XIX siecle

Naissances : 1800-1830

Naissances : 1800-1830

Naissances 1800 – 1830

Dates de naissance des principaux personnages de l’histoire du Québec, nés dans la période du 1er janvier 1800 au 31 décembre 1830

1800

22 octobre 1800 : Naît à Fife (dans l’est de l’Écosse) James Ferrier, marchand, homme politique, le 4e maire de Montréal de 1844 à 1846. Il travaille dans un commerce de la ville de Perth, en Écosse. Il s’établit à Montréal en 1821 et il ouvre son propre magasin en 1822. Il ouvre dans le domaine financier dès 1836 et il participe à la plupart des industries majeures canadiennes, dont les chemins de fer. Il est président du chemin à rail et membre du conseil administratif de plusieurs compagnies, dont la Compagnie du Grand Tronc. Il se démarque pas ses positions contraires au nationalisme canadien-français. Il est décédé le 30 mai 1888 à Montréal.

1802

2 mai 1802 : Naissance d’Étienne Parent, célèbre avocat, homme politique, député, journaliste, rédacteur, essayiste et conférencier québécois. Il décédera le 22 décembre 1874. Voir aussi : Biographie d’Étienne Parent.

18 juin 1802 : Naît à Louiseville Joseph Bourret, maire de Montréal entre 1842 et 1844 et entre 1847 et 1849. Décédé le 5 mars 1859 à Montréal.

1804

29 février 1804 : Voit le jour à L’Ancienne-Lorette Antoine Plamondon, artiste peintre. Il est le fils d’une famille d’agriculteurs. Il étudie à Paris depuis 1826. De retour au Canada, il devient copiste en imitant la Transfiguration de Raphaël. Il collabore au Journal de Québec, au Courrier du Canada et au Canadien. En 1841, il crée un institut en l’honneur de Nicolas-Marie-Alexandre Vattemare. Ses toiles sont endommagées lors d’un incendie en janvier 1845 et ruiné, il doit vendre plusieurs de ses tableaux. Il cesse de peindre en 1885, dix ans avant sa mort. Il décède le 4 septembre 1895 à Neuville (Pointe-aux-Trembles).

1805

12 mars 1805 : Naissance de Robert-Shore-Milnes Bouchette, avocat, homme politique, l’un des chefs des Patriotes. Né à Québec, il est fils de Joseph Bouchette, arpenteur général du Bas-Canada et de Marie-Louise-Adélaïde Chaboillez. Le lieutenant-gouverneur du Bas-Canada à l’époque, Sir Robert-Shore Milnes était son parrain. Il fut l’un des présidents des comités patriotes lors des Rébellions de 1837. Il est admis à la pratique du droit le 15 mars 1826, il est attaché au bureau des arpenteurs et aide son père à publier son œuvre géographique et cartographique. En 1837, il fonde à Québec un journal bilingue Le Libéral/The Liberal. Le 6 décembre 1837, il est à la tête d’un groupe de Patriotes qui est battu à Moore’s Corner dans la vallée du Richelieu et il est blessé et arrêté. Il est amnistié et devient greffier du procureur-général du Canada-Est en 1848 et il est nommé commissaire des douanes en 1851.

25 décembre 1805 : Voit le jour à Montréal Jean-Baptiste-Antoine Ferland, L’Abbé Ferland, historien. Il étudie au collège de Nicolet. Il est ordonné prêtre en 1828. En 1841, il est nommé directeur d’études au collège de Nicolet. En 1848, il devient supérieur de ce collège. Il se dévoue à l’étude de l’histoire canadienne et en 1853, il publie ses Observations sur l’histoire ecclésiastique du Canada. En 1854, il publie les Notes sur les registres de Notre-Dame de Québec. En 1855, on le désigne professeur d’histoire canadienne à l’Université Laval. En 1861, parait le premier tome de son Cours d’Histoire du Canada. Cet ouvrage, écrit dans un style à la fois simple et exact, a longtemps fait figure d’autorité chez les spécialistes de l’histoire. Il est mort le 11 janvier 1865 à Québec.

1806

1806 : Naît à Coleraine (Irlande du Nord) James D. Duncan, artiste peintre, professeur, illustrateur. Il émigre au Canada vers la fin des années 1820 et s’établit à Montréal. En 1847, il est l’un des fondateurs de la Société des artistes de Montréal et de la Société des artistes canadiens, en 1867. Il est surtout connu par ses séries de dessins représentant Montréal. Ses oeuvres ont été exposées à l’Exposition universelle de Londres en 1851. Il est décédé à Montréal le 28 septembre 1881. Ses œuvres demeurent l’un des plus importants témoignages de l’architecture montréalaise du XIXe siècle.

16 octobre 1806 : Voit le jour à Saint-Valier Marie-Josephte Fitzbach, fondatrice des Soeurs de Bon-Pasteur de Québec. Elle est la septième enfant de Charles Fitzbach, mercenaire du Luxembourg débarqué au Canada avec les troupes britanniques, et de Geneviève Nadeau, une fille de la paroisse voisine de Saint-Michel. Elle se marie le 17 avril 1828 et devient veuve avec trois petites filles à sa charge, en 1832. À l’âge de 50 ans, elle devient Mère Marie du Sacré-Cœur, fondatrice et première supérieure des Servantes du Cœur Immaculé de Marie du Bon-Pasteur de Québec. Elle s’éteint à Québec le 1er septembre 1885. Aujourd’hui, les Sœurs du Bon-Pasteur sont présentes non seulement au Québec, mais dans six pays. La cause de béatification de Marie-Josephte Fitzbach est introduite à Rome depuis 1994.

1807

23 janvier 1807 : Naît à Saint-Hyacinthe Joseph Casavant, facteur d’orgues de Saint-Hyacinthe. Fils de Dominique Casavant et de Marie Desanges Coderre, il est le père de Samuel et Joseph-Claver Casavant, les deux frères qui ont fondé la maison Casavant Frères en 1879. Il se fait d’abord forgeron, mais il décide d’étudier la musique et le mécanisme de l’orgue. Dès 1840, il fabrique des orgues. Ses fils deviennent des maîtres et leur réputation s’étend dans toute l’Amérique et jusqu’en Europe. Il est décédé le 9 mars 1874, dans son village natal.

20 février 1807 : Naît à Oka Patrice Lacombe, écrivain, notaire canadien. Il est surtout reconnu par le roman La Terre paternelle. Il étudie au collège de Montréal de 1816 à 1825. Devenu notaire en 1830, il travaille au service des sulpiciens. En 1835, il épouse Léocadie Boucher. En 1846, il publie dans l’Album littéraire de la Revue canadienne son roman La Terre paternelle qui est considéré le premier roman dans le genre littéraire dit du roman du terroir, c’est-à-dire le roman agricole canadien. Il meurt à Montréal le 6 juillet 1863.

Mai 1807 : Naît à Ballymacash (Irlande) William Workman, journaliste, homme politique, banquier, maire de Montréal élu en 1868, réélu en 1870 et 1871 sans opposition. Il immigre au Canada en 1829. Il fonde avec John Frothingham la plus importante entreprise de quincaillerie au Canada, la Frothingham and Workman qui a son siège à Montréal. C’est sous son gouverne qu’on commence à améliorer les rues, assécher des terres, changer des canaux d’égout en bois par des tuyaux d’argile vitrifiée, construire des bains publics, implanter un service d’enlèvement quotidien des ordures ménagères et moderniser lu système d’aqueduc. Il plaide aussi en faveur de la transformation de l’île Sainte-Hélène et du mont Royal en parcs publics. Il est décédé le 23 février 1878 à Montréal.

12 octobre 1807 : Naît à York (Toronto) George Okill Stuart, juge, homme politique. Fils de George Okill Stuart, ministre de l’Église d’Angleterre et de Lucy Brooks. Il étudie à Kingston, dans le Haut-Canada, puis à Québec, où il fit aussi l’apprentissage du droit auprès de son oncle James Stuart, Procureur général du Bas-Canada. Admis au Barreau en 1830. Il se spécialise dans le droit maritime. Conseiller juridique de la Ville de Québec de 1841 à 1843, député de Québec, bâtonnier du Barreau de Québec de 1851 à 1853, conseiller de la reine en 1854. Il épouse, en 1833, Margaret Black Stacey. Il est décédé à Québec, le 5 mars 1884.

1808

28 août 1808 : Naît à Chambly Joseph Larocque, prêtre, évêque de Saint-Hyacinthe. Ordonné prêtre le 15 mars 1835, professeur et directeur au Séminaire de Saint-Hyacinthe, chanoine du chapitre de Montréal. Le 6 juillet 1852, évêque de Cydonia in partibus, et coadjuteur de Montréal. Il succède à Mgr Prince, comme évêque de Saint-Hyacinthe, le 3 septembre 1860. Il remet, le 31 juillet 1866, l’administration entre les mains de son successeur, Charles Laroque. Le 15 janvier 1861, il est nommé à l’évêché de Germanicopolis in partibus infidelium. Il décède le 18 novembre 1887, à Saint-Hyacinthe.

