La légende du cheval noir de L’Islet

Il n’y a pas toujours eu d'église ici, à L’Islet, vous le savez; il n’y avait qu’une petite chapelle de bois rond. Les paroissiens se rendaient au Cap Saint-Ignace pour faire leurs Pâques, se marier, pour faire baptiser leurs enfants ou se faire enterrer.

La nouvelle courut, un bon jour, que les résidents auraient leur curé. Grande joie dans toute la paroisse! Mais, mon Dieu comme il fallait que le nouveau curé soit étoffé! Pas d'église, pas de maison pour lui. Mais il était l'humilité même, sans vanité et quel bon coeur, ce M. Panet, le premier curé. M. Panet était un saint homme, mais un vrai saint celui-là.

On avait décidé de bâtir l’église, et M. Panet se demandait comment faire charroyer la pierre nécessaire. Il veillait une nuit et pensait: « Les chevaux sont si rares et il n’y a pas de morte saison dans les travaux de la terre. Où en trouver? Cela l’empêchait de dormir. Tout à coup son nom fut prononcé dans la nuit. Ai-je la berlue? se demanda-t-il.

La même voix l’appela une seconde fois, une voix de femme, très doucement: François, François!

Effrayé, mais il se dit en lui-même, je suis en état de grâce. Je n,ai donc rien à craindre. Se redressant, il répondit: Au nom de Dieu, que me voulez-vous?

Une belle dame lui apparut, blanche et rayonnante: "Je suis Notre-Dame du Bon Secours, dit-elle. Ne crains rien et sois confiant! Demain, à ton réveil, tu trouveras un cheval devant ta porte. Tu t'en serviras pour charroyer la pierre de ton église. La seule précaution, c’est qu'il ne faut jamais le débrider. N'oublie pas!

La dame disparut, et le bon curé tomba endormi dans sa chaise. Il se réveilla en sursaut à l'aurore. C'était en mai 1768. Le soleil éclairait déjà sa chambre. L’apparition revint à sa mémoire, mais il crût qu'elle était rêve. S'agenouillant pour faire sa prière, le curé entendit le piaffement d’un cheval dehors. Regardant par la fenêtre, il vit attaché à l’épinette rouge devant sa porte, un magnifique cheval noir dont le poil luisait au soleil. Quelle surprise! Il se passa la main sur les yeux. Mais le cheval était encore là. Il sortit sur le pas de la porte et mit la main sur la crinière du cheval pour s'assurer. Le cheval frémit de la tête aux pieds.

Les ouvriers arrivèrent à cinq heures.

- "Mes amis , dit M. Panet, j'ai emprunté un cheval pour vous. Il paraît que c'est une bête peu commune. Il vous aidera à charroyer la pierre. On le dit chatouilleux. Faites-y attention! Il ne faut pas le débrider, jamais, vous entendez ? Autrement, il vous échapperait."

- Comment s’appelle-t-il votre cheval, M. le Curé, demande Germain-à-Fabien? Après un moment de réflexion, le curé répondit : Il s'appelle Charlot. Je te le confie, mon Germain!

- N'en soyez pas inquiet, M. le Curé.

On attela Charlot à un petit chariot à roues très basses, et l'ouvrage commença. Bien que le premier voyage de pierres fut assez gros, Charlot s'en allait comme s'il n'avait eu qu'une plume derrière lui. Le curé, les voyant arriver, leur cria de ne pas se gêner, de mettre lourde la charge. Le deuxième fut deux fois plus lourd; le troisième, trois fois. Ça n'était rien du tout pour Charlot. Mais le chariot n'était pas assez fort. Les hommes en firent un deux fois plus grand, et ils y entassèrent les pierres comme si elles avaient été du foin. Les roues craquaient. Mais Charlot semblait se moquer d'eux; il touchait à peine à terre en marchant.

- Quel cheval, mes enfants, que ce Charlot! Noir comme geai, pas un poil blanc, quatre pattes parfaites, et membré de fer, donc! Et une queue qu'il portait, une croupe superbe.

- Mais il y a donc toujours un mais - de mauvaise humeur, méchant de gueule. Il fallait y faire attention. Peu importe, puisqu’on n’avait pas à le débrider.

Germain ne laissait pas les autres approcher de son cheval. Mais un beau jour, il ne put pas venir. Il faisait baptiser. Charlot passa aux mains de Rigaud-à-Baptiste.

