Ligne du temps : 2011

1er décembre – 7 décembre

1er décembre – 7 décembre

Actualités : décembre 2011

du 1er décembre au 7 décembre 2011

Voir la semaine précédente : du 22 novembre 2011 au 20 novembre 2011

1er décembre 2011 : Deux barrages de castors ont cédé à Saint-Côme, dans Lanaudière, provoquant deux débordements d’eau d’une hauteur d’un mètre et demi qui ont causé des dommages importants. La première vague est survenue vers 18 h. La seconde, qui a déferlé 30 minutes plus tard, a arraché une bonne partie de la route. Ces deux barrages, situés au sommet de la montagne, retenaient l’eau d’un lac qui alimente en eau potable Saint-Côme, mais également la station de ski Val Saint-Côme. Le réseau d’eau potable est actuellement hors service et en certains endroits, la route a été creusée jusqu’à 3,7 m par la force de l’eau. Il estime que la rue des Skieurs est celle qui a été la plus endommagée. Plusieurs condos et constructions neuves se trouvent dans ce secteur. Des clients de l’auberge étaient également coincés dans l’établissement.

1er décembre 2011 : Les employés du Manoir Richelieu dans Charlevoix ont remporté une bataille juridique contre leur employeur qui devra leur rembourser la somme de 141 900 $ avec les intérêts en frais de pourboires. La Cour suprême du Canada a mis fin à cette saga judiciaire en refusant d’entendre l’appel intenté par le Manoir Richelieu dans une cause l’opposant au syndicat des Travailleurs et des travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), section 503. En rejetant la demande d’autorisation d’appel, le plus haut tribunal du pays a ainsi confirmé la décision rendue par la Cour d’appel du Québec, le 9 mai dernier. L’affaire remonte à la période du 28 août au 9 décembre 2004, après l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur les pourboires en 2003 venue modifier la Loi sur les normes du travail.

1er décembre 2011 : Les aspirants policiers de l’École nationale de police de Nicolet s’entraînent maintenant à la conduite d’urgence en compagnie de deux pilotes de course, Bertrand Godin et Tania Gladiuk. Ceux-ci ont répondu à un appel de candidatures et réussi le concours d’embauche. L’École de police souhaitait en effet intégrer des pilotes professionnels à son équipe d’instructeurs, formée exclusivement jusqu’à maintenant de policiers et d’anciens policiers. Ces récentes embauches s’inscrivent dans un programme de bonification de la formation des cadets en matière de conduite d’urgence et de poursuite. Bertrand Godin assure que sa technique d’enseignement sera davantage axée sur la sécurité et l’efficacité que sur la vitesse. Il convient d’emblée qu’il n’y a pas de commune mesure entre un circuit de course et la voie publique.

1er décembre 2011 :
Des scientifiques américains ont mis au point un nouvel agent amaigrissant, l’adipotide, testé avec succès sur des singes. Il serait très efficace. Si les essais cliniques confirment son innocuité, l’adipotide pourra aider à lutter contre l’obésité. Lors des tests menés sur des macaques obèses, cet agent amaigrissant a permis de diminuer leur poids de 11% en seulement semaines. Le traitement empêche l’alimentation sanguine des cellules graisseuses. Ce faisant, il permet de diminuer les tissus adipeux dans l’organisme, réduisant ainsi le tour de taille et l’indice de masse corporelle. Les résultats de cette recherche ont été publiés dans la revue scientifique Science Translational Medecine.

1er décembre 2011 : De toutes les municipalités du Québec, c’est Laval qui obtient la plus haute cote de crédit. Elle dépasse même l’évaluation accordée à la province du Québec et à ses sociétés d’État. La firme Standard & Poor’s, qui vient de rendre publique son analyse annuelle de la valeur du crédit des municipalités, a en effet fait passer la cote de la Ville de Laval de AA-stable à AA-positive, soit la meilleure évaluation des municipalités de la province. «Les efforts constants que nous faisons pour assurer aux Lavalloises et aux Lavallois une utilisation judicieuse des sommes qui nous sont confiées portent fruit», a déclaré le maire de Laval, Gilles Vaillancourt. La cote de crédit d’une municipalité, qui peut atteindre AAA, est basée sur l’analyse d’un ensemble de facteurs économiques et budgétaires.