20 octobre 1808 : Voit le jour à Québec Narcisse-Fortunat Belleau, avocat, homme d’affaires et homme politique, maire de Québec de 1850 à 1853, premier ministre du Canada-Uni (conjointement avec J. A. Macdonald) de 1865 jusqu’à la Confédération de 1867 et lieutenant-gouverneur du Québec de 1867 à 1873. Fils de Gabriel Belleau,fermier, et de Marie-Renée Hamel. Il est admis au Barreau en 1832. Il épouse Marie-Reine-Josephte Gauvreau, fille de Louis Gauvreau, en 1835. Il devient le premier lieutenant-gouverneur du Québec, poste qu’il occupe de 1867 à 1873. Chevalier (sir), commandeur de l’Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges.

1809

17 mars 1809 : Naît à Hull Robert Chambers, le 17e et dernier maire anglophone de Québec, avoat, admis au barreau en 1834. Échevin en 1872, pro-maire (1876-1877), maire de la Ville de Québec dès 1878 jusqu’à 1780. Décédé à Québec le 1er janvier 1886.

27 mars 1809 : Naît dans la paroisse Saint-Henri de Mascouche (Sainte -Anne-des-Plaines) Jean-Louis Beaudry, homme d’affaires et homme, maire de Montréal de 1862 à 1866, de 1877 à 1879 et de 1881 à 1885. Fils aîné de Jean-Prudent Beaudry, cultivateur, et de Marie-Anne Boimier (Bohémier), il débute une carrière commerciale à Montréal en 1823. Le 18 mai 1835, il épouse Henriette-Thérèse Vallée à Montréal, fille de Joseph Vallée, marchand, et de Thérèse Rodney. Il a une liaison avec Marguerite Ethier, il va naître 4 garçons qui porteront le nom de Beaudry. Vice-président des Fils de la liberté, en 1837, il s’expatrie pendant les événements de cette année pour revenir après la proclamation de l’amnistie en juin 1838. Vers 1845, il devient syndic de la Maison de la Trinité. Il est cofondateur de la Banque Jacques-Cartier en 1861.Il est élu maire de Montréal en février 1862, mais il est défait par en février 1866 en raison de ses interventions jugées frauduleuses. Il possède plusieurs propriétés immobilières sur la rue de la Commune et la rue Saint-Paul. Il est membre de la Commission du Havre de Montréal et du conseil d’administration de la Compagnie du chemin de fer de Montréal et Bytown. Il réside dans le quartier Saint-Antoine. Il revient à la mairie en mars 1877, il est défait en mars 1879 avant d’être réélu en mars 1881. Il meurt à Montréal le 25 juin 1886.

26 avril 1809 : Naît J.-Aldhémar Brien. Né à Saint-Alexandre d’Iberville, il est le fils du notaire A. Brien, de cette paroisse. Après des études classiques au collège de Montréal, il fait sa cléricature de médecine à l’Université Laval et va pratiquer la médecin à Marinette, Michigan. En 1907, il rentre au Canada et s’établit à Longueuil. Il entre au service municipal de santé de Montréal en 1921. Il est nommé en 1929 surintendant de la division du contrôle médical, il est premier assistant du Dr. Boucher. En février 1931, la maladie l’oblige de prendre sa retraite. De son mariage à Evélina Giroux, décédée en 1919, sont issus plusieurs enfants.

15 juin 1809 : Naissance à Québec de François-Xavier Garneau. Historien et poète, il restera un autodidacte toute sa vie. Entre 1845 et 1852, il publie les quatre volumes de l’Histoire du Canada qui le consacrent historien national. Il décède le 3 février 1866 à Québec.

18 avril 1809 : Naît à Terrebonne Esther Blondin (mère Marie-Anne Blondin). Analphabète à 20 ans, elle rêve d’enseigner. Elle offre ses services aux sœurs de la Congrégation Notre-Dame et apprend à lire et à écrire. En 1850, elle fonde la communauté des Sœurs de Sainte-Anne, consacrée à l’enseignement et prend le nom de Mère Marie-Anne. Elle fonde des écoles mixtes pour remédier à la situation pitoyable des écoles rurales de l’époque, un projet innovateur pour l’époque. Elle meurt le 2 janvier 1890, à Joliette. Elle a été proclamée vénérable en 1991 et bienheureuse le 29 avril 2001, par le pape Jean-Paul II. Biographie d’Esther Blondin : Esther Blondin.

30 juillet 1809 : Naissance de Charles P. Chiniquy, prêtre catholique qui se convertit au presbytérianisme et devint prédicateur anticatholique. Il perd son père à l’âge de douze ans et est adopté par son oncle Amable Dionne. Il étudie au petit séminaire de Nicolet à partir de 1822 et il est ordonné prêtre en 1833. Il mène une campagne très efficace dans tout le Québec contre l’alcool et l’ivrognerie. Il est surnommé à cette époque l’« Apôtre de la tempérance ». En 1862, il abandonne l’Église catholique romaine et devient son critique virulent. En 1864 il épouse Euphémie Allard de sa paroisse de Sainte-Anne. Ils eurent deux filles et en adoptèrent une autre. Il est vénéré par l’église presbytérienne après qu’il ait guérit subitement d’une maladie grave, le 5 novembre 1894. En septembre 1896, il débarque en Europe avec ses conférences et il revient triomphalement en juillet 1896. Il meurt le 16 janvier 1899 à Montréal. L’Église catholique du Québec le pardonne officiellement une semaine avant son décès.

1er septembre 1809 : Naissance à Québec de Cyrille-Hector-Octave Côté, médecin, homme politique, Patriote, journaliste et ministre baptiste. Fils de Charles Côté, navigateur, et de Rose Duhamel. Décédé le 4 octobre 1850 à Hinesburg, Vermont.

26 septembre 1809 : Naît à Lavaltrie Victor Bourgeau (Bourgeault), charpentier, menuisier, sculpteur et architecte. Il et fils de Basile Bourgeault, maître charron, et de Marie Lavoie. Il épouse Edwidge Vaillant, le 17 juin 1833. Le 4 mai 1878, il épouse à Montréal, en secondes noces, Delphine Viau. Ses premiers travaux connus sont exécutés en 1839 à Boucherville. Il a dressé les plans de plusieurs bâtiments religieux et en a décoré d’autres. Il meurt le 1er mars 1888. Le « père Bourgeau » était devenu une légende sur les chantiers de construction qu’il visitait, toujours coiffé d’un chapeau haute-forme qui ne le quittait jamais.

1811

2 décembre 1811 : Naît Jean-Charles Chapais, homme d’affaires, homme politique, l’un des pères de la Confédération canadienne pour sa participation à la Conférence de Québec (1864). Natif de Rivière-Ouelle, il est le fils de Jean-Charles Chapais, marchand, et de Julienne Boucher. De 1824 à 1830, il fait ses études classiques au séminaire de Nicolet. Il devient maire du village de Saint-Denis en 1845, il est élu député de Kamouraska en 1851. Lors de la création de la fédération canadienne en 1867, il est nommé ministre de l’agriculture. En 1868, il est nommé sénateur au Sénat du Canada. Le village de Chapais a été nommé en son honneur. Il est décédé le 17 juillet 1885 à Ottawa.

1812

1812 (date exacte inconnue) : Né à Birmingham, Grande Bretagne, Charles Smallwood, le premier météorologue canadien, médecin, fondateur et professeur de l’Observatoire McGill. Il fait ses études en médecine à l’University College de Londres et il s’établi au Canada en 1833. Vers 1840, il s’installe à Saint-Martin (comté de Laval). Tout en pratiquant la médecine, il se passionne pour la météorologie. Afin d’expérimenter ses théories, il construit un observatoire dans sa cour. Il le déménage à l’Université McGill en 1863, où il devient le premier professeur en ce domaine. Membre de plusieurs sociétés scientifiques internationales, il échange des données avec différents observatoires européens. En marge de ses activités de météorologue, il s’intéressera à l’état de l’agriculture dans l’île Jésus. Il meurt à Montréal, le 22 décembre 1873.

9 novembre 1812 : Naît à Chêne-Bougeries, en Suisse, Napoléon Aubin, baptisé Aimé-Nicolas, journaliste, écrivain, éditeur, homme de science, musicien et lithographe. Peu de choses sont connues sur sa jeunesse, mais il était marqué par les idées progressistes à Genève. Il arrive à New York en 1829 et à Québec en 1835. Il écrit en faveur des Patriotes dans la revue Le Fantasque qu’il avait fondée. Il passe 53 jours en prison pour avoir publié les poèmes de Joseph-Guillaume Barthe adressés aux prisonniers des Bermudes. En 1847, il publie le Manifeste adressé au peuple du Canada par le Comité constitutionnel de la réforme et du progrès, moment où ses idées convergent avec Louis-Joseph Papineau. Aubin est successivement rédacteur pour La Minerve, Le Canadien, L’Ami du peuple et La Tribune. En 1865, il lance Les veillées du père Bonsens. Il s’établit à Montréal en 1866. Il est membre de l’Institut canadien de Montréal dès 1869. Il est le consul honoraire de Suisse à Montréal de 1875 à sa mort en 1890. Il est mort le 12 juin 1890 à Montréal. Calviniste, son éloge funèbre est prononcée par un pasteur presbytérien. Une fondation porte son nom, la Fondation Aubin, affiliée au Centre de recherche Stanley Bréhaut Ryerson.

