Ligne du temps : 2011

15 octobre – 21 octobre

15 octobre – 21 octobre

Actualités : octobre 2011

du 15 octobre jusqu'au 21 octobre 2011

Voir la semaine précédente : période du 8 octobre 2011 et 14 octobre 2011

15 octobre 2011 : La Société de leucémie & lymphome du Canada a organisé une marche de 5 kilomètres soir, au parc Jean-Drapeau, dans le but de soutenir la lutte contre les cancers du sang. Les fonds amassés serviront à la recherche et au service aux patients, a expliqué Sofia Guay, coordinatrice de l’événement Marche illumine la nuit. La beauté de l’évènement, c’est qu’on marche avec des ballons, a-t-elle ajouté. Le ballon rouge est porté par ceux qui soutiennent la cause, le ballon blanc, par un patient atteint ou guéri d’un cancer. Enfin, le ballon doré représente une famille qui a perdu un de ses membres à cause du cancer du sang. Pour le moment, il n’y a pas de moyen de prévention pour les cancers du sang, on ne sait toujours pas pourquoi quelqu’un en développe ou non. Près de 100 000 Canadiens souffrent d’un cancer du sang.

15 octobre 2011 : La Ville de Montréal a entrepris la démolition du pont d’étagement situé à l’angle du boulevard Henri-Bourassa et de la rue Sherbrooke Est dans l’arrondissement Rivières-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. La démolition a débuté vers 5 h samedi matin et devait se terminer en fin de journée. Ensuite, le dimanche matin, les ouvriers devaient nettoyer les résidus. Ce pont est l’une des douze structures dont l’indice d’état est jugé critique dans un rapport de la Ville de Montréal rendu public au mois de septembre. En effet, plus de 40 % des boulons d’ancrages sont dénudés, corrodés et cassés et le garde-corps n’offre plus de protection aux usagers», peut-on lire dans le rapport. À l’aide d'une pelle mécanique, les travailleurs devaient démolir cette structure désuète qui date de 1966. La rue Sherbrooke Est et le boulevard Henri-Bourassa ont été fermés à compter de la 42e avenue pour toute la fin de semaine. Le pont sera remplacé par un carrefour urbain au niveau du sol d’ici décembre 2011. Le coût des travaux s’élève à 1,6 million $. Le carrefour sera mieux intégré à l’environnement, inclura plus d’espaces verts, comprendra une meilleure signalisation, offrira un meilleur accès aux piétons et une voie sera réservée à l’usage du transport en commun. Les tunnels Wellington et Beaudry, les ponts d’étagements du boulevard Henri-Bourassa pour accéder au boulevard Métropolitain, de l’avenue Rockland/chemin Bates, de Jean-Talon à l’ouest de Wilderton, de l’avenue du Parc/autoroute 40, du chemin Upper-Lachine/Saint-Jacques, les ponts Jolicoeur/Canal de l’Aqueduc et ferroviaire du CN au nord de Louvain, ainsi que le quai à neige de la carrière Saint-Michel, sont tous au nombre des structures à refaire, mais toutes ne feront pas l’objet de démolition, puisque certaines ne seront que rénovées.

15 octobre 2011 : Urgences-santé a ouvert les portes de son centre opérationnel Ouest au grand public toute la journée et a profité de l’occasion pour donner une formation de réanimation cardio-respiratoire à plus de 500 personnes. Cette activité annuelle a pour but de montrer aux citoyens l’envers du décor des services d’urgence et de rencontrer les paramédics d’Urgences-santé. «On voit en 30 minutes la désobstruction des voies respiratoires, la réanimation cardiorespiratoire et l’utilisation de défibrillateur. Normalement ça coûte entre 10 et 20 $ mais on l’offre gratuitement, c’est très populaire. On forme des gens qui peuvent sauver des vies», a affirmé Julien Couturier, chef de la formation à Urgences-santé. Le public a aussi pu rencontrer des représentants des paramédics en soins avancés. À la différence des paramédics classiques, ces derniers peuvent administrer des traitements médicaux, parfois de façon autonome, parfois en obtenant une autorisation téléphonique d’un médecin. Urgences-santé est le plus important service ambulancier au Québec et l’un des plus importants au Canada avec ses 1300 employés. Elle dessert une population de 2,3 millions de personnes répartie sur les territoires de Montréal et de Laval et répond à quelque 355 000 appels annuellement.