2 décembre 2011 : Alors que le nombre des naissances ne cesse d’augmenter au Québec, de plus en plus de femmes enceintes quittent leur travail prématurément grâce au Programme de retrait préventif du gouvernement. En 2010, le Québec comptait près de 68 000 femmes enceintes. Or, la moitié d’entre elles ont eu recours au programme Pour une maternité sans danger, qui permet aux femmes d’obtenir un congé payé par la CSST, si leur travail représente un risque durant leur grossesse. On parle, par exemple, de risques liés à l’exposition à des pathogènes ou à des matières dangereuses, d’horaires ou de conditions de travail incompatibles avec la condition des femmes enceintes, voire, de problèmes d’ergonomie. Pour le Conseil du patronat du Québec (CPQ), le programme doit être revu parce qu’il coûte trop cher. Administré par la CSST, il a coûté 212 millions $ aux contribuables québécois en 2010. Dans le cadre du projet de réforme de la CSST, le conseil d’administration de l’organisme recommande au gouvernement de modifier le programme afin de garder plus de femmes enceintes au travail en encourageant les employeurs à les affecter à d’autres tâches.

2 décembre 2011 : Réunis à Chicago, les maires canadiens et américains membres de l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent se sont engagés à reverdir leurs villes afin de protéger les rives de leurs cours d’eau. La restauration des habitats sauvages et des marécages et l’intégration de verdure dans le paysage urbain favorisent la santé environnementale des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, tout en générant des avantages économiques en attirant les visiteurs et touristes. «En réintégrant l’environnement naturel dans nos centres urbains, nous pouvons réduire la pénétration des eaux de ruissellement dans nos eaux, et, du même coup, faire de nos villes des endroits encore plus attrayants où vivre, où travailler, où élever une famille» a affirmé le maire Brian McMullan de St. Catharines, président de l’Alliance des villes. Cette organisation réunit plus de 80 maires et représentants locaux du Canada et des États-Unis.

2 décembre 2011 : Après quelque 420 représentations de son spectacle L’Arracheuse de temps, le célèbre conteur Fred Pellerin met fin à sa tournée, ce week-end, devant le public parisien. C’est demain qu’il donnera la dernière représentation à l’Alhambra, tout près de la Place de la République. Aujourd’hui, le conteur de Saint-Élie-de-Caxton était en grande forme, rigolant constamment avec la foule, tutoyant les gens («Paris, est-ce que tu comprends ce que je dis?») et se permettant de lancer quelques petites pointes à Marseille: «À Marseille, j’avais trouvé une imbécillité pour continuer ce que je dis, mais toi, Paris, je te respecte.» Parlant de ces rappels, le conteur est revenu sur les planches pour livrer deux pièces qui se retrouvent sur son tout nouvel album, C’est un monde. Le disque n’est pas encore disponible en France. En spectacle, les pièces Rentrer chez nous et C’est un monde ont été merveilleusement rendues et font espérer un spectacle musical complet du chanteur.

2 décembre 2011 :
Le projet de casino dans la réserve de Kahnawake est loin de faire l’unanimité dans la communauté. Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté sous la pluie, cet après-midi, dans les rues de Kahnawake. «Nous ne voulons pas de casino. Nous voulons protéger les générations futures», a expliqué une des manifestantes. Selon plusieurs personnes rencontrées sur place, bon nombre de citoyens de Kahnawake n’osent pas manifester leur désaccord au Conseil de bande de peur de perdre des services. C’est la troisième fois que le conseil de bande tente de mener à terme un projet de casino dans la communauté mohawk. Les deux fois précédentes avaient été refusées par la population à la suite de référendums, la première ayant eu lieu dans les années 90 et la deuxième au début des années 2000.