20 novembre 1812 : Naissance à Pointe-aux-Trembles (aujourd’hui Neuville) de François-Réal Angers, avocat, auteur et journaliste. Il est surtout connu pour son récit romancé Les Révélations du crime ou Cambray et ses complices, publié en 1837. Issu d’une famille d’agriculteurs, il est fils de François Angers, cultivateur, et de Marie-des-Anges Larue. Il fait ses études classiques au Petit Séminaire de Québec. En 1833, il est employé par les journaux Le Canadien, La Gazette de Québec et La Minerve à titre de correspondant parlementaire. En 1836, il publie le Système de sténographie, applicable au français et à l’anglais. En juillet 1837, il publie Les Révélations du crime ou Cambray et ses complices : chroniques canadiennes de 1834, récit romancé des méfaits, vols, sacrilèges et meurtres d’une bande de brigands ayant sévi à Québec de 1834 à 1837. Il décédera à Québec, le 27 mars 1860.

1813

30 octobre 1813 : Naissance à L’Ancienne-Lorette du célèbre maître-potier Charles Belleau. Fils d’Augustin Belleau, maçon de Québec et de Marie-Louise Boin dite Dufraine (Dufresne). Décédé en 1889 (date exacte inconnue).

1814

8 avril 1814 : Naît à Québec Philippe-Ignace-François-Aubert de Gaspé (mieux connu comme Philippe Aubert de Gaspé fils). Il est fils de l’écrivain Philippe-Aubert de Gaspé père. Il passe deux ans au Collège de Nicolet. Il devient correspondent parlementaire au Canadien. Il écrit le premier roman de la littérature canadienne-française intitulé L’Influence d’un livre, premier roman de mœurs canadien, mais c’est à la fois un roman de mœurs, un roman historique un roman gothique de tradition anglaise. Décède le 7 mars 1841, à l’âge de 27 ans, à Halifax.

3 mai 1814 : Naissance à St. George, Bermudes, de John Hamilton Gray, avocat, homme politique et juge, l’un des «pères fondateurs » de la Confédération canadienne (décédé le 5 juin 1889 à Victoria).

9 mai 1814 : Naît François-Xavier Prieur, Patriote, homme politique, mémorialiste. Originaire de Saint-Joseph-de-Soulange, fils d’Antoine Prieur et d’Archange Véronneau-Denis. il déménage avec sa famille à Saint-Polycarpe en 1818, où il passe sa jeunesse. Il s’établit à Saint-Timothée en 1835. Il fait connaissance de plusieurs politiciens, en fréquentant la librairie d’Édouard-Raymond Fabre de Montréal. Dans Notes d’un condamné politique de 1838, publié en 1865, Prieur nous laisse une autobiographie en plus d’un récit des événements s’étalant de l’automne 1838 à l’automne 1846. Il est assermenté en tant que castor dans l’organisation des Frères Chasseurs. Il aura dirigé entre 150 et 200 hommes de Saint-Timothée. Le 3 novembre 1838, il participe avec sa troupe à la prise du manoir des Ellice. Le 4 novembre 1838, à Beauharnois, son bataillon prend le navire Brougham. Son groupe aussi présent au côté de DeLorimier, dans la nuit du 5 au 6 novembre, lors d’une marche vers le Sault Saint-Louis. Recherché par les autorités, en tant que fugitif, il rencontre sa future femme, Marguerite Neveu âgée alors de 9 ans, qui vient lui porter de la nourriture dans les bois. Il se marie le 17 juillet 1849. Le 20 novembre 1838, il est arrêté. Il subit son procès du 11 au 21 janvier 1839 et le 26 septembre 1839, il est embarqué pour l’Australie avec 57 de ses camarades. Il revient au Canada le 5 septembre 1846 à bord du Saint-George. Vers 1858, il s’établit à Montréal et achète une compagnie d’importation de vaisselles et de poteries anglaise Glenn & Co., qui prend le nom de Renaud & Prieur. En 1860, il est nommé préfet de l’École de Réforme de l’Île-aux-Noix. En 1875, il est nommé surintendant des prisons du Dominion of Canada. Il meurt le 1er février 1891 à Montréal.

22 octobre 1814 : Naît à Québec Georges Boucher de Boucherville, écrivain et inventeur. Aîné du seigneur Pierre Boucher de Boucherville, il s’inscrit au Petit Séminaire de Montréal, puis étudie le droit, tout en conservant un fort intérêt pour la littérature. Il a un peu plus de vingt ans quand il publie La Tour de Trafalgar, un récit fantastique, qui connaît plusieurs rééditions. Une légende indienne lui inspire ensuite Louise Chawinikisique. Admis au barreau en janvier 1837, il participe aux réunions des Fils de la Liberté. Il émigre après les troubles de 1837 pour ne rentrer qu’en 1843. Il exerce le droit en divers lieux de la province avant de se fixer à Sherbrooke. Une série d’articles qu’il signe pour La Minerve à partir de 1845 font état de ses préoccupations littéraires et socio-économiques. En 1849 il amorce la publication en feuilleton de son roman de mœurs et d’aventures Une de perdue, deux de trouvées. Il publie plusieurs autres ouvrages. En novembre 1867, il devient greffier du Conseil législatif du Québec, un poste qu’il occupe jusqu’à sa retraite en 1889. Il publie le Dictionnaire du langage des nombres de plus de 1000 pages, qui concourt à forger un langage universel. Il meurt le 6 septembre 1894 à Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans.

1815

2 janvier 1815 : Naît à Verchères Jean-Baptiste Rolland (Roland), libraire, homme d’affaires, sénateur. Fils de Pierre Roland, agriculteur, et d’Euphrasine Donay, il commence sa carrière comme apprenti typographe à La Minerve. Il fond la société Rolland et Thompson et ensuite il se consacre au commerce des lives. Le 7 octobre 1839, il épousa à Saint-Laurent, près de Montréal, Esther Boin, et ils eurent quatre filles et quatre fils. Il siège au conseil municipal de la ville de Montréal, comme représentant du Quartier-Est. Le 27 octobre 1887, il est nommé sénateur du Canada. Il est décédé à Montréal le 22 mars 1888.

19 juin 1815 : Naît Cornelius David Krieghoff, artiste peintre, l’un des plus célèbres peintres canadiens du XIXe siècle, surtout connu pour ses peintures de paysages. Natif d’Amsterdam (Pays-Bas), il étudie la musique et la peinture. Il s’enrôle dans l’armée américaine, en 1837, mais il déserte en 1840 et s’établit chez sa femme Émilie Gauthier. Il suit une formation académique et il se rend à Paris en 1844. Il s’installe à Montréal en 1846 et à Québec, en 1854. De 1863 à 1870, il séjourne en Europe. Il s’expose régulièrement au Canada qu’aux États-Unis. En 1871, il s’expose à l’Exposition provinciale de Québec. Il décède à Chicago, le 4 mars 1872. Ses œuvres se retrouvent dans plusieurs collections privées, ainsi que dans les principales institutions muséales du Canada.

11 juillet 1815 : Naît à Contrecoeur Isidore Hurteau, la figure dominante de l’histoire de Longueuil. Notaire, maire fondateur du Village de Longueuil, maire de la Ville de Longueuil, commissaire d’école, syndic et marguillier de la paroisse, juge de paix, lieutenant-colonel de la milice, homme d’affaire important. Fils de Gabriel Hurteau et de Louise Duhamel il fait sa cléricature et, le 24 décembre 1838, il reçoit sa commission de notaire. En 1846, il ouvre à Longueuil une brasserie. En 1848, il devient le premier maire de Longueuil. En 1865, il est cofondateur de la Compagnie de navigation de Longueuil. Il s’éteint à Longueuil le 16 décembre 1879. Il avait épousé à Longueuil, en février 1838, Françoise Lamarre. De ce mariage naquirent quatre filles.

1816

22 juin 1816 : Naît à Lachine Jean-Baptiste Renaud, home d’affaires, marchand, négociant, membre du conseil du Bureau de commerce de Québec, banquier, homme politique. fils de Jean-Baptiste Renaud, voyageur, et de Marie Gariépy. En 1847, il ouvre un magasin à Québec. Il se marie à Marie-Sophie Lefebvre le 18 janvier 1841 et ils eurent quatre enfants. Au fil des ans, il devient l’un des hommes les plus influents au Québec, il figure parmi les principaux hommes d’affaires francophones, en raison du volume de ses investissements et de la diversité de ses transactions. Il représente Saint-Pierre dans le conseil législative de la cité de Québec de 1862 à 1868. Il test directeur de la compagnie du chemin de fer North Shore Railway, de la Union Bank of Lower Canada, de la Quebec North Shore Turnpike Roads Company, de la Richelieu and Ontario Navigation Company de la Quebec and Gosford Railway (devenue Quebec and Lake St. John Railway). Il fond la St. Maurice Railway and Navigation Company, la Salaberry Navigation Company of Montreal, la St. Lawrence Navigation Company, la Quebec Marine Insurance Company, la Quebec and Lake St. John Lumbering and Trading Company. En 1880, il achète le journal La Minerve. Il meurt à Québec le 23 juin 1889 (le 1er mars 1884, selon certaines sources).

13 octobre 1816 : Naissance à Kingston, Haut-Canada, d’Henry Nathan Starnes, fils de Benjamin Starnes et d’Élizabeth Mainville. Le 5 août 1840, il épousa à Montréal Eleanore Stuart, et ils eurent sept enfants. Banquier et homme politique, maire de Montréal à deux reprises (1856-1858 et 1866-1868). Décédé le 3 mars 1896 à Kingston, Ontario.