16 octobre 2011 : Un Québécois a été nommé à la tête de la communauté religieuse des pères Montfortains, basée à Rome, en Italie. Il s’agit du père Georges Madore, natif de l’Outaouais, qui occupera le poste de vicaire général pour cette communauté. Le père Madore a notamment laissé sa marque à la Maison provinciale des pères Montfortains de Montréal ainsi qu’à la Maison Marie Reine-des-Cœurs de Drummondville. Après avoir occupé le poste de supérieur provincial des Montfortains du Canada, le père Madore a parcouru le pays à titre de missionnaire itinérant, animant des retraites paroissiales et des sessions de ressourcement.

16 octobre 2011 : La nouvelle ligne d’autobus 26 sera inaugurée le 14 novembre prochain dans le quartier Mercier-Est, à Montréal. «La déserte en transport en commun était une grosse problématique. La liaison nord-sud dans le quartier n’existait pas et le sud n’était pas du tout couvert par les transports en commun», a expliqué Émilie Guérin de la table de concertation Solidarité Mercier-Est. Cet organisme communautaire milite depuis 2005 pour une amélioration du service de transport en commun dans le secteur. La ligne 26 fera le lien entre le Faubourg Contrecœur, en pleine construction dans le sud du quartier, et la rue Hochelaga et la Place Versailles, au nord. Le nouvel itinéraire permettra aux habitants de Mercier-Est de rejoindre les stations Radisson et Honoré-Beaugrand sur la ligne verte du métro, sans avoir à faire de transfert. Les autobus de la ligne 26 circuleront entre 5 h 30 à 22 h, toutes les 15 minutes en heures de pointe et toutes les 25 minutes en heures creuses. La Société de transport de Montréal estime qu’elle ajoute ainsi 15 000 heures de service supplémentaires chaque année.

16 octobre 2011 : Des ossements ont été découverts, pendant des travaux de rénovation, à l’arrière d’un immeuble résidentiel de l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, à Montréal. Les restes ont été trouvés par les employés chargés des travaux, dans la cour arrière du bâtiment situé sur la rue Louis-Hémon, entre les rues Bellechasse et Beaubien. Les ossements, qui sont « plus gros que ceux d’un chien », ne se trouvaient pas dans un sac ou un contenant quelconque; ils étaient libres dans la terre, sous le balcon, à environ un pied de profondeur, selon la police. Il est encore trop tôt pour dire si les restes sont ceux d’un animal ou d’un humain. « Les enquêteurs détermineront si des expertises plus poussées devront être faites ou non », a indiqué l'agent Danny Richer, porte-parole de la police de Montréal. Le sol sera inspecté dans le but de s »assurer qu’il ne contient pas d’autres ossements.

17 octobre 2011 : La vigilance de deux agents d’immigration a permis aux policiers d’arrêter deux voleurs qui ont effectué un braquage dans une boutique Fido, lundi après-midi, dans l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, à Montréal, à l’angle des rues de la Roche et Saint-Zotique Est. Les deux agents d’immigration, qui étaient à ce moment en déplacement dans le cadre de leurs fonctions, ont vu ce qui leur semblait être un vol qualifié en préparation. Les agents auraient aperçu quatre suspects en train d’enfiler des caches-cou pour dissimuler leur visage. Ils ont immédiatement contacté les policiers, qui sont arrivés sur les lieux quelques secondes plus tard.Les quatre suspects, qui avaient eu le temps de dérober pour plus de 5000$ de matériel électronique, ont pris la fuite à pied, poursuivis de près par les policiers. Deux d'entre eux ont été rattrapés, puis menottés. L'un d'eux transportait les biens volés, qui ont ainsi pu être récupérés.

