XIX siecle

Ligne du temps : 1820

Ligne du temps : 1820

Ligne du temps : 1820

Sans date exacte :

1820 : Selon les statistiques officielles, la population blanche du Bas-Canada atteint 420 mille habitants, la population blanche du Haut-Canada est de 125 000 âmes et la population blanche des Maritimes est de 200 000. La population blanche des États-Unis est de 9 637 000 âmes (les Noirs, les Métis, les Amérindiens ne font pas l’objet des recensements).

1820 : Ithiel Town fait enregistrer le brevet d’invention d’un nouveau type du pont couvert. Cette structure sera très répandue au Québec et connue comme pont Town (selon www.townshipsheritage.com).

1820 : L’Armée britannique renforce la garnison du Fort du Couteau-du-Lac en réponse à la menace d’un possible conflit militaire entre le Canada et les États-Unis. Les autorités canadiennes commencent à distribuer de vastes lots de terres agricoles le long de la frontière avec les États-Unis aux immigrants venus de la Grande-Bretagne. Ces actions sont un clair signe aux voisins du sud que le Canada est prêt à se battre.

1820 : Publication d’un premier projet d’union des deux Canadas. L’anglais est proposé comme langue officielle. Pour devenir député du Parlement, une personne devrait posséder une propriété d’au moins 500 livres sterling. Le projet de loi sera largement discuté jusqu’en 1823, quand il sera définitivement enterré.

Jour par jour :

29 janvier 1820 : Décès du roi George III, qui ne sera connu au Québec que le 18 mars 1820.

7 février 1820 : Arrivée à Québec de Sir Peregrine Maintland, lieutenant-gouverneur du Haut-Canada, 4e duc de Richmond et de Lennox, qui vient assurer l’intérim comme administrateur du Bas-Canada. Deux jours plus tard, il repart pour le Haut-Canada, laissant l’administration du pays à James Monk.

9 février 1820 : Dissolution du 9e Parlement du Bas-Canada et annonce du scrutin par l’administrateur James Monk.

10 mars 1820 : Naissance du père Léon Provancher, grand naturaliste, botaniste et entomologiste, fondateur de la première revue scientifique de langue française en Amérique et auteur de plusieurs livres sur la faune et la flore canadienne.

18 mars 1820 : De retour à Québec, Peregrine Maintland prend en main l’administration du Bas-Canada.

11 avril 1820 : Les élections terminées (par les «brefs d’élections »), la majorité des élus appartient au Parti canadien. Ouverture de 1re session du 10e Parlement.

20 avril 1820 : L`Assemblée législative refuse de faire entrer un messager du Conseil législatif venu porter un projet de loi dont le Conseil a terminé l’étude. L’orateur Louis-Joseph Papineau (Montréal-Ouest) veut ainsi faire respecter la décision de l’Assemblée du 13 avril précédent de ne pas poursuivre les travaux.

24 avril 1820 : Dissolution du 10e Parlement par l’administrateur Maitland suite à l’annonce officielle du décès du roi George III.

29 mai 1820 : Proclamation annonçant la tenue de nouvelles élections générales au Bas-Canada, les secondes en moins de quatre mois.

Juin – septembre 1820 : Ludger Duvernay publie un mensuel religieux, l’Ami de la religion et du roi, dont le directeur officieux est le curé de Trois-Rivières, Louis-Marie Cadieux.

6 juin 1820 : Début des élections, émission des «brefs d’élection».

19 juin 1820 : Sir George Ramsay, comte de Dalhousie, entre en fonctions comme gouverneur du Bas-Canada.

25 juillet 1820 :
Retour des «brefs d’élection». La majorité des élus appartient au Parti canadien.

24 août 1820 : Deux voyageurs arrivent à Montréal après un voyage-record de 10 jours qu’ils ont effectués dans un canot d’écorce depuis le Grand Portage sur le lac Supérieur. Il s’agit de Pierre de Rastel, sieur de Rocheblave, membre de la Compagnie des Traiteurs du Nord-Ouest, député de Montréal, membre du Conseil Législatif et membre du Conseil Exécutif (mort en 1840) et de son ami A. N. McLeod. Si la route de Montréal au Grand Portage est, en raison des détours, de 600 lieux, la marche du canot a été de 60 lieues par jour. Personne ne croyait que pareille chose soit possible. Le rapport publié dans le Canadien, le 6 septembre 1820, établit qu’en supposant que la course du canot n’était jamais arrêtée, les voyageurs ont dû faire un peu plus de sept milles à l’heure, pendant dix jours. Même Edward Hanlan, de Toronto, champion rameur du monde de 1876 à 1884, considérait beaucoup plus tard qu’il éprouverait de la difficulté à faire le même trajet en aussi peu de temps. Il faut ajouter foi à ce rapport, puisque la presse de Montréal et de Québec l’a publié. Hector Berthelot qui cite ce rapport y ajoute que « peut-être nos grands-pères aimaient-ils à se faire servir des canards dans leurs journaux comme les abonnés de nos jours ».

6 décembre 1820 : Sa Grandeur Monseigneur l’Évêque catholique de Québec fait écrire une circulaire à MM. Les curés des paroisses; à la suggestion du gouvernement exécutif, pour demander à leurs paroissiens de soutenir charitablement une famille irlandaise immigrante par paroisse (c’était très encourageant pour les immigrés irlandais, mais les paroissiens n’ont pas trouvé la proposition de leur goût, ils se sont rebiffés et le projet du gouvernement a raté. Notons que les immigrants irlandais avaient la préférence sur les Canadiens pour l’ouvrage dans les chantiers du Roi).

14 décembre 1820 :
Ouverture de 1re session du 11e Parlement par le gouverneur Dalhousie.

parc ville mont royal

Hiver au Québec. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>