31 décembre 1816 : Naît à Québec Joseph-Édouard Cauchon, homme politique, journaliste. Il fait ses études classiques au Séminaire de Québec de 1830 à 1839. Il est reçu au Barreau en 1843. En 1841, il publie le manuel Notions élémentaires de physique, avec planches à l’usage des maisons d’éducation qui est destiné aux écoles et à toutes les classes de la société ». Il lance en 1842 le Journal de Québec conjointement avec son beau-frère Augustin Côté. En 1844, il est élu député sous la bannière des Réformistes. En 1867, il devient le tout premier premier ministre de la province de Québec, mais il est écarté du pouvoir immédiatement à cause de l’antipathie des anglophones. Il est nommé au poste de lieutenant-gouverneur du Manitoba en 1884 et il est décédé le 25 février 1885 à Whitewood, Saskatchewan.

1816 : Naît à Carleton Joseph-Guillaume Barthe, homme politique, journaliste, avocat et poète. Il fait des études en philosophie, médecine et droit. Patriote de 1837, il est emprisonné en 1839 après avoir publié un poème dénonçant l’exil forcé des insurgés politiques. Sorti de prison, il collabore à L’Aurore des Canadas et entre au barreau des avocats. Il s’oppose à l’Acte d’Union de 1840 mais il se fait élire député libéral de Yamaska en 1841. En 1844 et 1851, il échoue dans ses tentatives de se faire réélire. Il devient le greffier à la cour d’appel locale et voyage en Europe où il exerce son métier de journaliste. Il est auteur de 3 contes et d’environ 80 poèmes. Il meurt en 1893.

1817

3 mai 1817 : Naît à Québec Joseph-Ulric Tessier, homme politique, propriétaire foncer et immobilier, fils de Michel Tessier, marchand, et de Mariane Perrault. Il fait ses études au Petit Séminaire de Québec de 1826 à 1835 et fat l’apprentissage du droit auprès d’Hector-Simon Huot. Il est reçu au Barreau en 1839. Il obtient en 1855 un doctorat en droit de l’Université Laval. Il est cofondateur de la Banque Nationale et de la Compagnie du chemin de fer de la rive nord; administrateur de la Caisse d’économie de Notre-Dame de Québec. Associé dans le bureau d’avocats Tessier, Hamel et Tessier. Il est élu maire de Québec en 1853 et en 1854. Élu député de Portneuf en 1851; réformiste. Ne s’est pas représenté en 1854. Commissaire des Travaux publics du Canada du 24 mai 1862 au 27 mai 1863. Il est auteur de: « Emma ou l’Amour malheureux: épisode du choléra à Québec en 1832 », publié dans Le Télégraphe de Québec en mai 1837. Il est décédé à Québec, le 7 avril 1892. Il avait épousé, le 4 août 1847, Marguerite-Adèle Kelly.

5 mai 1817 : Naît à Québec Charlotte Elmire Aubert de Gaspé, dame remarquable à maints égards reconnue par ses actions philanthropiques, cofondatrice de quelques sociétés bénévoles. Elle est fille de Joseph Philippe Aubert de Gaspé et Suzanne Allison. Elle épouse le juge Sir Andrew Stuart le 8 juin 1842 à Québec. Elle décède le 8 mars 1899 à Montréal. Sa vie fut intimement liée à celle de l’auteur des Anciens Canadiens.

6 septembre 1817 : Naît à Chelsea, en Angleterre, Sir Alexander Tilloch Galt, l’un des pères de la Confédération canadienne. Fils d’un nouvelliste John Galt et d’Elizabeth Tilloch Galt, il arrive au Canada en 1835 comme employé de la British American Land Co., créée par son père afin d’encourager la colonisation dans la région des Cantons de l’Est. Il se fait le promoteur des Cantons de l’Est en désirant relier la culture de terres agricoles aux marchés canadien et américain. En 1849, il est nommé président du chemin de fer Saint-Laurent & Atlantique et devient membre de l’Assemblée législative. Entre 1864 et 1867, il est membre de la Grande Coalition de la Province du Canada. Il est nommé le tout premier inspecteur général du Canada. En tant qu’inspecteur général, Galt a réformé les pratiques commerciales des banques de la Province du Canada. Il est le principal architecte de la taxe Cayley-Galt. Le 11 mai 1880, il devient le premier haut-commissaire canadien à Londres. Il est le tout premier ministre des Finances du Canada. Décédé à Montréal le 19 septembre 1893. La rue Galt de Sherbrooke et l’école secondaire Alexander Galt (Alexander Galt regional high school) sont nommées en son honneur.

19 septembre 1817 : Naît Charles Joseph Alleyn, homme politique. Né dans le comté de Cork (république d’Irlande), probablement à Myrus Wood, il est fils de Richard Israël Alleyn, commandant dans la Marine royale (fut aussi sous-maître de la Maison de la Trinité de Québec), et de Margaret O’Donovan. Il fait ses études à l’École de Fermoy, dans le comté de Cork, et au Clongowes Wood College, dans le comté de Kildare. Vers 1837, il débarque à à Québec où, ayant été admis au Barreau en 1840, il exerce la profession d’avocat. Il est élu député à plusieurs reprises, et il fait partie de plusieurs ministères. Son dernier mandat de député prend fin avec sa nomination comme shérif du district de Québec, le 17 août 1866, le poste qu’il occupe jusqu’à sa mort (à partir de 1883, conjointement avec Étienne-Théodore Paquet). Il est nommé le premier directeur, en 1867, de la nouvelle prison de Québec, située sur les plaines d’Abraham. Il est fait conseiller de la reine en 1857, il est administrateur de la Compagnie du chemin de fer de la Rive Nord, président de la St. Patrick’s Society et du St. Patrick’s Catholic and Literary Institute of Quebec. Il est décédé à Québec, le 4 avril 1890. Il épouse, le 15 mai 1849, Zoé Aubert de Gaspé, fille de Philippe-Joseph Aubert de Gaspé, avocat, seigneur et futur auteur des Anciens Canadiens, et de Susanne Allison.

8 novembre 1817 : Naît Théophile Hamel, artiste peintre. Natif de Sainte-Foy, il étudie chez Antoine Plamondon de 1834 à 1840. Il part pour l’Europe en 1843 et il suit des cours à Florence.  De retour au Canada en 1846, il ouvre son atelier à Québec, puis il s’installe à Montréal. Il se marie à la fille de George-Barthélemy Faribault, le premier bibliographe du Canada. Il devient le portraitiste officiel de l’État. Il complète une série de portraits sur les personnages historiques du Canada, spécialement celui de Jacques Cartier. Son œuvre religieuse est également importante. Beaucoup de son matériel a été perdu lors d’un incendie en 1862. Il a formé de grands peintres canadiens comme Napoléon Bourassa, Joseph-Arthur-Eugène Hamel, Ludger Ruelland et Marie-Elmina Lefebvre. Il meurt à Québec le 23 décembre 1870.

1818

31 janvier 1818 : Naît Louis-Antoine Dessaulles, essayiste et un homme politique. Natif de Saint-Hyacinthe, il étudie la médecine puis accompagne en France son oncle Louis-Joseph Papineau. Il se lance en journalisme en 1852 avec le journal Le Pays. Il est un libéral et un anticlérical membre de l’Institut canadien de Montréal. Il est connu pour avoir publié le Petit bréviaire des vices de notre clergé. Il devient greffier puis déménage en Belgique. Il décède le 4 août 1895 à Paris et il est inhumé le 6 août au cimetière de Pantin.

6 octobre 1818 : Naît à Montréal Charles-Séraphin Rodier, industriel, financier, propriétaire foncier, homme politique. Fils de Jean-Baptiste Rodier, boulanger, et de Marie-Desanges Sedillot. À l’âge de 14 ans, il travaille comme menuisier. En 1836, il devient entrepreneur de construction. Vers 1859, il établit sa fabrique d’instruments aratoires. Il y produit des batteuses qu’il vend aux agriculteurs, exigeant en garantie une hypothèque sur leur terre. Possédant des hypothèques sur les terres de ses débiteurs et investissant des sommes considérables dans le secteur foncier, il devint le plus grand propriétaire foncier de la région de Montréal. En 1861, il cofonde la Banque Jacques-Cartier dont il est administrateur jusqu’en 1870, puis vice-président de 1870 à 1876. Il siège aux conseils d’administration de la Scottish Commercial Life Insurance Company et de la Mutual Life Insurance Company. Il conseiller municipal du quartier Saint-Antoine à Montréal de 1847 à 1850. En décembre 1888, il est nommé sénateur. Il épouse, le 18 janvier 1848, Angélique Meunier, dit Lapierre, et le couple a 12 enfants. Il est mort à Montréal le 26 janvier 1890.

1819

15 septembre 1819 : Naissance à Québec de l’abbé (monseigneur) Cyprien Tanguay (décédé le 28 April 1902), historien, auteur du Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu’à nos jours, paru pour la première fois en 1871 (Éditions E. Sénécal).

