Laurentides

Pourvoirie Jesmer

Pourvoirie Jesmer

Pourvoirie Jesmer

Située au sud du chemin de Clova, à mi-chemin entre ce patelin et la municipalité de Parent, développé et mis en disposition du public dans les années 1950, le territoire de la Pourvoirie Jesmer constitue l’un des espaces naturels où la qualité de la pêche à la truite et de la chasse à l’orignal est phénoménale.

Il s’agit d’un milieu relativement montagneux qui est scindé par la rivière aux Bleuets. Cette rivière descend du nord au sud, non sans vacarme, pour se jeter dans la rivière Bazin qui délimite les secteurs sud du Jesmer.

La rivière aux Bleuets a reçu son nom du fait que les premiers colons, défrichant les terres le long de ce cours d’eau, se débarrassaient des souches et des branchages inutiles en faisant un feu d'abattis. Or, après le passage du feu, les plants de bleuets sont parmi les premiers végétaux à recoloniser le sol. Les pionniers employant l'expression du temps : aller aux bleuets pour désigner la cueillette de ce fruit, ce nom est passé à l'usage pour désigner la rivière. Le terme demeura et cette appellation est maintenant reconnue par la Commission de toponymie du Québec.

À l’ouest de la rivière aux Bleuets on pêche de la truite mouchetée alors qu’à l’est, on pêche essentiellement du brochet du nord, de belle taille de surcroît. Aucun ensemencement n’a été fait dans ces lacs. La truite indigène est vorace et prendre des spécimens plus gros d’un kilo est un fait courant. Cependant, il ne s’agit pas de la moyenne des prises.

D’ailleurs, depuis quelques millénaires, des familles de brochets du Nord ont élu domicile aux deux lacs Dorothy. Ces poissons sont ici d’une taille énorme. En effet, une prise de cinq kilos est chose commune et des brochets de douze kilos furent même pris, particulièrement au lac Grand Dorothy et au lac Treb. On dit que les familles de canards ne font pas longue vie sur ces lacs…

La pourvoirie Jesmer est un habitat idéal pour les orignaux, alors la population d’orignaux sur l’ensemble de ce territoire est de forte densité. La chasse se fait à la méthode traditionnelle, à pied par des sentiers. Des miradors sont érigés aux endroits stratégiques et des embarcations sont à la disposition des chasseurs.

Plusieurs autres espèces ont choisi ce territoire comme leur habitat : l’ours noir, le loup, le renard et le lynx roux y sont fréquemment aperçus. Le castor y est omniprésent, de même que la loutre et la martre d’Amérique. En se faisant discret en fin de journée, il est possible de les voir en action.

Pour les passionnés d’ornithologie, plusieurs espèces d’oiseaux sont présentes dont le majestueux pygargue à tête blanche qui survole souvent le territoire Jesmer.

Au printemps, plusieurs lignées de canards s’arrêtent sur ces lacs pour y mettre bas et vous vous réveillerez à coup sûr sous le chant des huards.

Ce territoire demeure sauvage. Dans le passé, quelques coupes forestières ont été effectuées dans la portion sud de la pourvoirie, mais cela a été fait avec soin en termes de superficie et de préservation de la régénération et du couvert résiduel. L’essentiel du territoire est donc demeuré recouvert d’une belle forêt mixte naturelle convenant parfaitement aux besoins des animaux.

La compagnie Air Mont-Laurier dessert ces vastes étendues de terre. Depuis l’acquisition des hydravions de la compagnie Cargair, la flotte d’appareils du transporteur aérien Air Mont-Laurier, avec l’hydrobase à Rivière-Rouge (Sainte-Véronique) compte une dizaine d’appareils. Tous les avions, sans exception, sont dans un état irréprochable. Cette entreprise possède non seulement le territoire Jesmer, mais aussi les pourvoiries Tibériade, Les As de Parent, Lac du Mâle et Cargair.

Le trajet de Montréal à Rivière-Rouge prend environ une heure trente. Plus, il faut compter une demi-heure ou plus de vol jusqu’au site de chasse. Atteindre un aussi beau territoire de chasse si reculé en moins de deux heures et demie, et ce sans risquer de briser son véhicule, constitue vraiment un des avantages à considérer lorsqu’on jongle avec l’idée de faire affaire avec un transporteur aérien.

Le territoire de la pourvoirie Tibériade est jumelé au territoire de Jesmer et on y trouve sur l’ensemble des deux pourvoiries pas moins de trente zones de chasse avec camps prévus pour un séjour en plan européen. La chasse se prolonge durant trois semaines – fin septembre à mi-octobre – et les prix décroissent avec l’avancement de la saison. Les chasseurs à l’œuvre durant la dernière semaine paient moins cher tout en bénéficiant de très bonnes conditions. Le taux de succès a été excellent et plusieurs orignaux sont récoltés, dont quelques beaux mâles.

lac grand dorothy

Lac Grand-Dorothy. Source de la photographie : Pourvoiries du Québec

Pour plus de détails :

Site Web de la pourvoirie Jesmer : Airmontlaurier.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>