Laval

Sainte-Dorothée

Sainte-Dorothée

Sainte-Dorothée
Le Jardin de Montréal et le relais des voyageurs

Fondée à la pointe ouest de l’île en 1869, la paroisse Sainte-Dorothée demeure essentiellement rurale pendant un siècle environ. Cette paroisse, auparavant secteur de Saint-François-de-Sales, nommé Haut-Saint-Martin, partage certaines caractéristiques avec Saint-François, notamment une situation géographique qui la rend tributaire des activités économiques des paroisses voisines, surtout de la paroisse de Saint-Martin (dans cet esprit, le notaire André-Benjamin Papineau, installé aux limites ouest de Sainte-Dorothée, dessert les deux paroisses).

La fondation de Sainte-Dorothée ne fait pas l’unanimité. Les habitants de Sainte-Dorothée, rencontrant une opposition farouche aussi bien de la part des résidents de la paroisse de Sainte-Rose-de-Lima que de Saint-Martin dont ils cherchent à se détacher, devront la fondation de leur paroisse à leur seule ténacité.

En fait, la querelle affronte les adversaires pendant quatre ans et ne mène qu’à l’impasse. Le chanoine Hippolyte Moreau tranche alors : une nouvelle aire sacrée sera érigée. Après tout, les raisons invoquées pour la fondation de cette nouvelle paroisse sont les mêmes que pour les précédentes : l’éloignement de l’église qui compromet l’observance des devoirs religieux et la réception des sacrements.

Le développement de Sainte-Dorothée qui s’ensuit s’articule autour de la place publique, liée à l’église, et les chemins de montées qui la bordent. L’une des premières maisons est la maison des Laurin (652, rue Marcel-Gamache), érigée en 1850, 19 ans avant la fondation de la paroisse, à deux pas de ce qui allait devenir la place publique du village. Cette maison demeure l’un des premiers témoins du développement villageois.

Pendant l’été 1868, les paroissiens ramassent près de 2 500 $ pour la construction de l’église et du presbytère, tandis que le marguillier Félix Charron et les cultivateurs Louis Laurin, père et fils, font don des terrains pour le cimetière et la place publique, destinée à la criée et au remisage des voitures. En outre, un terrain est réservé à l’usage du curé, à l’ouest de la montée Gravel.

En 1893, une première rue est ouverte au sud et à l’est de la place publique, ce qui la rend désormais accessible en voiture de tous les côtés. Dès lors, la place sert à l’exhibition des étalons, mais seulement les jours ouvrables, sous peine d’une amende de « cinq piastres ».

Ensuite, un hameau se forme à la croisée de la côte Saint-Martin et de la montée Champagne. Ce secteur, connu désormais sous l’appellation de Sainte-Dorothée Est, est un lieu de convergence par excellence et sert de relais pour les voyageurs.

Ouvert en 1850 (avant le détachement de Sainte-Dorothée de Saint-Martin) Le Coin Flambant devient un carrefour important où l’« on s’arrêtait pour faire manger et ferrer les chevaux, réparer une voiture, faire quelques achats au magasin général, aller au bureau de poste et à l’auberge, naturellement, pour prendre un petit blanc à cinq sous » (Charlemagne Laurin, Sainte-Dorothée ; Cent ans de vie paroissiale).

Dès 1885, la municipalité procède au pavage de ses routes avec l’aide des propriétaires fonciers, tenus de fournir homme, cheval, voiture et outils, au prorata de leurs habitations, en plus d’installer des trottoirs de bois dans le village.

Pour assurer la santé publique, la paroisse met au service de sa population un dispensaire que dirige d’abord un médecin de Saint-Martin, le docteur Amédée Gaboury. Lors d’une épidémie de variole en 1902, on met sur pied un comité d’hygiène qui adopte de sévères mesures destinées à enrayer la contagion. Ainsi, les institutrices ne peuvent accepter en classe que les élèves vaccinés. Dans un geste de solidarité, on fournira des aliments aux familles frappées par la maladie.

Peu à peu, la production laitière, prédominante à Sainte-Dorothée en 1869, cède le pas à la culture maraîchère. Les maraîchers, qui écoulent leurs primeurs dans les grands marchés de la métropole, revendiquent des droits de péage réduits à l’entrée de Montréal et cherchent à devenir de plus en plus productifs. Au marché Bonsecours de Montréal, les légumes se vendent à prix fort, tant et si bien que, de 1920 à 1940, la production sous verre est multipliée par cinq. L’île Jésus et notamment Sainte-Dorothée, deviennent alors ce qu’on appellera à juste titre « le jardin de Montréal ».