3 octobre 1819 : Naît Charles-Joseph Coursol. Originaire de Fort Malden au Haut-Canada, est il est avocat, homme politique et homme d’affaires, maire de Montréal de 1871 à 1873. Il poursuit des études au séminaire de Montréal et il est admis au barreau le 24 février 1841. Il est connu pour le rassemblement monstre des francophones d’Amérique qu’il organisa à Montréal en 1874, où quelque 20 000 personnes venant des États-Unis, de l’Acadie, du Manitoba et de l’Ontario participent dans une manifestation de solidarité et d’identification à la culture française. Le défilé qui s’étire sur 4 kilomètres marque les esprits. Durant les années 1850 et 1860, il participe activement à la vie culturelle, sociale et commerciale de Montréal. Il en tire une grande popularité. Lorsqu’il est maire de Montréal, il se préoccupe de salubrité et de parcs publics qu’il estime nécessaires pour la classe ouvrière. C’est ainsi qu’on assiste aux débuts des parcs du mont Royal, La Fontaine, de l’île Sainte-Hélène, du carré Dominion. Il décède le 4 août 1888 à Montmagny.

10 octobre 1819 : Naît Sir Charles Stanley Monck, 4e vicomte Monck, le dernier gouverneur de l’Amérique du Nord britannique de 1861 à 1867, le premier gouverneur général du Canada après la confédération de 1867. Décédé le 29 novembre 1894.

1820

17 février 1820 : Naît à Sainte-Marie-de-Beauce, Elzéar-Alexandre Taschereau, cardinal-prêtre, archevêque de Québec, le premier cardinal né au Canada. Il fait des études au petit séminaire de Québec de 1826 à 1836 et de 1837 à 1842. En 1856, il obtient un doctorat en droit canon à Rome pour ensuite devenir professeur, préfet, supérieur du séminaire de Québec. En 1852, il aide à fonder l’Université Laval. Pie IX le nomma archevêque le 24 décembre 1870. Le 7 juin il est nommé le premier cardinal au Canada. Il tombe malade et meurt le 12 avril 1898, à Québec. Il a pris part aux controverses sur le catholicisme libéral au Québec, faisant partie de l’aile modérée du clergé.

10 mars 1820 : Naît à Bécancour Léon Abel Provancher, prêtre, naturaliste, spécialiste des sciences naturelles. Ordonné prêtre à Québec le 12 septembre 1844, il se spécialise en botanique et en entomologie. Il publie de nombreux ouvrages spécialisés dans la botanique: Traité élémentaire de botanique en 1858 (premier ouvrage du genre au Canada), Catalogue des arbres fruitiers en 1863, Le Verger canadien en 1864, et son œuvre maîtresse, en deux volumes, La flore canadienne en 1863. En entomologie, sa Petite faune entomologique du Canada, en trois volumes, demeure une œuvre de référence. Elle contient la description de toutes les espèces connues alors, en plus de plus d’un millier d’espèces d’hyménoptères qu’il décrira pour la première fois. Au début du XXIe siècle, encore plus du dixième des espèces de cet ordre au Canada avaient été découvertes par lui. De 1868 à 1891, il est rédacteur et publie la première revue à caractère scientifique en français en Amérique, Le Naturaliste canadien. La collection Léon-Provancher de spécimens et ses écrits constitue la plus complète et la mieux conservée des collections de naturalistes nord-américain du XIXe siècle. Il est mort le 23 mars 1892, à Québec, où la Maison Léon-Provancher poursuit son œuvre éducative. Le pavillon de services de la Réserve nationale de faune du cap Tourmente porte également son nom. La Société Provancher d’histoire naturelle du Canada, fondée en 1919 par des hommes d’affaires de Québec amants de la nature, poursuit également à ce jour l’objectif de l’Abbé Provancher.

12 mai 1820 : Naît à Rivière-Ouelle, Luc-Horatio Letellier de Saint-Just, homme politique, lieutenant-gouverneur de la province de Québec. Fils de François Letellier, notaire, et de Marie-Sophie Casgrain, il étudie à l’École primaire de Rivière-Ouelle et de Kamouraska, puis, de 1830 à 1836, au Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Il est diplômé du Petit Séminaire de Québec en 1837. Il fait l’apprentissage du droit à Rivière-Ouelle et il est reçu notaire en 1841. Il est élu député de Kamouraska en 1851. Élu conseiller législatif de la division de Grandville en 1860. Est conseiller exécutif et ministre de l’Agriculture entre 1863 et mars 1864. Réélu en 1863. Membre du cabinet Mackenzie: ministre de l’Agriculture entre 1873 et 1876. Nommé lieutenant-gouverneur de la province de Québec le 15 décembre 1876, destitué le 25 juillet 1879. En 1848, il épouse Eugénie-Éliza Laurent. Décédé à Rivière-Ouelle le 28 janvier 1881.

30 mai 1820 : Naît à Québec Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, homme politique, le tout premier ministre de la province de Québec (de 15 juillet 1867 au 27 février 1873), après la fondation de la Confédération canadienne, président du Sénat du Canada du 1er mars 1873 au 8 janvier 1874. Il est membre du Parti bleu, cofondateur de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec (1842), de la Société canadienne d’études littéraires et scientifiques (1843). Écrivain, il est connu par son roman Charles Guérin, roman de la terre, par La Pléiade rouge (biographies humoristiques). Il a été doyen de l’Université Laval à Montréal de 1884 à sa mort. Décédé le 4 avril 1890 à Québec.

17 août 1820 : naît à Québec James Huston, typographe, journaliste, écrivain, surtout connu pour avoir édité le Répertoire national, la première compilation à paraître sur la littérature franco-canadienne. Il débute sa carrière comme apprenti dans une imprimerie. En 1842, il est nommé secrétaire de la société Saint-Jean-Baptiste de Québec. Il devient traducteur à l’Assemblée législative de la province du Canada. Il est membre fondateur de l’Institut canadien de Montréal en 1844, et il en devint le président en 1847. Son Répertoire national, publié en 1848, a pour but de constituer un recueil des meilleures productions littéraires canadiennes et contient une anthologie des écrits de nombreux auteurs, dont Napoléon Aubin, Joseph-Guillaume Barthe, Joseph-Édouard Cauchon, François-Magloire Derome, François-Xavier Garneau, Louis-Auguste Olivier, Étienne Parent et Joseph Quesnel. Il décède à Québec, le 21 septembre 1820.

13 octobre 1820 : Naît en Écosse John William Dawson, géologue, recteur de l’Université McGill. Il termine ses études en géologie et en histoire naturelle à l’Université d’Édimbourg en 1842. Ensuite, il déménage en Nouvelle-Écosse où il est nommé au poste de superintendent de l’éducation. Il étudie les forêts fossiles du Carbonifère et il décrit les plantes fossiles du Silurien, du Dévonien et les roches du Carbonifère du Canada pour la Geological Survey of Canada. De 1855 à 1893 il est le professeur de géologie et recteur de l’Université McGill à Montréal. Il est élu membre de la Royal Society (FRS) en 1862. Il est anobli en 1884. Il meurt le 19 novembre 1899. Le Collège Dawson à Montréal porte son nom.

24 décembre 1820 : Naît à Kamouraska Joseph-Charles Taché, médecin, écrivain, journaliste. Il étudie la médecine au séminaire de Québec, puis s’installe à Rimouski. En 1855, il est envoyé à Paris, où il reçoit la légion d’honneur de Napoléon III. Collaborateur à plusieurs revues. Il devient sous-ministre de l’agriculture en 1864, ce travail l’occupera presque entièrement pendant les deux décennies suivantes. Chercheur et scientifique, il reçoit le titre de docteur en médecine en 1877. Revues et journaux auxquels il a collaboré : Journal de l’instruction publique, L’Ami de la religion et de la Patrie, La Minerve, Le Canadien, Le Courrier du Canada, Soirées canadiennes.

1921

12 mars 1821 : Naît à St Andrews (aujourd’hui Saint-André Est) John Caldwell Abbott, homme politique, avocat, homme d’affaires, maire de Montréal et premier ministre du Canada. Issu d’une famille anglophone, il fait ses études au McGill College et son stage en droit dans un bureau d’avocats de Montréal.Ensuite, il est admis au Barreau en 1847. Il est élu député du comté d’Argenteuil en 1860. Il passe en 1867 à Ottawa. Il est emporté en 1874 par le scandale du Pacifique dans lequel il est impliqué. Il quitte les Communes le 15 janvier 1887, après son élection, le 3 janvier 1887, au poste du maire de Montréal. De nombreuses accusations de corruptions ont été portées contre lui et son administration. Le 12 mai 1888, il est nommé au Sénat. Il devient premier ministre du Canada le 16 juin 1891, à la suite du décès de John A. Macdonald et il reste sera en fonction jusqu’en décembre 1892. Il meurt à Montréal, le 30 octobre 1893.

1822

26 janvier 1822 : Naît à Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette, près de Québec, Antoine Racine, homme de l’Église, futur premier évêque de l’Église catholique de Sherbrooke et des Cantons-de-l’Est. Son père, dont les ancêtres venaient de Normandie, est forgeron. Dès 1834, il fait ses études au séminaire de Québec. Il est ordonné prêtre à 22 ans et 8 mois, le 12 septembre 1844. L’abbé Racine est vicaire à La Malbaie (1844-1848), premier curé de Stanfold (1848-1851), curé de Saint-Joseph-de-Beauce (1851-1853) et curé, de la paroisse de Saint-Jean,dans la ville de Québec (1853-1874). Le 1er septembre 1874, il est nommé premier évêque de Sherbrooke par le pape Pie IX. Il est sacré le 18 octobre suivant. Il meurt le 17 juillet 1893 à Sherbrooke. En juillet 1928, trente-cinq ans après sa disparition de ce monde, M. le curé Charles Roy, de Saint-Gérard, publie un recueil de ses principaux discours, qui est encore très intéressant à parcourir.

