Légendes du monde

Rocher de Grand-Mère

Rocher de Grand-Mère

Légende du Rocher de Grand-Mère

Un grand chef amérindien vivait autrefois dans la région de la Maurice, sur les berges de la rivière Saint-Maurice.

Un jour, sa fille unique devient amoureuse d’un aventurier de la tribu. Le père accepte le mariage, mais il pose une condition: le jeune homme doit apporter au père de la fiancée un canot rempli de fourrures de qualité.

Le brave jeune homme part en voyage. Avant de partir, sur un rocher, situé au milieu des chutes, les amoureux se firent la promesse d’être fidèles quoi qu’il arrive. Puis le garçon partit pour sa grande chasse. Il n’en revint jamais.

La malheureuse fiancée guetta son retour toute sa vie. Devenue vieille, elle pria le Grand Esprit de laisser un signe d’adieu à son amoureux. Alors, au moment de son décès, un grand éclair frappa le rocher. L’éclair sculpta la figure de la vieille Amérindienne qui regardait toujours au loin.

Voilà pourquoi les Algonquiens nommaient cette chute Kokomis, c’est-à-dire «ta grand-mère» et voilé d’où vient le toponyme de la ville de Grand-Mère, fondée en 1898.

En 1916, ce rocher fut transporté dans un parc municipal, situé au cœur de la ville, entre la 5e et la 6e avenues, pour faire place à une centrale hydroélectrique. Si vous êtes de passage à Grand-Mère, il vous est possible d’admirer ce rocher, toujours en place.

étang

Étang, parc des Prairies

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>