XIX siecle

Ligne du temps : 1806

Ligne du temps : 1806

Ligne du temps : 1806

Sans date exacte :

1806 : On crée à Montréal le premier chantier naval.

Jour par jour :

20 février 1806 : Ouverture de la 2e session du 4e Parlement par Thomas Dunn, gouverneur général du Bas-Canada,

7 mars 1806 : L’Assemblée législative du Bas-Canada adopte une résolution dénonçant le caractère diffamatoire d’un article paru dans la Gazette de Montréal, le 1er avril 1805. Dans cet article le journal a accusé un groupe de marchands de Montréal de critiquer des députés de l’Assemblée. Un comité spécial a enquêté sur cette affaire.

11 mars 1806 : Thomas Cary, éditeur du journal The Quebec Mercury, publié en anglais, est arrêté à cause d’un article critique paru la veille, dans lequel le journal s’en est pris aux procédés de la Chambre.

15 mars 1806 : Edward Edwards, éditeur de la Gazette de Montréal, et Isaac Tod, marchand de Montréal, sont reconnus coupables d’une grave violation des privilèges de la Chambre à la suite de la résolution de l’Assemblée du 7 mars 1806 sur la diffamation des députés. Le sergent d’armes reçoit l’ordre d’arrêter les coupables.

18 avril 1806 : Les États-Unis adoptent l‘Acte de Nicholson, première sanction des États-Unis contre les Britanniques qui saisissent les navires américains à destination de l’Europe en vertu du blocus maritime. Premier signe d’un éventuel conflit militaire entre les États-Unis et le Grande-Bretagne qui aura lieu en 1812-1815 et qui se déroulera surtout sur le territoire canadien et américain.

23 novembre 1806 : Parution du premier numéro du Canadien, dont les principaux fondateurs sont les députés de l’Assemblée législative du Québec Pierre-Stanislas Bédard, Jean-Thomas Taschereau et deux citoyens – Joseph Le Vasseur Borgia et François Blanchet. La devise du journal: Nos institutions, notre langue et nos droits. Le journal parait chaque samedi, la souscription annuelle coûte 10 chelins. Le chef de la rédaction est Jean-Antoine Bouthillier. Très vite, Le Canadien est devenu la voix du Parti canadien qui s’opposait au gouvernement administré par le gouverneur James Craig. (Selon certaines sources, la première devise du journal a été Fiat Justitia ruat cælus – Justice soit faite, Dieu descende vers nous).

anciennes ruines

 La science, la morale, l’histoire se passent très bien de Dieu. Ce sont les hommes qui ne s’en passent pas. (Jean d’Ormesson, Dieu, sa vie, son oeuvre). Photo : © Grandquebec.com

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>