29 mars 1822 : Naissance à Sainte-Monique de Charles-Odilon Beauchemin, imprimeur et libraire, fils d’Antoine Picart, dit Beauchemin, cultivateur, et de Marguerite Fontaine. Il fait ses études au séminaire de Nicolet. Après un séjour chez John Lovell, imprimeur de Montréal, où il put perfectionner ses connaissances en reliure et s’initier aux diverses pratiques commerciales et il fonde la Maison Beauchemin. En 1864, il s’associe avec son beau-frère, le notaire Joseph-Moïse Valois, sous la raison sociale Beauchemin et Valois. Cette association dure 22 ans. En 1886, Valois s’étant retiré, Beauchemin s’adjoint son fils Joseph-Odilon. La maison est désormais connue sous le nom de Librairie C.-O. Beauchemin et fils. Il épousa Louise Valois, de Pointe-Claire, et ils eurent huit enfants. Décédé à Montréal, le 29 novembre 1887.

4 mai 1922 : Naît à Montréal Charles-Eugène Boucher de Boucherville, médecin, homme politique, deux fois premier ministre de la province de Québec, de 1874 à 1878 et en 1891 et 1892. Il pratique la médecine dans la région de Montréal jusqu’en 1860. Il est député à la Chambre d’assemblée du Canada-Uni de 1861 à 1867. Il devient premier ministre en 1874 à la suite de la démission de Gédéon Ouimet. Il remporte l’élection de 1875, mais est démis de ses fonctions le 8 mars 1878, dans un conflit avec le lieutenant-gouverneur Luc Letellier de Saint-Just. En 1879, il est nommé au Sénat du Canada, où il représente la division sénatoriale de Montarville jusqu’à sa mort. Il est élu de nouveau premier ministre le 21 décembre 1891. Il sert une année, mais démissionne le 13 décembre 1892. Il meurt à Montréal le 10 septembre 1915.

1823

20 janvier 1823 : Naissance à Berthierville de Jacques Grenier, maire de Montréal. Il fait ses études commerciales à Berthierville et entre au service d’un marchand de Sorel. En 1844, il déménage à Montréal, où il ouvre sa propre entreprise dans le domaine du commerce de gros. Il est élu conseiller du Quartier Est de 1857 à 1860, il occupe la fonction de conseiller du Quartier Saint-Jacques en 1872 et 1873 ; il sera l’échevin du même quartier de 1874 à 1889. En 1889, il remporte l’élection à la mairie de Montréal par acclamation. Il obtiendra deux mandats consécutifs avant d’être défait en 1881. Décédé le 5 mars 1909, à Montréal.

2 juin 1823 : Naît à Sainte-Rose-de-Lima (aujourd’hui secteur de Laval) Gédéon Ouimet,  avocat et homme politique. Élu député conservateur de la circonscription de Deux-Montagnes aux élections de 1867, réélu à celles de 1871 et de 1875. Procureur général dans le gouvernement de Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, deuxième premier ministre du Québec du 27 février 1873 au 22 septembre 1874.Il démissionne suite au scandale des Tanneries. Surintendant du Conseil de l’instruction publique en 1876, il favorise pour les garçons une éducation dispensée par des laïques alors que, chez les filles, elle sera prodiguée par des religieuses. Il est mort le 23 avril 1905 à Montréal.

23 juillet 1823 : Naît à Frazerville (Rivière-du-Loup) Alexandre-Antonin Taché, homme d’église, futur archevêque de St-Boniface. Son père Charles Taché est un marchand. Après des études au séminaire de Saint-Hyacinthe puis au grand Séminaire de Saint-Sulpice à Montréal, il entre au noviciat des Oblats à Longueuil. Le 2 octobre 1845, il devient membre de la congrégation des Oblats de Marie-Immaculée. Il évangélise les autochtones des missions de la Rivière-Rouge, entre autres, la mission de Saint-Jean-Baptiste de l’île à la Crosse. Il est nommé évêque par le pape Pie IX, le 14 juin 1850. Il est consacré le 23 novembre 1851, dans la cathédrale de Viviers, en France, sous le titre d’évêque d’Arath, in partibus, et coadjuteur de l’évêque de Saint-Boniface. De retour à la Rivière Rouge, le 27 juin 1852, il devient évêque de Saint-Boniface le 7 juin 1853. Le 22 septembre 1871, il est créé archevêque de Saint-Boniface. Il meurt le 22 juin 1894 à Saint-Boniface.

23 octobre 1823 : Naît à Montréal François-Maximilien Bibaud (il ajoute plus tard le prénom indien Uncas et utilisa à l’occasion le pseudonyme anagrammatique de Neilimixam Duabib), chroniqueur, avocat, professeur de droit, polygraphe. Fils de Michel Bibaud et d’Élizabeth Delisle. Il fait ses études classiques chez les sulpiciens au petit séminaire de Montréal. Il collabore aux Mélanges religieux de Montréal à titre de rédacteur adjoint et il publie de nombreux ouvrages juridiques. Il meurt à Montréal, le 9 juillet 1887.

1824

8 mars 1824 : Naît à Broughton, Lancashire, Angleterre, Frederic Newton Gisborne, pionnier du télégraphe, ingénieur et inventeur. Le 31 octobre 1850, il épouse à Halifax Alida Ellen Starr, et ils eurent deux enfants. Après le décès de sa première femme, il épouse en avril 1857 Henrietta Hernaman, et de ce mariage naquirent quatre enfants. Il étudie les mathématiques, le génie civil, la botanique. Il émigre au Canada en 1845, où il s’établit sur une ferme près de Saint-Eustache pendant un an. Il s’inscrit à un cours de télégraphie à Montréal. En 1847, la Compagnie du télégraphe de Montréal, lui offre de choisir lui-même son affectation. Il décide d’ouvrir le bureau de Québec. Il y fonde, en  1847, l’Association du télégraphe électrique de l’Amérique britannique du Nord.  Blessé d’un coup de feu alors qu’il faisait de l’exploration à Terre-Neuve,  il rentre en Angleterre en 1861, où il entreprend des recherches sur l’équipement du télégraphe, de signalisation et de navigation, et fit breveter des inventions très diverses.  Il est de retour en Nouvelle-Écosse en 1869 pour recueillir des renseignements à titre d’agent provincial des mines et minéraux. En 1883, il est nommé inspecteur le nouveau réseau télégraphique qui reliait Fort Qu’Appelle (Saskatchewan) à Edmonton et Calgary. Il apporte une contribution remarquable à la conception et à la promotion de divers câbles télégraphiques, dont le câble transatlantique, ainsi qu’à l’exploration et à la mise en valeur des gisements houillers du Cap-Breton. Il meurt le 30 août 1892 à Ottawa.

1 avril 1824 : Naissance de Mgr Louis-Zéphirin Moreau, évêque de Saint-Hyacinthe qui sera béatifié à Rome par le pape Jean-Paul II en 1987. Né à Bécancour en 1824, Moreau a été évêque de Saint-Hyacinthe de 1875 jusqu’à sa mort, en 1901.

4 août 1824 : Naît à Yamachiche, en Mauricie, Antoine Gérin-Lajoie, un des premiers romanciers canadiens, poète, avocat, publiciste. Il est l’auteur du roman canadien Jean Rivard, de l’étude Dix ans d’histoire du Canada et de la chanson populaire « Un Canadien errant » Il fait ses études classiques à Nicolet. En 1844, après un court voyage aux États-Unis, il se fixe à Montréal pour étudier le droit. En 1848, il est admis au barreau. En 1867, le gouvernement s’étant fixé à Ottawa, il vient y habiter. Il y écrit son important ouvrage sur l’établissement du gouvernement responsable Dix ans d’histoire du Canada (1840-1850). Il meurt à Ottawa le 7 août 1882. En 1979, Leonard Cohen enregistra une version de la chanson Un Canadien errant. En 2004, il reprend la mélodie pour y ajouter des paroles anglaises, formant ainsi la chanson intitulée The Faith.

1825

1825 (date exacte inconnue) : Naissance en Hollande d’Henri de Brie, père Trappiste (membre de la Trappe de Notre-Dame du Saint-Esprit), premier curé de Sainte-Justine (comté de Dorchester, aujourd’hui Bellechasse), prieur du monastère de la Trappe de Notre-Dame du Saint-Esprit. Probablement protestant puis converti au catholicisme. Il aurait été militaire français. Décédé en 1885.

24 février 1825 : Naît à Québec Jean-Docile Brousseau, libraire-imprimeur, éditeur, homme politique, homme d’affaires, fils de Jean-Baptiste Brousseau, charretier, et de Nathalie Doré. Le 14 juin 1859, il épouse Mary Martha Downes. Il fait ses études au petit séminaire de Québec. En 1855, on le nomme imprimeur officiel de l’archevêché de Québec. En 1857, on lui confie l’impression du Courrier du Canada, organe religieux de tendance ultramontaine. En politique, il est élu député au palier provincial et fédéral à plusieurs occasions. Il est élu maire de Québec le 3 mai 1880 pour deux ans. On lui doit l’amélioration du réseau d’aqueduc. Il meurt le 28 juillet 1908 à Québec des suites d’une attaque de paralysie.

