XIX siecle

Naissances : 1831-1850

Naissances : 1831-1850

Naissances entre 1831 et 1850

Liste des dates de naissance des personnages de l’histoire du Québec, nés entre le 1er janvier 1831 et le 31 décembre 1850

1831

20 janvier 1831 : Voit le jour à Lavaltrie Louis-Siméon Morin, homme politique, avocat. Il est le fils de Joseph Morin, agriculteur et de Félicité Pelletier. En 1841, il étudie au collège de l’Assomption et est admis au barreau de Montréal en 1852. Il se lance aussitôt, et avec un succès foudroyant, dans les luttes politiques. En 1856, il est élu lui-même par acclamation député de Terrebonne. En 1859, à 28 ans, il devient solliciteur-général dans le cabinet Cartier-MacDonald. Il est élu dans Laval en 1861. Ensuite il est nommé secrétaire de la commission de codification du Canada-Uni. En 1973, il est nommé protonotaire à Joliette. Il meurt à Lavaltrie, le 7 mai 1879.

15 février 1831 : Naît à Québec Adolphe-Elzéar Guillet, dit Tourangeua, homme politique, maire de Québec. Fils deJean Guillet dit Tourangeau et Adélaïde Bernier, il fait ses études au Séminaire de Québec, à l’Université Laval de 1841 à 1850, il fait ensuite un stage de clerc chez le notaire Louis Panet. Il est élu échevin du quartier Saint Roch, poste qu’il occupe du 20 janvier au 3 juillet 1863. Le 29 juin, le maire de Québec Thomas Pope meurt en fonction et les conseillers de la ville persuadent Tourangeau de lui succéder. Il est élu par 11 votes contre 3 pour son adversaire William Jolicoeur. Les citoyens de la ville lui confirment sa victoire lors de l’élection municipale du 3 décembre 1863. Il meurt à Québec le 8 octobre 1894 à l’âge de 63 ans.

22 février 1831 : Naît à Montréal Louis Tourville, homme politique. Fils de Joseph Tourville, cultivateur, et de Marguerite Vallières, il fait ses études chez les Frères de la doctrine chrétienne à Montréal. Il travaille au magasin de nouveautés Merrill, puis chez Morrisson, Cameron et Empy. En 1854, il ouvre une boutique de mercerie, qu’il abandonne l’année suivante. Il épouse, le 24 novembre 1856, Célina Saint-Jean, fille d’Antoine Saint-Jean, hôtelier, et de Catherine Cyhiot. Il fonde la Banque d’Hochelaga en 1873 et est nommé son président jusqu’en 1878. Il s’occupe du commerce du bois et des grains dès 1880 et devient propriétaire de scieries à Pierreville, à Nicolet et à Louiseville, sous la raison sociale de Tourville Lumber Mills Co. Il occupe plusieurs autres postes. Il est nommé conseiller législatif de la division d’Alma le 9 mai 1888 pour le Parti libéral. Il décède en fonction à Montréal, le 4 novembre 1896.

16 août 1831 : Naît à Québec John Jones Ross, homme politique. Il est élu vice-président puis président du Collège des médecins et chirurgiens de la province de Québec, il devient député conservateur de Champlain en 1861. En 1867, il devient député au fédéral. Il occupe plusieurs fonctions ministérielles sous les gouvernements Ouimet, Boucher de Boucherville et Chapleau. Il devient premier ministre de Québec le 23 janvier 1884, jusqu’à sa démission en 1887. Nommé au Sénat canadien en 1887, il en est le président de 1891 à 1896. Il meurt à Sainte-Anne-de-la-Pérade le 4 mai 1901.

16 décembre 1831 : Naît à Rivière-Ouelle Henri-Raymond Casgrain, dit l’Abbé Casgrain, historien, critique littéraire, vicaire de Québec. Il est fils de Charles-Eusèbe Casgrain (député qui s’opposa aux 92 résolutions du Parti Canadien). Il complète ses études en théologie et reçoit le sacrement de l’ordre le 5 octobre 1856. Il joue un rôle important dans l’histoire de la littérature canadienne, étant son premier critique littéraire. Il commence à publier en 1860 dans Le Courrier du Canada.Il est le créateur de deux revues : Les Soirées Canadiennes et Le Foyer Canadien (après un conflit éditorial avec Léger Brousseau, il quitte la première revue). Son influence sur les auteurs canadiens restera importante pendant des décennies. Il meurt le 11 février 1904, à Québec.

1832

9 janvier 1832 : Voit le jour à Saint-jean-sur-Richelieu Félix-Gabriel Marchand, auteur, journaliste, notaire, homme politique. Il a été premier ministre du Québec du 27 mai 1897 au 25 septembre 1900, date à laquelle il est décédé à Québec dans l’exercice de ses fonctions. Il est le fils de Gabriel Marchand et Mary McNider (de confession anglicane et d’ascendance écossaise). Il était marié à Hersélie Turgeon. Il écrit notamment pour le journal Le Canada Français pendant plusieurs décennies. Il est élu à l’Assemblée législative en 1867, et conserve son siège pendant 33 ans jusqu’à sa mort. En 1878, il est membre du gouvernement Joly De Lotbinière comme secrétaire provincial. Le 27 janvier 1887, il devient président de l’Assemblée législative. Il est chef de l’opposition de 1892 à 1897. Il est élu premier ministre de la province de Québec le 11 mai 1897 et assermenté le 27 mai. Il écrit des poèmes et des pièces de théâtre, dont l’opéra Le Lauréat (musique de Joseph Vézina).

23 février 1832 : Naît à Sainte-Claire-de-Dorchester, Pierre Hamel, prêtre, jésuite, professeur et supérieur des Jésuites, fils de Joseph Hamel, cultivateur, et de Marguerite Fournier. Après des études au petit séminaire de Québec, il entre au noviciat des jésuites à Montréal en 1851. Il enseigne ensuite le français et le latin au collège Sainte-Marie, à Montréal et aux collèges St John à Fordham (New York) et St Francis Xavier à New York. Il est ordonné prêtre le 26 juillet 1865. Il est nommé supérieur de la résidence des jésuites à Guelph (Ontario) et curé de la paroisse de 1875 à 1882, il fait construire l’église Our Lady of the Immaculate Conception. Curé de la paroisse St Andrew à Port Arthur (Thunder Bay), de 1882 à 1887. De la fin de 1891 à 1903, il exerce son ministère dans les missions du nord de l’Ontario, tantôt auprès des travailleurs des forêts dans les régions de Sudbury, de Byng Inlet et dans celle de Sault-Sainte-Marie, au Michigan, tantôt auprès des Amérindiens de la région de Garden River. Le 11 octobre 1887, il est nommé supérieure des Jésuites du Canada. Il meurt, le 6 juin 1905, au scolasticat de l’Immaculée-Conception.

30 mai 1832 : Naît Jean-Baptiste Côté, architecte, sculpteur, doreur, graveur sur bois, caricaturiste, éditeur de journaux et imprimeur, fils de Jean-Baptiste Côté et d’Hélène Grenier. Il a passé presque toute sa vie dans le quartier Saint-Roch. Après quelques années d’études, il entre vers 1850 comme apprenti à l’atelier de François-Xavier Berlinguet, architecte et entrepreneur reconnu. Il devient architecte-dessinateur et collabore à la décoration de l’église de Beauport. Au milieu des années 1850, il s’établit à son compte et s’oriente vers la sculpture navale. Il décédera le 9 avril 1907 à Saint-Roch, basse-ville de Québec.

31 décembre 1832 : Naissance de Mgr George Conroy, évêque catholique, délégué apostolique au Canada, né à Dundalk (comté de Louth, Irlande. Il arrive au Canada en 1877, pour corriger la division au sein du clergé canadien, concernant les questions de l’université Laval, du Programme catholique, et de l’«influence indue». Alors que les ultramontains (Mgr Ignace Bourget et Mgr Louis-François Laflèche, évêque de Trois-Rivières) et des laïcs comme François-Xavier-Anselme Trudel et Joseph-Israël Tarte – veulent une condamnation définitive des libéraux, Mgr Conroy fait comprendre «que l’Église, en condamnant le libéralisme, n’entend pas frapper tous et chacun des partis politiques, qui par hasard s’appellent libéraux». Dans ce but, il rencontre le clergé et les personnalités laïques et préside de nombreuses assemblées. Il est décédé à St John’s, Terre-Neuve, le 4 août 1878.

