans un champ du chemin Ostiguy. Ses deux occupants ont subi des blessures mineures. L’avion a décollé de l’aéroport de Bromont afin d’effectuer un vol vers Québec, mais un problème mécanique est survenu, a relaté le sergent Ronald McInnis, porte-parole de la Sûreté du Québec. Après avoir volé sur une dizaine de kilomètres, le pilote aurait voulu faire demi-tour et retourner à son lieu de départ, mais il n’a pas pu s’y rendre. Selon le registre des aéronefs civils canadiens, il s’agit d’un avion de marque Cessna 150L, de l’année 1972.

26 novembre 2011 :
Un hélicoptère d’une compagnie québécoise s’est écrasé près de l’aéroport de Wabush, dans l’ouest du Labrador, mais on ne rapporte qu’un blessé léger. Il s’agit d’une erreur de pilotage, a confirmé samedi Carol Soucy, le président d’Héli-Boréal, une compagnie de transport par hélicoptère basée à Sept-Îles. Le pilote, un homme de 54 ans, était la seule personne à bord de l'hélicoptère.

26 novembre 2011 :
Dix personnes ont été arrêtées au terme d’un violent affrontement survenu durant une manifestation, au centre-ville de Montréal. L’incident a eu lieu peu après midi. Un groupe d’une trentaine de personnes qui manifestait pacifiquement au coin de la rue Guy et du boulevard René-Lévesque aurait été attaqué par une quinzaine d’individus. Des pierres et des bouteilles ont été lancées en direction des manifestants et des policiers, des armes qui avaient vraisemblablement été apportées par les assaillants. L’affrontement a duré quelques minutes et ses protagonistes se sont ensuite dispersés. Aucun blessé n’a été rapporté, mais un hôtel et un autobus de la STM ont été endommagés au cours de l’affrontement. La manifestation pacifique aurait été organisée par la Légion Nationale, un groupe de fervents nationalistes québécois.

26 novembre 2011 :
Plus de 500 personnes se sont réunies devant l’usine de Produits forestiers Résolu de Kénogami, à Saguenay, pour une marche organisée par les syndicats. Si l’entreprise ferme cette machine, près de 50 travailleurs perdront leur emploi. Employés, familles, élus et citoyens du secteur ont donc marché à proximité de l’usine. La population présente voulait envoyer un message clair à l’entreprise, soit celui de ne pas fermer la machine numéro six. Après avoir connu des baisses de salaires et de conditions, les employés souhaitent conserver leur emploi. «Il nous reste seulement deux machines, nous voulons garder les deux qui nous restent. Pour un emploi de perdu à l’usine, cela représente trois emplois à l’extérieur», a affirmé Jean-Guy Tremblay, président du Syndicat des communications, de l,énergie et du papier (SCEP), local 50Q de la FTQ.

27 novembre 2011 : Le transport collectif à Montréal fête son 150e anniversaire.

27 novembre 2011 : Un nouveau site Internet interactif permet de suivre les élus montréalais et de communiquer avec eux plus facilement. «Nous voulons aider à la formation d’une démocratie participative. La toile est un merveilleux outil de communication et permet plus de clarté politique», a commenté James McKinney, cofondateur de Mamairie.ca et de l’organisme à but non lucratif NordOuvert. Cet ambitieux projet vise à suivre l’ensemble de l’activité politique des élus de Montréal, en compilant leur compte Twitter et toutes les coupures de journaux à leur sujet, afin de mieux cerner leurs décisions et leurs positions politiques. On espère aussi pouvoir ajouter un outil qui permettrait de connaître l’état des comptes des maires d’arrondissement et de leurs conseillers. James McKinney est aussi l’un des fondateurs de Resto-Net.ca, une page qui permet de visualiser tous les constats d’infractions émis après des inspections sanitaires dans les restaurants montréalais. Une carte permet de voir l’ensemble des amendes distribuées dans chaque arrondissement, classées chronologiquement, par fréquence, ou par montant.

27 novembre 2011 : Il y a 150 ans, un tramway tiré par des chevaux faisait son apparition à Montréal. Il inaugurait le transport collectif dans la métropole. En 1861, on comptait une dizaine de tramways hippomobiles dans la ville. Ils ont assuré près d’un million de déplacements la première année. Dès le départ, ils ont suivi deux itinéraires d’une dizaine de kilomètres, empruntant les rues Notre-Dame, Saint-Jacques et Saint-Antoine. Leur territoire s’est étendu au fil des années, notamment sur les rues Sainte-Catherine Ouest et Victoria. L’hiver, les tramways étaient munis d’un poêle à charbon et d’une cheminée afin de permettre aux passagers de se réchauffer, et il y avait de la paille au sol pour que les pieds des usagers restent bien au chaud. Une trentaine d’années se sont écoulées avant que le tramway électrique – qui s’étendait sur 500 km de voies – ne vienne révolutionner le transport collectif. En 1959, toutefois, le tramway est mis hors service.