11 mars 1825 : Naît Joseph Doutre, écrivain, journaliste, homme politique et avocat. Né à Beauharnois, il fréquente l’école paroissiale et le petit séminaire de Montréal. En 1843, il se lance dans le droit et il est reçu au barreau du Canada-Est en 1847. Il collabore pour le Ménestrel, l’Aurore des Canadas et les Mélanges religieux. Influencé par Eugène Sue, il publie en 1844 son roman Les Fiancés de 1812 qui est condamné et jugé immoral par le clergé. En 1846m il publie un récit de relation incestueuse qui s’inspire du René de Chateaubriant. Il se hisse à la tête de l’Institut canadien de Montréal en 1847. Il exige la suppression des dîmes et l’annexion du Canada aux États-Unis. En 1856, essayant de se faire élire au Conseil législatif dans Salaberry, il est battu par Louis Renaud. En 1863, il est défait par Alfred Pinsonneault comme candidat à l’Assemblée législative du Canada-Uni. Il fait fréquemment l’objet de critiques dans les lettres pastorales de l’évêque montréalais. Il meurt à Montréal le 3 février 1886.

13 avril 1825 : Naît à Carlingford en Irlande Thomas D’Arcy McGee, journaliste, un des pères de la Confédération. Il émigre aux États-Unis en 1843, où il trouve un travail dans un journal catholique de Boston. Il rentre en Irlande, mais il échappe du pays en raison de son implication dans le soulèvement armé de Tipperary en 1848. Il s’établit à New York et à Boston. En 1857, il part pour le Canada où il s’établit à Montréal. Il prône l’indépendance du Canada et ses sentiments anti-britanniques lui valent le support des Canadiens français. Il est élu au premier Parlement canadien en 1867. Le 7 avril 1868, il est assassiné à Ottawa par un terroriste. Voir la biographie de Thomas D’Arcy Mcgee.

1826

8 mars 1926 : Naît en Écosse William Notman, photographe et homme d’affaires. Né dans une famille aisée, il s’oriente vers les arts, entre dans l’entreprise de son père puis épouse Alice Merry Woodwark en juin de 1853. Il immigre à Montréal en 1856. Il ouvre son propre studio photographique en décembre de 1856. En 1858, lorsque le pont Victoria est construit, il reçoit sa première grande commande. Ses photographies et stéréogrammes produites tout au long de la construction lui assurent une renommée de par le monde. En 1860, la reine Victoria, satisfaite de son travail, le désigne pour être son photographe personnel. À l’époque, la photographie se développait surtout à travers l’art du portrait, et il ne manque pas de faire photographier de nombreuses personnalités canadiennes et américaines. Dans les années 1870, il est à lui seul en l’état de produire plus de quatorze mille négatifs. Dans la décennie 1880, ouvre une vingtaine de studios de photographie aux États-Unis et au Canada. Le musée McCord conserve aujourd’hui une partie de son œuvre.

23 juin 1826 : Naît à Gaspé John Lemesurier, marchand, homme politique, maire de la ville de Québec du 10 janvier 1868 au 29 novembre 1869. Fils de Charles LeMesurier, originaire de Jersey. Il fait ses études à Gaspé en de 1847 il devient marin. Après deux naufrages, il quitte le métier et déménage à Québec. Il décède en 1891 à Québec.

26 juin 1826 : Naît à Veyrier (Suisse) Louis-François Babel, prêtre, oblat de Marie-Immaculée, missionnaire catholique, linguiste, géographe et explorateur. Mort à Pointe-Bleue, le 1er mars 1912.

25 août 1826 : Naît à Québec sir Hector-Louis Langevin, avocat, journaliste, homme politique, fils de Jean Langevin et de Sophie Laforce. Le 10 janvier 1854, il épouse à Rivière-Ouelle, Marie-Justine Têtu, fille de Charles-Hilaire Têtu, et ils eurent neuf enfants, Il étudie le droit et est admis au barreau en 1850. Il est élu maire de Québec de 1858 à 1861. En 1857, il est rédacteur en chef du Courrier du Canada. La même année, il est élu député du parlement (conservateur). Il est solliciteur général (1864-1866), ministre des postes (1866-1867), secrétaire d’État pour le Canada (1867-1869), ministre des travaux publics (1869-1873). De 1872 à 1875, il est le directeur politique du journal Le Canadien. Il est l’auteur de Le Canada, ses institutions, ressources, produits, manufactures, etc. Il a aussi été le président de l’Institut canadien et de la Société Saint-Jean-Baptiste. Il a été ministre des Travaux publics du gouvernement fédéral. Il démissionne de ce poste, le 10 août 1891. L’édifice Langevin sur la Colline du Parlement est nommé en son honneur. Il meurt le 11 juin 1906.

1827

17 janvier 1827 : Naît à Saint-Jacques-de-l’Achigan (comté de Montcalm) Francis Cassidy, avocat, président de l’Institut canadien et de la Société Saint-Patrice de Montréal, membre du parlement provincial, maire de Montréal. Fils de parents irlandais, Francis Cassidy et Mary McPharlane, originaires du comté de Cavan, en Irlande décédé en fonction à Montréal le 14 juin 1873.

28 février 1827 : Naît à Montréal Édouard-Charles Fabre, le troisième évêque du diocèse catholique de Montréal. Issu d’une famille marchande, il fait ses études de lettres à Saint-Hyacinthe, il suit son cours de philosophie à Issy, en France, chez les Sulpiciens, où il reçoit la tonsure. Revenu à Montréal en 1846, il est ordonné prêtre, le 28 février 1850. Vicaire à Sorel, il est ensuite curé de l’église de Pointe-Claire. Le 1er avril 1873, il est élu coadjuteur de Montréal, avec le titre d’évêque de Gratianapolis. Il est promu archevêque le 8 juin 1886 et meurt le 30 décembre 1896, à Montréal. Ses funérailles ont lieu le 5 janvier 1897.

16 avril 1827 : Voit le jour à Québec Octave Crémazie, poète national du Québec. Baptisé sous les prénoms de Claude–Joseph-Olivier, c’est en souvenir de Mgr Plessis qu’il choisit le prénom d’Octave. Il fait ses études secondaires au séminaire de Québec, puis, en 1844, il ouvre une librairie ecclésiastique avec son frère Joseph. En 1847, il est co-fondateur de l’Institut canadien de Québec. En 1854, il publie dans le Journal de Québec son premier poème La Guerre d’Orient. L’année suivante paraît Sur les ruines de Sébastopol. Jusqu’en 1862, il écrit 25 poèmes dont Le Chant du vieux soldat canadien et Le Drapeau de Carillon. En 1862, après la faillite de la librairie, il immigre en France, sous le nom d’emprunt de Jules Fontaine. Il y meurt au Havre le 16 janvier 1879. Voir aussi sa biographie : Biographie d’Octave Crémazie.

21 octobre 1827 : Naît Charles Laberge, avocat, journaliste, militaire, homme politique. Né à Montréal, il fit ses études au collège Antoine-Girouard, fut admis au barreau du Canada-Est en 1854. Premier rédacteur en chef du journal Le Franco-Canadien qu’il avait fondé avec son ami Félix-Gabriel Marchand, puis occupa la direction de Le National. Élu à l’Assemblée législative du Canada-Uni en 1854, nommé solliciteur général pour le Canada-Est. Maire d’Iberville, lieutenant-colonel des volontaires dans l’armée. Il a écrit des contes (Conte populaire et autres). Décédé à Montréal le 3 août 1874.

21 octobre 1827 : Naît à l’Acadie Napoléon Bourassa, peintre, sculpteur, architecte, critique d’art et écrivain. Il étudie chez les sulpiciens au Collège de Montréal. En 1848, il fait un stage en droit mais choisit la peinture avec Théophile Hamel de 1850 à 1852. Il épouse Azélie Papineau, fille de Louis-Joseph Papineau. Il enseigne dans plusieurs établissements montréalais renommés, ensuite Il installe son atelier d’art à Montebello en Outaouais. Il fonde et dirige la Revue canadienne et il devient le vice-président de la société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Il construit la chapelle Notre-Dame de Lourdes de Montréal, la chapelle de l’Institut Nazareth, l‘église Sainte-Anne de Fall River, au Massachusetts. Vers la fin de sa vie, Bourassa s’efforce en vain de terminer l’immense composition que constitue la peinture intitulée Apothéose de Christophe Colomb amorcée depuis plus de 30 ans. En 1880, il fonde le musée des beaux-arts du Canada avec ses confrères artistes. Il meurt le 27 août 1916 à Lachenaie.

9 décembre 1827 : Naît à Stoneham, Owen Murphy, marchand, banquier, home politique, maire de Québec, agent d’insurances. Fils de Nicholas Murphy et Ellen O’Brien, immigrants irlandais, il est marchand et directeur de la Quebec Central Railway. En 1871, il est élu member du Conseil de la Ville de Québec. En 1874 il est élu maire de Québec et il exerce ses fonctions jusqu’en 1878. Il est élu député sous les bannières du parti libéral en 1890 et réélu en 1896. Il meurt le 4 octobre 1895 à Québec. Il épouse Elizabeth Loughry en 1857.