1833

6 novembre 1833 : Naît à Terrebonne Louis François Rodrigue Masson, homme politique, ministtre, président du Conseil Privé et lieutenant-gouverneur du Québec. Il est l’un des fils de Joseph Masson (1791-1847), négociant, vice-président de la Banque de Montréal, et de Marie Geneviève Sophie Raymond. Après ses études chez les jésuites, puis à l’Université de Georgetown, il devient avocat en 1859. Échevin puis maire de Terrebonne, conservateur, il est élu en 1867 député à la Chambre des communes et réélu de 1872 à 1878. Il fait partie du gouvernement de sir John A. Macdondald de 1878 à 1880 comme ministre de la Milice et de la Défense. Il devient président du Conseil privé de la Reine pour le Canada en 1880, sénateur de 1862 à 1884, et du février 1990 jusqu’à son décès, conseiller législatif en 1884, lieutenant-gouverneur de la province de Québec de 1884 à 1887. Il meurt à Montréal, le 8 novembre 1903.

7 novembre 1833 : Naît à Montréal James McShane, homme d’affaires et homme politique, maire de Montréal de 1891 à 1893, fils de James McShane, journalier, et d’Ellen Quinn. Décédé le 14 décembre 1918 à Montréal.

24 novembre 1833 : Naît à Sainte-Rose, François-Xavier-Antoine Labelle, mieux connu comme curé Labelle, homme d’Église et homme politique, responsable de la colonisation des Laurentides. Il a été surnommé le roi du Nord. Il est le fils d’Angélique Maher et d’Antoine Labelle, cordonnier. Il étudie au séminaire de Sainte-Thérèse. Il est ordonné prêtre le 1er juin 1856. Il est nommé vicaire à Sault-au-Récollet, il devient curé à la paroisse de Saint-Antoine-Abbé, où il exerce son ministère jusqu’en 1863. Ensuite, il est prêtre à Saint-Bernard-de-Lacolle et ensuite à Saint-Jérôme. Son action sociale est reconnue, il fait venir cinq mille habitants dans le sol colonial. Le 11 mai 1888 il est nommé sous-ministre de l’Agriculture, mais il démissionne le 26 décembre 1890. Dans une semaine, le 3 janvier 1891, il subit une crise d’hernie et il meurt le 4 janvier 1891 à Montréal. Voir aussi : Biographie détaillée du curé Labelle.

1834

29 janvier 1834 : Naît à Varennes, dans la paroisse Sainte-Anne, Louis-François-Christophe-Théodore Robitaille, fils de Louis-Adolphe Robitaille, notaire, et de Marie-Justine Monjeau. Il étudie à l’École modèle de Varennes, puis aux États-Unis. Poursuit ses études au Petit Séminaire de Sainte-Thérèse, à l’Université Laval, puis au McGill College où, en mai 1858, il reçoit un diplôme en médecine. Il s’installe à New Carlisle. Élu député de Bonaventure en 1861 et réélu à plusieurs reprises. Le 6 novembre 1867, il épouse dans la paroisse Notre-Dame de Québec, Emma Quesnel. Il prête serment comme membre du Conseil privé le 30 janvier 1873 à titre de Receveur général. Le 26 juillet 1879, il est assermenté comme lieutenant-gouverneur de la province de Québec et il exerce cette fonction jusqu’au 6 novembre 1884. Décédé en fonction à New Carlisle, le 17 août 1897.

7 août 1834 : Voit le jour Sévère Rivard, homme politique, avocat, homme d’affaires, né à Yamachiche, fils d’Augustin Rivard-Laglanderie et de Marguerite Rivard-Dufresne. Le 1er août 1863, il épouse, à Montréal, Delphine Choquette. Il est élu maire de Montréal en 1879 et occupera ce poste jusqu’en 1881. 18 octobre 1834, il est nommé Conseiller législatif de la province de Québec. Il est décédé à Montréal le 4 février 1888.

9 août 1834 : Naissance à Montréal d’Hector Fabre (baptisé Louis-Roch-Hector), journaliste, diplomate et sénateur, fils d’Édouard-Raymond Fabre et de Luce Perrault. Il épouse à Arthabaskaville Flora Stein le 3 août 1964 et ils ont un fils. Il fait ses premières études au collège de l’Assomption, au séminaire de Saint-Hyacinthe, chez les Frères des écoles chrétiennes à Montréal, de 1842 à 1845, il fait le reste de ses études au petit séminaire de Montréal. Il est admis au Barreau le 5 mai 1856. Dès 1858, il collabore avec plusieurs publications et en 1867, il fonde son propre journal, l’Événement. Il devient sénateur en 1875 après avoir subi une défaite électorale deux années plus tôt. Il siège dans la division sénatoriale de Lasalle en tant que nationaliste. En 1886, il est fait Chevalier de Saint-Michel. Décédé le 2 septembre 1910, à Paris.

5 novembre 1834 : Naît à Saint-Benoît de Mirabel Pierre Hercule Chéné, marchand, marguillier, juge de paix, commissaire d’écoles. Il ouvre le premier bureau de poste dans Hartwell en 1864 et accepte la charge de maire de Cantons-Unis de Ripon et Hartwell en 1866 et 1867. Il sera maire d’Hartwell et des Cantons-Unis d’Hartwell et Preston de 1872 à 1898, il deviendra le premier maire de Cantons-Unis d’Hartwell et Preston de 1893 à 1898. Il meurt le 29 mars 1904 à Hartwell.

1835

12 avril 1835 : Naît dans le comté de Cavan, en Irlande, Charles McKiernan, mieux connu comme Joe Beef. Il arrive au Canada comme soldat vers 1864, où il s’occupe de la cantine militaire du fort de l’île Sainte-Hélène. Il ouvre dans le Vieux-Montréal une cantine-auberge et une salle où on nourrissait gratuitement les sans-abris. Il y aménage un dortoir gratuit pour cent sans-abri. Il nourrit gratuitement les ouvriers du canal Lachine en grève. Surnommé le Fils du peuple, il est décédé le 15 janvier 1889, à Montréal.

14 mai 1835 : Naît David Marcil, médecin et homme politique. Né à Saint-Timothée, Beauharnois, il exerce la profession à Saint-Eustache et est élu maire de cette ville. En septembre 1888, il est nommé conseiller législatif (libéral) de Mille-Isles. Il est décédé le 23 janvier 1899 à Saint-Eustache, comté de Deux-Montagnes.

1836

27 mai 1836 : Naît à Québec Joseph-Xavier Perrault, agronome, éducateur, fonctionnaire et homme politique. Fils de Joseph-François-Xavier Perrault, lieutenant-colonel de milice, et de Marie-Esther Lussier. Il fait ses études classiques au petit séminaire de Québec de 1845 à 1854, puis va se perfectionner en agronomie à la University of Durham et au Royal Agricultural College de Cirencester en Angleterre, ainsi qu’à l’école de Grignon en France. Au terme de ses études, il devient le premier agronome canadien-français ayant acquis le savoir universitaire et la formation que ce titre suppose. À son retour d’Europe, en 1857, il met sur pied deux fermes-écoles, l’une à Varennes la même année et l’autre à Sainte-Thérèse-de-Blainville. En 1864, il préside un comité spécial de l’Assemblée législative sur l’enseignement agricole. Il est nommé secrétaire du bureau d’Agriculture et de la Chambre d’agriculture du Bas-Canada et il est chargé de la rédaction du Journal de l’agriculture. Le 16 janvier 1866, il épouse Catherine-Flore Couillard. En 1886, il fonde la Chambre de commerce du district de Montréal. Il est mort le 7 avril 1905 à Montréal.

