La guerre et le Québec

Formation du CSAC

Formation du CSAC

Les Canadiens se préparent à entrer en Corée

Les premières opérations de la Marine Royale Canadienne en Corée datent du juillet 1950, mais ce n’étaient que des opérations de transport des troupes de l’ONU attaquées en permanence par l’ennemi.

Ce le  7 août 1950 que le gouvernement canadien ordonne l’établissement du Continent spécial de l'Armée canadienne – CSAC, dont les membres devaient être en mesure de s'acquitter des obligations du Canada en vertu des dispositions de la Charte des Nations Unies. Les unités du CSAC sont également connues sous l’appellation de la 25e Brigade d’infanterie canadienne.

Le 8 août 1950, le brigadier J.M. Rockingham sorte de la retraite pour devenir le commandant de la Brigade d'infanterie canadienne mise au service des Nations Unies. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le brigadier Rockingham avait commandé la 9e Brigade d'infanterie canadienne.

Le CSAC est constitué et commence l’entraînement dans le cadre de l'armée régulière et les volontaires s'enrôlent comme règle pour une période de 18 mois, cependant, cette période est parfois plus longue, selon certaines conditions du service. Plus tard, cette politique fut changée et un système de roulement fut adopté. Des unités de la force active partirent pour la Corée. Au Canada, les volontaires recrutés parmi les anciens combattants de Corée de retour au pays les remplaçaient.

Pour le moment, jusqu’en novembre, en Corée n’y a pas des soldats canadiens, à l’exception des marins et des aviateurs qui assurent le transport des troupes de l’ONU loin des combats.

À la mi-septembre 1950, les forces des Nations Unies, composées principalement par les effectifs de la 10e armée américaine, sont confinées dans le « périmètre de Pusan », un petit territoire isolé et encerclé, résistant héroïquement aux assauts soutenus, mais tout semble destiné à finir mal, lorsqu'une attaque amphibie audacieuse est lancée à Inchon.

C’est le 10e Corps américain qui débarqua le 15 septembre et avance vers la capitale Séoul qui est libéré le 26 septembre. À la fin de la première semaine d'octobre, les alliés repoussent l'ennemi en déroute au-delà du 38e parallèle et prennent Pyongyang, la capitale nord-coréenne, se dirigeant vers le fleuve Yalu, frontière naturelle entre la Corée et la Chine.

Tout le monde pense que la guerre sera finie bientôt. Alors le Canada décide de limiter la participation canadienne à un seul bataillon plutôt symbolique affecté aux fonctions d'occupation. Les autres unités du CSAC continueraient d'être entraînées à Fort Lewis  près de Washington. ( Une grande tragédie survient à la suite d’un accident, lorsqu'un train transportant les effectifs du 2e régiment de la Royal Canadian Horse Artillery, entre en collision frontale avec un autre train le 21 novembre 1950, tuant dix-sept soldats canadiens avant qu’ils puissent entrer en action ).

On choisit pour servir en Corée, le 2e bataillon du Princess Patricia's Canadian light Infantry, sous le commandement du lieutenant-colonel J.R. Stone. Le 25 novembre, les Patricias s'embarquent pour la Corée avec un effectif de 927 hommes.

On avait prévu que le bataillon (qui n'avait encore suivi aucun entraînement poussé sérieux) serait prêt au combat vers le 15 mars 1951. Mais à la guerre, comme à la guerre. Ce bataillon se rend au front  à la mi-février. Les premiers Canadiens tombent en combat du 22 février 1951, mais on parlera de la situation dans l’article

Voici les premières unités du Contingent Spécial de l’Armée Canadienne :

  • Bataillon #2 du Royal Canadian Regiment,
  • Bataillon #2 du Princess Patricia's Canadian Light Infantry,
  • Bataillon #2 du Royal 22e Régiment,
  • L'escadron « C » du Lord Strathcona's Horse – Royal Canadians,
  • Le 2e régiment de campagne du Royal Canadian Horse Artillery,
  • Le 57e escadron de campagne du Génie royal canadien,
  • L'escadron des transmissions de la 25e Brigade d'infanterie canadienne,
  • La 54e compagnie de transport de l'Intendance royale canadienne,
  • La 25e ambulance de campagne du Service de santé royal canadien.

(Note : on a mentionné dans l'article Début de la guerre de Corée les destroyers Cayuga, Athabaskan et Sioux qui sont envoyés dans les eaux coréennes et placés sous les ordres de Nations Unies en juillet 1950, ainsi que l’escadron no 426).

guerre en corée

Ce monument est situé au centre-ville d’Ottawa. Il commémore le service de plus de 30 000 Canadiens engagés dans la guerre de Corée de 1950 à 1953, et dans le maintien de la paix jusqu’en 1957. Les noms de 516 Canadiens courageux qui ont donné leur vie pour la paix et la liberté y sont inscrits. Le monument représente un soldat canadien volontaire et deux enfants coréens. La fillette porte un bouquet de feuilles d’érable, symbolisant le Canada, et le garçon, un bouquet de feuilles d’érable et d’althéas, la fleur nationale de la Corée. Un monument identique se trouve au cimetière commémoratif des Nations Unies, à Busan, en Corée, où sont enterrés 378 Canadiens. Ce monument a été conçu par un ancien combattant canadien de la guerre de Corée, Vincent R. Courtenay. Il a été réalisé par l’artiste coréen Yoo, Young Mun en 2002. Photo : © GrandQuebec

Pour en apprendre plus :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>