XIX siecle

Ligne du temps : 1800

Ligne du temps : 1800

Ligne du temps : 1800

Sans date exacte :

1800 : Le peuple canadien, majoritairement rural, s’appauvrit. Une minorité de Canadiens savent lire et écrire. La clique, soit la minorité, domine toutes les sphères de la vie sociale et économique du Bas-Canada (Québec).

Printemps 1800 :
À Paris, des rumeurs circulent qu’un groupe de Canadiens francophones a envoyé une lettre à l’intention de Napoléon Bonaparte. Ce groupe anonyme, dont le nombre et le nom de signataires demeure inconnu, aurait demandé à Napoléon de libérer le Canada de la domination de la Grande Bretagne. La France s’en sert de cette missive pour laisser entendre au Royaume Unis qu’elle ne renonce pas à une possible réunification avec l’ancienne colonie.

Printemps 1800 : La Compagnie du Nord-Ouest, lance une vaste campagne d’engagement des Canadiens français pour fonder des postes de traite de fourrures dans l’Ouest canadien, ainsi que pour transporter la marchandise et les passagers entre le Bas-Canada et l’Ouest, notamment, l’actuel Manitoba et la région de la rivière Rouge. Ces hommes seront connus comme Voyageurs. Dans les premières décennies du XIXe siècle, les liens entre les Voyageurs et les peuples amérindiens de l’Ouest canadien donneront naissance au peuple francophone des Métis. Le célèbre explorateur David Thompson qui agit comme prend part active dans la campagne.

L’été 1800 :
Les Canadiens deviennent bûcherons, scieurs de bois et raftmen, au service des riches marchands anglais et écossais qui fournissent l’Angleterre en bois dans sa guerre contre Napoléon Bonaparte. Le commerce du bois devient l’axe du développement économique du pais. Les raftmen conduisent les énormes troncs d’arbres, sur les eaux du fleuve Saint-Laurent et des rivières jusqu’à Québec. Il s’agit d’un métier extrêmement périlleux.

1800 : Aménagement d'un cimetière juif à Trois-Rivières, sur un terrain donné par Aaron Hart.

Jour après jour :

4 juin 1800 : Dissolution de la Chambre et début de la campagne électorale au Bas-Canada pour l’élection de 35 députés francophones et 15 députés anglophones.

22 octobre 1800 : Naissance, dans la région de Fife, en Écosse, de James Ferrier, futur maire de Montréal entre 1844 et 1846. Promoteur de chemins de fer et capitaliste, il épousa Mary Todd, et ils eurent deux fils et deux filles (décédé à Montréal le 30 mai 1888).

histoire du bas canada

La connaissance de l'histoire est le premier élément de la vertu de piété (Félix-Antoine Savard). Photo : © Grandquebec

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>