1837

17 juillet 1837 : Naissance, à Sainte-Geneviève-de-Berthier de Joseph-Alfred Mousseau, avocat, député conservateur, réélu à trois reprises, premier ministre du Québec entre le 31 juillet 1882 et le 23 janvier 1884. Il démissionne après avoir été nommé juge. Il a épous. Hersélie Desrosiers. Il est décédé le 30 mars 1886, à Montréal.

4 octobre 1837 : Naît à Québec sir Auguste-Réal Angers, juge et homme politique, député à l’Assemblée législative du Québec et à la Chambre des communes du Canada, sénateur, ministre, lieutenant-gouverneur du Québec. Fils de François-Réal Angers et Louise-Adèle Taschereau. Il fait ses études au séminaire de Nicolet et à l’Université Laval. Il est admis au barreau du Bas-Canada le 2 juillet 1860. Il est élu à l’Assemblée législative dans Montmorency en 1874, sous la bannière du Parti conservateur. Il est nommé au poste de solliciteur général, où il introduit différentes réformes électorales, dont le scrutin secret. En 1876 il devient procureur général. Il est élu député à la Chambre des communes du Canada, en 1880 et est nommé juge puîné de la Cour supérieure du Québec. Le 24 octobre 1887, il est nommé lieutenant-gouverneur du Québec (assermenté comme lieutenant-gouverneur, le 29 octobre), en 1892, il est nommé au Sénat du Canada. Le 1er janvier 1913, il est fait Chevalier du roi. Il est décédé à Westmount le 4 avril 1919.

1838

14 juin 1838 : Naît à Verchères Hubert-Charron Cabana, avocat, homme politique. Fils de Lambert Charon Cabana, cultivateur, et de Marie-Louise Anphil Il est décédé le 9 juin 1901 à Sherbrooke. Il fait ses études classiques au collège de L’Assomption, puis entreprend à Québec, en 1858, des études de droit qu’il termine en 1862. En 1861 et 1862, il enseigne au collège commercial de Sherbrooke. Admis au barreau le 7 octobre 1862, il exerce sa profession pendant 23 ans. Le 13 août 1866, il épouse à Compton, Bas-Canada, Mary Esther Carr et le couple eut cinq enfants. Il fonde, le 13 octobre 1866, avec l’avocat Louis-Charles Bélanger, le premier journal francophone de Sherbrooke, le Pionnier de Sherbrooke. Il est élu conseiller municipal du quartier Centre de Sherbrooke, le 10 janvier 1876. Il est élu le premier maire francophone de Sherbrooke, le 17 janvier 1880. Il meurt à Sherbrooke, le 9 juin 1901.

5 avril 1838 : Naît Georges Desbarats. Né à Québec, il étudie au Collège Holy Cross de Worcester dans le Massachusetts en 1846 et à l’Université Laval où il étudie le droit. Nommé au Barreau du Bas-Canada en 1859, il s’associe durant les années 1860, avec son père à l’inventeur William Augustus Leggo pour fonder la William A. Leggo Company. C’est avec Leggo qu’il invente le procédé de similigravure, un procédé photographique permettant d’obtenir une reproduction d’un document. Il accepte l’offre du premier ministre John A. Macdonald de devenir premier imprimeur officiel du Canada, et il cofonde le Canadian Illustrated News en 1869, le premier périodique qui utilise la similigravure plutôt que d’avoir recours à des gravures faites à la main. En 1873, il fonde le Daily Graphic dans la ville de New York. Il s’agit du premier quotidien publiant des photographies. Il fonde également d’autres périodiques canadiens tels que le Dominion Illustrated, le Canadian Patent Office Record et le Mechanic’s Magazine. Il meurt le 18 février 1893 à Ottawa.

18 octobre 1838 : Naît à Saint-Antoine-sur-Richelieu, comté de Verchères, Elphège Gravel, ecclésiastique, premier évêque de Nicolet. Il fait ses études à Saint-Hyacinthe, à Worcester (au Massachusetts), au séminaire de Montréal et à Marieville, où il est ordonné par Mgr Charles Larocque, le 11 septembre 1870. Il est professeur au petit séminaire de Marieville (1870-1871) ; vicaire à Sorel (1871-1873), à la cathédrale de Saint-Hyacinthe (1873-1874); curé de Bedford (1874-1880), avec desserte de Saint-Armand (1874-1878) et de Saint-Ignace-de-Stanbridge (1874-1877), curé de la cathédrale de Saint-Hyacinthe (1880-1885); chanoine de la cathédrale de Saint-Hyacinthe (1880-1885). Il devient premier évêque au Diocèse de Nicolet de 1885 à 1904, élu le 10 juillet 1885 et sacré à Rome le 2 août suivant par le Cardinal Moran. Il est décédé à Nicolet le 28 janvier 1904.

9 novembre 1838 : Naissance à Ghyvelde, dans le nord de la France, tout près de la frontière belge, du Bienheureux Frédéric Jansoone. Il fait ses études secondaires au collège d’Hazebrouck Décédé le 4 août 1916, à l’âge de 78, à Québec. Il entre en 1864 chez les Franciscains Observants et il est ordonné prêtre le 17 août 1870. Le 13 juin 1888, il s’installe au Québec, dans la paroisse de Notre-Dame du Cap, à Trois-Rivières. On lui attribue de nombreuses actions miraculeuses, dont des prophéties et des prédictions.  Béatifié le 25 septembre 1988 par Jean-Paul II. Sa fête se tient au Canada le 5 août et en Europe, le 4 août.

24 décembre 1838 : Naît à Sainte-Rosalie, comté de Bagot, Sir François—Charles-Stanislas Langelier, avocat, professeur, homme politique, 10ème Lieutenant-Gouverneur de la province de Québec. Il est né du mariage de Louis-Sébastien Langelier et de Julie-Esther Casault. Il fait ses études au Séminaire de Saint-Hyacinthe. En 1860, il obtient le diplôme  en Droit de l’Université Laval, à Québec. Il s’inscrit, dès l’année suivante, au Barreau puis fait un stage de deux ans à Paris afin d’approfondir ses connaissances légales en matière civile. En 1863, de retour à Québec, il devient le chef de la chaire de Droit Romain puis, celle de Droit Civil de l’Université Laval. Il épouse en premières noces Virginie-Sophie Légaré, décédée en 1891. En mai 1892, il lie sa destinée à Marie-Louise-Adélaïde Braun, fille de Frederick Braun, d’Ottawa. De cette union sont nés cinq enfants.En 1873, il est élu par le comté de Montmagny mais vaincu en 1875. Le 1er mai 1878, il est réélu et fait partie du ministère Joly où il détient d’abord le portefeuille de Commissaire des Terres (1878-79) et celui de Trésorier Provincial (1879-80. Député aux Communes de la circonscription électorale de Mégantic, de 1884 à 1887, il représente ensuite au Parlement fédéral le comté de Québec-Centre de 1887 à 1898. Il est juge de la Cour Supérieure en 1898 et juge-en-chef suppléant en 1906. Il est administrateur de la Province en 1903. Le 28 juin 1907, Sa Majesté le crée Chevalier de l’Ordre Distingué de Saint Michael and Saint George. Le 9 janvier 1910, il préside l’Assemblée du Parlement de Québec. Le 5 mai 1911, Sir François Langelier, est désigné comme Lieutenant-Gouverneur de la Province. Il meurt à son poste, le 8 février 1915.

1839

8 mai 1839 : Naît à Saint-Placide Adolphe Basile-Routhier, écrivain, essayiste, romancier, critique littéraire, avocat, juge de l’amirauté à la Cour de l’échiquier du Canada et professeur de droit à l’Université Laval, auteur des paroles de l’hymne national du Canada grâce à son poème intitulé «Ô Canada». Le 12 octobre 1889, il est nommé juge à Québec.  21 mars 1897 est nommé juge à la Cour d’amirauté. Chevalier de l’ordre de Saint-Grégoire-le Grand, chevalier de Saint-Michel et de Saint-Georges (cette dernière distinction lui confère le droit de s’appeler Sir). Il décédera le 27 juin 1920, à Saint-Irénée-les-Bains.