3 décembre 2011 : La proportion de femmes incarcérées dans les prisons québécoises augmente plus rapidement que celle des hommes. De 1998 à 2008, la population moyenne quotidienne des femmes emprisonnées a connu une hausse de 53 %, contre 33 % chez les hommes. Environ 230 femmes étaient présentes chaque jour dans les établissements de détention de juridiction provinciale. Pour répondre à la demande, une douzaine de lits supplémentaires ont dû être ajoutés récemment au Centre de détention Tanguay, à Montréal. La criminalité des femmes diffère de celle des hommes en ce qui a trait à la gravité. Elles sont moins impliquées dans les crimes violents. Par contre, elles sont surreprésentées pour les bris d’ordonnance. Depuis 1992, l’âge moyen des femmes incarcérées dans les prisons provinciales a gagné environ six ans pour s’établir à 37,1 ans. Au niveau provincial, il en coûte environ 160 $ par jour par personne incarcérée.

3 décembre 2011 : Un homme de 21 ans a été arrêté à la suite d’une perquisition qui a permis de retrouver les ossements humains qui avaient été volés au cimetière Saint-Charles, à Québec. François Gagnon comparaissait samedi matin au palais de justice de Québec, il a été formellement accusé de méfait et de profanation de cadavre. Au début du mois de novembre, le suspect aurait déterré le cercueil d’un homme décédé au milieu des années 1990, pour ensuite voler quelques os du défunt. Les enquêteurs ont pu procéder à l’arrestation du jeune homme vendredi (2 décembre) après-midi. Le crime d’outrage à un cadavre est passible d’une peine maximale de cinq ans de prison. L’évènement n’aurait rien à voir avec des pratiques sataniques, les hommes se seraient plutôt lancé le défi de profaner une tombe. Il n’existait aucun lien entre l’accusé et l’homme décédé dans les années 1990 d’une crise cardiaque.

3 décembre 2011 : Plusieurs centaines de personnes ont participé à la traditionnelle Marche de Noël aux flambeaux sur l’avenue du Mont-Royal, qui marque le début des activités du temps des Fêtes sur cette artère montréalaise bien connue. Parti du parc Gérald-Godin, le cortège des marcheurs, dans lequel on retrouvait de nombreuses familles, s’est rendu au Parc Lafontaine pour assister au spectacle du groupe Barbo, ponctué de gigues et de rigodons et suivi d’un feu d’artifice. Se sont joints à ce défilé nocturne les personnages de la compagnie de théâtre de rue des Nomadurbains. Les profits générés par la vente des flambeaux seront versés à La Maison d’Aurore, un organisme d’action communautaire et d’entraide du Plateau Mont-Royal.

5 décembre 2011 : Les bénévoles d’Opération Nez rouge ont connu un premier week-end passablement occupé alors que près de 7500 raccompagnements ont été effectués un peu partout au Québec. «C’est peut-être parce que les gens ont mieux planifié leurs transports ou parce que certains partys ont été organisés plus tôt», a avancé David Latouche, porte-parole de Nez rouge, afin d’expliquer la hausse. La région de Québec, où Nez rouge est solidement implanté depuis ses débuts, est celle où les raccompagnements ont été les plus nombreux. L’organisme, présent dans 66 régions au Québec, a ajouté celles de Maniwaki, Chandler, Carleton et Montmagny à sa liste cette année. Nez rouge, qui dit ne pas être en pénurie de bénévoles, invite néanmoins la population à s’impliquer davantage. «On va accepter tous les bénévoles jusqu’à la fin décembre, a affirmé David Latouche. On les invite à remplir le formulaire sur lesite internet au moins 48 heures à l’avance. Les gens doivent également savoir que s’ils offrent leurs services, ils ne seront pas obligés de faire les 30 jours de la campagne non plus. Ils peuvent n’en faire qu’un seul s’ils le veulent.»

5 décembre 2011 : Alors que la chasse aux cadeaux de Noël est lancée, le Biodôme de Montréal met en lumières des jouets très différents de ceux qui ornent habituellement les étals des magasins. Ils sont conçus par les enfants eux-mêmes, à partir de toute sorte de déchets. L’imagination des quelque 6 000 jeunes qui ont participé au Concours international de jouets d’Oxfam-Québec est débordante. Une fois assemblés, les bouchons de liège, bouteilles de plastique et vieilles boîtes de céréales donnent naissance à des clowns, des camions-citernes ou encore des fusées. Les meilleurs projets, fabriqués au Burkina Faso, en Bolivie, au Bénin, aux États-Unis, au Honduras, au Paraguay, au Pérou, en République démocratique du Congo et au Canada ont désormais trouvé une vitrine accessible librement dans le hall du Biodôme de Montréal. Ces petits « déchets d’œuvres » devraient susciter l’intérêt de 175 000 visiteurs d’ici le 16 mars 2012, date qui marquera la fin de l’exposition. De retour du Burkina Faso, l’humoriste québécois et ambassadeur d’Oxfam-Québec, André Sauvé, a souligné le caractère pédagogique de cette initiative : «Ces jouets sont de formidables outils pour sensibiliser petits et grands aux questions environnementales.»

