XIX siecle

Naissances : 1891 – 1899

Naissances : 1891 – 1899

Naissances de 1891 à 1899

Dates de naissance des principaux personnages de l’histoire du Québec, nés du 1er janvier 1881 jusqu’au 31 décembre 1899

1891

1891 : Naît à Sacré-Cœur Alfred Pinault, chirurgien-dentiste. Professeur du cours de prothèse de l’Université de Montréal. Il fait ses études au séminaire de Rimouski et à l’École Dentaire de Montréal. En 1918, il sort premier de sa promotion avec la distinction « Maxima cum laude ». Il est membre fondateur et président de la Société Dentaire de Montréal, organisateur de tous les Congrès des Dentistes de langue française d’Amérique du Nord, membre du Barreau des Gouverneurs des Dentistes  du Québec. Il est mort à Montréal, le 6 décembre 1937 et inhumé le 9 décembre à Rimouski.

26 janvier 1891 : Naît à Spokane, États-Unis, Wilder Graves Penfield, médecin neurologue, pionnier en neurologie et neurochirurgie au Canada, fondateur directeur de l’Institut neurologique de Montréal. Étudiant boursier à l’Université de Princeton, il obtient une bourse Rhodes afin de poursuivre son apprentissage au Merton College à Oxford, en Angleterre. C’est à l’université Johns-Hopkins (Baltimore, Maryland) qu’il obtient son doctorat avant de suivre des cours de neuropathologie à Oxford, en Espagne, en Allemagne et à New York. En 1928, il va travailler à l’Hôpital Royal Victoria de Montréal. En 1934, il fonde l’Institut de neurologie de Montréal à l’Université McGill et il le dirige jusqu’en 1960. Il prend sa retraite en 1960 et il rédige ses mémoires, No Man Alone, ainsi qu’un roman. En 1967, il est au nombre des premiers membres de l’Ordre du Canada. Il meurt le 5 avril 1976. En 1994, il est intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne. L’avenue du Docteur-Penfield traverse le centre-ville de Montréal.

27 janvier 1891 : Naît à Saint-Denis-sur-Richelieu Paul-Ernest Bousquet, docteur en médecine, professeur titulaire à l’Université de Montréal et auriste en chef à l’Hôtel-Dieu. Il fait ses études primaires au Séminaire de Saint-Hyacinthe, il étudie ensuite la médecine à l’Université Laval de Montréal et à Paris. Il épouse Joséphine Wiollar et le couple a quatre enfants de St-Hyacinthe, à l’Université Laval de Montréal et à Paris. Il est membre de plusieurs sociétés et président de la Société d’ophtalmologie de Montréal. Il participe à plusieurs congrès. Il est décédé à Montréal, le 27 octobre 1837.

27 avril 1891 : Naît à Nicolet Rodolphe Duguay, peintre, dessinateur, graveur, illustrateur. Il fait ses études chez les Frères des écoles chrétiennes de Nicolet, et au Séminaire de Nicolet de 1903 à 1908. Il s’installe à Montréal en septembre 1908, et débute ses cours de beaux-arts au Monument national (Conseil des Arts et Manufactures) en février 1911 jusqu’en mars 1920. Il fréquente les cours de l’Art Association of Montreal et travaille à l’atelier du peintre Georges Delfosse. Il s’inscrit à l’Académie Julian à Paris le 14 octobre 1920, il y reste jusqu’au 10 mars 1924, Il fréquente aussi l’Académie de la Grande Chaumière, Adler et Colarossi. Il obtint la bourse attribuée à un peintre par le gouvernement du Québec en septembre 1924. À son retour d’Europe en juin 1927, il s’expose à la Bibliothèque Saint-Sulpice. En 1935, il présente une collection de bois gravés. Il œuvre jusqu’au début des années 1960. Il reçoit l’Ordre du Canada en 1973 et décède 25 août 1973. On peut voir ses œuvres au Musée national des beaux-arts du Québec et au Musée des beaux-arts du Canada et au Musée Pierre-Boucher de Trois-Rivières. La maison ancestrale des Duguay construite vers 1835, et l’atelier du peintre, ont été déclarés monuments historiques en 1977.

8 mai 1891 : Naissance de Gaétan Guérin, avocat.

27 mai 1891 : Naît à Montréal Claude Champagne, compositeur. Il étudie le piano avec Romain-Octave Pelletier junior. À Paris il prend des cours de composition avec André Gedalge et Raoul Laparra et Charles Koechlin. Le 2 février 1924, il reçoit le 1er prix de composition du journal Le Matin à Paris. Il est professeur au conservatoire et à l’Université de Montréal de 1930 à sa mort, survenue le 21 décembre 1965. Le fonds d’archives de Claude Champagne est conservé au centre d’archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. La Faculté de musique de l’Université de Montréal a nommé l’une de ses salles de concert Salle Claude-Champagne. Parmi ses œuvres citons Hercule et Omphale, poème symphonique, Suite canadienne pour chœur et orchestre, Danse villageoise, Symphonie gaspésienne et Altitudes. Son Petit scherzo, une petite pièce pédagogique pour piano (éditions Berandol, Toronto, Canada) fait partie du Syllabus du Conservatoire Royal de musique de Toronto.

10 juin 1891 : Naissance de William Edward Bell (Billy), hockeyeur professionnel. Natif de Lachine, il fait ses débuts en jouant pour plusieurs clubs seniors de hockey de Montréal entre 1909 et 1913. Lors de la saison 1913-1914, il signe avec les Wanderers de Montréal de l’Association nationale de hockey ; au cours de cette saison, il joue également avec l’Association des athlètes amateurs de Montréal. Après une saison avec les Sénateurs d’Ottawa, il retourne jouer avec les Wanderers qui intègrent la nouvelle Ligue nationale de hockey. Il joue pour les Canadiens avec qui il gagne la Coupe Stanley. Il meurt le 3 juin 1959.

5 septembre 1891 : Naît à Ottawa Gordon Roberts, dit Doc, hockeyeur professionnel qui évoluait en position d’ailier gauche. Il joue avec l’Ottawa Hockey Club et les Wanderers de Montréal de l’Association nationale de hockey puis avec les Millionnaires de Vancouver et les Metropolitans de Seattle de l’Association de hockey de la Côte du Pacifique. En 1910, il fait partie de l’équipe d’Ottawa qui conserve la Coupe Stanley suivant un défi, inscrivant sept buts au cours des deux rencontres victorieuses des siens sur l’Edmonton Hockey Club. Il s’installe à Montréal en 1910 où il devient l’un des meilleurs marqueurs de l’ANH avec les Wanderers tout en étudiant la médecine à l’Université McGill. Suivant l’obtention de son diplôme, il déménage en Colombie-Britannique et devient médecin. Continuant de jouer au hockey, il intègre les Millionnaires de Vancouver. Il se retire du sport en 1920 pour se consacrer à sa carrière de docteur qui l’amène à Oakland en Californie où il pratique pendant plus de 40 ans. Il meurt à Oakland, aux États-Unis, le 2 septembre 1966. Il est intronisé au Temple de la renommée du hockey à titre posthume en 1971.

19 septembre 1891 : Naît Ogilvie James Cleghorn (Odie), hockeyeur professionnel. Originaire de Montréal. Il rejoint l’équipe Montreal Westmount en 1908-1909 dans la ligue de hockey de la ville, puis il joue la saison 1909-1910 avec les Wanderers de New York dans l’United States Amateur Hockey Association. Il signe avec les Millionnaires de Renfrew dans l’Association nationale de hockey en 1910-1911. Il joignt la saison suivante les Wanderers de Montréal. En un peu moins d’une centaine de matchs avec l’équipe de Montréal, Odie Cleghorn inscrit 115 buts. Il devient le premier entraineur des Pirates de Pittsburgh à partir de leur première saison dans la LNH. Il meurt le 13 juillet 1956, à Montréal.