16 septembre 1839 : Naît Antonin Nantel, écrivain, journaliste, professeur et prêtre catholique canadien. Natif de Saint-Jérôme, il fait ses études au collège de Sainte-Thérèse. il reçoit l’ordre en 1862. Il fut préfet des études de Sainte-Thérèse de 1862 à 1870. Il est décédé le 29 juillet 1929 à l’âge de quatre-vingt-dix ans.

16 novembre 1839 : Naît Louis-Honoré Fréchette, poète, dramaturge, écrivain, homme politique. Né à St-Joseph-de-la-Pointe-Lévy, il étudie sous la tutelle des Frères des écoles chrétiennes et de 1854 à 1860, il fait ses études au Petit séminaire de Québec, au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière puis au séminaire de Nicolet. Ensuite, il étudie le droit à l’Université Laval. En 1864, il ouvre un cabinet d’avocat. Il fonde deux journaux : Le drapeau de Lévis et La Tribune de Lévis. Il s’établit à Chicago de 1866 à 1871, où il écrit La voix d’un exilé et des pièces de théâtre. Il se fait employer au Illinois Central Railway. En 1874, il est élu député de Lévis au Parlement d’Ottawa. En 1876, il épouse Emma Beaudry, En 1877, il publie un recueil de poésie intitulé Pêle-mêle et « La légende d’un peuple ». Le 31 mars 1880, il est le premier Canadien-français à remporter le prix Montyon de l’Académie française pour son recueil de poèmes intitulé Les Fleurs boréales. En 1884, il est rédacteur en chef de La Patrie, mais il quitte le journal à cause des divergences politiques. Il meurt le 31 mai 1908, à Montréal.

1840

10 janvier 1840 : Naît à Saint-Joseph-de-la-Pointe-Lévis Louis-Nazaire Bégin, cardinal futur évêque du diocèse de Chicoutimi et de Québec. Il fait des études à Rome et enseigne à l’Université Laval, au séminaire de Québec et à l’École normale Laval. Il est ordonné prêtre le 10 juin 1865. Il devient évêque du diocèse de Chicoutimi le 28 octobre 1888, nommé par Léon XIII (sacré le 24 octobre 1888). Il est nommé coadjuteur de Québec en 1891 et élu archevêque de Québec le 12 avril 1998. Il est nommé cardinal par le pape Pie X, le 25 mai 1914 et il rentre à Québec le 26 juin suivant pour exercer ses fonctions. Il meurt le 18 juillet 1925.

24 mars 1840 : Naissance de Laurent-Olivier David (né à Sault-au-Récollet, Montréal). Historien, journaliste, avocat, homme politique et sénateur (1903). Traducteur à la Chambre des communes du Canada et greffier du conseil municipal de Montréal, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et de la section francophone de la Société royale du Canada. Il est admis à la Société Royale du Canada en 1890. Le 20 février 1893, il est réélu président de la Société Saint-Jean-Baptiste. En juin 1903, il devient sénateur. Chevalier de la Légion d’honneur (1911). Le 26 décembre 1925, il est fait Officier de a Légion d’honneur. Décédé le 23 août 1926.

12 mai 1840 : Naît Marie-Léonie Paradis, religieuse et éducatrice. Née dans l’Acadie et éduquée dans le pensionnat de la Congrégation de Notre-Dame, elle déménage avec sa famille à Napierville, en 1849, puis à Laprairie lorsque son père participe à la ruée vers l’or. En 1854, elle se joint aux Sœurs marianites de Sainte-Croix de Saint-Laurent. En 1862, elle fait un voyage à New York s’occuper d’un orphelinat et d’une école destinés aux enfants pauvres. En 1874, elle est nommée directrice des novices au collège Saint-Joseph de Memramcook. Le 31 août 1880, elle fonde l’Institut des Petites Sœurs de Sainte-Famille avec quatorze filles qui avaient pris l’habit religieux trois années plus tôt. Elle devient supérieure de la communauté. Elle préside à la fondation de 38 collèges. Elle meurt à Sherbrooke le 3 mai 1912. On lui attribue bientôt plusieurs guérisons. Sa vie a fait l’objet du film Les Servantes du Bon Dieu, réalisé en 1979 par Diane Létourneau. Le Centre Marie-Léonie Paradis est situé sur la rue Galt à Sherbrooke. Elle a été béatifiée lors de la visite de Jean-Paul II au Canada le 11 septembre 1984. Voir aussi : Biographie de la bienheureuse Marie-Léonie Paradis.

26 septembre 1840 : Naît à Terrebonne Louis Taillon, homme politique, premier ministre de la province de Québec. Fils d’Aimé Taillon, cultivateur, et de Josephte Donet, il fréquente le Collège Masson à Terrebonne de 1847 à 1856, puis étudie le droit au cabinet de Mes Hector Fabre, Siméon LeSage, Louis-Amable Jetté et Désiré Girouard. Il est admis au Barreau du Bas-Canada le 6 novembre 1865. Créé conseil en loi de la reine le 20 janvier 1882. Il exerce sa profession à Terrebonne, puis à Montréal.Il est député conservateur dans Montréal-Est en 1875 et réélu en 1878, 1881, 1884, 1886, 1892. Il est orateur de l’Assemblée législative (président de l’Assemblée) du 8 mars 1882 au 23 janvier 1884. r 1884. Procureur général du 23 janvier 1884 au 25 janvier 1887. Premier ministre, président du Conseil exécutif et Procureur général du 25 au 29 janvier 1887. Chef de l’opposition de 1887 à 1890. Il est assermenté ministre sans portefeuille dans le cabinet de Boucherville le 21 décembre 1891. Il est nommé premier ministre du 16 décembre 1892 (assermenté le 18 décembre 1892) au 11 mai 1896, président du Conseil exécutif du 16 décembre 1892 au 28 février 1895 et Trésorier provincial du 16 au 30 décembre 1892 et du 6 octobre 1894 au 11 mai 1896. Il est membre du Conseil privé et ministre des Postes dans le cabinet fédéral Tupper du 11 mai au 9 juillet 1896. Il est promoteur et premier président du Club Lafontaine en 1903, maître de poste à Montréal de 1911 à 1915. Il est créé chevalier commandeur de l’Ordre de Saint-Michel et Saint-George (sir) en 1916. Il décède à Montréal, le 25 avril 1923. Il avait épousé à L’Assomption, le 14 juillet 1875, Louise-Georgiana Archambault.

15 octobre 1840 : Naissance à Saint-Athanase (Sabrevois) d’Honoré Mercier, avocat, homme politique, premier ministre de la province de Québec. Il fait ses études classiques au Collège de Montréal, fondateur du Parti national. Il est élu député fédéral de Saint-Hyacinthe le 3 juin 1879, chef de l’opposition, premier ministre de la province de Québec du 29 janvier 1887 au 16 décembre 1891. Le 5 juillet 1889, il reçoit la grande croix de l’Ordre de Saint-Grégoire. Il est réélu comme premier ministre, le 17 juin 1890. Il meurt le 30 octobre 1894, à Montréal. Voir aussi : Biographie d’Honoré Mercier.

9 novembre 1840 : Naît à Sainte-Thérèse-de-Blainville l’honorable sir Joseph-Adolphe Chapleau, avocat, homme politique, 5e premier ministre du Québec, lieutenant-gouverneur du Québec. Fils de Pierre Chapleau, un tailleur de pierre, Joseph-Adolphe Chapleau naît à Sainte-Thérèse-de-Blainville. Il étudie le droit chez Ouimet, Morin et Marchand. Il est admis au barreau le 2 décembre 1861. En 1867, il est élu sans opposition député conservateur de Terrebonne au provincial. 24 novembre 1867, il épouse Marie-Louise King. Le 31 octobre 1879, il est nommé premier ministre du Québec. Il démissionne le 31 juillet 1882. En mai 1883, il devient secrétaire d’État dans le cabinet Macdonald au fédéral et il occupera de différents postes ministériels. Il est nommé lieutenant-gouverneur du Québec le 5 décembre 1892, poste qu’il occupe jusqu’en janvier 1898. Il meurt à Montréal le 13 juin de la même année.