27 décembre 1827 : Naissance à La Malbaie de Pierre-Alexis Tremblay, arpenteur, journaliste, rédacteur en chef de la revue L’Éclaireur, homme politique, député indépendant, puis député libéral des circonscriptions de Chicoutimi-Saguenay et Charlevoix. Décédé le 4 janvier 1879.

1828

24 janvier 1828 : Naît Dominique Racine, le premier évêque de Chicoutimi, surnommé l’apôtre du Saguenay. Né à Saint-Ambroise-de-la-Jeune-Lorette1, aujourd’hui Loretteville, il est le fils de Michel Racine et de Louise Pépin. Il est ordonné prêtre à Québec le 24 septembre 1853. Il devient vicaire à Québec en 1858, il est nommé curé de Saint-Basile en 1859, de Saint-Patrice-de-la-Rivière-du-Loup en 1862 et vicaire-forain et curé de Chicoutimi. Il fonde en 1873 le Séminaire de Chicoutimi. Le pape Léon XIII le nomme évêque de Chicoutimi le 28 mai 1878. Il est sacré sous ce titre dans la basilique de Québec le 4 août 1879. Il meurt le 28 janvier 1888, à Chicoutimi.

27 janvier 1828 : Naît à Québec Jonathan Saxton Campbell Würtele, homme politique. Fils de Jonathan Würtele, marchand et seigneur de Rivière-David, et de Louisa Sophia Campbell, il suit des cours privés, continue ses études à la Quebec High School et à l’Université McGill. Il fait sa cléricature auprès de Jean Chabot. Il est admis au Barreau du Bas Canada le 6 août 1850. Il pratique le droit à Montréal de 1850 à 1852, puis occupe le poste d’agent de la Trust and Loan Company of Canada à Montréal jusqu’en 1856. Ensuite, il est commissaire des petites causes à Rivière-David, maire, commissaire d’école et président de la commission scolaire, juge de paix du comté de Yamaska. Il est enquêteur de la commission seigneuriale à Montréal de 1862 à 1866. Il obtient une licence en droit civil de l’Université McGill en 1870. Il est créé conseil en loi de la reine le 28 février 1873.Il est élu député libéral dans Yamaska en 1875 et sous la bannière conservatrice en 1878 et en 1881. Il est nommé trésorier provincial dans les cabinets Chapleau et Mousseau du 27 janvier 1882 au 23 janvier 1884, orateur (président) de l’Assemblée législative du 27 mars 1884 au 28 juin 1886. Commissaire de la codification des lois de la province de Québec en 1885 et en 1886. Il est nommé juge à la Cour supérieure du district d’Ottawa le 28 juin 1886. Il est promu juge en chef le 12 octobre 1892. Il est organisateur et directeur de plusieurs compagnies, dont le Crédit foncier franco-canadien, la Yamaska Navigation Company. Il est décédé à Montréal, le 24 avril 1904. Le 7 janvier 1854, il épouse à Montréal, Julia Nelson. Le 1er juin 1875, il épouse Sarah Braniff.

29 janvier 1828 : Naît à Terrebone Jean-Baptiste Lefebvre de Villemure, homme politique. Il est fils de Jean-Baptiste Lefebvre de Villemure, cultivateur, et de Marie-Amable Lemaître dit Auger. Il est reçu notaire le 14 juin 1851 et exerce sa profession à Saint-Jérôme. Il est maître de poste à Saint-Jérôme en 1861, secrétaire-trésorier de la Commission scolaire de Saint-Jérôme en 1869, marguillier de sa paroisse de 1863 à 1865, maire de Saint-Jérôme de 1874 à 1879, échevin de 1879 à 1881. Il est nommé conseiller législatif de la division des Mille-Isles le 3 juin 1880 et il démissionne le 4 mars 1882. Il est décédé à Saint-Jérôme, le 4 août 1885. Le 19 janvier 1852, il épouse Marguerite-Olive Testard de Montigny. Le 5 avril 1858, il épouse en secondes noces Marguerite Loupret.

7 mars 1828 : Naît Ézilda Papineau, la fille de Louis-Joseph Papineau, homme politique, et de Julie Bruneau. En 1836, Antoine Plamondon peint un tableau la représentant assise au piano auprès de sa mère. À la mort de sa soeur Azélie, en 1869, elle, qui est célibataire, vient en aide à son beau-frère, Napoléon Bourassa. Elle s’occupe de ses neveux et nièces et se charge plus particulièrement de l’éducation d’Henri Bourassa, à qui elle fait lire la Bible, de même que les oeuvres de Walter Scott et de James Fenimore Cooper. En 1871, au décès de son père, elle devient l’une des héritières de la seigneurie de La Petite-Nation. De 1884 jusqu’à sa mort, survenue le 24 janvier 1894, elle habite à Montebello, dans la maison érigée par Napoléon Bourassa.

13 septembre 1828 : Naissance à Châtillon-sur-Seine, Côte-d’Or, en France, d’Henri-Émile Chevalier. Il émigre au Canada en 1853 et il s’établit à Montréal, où il est admis à l’Institut canadien et où il fonde (en 1854) la Ruche littéraire et politique qui regroupe des libéraux anticléricaux sur le modèle des journaux louisianais. Il écrit de nombreux romans-feuilletons à prétentions historiques: l’Île de Sable (1854), l’Héroïne de Châteauguay (1858). Il quitte le Canada le 17 mars 1860. Décédé à Paris le 25 août 1879.

1829

10 juillet 1829 : Naît à Varennes Louis-Adélard Senécal, homme d’affaires et homme politique. I1 fait ses études à Varennes puis les continue à Burlington dans le Vermont. Il épouse Delphine Dansereau, en 1850, et le couple aura deux filles. En 1854, il crée avec son père et son beau-père la Senécal, Dansereau et Compagnie dont le but est le transport du grain sur le fleuve Saint-Laurent. En 1858, il fonde avec ses partenaires la Compagnie de navigation d’Yamaska. En 1862, il se lance dans la construction de bateaux. En 1866, il fonde la Compagnie des moulins à vapeur de Pierreville. Vers 1867, il est reconnu comme l’un des grands hommes d’affaires du Québec. Il est élu à l’Assemblée législative et à la Chambre des communes en 1868. Au début des années 1870, il se lance dans la construction de chemins de fer. En 1875, il reçoit le contrat de refaire le chemin de fer Sorel-Drummondville, appelé le Richelieu, Drummond et Arthabaska. Il est considéré l’un des spéculateurs peu scrupuleux les plus connus. Il devient l’un des hommes les plus puissants et les plus influents de la province. En janvier 1887, John A. Macdonald le nomme sénateur, mais est frappé de paralysie et meurt le 1er octobre 1887, à Montréal.

5 juin 1829 : Naissance de George Stephen, Lord Mount Stephen. Né à Dufftown, Écosse, Né dans une modeste famille de luthiers, il quitte l’école à l’age de 14 ans pour entrer à l’emploi d’un grossiste en étoffes. Il s’établit à Montréal en 1850 et devient homme d’affaires, pionnier du transport ferroviaire nord-américain, l’un des fondateurs de la compagnie de chemins de fer Canadien Pacifique et l’un des donateurs qui ont permis la construction de l’Hôpital Royal Victoria, président de la Banque de Montréal. Décédé en Écosse le 29 novembre 1921.

29 juin 1829 : Naît dans le canton de Hinchinbrooke sir William Hales Hingston, maire de Montréal de 1875 à 1877. Médecin, chirurgien, professeur. Fils du lieutenant-colonel Samuel James Hingston et d’Eleanor McGrath, le 16 septembre 1875, il épouse à Toronto Margaret Josephine Macdonald, fille de Donald Alexander Macdonald (Sandfield), lieutenant-gouverneur de l’Ontario, et le couple eut cinq enfants. Il est nommé sénateur du Canada en 1896. Décédé le 19 février 1907, à Montréal, inhumé le 21 suivant au cimetière de Notre-Dame-des-Neiges.

5 décembre 1829 : Naît à Épernay, en France, Henri-Gustave Joly de Lotbinière, avocat, sylviculteur, homme politiques, 4e premier ministre du Québec. Il est le fils de Pierre-Gustave Joly, négociant français d’origine suisse et de Julie-Christine Chartier de Lotbinière. Il étudie à Paris au collège St-Louis et à l’institut Monge. Il se marie le 6 mai 1856 avec Margaretta Josepha Gowen à Québec. Le couple aura onze enfants. Il est élu député de la circonscription de Lotbinière tant au fédéral qu’au provincial, en 1867. Il devient chef de l’opposition. En 1869, il est élu le premier chef du parti Libéral du Québec et il conservera cette position jusqu’en 1882. Il est réélu à plusieurs reprises. Son parti gagne les premières élections à l’Assemblée législative de la province de Québec. Il est nommé premier ministre de la province de Québec le 8 mars 1878. Il démissionne le 31 octobre 1879. Il démissionne comme député de Lotbinière le 25 novembre 1885. Il est ministre du Revenu Intérieur du 30 juin 1897 jusqu’au 21 juin 1900. Il est nommé lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique le 21 juin 1900 et occupe ce poste jusqu’au 25 mai 1906. Il meurt à Québec le 16 novembre 1908.

naissances quebec

Selon le lieu de sa naissance, l’homme vit bien, vit assez mal ou ne vit pas du tout. (Jean Bernard, médecin français. L’homme changé par l’homme). Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>