30 septembre 1891 : Naissance d’Édouard Thomas Maher, ingénieur forestier, fonctionnaire, professeur, écrivain. Né à Tadoussac le 30 septembre 1891, fils de J.N. Maher et d’Evelyn Hovington, il fait ses études au Séminaire de Chicoutimi, où il obtient son diplôme en agriculture en 1914), il poursuit les études à l’Université Laval pour devenir ingénieur forestier en 1917. Il épouse Emma Vaultier le 3 janvier 1918, et le couple a 3 enfants. Il est professeur à la faculté des Sciences de l’Université Laval de 1933 à 58 et professeur émérite depuis 1958. Il est vice-président de la Commission canadienne de la radiodiffusion (devenue la Société Radio-Canada); il est président de la Galerie Nationale à Ottawa depuis 1959 ; président de l’Association des Ingénieurs forestiers de la Province de Québec (1928-30 et 1952-54) ; fondateur et administrateur de l’hebdomadaire Le Journal (1929-31) ; président du Conseil diocésain des Oeuvres de Charité du Québec (1950). Il est auteur des ouvrages sur les fôrets québécois « Nos forêts en décadence », « Pays de Cocagne ou terre de Caën »  et du roman « Fascination », ainsi que de nombreux articles de journaux et conférences ayant pour thème la forêt

10 novembre 1891 : Naît à La Malbaie Jean-Charles Harvey, écrivain, journaliste et romancier. Il naît dans une famille ouvrière. Il entreprend ses études classiques au séminaire de Chicoutimi et au noviciat des Jésuites. Il prononce ses vœux en 1910, mais il quitte la congrégation pour s’inscrire en droit à l’Université Laval à Montréal (Université de Montréal). Il collabore à plusieurs périodiques dont Le Soleil, Le Petit Journal, Le Jour, qu’il crée en 1937 et pour lequel il est rédacteur en chef jusqu’en 1946. En avril 1934, il devient célèbre suite à la publication de son roman Les Demi-civilisés, qui lui vaut d’être condamné par le clergé. Il crée un scandale en 1944 en révélant qu’Adolf Hitler était en faveur du mouvement séparatiste québécois. Certains considèrent l’auteur comme le grand-père de la Révolution tranquille, parce qu’il s’attaque violemment à la pauvreté intellectuelle et de l’élite canadienne-française soumise à la puissance de l’Église. Il est mort 1967 à Montréal.

30 novembre 1891 : Naît à Saint-Thomas-d’Aquin (aujourd’hui, secteur de Saint-Hyacinthe, en Montérégie) Joseph-Théophile-Adélard Fontaine, avocat et homme politique. Il effectue ses études au Séminaire de Saint-Hyacinthe et à l’Université Laval de Québec. Il obtient son diplôme en 1917. Il devient membre du Conseil du Roi en 1929. Lors des élections de 1930, il devient député du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Saint-Hyacinthe-Rouville. Réélu dans la circonscription de St-Hyacinthe-Bagot en 1935 et en 1940, il démissionne le 27 juillet 1944. Il prend sa retraite le 1er novembre 1967 et il est décédé le 21 novembre 1967 à l’Hôtel-Dieu de Montréal.

1892

1892 : Naît à Saint-Alexis-des-Monts le docteur C.-O. Milot, spécialiste du traitement de la tuberculose et des maladies du cœur. Il fait ses études primaires et classiques à Joliette et ses études médicales à l’Université de Montréal. Il pratique durant deux années à Terrebonne. Il est engagé ensuite par l’hôpital Sainte-Justine de Montréal et ensuite il est attaché à l’hôpital du Sacré-Coeur. Il épouse Alice Perrault, avec qui il a un fils et une fille. Il est décédé en décembre 1937.

1892 : Naît à Saint-Paul de Joliette Ildas Caisse, notaire de Montréal. Il fait ses études à l’école de L’Assomption et à l’université Laval de Montréal. En 1914, il est admis à la pratique du notariat, profession qu’il exerce pendant 24 ans à Montréal. La même année, il épouse Mlle Antoinette Blanchard. Il meurt le 18 janvier 1938, chez lui, 5281, rue Decelles.

5 janvier 1892 : Naît à Québec Ulric Voyer, compositeur d’opéras. Il étudié au Collège Saint-Roch. Il étudie le piano avec le professeur Hudson, et l’orgue et l’harmonie à Montréal avec Léon Dessane et avec M. Descarries. Dès 1907-1908, il rédige La boisson, une pièce en trois actes et douze scènes, qui est représentée plusieurs fois à Québec et même interprétée à la radio de CHRC après sa mort. Il ne rédiger une autre pièce qu’en 1923 : Triste réalité, présentée en même temps que des extraits de l’opéra Jean-Marie. Il compose d’autres œuvres musicales, dont l’opéra L’intendant Bigot, son oeuvre la plus connue, qui a été représentée cinq fois : deux fois à Montréal, les 5 et 7 février 1929 au Monument National, sous la direction d’Albert Roberval, et trois fois à Québec, les 22 et 23 mars 1929 à l’Auditorium de Québec, l’actuel Capitole, sous la direction d’Edmond Trudel. Cet opéra fut considéré par la Société canadienne d’opérette et par la revue La Lyre, comme le premier grand opéra canadien. En 1913, il épouse Alice Bédard qui lui donnera dix-huit enfants. Il meurt le 8 janvier 1935 à Québec.

17 janvier 1892 : Naissance de Cyrille Vaillancourt, sénateur, PDG des Caisses populaires. Né à Saint-Anselme, près de Lévis, fils de Cyrille-Émile Vaillancourt, médecin et député à la Chambre des communes de 1891 à 1896, et de Marie-Louise Larochelle, il fait ses études au Collège de Lévis et à l’Université Laval. Il travaille au journal L’Étoile du Nord de Joliette en 1914. Il devient chef du Service de l’apiculture au ministère québécois de l’Agriculture en 1915, puis chef du Service de l’apiculture et de l’industrie du sucre d’érable en 1918. Il est professeur de coopération à l’Université Laval. Il est directeur de la Caisse populaire de Lévis en 1924, gérant général de l’Union régionale des caisses populaires du district de Québec de 1927 à 1963 et de la Caisse centrale Desjardins de Lévis en 1927. Premier président et gérant de la Fédération des caisses populaires de 1932 à 1969, vice-président de la Société d’assurance des caisses populaires de 1948 à 1969, président de l’Assurance-vie Desjardins de 1948 à 1969 et de l’Association coopérative Desjardins de 1963 à 1969. Il est nommé sénateur de la division de Kennebec du 3 mars 1944 au 3 janvier 1969. Il fonde les périodiques L’Abeille (1918), connue plus tard sous le titre de L’Abeille et l’érable (1928), et La Caisse populaire Desjardins (1934), qui fut remplacé par La Revue Desjardins (1940). Il est décédé à Lévis, le 30 octobre 1969. Il épouse, le 3 octobre 1916, Maria Ferland ; puis, à Saint-Pascal, près de Kamouraska, le 2 juin 1920, Marie-Blanche Normandin dit Lajoie. Il meurt le 30 octobre 1969 à Lévis.

21 janvier 1892 : Naît Antoine Champagne, homme d’Église, historien. Il est natif de St. Norbert, Manitoba. Il fait ses études au collège de Notre Dame de Lourdes et il entre dans l’ordre des Chanoines réguliers de l’Immaculée Conception. En 1911, il part pour Rome compléter ses études théologiques. Il est ordonné prêtre en 1915 et il obtient le doctorat en théologie de l’Université de la Propagande in 1916. De 1916 à 1922, il enseigne au Séminaire Mineur d’Avignon et Lyon en France. Il rentre au Manitoba en 1922, il devient cure et il exerce ses fonctions jusqu’en 1948. Il se retire pour faire des recherches historiques sur les familles de La Verendrye et Riel, ainsi que sur les forts français du temps de la Nouvelle-France. Il a publié Les Vérendrye et le Poste de l’Ouest (1968), La Famille de Louis Riel (1969) et d’autres ouvrages sur l’histoire. Il meurt à St. Boniface, le 7 septembre 1980.

6 février 1892 : Naît Antonio Dragon, jésuite, écrivain, auteur de plusieurs recherches et ouvrages sur les Jésuites en missions, dont En mission parmi les Rouges, le Père Bernard, Vie intime du Père Pro, L’Acadie et ses 40 robes noires. Il est mort en 1977.

19 mars 1892 : Naît Ernest Schenck, journaliste, il a écrit pour Le Devoir et il était considéré l’un des journalistes les plus connus de son temps.

23 mars 1892 : Naît à Métabetchouan Victor Tremblay, futur prêtre, Monseigneur, historien. Il obtient son diplôme académique de l’école normale Laval de Québec en juin 1911. Il occupe le poste de maître d’école à Saint-Cœur-de-Marie de 1911 à 1912 et à Hébertville entre 1912 et 1913. Il est admis au Petit séminaire de Chicoutimi en 1914 en philosophie et au Grand Séminaire en 1915. Il y est ordonné prêtre en 1919. Professeur d’histoire au Petit Séminaire, il est le fondateur de la Société historique du Saguenay et de la revue Saguenayensia. Il reçoit un doctorat honoris causa en lettres de l’Université Laval en 1962, ainsi que de l’Université du Québec à Chicoutimi en 1977. La Société d’histoire du Canada lui décerne en 1960 un certificat au mérite et en 1966, la Société historique de Montréal lui rend hommage en lui décernant la Médaille d’Or. En 1967, il reçoit la Médaille du Groupe des dix et en 1976, l’American Association for State and Local History lui décerne un diplôme d’honneur pour l’ensemble de son œuvre. Il est décédé le 17 juin 1979 à Chicoutimi.