1841

15 janvier 1841 : Naît à Londres, en Angleterre, Frederick Arthur Stanley, 1er baron Stanley de Preston, 16e comte de Derby, futur 6e gouverneur général du Canada. Il occupe le poste de gouverneur général du Canada, du 1er mai 1888 à 15 juillet 1893 (nommé gouverneur général le 1er mai 1888, il débarque au Canada le 8 juin 1888 et commence à exercer ses fonctions le 11 juin 1888. Il est connu pour avoir donné son nom à la Coupe Stanley en hockey sur glace. Il est décédé le 14 juin 1908.

17 septembre 1841 : Naît Benjamin Sulte, critique littéraire, journaliste, poète, historien, militaire, traducteur. Né à Trois-Rivières, il fait ses études chez les Frères des écoles chrétiennes, mais il doit quitter l’école et devient  autodidacte. Lorsqu’éclate l’affaire du Trent, il s’engage dans l’infanterie et il reçoit une formation militaire au collège de Québec. De 1860 à 1867, il est journaliste au Canada, ensuite, il devient traducteur officiel à la Chambre des communes du Canada. En 1871, il épouse Augustine Parent, fille d’Étienne Parent. Il publie des ouvrages sur l’histoire du Canada, dont le plus connu est son Histoire des Canadiens français, publié en 1882. Il a laissé 3 500 articles rédigés, ainsi que des recueils poétiques Les Laurentiennes (1870) et Les chants nouveaux (1876). Il meurt à Ottawa, le 6 août 1923.

20 novembre 1841 : Naît à Saint-Lin-Laurentides Wilfrid Laurier, 7e Premier ministre du Canada. Fils de Carolus Laurier et de Marie-Marcelle Martineau. Il fait ses études à l’Université McGill, y obtenant un baccalauréat en droit civil, en 1866. En 1868, il épouse Zoé Lafontaine. En 1871, il est élu député de Drummond-Arthabaska et réélu à plusieurs reprises. Le 3 juin 1887, il est élu chef du parti libéral du Canada et il devient chef de l’opposition. Le 11 juillet 1896, il est nommé le tout premier premier ministre francophone du Canada. Le 30 juillet 1897, il reçoit les insignes de grand officier de la Légion d’honneur. Il est réélu premier ministre du Canada le 7 novembre 1900 et le 3 novembre 1904. Son parti est défait, le 7 octobre 1911. Il mène ensuite l’opposition et le 4 février 1915 il entame sa 42e session parlementaire. Le 18 juin 1917, il demande un référendum sur la conscription. Il meurt le 17 février 1919, à Ottawa. La ville de Mont-Laurier porte son nom, ainsi que la montagne Mont-Laurier, plusieurs rues et avenues au Québec et ailleurs. Voir aussi : Biographie de Wilfrid Laurier.

1842

11 juillet 1842 : Naissance de Louis-Philippe Turcotte, historien. Né à Saint-Jean, Île d’Orléans, il a écrit l’Histoire de l’île d’Orléans, parue en 1867, une monographie de toutes les paroisses de l’île d’Orléans sous le régime français, ainsi qu’une livre sur l’invasion américaine de 1775 et le livre Le Canada sous l’Union publié en 1871 et 1872. Il est également auteur d’une biographie du lieutenant-gouverneur René-Édouard Caron et du premier ministre George-Étienne Cartier. Le 3 avril 1878, il meurt à Québec.

12 juillet 1842 : Naît à Montréal Gonzalve Doutre, avocat, professeur, docteur en droit de l’Université McGill, auteur d’œuvres littéraires pour la jeunesse, président de l’Institut canadien de Montréal. Fils de François Doutre et d’Élisabeth Dandurand, il obtient son baccalauréat en droit à McGill University en 1861 et il est admis au Barreau en 1863. En 1866, il propose une réforme radicale du système judiciaire et ces propositions deviennent la loi adoptée par le Parlement. Il est élu président de l’Institut canadien de Montréal en 1871 et il essaie de défendre l’institut des attaques du clergé pendant des années. Il décède à Montréal, le 28 février 1880. Voir aussi sa biographie : Biographie de Gonzalve Doutre.

17 novembre 1842 : Naît à Montréal Edmond Mallet, militaire, vétéran de la guerre de Sécession aux États-Unis, homme politique. En 1849, sa famille s’établit à Oswego. En 1861, il s’engage dans l’armée de l’Union, arrive au grade de sous-lieutenant, puis d’adjuvant et devient major à la fin de la guerre. À la bataille de Cold Harbor, en Virginie, le 1, 2 et 3 juin 1864, le 81ème est placé au premier rang. Pendant la première journée, il a son cheval tué sous lui, et le troisième jour, pendant une charge à la baïonnette contre les fortifications de l’ennemi, il est grièvement blessé par une balle qui lui atteint les intestins. Après la guerre, il continua ses études de droits. Il est agent spécial des Indiens à Puget Sound. Il fonde l’Institut littéraire Carroll. Il est président général de l’alliance Saint-Jean-Baptiste, qui comprend tous les États de l’Union Américaine. Il est mort en 1907 à Washington.

28 décembre 1842 : Naît à Verchères Callixte Lavallée, mieux connu comme Calixa Lavallée, compositeur, chef d’orchestre, pianiste, organiste, professeur de musique, auteur de la musique de l’hymne national, Ô Canada. Premier enfant d’Augustin Lavallée, bûcheron et forgeron, et de Charlotte-Caroline Valentin, en 1857, Calixa il déménage au Rhode Island, aux États-Unis. Il gagne une compétition musicale à la Nouvelle-Orléans en Louisiane. Il s’engage dans l’armée nordiste pendant la Guerre de Sécession, et est devenu lieutenant après avoir combattu. De 1875 à 1877, soutenu par quelques admirateurs, il part étudier la science musicale en France. De retour au Québec, il continue à composer des pièces musicales : des opérettes, une symphonie et des chansons. En 1880, le Congrès national des Canadiens-Français lui commande Ô Canada pour la fête de la Saint-Jean, les paroles étant écrites par Adolphe-Basile Routhier. Il est aussi un chef d’orchestre, jouant des opéras et des concerts symphoniques dans d’importantes salles de concert, dont celle de l’Académie de musique de Montréal. Il est décédé à Boston, le 21 janvier 1891. Ses restes sont rapatriés à Montréal en 1933, et mis en terre au cimetière Côte-des-neiges.Un village, une école secondaire à Montréal, ainsi que des rues à Montréal, Québec et Saint-Hyacinthe portent son nom. Le fonds d’archives Calixa Lavallée est conservé au centre d’archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

1843

7 mars 1843 : Naît à Saint-Grégoire-de-Nicolet Charles-Wilfrid-Edmond Buisson, prêtre. Fils de Charles Buisson et de Sophie  Beaudry. Il étudie au Séminaire de Nicolet de 1854 à 1862 et y prend la soutane. Ensuite, il passe un an au Collège Saint-Michel de Toronto pour y apprendre l’anglais. Ordonné prêtre le 23 septembre 1866, il enseigne l’a rhétorique à Nicolet jusqu’en 1885, puis il est curé d’Arthabaska, de Saint-Bonaventure-d’Uption, de Saint-François-du-Lac et de Victoriaville. Il meurt le 1er juillet 1913, après une longue et douloureuse maladie.