17 octobre 2011 : La contrebande de tabac nuit à la survie de plusieurs dépanneurs au Québec. Depuis moins de trois ans, environ 1 150 ont dû mettre la clé dans la porte. C’est ce que rapporte une étude des ouvertures et fermetures de dépanneurs au Québec réalisée par les Associations canadienne et québécoise des dépanneurs en alimentation. Entre janvier 2008 et septembre 2011, 1 151 dépanneurs ont fermé, contre 556 qui ont ouvert. L’Estrie, région marquée par la présence accrue de contrebande, selon l’Association, est en tête du «palmarès». Il y a près de 10 fois plus de dépanneurs qui ont fermé qu’il y en a qui ont ouvert. Les régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du Centre-du-Québec ont également perdu beaucoup de commerces. La Montérégie a perdu moins de dépanneurs, malgré les nombreuses cabanes à cigarettes. Sylvain Rathé, propriétaire du Marché Extra, à Saint-Philippe, en Montérégie, a vu 50 % de ses ventes de cigarettes s »envoler en fumée lorsque plusieurs cabanes à tabac se sont construites à quelques kilomètres de son commerce. À Montréal, malgré les 460 commerces fermés, l’impact de la contrebande s’est fait moins sentir les trois dernières années que dans d’autres régions. Florent Gravel, de l’Association de détaillants en alimentation, croit pour sa part que c’est un ensemble de facteurs qui a eu raison de plusieurs propriétaires de dépanneurs.

18 ocrobre 2011 : L’homme blessé lors d’un conflit entre deux locataires, dans un immeuble à logements de l'arrondissement Ville-Marie, sur la rue Saint-André, près de la rue Ontario, à Montréal, a succombé à ses blessures. L'assaillant présumé, René Gagné, 43 ans, a été accusé de meurtre au second degré, mardi, au palais de justice de Montréal. Il s'agit du 29e homicide à survenir sur le territoire du SPVM. On en comptait 32 à pareille date l'an dernier.

18 octobre 2011 : Michaël Massicotte a écopé de plus de trois ans de prison, dans une affaire de drogues. L’accusé a été reconnu coupable de quatre chefs d’accusation de possession de stupéfiants — métamphétamine, GHB, haschich et héroïne — dans le but d’en faire le trafic. Tenant compte du jeune âge de l’accusé (25 ans), de son état de santé précaire et de ces antécédents judiciaires (voies de fait armées et de vol qualifié), le juge Alain Morand a suivi la recommandation commune des deux parties pour imposer à Michaël Massicotte une peine de pénitencier de 36 mois, qui viennent s’ajouter au mois et demi qu’il a déjà passé derrière les barreaux depuis son arrestation. L’individu avait été arrêté chez lui le 1er septembre en compagnie de sa conjointe, Annick Tremblay, 20 ans, et de son colocataire, Kevin Robertson, 33 ans, tous deux co-accusés. Une perquisition effectuée à cette résidence du quartier Montmorency avait permis la saisie de 3,5 litres de GHB, 11,52 grammes d’héroïne, 1 500 pilules identifiées comme étant des méthamphétamines et de la poudre blanche.

18 octobre 2011 : Le Parti québécois a demandé au gouvernement Charest d’intervenir pour empêcher la venue de deux conférenciers islamistes à Montréal. Celui s’est alors tourné vers Ottawa pour lui demander la même chose. Hamza Tzortzis et Abdur Raheem Gren, qui doivent participer à une conférence organisée à Montréal par l’Islamic Education and Research Academy, sont des prédicateurs notoirement reconnus pour leurs propos profondément antiféministes, homophobes et contre la liberté d’expression. Plusieurs autres organismes ont déjà dénoncé la venue de ces personnages. Ces deux adeptes de la violence contre tous ceux qui ne partagent pas leur idées – Tzortzis et Green – se basent sur la charia pour mettre de l’avant leurs théories rétrogrades et antidémocratiques, comme la prédominance de l’homme sur la femme et la légitimation du recours à la violence par un mari pour prévenir ou corriger sa femme si elle ne respecte pas son autorité, la criminalisation de l’homosexualité sous peine de mort et de flagellation, ainsi que le rejet de la notion de liberté d’expression. À l’Assemblée nationale, une motion a divisé les trois partis, les libéraux estimant que celle déposée par l’ADQ, de manière plutôt discrète, était trop radicale.