5 décembre 2011 : Les propriétaires du café-bar Le Boudoir, dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à Montréal, ont été les acteurs principaux d’une scène digne d’un scénario de film ayant mené à l’arrestation de deux hommes soupçonnés d’une série de vols qualifiés dans des bars et restaurants du secteur. L’histoire a commencé lundi matin lorsque les deux suspects se sont introduits dans le café-bar, situé au 850, avenue du Mont-Royal Est, à l’angle de la rue Saint-André, pour commettre un cambriolage. En apercevant les deux hommes, le père, qui se trouvait au rez-de-chaussée, s’est précipité au sous-sol afin d’isoler les disjoncteurs, plongeant ainsi l’établissement dans le noir total. Les voleurs étaient pris au dépourvu et le propriétaire a immédiatement appelé la police. Le modus operandi des voleurs consistait à isoler les employés de l’établissement visé dans un endroit restreint, pour ensuite se diriger vers la caisse et le coffre-fort.

5 décembre 2011 : Les policiers tentaient toujours de comprendre les circonstances d’un incident très nébuleux, survenu quelques heures plus tôt, au cours duquel un homme a subi de très graves blessures en tentant de s’introduire dans une résidence du secteur Saint-Léonard, à Montréal. Il était environ 19 h lorsqu’une dame a contacté les policiers, croyant qu’une personne essayait de s’introduire par effraction dans sa résidence du boulevard Robert, près de l’intersection du boulevard Lacordaire. Avant l’arrivée des premiers policiers sur les lieux, l’homme qui tentait de pénétrer à l’intérieur de la maison aurait effectué une chute « d’une hauteur assez importante », s’infligeant du même coup des blessures très importantes.

5 décembre 2011 :
Les policiers de Montréal enquêtent sur un incendie criminel qui a endommagé une épicerie, tôt lundi matin, dans l’arrondissement Sud-Ouest, à Montréal. Le feu a pris naissance peu avant 1 h au rez-de-chaussée d’un bâtiment de trois étages, situé sur la rue Notre-Dame Ouest, entre les rues Turgeon et Bourget. Le brasier s’est déclaré à l’intérieur de l’épicerie, le Marché Bangladesh. Près de 10 locataires, résidant aux deuxième et troisième étages, ont été évacués et six d’entre eux devaient être relogés. Les logements ont été endommagés notamment par la fumée. Au total, 20 véhicules et une soixantaine de pompiers ont été dépêchés sur les lieux. La cause de l’incendie n’est pas connue. L’enquête a été confiée à la section des incendies criminels du SPVM.

6 décembre 2011 : Yves Charette sera le nouveau directeur du Service de police de la Ville de Lévis à compter du 23 janvier 2012. M. Charette travaille dans la région de Québec comme vice-président et directeur général à l’agence Contrôle routier Québec de la Société de l’assurance automobile du Québec. Le 30 septembre 2010, Jean-François Roy, alors directeur du Service de police de la Ville de Lévis, avait été arrêté au volant de son véhicule de service, pour conduite avec facultés affaiblies. Il avait soufflé plus de deux fois la limite permise. M. Roy avait aussitôt été suspendu de ses fonctions, avant d’être officiellement destitué en juin dernier.