24 mai 1892 : Naît Edmond Bouchard, hockeyeur professionnel. Né à St-Étienne. Il a joué plus de 200 fois pour le club Montagnais, le Montreal Hochelega, les Crescents de Québec et les Voltigeurs de Québec. En janvier 1922, il joint l’équipe des Canadiens de Montréal. Ensuite, il joue pour les Hamilton Tigers et les Pittsburgh Pirates. Il se retire en 1932. Il meurt à St-Étienne, le 19 juillet 1955.

5 juillet 1892 : Naissance de Félix-Adolphe Sénécal, industriel. Né à Upton, fils d’Adolphe Sénécal and Georgiana Guay, il a été l’un des hommes les plus influents au Québec. Il épouse Stella Lapierre, fille d’Émile Lapierre and Emelay De Serre. Il meurt le 18 juin 1969 à Montréal.

13 juillet 1892 : Naissance de Léo-Pol Morin (connu sous le pseudonyme de James Callihou), pianiste, compositeur, critique musical. Natif de Cap-Saint-Ignace au Québec. Il a composé la Suite canadienne (1945) et Trois Esquimaux pour piano. Il a également composé sur les thèmes de la mythologie inuite et du folklore canadien-français. Il étudie à Québec le solfège, la dictée musicale et le piano avec Gustave Gagnon, le piano et l’orgue avec Henri Gagnon. Il donne son premier récital de piano professionnel au Club musical de Québec en 1909. En 1910, il s’installe à Montréal où il étudie l’harmonie avec Guillaume Couture et le piano avec Arthur Letondal. En 1912, il reçoit le prestigieux Prix d’Europe qui lui permet de poursuivre des études musicales à Paris, au Conservatoire de Paris. En août 1914, il revient au Canada pour revenir à Paris en 1919. En 1926, le Conservatoire de Paris l’intronise au Comité d’honneur. Revenu au Canada, il est nommé secrétaire de la section de Montréal de la Société Pro-Musica de New York. De 1926 à 1929, il est un critique musical pour le journal « la Patrie ». De 1929 à 1931, il enseigne au Conservatoire national de Montréal. En 1931, Il retourna à Paris jusqu’en 1936. En 1936, il devient professeur à l’École de musique Vincent-d’Indy à Montréal, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort survenue le 29 mai 1941 lors d’un tragique accident de la route.

31 juillet 1892 : Naissance de Joseph Charbonneau, futur archevêque de  Montréal.Né à Lefaivre, dans le canton d’Alfred et Plantagenet, dans l’est ontarien, il est le fils de Daniel Charbonneau, cultivateur, et de Caroline Yelle. Ayant étudié au juniorat montfortain d’Huberdeau, au séminaire de Sainte-Thérèse et au Grand Séminaire de Montréal, il est ordonné prêtre à Ottawa le 24 juin 1916 par Charles H. Gauthier. Vicaire dans la région de l’Outaouais, il étudie la sociologie à l’Université catholique d’Amérique à Washington. Il reçoit un doctorat en philosophie et un doctorat en droit canonique après des études à Rome (1923-1925). Le 22 juin 1939, il est nommé deuxième évêque du diocèse de Hearst. Il reçoit son ordination épiscopale le 15 août et il est installé évêque le 4 septembre. Le 31 août 1940, il succède à Mgr Georges Gauthier au titre d’archevêque de Montréal. En janvier 1950, il est forcé à démissionner. Nommé à l’évêché du Bosphore, il mène une existence paisible à Victoria, en Colombie-Britannique, comme aumônier chez les Sœurs de Sainte-Anne. Il meurt d’une crise cardiaque le 19 novembre 1959.

15 août 1892 : Naît André Laliberté, abbé, historien, écrivain, historien de l’Église. Année de la mort : ?

19 août 1892 : Naît à Allandale, en Ontario, Edwin Headley Holgate, artiste peintre. Sa famille déménage au Québec en 1901. Il suit des cours d’art à l’École de l’Art Association de Montréal, puis à Paris de 1912 à 1914 et de 1920 à 1921. Considéré comme le Huitième membre du Groupe des Sept, il est réputé pour ses paysages et ses nus féminins, bien qu’il soit aussi un excellent portraitiste. Il est considéré comme chef de file de la gravure canadienne moderne. Dans les années 1920, il est l’un des fondateurs du groupe de Beaver Hall, un groupe d’artistes montréalais. Il a participé aux deux guerres mondiales. Il fréquente les cercles littéraires et artistiques francophones. De 1928 à 1934, il enseigne à l’École des beaux-arts de Montréal et, de 1938 à 1940, à l’Art Association de Montréal. En 1946, il s’installe à Morin-Heights dans les Laurentides. Il meurt à Montréal, le 21 mai 1977.

24 septembre 1892 : Naissance de Joseph-Adélard Godbout, 15e premier ministre du Québec. Né à Saint-Éloi, dans le comté des Basques au Bas Saint-Laurent, il est un fils d’Eugène Godbout, fermier et député libéral de 1921 à 1923, et de Marie-Louise Duret. Il fait ses études au Séminaire de Rimouski, l’école d’agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et l’Amherst Agricultural College, dans Massachusetts. Il enseigne à l’école d’agriculture de Sainte-Anne-de-la-Pocatière de 1918 à 1930. Il est agronome pour le ministère de l’Agriculture de 1922 à 1925. Il est élu député libéral sous la bannière du Parti libéral du Québec dans la circonscription de L’Islet, le 13 mai 1929, et est réélu en 1931 et 1935. Il occupe le poste de ministre de l’Agriculture de 27 novembre 1930 au 27 juin 1936. Il devient premier ministre du Québec le 11 juin 1936 et assermenté comme premier ministre le 27 juin 1936. Il forme son cabinet le 29 juin 1936. Il perd l’élection d’août 1936. Il demeure chef du Parti libéral et revient au pouvoir à l’élection de 1939. En 1944, il est battu. En 1949, il est nommé au Sénat du Canada. Il demeura sénateur jusqu’à sa mort le 18 septembre 1956.

1893

1893 : Naît à Ottawa Léon-F. MacKay, ingénieur civil de renom. Il est le fils de M. et Mme L.-Joseph Mackay, d’Ottawa. Il reçoit son diplôme de l’École Polytechnique de l’Université de Montréal en 1915. En 1932-1933 il est chargé de la construction de l’École Industrielle d’Alfred, Ontario. Il est nommé examinateur des brevets du secrétariat d’État en 1938. Il est décédé à Ottawa le 24 décembre 1941.

1893 : Meurt Joseph-Guillaume Barthe, journaliste, homme politique, avocat, poète. Natif de Carleton, où il naît en 1816, il fait des études en philosophie, médecine et droit. Patriote, il est arrêté en 1839, après avoir publié un poème dénonçant l’exil forcé des insurgés politiques. Sorti de prison, il entre au barreau des avocats. Il se fait élire député libéral de Yamaska en 1841. Il devient le greffier à la cour d’appel locale et voyage en Europe où il exerce son métier de journaliste. Auteur de 3 contes et d’environ 80 poèmes, publiés dans le Populaire et l’Aurore des Canadas, il aborde les thèmes de la nature et de l’amour, mais il privilégie l’ode patriotique.

1893 : Naissance de Jean Narrache (baptisé Émile Coderre), poète. Il effectue très tôt son entrée en écriture en fondant un journal humoristique, Le Mercredi, au Séminaire de Nicolet où il poursuit ses études. Après l’obtention de son diplôme de pharmacien à l’université de Nicolet, en 1919, il devient publicitaire pour une compagnie de peinture puis secrétaire du Collège des pharmaciens du Québec (1945-1961). Il collabore à différents périodiques: La Revue moderne, La Grande Revue, La Patrie du Dimanche – où il signe une chronique intitulée « J’parl’ pour parler ». Membre de l’École littéraire de Montréal, il publie un premier recueil en alexandrins, Les signes sur le sable (1922),mais se tourne ensuite vers la poésie populaire: Quand j’parl’tout seul (1932), J’parl’ pour parler… Poésies (1939); Bonjour, les gars! Vers ramanchés et pièces nouvelles (1948); J’parl’tout seul quand Jean Narrache (1961); Jean Narrache chez le diable (1963); Rêveries de Jean Narrache (s.d., n.p.). En 1932, il reçoit la médaille d’argent de la Société des poètes canadiens-français. Il meurt en 1970.

1893 : Naît Louis-C. Parenteau, comptable, le premier Canadien français à subir avec succès les examens de l’Institut des comptables agréés et à porter le titre de C.A. Élève de l’École des Hautes études commerciales de Montréal, il fait partie de la promotion sir Lomer Gouin, qui date de 1915. Il est décédé en 1964.

