XIX siecle

Décès : 1870 – 1879

Décès : 1870 – 1879

Décès au XIXe siècle

(la période de 1870 à 1879)

de personnages de renom

1870

13 octobre 1870 : Décès de Mgr Charles-François Baillargeon, archevêque de Québec de 1867 à 1870, né le 25 avril 1798 à l’île aux Grues. En 1862, il visita Rome pour assister aux grandes fêtes de la canonisation des martyrs du Japon, et, à cette occasion, il fut nommé assistant au trône pontifical, et reçut de Pie IX le titre de comte romain.

23 décembre 1870 : Meurt à Québec Théophile Hamel, artiste peintre. Né le 8 novembre 1817 à Sainte-Foy, il étudie la peinture chez le peintre Antoine Plamondon de 1834 à 1840. Il suit des cours à Florence de 1843 à 1846. De retour au Canada en 1846, il ouvre son premier atelier à Québec, puis s’installe à Montréal l’année suivante. Pendant les années 1850, il est le portraitiste officiel de l’État. Il complète pendant les années 1860 une série de portraits sur les personnages historiques du Canada. Il réalise des peintures sur le Nouveau Testament. Il est enterré au cimetière Notre-Dame-de-Belmont, à Sainte-Foy.

1871

29 janvier 1871 : Décès de Philippe Aubert de Gaspé père, auteur du roman Les Anciens Canadiens et considéré comme le premier romancier québécois. Il était né le 30 octobre 1786, à Québec (v. la biographie complète).

25 septembre 1871 : Mort à Montebello de Joseph-Louis Papineau, chef des Patriotes, né le 7 octobre 1786 à Montréal (voir la biographie complète).

1872

4 mars 1872 : Meurt à Chicago Cornelius David Krieghoff, l’un des peintres canadiens les plus populaires du XIXe siècle. Né à Amsterdam, au Pays-Bas, le 19 juin 1815, il s’installe au Québec (Bas-Canada) dès 1840. Très actif dans le milieu culturel canadien, il participe à diverses expositions et reçoit bon nombre de commandes. Il est enterré au cimetière Graceland de Chicago. On peut voir ses œuvres se retrouvent dans les principales institutions muséales du Canada. Elles sont admirées tant pour le soin apporté à leur réalisation que pour le témoignage vivant de la vie de cette époque. Son toile Caughnawaga Indians at Camp, une peinture à l’huile de 17,5 par 26,5 po. a été vendue le 29 mai, 2007 chez Joyner Waddington (Toronto) par plus de 158 mille $. Son œuvre Intérieur canadien-français s’expose au Musée du Québec, entre autres.

1873

14 juin 1873 : Mort en fonction de Francis Cassidy, maire de Montréal,  élu par acclamation (sans opposition) le 12 février 1873. Avocat, président de l’Institut canadien, président de la Société Saint-Patrice de Montréal, député du parlement provincial. Il était né le 17 janvier 1827, à Saint-Jacques-de-l’Achigan (comté de Montcalm).

22 décembre 1873 : Meurt à Montréal Charles Smallwood, né en 1812 à Birmingham (Grande-Bretagne), premier météorologue canadien, fondateur de l’Observatoire McGill, membre de plusieurs sociétés scientifiques internationales. Il immigre au Canada en 1833. Ses activités scientifiques lui valent en 1856 un doctorat en droit de McGill University où il devient professeur de météorologie. Il reçoit en 1864 un doctorat en droit civil de l’University of Bishop’s College. Ses travaux en météorologie sont d’autant plus remarquables que la météorologie était un passe-temps pour lui. Il s’y consacrait tout en pratiquant la médecine avec une compétence telle qu’elle lui valut d’avoir une chaire de médecine.

1874

9 mars 1874 : Décède à Saint Hyacinthe Joseph Casavant, facteur d’orgues de Saint-Hyacinthe, autodidacte qui est devenu le meilleur facteur d’orgues du XIXe siècle au Bas-Canda. Il a orienté ses fils Samuel et Joseph-Claver vers l’art de l’orgue et ils ont fondé la Maison Casavant, la plus prestigieuse société au Canada. Il était né à Saint-Hyacinthe, le 23 janvier 1807.

3 août 1874 : Décès à Montréal de Charles Laberge, journaliste, avocat, écrivain, homme politique, député, maire d’Iberville. Né à Montréal le 21 octobre 1827.

