Laval

Histoire de l’île Paton

Histoire de l’île Paton

Histoire de l'île Paton

Située dans la rivière des Prairies, l’île Paton offre un milieu de vie calme, en retrait de l’agitation des grands centres urbains. Mais sait-on que l’histoire de ce lieu si paisible a été ponctuée de rebondissements spectaculaires ?

Il n’existe aucun témoignage crédible ni trace tangible de la présence autochtone sur l’île Paton, de l’arrivée des premiers hommes dans la vallée du Saint-Laurent, il y a six mille ans, jusqu’aux écrits des explorateurs et des missionnaires du XVIIe siècle qui nous renseignent sur l’occupation autochtone de cette petite île.

Toutefois, le rivage accessible de l’île, ses terres giboyeuses, ses eaux calmes et poissonneuses, bref, sa configuration exceptionnelle en faisait sûrement une halte privilégiée par les Amérindiens.

Une terre d’accueil

Peu à peu, surtout au XVIIIe siècle, des colons français s’établissent sur l’île Jésus pour profiter de ces terres extrêmement fertiles et du mini-climat local propice à l’agriculture. Ils y construisent des fermes, cultivent les champs, élèvent des animaux. C’est ainsi que l’économie se développe et que les villages s’organisent, pendant que l’île Paton, grâce à sa proximité de l’île Jésus, accueille elle aussi quelques cultivateurs.

Coup de théâtre

Le 7 décembre 1880, Hugh Paton achète du cultivateur Arthur Brosseau une parcelle de terre communément appelée « l’île à Bourdeau ». Pour la somme de 2800$, Paton devient propriétaire de 60 arpents de terre, d’une maison en bois et d’une grange.

C’est à ce moment que chavire la vie paisible de la petite île. Le nouveau maître des lieux la rebaptise de son nom et la transforme en un site de villégiature. L’île Paton est désormais un domaine privé qui sera réservé aux parties de campagne de ce richissime héritier de 28 ans.

The Island

En 1884, Paton s’unit à Isabella Robertson, fille d’un notable écossais. Ensemble, ils entreprennent des travaux colossaux afin de transformer l’île Paton en un domaine enchanteur.

Un gigantesque manoir de 50 pièces, une serre, d’immenses écuries, un terrain de tennis, un vaste parcours de golf, ainsi que de magnifiques jardins sont aménagés sur le site. Ce lieu de plaisir et de tranquillité est couru par toute la bourgeoisie anglophone montréalaise, par plusieurs célébrités ainsi que par les membres du Montréal Hunt Club, qui y participent à des parties de chasse à courre grandioses.

Hugh Paton s’éteint en 1941, à l’âge de 88 ans. Comme il est décédé sans enfants, sa fortune revient à ses héritiers écossais. Son domaine de l’île Paton est vendu à la famille Berthiaume-Du Tremblay, alors propriétaire du journal La Presse, qui le conservera plusieurs années.

L'époque de la modernisation

Dès 1964, la modernisation de l’île commence avec la construction de deux nouveaux ponts. Elle se poursuit en 1965 avec l’érection de la première tour d’habitation. Mais c’est l’incendie du manoir Paton, le 29 mars 1966, qui marque véritablement la fin d’une époque. Tout comme l’île Jésus, l’île Paton quitte le monde rural et accède au monde urbain.

Aujourd’hui, cette petite île de la rivière des Prairies et devenue un lieu de résidence recherché et apprécié.

bras rivière des prairies

Un bras de la rivière des Prairies séparant l'île Paton de l'île Jésus. Photo : © GrandQuebec.com

avenue havre des îles

L'avenue Havre-des-Îles. Photo : © GrandQuebec.com

promenade des îles

Maisons résidentielles le long de la Promenade-des-Îles. Photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>