1893 : Naissance de Gustave Provencher. Il fait ses études au séminaire de Québec et étudie la médecine à l’Université de Montréal.  Il exerce sa profession pendant quinze ans dans l’Ouest canadien. Il vient ensuite s’établir à Granby en 1936. Au moment de son décès survenu en février 1940, il est coroner du comté de Shefford et directeur de l’Association médicale de Langue française de la Province.

1893 : Naît Lucien Ranger, médecin de renom, spécialiste à l’hôpital Sainte-Jeanne-d’Arc. Il fait ses études au collège Sainte-Marie et au collège Bourget. Il entre ensuite à l’Université de Montréal où il est reçu médecin en 1919. Il meurt en décembre 1942.

1893 : Naît le Dr Ernest Prud’Homme, président du bureau médical de l’Hôtel-Dieu. Il fait ses études classiques au Collège de l’Assomption et ses études médicales à l’Université de Montréal, (promotion 1922). Après un voyage d’études en Europe, il est nommé chirurgien à l’Hôtel-Dieu de Montréal. Il est professeur agrégé de l’Université de Montréal, membre de la Société médicale ainsi que de la Société de chirurgie, et « Fellow » du Royal Collège of Surgeon (Canada). Il est décédé en 1942.

21 février 1893 : Naissance à St-Damien de Gédéon Boucher, musicien, professeur de musique et poète. Il est décédé le 24 octobre 1945 à Assomption-de-la-Sainte-Vierge. Le 18 avril 1918, il épouse Berthe à St-Joseph-de-Chambly, Chambly.

12 mars 1893 : Naissance d’Eugène L’Heureux, écrivain et journaliste. Il est directeur du journal Progrès du Saguenay dès 1918, puis rédacteur en chef du journal L’Action catholique de Québec. Il publie plusieurs ouvrages, dont Le problème des chantiers, Ma province et mon pays.Il est décédé en 1975.

18 mars 1893 : Naissance d’Olivier Guimond père (Ti-Zoune), comédien, humoriste. Né à Sudbury, en Ontario, il débute sa carrière en anglais. À la fin des années 1910, il codirige, avec Arthur Petrie, une troupe burlesque qui connut un grand succès. Il fait la transition vers le français à partir du milieu des années 1920 et participe à la création d’un répertoire burlesque francophone. En 1922, il forme sa propre troupe et fait des tournées pendant plusieurs années. L’un des vedettes les plus célèbres de la scène québécoise, il est mort d’un cancer à Montréal le 9 octobre 1954.

19 mars 1893 : Naissance de Jean-Louis Baribeau, politicien. Né à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, il fait ses études au collège Sacré-Cœur à Victoriaville et les poursuit au Griffin’s Business College à Springfield, dans l’État du Massachusetts. Il épouse Aimée Trudel en 1923, avec qui il aura quatre enfants. Il est élu maire de Sainte-Geneviève-de-Batiscan le 10 janvier 1929. Il est préfet du comté de Champlain du 10 mars 1936 au 12 juin 1940. En 1930, il est élu député conservateur à la chambre des communes dans Champlain. Il est défait en 1935. Il est nommé conseiller législatif de la division de Shawinigan le 14 janvier 1938 et il conserve ce poste jusqu’à l’abolition du Conseil législatif le 31 décembre 1968. Il est président du Conseil législatif du 1er février 1950 au 6 juillet 1960 et du 23 juin 1966 au 31 décembre 1968. Il meurt à Trois-Rivières le 26 décembre 1975.

25 mars 1893 : Naît lieutenant-colonel Robert Bourassa, avocat. Il devient le Conseiller du roi en octobre 1929.

29 mars 1893 : Naît Louis-Philippe Côté, historien, écrivain.

16 avril 1893 : Naissance à Saint-Jérôme de Germaine Guèvremont (née Germaine Grignon), romancière, conteuse, surtout connue pour le roman Le Survenant. Elle est la fille de l’écrivain et avocat Joseph-Jérôme Grignon. Elle étudie chez les soeurs de Sainte-Croix à Saint-Scholastioque, chez les soeurs de Sainte-Anne à Saint-Jérôme, puis à Lachine. Après son mariage, elle s’installe à Sorel où elle devient courriériste. Elle déménage à Montréal, où elle s’adonne au journalisme. En 1942, elle fait paraître un recueil de contes intitulé En pleine terre. Paysanneries, trois contes. C’est en 1945 qu’elle publie Le Survenant pour lequel elle reçoit le prix Sully-Olivier de Serres, attribué par l’Académie française. En 1947, elle publie Marie-Didace, un prolongement du Survenant. Elle est docteur honorifique de l’Université Laval et de l’Université d’Ottawa. Elle est morte le 21 août 1868 à Terrebonne.

7 mai 1893 : Naissance de Frank Selke (Francis Joseph Aloysius Selke), directeur gérant du Canadien de Montréal, dirigeant de la ligue nationale de hockey (LNH) en Amérique du Nord, homme de hockey de carrière. À l’âge de 14 ans, il devient gérant d’une équipe Bantam en Ontario. Il dirige le Mapple Leafs pendant une vingtaine d’années et dès l’été 1946, il devient directeur-général des Canadiens de Montréal. Avec lui, le Canadien remporte cinq coupes Stanley consécutives de 1956 à 1960. Il a un règne de 18 saisons avec le Canadien en leur permettant de remporter un total de six coupes Stanley sur onze finales. Il contribue également à l’élaboration du Temple de la renommée. Il meurt le 3 juillet 1985.

8 mai 1893 : Naît à Brooklyn, Massachusetts, Francis Ouimet, de racines canadiennes-françaises, champion de golf. Fils d’Arthur Ouimet et de Mary Ellen Burke. Le 20 septembre 1913 il gagne le championnat national de golf des États-Unis. Il est décédé à Newton, Massachusetts, le 2 septembre 1967. En 1988, un timbre américain à son effigie a été mis en circulation.

12 octobre 1893 : Naît à Montréal George Ritchie Hodgson, athlète olympique (natation). Il est considéré comme l’un des plus grands nageurs canadien de l’histoire. Aux Jeux olympiques d’été de 1912 à Stockholm, il remporte les deux courses, établissant de nouveaux records olympiques : médaille d’or au 400 m nage libre et médaille d’or au 1 500 m nage libre. Il est décédé le 1er mai 1983.

1894

6 mai 1894 : Naît à Lorette (Wendake), d’un père huron et d’une mère canadienne-française, Oscar Bastien, journaliste, animateur de la 1ère émission-radio en français. Son nom amérindien Wawendarolen signifie « celui qui conduit bien son canot » ou « celui qui sait parler ». Il se gradue du Séminaire de Québec et de la faculté des arts de l’Université Laval, il suit ensuite des cours de droit. Doyen des annonceurs il commence à faire de la radio en 1928 et il devient le premier annonceur officiel français des réseaux bleu et rouge de la National Broadcasting Co., auquel le poste de la Compagnie Marconi C.F.C.F., est affilié à partir de 1931-1932. En plus d’être l’annonceur officiel français du poste à ondes longues, CFCF, il irradie sur le poste à ondes courtes de cette même compagnie qui est reconnu sous les lettres CFCX. Il lance en 1940 Le Club des Artistes, un café qui est le rendez-vous des gens de la radio (situé sur la rue Dochester, entre les rues Drummond et de la Montagne). Durant la guerre il est animateur du Plan Bouchard. Il épouse Clémence Hoff en 1944. Il meuret à l’Hôpital d’Argentueil de Lachute, le 10 juillet 1991.

4 juin 1894 : Naissance à Newport de Mary Travers, La Bolduc, folkloriste célèbre, auteure-compositrice-interprète, musicienne autodidacte, considérée comme la première « chansonnière » du Québec. Elle donne à la chanson québécoise des années 1920-1930 un vent de fraîcheur, elle réussit à trouver les mots justes et l’humour nécessaire en plein cœur de la crise économique des années 1930. Elle est morte à Montréal, le 29 février 1941. Lire également la biographie détaillée de Mary Travers, La Bolduc.

8 juillet 1894 : Naît à Sainte-Adèle Claude-Henri Grignon, écrivain, journaliste,  pamphlétaire. Son roman Un homme et son péché fait partie des œuvres littéraires les plus connues au Québec. Il fait ses études classiques au Collège de Saint-Laurent, il travaille à Montréal comme fonctionnaire.En 1920, il devient membre de l’École littéraire de Montréal. Il écrit des articles pour plusieurs magazines et journaux : La Minerve, Le Matin, Le Canada, Le Petit Journal, La Revue populaire, La Renaissance et Bataille. Il est directeur des pages littéraires de la revue En Avant! et de l’hebdomadaire Le Bulletin des agriculteurs. Il publie des romans, Le secret de Lindbergh (1928) et Un homme et son péché (1933), puis un recueil de nouvelles intitulé Le Déserteur (1934) et un essai, Précisions sur Un homme et son péché (1936). Devenu directeur-adjoint de la publicité au ministère de la Colonisation, il fonde en 1936 les Pamphlets de Valdombre. Il est maire de Sainte-Adèle de 1941 à 1951. Il meurt à Sainte-Adèle, le 3 avril 1976.