8 août 1843 : Naissance à Saint-Laurent, d’Alfred Duclos DeCelles, journaliste, écrivain, avocat, bibliothécaire. Il fait ses études au séminaire de Québec, admis au barreau du Québec en 1873. Chef de la bibliothèque du Parlement à Ottawa pendant trente-cinq ans, de 1885 à 1920. Il est l’un des fondateurs du club des Dix, il collabore à plusieurs revues, dont l’Opinion publique, La Revue canadienne, La Presse, La Minerve, La Nouvelle-France, Le Canada français. Il est décédé le 5 octobre 1925 à Ottawa. (8 août 1843 : Naît à Saint-Laurent Alfred Duclos DeCelles, journaliste, écrivain, avocat et bibliothécaire. Pendant trente-cinq ans, de 1885 à 1920, il est le chef de la bibliothèque du Parlement à Ottawa. Il fait ses études classiques au séminaire de Québec. Directeur de la bibliothèque de son établissement, il devient rédacteur au journal de Québec. Il complète ses études de droit et il est admis au barreau du Québec en 1873. Il écrit dans La Minerve jusqu’en 1880. En 1882, il est nommé assistant du chef de la  Bibliothèque parlementaire. En 1885, il est nommé directeur de cette bibliothèque (bibliothécaire en chef de la Bibliothèque du Parlement à Ottawa). L’un des fondateurs du club des Dix, il collabore à plusieurs revues, dont L’Opinion publique, La Revue canadienne, La Presse, La Minerve, La Nouvelle-France et Le Canada français. En tant que biographe et historien, il écrit l’histoire des États-Unis et raconte la vie de Louis-Joseph Papineau, Louis-Hippolyte La Fontaine et Wilfrid Laurier. Il épouse Eugénie Dorion en 1876 et le couple a un fils. Il meurt le 5 octobre 1925 à Ottawa).

14 novembre 1843 : Naît Édouard-Elzéar Gérin, journaliste, avocat et homme politique, Il est né à Yamachiche, fils d’Antoine Gérin, dit Lajoie, et d’Amable Gélinas. Il épouse 14 octobre 1873 Marie-Agathe-Élodie Dufresne. En 1857, il entre au séminaire de Nicolet qu’il termine en 1863. Ensuite il débute dans le journalisme au Journal de Québec. Il déménage à Ottawa, où il participe dans les travaux de l’Institut canadien-français d’Ottawa. En 1866, il est élu membre du comité de régie de la Société Saint-Jean-Baptiste d’Ottawa. Il est correspondant de la Minerve en Europe de 1866 à 1868. La même année il est admis au barreau et s’établit à Trois-Rivières. En 1875, il est élu députe du parlement provincial. En 1882, il est nommé conseilleur au Conseil législatif comme représentant de la division de Kennebec. Il est mort, à Montréal, dans la nuit du 18 au 19 août 1887.

1844

24 octobre 1844 : Naît à Montmagny Joseph-Eugène Marmette, critique littéraire et romancier. Il fait ses études au Séminaire de Québec et au Regiopolis College de Kingston. Il entre ensuite à la faculté de Droit de l’Université Laval. Il a surtout écrit des romans historiques, privilégiant la période de la Nouvelle-France et les premières années qui suivent la Guerre de la Conquête. Publiés sous forme de feuilleton, ses romans lui ont valu le surnom de « Alexandre Dumas québécois ». Il meurt le 7 mai 1895 à Ottawa.

1845

19 janvier 1845 : Naissance d’Arthur-Henri-René Turcotte, avocat, homme politique. Né à Montréal, il est fils de Joseph-Édouard Turcotte, avocat et homme politique, et de Flore Buteau. Le 16 janvier 1873, il épousa à Trois-Rivières, Québec, Éléonore MacDonald. Il étudie chez les Jésuites, au collège Sainte-Marie à Montréal, puis au Stonyhurst College, en Angleterre. Dès 1863, il fait des études de droit à l’université Laval, puis au McGill College. Il est admis au barreau le 18 juin 1867. Il est élu député conservateur indépendant de la circonscription de Trois-Rivières, 18 avril 1876. Il est élu Président de l’Assemblée législative du Québec, le 4 juin 1878, poste qu’il occupe jusqu au 8 mars 1882. Il est nommé ministre sans portefeuille dans le cabinet d’Honoré Mercier le 29 janvier 1887. Il est nommé procureur général de 8 mai 1888 au 22 août 1890. Il est battu en juin 1890 aux élections générales. Il meurt le 12 octobre 1905, à Montréal et il est inhumé à Trois-Rivières.

14 janvier 1845 : Naît à Londres, en Angleterre, Sir Henry Charles Keith Petty-Fitzmaurice, 5e marquis de Lansdowne, 6e comte de Kerry, gouverneur général du Canada du 18 août 1883 à 1888. Il a contribué eu développement de l’Ouest canadien. Il a aidé a négocier un règlement pacifique pour un litige sérieux sur les droits de pêche entre les États-Unis et le Canada. Il quitte le Canada en 1888 et est nommé Vice-roi des Indes. Il retourne en Angleterre pour servir le gouvernement britannique jusqu’à 1900. Il est décédé le 3 juin 1927.

14 février 1845 : Naissance à Coteau-du-Lac d’Oscar Dunn, fils de William Oscar Dunn et de Marie-Anne-Mathilde Beaudet. Il fut journaliste et il collabora à la Minerve, au Journal de Paris, au Nouveau Monde, à l’Opinion publique. Le 5 septembre 1876, il épousa, à Montréal, Marie-Mathilde Leblanc. Décédé à Québec le 15 avril 1885.

9 août 1845 : Naît à Mont-Saint-Grégoire d’Iberville le frère André (André Besette), thaumaturge du Mont-Royal, fondateur de l’Oratoire Saint-Joseph. Il décédera le 6 janvier 1937 et sera canonisé le 17 octobre 2010.

1846

1er mai 1846 : Naissance de William John Watts, homme politique. Né à Drummondville, fils de Robert Nugent Watts, lieutenant-colonel, et de Charlotte Sheppard, il fait ses études au High School Department de l’Université McGill, puis à la Military School of Instruction à Québec et il est admis au Barreau de la province de Québec le 10 septembre 1869. Il exerce sa profession à Drummondville. Il est élu député conservateur dans Drummond-Arthabaska, le 20 février 1874 et réélu en 1878 et 1881. Il démissionne le 17 décembre 1885 suite à l’affaire Louis Riel. Il est réélu en 1890, 1897 et 1900. Il est nommé registrateur de Montréal-Ouest en avril 1901, poste qu’il occupe jusqu’à son décès le 4 septembre 1907. Il épouse Mary Louisa Millar, le 25 janvier 1882.

16 août 1846 : Naît à Louiseville, Napoléon Caron, curé et écrivain. Il est le fils de Nazaire Caron, cultivateur, et de Françoise Michaud. Il fait ses études à Trois-Rivières et à Québec et est ordonné prêtre le 14 mars 1869. Il devient vicaire à Sainte-Anne-de-la-Pérade, chanoine de la paroisse Immaculée-Conception de Trois-Rivières. Il enseigne au séminaire de Trois-Rivières et devient directeur du grand séminaire en 1878. Il publie écrit Deux voyages sur le St-Maurice, récit aux accents historique et géographique en 1887 et 1888 en Haute-Mauricie. En 1892, il publie l’Histoire de la Paroisse d’Yamachiche dont il devient curé en 1902, jusqu’à sa retraite en 1926. Nous lui devons l’idée d’un hymne national canadien, car c’est à la suite d’une lettre à la Société Saint-Jean-Baptiste que cette dernière décide de mettre sur pied le concours à l’issue duquel le « Ô Canada » de A. Basile Routhier et Calixa Lavallée est choisi. Il est décédé à Yamachiche le 27 décembre 1932.

8 septembre 1846 : Naît à Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud, comté de Montmagny Amable Bélanger, homme d’affaires, ayant le plus marqué l’histoire industrielle de Montmagny. Après des études à Lévis, il revient dans son village natal en 1867 pour y exercer le métier de maître fondeur. Dans son échoppe, il fabrique des chaudrons et des instruments aratoires à petite échelle. En 1889, il construit un bâtiment industriel pour abriter sa fonderie. Son entreprise devient le 2e employeur de la ville. La fonderie A. Bélanger Limitée a marqué le paysage industriel magnymontois durant plus d’un siècle. Il est actionnaire de la Compagnie manufacturière et électrique de Montmagny, membre du bureau de direction de la Montmagny Light And Pulp Company, président de la Société de construction de Montmagny et premier président de la Chambre de commerce de Montmagny. Il s’éteint à Montmagny le 22 septembre 1919.