danse acrobatique

Une belle danse acrobatique. Si les islamistes arrivent au pouvoir, toutes les femmes porteront la bourqa et n'oront aucun droit d'exercer les métiers que les islamistes considèrent "indignes". Photo : © GrandQuebec

19 octobre 2011 : Un homme de 25 ans a été accusé d’avoir commis sept vols qualifiés depuis l’été dernier, notamment dans différentes pharmacies de la grande région de Québec. Pierre-Philippe Bourboin doit faire face à 16 chefs d’accusation pour des événements survenus entre le 12 juin 2011 et mardi dernier. Une description du suspect et de son véhicule a permis aux policiers de retracer et de procéder à l’arrestation de l’individu, tout près de chez lui, rue Maufils. Une femme, Marie-Michèle Tremblay-Barette, 21 ans, a aussi été arrêtée et accusée de complot.

19 octobre 2011 : Un homme de 31 ans a été condamné à rembourser la quasi-totalité des 37 000 $ qu’il a dérobés à l’Association générale des étudiants du campus de Lévis. Jean-Simon Talbot, qui a affirmé avoir des «regrets» face à ses gestes, fait maintenant face à une peine de prison avec sursis de deux ans moins un jour durant laquelle il devra, chaque mois, rembourser l’association d’un montant donné. Entre janvier 2006 et octobre 2008, alors qu’il occupait un poste au sein de son association étudiante, Jean-Simon Talbot avait volé et fabriqué des faux documents pour soutirer ses gains.

19 octobre 2011 : Prenant à contre-pied une solution envisagée par les parlementaires québécois, Mme Kahsennenhawe Sky-Deer, une des chefs du Conseil mohawk de Kahnawake, a exclu que le tabac vendu aux blancs sur les réserves soit taxé. «La question de la taxation est très sensible pour notre communauté. On ne va pas faire appliquer un régime de taxe établi par des gouvernements étrangers (Canada et Québec) sur notre territoire», a fait savoir Mme Sky-Deer, en marge d’une commission d’enquête sur la contrebande de tabac. Il s’agissait de la toute première apparition de cette chef à l’Assemblée nationale et d’une des rares fois où des représentants autochtones se font entendre au Parlement de Québec. La chef a insisté que la vente de tabac sur les réserves n’avait rien d’illégal. Elle n’a pas exclu la possibilité de hausser les prix du tabac sur les réserves. «Si on essaye de faire appliquer les lois du Québec à notre peuple, ça ne marchera pas. Il faut trouver une façon de coexister de façon pacifique. Les médias ne nous aident pas en présentant nos gens comme des criminels ou des terroristes et en disant que nos activités sont illégales», a-t-elle fait remarquer.

19 octobre 2911 : Une famille a pu échapper à l’incendie qui a endommagé sa résidence, à La Reine, en Abitibi-Témiscamingue, grâce aux avertisseurs de fumée. Le feu s’est déclaré vers 3 h dans le sous-sol de la maison, qui était rempli de bois de chauffage. À l’arrivée des pompiers volontaires de Dupuy, qui desservent La Reine, les cinq membres de la famille, dont trois garçons âgés de 1 à 5 ans, avaient évacué la résidence. Une épaisse fumée s’échappait de la maison par toutes les ouvertures. Les 12 sapeurs ont mis une heure à maîtriser l’incendie. Le brasier serait le fruit d’un accident, selon le directeur du Service des incendies de Dupuy, Gaétan Trudel. Le système de chauffage au bois ou un problème d'origine électrique pourrait être en cause dans ce feu. La maison était équipée de trois avertisseurs de fumée, qui étaient tous fonctionnels. Les dommages sont évalués à 20 000 $.