28 novembre 2011 : L’ex-lieutenant-gouverneur du Québec Lise Thibault, accusée de fraude et d’abus de confiance, s’est présentée au palais de justice de Québec, lundi matin, pour son enquête préliminaire. Cette étape judiciaire, dont le contenu est frappé d’une ordonnance de non-publication, servira à valider la suffisance de preuves en vue d’un éventuel procès. L’ancienne représentante de la reine au Québec, qui a occupé ce poste entre 1997 et 2007, fait face depuis 2009 à deux chefs d’accusation de fraude, deux autres d’abus de confiance, un chef de production de faux documents et une accusation d’utilisation de faux documents. Les vérificateurs généraux du Québec et du Canada avaient reproché à la septuagénaire des dépenses injustifiées de 700 000 $ dans un rapport conjoint pour des activités qui n’étaient pas liées à ses fonctions.

28 novembre 2011 : La famille d’une octogénaire, décédée la semaine dernière et qui a été attaquée à plusieurs reprises par d’autres patients, dénonce le manque de sécurité dans le CHSLD. En juin, Gisèle Cloutier Thibodeau, 83 ans, a subi deux accidents vasculaires cérébraux. Après un séjour à l'hôpital, on évalue qu'elle devra demeurer dans un CHSLD. En raison de son état, elle est placée dans une aile spécialisée pour personnes atteintes de démences. Elle a emménagé au Centre d’hébergement Marie-Victorin, le 13 août 2011. Son passage dans ce centre s’est alors transformé alors en véritable enfer en raison de plusieurs agressions d’autres patients. Sa fille ne blâme pas les résidants qui sont tous atteints d’une forme de démence. « Ces patients-là sont tout seuls, a-t-elle dit. C’est tous des bombes à retardement. » Josée Thibodeau croit que le centre n’a pas assuré la sécurité de sa mère.

28 novembre 2011 : Nancy et George-Olivier ont été couronnés les grands gagnants d’Occupation Double au Portugal dimanche soir dans le Vieux-Port de Montréal, même si la brunette a voulu à la toute dernière minute se retirer de l’aventure au grand désarroi de son compagnon. Les réactions ont été fortes dans les médias sociaux dans la foulée de ce développement inattendu.

28 novembre 2011 : La Société de transport de Montréal (STM) a donné le coup d’envoi de la construction du Centre de transport Stinson, un énorme garage qui permettra l’entretien et le stationnement d’une bonne partie de sa flotte d’autobus. Le nombre d’autobus de la STM devrait augmenter de 25 % d’ici 2020. Construit selon les normes environnementales LEED, ce nouveau centre sera situé dans l’arrondissement de Saint-Laurent, à proximité des rues Stinson et Montpellier. Ses deux étages pourront abriter 300 autobus. Il sera aussi aménagé pour recevoir les véhicules électriques. Le financement de l’édifice est assuré par le ministère des Transports du Québec à la hauteur de 75 %, soit 120 millions $. Le centre entrera en fonction à l’automne 2013.

28 novembre 2011 : À compter d’aujourd’hui, le public peut faire connaissance avec les oursons Taïga et Ganuk, à l’Aquarium du Québec, dans la Vieille Capitale. L’aquarium s’attend à ce que ces deux nouveaux pensionnaires attirent bon nombre de gens. C’est une bonne raison de revenir à l’aquarium pour ceux qui n’y ont pas mis les pieds depuis longtemps, d’autant plus que la survie des ours polaires est menacée en raison du réchauffement climatique. L’aquarium organisera d’ailleurs tous les après-midi des activités de sensibilisation sur la question.