25 août 1894 : Naissance à Lotbinière de Joseph Louis Alphonse Charles Langlois, hockeyeur professionnel qui a joué dans la Ligue nationale de hockey pour Hamilton Tigers, New York Americans, Pittsburgh Pirates et pour les Canadiens de Montréal. Il s’installe à Sudbury, Ontario, dès son infance avec sa famille. Il meurt le 31 août 1965.

22 octobre 1894 : Naissance à Granby de Georges Cabana, futur prélat canadien, évêque de Sherbrooke. Il fait ses études au séminaire de Saint-Hyacinthe et au grand séminaire de Montréal. Il reçoit l’ordre le 28 juillet 1918 et devient par la suite tour à tour professeur, directeur spirituel, aumônier et vicaire. En 1941, il est nommé évêque in partibus d’Anchialus et coadjuteur de l’archidiocèse de Saint-Boniface. Il succède à Mgr Philippe Desranleau en tant qu’archevêque de Sherbrooke en 1952. Il devient aumônier des chevaliers de Colomb et chancelier de l’Université de Sherbrooke. En 1964, il crée la faculté théologique de l’Université de Sherbrooke avec l’autorisation de Rome. Ayant démissionné de son évêché en 1968, il est décédé le 6 février 1986 à Sherbrooke.

1894 : Naît à Saint-Esprit de Montcalm Benoît Bissonnette, notaire bien connu de la métropole. Il fait ses études au Collège de l’Assomption et prend ses degrés en loi à l’Université Laval de Montréal. Admis à l’exercice de sa profession en 1918, il la pratique pendant quelques années avec Me C.-J.-A. Charbonneau, M. P., et fonde ensuite une étude avec l’Hon. sénateur P.-E. Blondeau. Il est décédé en juin 1944.

1894 : Naissance de René Ouvrard, romancier québécois, mort en 1970.

1894 : Naissance d’Ubald Paquin, journaliste, romancier. Né à à Montréal, il a travaillé successivement pour Le Devoir, La Patrie, Le Canada et Le Nationaliste pour ensuite fonder La Bataille en 1916. Il a été impliqué dans un attentat à la bombe contre le propriétaire du journal Montreal Star, en 1917, il se réfugie dans Abitibi. Il est membre de l’École littéraire de Montréal et il fond vers 1920, la librairie Aux Bouquins qui devient un lieu de rencontre d’intellectuels. Il meurt à Montréal, en 1962. Parmi ses romans et récits, on trouve Jules Faubert (1923), La cité dans les fers (1926), Le lutteur (1927), Les caprices du coeur (1927), Le massacre dans le temple (1928), La mort qu’on venge (1929), La mystérieuse inconnue (1929), Le mirage (1930), Oeil pour oeil (1931), and Le paria (1933). Une avenue à Montréalporte son nom.

1895

1er février 1895 : Naît dans la ville Saint-Pierre (à Lachine) Roméo Vallée, docteur, médecin militaire pendant la Première guerre mondiale. Il est le fils de Napoléon Vallée, propriétaire de l’hôtel Queen et de Mme Vallée. Il fait ses études classiques au Collège de Montréal et ses études médicales à l’Université Laval de Montréal. Il sert comme médecin militaire et ensuite il est attaché aux hôpitaux St-Joseph et Général de Lachine et Sainte-Jeanne d’Arc de Montréal.  Il est en outre médecin de la Goutte de lait à Ville Saint-Pierre et Lachine. Il épouse Jeannette Renaud. Il est mort le 13 janvier 1938, à l’hôpital Sainte-Jeanne-d’Arc.

20 février 1895 : Naît à Joliette Alexandre Rivest, avocat de Joliette. Il épouse Jeannette Ledoux avec qui il a quatre enfants. Il est mort à Joliette le 20 juillet 1938.

6 mars 1895 : Naît à Sainte-Anne-de-la-Pérade Albert Tessier, prêtre, professeur, historien et pionnier du cinéma québécois. Il est le fils d’Alphonse Tessier et de Sophie Rompré. Il étudie à l’école du Bas De Sainte-Anne, au Collège du Sacré-Cœur puis au séminaire de Trois-Rivières. Il est ordonné prêtre en 1920, il obtient son doctorat en théologie à Rome en 1922, ensuite il fait les études littéraires à l’Institut catholique de Paris. De retour au Québec en 1924, il devient professeur d’histoire et de littérature au Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières. En 1937, il est nommé directeur de la chaire d’histoire du Canada de l’Université Laval. En 1925, il amorce une carrière dans le cinéma et dans la photographie et fait partie de ceux qu’on appelle les «prêtres-cinéastes», qui transmettent les valeurs du sacerdoce vers le grand écran. Il réalise plus de soixante-dix films sur la vie rurale, domestique et sur la nature qui marqueront le développement du cinéma au Canada. Il est reconnu pour avoir créé le terme «Mauricie», qui remplaçait l’ancienne expression de « vallée du Saint-Maurice ». Il décède à l’hôpital Saint-Joseph le 13 septembre 1976.

30 avril 1895 : Naît Philippe Panneton, mieux connu comme Ringuet, écrivain, médecin, fonctionnaire. Natif de Trois-Rivières, il fait des études classiques à Joliette et à Trois-Rivières, puis obtient sa licence en médecine en 1920, ensuite, il part en France afin de se spécialiser en oto-rhino-laryngologie. À son retour, il pratique la médecine à l’hôpital Notre-Dame de Montréal puis devient consultant à l’hôpital Saint-Eusèbe de Joliette de 1923 à 1940, professeur agrégé à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal en 1935, chargé de donner un cours d’histoire de la médecine de 1942 à 1950. Son premier roman, «Trente arpents», annonçant la fin du règne de la terre ancestrale, est publié en 1938. Suivent «Le poids du jour» (1949) L’héritage et autres contes (1946), L’amiral et le facteur ou Comment l’Amérique ne fut pas découverte (1954). Il reçoit le prix du gouverneur général du Canada, le prix de l’Académie française, le prix Duvernay, la médaille Lorne Pierce de la Société royale du Canada. Il est membre fondateur de l’Académie canadienne-française. Il décède au Portugal le 28 décembre 1960, alors qu’il est l’ambassadeur du Canada.

13 juin 1895 : Naissance de Michelle LeNormand, romancière, essayiste, nouvelliste (pseudonyme de Marie-Antoinette Tardif), née à L’Assomption. Elle fait ses études au couvent des sœurs de la congrégation de Notre-Dame à Montréal; suit les cours de littérature à l’Université de Montréal, La Sorbonne (Paris) et l’Institut catholique de Paris. En 1915, elle fait paraître dans Le Nationaliste des récits de souvenirs, réunis et publiés l’année suivante sous le titre : Autour de la maison qui rencontre un grand succès. En 1918, elle est la responsable de la page féminine du journal Le Devoir. En 1922, elle quitte Montréal pour Ottawa. Elle épouse Léo-Paul Desrosiers, le 22 juin 1922 et en a trois enfants Louis. Elle est de retour à Montréal en 1941 puis s’installe en 1949 à Saint-Sauveur-des-Monts, dans les Laurentides. Elle écrit des contes, des nouvelles et des romans. Durant les dix années qui précèdent son mariage (1911-1921), elle inspire un grand amour au poète Albert Lozeau. Elle est descernée la la Médaille de l’Académie française, 1931. Elle meurt à Saint-Sauveur-des-Monts le 1er novembre 1964.

17 juillet 1895 : Naît Gustave Lamarche, poète, dramaturge, écrivain, historien, professeur, prêtre catholique. Natif de Montréal, il étudie la littérature à l’Institut catholique de Paris et à l’École des sciences politiques de Louvain avant de devenir viatorien et d’être ordonné au sacerdoce en 1920. Il enseigne à Joliette. Il fonde, anime et collabore à plusieurs revues historiques et culturelles. Il se fait surtout connaître pour les vastes fresques dramatiques portant sur des thèmes religieux, non sans rappeler les scènes passionnées de l’époque médiévale, qu’il compose et met en scène dans les années 193 : Jonathas et Tobie (1935), La Défaite de l’enfer (1938), Notre-Dame-des-Neiges (1942) et Notre-Dame-de-la-Couronne (1947) se démarquent particulièrement. Notre-Dame-des-Neiges et Notre-Dame-de-la-Couronne sont jouées à l’extérieur devant des milliers de spectateurs. Les Oeuvres théâtrales de Gustave Lamarche (1971-1975), en six volumes, comportent 34 pièces. Il meurt le 27 août 1987 à Montréal.