6 décembre 2011 : Le premier ministre Stephen Harper et le président américain Barack Obama annoncent un nouvel accord sur la sécurité aux frontières, destiné à simplifier la circulation des marchandises et des personnes entre le Canada et les États-Unis. On discutera probablement aussi de pétrole demain à la Maison Blanche, puisque M. Harper estime que la construction du pipeline Keystone, évalué à 7 milliards $ et qui doit relier le Canada au Texas, va de soi, alors que l’administration Obama a décidé de reporter sa décision après l’élection présidentielle de 2012. L’entente sur le périmètre de sécurité est destinée à rationaliser la circulation des biens et des personnes, tout en identifiant assez tôt les menaces légitimes. Les éléments de l’entente comprennent le partage des renseignements, l’intégration transfrontalière en matière d’application de la loi, des procédures allégées de vérification douanière et réglementaire pour les marchandises et une augmentation de la coopération en matière de cybersécurité. Les critiques ont averti que de telles mesures pourraient porter atteinte à la vie privée des Canadiens, mais les entreprises et les industries pensent que cette entente pourrait réduire les retards aux frontières. Quelque 1,5 milliard $ de biens et 300 000 personnes traversent chaque jour la frontière canado-américaine.

7 décembre 2011 : Le violent incendie qui a ravagé la Fromagerie Boivin à Saguenay, dans l’arrondissement La Baie (ancienne ville de La Baie), est un coup dur pour la communauté. Les dégâts s’élèvent au moins à 15 millions $. Le propriétaire de l’entreprise familiale est sorti inquiet de sa visite des décombres de l’usine avec son assureur. «L’ampleur des dommages est plus importante que ce qu’on avait estimé au départ», a-t-il expliqué. Le feu a pris naissance où se fait la réception du lait, un débarcadère adjacent à la vieille section fait entièrement de bois, où logent maintenant les bureaux de l’entreprise. La thèse d’un problème électrique est privilégiée pour expliquer l’origine du brasier. La Fromagerie Boivin, qui devait commencer dans quelques jours la production du fromage Amooza twist de Kraft, était dans la dernière phase de ses préparatifs. Les 120 employés de l’usine feront leur part pour relancer la production de la fromagerie et ainsi limiter l’impact de l’incendie sur leur salaire.

7 décembre 2011 : La rue Robitaille, à Marieville, a été le théâtre d’un important déploiement policier, au cours de la journée de mercredi, en Montérégie. La perquisition s’inscrit dans le cadre de l’enquête qui a permis le démantèlement de deux laboratoires clandestins de production de drogues en début de semaine, à Shefford et à Hemmingford.. La délicate intervention s’est déroulée dans un garage situé sur le terrain d’une résidence. De l’équipement servant à la production de drogues a notamment été saisi lors de la perquisition. Aucune arrestation n’a cependant été effectuée à cet endroit.

7 décembre 2011 : La pluie, les températures qui peinent à descendre sous le seuil du 0 degré Celsius et qui frôlent le 10 degrés Celsius en début décembre dénotent une fin d’automne chaude, mais qui ne constitue pourtant pas un record. « Les derniers temps ont été doux, on parle de 4 degrés Celsius au-dessus des moyennes, a confirmé René Héroux, porte-parole d’Environnement Canada. Nous nous approchons tout de même des records de 2001, quand le début décembre avait été particulièrement chaud, avec une pointe à 18 degrés Celsius enregistrée à Montréal le 6 décembre. Cette année, le mercure a réussi à grimper jusqu’à 9,1 degrés Celsius le 4 décembre. Même si le phénomène La Niña perturbe la météo dans l’ouest du continent, M. Héroux maintient que la situation actuelle vécue au Québec n’est pas influencée par ce phénomène ponctuel qui refroidit les eaux dans le Pacifique près de l’Équateur. L’un des responsables du temps automnal qui s’étire serait le phénomène des changements climatiques, selon M. Héroux. « Ça fait partie de l’équation. On le remarque depuis quelques années, nos hivers débutent plus tard. La tendance est que les froids hâtifs et les hivers rigoureux seront plus rares, mais ils ne disparaitront pas. » Malgré le temps doux et la pluie qui persiste à quelques semaines de Noël, il ne faudrait pas croire qu’un Noël blanc soit impossible. « Statistiquement, nous avons trois chances sur quatre d’avoir de la neige dans le temps des Fêtes », a dit M. Héroux, admettant qu’aucun système météorologique important n’est visible à l’horizon et qu’aucune accumulation n’est prévue pour les prochains jours.

Semaine suivante : 8 décembre 2011 – 14 décembre 2011

Sources utilisées :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>