27 octobre 1846 : Naît à Sainte-Marie-de-Monnoir, Paul-Toussaint La Roque (il signait Paul LaRoque), prêtre catholique et évêque. Fils d’Albert Larocque, cultivateur, et de Geneviève Dagneau, il fréquente le petit séminaire de Sainte-Thérèse en 1858-1859, puis le séminaire de Saint-Hyacinthe de 1859 à 1862. Il prend la soutane en 1865. À cause de sa santé fragile, il est « ordonné pour mourir », comme on disait alors, par Mgr Charles La Rocque, à l’Hôtel-Dieu de Montréal, le 9 mai 1869. On l’envoie missionnaire à Key West, en Floride. C’est le 6 octobre 1893 qu’il devient le deuxième évêque de Sherbrooke. Sacré le 30 novembre, il reste à la tête du diocèse jusqu’à sa mort. À partir de 1910, il soutient les Petits Chevaliers de la tempérance, nouveaux confirmés à qui il remet la Croix de tempérance, après qu’ils se sont engagés à « s’abstenir, jusqu’à l’âge de 21 ans, de toute boisson enivrante ». Il s’intéresse aussi à l’éducation.Il meurt le 15 août 1926 à Sherbrooke.

18 décembre 1846 : Naît à Stanbridge (Cantons-de-l’Est) Allan Aaron Edson, artiste-peintre. Fils de Hiram Edson et d’Elvira Gilmore. La famille déménage à Montréal en 1861. Il travaille dans la maison de commerce d’Augustus, fabricant de cadres et marchand d’œuvres d’art. Membre fondateur de la Société des artistes canadiens en 1867, un des premiers membres de l’Ontario Society of Artists, membre fondateur de l’Académie royale canadienne des arts. Lors de la première exposition de l’académie, en mars 1880, la princesse Louise, marquise de Lorne, achète des œuvres d’Edson pour sa mère, la reine Victoria, et pour elle-même. En 1886, la reine donne à la Colonial and Indian Exhibition un paysage des Cantons de l’Est peint par lui. En 1871, il épouse à Montréal Mary Stewart, et ils eurent quatre fils. Il est décédé le 1er mai 1888 à Glen Sutton, Cantons-de-l’Est, et inhumé le 3 mai 1888 au cimetière du Mont-Royal, à Montréal.

1847

23 septembre 1847 : Naissance à Rivière-du-Loup de Frédéric Houde, journaliste, romancier, éditeur, rédacteur en chef et propriétaire de journal, homme politique. Il est l’auteur du roman: « Le Manoir Mystérieux ou Les Victimes de l’ambition – roman inédit extrait du Nouveau Monde ». Décédé le 15 novembre 1884.

1848

11 janvier 1848 : Naît à Saint-Joseph-de-Lanoraie Joseph-Israël Tarte, notaire, journaliste, propriétaire et rédacteur en chef de journaux, homme politique canadien. Il fat ses études au collège de l’Assomption avant d’être admis au notariat. En 1872, il devient propriétaire du journal Les Laurentides et collaborateur à La Gazette de Joliette. En 1974, il achète le journal Le Canadien. En 1877, il est élu député conservateur dans Bonaventure ; il est réélu de nouveau l’année suivante. Il est réélu le 6 mars 1891 dans Montmorency. Pendant dix ans, de 1883 à 1893, il est rédacteur en chef de L’Événement, puis il est correspondant parlementaire pour L’Électeur. Il est réélu député fédéral dans L’Islet le 5 janvier 1893, le 3 août 1896 (par acclamation), dans Saint-Jean et Iberville et dans Montréal-Sainte-Marie en 1900. En 1897, il était devenu propriétaire de La Patrie. Nommé au Conseil Privé, il devient le ministre des travaux publics de Wilfrid Laurier, position ministérielle qu’il gardera jusqu’en 1902. Il démissionne comme député le 21 octobre 1902. Il quitte la vie politique en 1904. Il est décédé à Montréal le 18 décembre 1907 et ses funérailles grandioses ont lieu le 21 décembre 1907.

13 mars 1848 : Naît Edmond Lareau, journaliste, avocat historien, professeur, historien. Né à Mount Johnson, il étudie au Collège Sainte-Marie-de-Monnoir de Marieville, puis au collège Victoria de Cobourg, en Ontario. Il est admis au barreau du Québec en septembre de 1870. En 1885 et se joint à la formation politique d’Honoré Mercier, le Parti national. Élu député de Rouville en 1886, sa vision juridique est un libéralisme pragmatique en faveur de l’autonomie provinciale et de la conférence interprovinciale. De ses ouvrages publiés, citerons Tableau des délais fixes contenus dans le Code civil (1870) ; Le Droit civil canadien suivant l’ordre établi par les codes, précédé d’une histoire générale du droit canadien (1872) ; Histoire de la littérature canadienne ; mélanges historiques et littéraires (1877) ; Libéraux et Conservateurs (1879) ; Réformes judiciaires : examen du rapport de la commission de codification des statuts (1882) ; Histoire abrégée de la littérature (1884) ; Le Code civil du Bas-Canada (1885) ; Histoire du droit canadien depuis les origines de la colonie jusqu’à nos jours (1888). Il est décédé à Montréal le 9 février 1890.

24 mars 1848 : Naissance à Saint-Joseph-de-Lanoraie (aujourd’hui Lanoraie) d’Honoré Beaugrand (baptisé Marie-Louis-Honoré), homme politique, écrivain et journaliste, maire de Montréal de 1885 à 1887. Fils de Louis Beaugrand, dit Champagne, navigateur, et de Marie-Josephte (Joséphine) Marion, il fait ses études classiques au Collège de Joliette, il devient militaire et participe dans la guerre du Mexique, ensuite il devient journaliste à La Nouvelle-Orléans. Le 5 octobre 1873, il épousa à l’église méthodiste St Paul de Fall River, Massachusetts, Eliza Walker (1854–1934), et ils eurent une fille, Estelle. En 1875, il lance à Boston le journal La République. Il rentre à Montréal, ou il écrit de nombreux écrits et il est élu maire de Montréal le 2 mars 1885 et réélu le 1er mars 1886. Il se distingue par ses interventions en faveur de la vaccination obligatoire lors de l’épidémie de petite vérole. Il participe en 1897 à la fondation de la loge maçonnique L’Émancipation et reste proche par la suite des milieux anticléricaux. De ses œuvres les plus connus, citons La Chasse-galerie, Anita : souvenirs d’un contre-guérillas, Jeanne la fileuse, Contes canadiens, Les feux-follets, De Montréal à Victoria par le transcontinental canadien, Macloune, Le fantôme de l’avare. Il est décédé le 7 octobre 1906 à Montréal. Une rue de Montréal et la station de métro Honoré-Beaugrand ont été nommées en son honneur. Voir aussi : Honoré Beaugrand.

17 mai 1848 : Naît à Saint-Denis, près de Kamouraska, Narcisse-Eutrope Dionne, médecin, journaliste, historien et bibliothécaire. L’aîné des 12 enfants de Narcisse Dionne, menusier, et d’Élisabeth Bouchard. Le 23 octobre 1873, il épouse Laure Bouchard, et le couple eut dix enfants, dont trois atteignirent l’âge adulte. Le 8 septembre 1896, il épouse Emma Bidégaré, et de ce mariage naissent quatre enfants. Il fréquente l’école primaire du village. En 1866, il entre au grand séminaire de Québec. Pendant deux ans, il poursuit des études de théologie, puis enseigne au collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière en 1868–1869 et au collège de Lévis en 1869–1870. Il devient l’assistant de Francis Parkman, un historien américain qui est venu à Québec pour effectuer des recherches dans les archives. En juin 1873, il se rend à Princeville, pour terminer sa formation médicale. Il entre au Courrier du Canada, journal conservateur de la capitale. D’abord rédacteur adjoint, il est nommé le 5 novembre 1880 rédacteur en chef du journal, poste qu’il occupera jusqu’en 1884. Pendant ces années, il est aussi membre de la Tribune de la presse parlementaire, dont il devient le secrétaire en 1883. C’est aussi au cours de ces années qu’il se consacre à des recherches historiques. Il publie, en 1889, Jacques Cartier, ouvrage salué par les critiques et qui reçoit le prix du concours du comité littéraire et historique du Cercle catholique de Québec ; il sera réédité en 1933 et 1934. En 1893, il est admis à la Société Royale du Canada. Il publie plusieurs articles et opuscules et il donne de nombreuses conférences. Il est décédé le 30 mars 1917 à Québec.

