Laurentides

Pourvoirie Tibériade

Pourvoirie Tibériade

Pourvoirie Tibériade

La Pourvoirie Tibériade a été développée depuis 1976. Cette pourvoirie et la pourvoirie adjacente Jesmer, sont trente territoires exclusifs pour la chasse à l’orignal. Il s’agit d’un milieu relativement montagneux scindé par la rivière aux Némikachi qui descend du nord au sud, non sans vacarme, pour se jeter dans la rivière Bazin.

Un réseau naturel de lacs permet aux pêcheurs de s’offrir des séjours de pêche dans un environnement totalement vierge. On y pêche de la truite mouchetée et brochet, de belle taille de surcroît. La pêche à la truite réserve son lot de surprises : prendre des spécimens d’un kilo ou plus est un fait courant, même si aucun ensemencement n’a été fait dans ces lacs. La truite indigène est très vorace et les prises généralement sont très bonnes.

Les lieux sont très accidentés et procurent un refuge exceptionnel aux orignaux.

Pour des raisons de qualité d’habitat, la population d’orignaux sur le territoire de la pourvoirie Tibériade est de forte densité. La chasse se fait à la méthode traditionnelle, à pied par des sentiers. Des miradors sont érigés aux endroits stratégiques et des embarcations sont à la disposition des chasseurs.

Ce territoire abrite une diversité faunique fascinante et peu commune. L’ours noir, le lynx roux, le loup, le renard sont fréquemment aperçus sur l’ensemble du territoire. Le castor est omniprésent de même que la loutre et la martre d’Amérique. En se faisant discret en fin de journée, il est possible de les voir en action.

Pour les passionnés d’ornithologie, plusieurs espèces d’oiseaux sont présentes dont le majestueux pygargue à tête blanche. Au printemps, plusieurs lignées de canards s’arrêtent sur les lacs d’ici pour y mettre bas et les touristes se réveillent à coup sûr sous le chant des huards.

Bref, s’y rendre, c’est s’imprégner du rythme de la vie animale.

C’est la compagnie Air Mont-Laurier qui propose la chasse à l’orignal en territoire exclusif à sa pourvoirie Tibériade, où on trouve des camps prévus pour un séjour en plan européen. La chasse se prolonge durant trois semaines (fin septembre à mi-octobre) et les prix décroissent avec l’avancement de la saison. Les chasseurs à l’œuvre durant la dernière semaine paient moins cher tout en bénéficiant de très bonnes conditions.

Le taux de succès est excellent et plusieurs orignaux sont généralement récoltés, dont de beaux mâles.

Une dizaine de chalets entièrement équipés assurent à la clientèle un hébergement confortable et à la mesure de leurs attentes. Un réseau de sentiers permet d’atteindre les lacs adjacents où des miradors ont été installés à des emplacements stratégiques. Des embarcations sont aussi mises à la disposition des chasseurs et des pêcheurs aux endroits requis.

Pour en apprendre plus, consultez le site Web officiel de la pourvoirie Tibériade : www.airmontlaurier.com

reservoir gouin

Réservoir Gouin, lac du Mâle. Source de la photographie : Airmontlaurier

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>