La guerre et le Québec

Le prince François-Ferdinand assassiné

Le prince François-Ferdinand assassiné

Le prince François-Ferdinand assassiné

L’archiduc François-Ferdinand, héritier présomptif du trône d’Autriche-Hongrie, et sa femme, la duchesse de Hohenberg, ont été assassinés à Sarajevo, en Bosnie

Un nouveau drame assombrit le règne de François-Joseph

Le 28 juin 1914, l’héritier du trône d’Autriche-Hongrie, l’archiduc François-Ferdinand, et son épouse morganatique, la duchesse de Hohenberg, ont été assassinés alors qu’ils passaient dans les rues de Sarajevo, capitale de la Bosnie. C’est un jeune étudiant serbe du nom de Gavrilo Princip qui a commis les deux crimes et a, aussi, ajouté une nouvelle tragédie à la longue liste de celles qui ont assombri le règne de l’empereur François-Joseph.

L’archiduc et la duchesse étaient à faire leur visite annuelle dans les provinces annexées de Bosnie et d’Herzégovine.

Une bombe fut d’abord lancée sur l’automobile portant les illustres visiteurs vers l’hôtel municipal. Mais l’archiduc, qui savait qu’une tentative d’assassinant était à craindre, avait l’œil ouvert, et il put éviter le projectile.

L’archiduc a reçu une balle en pleine figure, et la duchesse a été frappée à l’abdomen et à la gorge. A peine les deux blessés étaient-ils arrivés au palais, qu’il devint évident que leurs blessures étaient mortelles.

Les deux assaillants n’avaient pas voulu manquer leur coup; l’un était armé d’un pistolet, et l’autre tenait cachée sous habit une bombe.

La bombe fut lancée contre l’automobile de l’archiduc, mais François-Ferdinand avait eu le temps d’apercevoir le mouvement et étendant le bras, il fit dévier la bombe de la direction dans laquelle elle avait été lancée.

Elle fit explosion à quelques mètres de l’automobile et blessa légèrement deux aides de camp, le comte de Boos-Waldeck et le colonel Merizzo.

C’est donc en revenant de la réception, que l’archiduc et la duchesse furent assassinés. Comme l’automobile passait devant la foule, un étudiant, Gavrilo Princip, sortit de la foule et tira plusieurs coups de feu sur l’archiduc et la duchesse. Tous deux tombèrent mortellement blessés.

Princip et un autre individu, un nommé Chabrinovich, de Tessinie, ont failli être lynchés par la foule, mais la police eut le temps de les arrêter. Tous deux sont nés dans l’Herzégovine.

Émoi en Europe

L’assassinat du prince héritier François-Ferdinand a jeté la consternation dans le monde politique, la situation qui fut créée par la mort tragique de l’archiduc Rodolphe se répète.

L’archiduc François-Ferdinand dès il devint l’héritier présomptif du trône d’Autriche-Hongrie, s’était toujours tenu en contact avec le monde parlementaire et il ne le cédait, en influence, qu’à l’empereur François-Joseph.

L’archiduc avait formellement renoncé, au nom de ses enfants, au droit à la couronne. Or, les lois hongroises ne reconnaissent pas une telle disqualification, et advenant la division de la monarchie dualiste, le fils de François-Ferdinand pourrait aspirer au trône.

La mort de cet homme jettera tout le fardeau du gouvernement sur le vieux monarque François-Joseph, dans un moment où il est impossible de prédire quel résultat aura la disparition tragique du malheureux prince.

L’archiduc François-Ferdinand était une haute personnalité dont l’influence était presque sans borne, dans les milieux militaires. Il était doué d’une énergie à toute épreuve et il comptait sur l’appui d’une grande partie du clergé. Il ne voulait pas la séparation de l’Autriche et de la Hongrie. Il était favorable au projet de rendre au pape son pouvoir temporel et c’est ce qui avait grandement contribué à soulever contre lui des haines en Italie.

Par cette attitude, il mettait en péril l’alliance italienne. Pour contrebalancer l’influence hongroise, François-Ferdinand songeait, assure-t-on, à une alliance avec les races slaves du nord. En tout cas, ce qui est certain, c’est qu’il voulait à tout pris augmenter l’influence de l’Autriche dans les Balkans. Ainsi s’explique l’hostilité de la Serbie.

Cet incident a servi de détonateur à la première Grande guerre, puisqu’un mois plus tard, l’Autriche-Hongrie déclarait la guerre à la Serbie, qui fit appel à la Russie pour combattre ses adversaires. Le 1er août, l’Allemagne et la Russie étaient en guerre, et les 3 et 4 août 1914, l’Allemagne s’attaquait à la France, puis, à la Belgique.

Enfin, on notera que le Traité de Versailles mettant officiellement fin à la guerre fut signé le 28 juin 1919, soit cinq ans jour pour jour après l’incident se Sarajevo. On peut résumer le traité de Versailles de manière suivante : L’Allemagne cède l’Alsace et la Lorraine à la France, ainsi que Moresnet, Eupen et Malmedy à Belgique. La Saar est placée sous administration internationale pour 15 ans. Posen et la Prusse occidentale passent à la Pologne, tandis que Memel et les colonies allemandes passent aux Alliés. Danzig devient un Etat libre, et Schleswig décidera de sa nationalité par plébiscite. L’Allemagne payera des réparations et accepte que le kaiser soit traduit devant les tribunaux.

Mémrial soldats canadiens tombés

Mémorial en l’honneur du 48e régiment des Highlanders, à Toronto: Hill 70, Passchendaele, Amiens, Drocourt-Queant, Canal du Nord, débarqument en Sicilie, Assopo, Campobasso, Optona, Liri Valley, Ligne Hitler, Ligne Gothique, Ligne Rimini, Passage de Lamone, Apeldoorn. Photo de GrandQuebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *