La guerre et le Québec

Premier combat en Corée

Premier combat en Corée

 Premier combat des Canadiens en Corée

Le 2e bataillon du Princess Patricia’s Canadian light Infantry, composé de 927 hommes, avec le lieutenant-colonel J.R. Stone à la tête, s’embarque pour la Corée le 25 novembre 1950.

On supposait que le bataillon serait prêt d’aller au combat vers le mi-mars 1951. Mais la situation devient tellement grave que les Patricias doivent se rendre au front au mi-février et c’est le 22 février qu’ils souffrent  ses premières pertes dans les collines de la Corée.

Le bataillon quitte Seattle pour la Corée, le 25 novembre 1950 et tout semble calme, la guerre est presque finie. Lorsque les Canadiens débarquèrent à Yokohama au mi-décembre, la situation avait changé parce que le 26 novembre, les Chinois lancèrent une contre-attaque massive de six armées qui obligea les Nations Unies à battre en retraite.

C’est dans une véritable atmosphère de désastre que le 2e bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry arrive en Corée. La rapidité avec laquelle le bataillon pouvait passer à l’action, est le facteur de première importance et le bataillon entreprend un entraînement intensif à Miryang, près de Taegu.

En janvier 1951, les troupes chinoises lancent une nouvelle offensive générale et une nouvelle retraite générale des alliées s’ensuit. Séoul retombe aux mains des communistes le 4 janvier 1951.

C’est dans ces conditions d’extrême gravité qu’à la mi-février 1951, le 2e bataillon du PPCLI entre en action, attaché au commandement de la 27e Brigade d’infanterie du Commonwealth britannique.

La 27e brigade se composait de deux bataillons britanniques et d’un bataillon australien. L’artillerie de soutien appartenait au régiment de campagne néo-zélandais. Les soins médicaux étaient assurés par la 60e Indian Field Ambulance. Les Patricias venaient compléter cette unité internationale.

Au moment d’arriver les Canadiens, les Nations Unies déclanchent sa seconde offensive générale vers le 38e parallèle.

Les Patricias partagent la tête de pointe de la brigade avec les Britanniques du Argyll et commencent, le 21 février, à remonter la vallée qui s’étende vers le nord à partir du village de Sangsok. La résistance ennemie est inexistante, et les Canadiens avancent bien sous la pluie, mêlée de neige jusqu’au moment que la compagnie « D » prend contact avec l’ennemi.

Un premier combat commence. Le 22 février, la compagnie « C » connaît les premières pertes : quatre Canadiens sont morts et un est  blessé  lorsqu’une attaque est lancée sur la cote 444.

Vers 21 mars, toutefois, la brigade a avancé 25 kilomètres sur un terrain difficile malgré une résistance acharnée de l’ennemi.

Entre-temps, le 15 mars, Séoul est libéré par la 1re Division de la République de Corée.

Vers le 31 mars, les Canadiens se déplacent vers la vallée de la rivière Kapyong. Tous les objectifs de l’offensive sont accomplis.

Vers la mi-avril, presque tout le front des Nations Unies se trouvait au nord du 38e parallèle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>