1er octobre 1848 : Naît à Montréal Joseph Contant, homme politique, homme d’affaires, fondateur et président de l’École de Pharmacie de l’Université de Montréal. Il est un fils de J.-B. Contant, cultivateur, et de Pélagie Beaudoin. Il fait ses études classiques an collège Sainte-Marie. Il entre ensuite au service du docteur Picault et il fréquenta les cours de l’École de Pharmacie de l’Université McGill. Il obtient son diplôme de pharmacien en 1869. Il fait partie de l’Union Saint-Joseph et de l’Union Saint-Pierre et devint successivement président de ces deux sociétés entre 1880 et 1885. Il s’intéresse au développement de l’Alliance Nationale, dont il est le président durant quelques années. Il cofonde la Chambre de Commerce du district de Montréal, en 1887 et il en devint le président. C’est grâce à ses efforts et à ceux de M. A.-Z. Laurence, qu’est fondée, en 1906, l’École de Pharmacie Laval, plus tard de l’Université de Montréal. Il est l’un des premiers professeurs de l’école. En 1907, il préside l’inauguration de l’École des Hautes Études commerciales. Il devient professeur des sciences commerciales pratiques en cette école. Il est commissaire du port de Montréal de 1899 à 1907. Il est membre honoraire de l’Association pharmaceutique de la province de Québec. En 1908, la Ligue Nationale de la Prévoyance et de la Mutualité de France lui décerne une médaille d’argent et l’année suivante le gouvernement français l’honorait du titre d’officier d’Académie.

23 octobre 1848 : Naît à L’Abord-à-Plouffe (Laval), Joseph Tassé, traducteur, auteur, journaliste, homme politique. Il fait ses études au collège Bourget à Rigaud. Il est élu députée du Parti conservateur à la Chambre des communes du Canada dans la circonscription fédérale de la Cité d’Ottawa en Ontario en 1878 et en 1882.En 1891, il est nommé sénateur de la division sénatoriale De Salaberry. Il est mort le 17 janvier 1895.

1849

9 juin 1849 : Naît François Joseph Vézina, chef de musique, organiste, maître de chapelle, professeur, compositeur, marchand de musique, éditeur. Natif de Québec, il fait ses études à l’école Saint-Jean-Baptiste, au séminaire de Québec, au Collège militaire de Québec. Il ne reçoit aucune formation particulière, mais grâce à sa remarquable mémoire et à son travail, il se affirme comme le principal chef des formations musicales de Québec. En 1876, il fonde l’Harmonie de Notre-Dame de Beauport. Dès 1903, il devient le premier directeur de la Société symphonique de Québec (Orchestre symphonique de Québec) qu’il dirige jusqu’à sa mort. Il participe à la fondation de l’École de musique de l’Université Laval (1922). Il enseigne au séminaire (1879-1924), à l’Académie commerciale (1916-24) et au collège Jésus-Marie de Sillery (1917-24). Il décède à Québec, le 5 octobre 1924.

18 septembre 1849 : Naît à Vale of Conway, pays de Galles, Robert Harris, artiste. Il est surtout connu pour son tableau The Fathers of Confederation, brûlé dans l’incendie qui a détruit les édifices du Parlement, à Ottawa, en 1916. Il immigre à l’Île-du-Prince-Édouard, avec sa famille, en 1856. Il étudie à Boston, à Paris et à Rome. Il réalise des illustrations pour des publications de Boston, d’Halifax, de Montréal et de Toronto. Brillant portraitiste, il fait le portrait de plus de 200 personnalités de l’époque. Il s’établit à Montréal, où Il enseigne à la Société des Arts de Montréal. Il est membre fondateur de l’Académie royale des arts du Canada (ARC) en 1880, puis du Pen and Pencil Club en 1890. Élu président de l’ARC en 1893. Il est mort le 27 février 1919, à Montréal.

30 décembre 1849 : Naît Michel-Thomas Labrecque, futur homme d’Église, évêque de Chicoutimi. Originaire de Saint-Anselme, il reçoit l’ordre en l’année 1876. Il est nommé évêque par Léon XIII et consacré à l’épiscopat par Mgr Elzéar-Alexandre Taschereau en 1892. Il occupe ce poste jusqu’en en 1927 (Mgr Charles-Antonelli Lamarche lui succède en tant qu’évêque de Chicoutimi). Il est mort le 3 juin 1932 à Chicoutimi.

1850

27 janvier 1850 : Naît à Ste-Sophie-d’Halifax, comté de Mégantic, Louis Philippe Hébert, sculpteur.  Son père, Théophile Hébert, est descendant d’Acadiens.  Sa mère est Julie Bourgeois. Sa jeunesse se passe dans les travaux des champs. En 1869, il est à Rome parmi les zouaves pontificaux. Il étudie ensuite la sculpture avec Napoléon Bourassa, à Montréal. C’est à Paris qu’il se perfectionne dans la sculpture. Entre temps, il épouse Marie Roy, en 1879. Il est longtemps professeur de modelage de l’Association des Arts et Manufactures, à Montréal, et il devient vice-président de ce Conseil en 1898. Sa nomination à l’Académie Royale Canadienne date de 1883. Le gouvernement canadien, en appréciation de son talent, lui offre en 1894 la médaille de la Confédération. Il esr créé chevalier de la Légion d’Honneur en 1901, par la France ; en 1903, compagnon de St-Michel et de St-Georges et chevalier de St-Grégoire le Grand. Ses monuments les plus remarquables sont ceux de Maisonneuve, de l’honorable John Young, de Mgr Bourget, de Pierre Le Gardeur, d’Edouard VII, de Sir George E. Cartier, de l’honorable Alexander Mackenzie, de Sir John MacDonald, de la reine Victoria, à Montréal ; de De Salaberry, à Chambly, de Mgr de Laval, à Québec et de Howe à Halifax. Les Parlements d’Ottawa et de Québec sont aussi ornés de nombreuses statues historiques dues à son ciseau. Il est mort à Montréal  le 13 juin 1917.

20 février 1850 : Naît à Yamachiche, en Mauricie, Charles-Nérée Beauchemin, poète du terroir et médecin de campagne. Il est le fils d’Hyacinthe Beauchimin, médecin et d’Elzire Richer Laflèche. Il fait ses études primaires à l’Académie Sainte-Anne de Yamachiche, ses études classiques au séminaire de Nicolet, de 1863 à 1870, et ses études supérieures à l’Université Laval, à Québec, de 1870 à 1874, où il obtient sa licence en médecine. Il fait ses débuts dans les journaux en 1871, puis il fait paraître son premier recueil, Les Floraisons matutinales, en 1897. En 1928, il publie son deuxième et dernier recueil, Patrie intime. On lui accorde une médaille de l’Académie française. Il devient membre de la Société royale en 1896. Il meurt à Yamachiche le 29 juin 1931.

16 septembre 1850 : Naît à Longueuil Joseph Raymond Fournier Préfontaine, avocat et homme politique québécois, maire de Montréal de 1898 à 1902. Il est élu député libéral de Chambly à l’Assemblée législative en 1875. Il est élu maire de Hochelaga en 1879. Au tournant du XXe siècle, il est l’un des principaux chefs au sein du parti libéral du Canada. Il remporte l’élection à la mairie de Montréal en 1898, se défend contre des accusations politiques. Il ne se représente pas à la mairie en 1902 et accepte le poste de ministre de la Marine et des Pêcheries dans le gouvernement de Wilfrid Laurier. Il est décédé en fonctions à Paris, le 25 décembre 1905.

7 novembre 1850 : Hormidas Laporte naît à Lachine. Homme politique, financier, maire de Montréal (1904-1906), il décédera le 20 févirier 1934 à Montréal.

naissances

Selon le lieu de sa naissance, l’homme vit bien, vit assez mal ou ne vit pas du tout. (Jean Bernard, Médecin et académicien français, L’homme changé par l’homme). Photo : GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>