XIX siecle

Ligne du temps : 1838

Ligne du temps : 1838

Ligne du temps : 1838

Sans date exacte :

1838 : Le lieutenant Lennox Ingall construit le Fort Ingall afin de défendre la frontière d’une possible invasion américaine.

1838 : Le gouverneur du Bas-Canada, Archibald Acheson, comte de Gosford, donne l’autorisation pour commencer les travaux du nouveau chemin Gosford. La construction prendra cinq ans et se terminera en 1843.

Jour par jour :

5 janvier 1838 : Le président Martin Van Buren des États-Unis proclame la neutralité de son pays face aux conflits armés au Canada et menace de poursuivre tous ceux qui la compromettraient.

10 février 1838 : Le Parlement britannique approuve la suspension de la constitution du Bas-Canada et nomme Lord Durham gouverneur général et haut-commissaire pour enquêter sur les troubles (rébellion des Patriotes).

26 février 1838 : Raid des Patriotes à Potton, dans les Cantons-de-l’Est.

28 février 1838 : Les Patriotes, commandés par Robert Nelson et Cyrille-Hector-Octave Côté, envahissent le Bas-Canada et entrent à Week’s House. Robert Nelson lit la Déclaration d’indépendance du Bas-Canada.

13 mars 1838 :
Combat de la Rivière Chaudière, près de Lac-Drolet. Le combat n’a pas d’importance stratégique, mais les Britanniques l’emportent. Une cinquantaine de Patriotes furent faits prisonniers, trois d’entre eux seront pendus.

27 mars 1838 : L’Acte constitutionnel est suspendu au Bas-Canada. Un Conseil spécial est constitué.

27 avril 1838 : Révocation de la loi martiale dans le district de Montréal. Au moins, 501 personnes sont incarcérées à Montréal pour faits de trahison ou menées séditieuses, 5 à Québec.

27 mai 1838 : John George Lambton, comte de Durham, arrive à Québec en sa qualité de gouverneur général et avec la responsabilité de décider de la « forme et du futur gouvernement des provinces canadiennes.

28 juin 1838 : Amnistie pour tous les détenus sauf huit chefs qui sont exilés aux Bermudes.

16 août 1838 : Le Parlement de Londres passe un Bill d’indemnité qui désavoue la politique de Durham.

16 octobre 1838 : Naufrage du navire britannique Colborne, à Port-Daniel-Gascons. Une quarantaine de membres de la haute société britannique y trouvent la mort.

1er novembre 1838 :  John George Lambton, 1er compte Durham qui est débarqué à Québec le 29 mai afin d’étudier la situation politique et proposer des solutions, quitte Québec pour Angleterre, où il dépose son fameux rapport dont découlera l’Acte d’union.

3 novembre 1838 : Les Frères chasseurs se mobilisent à Beauharnois, Sainte-Martine et Saint-Mathias.

4 novembre 1838 : Nouvelle proclamation de la loi martiale au Bas-Canada.

5 novembre 1838 : Les Patriotes de Beauharnois s’emparent du bateau à vapeur Brougham.

7 novembre 1838 : De trois à six cents Frères chasseurs, commandés par le Dr Cyrille-Hector Octave Côté, affrontent des corps volontaires sous le commandement de Colborne à Lacolle. Ils sont défaits et se dispersent après une demi-heure de combat, laissant 8 morts.

7 novembre 1838 : Les Patriotes de Beauharnois se rendent au camp Baker de Sainte-Martine sous le commandement du colonel . Environ 800 Volontaires et soldats attaquent leurs forces -Martine qui est sous le commandement du colonel James Perrigo. Devant l’ardeur des Patriotes au combat, les forces anglaises doivent retraiter, mais le colonel Perrigo interdit la poursuite sous crainte de tomber dans l’embuscade.

7 novembre 1838 : À Terrebonne, on conclut un traité de paix entre les loyaux et les Patriotes.

8 novembre 1838 : Les Frères chasseurs sous le commandement de Robert Nelson, Charles Hindelang et le major Hébert attaquent des Loyalistes retranchés à Odelltown, mais ils sont défaits au bout de deux heures de combat. Robert Nelson s’enfuit aux États-Unis.

9 novembre 1838 : Le habeas corpus est suspendu dans la province.

10 novembre 1838 : Menacés par les troupes de Colborne, n’ayant plus de munitions et ayant subi des pertes considérables, les Patriotes cherchent à regagner la frontière. Plusieurs sont faits prisonniers, dont Charles Hindelang. Le comté de Laprairie est soumis au feu et au pillage.

12 novembre 1838 : Marie-Thomas Chevalier de Lorimier est arrêté près de la frontière américaine.

13 novembre 1838 : Les Patriotes de Boucherville se dispersent à la nouvelle de l’arrivée des troupes anglaises et volontaires.

Le 27 novembre 1838 : Institution d’une cour martiale afin de juger 108 Patriotes accusés de la sédition et haute trahison.

28 novembre 1838 : Le procès de douze des prisonniers de Caughnawaga débute à Montréal.

6 décembre 1838 – 1er mai 1839 : Quatorze procès devant la cour martiale, neuf Patriotes seront acquittés et 99 sont condamnés à mort. De ce nombre, 12 seront exécutés, 58 déportés en Nouvelle-Hollande (Australie) et 27 libérés sous cautionnement.

21 décembre 1838 : Exécutions de Joseph Cardinal et Joseph Duquette.

26 décembre 1838 : Le sage et influent rédacteur du journal Le Canadien, Étienne Parent, est incarcéré et demeurera derrière les barreaux jusqu’au 12 avril 1839. Il met à point un curieux stratagème. Un jeune commissionnaire apporta à la prison des tartes renfermant des coupures de journaux et des communications. Par le même procédé, Parent retourne des canevas d’articles et des épreuves corrigées.

patriotes pendus

Le temps est notre prison. Il peut aussi être notre piste de décollage. (Extrait du quotidien Le Devoir, 9 Décembre 2000, Jean Dion, chroniqueur et écrivain). Photo : © Grandquebec.com

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>