20 octobre 2011 : L’arrivée de deux activistes islamistes à Montréal continue de faire des vagues à l’Assemblée nationale. La ministre de l’Immigration, Kathleen Weil, demande aux personnes qui les hébergent de les mettre dehors. «Je félicite l’université Concordia et le collège Vanier d’avoir pris la décision qu’ils ont prise», a fait savoir Mme Weil en référence au refus de la tenue d’une conférence des deux individus controversés. Hamza Tzortzis et Abdul Raheem Green, deux prédicateurs misogynes et homophobes, seraient déjà à Montréal à l’invitation d’associations islamiques. L’Assemblée nationale a voté, plus tôt cette semaine, une motion demandant au Canada de ne pas leur permettre d’entrer au pays. La ministre Weil a cependant admis son impuissance quant à une éventuelle arrestation des deux individus. «Ce serait sur quelle base juridique? Quel est l’acte criminel qu’ils ont commis? s’est-elle demandé. On est vraiment sur des propos qu’ils tiennent généralement et qui ne sont pas acceptables.» (pourtant, ils n’auront besoin d’aucune base juridique pour nous anéantir tous).

20 octobre 2011 : L’Université de Sherbrooke a décerné un doctorat honoris causa à l’astrophysicien Hubert Reeves afin de souligner sa carrière scientifique et son implication en environnement et dans la lutte aux changements climatiques. Le nom d’Hubert Reeves évoque avant tout l’immense talent de vulgarisateur d’un homme dont les connaissances approfondies n’ont jamais ébranlé l’humilité, a souligné la rectrice de l’Université, Luce Samoisette, lors de la cérémonie de remise du doctorat. Son apport remarquable à nos connaissances sur l’univers et la conviction éclairée qu’il partage dans sa défense de l’environnement sont des faits d’armes qui rejaillissent sur tous les universitaires. » M. Reeves a offert une conférence après la cérémonie, intitulée « Cosmologie et créativité », au cours de laquelle il a souligné que l’humanité compromet actuellement la biodiversité ainsi que sa propre survie. Pour l’éminent chercheur et scientifique, les humains doivent agir un peu comme des artistes. « L’artiste prolonge l’œuvre de la nature. Il embellit le monde! » a-t-il conclu.

21 octobre 2011 : La 22e édition de la Nuit des sans-abris, qui vise à développer et à sensibiliser la population sur le phénomène de l’itinérance, s’est déroulé dans 25 villes du Québec. Pour cette édition, les organisateurs ont décidé de mettre en avant le droit à un revenu décent pour chaque citoyen du Québec. Les prestations de l’aide sociale, qui s’élèvent à 574 $ par mois, doivent être relevées, selon Pierre Gaudreau, porte-parole de l’évènement. Il a insisté également sur l’importance de développer des programmes pour favoriser la réinsertion des sans-abris. «Offrir un logement social avec un peu d’intervention coûterait moins cher à la société que les refuges, le système carcéral et les hôpitaux qui les prennent en charge», a-t-il dit.

21 octobre 2011 : Une tempête secoue les cafés-bistros. La concurrence de Tim Hortons, les hausses de prix du café et les loyers élevés fragilisent la rentabilité du secteur. La faillite de Café Suprême, qui citait la concurrence en fermant ses portes l’an dernier, l’a bien illustré. «Le coût du café monte et les loyers aussi, surtout au centre-ville de Montréal, a dit Stéphane Breault, président du cabinet de consultants Imagine Franchise & Leadership. En matière de concurrence, l’expansion de Tim Hortons frappe fort. La chaîne fait 60 % de ses revenus le matin, contrôlant 70 % des ventes de café à ce moment de la journée au Canada. Jordan LeBel, professeur de marketing à la John Molson Business School de l’Université Concordia, tient le même discours. «Starbucks tente de le nier, mais les ventes de ses magasins comparables ont baissé au profit de Tim Hortons et McDonald’s pendant un certain temps, a souligné M. LeBel. Tim Hortons fait du marketing local, comme les commandites sportives, ce qui la sert beaucoup.»  Le coût du loyer n'aide pas ceux qui doivent s'installer là où les piétons sont nombreux. Un emplacement sur la rue Ste-Catherine, à Montréal, coûtait jusqu’à 500 $ le pied carré au deuxième trimestre 2010, selon la firme CB Richard Ellis. Comparativement, la moyenne montréalaise était de 117 $. La situation n'est pas toujours mieux à Québec, souligne JoAnne Labrecque, professeure de marketing et spécialiste du secteur alimentaire et de détail à HEC Montréal. Le café, lui, a vu son prix grimper de 30 % sur un an. Il coûtait 2,13 $ US la livre en septembre.