graffiti enfants

Un graffiti artistique. Photo : © GrandQuebec

29 novembre 2011 : Le nombre de graffitis est en baisse dans la métropole depuis 2006, année de l’implantation d’un programme de murales artistiques visant à enrayer ce problème. «Nous avons connu une diminution des récidives de 17 % au centre-ville», a indiqué Valérie De Gagné, responsable des communications à la Ville de Montréal, mais les graffitis demeurent un problème. Dans le cadre de l’Opération Montréal.net, la Ville alloue un budget annuel de 150 000 $ à la réalisation de murales géantes peintes par des artistes. Les murs désignés à cet effet sont généralement bien à la vue de tous, mais surtout, particulièrement ciblés par les vandales. Une fois une œuvre peinte, il est généralement rare de revoir de simples gribouillages par-dessus. Depuis 5 ans, 21 murales ont été réalisées, principalement dans Ville-Marie, sur le Plateau Mont-Royal, et à Lachine. Le collectif d’artistes A’Shop et l’organisme Prévention NDG ont d’ailleurs dévoilé leur dernière œuvre, mardi, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce. Fluke, un de ces artistes, a confirmé les propos de Mme Gagné, précisant que la préservation de la murale ne sera respectée que si les auteurs le sont également. Il faut dire que les graffitis illégaux coûtent cher aux Montréalais. La Ville et la Société des Transports de Montréal (STM) déboursent conjointement 6 millions $ par an en opérations de nettoyage de graffitis.
   
29 novembre 2011 : La police de Laval enquête sur trois incendies suspects survenus dans la nuit de lundi à mardi. Vers 1 h 30, des cocktails Molotov ont été lancés sur deux véhicules stationnés sur la rue Léon et sur la 7e Rue, dans le secteur de Laval-des-Rapides, près du pont Viau. Les pompiers de Laval ont ensuite dû intervenir dans le parc industriel, sur la rue Monterey. Le feu s’est déclaré vers 4 h 30 dans une cour arrière d’un commerce. Selon les pompiers de Laval, aucune fumée toxique n’aurait émané du brasier, malgré l’important panache visible à l’arrivée des sapeurs. Le vent favorable a repoussé la fumée vers l’autoroute des Laurentides. Personne n’a été blessé dans cet incendie. La cause du brasier n’est pas connue.

30 novembre 2011 : La dette de la Ville de Montréal continue d’augmenter, lentement mais sûrement, et s’élèvera à près de 5,6 milliards $ au début 2012. La dette coûte cher aux Montréalais. Le remboursement des intérêts et du capital s’élève à 13,8 % du budget annuel de la Ville, soit 650 millions $. Additionné à la somme dépensée dans les régimes de retraite des employés de la Ville, c’est 26 % du budget municipal qui est ainsi dépensé. La dette aurait engendré des coûts encore plus élevés, n’eût été de la faiblesse des taux d’intérêt depuis une dizaine d’années et de l’application d’une politique plus serrée concernant sa gestion. Il n’y a pas que les Montréalais qui payent pour la dette puisqu’elle est en partie financée, entre autres, par des programmes de subventions du gouvernement du Québec (160 millions $) et par des placements à long terme (48 millions $).

30 novembre 2011 : L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a mené une importante opération visant le démantèlement d’une organisation criminelle de contrebande de tabac à chiquer. Une soixantaine d’enquêteurs de l’ASFC, assistés de policiers de Montréal, Laval et de la Gendarmerie royale du Canada, ont procédé au cours de la journée à quatre perquisitions dans des résidences montréalaises et lavalloises. Un maître-chien spécialisé pour détecter le tabac a également participé à la frappe. «Les perquisitions ont permis la saisie de documents, d’ordinateurs et d’une quantité de tabac indéterminée», a fait savoir Dominic McNeely, porte-parole de l’Agence des services frontaliers du Canada. Trois suspects avaient été arrêtés. Jusqu’à maintenant en 2011, les agents de l’ASFC ont procédé à 2113 saisies de tabac, dont la valeur est estimée à plus de 6 millions $.

30 novembre 2011 :
Neuf des 19 arrondissements de l’île de Montréal imposeront des taxes locales supplémentaires en 2012. Elles viendront s’ajouter à la hausse des taxes générales annoncée par la Ville centre. Huit de ces neuf arrondissements imposaient déjà une taxe relative aux services en 2011. Ce sera une première, en revanche, pour l’arrondissement de Saint-Laurent. Anjou augmentera ses taxes locales de 2,52 %, ce qui augmentera le fardeau fiscal total de ses habitants de 5,43 % par rapport à l’an dernier. La situation est quasi-identique dans Saint-Laurent (hausse de 2,01 %). Les arrondissements de Lachine, LaSalle, Montréal-Nord, Pierrefonds-Roxboro, Saint-Léonard, Verdun et Sud-Ouest les imiteront.

Semaine suivante : 1er décembre 2011 – 7 décembre 2011

Sources utilisées pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>