Rigaud était un fort travailleur, mais entêté et se croyant plus futé que les autres. Puis vantard! À l'entendre, il savait tout. Son cheval, il ne lui manquait que la parole; sa vache c’était une fontaine intarissable - le lait en était de la crème pure; ses cochons engraissaient seulement à se chauffer au soleil; son chien était plus fin que bien du monde; ses poules pondaient deux oeufs chaque jour, les dimanches comme la semaine; sa terre était si fertile que le seul soin nécessaire était pour la retenir; sa femme faisait les meilleurs crêpes; sa fille avait refusé tous les farauds des alentours ; elle attendait un avocat de la ville, qui devait toujours venir, mais n'arrivait jamais. Et dame! quel maquignon lui-même il était! La moitié d'un cheval, quoi!

Aujourd'hui, il avait sa chance. Charlot était à lui, son cheval. On l'entendait partout: "Hue donc par ici! Mon cheval! par là."

Germain l'avait bien avertit: "Surtout, ne vas pas le débrider." Mais Rigaud de répondre: "Ne t'inquiète pas, mon Germain! les chevaux, ça me connaît! Donc, Rigaud jubilait en charroyant de la pierre.

C'était en août: il faisait chaud. En traversant la rivière La Tortue, il arrête son cheval au milieu, et but deux fois dans le creux de sa main. Il siffla, mais Charlot ne voulait pas toucher à l'eau. – C'est curieux! qu'il pensa. Peut-être est-ce à cause de sa bride. Si je la lui ôtais. Qui a jamais vu un cheval boire avec sa bride! Ça prend un curé pour ne pas connaître les chevaux!"

Il lui passa la main dans la crinière, pour l'amadouer. Charlot en frémit. Et voilà la bride débouclée.

Pou…i-i-che…! Le cheval, flambant nu, partit à l’épouvante. Rigaud, lancé à quinze pieds en l'air, se ramassait dans le lit de la rivière. Revenant à lui, il aperçut le cheval qui filait comme le vent le long du chemin du roi.

M. Panet, le Curé, s'en revenait à ce moment chez lui, tête nue. comme c'était son habitude, quand il portait le bon Dieu à un malade. Il vit venir le cheval échappé, près du rocher où se dresse aujourd’hui le "monument" et tôt le reconnut. - Charlot lui-même! Mais allons donc, qu'est-ce qu'il est arrivé? Il fait un grand signe de croix pour l'arrêter.

Charlot se cabra, et, quittant le chemin, piqua droit au nord, vers le rocher qui surplombe le fleuve. Le rocher se fendit avec un coup de tonnerre. Des flammes lèchent le bord de la fissure, large de plusieurs pieds. Et le diable - car c'était lui – s'engouffra tout droit dans l'enfer, laissant derrière une odeur de souffre.

Depuis ce jour, il y a là une caverne, dans le rocher - "le trou du Diable" ou encore "la porte de l'enfer". Elle est taillée comme à la hache, dans le roc. Sa gueule noire, tournée au nord, défie les gros nordès qui sifflent sans fin, les nuits d'hiver.

Charlot était loin d'être fier de lui, après cette tâche imposée de force. Charroyer la pierre des églises n'a jamais été un plaisir pour lui. Il paraît qu'il en était à la dixième. Ce que les contribuables de Québec lui doivent une dette. Dame aussi! Il prit sa revanche contre les paroissiens de L'Islet.

Pendant des années, on ne put passer sans accident près de la caverne du rocher, surtout la nuit. Des chevaux de passage renâclaient d’épouvante. D'autres butaient et commençaient à boiter. Une "ménoire" de la voiture se cassait, ou le "bacul" ou le "porte-faix"; ou une roue s’enfonçait jusqu'au moyeu dans l'ornière. On y entendait quelquefois des hurlements, ou le cliquetis de chaînes en mouvement. Un animal sauvage - comme un loup - sortait de la caverne en vomissant des flammes. Les jeunes gens n'osaient plus se rendre de ce côté chez leurs blondes, le dimanche soir. Tout cela c'était la faute du beau Rigaud, qui avait débridé son cheval noir. Comme on lui en voulut! Tant et tant, qu'il ne put de ce jour jamais regarder un cheval noir en pleine face.

cheval noir

Cheval sauvage. Détail de l'oeuvre La Mère-Terre qui recrée la mythologie amérindienne. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Partager|