27 août 1895 : naît à Québec Francis DesRoches, poète. Après des études au Collège Séraphique (Montréal) et au Petit Séminaire (Québec), il suit des cours de l’Institut sténographique Perreault (Montréal) et entre, en 1917, au Service civil de la province de Québec à titre de sténo-dactylo. En 1920, tout en conservant son emploi de fonctionnaire, il entreprend une carrière journalistique à l’Événement de Québec où il est tour à tour reporter, traducteur et éditorialiste. Il y restera jusqu’en 1948. Entre-temps, il passe au Secrétariat de la Province de Québec où il devient successivement chef de personnel, pourvoyeur et publiciste. Il est co-fondateur de la Société des Poètes canadiens-français (juin 1923) – dont il devient secrétaire-trésorier en 1953- et directeur de sa revue trimestrielle : «Le Message des Poètes». Parallèlement, il dirige le Bulletin trimestriel de la Mutuelle des Employés Civils du Québec (1947).Il publie des contes et des poèmes éparpillés dans divers journaux et revues dont : «Brumes du soir», «Pascal Berthiaume», «Chiquenaudes» et «Propos d’un rôdeur». Dans la collection «Nos poètes», il publie, en 1963, un livre de poésies intitulé «Cendres Chaudes».En mai 1958, il obtient la Médaille d’Or du concours de poésie des Poètes canadiens-français et, deux mois plus tard, il remporte la Médaille de Bronze) de la Société du Bon Parler français. Il est mort à Montréal le 30 novembre 1979.

14 septembre 1895 : Naissance d’Eugène Daigneault, folkloriste, acteur et chanteur. Il naît à St. Albans, Vermont (États-Unis). Après le décès de son père, médecin à St. Albans, il vient s’installer avec sa famille à Boucherville, en banlieue de Montréal. Il occupe divers emplois tout en faisant du théâtre amateur. Adepte de la chanson folklorique, il devient une des vedettes des Veillées du bon vieux temps de Conrad Gauthier au Monument-National à Montréal. À partir du milieu des années 1920, il enregistre près d’une centaine de chansons dans le registre folklorique avec la compagnie montréalaise Starr. Il participe comme comédien à plusieurs feuilletons radiophoniques tels Le curé de village (CKAC, 1935-1938), et La Pension Velder (SRC, 1938-1942). Il fera aussi de l’équipe de l’émission humoristique Le ralliement du rire (CKAC, 1940-1950) avec Ovila Légaré et Marcel Baulu. C’est son rôle du Père Ovide dans le feuilleton radiophonique Un homme et son péché (SRC, 1939-1960) qui marque sa carrière. Il a d’ailleurs reprend ce rôle au cinéma dans Un homme et son péché en 1949, puis à la télévision dans Les Belles Histoires des pays d’en haut de 1956 à 1960. Sa mort soudaine due à une crise cardiaque, est survenue à Montréal, le 27 janvier 1960.

21 novembre 1895 : Naît à Saint-Benoît François-Joseph Leduc, homme politique, député provincial de la circonscription de Laval de 1935 à 1948, ministre de la Voirie de 1936 à 1938. Fils d’Apollinaire Leduc, épicier, et de Clara Mary Holland. Il étudie au Collège Mont-Saint-Louis, à l’École polytechnique et à l’École des sciences politiques et économiques de l’Université de Montréal, où il obtient un baccalauréat en sciences appliquées (génie chimique et génie civil) en 1924 et une licence en sciences sociales en 1927. Il épouse Caroline Kochenburger en 1919. Il est nommé ministre de la Voirie dans le gouvernement Duplessis en 1936 et écarté du gouvernement en 1938 à la suite d’un conflit avec le premier ministre. Il se joint au Parti libéral et il est réélu en 1939. En mai 1942, il est un des rares députés à se prononcer en faveur de la conscription. De 1949 à 1959, il est vice-président de la Commission du tarif, à Ottawa. De 1959 à 1981, il exerce sa profession d’ingénieur. Il meurt à Outremont le 8 février 1985.

1er décembre 1895 : Naissance d’Emmanuel-René-Jean Richard (mieux connu comme René Richard), artiste-peintre. Natif de La Chaux-de-Fonds, en Suisse, sa famille s’installe au Canada en 1909. À l’âge de 18 ans, il devient trappeur et coureur des bois dans le nord de l’Alberta. Il reporte ses randonnées dans des centaines de dessins. Il rencontre Clarence Gagnon en Europe en 1927. Il s’installe dès 1937, au Québec où il se consacre à son art. Il s’installe à Baie-Saint-Paul en 1942 et expose à Québec et Montréal, notamment à la Galerie L’Art français. Il retourne en 1952 dans le Grand Nord. Il présente une exposition individuelle en 1967, au Musée du Québec et dix ans plus tard, une exposition rétrospective. En 1980, il fait une importante donation de ses œuvres à l’Université Laval. Il est élu à la fin de sa vie, à l’Académie royale des arts du Canada et reçoit en 1973, l’Ordre du Canada. De plus, une de ses œuvres est reproduite par Postes Canada dans une série de timbres sur l’art canadien représentant les Territoires du Nord-Ouest. La ville de Baie-Saint-Paul a honoré René Richard de diverses façons: la bibliothèque municipale porte son nom; sa maison est aujourd’hui une galerie d’art et on peut y visiter l’atelier de l’artiste

8 décembre 1895 : Naissance à Saint-Augustin-des-Deux-Montagnes d’Alfred (Joseph Édouard) Mignault, organiste, compositeur, professeur. Il occupa divers postes d’organiste, aux églises montréalaises Saint-Alphonse d’Youville, Saint-Étienne, Sainte-Cunégonde, Sainte-Catherine et Saint-Georges, puis à Saint-Enfant-Jésus. Dès 1937, il se produisit à la SRC comme organiste et pianiste. De 1938 à 1940, il fut comme directeur artistique de « L’Heure provinciale » à la station radiophonique CKAC. Professeur de solfège et de dictée musicale au CMM, directeur de l’enseignement du chant et du solfège à la Commission des écoles catholiques de Montréal. Décédé à Montréal le 10 juillet 1961.

1895 : Naît à Saint-Benoît Jean Fauteux, avocat bien connu. Il fait ses études classiques au séminaire de Ste-Thérèse et son droit à l’Université de ‘Montréal. Il est admis à la pratique de sa profession en 1920 et il fait partie de l’étude légale Poisson et Fauteux. Il est conseiller au Barreau de Montréal pour l’année 1936-1937. Il est examinateur du Barreau en 1938. Il s’occupe activement de politique dans l’intérêt du parti conservateur. Il est décédé le 5 juillet 1938 à l’hôpital Notre-Dame, après une longue maladie.

1895 : Naissance à Montréal de Claude Melançon, journaliste et naturaliste qui a œuvré dans la vulgarisation scientifique. Il est fils d’Édmond Melançon et de Marie Hudon. Il fait ses études au Collège Sainte-Marie de Montréal, il est directeur des services français du Canadien National-CN (1923-1942), censeur de la presse (1939-1940), directeur associé du Service fédéral de l’information en temps de guerre (1940-1942), directeur adjoint du Service des relations publiques du Canadien National-CN (1942-1956). Il est membre de la Commission Glasgow sur l’organisation des services de l’administration fédérale (1961-1962). Il est l’auteur des Légends indiennes du Canada, de Charmants voisins (études),Inconnus et méconnus (roman) et d’autres œuvres. Il est descerné le Prix David de la Province de Québec en 1934.Il est mort en 1973 à Montréal. La réserve écologique Claude-Mélançon à Saint-Philémon, au niveau du mont Magloire, porte son nom. Le nom des rues Claude-Melançon de Montréal et de Laval-aux-Rapides honore sa mémoire.

1895 : Naît Louis Francoeur, journaliste et animateur de radio. Natif de Montréal, il est correspondant parlementaire de La Patrie et du The Montreal Star à Ottawa et à Québec de 1922 à 1930. Il fonde ensuite le quotidien Le Journal de Québec en 1930, journal qu’il dirige jusqu’en 1934. Il est ensuite nommé directeur de L’Illustration (1934-1937) et de La Patrie (1937-1941). Il anime pendant ce temps l’émission hebdomadaire Sur la scène du monde diffusée par Radio-Canada de 1930 à 1940, puis l’émission quotidienne La situation ce soir jusqu’à sa mort le 28 mai 1941 à la suite d’un accident d’auto. La place Louis-Francoeur de Montréal honore sa mémoire depuis 1986. En 1924 il obtient le Prix David, conjointement avec Philippe Panneton. Voir aussi sa biographie détaillée : grandquebec.com/gens-du-pays/louis-francoeur

1895 : Naissance de Rose-Alma Gaudrau, pionnière de l’aviation.