C’est, d’ailleurs, à Sainte-Dorothée qui vit Midas Dion, avant-gardiste, le premier jardinier à développer la culture en couche chaude. M. Dion ouvre la voie à la production accélérée en préparant la terre et les semis, placés sous verre, pendant les giboulées de mars.

Plus tard, devant la mainmise des spéculateurs sur les terres agricoles et l’arrivée des supermarchés, les agriculteurs locaux se tourneront vers l’horticulture. En 1895, les agriculteurs se réunissent en coopérative et dès 1915, afin de répondre à la demande de produits non périssables, ils commencent à vendre leur manufacture de conserves spécialisée dans la tomate à la Dominion Canners.

Avant même l’arrivée de l’électricité au village, en 1924, la fabrique jouit d’une technologie moderne grâce à sa dynamo qui fournit le courant à deux grosses bouilloires. L’entreprise, sise rue de la Manufacture, devenue rue Renaud, fonctionnera encore pendant 12 ans avec ses 140 employés saisonniers, jusqu’à sa fermeture en 1927.

En 1903, on construira sur ce terrain la première école du village, devenue aujourd’hui l’école primaire Sainte-Dorothée.

Vers 1920, le village prend de l’expansion. Le long de la rue Principale apparaissent un hôtel, une forge, un moulin à scie et un magasin général logeant une succursale bancaire (mais cette dernière – succursale de la Banque d’Hochelaga, sera le théâtre de l’un feu le plus ravageur, le 21 juin 1929).

Au cours du XXe siècle, surviennent des transformations territoriales qui donnent lieu à un démembrement progressif des paroisses de l’île Jésus. Sainte-Dorothée reflète en cela l’ensemble des bouleversements que connaîtra l’île à l’échelle de son territoire. En effet, en 1915, avec la forte croissance de l’industrie récréo-touristique, la partie ouest de Sainte-Dorothée se détache pour devenir Laval-sur-le-Lac. La paroisse des Îles-Laval naîtra en 1941. La paroisse et le village fusionnant, la municipalité de Sainte-Dorothée deviendra finalement une ville en 1959, cédant une partie de son territoire à Laval-Ouest.

Contrairement à Saint-François-de-Sales qui conservera son emplacement aux abords des deux rivières, Sainte-Dorothée, délestée de ses parties nord et ouest, verra alors son accès à l’eau limité à la rivière des Prairies.

Rappelons finalement une légende qui entoure la chapelle de Sainte-Dorothée : La légende du Cheval blanc raconte l’histoire d’un diable de cheval qui, harnaché à son corps défendant pour déménager les pierres destinées à la chapelle du Sault-au-Récollet, alla s’engloutir, écumant de rage, dans la rivière. Après quoi, la dernière pierre de la chapelle demeure à jamais impossible à fixer en raison du mauvais sort jeté par cette noyade spectaculaire…

Sources :

  • Ville de Laval, quelques pages d’histoire
  • Charlemagne Laurin, Sainte-Dorothée ; Cent ans de vie paroissiale, cité dans Paroisses et Villages anciens de Ville de Laval, SHGIJ, vol. 5, 1996.
  • Paroisses et Villages anciens de Ville de Laval, SHGIJ, vol. 3, 1995.
  • Moulin de Saint-François-de-Sales ; Étude historique et archéologique, Ethnoscop, 1986.

ste dorothée

Rue principale en 1915. Source : C. Laurin, cent ans de vie paroissiale, Ville de Laval, quelques pages d’histoire