22 décembre 1874 : Décès d’Étienne Parent, avocat, homme politique, député, journaliste, rédacteur, essayiste, né le 2 mai 1802. Voir aussi : Biographie détaillée d’Étienne Parent.

1876

4 février 1876 : Décès à Montréal de Charles-Séraphin Rodier (né le 4 octobre 1797 dans le quartier Saint-Joseph de Montréal). Financier, marchand et homme politique, il est élu conseiller de Montréal en 1833, juge de paix pour Montréal en 1837 et maire de Montréal, en 1858. Les élections ayant lieu chaque année, il se fait élire aux élections de 1859, 1960 et 1961. On a aussi retenu de lui sa grande générosité envers les communautés religieuses. En 1868, il donne une partie de ses immeubles aux Sœurs Grises pour leur orphelinat, il aide les Sulpuciens et les Sœurs du Bon-Pasteur. En 1867, il est nommé membre du Conseil législatif du Québec. À compter de 1867, Rodier est nommé membre du Conseil législatif du Québec. Voir aussi : Biographie de Charles-Séraphin Rodier.

1878

23 février 1878 : Décès à Montréal de William Workman, homme politique, journaliste, maire de Montréal de 1868 à 1871. Née en Irlande en mai 1807, il immigre au Canada en 1829. Il contribua à la transformation de Montréal dans une ville moderne et il était l’un des maires les plus populaires de la métropole.

3 avril 1878 : Décès à Québec de Louis-Philippe Turcotte, historien canadien, né le 11 juillet 1842 à Saint-Jean, Île d’Orléans. Auteur de l’Histoire de l’île d’Orléans (1867). Son ouvrage majeur, intitulé Le Canada sous l’Union fut publié en 1871 et 1872.

4 août 1878 : Décès de Mgr George Conroy, prêtre, évêque, délégué apostolique au Canada, né à Dundalk (comté de Louth, Irlande) le 31 décembre 1832. Il est décédé à St John’s, Terre-Neuve. Mgr Conroy arrive au Canada en 1877, ayant par tâche celle de corriger la division qui existe entre les évêques canadiens, concernant les questions de l’université Laval, du Programme catholique, et de l’«influence indue». Alors que les ultramontains – des évêques comme Mgrs Ignace Bourget et Louis-François Laflèche (évêque de Trois-Rivières) et des laïcs comme François-Xavier-Anselme Trudel et Joseph-Israël Tarte – veulent une condamnation des libéraux, Mgr Conroy s’efforce de faire comprendre «que l’Église, en condamnant le libéralisme, n’entend pas frapper tous et chacun des partis politiques, qui par hasard s’appellent libéraux». Dans ce but, il rencontre le clergé et les personnalités laïques.

6 décembre 1878 : Décès de Jean-Baptiste Meilleur, à l’âge de 82 ans, éducateur, médecin, écrivain, député, fondateur du collège de L’Assomption, premier surintendant de l’éducation du Bas-Canada. Né le 8 mai 1796 à la Petite-Côte (Île-de-Montréal).

6 décembre 1878 : Mort à Montréal de Jean-Baptiste Meilleur, médecin et éducateur, homme politique, député du comté de L`Assomption, fondateur du collège de L`Assomption. Son engagement au chapitre de l’éducation au Québec est important. Étant nommé surintendant de l’Instruction publique du Bas-Canada, il prône l’obligation de fréquenter l’école élémentaire. La Société Saint-Jean Baptiste de Montréal le fait élire président pour la première fois en 1834, par la suite, il est réélu neuf fois. Il contribue à la fondation de deux mille écoles primaires, 45 écoles d’enseignement supérieur et à l’établissement de la première école normale au Canada. Il était naît le 8 mai 1796 à la Petite-Côte, paroisse Saint-Laurent (aujourd’hui arrondissement montréalais du Saint-Laurent). Voir aussi sa biographie : Jean-Baptiste Meilleur.

1878 (date exacte inconnue) : Décès de l’abbé Joseph-Élie-Sylvestre Sirois-Duplessis, premier prêtre de plusieurs paroisses constituées en Mauricie. Il était né en 1795 et ordonné prêtre en 1823.

1879

4 janvier 1879 : Décès à Québec de Pierre-Alexis Tremblay, journaliste et politicien. Né le 27 décembre 1827 à La Malbaie, il était arpenteur (il arpenta la rivière Péribonka et le chemin du Lac Saint-Jean), homme politique et un journaliste de renom, rédacteur en chef de L’Éclaireur.