1896

11 avril 1896 : Naît à Berthier-en-Haut Léo-Paul Desrosiers, écrivain et journaliste. Après des études classiques Berthier-en-Haut et au Séminaire de Joliette et des études de droit à l’Université de Montréal, il collabore à L’Action française de l’abbé Lionel Groulx en 1917. Il est ensuite courriériste parlementaire pour Le Devoir en 1920 à Ottawa puis rédacteur du feuilleton et des procès-verbaux de la Chambre des communes. En 1922, il épouse l’écrivaine Marie-Antoinette Tardif, mieux connue sous le pseudonyme de Michelle Le Normand. Il est conservateur de la Bibliothèque municipale de Montréal de 1941 à 1953. Il publie surtout des romans et des études historiques. Il obtenu de nombreux prix, tels le Prix d’Action intellectuelle (1923), le Prix de l’Académie française (1935, pour son roman Nord-Sud), le Prix Athanase-David (1938, pour Les engagés du Grand-Portage), Prix Ludger-Duvernay (1951, pour l’ensemble de son œuvre),  Médaille Lorne Pierce (1953, pour l’ensemble de son œuvre. Il a été membre fondateur de l’Académie canadienne française. Il est décédé le 29 avril 1867, à Berthier-en-Haut.

10 juillet 1896 : Naissance de Thérèse F. Casgrain Forget (née Marie Thérèse Forget), féministe, femme politique. Née à Montréal, fille de lady Blanche MacDonald et de sir Rodolphe Forget, financier et homme politique.  Membre du Conseil fédéral du salaire minimum, présidente du mouvement pour le vote des femmes au Québec, présidente de la Ligue pour les droits de la femme (1928 à 1942), fondatrice de la Ligue des jeunes francophones, cofondatrice de la Fédération des femmes du Québec (1967) des Charités fédérées francophones et de la Société des concerts symphoniques de Montréal, membre du Conseil de la santé au Canada et du Conseil canadien du développement social; membre de la Commission des prix et du commerce en temps de guerre et de plusieurs autres associations et organismes. Première femme sénatrice. Officier de l’Ordre de l’Empire britannique pour ses services en temps de guerre; docteur honoris causa de douze universités canadiennes; Prix du Gouverneur général. Elle meurt le 3 novembre 1981, à Montréal.

28 juillet 1896 : Naît Fritz Brandtner, peintre, dessinateur et graveur. Né à Dantzig, Allemagne (aujourd’hui Gdańsk, Pologne), il déménage au Canada en 1928. Dès 1934, il expose à Montréal et donne des cours aux enfants dans différents centres hospitaliers. Il propose également des causeries et discussions aux adultes. Bien qu’influencé par l’expressionnisme allemand et le cubisme, il intègre les courants propres aux artistes canadiens, plus particulièrement des peintres montréalais des années 1920 et des années 1930. En 1936 il participe, avec le docteur Norman Bethune, à la fondation d’un centre artistique pour les enfants de milieux défavorisés. En 1939, il occupe le poste de premier secrétaire de la Société d’art contemporain de Montréal. Il enseigne à l’Université McGill de 1947 à 1956, tout comme il est directeur de l’école d’été à l’Observatory Art Centre à Fredericton au Nouveau-Brunswick de 1949 à 1953. Il meurt le 7 novembre 1969 à Montréal.

18 août 1896 : Naissance de Victor Barbeau, journaliste, philosophe, écrivain, professeur. Né à Montréal, il est l’instigateur de l’Académie canadienne-française, devenue aujourd’hui l’Académie des lettres du Québec. Au cours de sa vie, il a publié plusieurs ouvrages, dontk Les Cahiers de Turc (1921), Mesure de notre taille (1936), Pour nous grandir. Essai d’explication des misères de notre temps (1937), L’Alliance des coopératives de consommation de Québec (1944), Le Ramage de mon pays (1939), L’Avenir de notre bourgeoisie (1939),  Fidélité à Ville-Marie, (1942). Il a écrit notamment dans  Le Canada, Le Devoir, La Presse, L’Action nationale, Liaison. En 1959, il reçoit le Prix Ludger-Duvernay, en 1970, il est fait Officier de l’Ordre du Canada. Il est nommé en 1987, Grand officier de l’Ordre national du Québec. Il meurt à Montréal, le 19 juillet 1994.

10 septembre 1896 : Naît à Montréal Robert Taschereau, avocat,  juge, juge en chef de la Cour suprême du Canada de 1940 jusqu’à son décès le 26 juillet 1967, survenu à Ottawa. Suite à la mort de Georges Vanier, il a agi à titre de gouverneur général du Canada du 5 mars au 17 avril 1967. Il était fils de Louis-Alexandre Taschereau,  Premier ministre du Québec, alors que son grand-père, Sir Henri Elzéar Taschereau, servit également de juge en chef pour la Cour suprême du Canada.

27 septembre 1896 : Naît à Montréal Louise Gadbois, artiste-peintre. Elle est décédée à Montréal le 10 août 1985.

1896 : Naît Eugène Prud’Homme, docteur en médecine, registraire du Collège des Médecins de la province du Québec. Originaire de Montréal, il fait ses études classiques au Séminaire de Sherbrooke et au Collège Bourget de Rigaud. Il étudie la médecine à l’Université de Montréal. De 1922 à 1935 il pratique la médecine générale tout en étant attaché à l’Institut Bruchési. C’est en 1935 qu’il occupe son poste au Collège des Médecins. Il est mort en 1943, à Montréal.

1897

20 avril 1897 : Naît à Québec, dans la paroisse de Saint-Roch, la bienheureuse Dina Bélanger, religieuse, musicienne et mystique. Elle étudie la musique à New York. Entre 1918 et 1921, elle donne un grand nombre de concerts au profit des œuvres de charité. Elle entre chez les religieuses de Jésus-Marie de Sillery en 1921 et elle prend le nom de Marie Sainte-Cécile de Rome. Elle prononce ses vœux en août de 1923. Elle entre en union mystique avec le Christ. Elle écrit des pièces musicales et des poèmes. Elle meurt  le 4 septembre 1929, à Québec. Le 20 mars 1993, elle est proclamée bienheureuse par Jean-Paul II. La salle Dina-Bélanger de Québec, le festival musical Dina-Bélanger et le collège Dina-Bélanger de Saint-Michel-de-Bellechasse sont nommés en son honneur.

30 mai 1897 : Nait à Valleyfield Jean Leduc, prêtre. Il fait ses études secondaires au Séminaire de Valleyfield. Très versé en mathématiques, il suit les cours de l’École des Hautes Études Commerciales et obtient en 1928 la licence d’enseignement commercial. Il dirige ensuite pendant une dizaine d’années les études commerciales au Séminaire de Valleyfield avant d’être affecté à la cure du Saint-Rédempteur. L’incendie qui détruit l’église paroissiale de Saint-Lazare, comté de Vaudreuil survenu en 1943, deux jours avant son décès, contribue à hâter sa fin.

17 octobre 1897 : Naît à Saint-Aimé-d’Asbestons Antonio Bolduc, docteur en médecine, surintendant des laboratoires de la Santé municipale de Montréal. Il fait ses études classiques au séminaire de Saint-Charles-de-Borrommé et ses études médicales à l’Université de Montréal. Il épouse Lucille Vacher. Il est nommé médecine bactériologiste et de surintendant des laboratoires de la Saute municipale, poste qu’il a toujours occupe depuis. Au moment de sa mort il suivait des cours en hygiène publique, à l’Université McGill. Il est mort le 13 avril 1940, à Montréal.

31 décembre 1897 : Naît à Joliette Lucien Dugas, avocat, homme politique. Député de l’Assemblée législative de 1927 à 1936, président de l’Assemblée législatave en 1936, fils de François-Octave Dugas et Alix Godin. Il fait ses études Séminaire de Joliette et à l’Université de Montréal. Il décède le 29 octobre 1985 à Montréal.

1897 : Naît à Montréal Gaston O. Paiement, dentiste et auteur des textes sur cette science. Il fait ses études au séminaire de Ste-Thérèse et il reçoit son doctorat à l’Université de Montréal. Il est gradué de l’Université dentaire de Rochester, New York. Il est membre du Collège des Dentistes de Montréal, des Chevaliers de Colomb (conseil Maisonneuve). Il épouse Eglantine Duval et ils ont deux enfants.

1897 : Naît Paul-E. Bélanger, docteur en médecine, surintendant de l’hôpital Sainte-Jeanne d’Arc. Il est au service de cette institution depuis 1925. Il est tour à tour président du Bureau médical, chef du service médical et chef-interne, jusqu’à sa nomination au poste de surintendant.  Il est décédé en 1943, à Montréal.