21 octobre 2011 : Une taxe sur les boissons gazeuses pourrait générer des millions de dollars, selon la Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids). Encouragée par la prise de position de la France, qui a voté l’instauration d’une taxe sur les boissons sucrées malgré l’influence du puissant lobby des fabricants de boissons gazeuses, la Coalition Poids invite le gouvernement du Québec à emboîter le pas. En se basant sur le taux imposé par la France, soit 0,06 euro (0,08 $) par litre, la Coalition Poids estime que Québec pourrait générer des revenus annuels de 67,4 millions $, uniquement pour les boissons gazeuses. «Au moment où le taux d’obésité des jeunes atteint des niveaux alarmants, les revenus de cette redevance permettraient notamment d'améliorer l'accès et la qualité des repas offerts dans nos écoles», a suggéré Suzie Pellerin, la directrice de la Coalition Poids.

21 octobre 2011 : La police de Montréal recherche des victimes d’un réseau de fraudeurs qui auraient arnaqué près d’une cinquantaine de personnes âgées au cours des derniers mois, à Montréal. Les policiers ont démantelé le réseau formé de Catalin Alin Miclescu, Florin Ionut Bala, Emil Dinut, Ionel Ion, Ionel Constantin, Liliana Gavrila, Cristina Toma Monica et Catalina-Lumini Daia, tous d’origine roumaine. Des chefs d’accusation de fraude de plus de 5000 $, fraude de moins de 5000 $, vol de cartes de débit, vol d’identité et complot, ont été déposés contre les cinq hommes et trois femmes. «Aujourd’hui on diffuse leurs photos afin d’amener les gens à nous appeler, a expliqué Geneviève Dubé, porte-parole de la police de Montréal.» Les présumés fraudeurs ont été arrêtés lors d’une frappe policière orchestrée par les enquêteurs de la division des crimes économiques. Six perquisitions — quatre à Montréal et deux à Brossard — ont été effectuées dans le cadre de cette opération visant le démantèlement d'un réseau de fraudeurs. L’enquête a permis d'établir que les suspects employaient toujours un stratagème semblable pour piéger leurs victimes. Les malfaiteurs commençaient par cibler une personne âgée, la plupart du temps dans un marché d’alimentation. Ils suivaient ensuite leur victime jusqu’à la caisse et mémorisaient son code d’identification personnel (NIP). Une fois à l’extérieur, ils abordaient la victime, prétextant s’être perdus ou chercher un hôpital. Pour la distraire, les suspects déployaient une carte routière pendant qu’un autre volait le contenu du sac à main, a laissé savoir la police de Montréal, par voie de communiqué. Selon les autorités, divers stratagèmes étaient utilisés par les suspects pour réussir à distraire leur victime de façon à pouvoir les voler. Les enquêteurs de la police de Montréal croient que les accusés pourraient être à l’origine de 123 crimes similaires répertoriés sur l’île de Montréal au cours des derniers mois et dont la valeur totale est estimée à environ 177 000 $.

fraudeurs

Membres du réseau de fraudeurs

21 octobre 2011 : La police enquête sur les circonstances d’une tentative d’incendie survenue dans le secteur Outremont à Montréal. La police et les pompiers sont intervenus vers 5 h 30 vendredi où des cocktails Molotov avaient été lancés contre des véhicules stationnés devant la résidence de l’avocat Thomas Kyriazis. Sa résidence est située sur l’avenue Villeneuve, près de la rue Nelson. Les dommages sont mineurs, les pompiers sont intervenus rapidement pour éteindre le début d’incendie dans les véhicules. L’animateur Claude Poirier de l’émission Le vrai négociateur diffusée sur les ondes de TVA a précisé que la résidence visée est celle d’un avocat ayant fait l’objet de menaces de mort dans les dernières semaines. Il parle d’une intensification des manœuvres d’intimidation.

Semaine suivante : 22 octobre 2011 – 31 octobre 2011

Sources utilisées :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>