XIX siecle

Ligne du temps : 1810

Ligne du temps : 1810

Ligne du temps : 1810

Sans date exacte :

1810 : L’ouverture du premier trajet du chemin Craig. Le chemin Craig est difficilement praticable en hiver ou après de fortes pluies, son entretien laisse à désirer, mais c’est quand même la seule voie praticable qui relie les Cantons de l’Est au reste du Bas-Canada.

Jour par jour :

29 janvier 1810 : Jean Antoine Panet est réélu orateur de la Chambre d’assemblée du Bas-Canada.

2 février 1810 : Le gouverneur James Henri Craig promet de rendre les juges des Cours du Banc du Roi inéligibles dans la Chambre d’assemblée.

13 février 1810 : La Chambre d’assemblée du Bas-Canada revendique le privilège de contrôler la liste civile. Il s’agit d’une liste détaillant les sommes versées par le gouvernement à titre de pensions ou de salaires aux fonctionnaires de l’État.

26 février 1810 : Le gouverneur Craig dissout le Parlement du Bas-Canada.

10 mars 1810 : Jonathan Sewell et Amable De Bonne fondent le journal Le Vrai Canadien, proche du parti tory (parti conservateur). Le journal exprimera les vues du gouvernement.

17 mars 1810 :
Le Canadien entreprend une campagne de dénonciation de la clique, soit la minorité dominante. Le gouverneur Craig ordonne que le journal soit saisi et que l’imprimeur, Charles François, les propriétaires et les journalistes soient jetés en prison. Sont saisies des presses du journal.

Mars – avril 1910 : Élections générales. 41 députés francophones et 9 anglophones sont élus. Tous les députés emprisonnés par l’ordre de Craig (v. 17 mars 1810) sont élus, dont Pierre-Stanislas Bédard, cofondateur du journal Le Canadien, élu député de Surrey.

1er mai 1810 : Le gouverneur Craig recommande au roi du Royaume Uni de retirer aux Canadiens français le Parlement et d’unir le Haut- et le Bas-Canada.

25 octobre 1810 : Mgr Plessis, évêque du Québec, demande aux fidèles de prier pour le pape Pie VII, arrêté par Napoléon et emprisonné à Savonne.

19 décembre 1810 : La Chambre vote l’interdiction aux juges d’être élus députés.

24 décembre 1810 : L’Assemblée législarive adopte une résolution permettant à Pierre-Stanislas Bédard de siéger malgré son incarcération. Craig, refuse d’élargir le détenu et libérera Bédard le 4 avril 1811 après 2 ans, 9 mois et 21 jours de détention et sans n’avoir jamais subi de procès.

luxe

La liberté elle-même est un luxe très rare et qui se mérite. Peu de régimes sur terre ont laissé ce luxe à leurs citoyens. (Marc Fumaroli, académicien français. Entretien avec Catherine Argand – Été 1999). Photo: © GrandQuebec.com

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>