1897 : Naît à la Baie du Febvre René Duguay, avocat de renom. Il fait ses études au Collège de Nicolet et au Collège Saint-Michel de Toronto. Il étudie le droit à la Faculté de Droit de l’Université de Montréal. Il est admis au Barreau de Québec en 1923. Il début dans la profession à l’étude de Lamothe, Gadbois et Charbonneau. Après un séjour de deux ans ouvrit une étude à son nom et pratiqua seul pendant quelques années. En 1931, il fond la firme Duguay et Carignan. En 1941, il est élu président du Cercle Universitaire. Il fait partie de plusieurs cercles et sociétés de Montréal. Il est en outre membre du Canadian Bar Association. Il est décédé en 1942.

1898

9 mai 1898 : Naît à Londres, en Angleterre, Harry Bernard (baptisé Bernard Harry), romancier, journaliste et naturaliste. Il est un fils d’Horace Bernard, commerçant et importateur de foin et d’Alexandra Boudreau Bernard. En 1904, la famille immigre à St. Albans, Vermont et en 1906, elle s’installe à Upton, en Montérégie. Il fait son cours classique au Séminaire de Saint-Hyacinthe de 1911 à 1918. En 1919, il est nommé rédacteur et correspondant parlementaire au journal Le Droit. En 1923, il devient directeur du journal Le Courrier de Saint-Hyacinthe, poste qu’il occupe jusqu’à sa retraite, en 1970. En 1932, cofonde l’Association des hebdomadaires de langue française. De 1933 à 1934, il est le rédacteur en chef de L’Action nationale à Montréal. En 1935, il devient le gérant de la Compagnie d’imprimerie et comptabilité Ltée de Saint-Hyacinthe. Il obtient une licence ès lettres à l’Université de Montréal en 1942 et il est admis à la Société royale du Canada en 1943. En 1948, il obtient son Doctorat ès lettres à l’Université de Montréal. Comme journaliste, il signé plusieurs articles sous le pseudonyme de « L’Illettré ». Il meurt d’une thrombose coronarienne l 16 mai 1979 à Montréal.

11 décembre 1898 : Naît à Cap-Santé Gérard Morisset, notaire, historien, directeur du Musée du Québec, l’une des plus grandes figures du domaine culturel du Québec. Dès En 1937, il dresse l’inventaire des œuvres d’art du Québec, ce qui l’amène à créer un fonds documentaire constitué de données d’archives et d’inventaires qui demeure une source inégalée de renseignements sur le patrimoine. Il publie une quantité considérable de textes. Il est décédé à Québec le 28 décembre 1970.

20 décembre 1898 : Naît à Joliette Guy Guilbault, avocat. Fils de l’honorable J.-Alexandre Guibault, juge de la Cour Supérieure, et de Dinorah Desrosiersuy Guibault, avocat au Barreau de Joliette. Bachelier ès-arts du Séminaire de Joliette où il fait ses classiques, il vient suivre les cours de la faculté de Droit à l’Université de Montréal, et en 1924, après avoir décroché le Prix du Barreau de Montréal, il est licencié en Droit avec grande distinction. Dès son admission au Barreau, Me Guy Guibault joignit l’étude légale de son père, à Joliette où il exerce sa profession sous la raison sociale de Guibault & Guibault. En février 1934, il fonde une société légale avec Me J.-E. Ladouceur, sous le nom de Ladouceur & Guibault. Il est échevin de la ville de Joliette depuis janvier 1935. Il est directeur et aviseur légal de l’Union St-Joseph du Canada ; aviseur légal du conseil-Joliette des Chevaliers de Colomb. Directeur de l’Association des Anciens du Séminaire de Joliette, de 1930 à 1934, trésorier de l’Association de la jeunesse Conservatrice de Joliette et membre de la Société Saint-Vincent-de-Paul. Il est décédé en août 1940.

1898 : Naît à Montréal Charles-Auguste Décary, docteur en médecin, surintendant médical de l’Hôpital Ste-Jeanne d’Arc. Il fait ses études au Collège Ste-Marie et prend son diplôme de Médecine à l’Université de Montréal. Interne à l’Hôtel-Dieu pendant quelque temps, il poursuit ses études à Boston et, à son retour, reprend son service à l’Hôtel-Dieu. Il entre ensuite au Service de l’Hôpital Ste-Jeanne d’Arc, où en 1936 il est nommé surintendant médical. Il est mort en janvier 1943 à Montréal.

1898 : Naît Rodriguez Bourgon, médecin. Il fait ses études au collège Ste-Marie et à l’Université de Montréal où il obtient son diplôme de médecin en 1923. Il est ensuite l’assistant à l’hôpital d’État de Northampton, Massachussetts. De 1924 à 1926, il est assistant de clinique à l’hôpital St-Antoine de Paris, puis au service de l’Université Klunick de Budapest et à la clinique gynécologique de Lourich dans la capitale hongroise. Il est président de l’Association médicale américaine de Budapest et de Vienne. À son retour au Canada il devient chirurgien de l’hôpital Ste-Jeanne d’Arc, de l’hôpital St-Jean-de- Dieu et de Notre-Dame-de-la-Merci. Il avait été gouverneur du Collège des médecins.

1898 : Naît à Verdun Yves Lefebvre. Il fait ses études classiques au collège Ste- Marie de Montréal. Les études terminées, il s’enrôle dans  l’armée canadienne et fait du service militaire outre-mer. Revenu au Canada, il suit les cours de médecine de l’Université de Montréal. Il poursuit ses études médicales à Paris et après plusieurs stages dans les hôpitaux de Paris, il rentre au Canada et s’établit à Verdun. Lors de la fondation de l’hôpital Général de Verdun, dont il était l’un des gouverneurs à vie, la direction de cet hôpital lui confie le service de la dermatologie. Il est secrétaire de l’Association médicale de l’ouest de Montréal, et secrétaire du bureau médical de l’hôpital Général de Verdun. Il épouse Élisabeth Dusablon et le couple a quatre enfants. Il est décédé à Verdun, en 1940.

1899

10 mars 1899 : Naissance d’Éloi-Gérard Talbot (frère Éloi), enseignant, historien, généalogiste. Il naît à Saint-Paul de Montminy. Il est le fils du beurrier-fromager Wenceslas Talbot et de Caroline Veilleux. Ses parents déménagent à  Saint-Georges-Ouest, en Beauce. En 1914-1915, il fait son noviciat chez les Frères Maristes de Saint-Hyacinthe. Il est enseignant à Montréal, Laval, Chicoutimi, Québec, Lévis, La Malbaie, Charlesbourg. Il est secrétaire de la Société Historique de la Chaudière, membre de la Société Généalogique canadienne-française, de la Société Historique du Saguenay, de la Société Historique de Québec, de la Société généalogique d’Alençon en France, de la Congress Library of Washington, de l’American Association for State and Local History et d’autres sociétés. Le 20 mai 1976, il décède à la Maison provinciale des Maristes à Château-Richer.

8 juin 1899 : Naît à Montréal Joseph Eugène Lapierre, organiste, professeur, compositeur, musicographe. Il commence ses études musicales à l’église Sainte-Brigide avec le maître de chapelle Lucien Perreault, il travaille ensuite avec Étienne Guillet. Il fut organiste aux plusieurs églises. En 1930, l’Université de Montréal lui décerna son premier doctorat régulier en musique. Lapierre composa de nombreuses pièces pour orgue, piano, choeur, voix, notamment des messes, des motets et des mélodies. Ces mérites furent reconnus par plusieurs prix et décorations. Décédé le 21 octobre 1970. En 1979, la Place Eugène-Lapierre au centre-ville de Montréal a été nommée à sa mémoire.

9 novembre 1899 : Pierre –Alfred Daviault (1899-1964), connu sous le pseudonyme Pierre Hartex, traducteur, romancier, « père de la traduction du Québec ». Natif de Saint-Jérôme, fils de Philippe-Landry Daviault, expéditeur, et de Clothilde Lauzon, il étude la littérature à l’Université de Montréal et à la Sorbonne. Ses ouvrages les plus connus incluent Le Mystère des Mille-Îles, paru en 1927, Questions de langue (1933), La Grande Aventure de Le Moyne d’Iberville (1934), Le Baron de Saint-Castin : Chef Abénaquis (1939), Traduction (1941), Nora l’énigmatique (1945), Langage et traduction (1961), L’expression juste en traduction (1962). Récipiendaire de la médaille Pierre Chauveau en 1952 et de l’Académie des lettres du Québec en 1962. Président de la Société royale du Canada de 1958 à 1959. Décédé le 18 novembre 1964, à Ottawa.

art naissance

« Dans la vie d’un homme, il y a deux dates importantes, celle de sa naissance et celle de sa mort. Tout ce qu’on fait entre ces deux dates n’a pas beaucoup d’importance. » (Jacques Brel). Source de l’image : © Zvi Kaplan

En savoir d’avantage :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>