Laurentides

Gare de Nominingue

Gare de Nominingue

Gare de Nominingue

La gare de Nominingue, un village paisible et beau, est un lieu patrimonial géré par le Comité des gares de Nominingue Inc., organisme à but non lucratif, dont l’objectif est d’organiser des activités pour donner à cette gare historique sa vocation d’antan, soit de rassembler les gens, de promouvoir des activités culturelles et récréatives, d’être un centre d’information du patrimoine local, ainsi que d’être un centre d’exposition pour les artistes et artisans régionaux.

Autrefois, la gare de Nominingue avait une fonction sociale importante: pour régulariser le service, elle se devait d’avoir l’heure juste, ainsi, les villageois réglaient souvent leur horloge sur l’heure du passage du train. Toute la communauté se rassemble à la gare pour les visiteurs, la poste, les colis, la marchandise.

C’est une construction de style cottage orné; c’est un bâti rectangulaire avec oriel, un toit en croupe aux rebords larges dont l’avant-toit existe seulement du côté de la voie, supporté par des consoles. La gare comporte trois salles, soit le bureau d’informations touristiques, la salle du patrimoine et la salle d’exposition.

Le bureau touristique, qui est sous la responsabilité de la municipalité de Nominingue, loge dans l’ancienne salle des bagages. C’est le lieu où l’on peut prendre les informations pour ses voyages à travers le territoire du Québec, les endroits où l’on peut dormir, se restaurer et faire des activités de tous genres dans les Laurentides et dans la municipalité de Nominingue.

La salle du patrimoine est sise dans l’ancien bureau du chef de gare. Elle abrite une collection d’objets ayant servis aux opérations ferroviaires du chemin de fer Canadien Pacifique. Une collection de près de 2000 photos anciennes de Nominingue s’y trouve, récupérées, restaurées et numérisées par le Comité des gares. Ces photos sont exposées dans des albums accessibles à tous les visiteurs. Des reproductions sont disponibles en format photo (4”X6”, 5”X7”, 8”X10”), sur CD Rom et sur DVD à des prix très abordables.

La salle d’exposition de la gare, ancienne salle des pas perdus, sert de lieu d’exposition de vente de nombreux artistes de la région. Au fait, le Comité des gares établit un roulement d’exposition de deux à trois artistes par semaine, pendant les semaines les plus achalandées, soit de la mi-juin au début septembre. Pour l’expo-vente de Noël qui se tient toujours la dernière fin de semaine de novembre et la première de décembre, les trois salles de la gare accueillent une quinzaine d’artistes.

Notons que le chemin de fer a atteint ses heures de gloire dans les années 1920 à 1940. À partir des années 1950, c’est son déclin avec l’amélioration du réseau routier et la concurrence des autres moyens de transport. En 1965, la gare de Nominingue qui constate de baisses dans les recettes de la gare depuis des années déjà, apporte un déficit de l’ordre de 5,000 dollars. La diminution provient du fait que le transport du bois de pulpe, anciennement effectué par rail, ait été détourné vers les camions graduellement et aussi à cause du changement de mode de chauffage de quelques institutions qui se sont modernisées.

En novembre 1981, finalement, malgré la désapprobation de la population, le Canadien Pacifique interrompt le service de chemin de fer sur cette ligne plus que centenaire. À la suite de l’arrêt des trains, la gare est placardée et abandonnée. Lors des festivités du centenaire de Nominingue, ses résidents veulent enjoliver le village, alors Madame Rita Croisetière, présidente du comité d’embellissement, fait une demande au C.P.Rail pour reprendre et enjoliver la gare. Contre toute attente, la compagnie requiert que la gare soit enlevée ou démolie. C’est ainsi qu’en 1983 la Chambre de Commerce de Nominingue et le conseil municipal font acquisition de la gare de Nominingue. Pour sauver le bâtiment de la démolition, elle est déménagée au parc Hervé Desjardins par Michel Latreille. Là-bas, elle sert pendant une quinzaine d’années de chalet d’accueil pour les différentes activités du parc. Elle sert aussi comme local pour l’organisme « Les Papillons ».

Le 5 septembre 1997, à l’initiative du maire, monsieur Rosaire Sénécal, la municipalité de Nominingue invite les citoyens à relever le défi et à participer au projet de sauvegarde, de restauration et de mise en valeur des gares d’origine des Laurentides. Le 1er octobre 1998 la gare est ramenée sur son site d’origine par la firme Normand Fallon Inc. sur des fondations érigées par « Construction Michel Latreille enr. » Le déplacement a pris 5 jours.

Ainsi, la gare a été sauvegardée. Elle est vernie, peinte et maintenue par des bénévoles qui ont construit le quai, les escaliers, rampes d’accès, boîtes à fleurs et panneaux décoratifs. Les employés de la municipalité et ses mandataires se sont chargés des divers travaux d’électricité, plomberie, fosse septique, champ d’épuration, aménagement du terrain, dalles de béton, réparation des fenêtres, porte de cave, isolation du sous-sol, chauffage, cheminée, stationnement, clôture, tables…

Aujourd’hui la gare de Nominingue reçoit des visiteurs qui demandent des informations touristiques, qui s’intéressent au patrimoine, car un grand nombre de photographies historiques sont exposées dans des albums, à la documentation, aux livres, aux vidéos, aux diaporamas… Des visiteurs viennent également visiter les différentes expositions d’artistes de chez-nous et d’ailleurs dans la grande salle, tout au long de la saison estivale.

(D’après Thérèse Gobeil Larivière, 2007 et le site Web municipalitenominingue.qc.ca/gare/histoire).

Coordonnées du Comité des gares :

Gare de Nominingue, la flore des Laurentides

Téléphone : 819 278-3384 poste 240

Pour un aperçu des expositions, des photos et pour en apprendre plus sur la Gare de Nominingue: www.municipalitenominingue.qc.ca/gare/histoire.html

gare_nominingue

Gare de Nominingue vers les années 1920. Photo de l’époque

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Jean Luc Vachet

    2011/12/21 at 4:46

    Au sujet de la gare de Nominingue, elle a fermé ses portes
    pour cause de non rentabilité le 15 octobre 1965. Le dernier
    agent a été un natif de ce village, chose très rare dans ce domaine. Il s’agit de jean luc vachet alors connu sous le patronyme de Lefebvre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>