16 janvier 1879 : Décès au Havre, en France, d’Octave Crémazie, consacré poète national du Québec En 1847, il figure parmi les fondateurs de l’Institut canadien de Québec. En 1854, il fait paraître son premier poème La Guerre d’Orient. En 1855, il publie Sur les ruines de Sébastopol. Ensuite, il écrit Le Chant du vieux soldat canadien, Le Drapeau de Carillon et une vingtaine d’autres poèmes, dans lesquels il exprime les sentiments religieux et patriotiques des Canadiens français. En 1862, la mauvaise administration de ses affaires mène à la faillite et il se réfugie en France. Il était né le 16 avril 1827, à Québec. Le 24 juin 1906, un monument à Montréal a été inauguré en son honneur sur le square Saint-Louis de Montréal. Voir aussi : Biographie d’Octave Crémazie.

42, Côte de la Fabrique, Québec

42, Côte de la Fabrique, Québec

Octave Crémazie, auteur du Vieux soldat canadien et du Drapeau de Carillon, a été le premier grand poète québécois. Au 42 de la Côte de la Fabrique une plaque commémorative nous indique que dans cette maison Crémazie y tient sa librairie à compter de 1847. Ce commerce connaît des heures glorieuses. Dans l’arrière-boutique se réunissaient les amis des lettres. Puis survient la catastrophe financière qui ébranle le fouet. Le 11 novembre 1862, Crémazie s’enfuit et vit clandestinement en France sous le nom de Jules Fontaine jusqu’à sa mort en 1879. Ses amis, dont l’abbé Henri Raymond Casgrain, perpétuent sa mémoire et diffusent ses poésies. Crémazie écrit en 1872 : « Je partis pour l’exile, le cœur brisé, brisé pour toujours, n’ayant plus aucun espérance. » Photo : Google Maps

7 mai 1879 : Décès à Lavaltrie de Louis-Siméon Morin, avocat, politicien, né à Lavaltrie, le 20 janvier 1831.  À dix  ans, il commence ses études classiques au collège de l’Assomption. Il est admis au barreau de Montréal en 1852. En 1856, il est élu par acclamation député de Terrebonne à la Chambre du Canada-Uni. Il est battu dans Terrebonne aux élections de 1861, mais il est élu dans Laval. Il devient solliciteur-général dans le cabinet Cartier-MacDonald du Canada-Uni, en 1859.

4 juin 1879 (2 juin, selon certaines sources) : Décès à Québec de Robert-Shore-Milnes Bouchette, l’un des chefs des Patriotes. Fondateur du journal bilingue Le Libéral/The Liberal (1837), il est blessé au combat le 6 décembre de la même année et emprisonné. Il rédige les griefs des Canadiens au bord de la Vestale lors de son voyage vers l’exile politique. Amnistié, il est nommé greffier du procureur-général du Canada-Est et commissaire des douanes. Il était né le 12 mars 1805 à Québec.

25 août 1879 : Décès à Paris d’Henri-Émile Chevalier, journaliste et homme de lettres français. Il s’établit à Montréal en 1853, où il fonde en 1854 la Ruche littéraire et politique, qui regroupe une équipe de libéraux anticléricaux. Elle rentre à Paris en 1860. Il était né à Châtillon-sur-Seine, Côte-d’Or, France, le 13 septembre 1828.

16 décembre 1879 : Meurt à Longueuil Isidore Hurteau, notaire, maire de Longueuil, administrateur de sociétés. Né à Contrecœur le 11 juillet 1815, il termine son cours d’études à 18 ans. Dès 1838, il est notaire à Longueuil, où il signe son premier acte le 1er février 1839. Il y exerce tout près de 40 ans. Il devient, en 1848, le premier maire de la municipalité de paroisse de Longueuil. Durant son mandat, il obtint de l’agent de la baronnie de Longueuil le don d’un terrain pour l’ouverture d’un marché public. Dans la ville de Longueuil, un carré Hurteau honore sa mémoire. Il reçoit sa sépulture dans la crypte de l’église de Longueuil, où reposent tant de membres de la famille fondatrice, les Le Moyne de Longueuil.

rivière des Prairies

Rivière des Prairies

La vie est une longue rivière calme et tranquille. Photo : GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>