Légendes du monde

Légende de Malobiannah

Légende de Malobiannah

Légende de Malobiannah

Voici une triste légende des Malécites ou Wolastogiyik comme s’appelle ce peuple qui habite au Nouvau-Brunsiwck, en Nouvelle-Écosse et au Québec depuis les temps immémoriaux.

Le peuple malécite vivait sur les berges du grand fleuve Woolastook (Bonne-Rivière, aujourd’hui, la rivière Saint-Jean du Nouveau-Brunswick) et de la rivière de Madawaska (Rivière du Porc-Épic). Une bourgade qui s’appelait Petit Sault, occupait une partie du territoire de ce qu’aujourd’hui est devenue la ville d’Edmunston, à l’embouchure de la Madawaska.

Une nuit, des centaines de guerriers iroquois envahirent le territoire malécite. Ils brûlèrent toutes les maisons du village de Petit Sault et tuèrent à plusieurs hommes et femmes. Ils capturèrent d’autres pour en faire leurs esclaves.

Les Iroquois obligèrent une jeune prisonnière du nom de Malobiannah, à leur servir de guide en aval vers Médotec, oû vivaient d’autres Malécites. Ils sont arrivés vers le fleuve Woolastook et à la nuit tombée, une flottille de canots d’écorce de bouleau liés ensemble s’est laissée emporter par le courant du Woolastook ou Bonne Rivière.

Fatigués, les guerriers s’endorment, à une cinquantaine de kilomètre du Petit Sault. Un bruit sourd éveille les guerriers, mais la jeune fille Malobiannah leur fait accroire qu’il s’agit de l’Aroostook, un autre cours qui se jette dans le fleuve avec un grand bruit.

Les guerriers se calment, oh, malheureux! Le grondement s’approche et s’amplifie. Finalement, ils s’aperçoivent avec l’horreur indescriptible des chutes Chickuenicgapiok ou Géant destructeur (aujourd’hui connues comme le Grand Sault). Les guerriers pagayent pour s’éloigner des chutes, mais, hélas, c’est trop tard!

Un puissant courant entraîne tous les canots et tous les guerriers dans un gouffre insondable. Semblables à d’immenses plumes d’aigles, les eaux tumultueuses du Grand Sault se fracassent sur les macabres rochers de granite et dévorent l’armée ennemie.

Tous ont péri, mais Malobriannah s’est transformé en un oiseau qui s’envola. Aujourd’hui, le peuple malécite se souvent de l’héroïne qui a donné sa vie pour la liberté et la survie des siens.

fleur jaune

« Peu m’importe qu’il soit blanc, noir, jaune ou indien. Il suffit qu’il soit un homme, il ne peut rien être de pire » (Mark Twain). Source de la photo : MagicPhotoDesign.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>