Garr de Ste-Dorothée

Garr de Ste-Dorothée

Gare ferroviaire de Sainte-Dorothée. Photo : GrandQuebec.com

gobeil et bord d'eau

Bord de l’Eau et Gobeil

Intersection des rues Chemin du Bord-de-l’Eau et Gobeil. Photo : GrandQuebec.com

Val Brillant

Bord de l’Eau et Val-Brillant

Chemin du Bord-de-l’Eau et rue Val-Brillant. Photo : GrandQuebec.com

paarc Jolyberg

Arbres au parc Jolibourg

Arbres au parc Jolibourg. Photo : GrandQuebec.com

jolibourg

Parc Jolibourg

Vue générale du parc Jolibourg de Ste-Dorothée. Photo : GrandQuebec.com

Anse au Griffon

Rue L’Anse-au-Griffon

Rue L’Anse-au-Griffon. Photo : GrandQuebec.com

club de golf

Cub de golf Islesmere

Club de golf Islemere, 1199 chemin du Bord-de-l’Eau. Photo : GrandQuebec.com

paradis

Paradis

Salle de réception Paradis. Photo : GrandQuebec.com

jolibourg

Place Jolibourg

Place Jolibourg. Photo : GrandQuebec.com

nenuphars

Avenue des Nénuphars

Avenue des Nénuphars. Photo : GrandQuebec.com

Nénuphars Bord de l'Eau

Avenue des Nénuphars, coin chemin du Bord-de-l’Eau

Coin de l’avenue des Nénuphars et Chemin du Bord-de-l’Eau. Photo : GrandQuebec.com

parc

Parc des Nénuphars

Parc des Nénuphars. Photo : GrandQuebec.com

ruisseau

Ruisseau du parc Nénuphars

Ruisseau au parc des Nénuphars. Photo : GrandQuebec.com

Sutton

Agence Sutton

Agence Sutton au coin de la rue Crevier et boulevard Samson. Photo : GrandQuebec.com

Jolibourg

Place Jolibourg

Une autre photo de Place Jolibourg. Photo : GrandQuebec.com

Val Brillant

Val Brillant

Rue Val-Brillant. Photo : GrandQuebec.com

rue jolibourg

Rue Jolibourg

Rue Jolibourg. Photo : GrandQuebec.com

rue Jeanne D'Arc

Rue Jeanne d’Arc

Rue Jeanne-d’Arc. Photo : GrandQuebec.com

Lecavalier

Terrasse Lecavalier

Terrasse Lecavalier. Photo : GrandQuebec.com

Mirabeau

Rue Mirabeau

Rue Mirabeau. Photo : GrandQuebec.com

Mirabeau

Mirabeau et Bord-de-l’Eau

Coin des rues Mirabeau et chemin Bord-de-l’Eau. Photo : GrandQuebec.com

rue Maurice

Rue Maurice

Rue Maurice. Photo : GrandQuebec.com

Samson et Maurice

Coin rue Maurice et boulevard Samson

Coin de la rue Maurice et du boulevard Samson. Photo : GrandQuebec.com

parc Sauvé

Axe du parc Sauvé

Parc Sauvé, piste cyclable. Photo : GrandQuebec.com

Yves Thériault

Bibliothéque Yves Thériault

Bibliothéque Yves_Thériault, 670, Rue de la Place Publique, Ste-Dorothée, Laval H7X 1G1. Photo : GrandQuebec.com

église Ste-Dorothée

Église de Ste-Dorothée

Église paroissiale de Ste-Dorothée. Photo : GrandQuebec.com

fontaine

Fontaine de Ste-Dorothée

Place Publique et parc Marcel Gamache avec sa fontaine. Photo : GrandQuebec.com

Marcel Gambache

Pierre monument à Marcel Gambache

Petit monument de Marcel Gamache au parc qui porte son nom. Photo : GrandQuebec.com

galerie

Galerie commerciale de Ste-Dorothée

Une galerie commerciale le long du chemin du Bord-de-l’Eau. Photo : GrandQuebec.com

maison des jeunes

Place, Maison des jeunes de Ste-Dorothée

Maison des jeunes de Sainte-Dorothée La Place. Photo : GrandQuebec.com

Manoir du Ruisseau

Manoir du Ruisseau

Manoir Du Ruisseau, au 400 Boulevard Samson. Photo : GrandQuebec.com

Gravel

Montée Gravel

Montée Gravel. Photo : GrandQuebec.com

parc sylvie

Parc Sylvie

Parc Sylvie. Photo : GrandQuebec.com

place commerciale

Place commerciale

Place commerciale. Photo : GrandQuebec.com

Station Ste-Dorothée

Station de pompiers de Ste-Dorothée

Photo : GrandQuebec.com

Bégonias

Résidence les Bégonias

Résidence pour personnes ainés Bégonias554, rue Les Bégonias, Laval (Québec) H7X 1H8. Photo : GrandQuebec.com

rue hotel de ville

Rue Hôtel-de-Ville

Une rue typique de Ste-Dorothée. Photo : GrandQuebec.com

ste dorothée

Rue de Ste-Dorothée

Un quartier paisible et très calme. Photo : GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>